J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Page 18 sur 19 Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par pseudo-intello le Lun 28 Aoû 2017 - 19:40

C'est là que je me dis que j'ai intérêt à devenir une super bonne prof, pour être embauchée dans des établissement très privilégiés, avec de ce fait des parents d'élèves assez avertis pour savoir que les compétences, les gommettes, les EPIs et le reste c'est de la m**de en barres, et qu'on me laisse enseigner de manière pertinente.

Ou mieux : soyons utopiques. Le ministre applique tout ce qu'il prévoit. Les établissements sont très autonomes et donc mis en concurrence par les audits. Au bout de quelques années, on se rend compte que, oh surprise, les établissements qui ont laissé toute latitude à leurs profs de faire cours au lieu de les épuiser avec des livrets interminables et des projets à foison, et dont les élèves ont bénéficié de vraies heures de cours plutôt que d'ateliers transdisciplinaires, sont ceux qui caracolent au palmarès (et que les "bons profs" que tout le monde se dispute ne postulent que pour des bahuts où on ne les fera pas ch**r avec des c****ries, donc si on les veut, on les paie et on leur fout la paix), l'issue pourrait devenir intéressante.

Sauf que finalement, ce que nous décrit le sinistre ministre, c'est finalement très proche du système à l'anglaise (ton chef t'inspecte, l'inspecteur fait des audits d'établissements), où effectivement, tu effectues tes heures de trous dans ton établissement (= perte de pouvoir d'achat immédiate pour les jeunes parents parmi nous, vu que nos heures de nounou vont exploser), une partie d'entre eux sont d'ailleurs de l'astreinte et tu peux te retrouver à remplacer au pied levé un collègue de ta matières, avec donc une classe qui n'est pas la tienne et que tu découvres (ce qui ne sert à rien sauf à dire que les élèves ont eu un prof devant eux), tu te tapes de temps en temps des week-ends de compétitions sportives à Pétaouchnok.. sauf qu'en Angleterre ils ont un salaire qui n'a pas grand chose à voir avec le nôtre.

Et sauf qu'avec le niveau scolaire que j'avais, trois langues étudiées (hors latin et grec), etc, si j'avais voulu travailler bien plus pour gagner bien plus, ça aurait été possible et je n'aurais tout simplement pas choisi d'entrer dans l'éducation nationale. En postulant au CAPES, j'ai choisi un métier qui m'attirait (et m'attirerait toujours autant si notre ministère s'acharnait moins contre nous), j'ai choisi les contraintes de mut, un salaire modique, mais en échange d'une sécurité dans mes conditions de travail et de vie, de ne pas stresser à cause du boulot, et d'avoir un temps libre suffisamment raisonnable pour me consacrer à mes autres centres d’intérêt.

pseudo-intello
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par laMiss le Lun 28 Aoû 2017 - 19:49

Zagara a écrit: On peut même lire entre les lignes l'entrée des investisseurs privés : "équipe de direction de 5 à 10 personne comprenant des enseignants" -> les autres, qui sont-ils ? Parents ou investisseurs ? Mmmmh....... Il faut bien garder sous le coude des annonces, sinon ce n'est plus drôle. Wink Ce sera peut-être l'annonce de la rentrée 2018.

D'accord avec toi comme souvent. Mais là, je n'ai pas compris ce passage.

_________________
aai Faut lui laisser sa chance ! Jusque là tout va bien ! aai

laMiss
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Cath le Lun 28 Aoû 2017 - 19:50

Jacq a écrit:
Cath a écrit:Bien.
Admettons.

Hypothèse : je voudrais changer d'établissement pour diverses raisons, un établissement mieux côté que le mien disons, ou pour aller au soleil.

J'ai 50 ans et si je suis très investie dans le fonctionnement de mon établissement actuel, je rue des 4 fers si on prétend m'imposer quelque chose, je refuse de participer aux projets, je mets de mauvaises notes aux élèves qui ne travaillent pas et je n'ai pas ma langue dans ma poche.

Quelles sont mes chances d'obtenir une mutation pour EtablissementMieux ? Quel sera mon salaire puisqu'il sera décidé par le cde ?


A la porte la vieille grincheuse !

Voilà ton avenir Cath !

En plus avec tes années d'ancienneté tu coûtes beaucoup trop cher ! On recrutera des suiveurs, de gentils petits moutons moins bien payés mais bien mieux formatés, si possible sur contrat d'objectif (surtout en LP) renouvelable (ou non).

Ah oui, mais n'oublions pas qu'il me reste 15 ans à faire, au bas mot ! Va bien falloir me payer... Et comme je viens de passer HC et que la classe au-delà du réel super-fortiche exceptionnelle me tend ses échelons (en espérant qu'aucun ne soit scié...), je repose ma question : quid de mon "embauche" par un cde , d'une mutation , de mon salaire ?


Je dis ça pour tous les petits jeunots qui croiraient encore qu'ils seront éternellement jeunes et beaux, que le monde leur ouvrira toujours grand les bras à eux pour leur offrir une carrière de rêve avec ce système parce que eux, ils sont quand même 'achement meilleur que leur voisin...

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Feuchtwanger le Lun 28 Aoû 2017 - 20:38

Cath a écrit:Je dis ça pour tous les petits jeunots qui croiraient encore qu'ils seront éternellement jeunes et beaux, que le monde leur ouvrira toujours grand les bras à eux pour leur offrir une carrière de rêve avec ce système parce que eux, ils sont quand même 'achement meilleur que leur voisin...

En tant que petit jeunot, je peux garantir que je ne me reconnais pas dans ce portrait.
Les jeunes dans l'éducation nationale savent, à la différence de leurs collègues plus âgés qu'ils n'arriveront pas à la retraite par inertie le temps que ces dégradations soient abouties et que l'ensemble de leur carrière en sera balafrée.

Feuchtwanger
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Jacq le Lun 28 Aoû 2017 - 20:59

Tamerlan a écrit:Le seul truc qui empêche aujourd'hui les remplacements à l'interne, c'est les difficultés d'organisation et le refus des collègues qui estiment qu'ils ont suffisamment de travail par ailleurs et que ce type de chose ne s'improvise pas. Mais juridiquement avec le décret Robien tout est en place. Si ministère et rectorats mettent vraiment la pression sur les CDE, alors...

Oui, cela ça se fait ou pas selon les établissements et selon les intérêts de chacun, cela reste du volontariat. Là avec annualisation cela impliquerait peut-être plutôt un Edt variable sur l'année ce qui fait que pendant un semestre tu (enfin, toi, parce que je te réponds, c'est tout) aurais X heures le premier trimestre, et plus au second, mais peut-être que comme Madame X est absente pendant deux semaines on te pique des heures du second trimestre pour les mettre dans un trou de ton EdT au premier...
Je ne sais pas, cette histoire d'annualisation liée aux remplacements m'interpelle, parmi d'autres éléments.
avatar
Jacq
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Jacq le Lun 28 Aoû 2017 - 21:02

Cath a écrit:
Jacq a écrit:
Cath a écrit:Bien.
Admettons.

Hypothèse : je voudrais changer d'établissement pour diverses raisons, un établissement mieux côté que le mien disons, ou pour aller au soleil.

J'ai 50 ans et si je suis très investie dans le fonctionnement de mon établissement actuel, je rue des 4 fers si on prétend m'imposer quelque chose, je refuse de participer aux projets, je mets de mauvaises notes aux élèves qui ne travaillent pas et je n'ai pas ma langue dans ma poche.

Quelles sont mes chances d'obtenir une mutation pour EtablissementMieux ? Quel sera mon salaire puisqu'il sera décidé par le cde ?


A la porte la vieille grincheuse !

Voilà ton avenir Cath !

En plus avec tes années d'ancienneté tu coûtes beaucoup trop cher ! On recrutera des suiveurs, de gentils petits moutons moins bien payés mais bien mieux formatés, si possible sur contrat d'objectif (surtout en LP) renouvelable (ou non).

Ah oui, mais n'oublions pas qu'il me reste 15 ans à faire, au bas mot ! Va bien falloir me payer... Et comme je viens de passer HC et que la classe au-delà du réel super-fortiche exceptionnelle me tend ses échelons (en espérant qu'aucun ne soit scié...), je repose ma question : quid de mon "embauche" par un cde , d'une mutation , de mon salaire ?


Je dis ça pour tous les petits jeunots qui croiraient encore qu'ils seront éternellement jeunes et beaux, que le monde leur ouvrira toujours grand les bras à eux pour leur offrir une carrière de rêve avec ce système parce que eux, ils sont quand même 'achement meilleur que leur voisin...

Les équipes de l'établissement que tu vises sauront que tu es une vraie prof grincheuse et pas cireuse de bottes, donc tu ne seras pas recrutée et tu resteras dans ton établissement durant tes 15 ans.
Voilà. Enfin si tu mettais plus de bonne volonté à acquiescer devant ces belles réformes ce serait autre chose, mais là, tu es foutue !
avatar
Jacq
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par henriette le Lun 28 Aoû 2017 - 21:02

1600 heures devant élèves. Tant pis pour les jours fériés. Et les stages. Je vois assez bien un truc de ce genre.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
avatar
henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Jacq le Lun 28 Aoû 2017 - 21:04

Feuchtwanger a écrit:
Cath a écrit:Je dis ça pour tous les petits jeunots qui croiraient encore qu'ils seront éternellement jeunes et beaux, que le monde leur ouvrira toujours grand les bras à eux pour leur offrir une carrière de rêve avec ce système parce que eux, ils sont quand même 'achement meilleur que leur voisin...

En tant que petit jeunot, je peux garantir que je ne me reconnais pas dans ce portrait.
Les jeunes dans l'éducation nationale savent, à la différence de leurs collègues plus âgés qu'ils n'arriveront pas à la retraite par inertie le temps que ces dégradations soient abouties et que l'ensemble de leur carrière en sera balafrée.

Dans mon établissement ce ne sont pas les petits jeunots mais bien les membres bien installés du CA qui viennent de se faire avoir comme des bleus par le CDE et ont voté (et ce n'est pas la première fois) n'importe quoi.
On gueule en salle des prof puis on se fait avoir au premier CA.
Comme quoi, jeunot ou pas...


Dernière édition par Jacq le Lun 28 Aoû 2017 - 21:37, édité 1 fois
avatar
Jacq
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par TFS le Lun 28 Aoû 2017 - 21:29

henriette a écrit:1600 heures devant élèves. Tant pis pour les jours fériés. Et les stages. Je vois assez bien un truc de ce genre.

Voilà qui est heureusement rigoureusement impossible... cela ferait plus de 44 h sur 36 semaines...
Pour l'instant nos statuts et services sont encore différents des autres collègues de la fonction publique pour lesquels a été défini ce total annuel de 1607 h qui corresponds en fait au 35 h par semaine.
Par contre je vois bien un truc du genre: votre VS est de 18 h sur 36 semaines, mais il y a X heures qui ne seront pas assurées à cause de (Bac Blanc, Stage, Période de révision, etc.) donc vous devez faire ces heures et vous remplacerez untel et unetelle...

avatar
TFS
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Jacq le Lun 28 Aoû 2017 - 21:38

TFS a écrit:
henriette a écrit:1600 heures devant élèves. Tant pis pour les jours fériés. Et les stages. Je vois assez bien un truc de ce genre.

Voilà qui est heureusement rigoureusement impossible... cela ferait plus de 44 h sur 36 semaines...
Pour l'instant nos statuts et services sont encore différents des autres collègues de la fonction publique pour lesquels a été défini ce total annuel de 1607 h qui corresponds en fait au 35 h par semaine.
Par contre je vois bien un truc du genre: votre VS est de 18 h sur 36 semaines, mais il y a X heures qui ne seront pas assurées à cause de (Bac Blanc, Stage, Période de révision, etc.) donc vous devez faire ces heures et vous remplacerez untel et unetelle...


Ou allongement de l'année scolaire, même nombre d'heures de présence annuelle devant élève, plus heures non EdT à effectuer.....
avatar
Jacq
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par pseudo-intello le Lun 28 Aoû 2017 - 21:39

Feuchtwanger a écrit:En tant que petit jeunot, je peux garantir que je ne me reconnais pas dans ce portrait.
Les jeunes dans l'éducation nationale savent, à la différence de leurs collègues plus âgés qu'ils n'arriveront pas à la retraite par inertie le temps que ces dégradations soient abouties et que l'ensemble de leur carrière en sera balafrée.

Cath ne parlait pas de tous les petits jeunots, mais de ceux qui (jeunes, souvent, mais pas toujours) pensent que individualisation des parcours (recrutement, salaire, etc), c'est cool, parce que EUX pourront obtenir leur mutation, et que c'est normal parce qu'ils le méritent, parce que EUX sont plus impliqués, font des projets, sont dynamiques... en oubliant que cinq ans plus tard, quand ils n'auront pas dormi parce que leur bébé ne fait pas ses nuits, ou que le grand est en pleine gastro, ils seront nettement moins vifs et dynamiques, moins "compétitifs" le matin venu. Que dix ans plus tard, quand ils feront tous les week-ends des allers-retours conséquents pour accompagner leur père dans la phase terminale de son cancer, puis pour gérer les deuils + tâches administratives qui vont avec, ils feront moins de projets, ne peaufineront plus leur pédagogie individualisée, parce que pas le temps, ni l'énergie de se concerter entre équipes pour travailler sur une progression commune. Et si un jour ils sont en burn-out, ou en dépression pour X raison, ils rejoindront, au moins temporairement, le camps des "mauvais profs" peu impliqués et trop peu ceci-cela, parce qu'ils seront dans une phase de leur vie où il y a plus important à régler, et qu'à ce moment-là, ça ne pardonnera pas : le CDE du bahut rêvé ne voudra pas les recruter, leur part variable du salaire va s'amenuiser sec (à un moment où peut-être, ils auront particulièrement besoin d'argent), et que les petits jeunes suivants, ou les lèche-bottes, ou tout simplement les collègues en pleine forme à qui la vie sourit, éclipseront les bras cassés qu'ils seront (temporairement) devenus.

Et peut-être que, comme dans le privé, les jeunes femmes seront discriminées à l'embauche, parce qu'on anticipera le bazar de leurs congés maternité, et puis que les jeunes mamans c'est galère parce qu'elles ne veulent pas rester en réunion jusqu'à vingt heures à cause de leurs rejetons à chercher à la garderie, et ça, nu_l doute que c'est nuisible à la mise en place des projets d'établissement.

Valable aussi pour les collègues à la santé fragile : le CDE ne va pas prendre un collègue qui est souvent en arrêt, et privilégier un prof en super santé...

Heureusement, de nombreux profs arrivent très lucides dans l'EN, mais ce n'est pas le cas de tous : ma petite sœur est entrée dans le métier environ 5 ans après moi, et je me souviens qu'entre ce qu'elle disait avant d'arriver  ou pile en arrivant (pour ma part, j'étais déjà en exercice, la laissais dire et pensais "lol" très fort) et ce qu'elle dit au bout de plusieurs années, il y a déjà pas mal de changement !

pseudo-intello
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Lefteris le Lun 28 Aoû 2017 - 21:49

pseudo-intello a écrit:
Feuchtwanger a écrit:En tant que petit jeunot, je peux garantir que je ne me reconnais pas dans ce portrait.
Les jeunes dans l'éducation nationale savent, à la différence de leurs collègues plus âgés qu'ils n'arriveront pas à la retraite par inertie le temps que ces dégradations soient abouties et que l'ensemble de leur carrière en sera balafrée.

Cath ne parlait pas de tous les petits jeunots, mais de ceux qui (jeunes, souvent, mais pas toujours pensent que individualisation des parcours (recrutement, salaire, etc), c'est cool, parce que EUX pourront obtenir leur mutation, et que c'est normal parce qu'ils le méritent, parce que EUX sont plus impliqués, font des projets, sont dynamiques... en oubliant que cinq ans plus tard, quand ils n'auront pas dormi parce que leur bébé ne fait pas ses nuits, ou que le grand est en pleine gastro, ils seront nettement moins vifs et dynamiques, moins "compétitifs" le matin venu. Que dix ans plus tard, quand ils feront tous les week-ends des allers-retours conséquent pour accompagner leur père dans la phase terminale de son cancer, puis pour gérer les deuils + tâches administratives qui vont avec, ils feront moins de projet, ne feront pas de pédagogie individualisée parce que pas le temps, et n'aurais pas le temps ni l'énergie de se concerter entre équipes pour travailler sur une progression commune. Et si un jour ils sont en burn-out, ou en dépression pour X raison, ils rejoindront, au moins temporairement, le camps des "mauvais profs" peu impliqués et trop peu ceci-cela, parce qu'ils seront dans une phase de leur vie où il y a plus important à régler, et qu'à ce moment-là, ça ne pardonnera pas, le CDE du bahut rêvé ne voudra pas les recruter, leur part variable du salaire va s'amenuiser sec (à un moment où peut-être, ils auront particulièrement besoin d'argent), et que les petits jeunes suivants, ou les lèche-bottes, ou tout simplement les collègues en pleine forme à qui la vie sourit, éclipseront les bras cassés qu'ils seront (temporairement) devenus.

Et peut-être que, comme dans le privé, les jeunes femmes seront discriminées à l'embauche, parce qu'on anticipera le bazar de leurs congés maternité, et puis que les jeunes mamans c'est galère parce qu'elles ne veulent pas rester en réunion jusqu'à vingt heures à cause de leurs rejetons à chercher à la garderie, et ça, nu_l doute que c'est nuisible à la mise en place des projets d'établissement.

Valable aussi pour les collègues à la santé fragile : le CDE ne va pas prendre un collègue qui est souvent en arrêt, et privilégier un prof en super santé...

Heureusement, de nombreux profs arrivent très lucides dans l'EN, mais ce n'est pas le cas de tous : ma petite sœur est entrée dans le métier environ 5 ans après moi, et je me souviens qu'entre ce qu'elle disait avant d'arriver  ou pile en arrivant (pour ma part, j'étais déjà en exercice, la laissais dire et pensais "lol" très fort) et ce qu'elle dit au bout de plusieurs années, il y a déjà pas mal de changement !
Ce que tu dis est très juste, et venant d'une autre administration, j'ai vu la mise en place de ces stratégies managériales. Elles sont fondées sur la division : jeunes contre  "vieux",   méritants touchant la prime contre les autres , malades contre bien-portants,  tableau d'avancement non publié  avant les "propositions" faites par les chefs de service (la règle effective est :  non proposé = non promu. La notion de FP de carrière est ainsi déjà contournée de fait)  .

Evidemment, ça ne fonctionne pas, les gens rivalisent, se méfient les uns des autres, ça tourne au ralenti ,  mais la hiérarchie est tranquille, le combat se déroule au-dessous, il n'y a pas de vagues,  et elle peut "communiquer" que tout va va bien.  Dire que j'ai dégringolé de 30% de mon traitement pour  retrouver ce que je pensais au moins éviter humhum

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, avec ou sans NVB).
avatar
Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Cath le Lun 28 Aoû 2017 - 23:42

pseudo-intello a écrit:
Feuchtwanger a écrit:En tant que petit jeunot, je peux garantir que je ne me reconnais pas dans ce portrait.
Les jeunes dans l'éducation nationale savent, à la différence de leurs collègues plus âgés qu'ils n'arriveront pas à la retraite par inertie le temps que ces dégradations soient abouties et que l'ensemble de leur carrière en sera balafrée.

Cath ne parlait pas de tous les petits jeunots, mais de ceux qui (jeunes, souvent, mais pas toujours) pensent que individualisation des parcours (recrutement, salaire, etc), c'est cool, parce que EUX pourront obtenir leur mutation, et que c'est normal parce qu'ils le méritent, parce que EUX sont plus impliqués, font des projets, sont dynamiques... en oubliant que cinq ans plus tard, quand ils n'auront pas dormi parce que leur bébé ne fait pas ses nuits, ou que le grand est en pleine gastro, ils seront nettement moins vifs et dynamiques, moins "compétitifs" le matin venu. Que dix ans plus tard, quand ils feront tous les week-ends des allers-retours conséquents pour accompagner leur père dans la phase terminale de son cancer, puis pour gérer les deuils + tâches administratives qui vont avec, ils feront moins de projets, ne peaufineront plus leur pédagogie individualisée, parce que pas le temps, ni l'énergie de se concerter entre équipes pour travailler sur une progression commune. Et si un jour ils sont en burn-out, ou en dépression pour X raison, ils rejoindront, au moins temporairement, le camps des "mauvais profs" peu impliqués et trop peu ceci-cela, parce qu'ils seront dans une phase de leur vie où il y a plus important à régler, et qu'à ce moment-là, ça ne pardonnera pas : le CDE du bahut rêvé ne voudra pas les recruter, leur part variable du salaire va s'amenuiser sec (à un moment où peut-être, ils auront particulièrement besoin d'argent), et que les petits jeunes suivants, ou les lèche-bottes, ou tout simplement les collègues en pleine forme à qui la vie sourit, éclipseront les bras cassés qu'ils seront (temporairement) devenus.

Et peut-être que, comme dans le privé, les jeunes femmes seront discriminées à l'embauche, parce qu'on anticipera le bazar de leurs congés maternité, et puis que les jeunes mamans c'est galère parce qu'elles ne veulent pas rester en réunion jusqu'à vingt heures à cause de leurs rejetons à chercher à la garderie, et ça, nu_l doute que c'est nuisible à la mise en place des projets d'établissement.

Valable aussi pour les collègues à la santé fragile : le CDE ne va pas prendre un collègue qui est souvent en arrêt, et privilégier un prof en super santé...

Heureusement, de nombreux profs arrivent très lucides dans l'EN, mais ce n'est pas le cas de tous : ma petite sœur est entrée dans le métier environ 5 ans après moi, et je me souviens qu'entre ce qu'elle disait avant d'arriver  ou pile en arrivant (pour ma part, j'étais déjà en exercice, la laissais dire et pensais "lol" très fort) et ce qu'elle dit au bout de plusieurs années, il y a déjà pas mal de changement !

Voilà.
Je ne pensais pas qu' il fallait illustrer mon propos mais puisque c'est nécessaire, c est fait et bien fait.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par laMiss le Lun 28 Aoû 2017 - 23:55


_________________
aai Faut lui laisser sa chance ! Jusque là tout va bien ! aai

laMiss
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par pogonophile le Mar 29 Aoû 2017 - 0:04

Dame Jouanne a écrit:
Oui. Pour "se soumettre" aux directives d'une hiérarchie de façon positive pour soi et l'établissement, il faut encore que celle-ci soit à la hauteur. Le recrutement actuel des CDE permet-il cela? Et au dessus, le rectorat qui contrôle très étroitement la marge de manoeuvre des CDE l'est-il?

Pour remettre en question la compétence des autres, effectivement encore faut-il soi-même être à la hauteur. Je lis beaucoup de choses sur les CdE ci les CdE là, un coup les inspecteurs, un coup les recteurs. Mais jamais le moindre début de remise en question des enseignants, à croire que tous sont grandioses.
Au contraire, la plaie de l'EN semble être la "hiérarchie", déconnectée, obnubilée par sa carrière, qui opprime de vaillants professeurs lesquels eux, par nature, sont invariablement infaillibles. Cela vaut pour ce thread comme pour l'ensemble du forum : à un moment, il faudra se poser des questions autres que "à qui d'autre est-ce la faute", et peut-être développer une autre éthique professionnelle que "le seul maître à bord, c'est pas dieu parce que laïcité, ni chef d'établissement parce que tous des nazes, mais moi moi moi"

pogonophile
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Rendash le Mar 29 Aoû 2017 - 0:22

pogonophile a écrit:
Dame Jouanne a écrit:
Oui. Pour "se soumettre" aux directives d'une hiérarchie de façon positive pour soi et l'établissement, il faut encore que celle-ci soit à la hauteur. Le recrutement actuel des CDE permet-il cela? Et au dessus, le rectorat qui contrôle très étroitement la marge de manoeuvre des CDE l'est-il?

Pour remettre en question la compétence des autres, effectivement encore faut-il soi-même être à la hauteur. Je lis beaucoup de choses sur les CdE ci les CdE là, un coup les inspecteurs, un coup les recteurs. Mais jamais le moindre début de remise en question des enseignants, à croire que tous sont grandioses.
Au contraire, la plaie de l'EN semble être la "hiérarchie", déconnectée, obnubilée par sa carrière, qui opprime de vaillants professeurs lesquels eux, par nature, sont invariablement infaillibles. Cela vaut pour ce thread comme pour l'ensemble du forum : à un moment, il faudra se poser des questions autres que "à qui d'autre est-ce la faute", et peut-être développer une autre éthique professionnelle que "le seul maître à bord, c'est pas dieu parce que laïcité, ni chef d'établissement parce que tous des nazes, mais moi moi moi"

Je crois au contraire que ceux qui sont le plus blâmés ici, ce sont précisément les enseignants, dont l'attitude générale moutonnière et tout-pour-ma-gueuliste, régulièrement dénoncée sur ce forum, a permis à ce genre de cochonneries d'arriver. Cela étant, un professeur glandeur ou obnubilé par son nombril fera moins de dégâts qu'un mauvais chef d'établissement : tandis que le premier est noyé dans la masse et donc neutralisé, le second pourrit aisément tout un établissement ; si, à l'inverse, il est souligné dix fois par jour qu'un bon CDE est un atout majeur pour un bahut, ces CDE d'envergure sont apparemment assez rares pour être mis à l'honneur, et c'est inquiétant. On a déjà eu le débat sur les compétences pédagogiques et disciplinaire d'un CDE, je te sais en désaccord avec moi sur le sujet, mais je maintiens qu'un CDE n'est pas apte à évaluer ma façon d'enseigner ma discipline ; et quand l'évaluation, le fameux "mérite", se fonde sur la multiplication des projets et non sur la qualité de l'enseignement dispensé, on est dans un système d'évaluation non seulement débile, mais en plus nocif.
Il ne reste plus qu'à retrouver chez les CDE la cooptation qui fait des ravages dans le corps inspectoral, et la boucle sera bouclée.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Rendash
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Jacq le Mar 29 Aoû 2017 - 1:59

pogonophile a écrit:
Dame Jouanne a écrit:
Oui. Pour "se soumettre" aux directives d'une hiérarchie de façon positive pour soi et l'établissement, il faut encore que celle-ci soit à la hauteur. Le recrutement actuel des CDE permet-il cela? Et au dessus, le rectorat qui contrôle très étroitement la marge de manoeuvre des CDE l'est-il?

Pour remettre en question la compétence des autres, effectivement encore faut-il soi-même être à la hauteur. Je lis beaucoup de choses sur les CdE ci les CdE là, un coup les inspecteurs, un coup les recteurs. Mais jamais le moindre début de remise en question des enseignants, à croire que tous sont grandioses.
Au contraire, la plaie de l'EN semble être la "hiérarchie", déconnectée, obnubilée par sa carrière, qui opprime de vaillants professeurs lesquels eux, par nature, sont invariablement infaillibles. Cela vaut pour ce thread comme pour l'ensemble du forum : à un moment, il faudra se poser des questions autres que "à qui d'autre est-ce la faute", et peut-être développer une autre éthique professionnelle que "le seul maître à bord, c'est pas dieu parce que laïcité, ni chef d'établissement parce que tous des nazes, mais moi moi moi"

Je n'ai eu que des CDE de qualité avec lesquels j'ai eu, je l'espère, d'assez bonnes relations professionnelles, malgré des désaccords. Dans mon sens, oui, dans le leur je ne sais pas... Pour certains j'éprouve même une admiration certaine pour un travail (dont nous, enseignants, mais surtout élèves, avons profité) que je ne voudrais pas faire du tout et ne saurais pas faire du tout. D'ailleurs cela ne m'intéresse pas (je ne dis pas que le travail n'est pas intéressant, je dis que ce n'est pas pour moi).
Comme chez les prof il y a  les dévoués, pas obligatoirement les mieux estimés d'ailleurs par la haute hiérarchie, et il y a une flopée d'arrivistes (que j'ai surtout  rencontrés chez les adjoints, dont deux extrêmement brillants, et qui une fois arrivés au "pouvoir" ce sont révélés des tyrans serviles).  Les lycées dans lesquels j'ai exercé ne sont pas non plus des lycées pour carriéristes avides, d'où peut-être la qualité des CDE que j'ai rencontrés.
J'ai toujours détesté un premier contact avec mon premier établissement. Une collègue me faisait visiter l'établissement et, passant les bureaux du CDE et de son adjoint elle m'indiquait : "là tu n'y vas pas", sous entendu ce sont nos ennemis. Cette mentalité n'est pas la mienne.
Par contre je constate aussi les catastrophes ambulantes de CDE qui traînent dans les établissements voisins, de façon récurrente.  Certains établissements de mon secteur sont abonnés à ces catastrophes ambulantes.
Comme chez les prof, tu peux me le rétorquer. Ok.
La différence entre un mauvais prof et un mauvais CdE ?
Le mauvais prof n'est qu'un mauvais élément dans une équipe qui intervient sur quelques classes pendant une année. Ce n'est pas bon, mais un mauvais CdE ? Un mauvais CdE c'est quelqu'un qui a la capacité de ruiner tout un établissement en quelques années, avant de s'en aller pépère peinard vers un autre établissement (et dans le même temps un bon CdE peut relever un établissement en perdition en peu de temps, de 1 à 3 ans).  Un de mes collèges proche a été redressé en deux années par un très bon CdE (un de mes anciens adjoints) et est en train d'être de nouveau entièrement ruiné par son successeur.  Voilà la différence.
Enfin nous arrivons à un problème qui est toujours le même à la fin, celui des directives. Alors nous on peut nous reprocher de toujours tout refuser, mais ce que je constate c'est que même avec les meilleurs CdE, au bout d'un moment ils nous balancent les orientations mêmes les plus funestes qu'ils imposent quitte à diviser, pour faire passer les réformes du moment (peut-être celles qu'ils auraient refusées en tant qu'enseignant).  Voilà là où mon estime s'arrête.
Je t'assure, l'égard de certains de nos collègues, le sentiment est le même. Et je ne prétends surtout pas être le meilleur des prof, ni encore moins à une quelconque excellence prétentieuse.

Les inspecteurs ? Des bons sans doute (j'en ai eu une), mais des personnes qui obéissent encore à des directives, qui sont sauf exception bien éloignées des réalités d'un terrain qu'elles ne voient que de loin, et surtout des élèves... Désolé, des personnes qui sont capables de demander aux enseignants de truquer leur notation en CCF (au fond pour correspondre aux % de réussite demandées par le MEN) ou qui viennent nous dire en correction : "il faut bien noter sinon notre discipline va disparaître du BEP".... Quelle honnêteté en attendre ? Des personnes à qui on impose des réformes délirantes qu'ils sont obligées d'appliquer, qu'ils nous obligent l'application inepte, qui ensuite viennent nous reprocher leur échec et qui en remède en rajoute une couche dans le même sens, s'enfonçant encore plus dans la médiocrité tout en prétendant faire mieux !

Si un jour je pouvais entendre dans les média un CDE prendre la parole, exprimer son opinion contre tel ou tel projet, individuellement, et non pas ressortir les directives du MEN ou alors celles de son syndicat, comprendre qu'il y a des individualités.... Si je pouvais entendre un même CDE annoncer cela devant des élus (politiques, parents d'élèves ou élèves). Si lorsqu'ils le souhaitent, au lieu de s'abstenir en CA ils votaient véritablement non ! Mais non.  Vous n'avez pas le droit. Tu n'as pas le droit. Moi j'ai encore le droit, et je veux le garder.
avatar
Jacq
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Rendash le Mar 29 Aoû 2017 - 2:09

Jacq a écrit:Comme chez les prof il y a les dévoués, pas obligatoirement les mieux estimés d'ailleurs par la haute hiérarchie, et il y a une flopée d'arrivistes (que j'ai surtout rencontrés chez les adjoints, dont deux extrêmement brillants, et qui une fois arrivés au "pouvoir" ce sont révélés des tyrans serviles). Les lycées dans lesquels j'ai exercé ne sont pas non plus des lycées pour carriéristes avides, d'où peut-être la qualité des CDE que j'ai rencontrés.

topela

Spoiler:
(compte trois, pour les adjoints )

Jacq a écrit:La différence entre un mauvais prof et un mauvais CdE ?
Le mauvais prof n'est qu'un mauvais élément dans une équipe qui intervient sur quelques classes pendant une année. Ce n'est pas bon, mais un mauvais CdE ? Un mauvais CdE c'est quelqu'un qui a la capacité de ruiner tout un établissement en quelques années, avant de s'en aller pépère peinard vers un autre établissement (et dans le même temps un bon CdE peut relever un établissement en perdition en peu de temps, de 1 à 3 ans). Un de mes collèges proche a été redressé en deux années par un très bon CdE (un de mes anciens adjoints) et est en train d'être de nouveau entièrement ruiné par son successeur. Voilà la différence.


topela , derechef.


Pour l'histoire du droit de réserve du CDE et de la liberté de parole des enseignants, notons qu'à coups de bluff, cette seconde tend à être remise en cause par certains rectorats, cf. notamment le mail ahurissant reçu par les collègues de l'académie de Lille (ou était-ce Amiens ? ) durant la dernière campagne, ou les agissements zorchartes du recteur de l'académie de Grenoble.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Rendash
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Jacq le Mar 29 Aoû 2017 - 3:17

Rendash a écrit:
Jacq a écrit:Comme chez les prof il y a  les dévoués, pas obligatoirement les mieux estimés d'ailleurs par la haute hiérarchie, et il y a une flopée d'arrivistes (que j'ai surtout  rencontrés chez les adjoints, dont deux extrêmement brillants, et qui une fois arrivés au "pouvoir" ce sont révélés des tyrans serviles).  Les lycées dans lesquels j'ai exercé ne sont pas non plus des lycées pour carriéristes avides, d'où peut-être la qualité des CDE que j'ai rencontrés.

topela

Spoiler:
(compte trois, pour les adjoints )

[...].

Le troisième dont tu parles dans ton spoiler est le second dont je parle pour le même établissement. C'est dommage, car c'était véritablement quelqu'un de qualité.
avatar
Jacq
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Jacq le Mar 29 Aoû 2017 - 3:23

pogonophile a écrit:
archeboc a écrit:
Dans un monde idéal, l'agrégation devrait être requise pour les postes de CDE, voire la gouvernance des établissements confiée aux agrégés en poste dans l'établissement.

Pourquoi donc ? En quoi l'excellence dans une discipline en particulier serait-elle utile pour un métier qui ne la fait pas intervenir ?


Déjà, l'excellence.. bon on laisse... non, c'est d'une prétention sans borne... mais bon.  
Heureusement que l'agrégation n'est pas une condition pour être CDE.
Je pense que définitivement, nous ne vivons pas dans le même monde.
A quelques exceptions, je ne voudrais pas d'un agrégé comme chef de mon établissement.


Dernière édition par Jacq le Mar 29 Aoû 2017 - 9:01, édité 1 fois
avatar
Jacq
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Whypee le Mar 29 Aoû 2017 - 8:31

Dans ma carrière de trois décennies, la qualité des CdE de mon établissement a toujours été régressive. J'entends donc chaque changement en attendant pire, et je ne suis jamais déçu.
Ma dentiste est la belle-fille de ma première CdE. Quand je lui ai dit, elle a parlé de moi. Elle se souvenait de moi, des élèves et de mon sale caractère constructif. Aujourd'hui, mon CdE est incapable de se souvenir de ma discipline...

_________________
"Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue."
____Albert Einstein____
avatar
Whypee
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Zagara le Mar 29 Aoû 2017 - 9:33

Les différentes institutions de l'Union européenne ont rassemblé dans le cadre "Éducation et formation 2020" les objectifs éducatifs de l'Union, déclinés ensuite en évaluation des réformes pays par pays.

Parmi ces objectifs, il y a fluidifier et faire s’interpénétrer les formations et les entreprises, afin de faciliter l'obtention d'un emploi et, donc, réduire le chômage. Jusque-là, tout va bien.
Sauf que les moyens proposés par ces institutions vont toujours dans le même sens : plus de patrons et plus d'entreprises privées au sein des établissements. Plus de formations mixtes, mais aussi plus de co-décision État/patrons sur les programmes (puisque les programmes ont pour seul objectif de "développer des aptitudes" utiles à l'employabilité ; or qui sait mieux que des patrons ce qu'un employé doit savoir pour être employé ?). En France, l'idée a été formulée pour la branche professionnelle de co-gérer les lycées pro avec le patronat du coin (Fillon). C'est aussi cet objectif qui explique pourquoi, pendant la présidentielle, à la fois Macron, Fillon et Hamon (les 3 pro-UE) étaient pour mettre le paquet sur l'apprentissage : c'est la préconisation centrale pour la France, en toutes lettres, qui revient sans cesse dans les documents européens. Je me demande donc quand est-ce qu'on appliquera ces mesures pour tout le système éducatif, puisque c'est l'objectif annoncé. (exemple parmi d'autres - http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/fr/educ/141140.pdf )

Ensuite, un des autres objectifs de ce programme, est le "développement d'investissements scolaires". Jusque-là tout va bien, j'applaudis des 2 mains et des 2 pieds. Bravo l'UE.

Sauf qu'une expression revient sans cesse. "Favoriser des politiques et des pratiques fondées sur des éléments concrets, en s'attachant tout particulièrement à élaborer des arguments en faveur de la pérennisation des investissements publics et, le cas échéant, privés." Au détour d'une phrase, on comprend que le Conseil de l'UE ne voit aucun problème à ce que des privés financent l'école publique. Bon, après tout, pourquoi pas ? Cela peut prendre des formes acceptables. (exemple - https://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/fr/educ/107623.pdf )

[Pour référence, les dernières "recommandations" de la Commission à la France : https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/2017-european-semester-country-report-france-fr.pdf ; on y trouve des passages intéressants, comme : "le système d’enseignement et de formation professionnels n’est pas suffisamment adapté aux besoins du marché du travail" ; de manière générale, ce document est à peu près équivalent à 50% du programme de Macron]

Mais si on croise 3 connaissances, là ça commence à puer pour l'école républicaine d’État (mais à sentir bon pour les gens convaincus par la supériorité de l'entrepreneur sur l’État ; tout est question de point de vue) :
1. Les entreprises seront amenées à participer à la décision dans les établissements
2. Les entreprises pourraient être amenées à financer les investissements d'éducation, si il manque des sous
3. Le semestre européen veille chaque année à ce que les États investissent le moins possible afin de respecter le paiement des traitements de la dette, priorité absolue. Ils sont sanctionnés si leur déficit structurel est trop élevé, limitant les "marges de manœuvre" en matière d'investissement.

Peut-être que je suis trop pessimiste, mais quand je mets ces 3 éléments ensemble, je ne peux qu'anticiper un État pris entre deux injonctions contradictoires (investir et se serrer la ceinture), ce qui le mettra dans cette situation de "cas échéant" où il sera contraint de recourir à des investisseurs privés pour financer les établissements. Ces investissements seront d'autant plus légitimes et facilités que leur décision sera laissée au CDE, au nom de l'autonomie. Pris à la gorge par des crédits sans cesse diminués (comme dans les Hôpitaux), le CDE sera bien contraint de se reposer sur d'autres sources de financement.

Tout cela me revenait en tête en voyant la phrase du ministre "conseil constitué de 10 personnes dont 5 profs". Qui sont les 5 autres ? Administratifs ? Parents ? Élus ? ...investisseurs ?

A ce stade, c'est de la pure supposition. Mais je commence à savoir anticiper le projet néolibéral. Or, quand à ma droite on me dit que les patrons seront amenés à plus participer à la vie des établissements, voire à les financer, et qu'à ma gauche on me dit qu'il y aura 5 personnes non-professeurs au conseil d'établissement, j'ai un peu la fâcheuse tendance de rapprocher les 2 idées. Je commence à connaître un peu trop bien leur projet de société. Mais peut-être que je me trompe totalement. La coïncidence est toutefois troublante, et peut-être que d'ici quelques mois, je pourrais ressortir ce post, lors de l'annonce officielle de l'entrée des "entrepreneurs", "membres de la société civile", dans les établissements.

(j'ajouterais quand même qu'il y a des choses qui me conviennent dans les recommandations de la Commission, même si j'ai du mal avec le concept d'une institution non-démocratique pouvant donner des ordres à un pays démocratique)


Dernière édition par Zagara le Mar 29 Aoû 2017 - 9:56, édité 1 fois
avatar
Zagara
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Isis39 le Mar 29 Aoû 2017 - 9:51

Whypee a écrit:Dans ma carrière de trois décennies, la qualité des CdE de mon établissement a toujours été régressive. J'entends donc chaque changement en attendant pire, et je ne suis jamais déçu.
Ma dentiste est la belle-fille de ma première CdE. Quand je lui ai dit, elle a parlé de moi. Elle se souvenait de moi, des élèves et de mon sale caractère constructif. Aujourd'hui, mon CdE est incapable de se souvenir de ma discipline...

Pareil pour moi.
Mes premiers CDE, je n'aurais pas craint qu'ils puissent avoir plus d'autonomie pour mener l'établissement.
Les derniers, par contre, c'est déjà catastrophique, alors leur donner plus d'autonomie et de pouvoir serait juste inimaginable...
avatar
Isis39
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Whypee le Mar 29 Aoû 2017 - 10:07

Zagara a écrit:
...
Mais peut-être que je me trompe totalement.
...
J'ai la même analyse et je suis quasi sûr que cela arrivera avant 5 ans avec notre bô président.

_________________
"Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue."
____Albert Einstein____
avatar
Whypee
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par laMiss le Mar 29 Aoû 2017 - 11:06

@Zagara : merci pour ces explications détaillées, j'aime bien comprendre. Smile

Je comprends pourquoi je ne comprenais pas : je n'ai pas lu la phrase comme toi.
Ma version : "équipe de direction de 5 à 10 personne comprenant des enseignants" = que des enseignants en plus des personnels de direction.
Ta version : "équipe de direction de 5 à 10 personne comprenant des enseignants" = enseignants et personnes extérieures, en plus des personnels de direction.
Si la deuxième est la bonne, alors je ne pense pas que ton scénario soit fantaisiste en effet...

_________________
aai Faut lui laisser sa chance ! Jusque là tout va bien ! aai

laMiss
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

Message par Delia le Mar 29 Aoû 2017 - 11:16

Merci Zagara pour la clarté de ton exposé !
Vrac de remarquesmarginales :
La rémunération au mérite c'est une brillante idée de... Michel Rocard ! Sauf si ma mémoire me trompe.  Elle a été enterrée, et telle un zombi, elle ressort de sa tombe.
Mettre l'école au service de l'entreprise c'est l'arrière pensée qui a présidé à l'instauration des TPE (une idée pas si mauvaise... si elle avait été appliquée !) Lors de la mise en rute de cette chose nous avons été convoqués, ban et arrière-ban des professeurs de lycée pour une réunion de formation, présidée par l'IPR d'espagnol, avec participation de gens du privé. Remue-méninges intense de conseils et suggestions et à midi discours de conclusion avant la pause déjeuner. Un gen-du-privé nous assure que nous allons ainsi faire de nos élèves des employés performants. Mon sang n'a fait qu'un tour, j'ai bondi sur mes pieds et dans un silence de mort j'ai proclamé haut et fort que notre mission ne consistait pas à formater de la main d'œuvre, mais à former des citoyens.
Dans la queue du restaurant, des collègues m'ont chaleureusement félicitée d'avoir dit tout haut ce qu'ils pensaient tout bas...
Conclusion : la menace n'est pas nouvelle, seulement il ne faut pas trop compter sur les collègues pour réagir à temps.
Zagara rectifiera si je me trompe mais le XIXe siècle a vu fleurir des écoles professionnelles aux ordres du patronat qui formait ainsi ses exécutants. C'est pour retirer la formation professionnelle au privé que l'Etat a ouvert ses propres écoles... mais elles ne sont pas assez à la botte, donc le privé revient...

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
avatar
Delia
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 18 sur 19 Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum