Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
User28419
Niveau 8

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par User28419 le Dim 21 Jan 2018 - 12:53
@Jacq a écrit:
@pasbien a écrit:
@Rendash a écrit:
C'est l'idée selon laquelle dans une zone pareille, seuls les gens qui ont envie de rester dans la région (en général, ceux qui en sont originaires) vont rester dans l'établissement. Donc, on choisit, plutôt que de voir arriver chaque année une palanquée de néotits qui dépriment dans ce trou pourri et n'ont qu'une envie, se tailler ASAP.

Je me retrouve dans ce cas. Des postes perdus dont personne ne veut au fin fond de contrées éloignées sont actuellement vacants ou bien occupés par des "enseignants en transit" qui n'attendent que leur mutation.
Pendant ce temps là je suis dans un établissement que nombre d'enseignants souhaiteraient avoir.
Je suis donc de près le sujet en espérant que la mesure soit testée. Intérêt égoïste certains diront (à raison d'ailleurs) mais les élèves de ces zones gagneraient également à avoir quelqu'un prêt à s'investir de manière pérenne.
Reste la question des zones où vraiment trop peu de monde souhaite s'investir, la réponse ne pourra venir que d'un effort conséquent sur le nerf de la guerre de la part du gouvernement et sur ce point là je reste très dubitatif.

Les élèves gagneront à avoir des enseignants moins formés qui ne trouveront que ces zones là où l'on voudra bien d'eux pendant que les autres se précipiteront vers des zones demandées. Enfin, avec notre système actuel, on ne se sauve pas du jour au lendemain des zones déficitaires en enseignants, il m'a fallu 15 ans pour les quitter. C'est à cause (ou grâce) à ce système que dans mon ancien établissement nous avions des titulaires et pas seulement des personnes sorties de Pôle emploi et balancées du jour au lendemain devant des élèves en n 'ayant jamais enseigné.  Et la réponse que tu suggères nous ne l'aurons pas. D'ailleurs, le dispositif avait été tenté avec les postes ECLAIR. Dans la ville dont je parle tous les collèges étaient classés ECLAIR et le résultat a été : encore moins de candidatures qu'avant ! Une collègue de mon ancien établissement, titulaire, prof de matière pro, absente la quasi totalité de l'année avait par contre obtenu sa mutation vers un LP bien pourri de la grande ville proche classé ECLAIR. Recrutement officiellement sur dossier pour recruter les meilleurs, les plus motivés, blablabla... prise du premier coup malgré des états de service lamentables (il y a une année où jusqu'aux vacances de Noël elle avait réussi à ne travailler que trois semaines, étant malade le plus clair du temps mais curieusement pas lorsque ses élèves étaient en stage) . Normal, recrutement local, poste ECLAIR, établissement notoirement pourri : elle a été la seule à postuler ! Vous parlez d'un recrutement de qualité, la pire collègue dans sa discipline !

Certains ont des grandes idées sur le papier et dans les discours (l'enseignement pour tous, aider les plus défavoriser, etc) mais après ils fuient rapidement "ces établissements" (ils diront trop d'arabes et de noirs sûrement!). Normalement, les "vrais professeurs" (ceux qui défendent l'enseignement, le savoir) devraient se bousculer pour aider les enfants des quartiers très pauvres ! (le pacte républicain se joue ici), mais...

Grand diseux, petit faiseux !

Moi je suis dans le 93 et je fais le taf pour aider ces gamins !


Dernière édition par mafalda16 le Dim 21 Jan 2018 - 14:29, édité 1 fois (Raison : Typographie !)
avatar
Rendash
Bon génie

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Rendash le Dim 21 Jan 2018 - 12:57
@Jacq a écrit:. Dans la ville dont je parle tous les collèges étaient classés ECLAIR et le résultat a été : encore moins de candidatures qu'avant !

+1. Maintenant ils sont tous classés REP+, et le turnover est monstrueux, de même que le pourcentage de contractuels.
(Enfin, l'un est classé REP et pas REP+, mais vu le CDE qu'il se coltine, on devrait tripler la prime des collègues qui y bossent Laughing )

A telle enseigne que je suis parti ... pour rester dans le collège REP+ où je bosse quelques années, tout en restant TZR : AFA, vu que personne ne postule. Un TZR en AFA et deux contractuels, sur six collègues d'HG. Ne parlons pas des maths (90% de contractuels), de la physique (100% de contractuels) ou des SVT.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Rendash
Bon génie

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Rendash le Dim 21 Jan 2018 - 13:03
jérémiemarseille a écrit:
@Jacq a écrit:
@pasbien a écrit:
@Rendash a écrit:
C'est l'idée selon laquelle dans une zone pareille, seuls les gens qui ont envie de rester dans la région (en général, ceux qui en sont originaires) vont rester dans l'établissement. Donc, on choisit, plutôt que de voir arriver chaque année une palanquée de néotits qui dépriment dans ce trou pourri et n'ont qu'une envie, se tailler ASAP.

Je me retrouve dans ce cas. Des postes perdus dont personne ne veut au fin fond de contrées éloignées sont actuellement vacants ou bien occupés par des "enseignants en transit" qui n'attendent que leur mutation.
Pendant ce temps là je suis dans un établissement que nombre d'enseignants souhaiteraient avoir.
Je suis donc de près le sujet en espérant que la mesure soit testée. Intérêt égoïste certains diront (à raison d'ailleurs) mais les élèves de ces zones gagneraient également à avoir quelqu'un prêt à s'investir de manière pérenne.
Reste la question des zones où vraiment trop peu de monde souhaite s'investir, la réponse ne pourra venir que d'un effort conséquent sur le nerf de la guerre de la part du gouvernement et sur ce point là je reste très dubitatif.

Les élèves gagneront à avoir des enseignants moins formés qui ne trouveront que ces zones là où l'on voudra bien d'eux pendant que les autres se précipiteront vers des zones demandées. Enfin, avec notre système actuel, on ne se sauve pas du jour au lendemain des zones déficitaires en enseignants, il m'a fallu 15 ans pour les quitter. C'est à cause (ou grâce) à ce système que dans mon ancien établissement nous avions des titulaires et pas seulement des personnes sorties de Pôle emploi et balancées du jour au lendemain devant des élèves en n 'ayant jamais enseigné.  Et la réponse que tu suggères nous ne l'aurons pas. D'ailleurs, le dispositif avait été tenté avec les postes ECLAIR. Dans la ville dont je parle tous les collèges étaient classés ECLAIR et le résultat a été : encore moins de candidatures qu'avant ! Une collègue de mon ancien établissement, titulaire, prof de matière pro, absente la quasi totalité de l'année avait par contre obtenu sa mutation vers un LP bien pourri de la grande ville proche classé ECLAIR. Recrutement officiellement sur dossier pour recruter les meilleurs, les plus motivés, blablabla... prise du premier coup malgré des états de service lamentables (il y a une année où jusqu'aux vacances de Noël elle avait réussi à ne travailler que trois semaines, étant malade le plus clair du temps mais curieusement pas lorsque ses élèves étaient en stage) . Normal, recrutement local, poste ECLAIR, établissement notoirement pourri : elle a été la seule à postuler ! Vous parlez d'un recrutement de qualité, la pire collègue dans sa discipline !

Certains ont des grandes idées sur le papier et dans les discours (l'enseignement pour tous, aider les plus défavoriser, etc) mais après ils fuient rapidement "ces établissements" (ils diront trop d'arabes et de noirs sûrement!). Normalement, les "vrais professeurs" (ceux qui défendent l'enseignement, le savoir) devraient se bousculer  pour aider les enfants des quartiers très pauvres! (le pacte républicain se joue ici), mais...

Grand diseux, petit faiseux!

Moi je suis dans le 93 et je fais le taf pour aider ces gamins!


Mais tu dis vraiment n'importe quoi, c'est quand même dingue d'être à ce point malcomprenant Neutral

Bombe le torse tant que tu voudras avec tes "moi je" et tes "lol", c'est très bien si ça te permet d'être bien dans tes pompes ; mais relis un peu ce dont on cause, pour essayer de comprendre un petit peu de quoi il s'agit.
Et rappelons encore une fois qu'on exerce un métier, pas un sacerdoce. Si t'as une âme de missionnaire, c'est chouette pour toi, bravo, mets-toi donc en position et fous donc la paix à ceux pour qui ce n'est pas le cas.



_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Jacq
Doyen

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Jacq le Dim 21 Jan 2018 - 13:13
jérémiemarseille a écrit:
@Jacq a écrit:
@pasbien a écrit:
@Rendash a écrit:
C'est l'idée selon laquelle dans une zone pareille, seuls les gens qui ont envie de rester dans la région (en général, ceux qui en sont originaires) vont rester dans l'établissement. Donc, on choisit, plutôt que de voir arriver chaque année une palanquée de néotits qui dépriment dans ce trou pourri et n'ont qu'une envie, se tailler ASAP.

Je me retrouve dans ce cas. Des postes perdus dont personne ne veut au fin fond de contrées éloignées sont actuellement vacants ou bien occupés par des "enseignants en transit" qui n'attendent que leur mutation.
Pendant ce temps là je suis dans un établissement que nombre d'enseignants souhaiteraient avoir.
Je suis donc de près le sujet en espérant que la mesure soit testée. Intérêt égoïste certains diront (à raison d'ailleurs) mais les élèves de ces zones gagneraient également à avoir quelqu'un prêt à s'investir de manière pérenne.
Reste la question des zones où vraiment trop peu de monde souhaite s'investir, la réponse ne pourra venir que d'un effort conséquent sur le nerf de la guerre de la part du gouvernement et sur ce point là je reste très dubitatif.

Les élèves gagneront à avoir des enseignants moins formés qui ne trouveront que ces zones là où l'on voudra bien d'eux pendant que les autres se précipiteront vers des zones demandées. Enfin, avec notre système actuel, on ne se sauve pas du jour au lendemain des zones déficitaires en enseignants, il m'a fallu 15 ans pour les quitter. C'est à cause (ou grâce) à ce système que dans mon ancien établissement nous avions des titulaires et pas seulement des personnes sorties de Pôle emploi et balancées du jour au lendemain devant des élèves en n 'ayant jamais enseigné.  Et la réponse que tu suggères nous ne l'aurons pas. D'ailleurs, le dispositif avait été tenté avec les postes ECLAIR. Dans la ville dont je parle tous les collèges étaient classés ECLAIR et le résultat a été : encore moins de candidatures qu'avant ! Une collègue de mon ancien établissement, titulaire, prof de matière pro, absente la quasi totalité de l'année avait par contre obtenu sa mutation vers un LP bien pourri de la grande ville proche classé ECLAIR. Recrutement officiellement sur dossier pour recruter les meilleurs, les plus motivés, blablabla... prise du premier coup malgré des états de service lamentables (il y a une année où jusqu'aux vacances de Noël elle avait réussi à ne travailler que trois semaines, étant malade le plus clair du temps mais curieusement pas lorsque ses élèves étaient en stage) . Normal, recrutement local, poste ECLAIR, établissement notoirement pourri : elle a été la seule à postuler ! Vous parlez d'un recrutement de qualité, la pire collègue dans sa discipline !

Certains ont des grandes idées sur le papier et dans les discours (l'enseignement pour tous, aider les plus défavoriser, etc) mais après ils fuient rapidement "ces établissements" (ils diront trop d'arabes et de noirs sûrement!). Normalement, les "vrais professeurs" (ceux qui défendent l'enseignement, le savoir) devraient se bousculer  pour aider les enfants des quartiers très pauvres! (le pacte républicain se joue ici), mais...

Grand diseux, petit faiseux!

Moi je suis dans le 93 et je fais le taf pour aider ces gamins!

J'ai évité le 93, que je connais pourtant. Ce type de ville n'est pas pour moi, je ne parle pas des élèves, mais de l'ensemble urbain. Paris et sa banlieue ce n'est pas pour moi. Ce ne sont pas les élèves. Donc je ne me suis tapé que des zones géographiquement isolées où personne ne voulait aller, grâce au système des mutations. Sans ce système j'aurais trouvé un poste directement dans l'académie et la ville où j'ai fait mes études car il restait des postes vacants durant toute mon absence de cette ville et les élèves des zones rurales ou semi rurales où j'ai enseigné n'auraientt jamais eu le plaisir immense de me supporter. A l'inverse j'ai des amis de fac, devenus prof aussi, qui sont allés volontairement dans ce fameux 93 et qui y ont trouvé leur compte, qui y sont restés d'ailleurs pour certains.

Et puis pour les gamins en difficulté, tu peux les trouver ailleurs qu'en IDF. L'endroit dont nous parlons avec Rendash, toutes les écoles sont REP, tous les collèges ECLAIR pendant le temps des ECLAIR, et seul un lycée ne l'était pas alors qu'il aurait dû l'être. Ensuite dans le 93 il y a des zones bien plus tranquilles que d'autres, on ne peut pas tout généraliser, plus tranquilles que certaines villes isolées qui n'ont pas l'image parfois rebutante des banlieues mais dont les gamins peuvent être gratinés et tout autant dans le besoin. Tu peux aller voir les anciennes villes industrielles sinistrées, c'est pas mal.

Le taf on le fait ou on l'a fait aussi même si au bout d'un moment on peut espérer aller ailleurs. Ton discours sur les diseux ou les faiseux... c'est bien, c'est à la mode, ça fait sourire. Tu devrais prendre comme avatar le chevalier blanc dont la quête du Graal se résume à savoir s'il va toucher sa prime REP en tant que néotit. C'est beau, c'est grand, le don de sa personne et le sacrifice personnel !

_________________
Pétition pour l'enseignement professionnel : https://www.change.org/p/unplandurgencepourlavoiepro-gmail-com-un-plan-d-urgence-pour-la-voie-professionnelle-du-lyc%C3%A9e-fc2f9379-12de-4c41-91cb-4afb89d6a8d3
User28419
Niveau 8

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par User28419 le Dim 21 Jan 2018 - 13:15
@Rendash a écrit:
jérémiemarseille a écrit:
@Jacq a écrit:
@pasbien a écrit:

Je me retrouve dans ce cas. Des postes perdus dont personne ne veut au fin fond de contrées éloignées sont actuellement vacants ou bien occupés par des "enseignants en transit" qui n'attendent que leur mutation.
Pendant ce temps là je suis dans un établissement que nombre d'enseignants souhaiteraient avoir.
Je suis donc de près le sujet en espérant que la mesure soit testée. Intérêt égoïste certains diront (à raison d'ailleurs) mais les élèves de ces zones gagneraient également à avoir quelqu'un prêt à s'investir de manière pérenne.
Reste la question des zones où vraiment trop peu de monde souhaite s'investir, la réponse ne pourra venir que d'un effort conséquent sur le nerf de la guerre de la part du gouvernement et sur ce point là je reste très dubitatif.

Les élèves gagneront à avoir des enseignants moins formés qui ne trouveront que ces zones là où l'on voudra bien d'eux pendant que les autres se précipiteront vers des zones demandées. Enfin, avec notre système actuel, on ne se sauve pas du jour au lendemain des zones déficitaires en enseignants, il m'a fallu 15 ans pour les quitter. C'est à cause (ou grâce) à ce système que dans mon ancien établissement nous avions des titulaires et pas seulement des personnes sorties de Pôle emploi et balancées du jour au lendemain devant des élèves en n 'ayant jamais enseigné.  Et la réponse que tu suggères nous ne l'aurons pas. D'ailleurs, le dispositif avait été tenté avec les postes ECLAIR. Dans la ville dont je parle tous les collèges étaient classés ECLAIR et le résultat a été : encore moins de candidatures qu'avant ! Une collègue de mon ancien établissement, titulaire, prof de matière pro, absente la quasi totalité de l'année avait par contre obtenu sa mutation vers un LP bien pourri de la grande ville proche classé ECLAIR. Recrutement officiellement sur dossier pour recruter les meilleurs, les plus motivés, blablabla... prise du premier coup malgré des états de service lamentables (il y a une année où jusqu'aux vacances de Noël elle avait réussi à ne travailler que trois semaines, étant malade le plus clair du temps mais curieusement pas lorsque ses élèves étaient en stage) . Normal, recrutement local, poste ECLAIR, établissement notoirement pourri : elle a été la seule à postuler ! Vous parlez d'un recrutement de qualité, la pire collègue dans sa discipline !

Certains ont des grandes idées sur le papier et dans les discours (l'enseignement pour tous, aider les plus défavoriser, etc) mais après ils fuient rapidement "ces établissements" (ils diront trop d'arabes et de noirs sûrement!). Normalement, les "vrais professeurs" (ceux qui défendent l'enseignement, le savoir) devraient se bousculer  pour aider les enfants des quartiers très pauvres! (le pacte républicain se joue ici), mais...

Grand diseux, petit faiseux!

Moi je suis dans le 93 et je fais le taf pour aider ces gamins!


Mais tu dis vraiment n'importe quoi, c'est quand même dingue d'être à ce point malcomprenant Neutral

Bombe le torse tant que tu voudras avec tes "moi je" et tes "lol", c'est très bien si ça te permet d'être bien dans tes pompes ; mais relis un peu ce dont on cause, pour essayer de comprendre un petit peu de quoi il s'agit.
Et rappelons encore une fois qu'on exerce un métier, pas un sacerdoce. Si t'as une âme de missionnaire, c'est chouette pour toi, bravo, mets-toi donc en position et fous donc la paix à ceux pour qui ce n'est pas le cas.



1° j'ai le droit de dire ce que je veux même si cela ne te plait pas (je suis pour la liberté individuelle).
2°Je réponds à la remarque du collègue qui dit que si les CDE ont le choix de sélectionner les enseignants, plus aucun enseignant postulera dans les quartiers dits difficiles. C'est sans doute vrai mais ça traduit bien la réelle mentalité de certains au delà des discours. (Sortir des discours pour observer la réalité).
3° "on exerce un métier, pas un sacerdoce". Ai-je dit le contraire?
avatar
Caspar
Esprit sacré

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Caspar le Dim 21 Jan 2018 - 13:18
Tu parlais de pragmatisme je crois Jérémie ? Eh bien le pragmatisme, c'est savoir qu'on ne se bousculera pas au portillon des établissements difficiles si les cde recrutent. J'aime mon métier mais je ne suis pas prêt à l'exercer dans n'importe quelles conditions, et je ne sais pas si j'aurais supporté de travailler dans des REP+ de Seine-Saint-Denis. C'est sans doute malheureux mais c'est comme ça, et je ne dois pas être le seul.


Dernière édition par Caspar le Dim 21 Jan 2018 - 13:41, édité 1 fois
avatar
Lefteris
Empereur

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Lefteris le Dim 21 Jan 2018 - 13:20
@Rendash a écrit:
Et rappelons encore une fois qu'on exerce un métier, pas un sacerdoce. Si t'as une âme de missionnaire, c'est chouette pour toi, bravo, mets-toi donc en position et fous donc la paix à ceux pour qui ce n'est pas le cas.


Evidemment, on n'exerce pas un sacerdoce, et  c'est tout à fait démontrable dans les faits, quasiment à 100% . On demande un établissement parce qu'on a intérêt à y être  pour une raison ou une autre, toutes aussi valables : proximité du domicile, qualité de l'établissement par exemple.  Je suis en zone difficile, élèves pénibles, travail peu gratifiant et que vois-je dans les nombreux établissements autour de moi :  soit les gens le demandent  et y restent parce qu'ils habitent à côté (le cas à vue de nez d'un bon tiers des enseignants, le mien aussi) , soit ils  y sont parachutés parce que ce sont des établissements demandant peu de points en intra, et ils en partent dès que possible.
Ceux qui habitent à côté postulent parfois pour partir, mais uniquement des "bons" établissements (illogique d'aller prendre les transports interminables pour supporter le même genre d'élèves).
Quand aux contractuels, il est arrivé d'en avoir pas mal pour cause de poste non pourvus, et là, on assiste à une rotation importante, trois, quatre, voire cinq dans la même année, avec des interruptions entre chaque vacation, le temps de trouver un remplaçant au démissionnaire. Ainsi dans un passé récent , dans mon établissement certains élèves se sont ainsi retrouvés avec 5 professeurs de  français et six mois de cours sur deux ans ! et des cas similaires en anglais, maths. Dans le collège voisin de chez moi, certains jeunes que je connais étaient dehors à midi presque tous les jours. Pourquoi ? postes non pourvus, contractuels démissionnant à la queue leu- leu, et on avait donc "compacté" leurs emplois du temps. Ils passaient des semaines entières sans certaines matières.

@Caspar a écrit:Je ne sais pas supporté de travailler dans des REP+ de Seine-Saint-Denis. C'est sans doute malheureux mais c'est comme ça, et je ne dois pas être le seul.
Ca saute au yeux, les faits le démontrent tous les jours. On peut se rouler par terre en le niant, les faits sont têtus. Et il n'est pas besoin d'être voyant extra lucide pour comprendre qu'à chaque aggravation des conditions d'exercice du métier, ça s'amplifiera, que les candidats renâcleront encore plus à se présenter aux concours, que les contractuels refuseront des postes, et ainsi de suite.
Les idéologies sont têtues, mais les faits le sont encore plus.


Dernière édition par Lefteris le Dim 21 Jan 2018 - 13:31, édité 2 fois

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
Cath
Bon génie

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Cath le Dim 21 Jan 2018 - 13:21
2. "La mentalité de certains au-delà des discours" ? Si le job est plus dur, le salaire doit suivre. Sinon on en arrive à
"3. "On exerce un métier, pas un sacerdoce". Ai-je dit le contraire ?"
Ben oui, dans le 2.
avatar
Rendash
Bon génie

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Rendash le Dim 21 Jan 2018 - 13:25
jérémiemarseille a écrit:

1° j'ai le droit de dire ce que je veux même si cela ne te plait pas (je suis pour la liberté individuelle).
2°Je réponds à la remarque du collègue qui dit que si les CDE ont le choix de sélectionner les enseignants, plus aucun enseignant postulera dans les quartiers dits difficiles. C'est sans doute vrai mais ça traduit bien la réelle mentalité de certains au delà des discours. (Sortir des discours pour observer la réalité).
3° "on exerce un métier, pas un sacerdoce". Ai-je dit le contraire?


C'est dingue d'être à ce point malcomprenant ² Laughing

Donc, rebelote. La prochaine fois j'essaie avec des images, ça ira peut-être mieux.
1 - Certes, tu as le droit de dire des âneries, et les autres de te faire remarquer que tu dis n'importe quoi.
2 - Tu as confondu, comme Jacq te l'explique gentiment un post plus haut, "quartier difficile" et "zone non attractive". Fais le mariole tant que tu veux avec ton "moi je" ("moi je fais le taf", "moi je suis dans le 93") ; t'as une gueule grande comme ça, mais en attendant t'es pépère en lycée, t'as pas les élèves vraiment difficiles qu'ont les collègues du premier degré, puis les collègues des collèges REP+, puis les collègues de LP (patapay les collègues de lycée, vous aurez compris l'ironie de mon propos, contrairement à ce malheureux).
3 - Oui, tu as dit le contraire. La mentalité de vouloir exercer son métierdans des conditions correctes (en termes soit de cadre de travail, soit de salaire), c'est si difficile à comprendre ?

En attendant, le salaire des PE et des PLP n'est pas à la hauteur du boulot qu'ils se tapent et des conditions dans lesquelles ils se le tapent ; ça, c'est un fait. Le recrutement des enseignants en général est de plus en plus difficile, et attire de moins en moins de bons étudiants ; ça, c'est un fait. Un enseignant débute sa carrière dans des bahuts souvent bien merdiques, à 1.1 SMIC ; ça, c'est un fait. C'est par ça qu'il faut commencer, plutôt que d'aller inventer de nouveaux moyens de pourrir la vie et les conditions de travail des enseignants.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
User28419
Niveau 8

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par User28419 le Dim 21 Jan 2018 - 13:30
@Cath a écrit:2. "La mentalité de certains au-delà des discours" ? Si le job est plus dur, le salaire doit suivre. Sinon on en arrive à
"3. "On exerce un métier, pas un sacerdoce". Ai-je dit le contraire ?"
Ben oui, dans le 2.

Oui si le CDE sélectionne il faut qu'il ait du pouvoir. Donc il doit pouvoir proposer plus de primes pour attirer. Je trouve cela normal effectivement. Les primes aux projets également pour récompenser l'implication des enseignants. Il n'y a rien d'alarmant dans cette logique. Juste du bon sens.

Moi je suis plutôt libéral, tout ce qui peut faciliter la liberté individuelle doit être encouragé. On pose des règles claires identiques et on laisse les gens s'arranger, négocier, etc. La centralisation nous tue!






avatar
Rendash
Bon génie

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Rendash le Dim 21 Jan 2018 - 13:36
Encore et toujours, "implication" sur quels critères ? Rolling Eyes
Quel collègue s'implique le plus ? Celui qui ne fait pas de sorties ou de trucs comme ça mais dont tous les élèves progressent, ou celui qui multiplie les sorties au détriment du reste ? "Plus de prime", c'est mignon quand c'est à ce point naïf. T'es un peu au courant du bazar qu'est l'attribution des IMP, par exemple ? Tu sais un peu de quoi il s'agit, pour commencer ?


Et ne pas réussir à comprendre que la liberté est justement préservée par le cadre national strict (barème de mut', programmes scolaires nationaux), et tuée par l'accroissement du pouvoir local de la hiérarchie, c'est quand même fort de café Laughing  Mais bon sang, t'as lu un peu ce que disent les collègues du premier degré, en butte aux injonctions de leur propre hiérarchie ? (IEN et CPC, en l'occurrence).

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Jenny
Modérateur

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Jenny le Dim 21 Jan 2018 - 13:39
@Rendash a écrit:En attendant, le salaire des PE et des PLP n'est pas à la hauteur du boulot qu'ils se tapent et des conditions dans lesquelles ils se le tapent ; ça, c'est un fait. Le recrutement des enseignants en général est de plus en plus difficile, et attire de moins en moins de bons étudiants ; ça, c'est un fait. Un enseignant débute sa carrière dans des bahuts souvent bien merdiques, à 1.1 SMIC ; ça, c'est un fait. C'est par ça qu'il faut commencer, plutôt que d'aller inventer de nouveaux moyens de pourrir la vie et les conditions de travail des enseignants.

Entièrement d'accord.
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Thalia de G le Dim 21 Jan 2018 - 13:42
J'ai l'impression, jérémiemarseille, à la lecture des posts de membres aguerris, que tu as tort de t'obstiner dans une certaine posture.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
avatar
Kimberlite
Fidèle du forum

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Kimberlite le Dim 21 Jan 2018 - 13:43
jérémiemarseille a écrit:
Certains ont des grandes idées sur le papier et dans les discours (l'enseignement pour tous, aider les plus défavoriser, etc) mais après ils fuient rapidement "ces établissements" (ils diront trop d'arabes et de noirs sûrement!). Normalement, les "vrais professeurs" (ceux qui défendent l'enseignement, le savoir) devraient se bousculer  pour aider les enfants des quartiers très pauvres! (le pacte républicain se joue ici), mais...

Grand diseux, petit faiseux!

Moi je suis dans le 93 et je fais le taf pour aider ces gamins!
Certains ont de grandes idées, et veulent appliquer aux autres l'enfer qu'ils ne vivent même pas (on reparlera de tout ceci quand tu auras terminé ton stage, je pense): le sacrifice, ça va un temps. Personnellement j'ai fait assez de sacrifices pour l'Etat, qui ne les a pas récompensés.
J'aime bien mes élèves (qui sont aussi issus de zones pauvres... mais ce sont des ruraux surtout, alors personne n'en a rien à foutre), mais j'ai une maison à payer, un enfant, des zones géographiques que je préfère et d'autres où je n'ai aucune envie de terminer mon existence.
La plupart des gens sont comme ça, et je ne vois pas comment on pourrait leur reprocher de chercher à réaliser leurs rêves, d'avoir envie d'avoir de bonnes conditions de vie, pour eux et leurs enfants s'ils en ont.
La majorité de mes collègues habitent loin de mon établissement, car ils sont en couple avec quelqu'un qui travaille ailleurs ou parce qu'ils n'ont aucune envie de vivre dans le trou du cul du monde (moi personnellement ça me va, mais mon homme aimerait vraiment se rapprocher de zones plus sympas au niveau paysage).

Si on compte sur les personnes "prêtes à se sacrifier et dont c'est le rêve de vivre en banlieue/dans un coin moche et de se confronter à toute la misère du monde" pour occuper les postes, là on risque bien de ne pas vraiment les aider tes pauvres.

Je suis admirative devant tes grandes idées et ta volonté de sacrifice, mais ce ne sont pas tes explications dithyrambiques sur ta propre personne, d'abord, qui prouvent que tu "aides les élèves des quartiers très pauvres".

Grand diseux, petit faiseux, comme tu dis.
Rappelle-toi que tu n'es qu'en stage, et, comme dirait un formateur ESPE, tu as encore tout à apprendre.
K

_________________
Spoiler:
avatar
Rendash
Bon génie

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Rendash le Dim 21 Jan 2018 - 13:48
Etre stagiaire n'est pas un problème, et n'empêche pas d'avoir un avis. Mais ça n'est pas non plus une excuse pour ne pas savoir lire et s'évertuer à ne comprendre absolument rien à ce qu'on lit.

"Il pleut, il faudrait prendre un parapluie.
- Mais non, le train est bleu lol ! "


_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Kimberlite
Fidèle du forum

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Kimberlite le Dim 21 Jan 2018 - 13:51
jérémiemarseille a écrit:
Oui si le CDE sélectionne il faut qu'il ait du pouvoir. Donc il doit pouvoir proposer plus de primes pour attirer.
Pas besoin que le CDE ait du pouvoir pour qu'il y ait des primes.
Aucun lien logique.
Il y a d'ailleurs déjà des primes.

Je trouve cela normal effectivement. Les primes aux projets également pour récompenser l'implication des enseignants. Il n'y a rien d'alarmant dans cette logique. Juste du bon sens.
Nous n'avons pas la même définition du bon sens.

Moi je suis plutôt libéral, tout ce qui peut faciliter la liberté individuelle doit être encouragé. On pose des règles claires identiques et on laisse les gens s'arranger, négocier, etc. La centralisation nous tue!
C'est certain que le système scolaire américain, anglais, etc. ça fait rêver et permet aux gamins des coins difficiles d'avoir de supers enseignants...  
La bêtise nous tue.

_________________
Spoiler:
avatar
Schéhérazade
Niveau 10

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Schéhérazade le Dim 21 Jan 2018 - 13:52
Jérémie, je ne sais pas dans quel monde tu vis...
Vu l'état des finances publiques, tu imagines sérieusement la mise en place de primes à la discrétion des chefs d'établissement?
Les primes aux projets? Dans un métier où il est si courant de ne pas rémunérer tout ce qui est extra-pro, comme l'organisation d'échanges linguistiques?
Si on respectait les gens, on leur dirait que telle tâche menée à bien mérite tel salaire, quel que soit le professeur qui l'accomplit, point barre. On ne chercherait pas à les avilir avec la carotte de la prime à la tête du client.
S'il n'y a jamais eu de budget pour rémunérer les projets, c'est qu'au fond notre hiérarchie les tient, quoi qu'elle en dise, pour un travail déqualifié et sans valeur, même s'il est utile pour épater la galerie médiatiquement, ou pour acheter plus ou moins la paix sociale. S'il n'y a jamais eu de budget pour rémunérer les projets, c'est que l'on compte bien les imposer par la terreur et le chantage à l'emploi (pour les contractuels) ou par des pressions plus insidieuses pour les autres (PPCR, lintérêtdesenfants, etc).
Si un jour des primes étaient laissées à la discrétion des chefs d'établissement, je les plaindrais: ce ne serait pas "plus de pouvoir", mais des arbitrages que tout chef sensé ne peut que haïr, la nécessité de cliver les équipes, ce qui ne peut que rendre un bon CDE malade, et des inimitiés assurées qui lui rendraient la vie encore plus impossible qu'elle ne l'est déjà. Les pervers qui aiment jouir du pouvoir par le clivage, par la carotte et le bâton sont nombreux, peut-être. Mais pas en nombre suffisant pour que les CDE puissent souhaiter des prérogatives aussi délétères pour eux que pour leur établissement.


Dernière édition par Schéhérazade le Dim 21 Jan 2018 - 13:56, édité 1 fois
avatar
Kimberlite
Fidèle du forum

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Kimberlite le Dim 21 Jan 2018 - 13:54
@Rendash a écrit:Etre stagiaire n'est pas un problème, et n'empêche pas d'avoir un avis. Mais ça n'est pas non plus une excuse pour ne pas savoir lire et s'évertuer à ne comprendre absolument rien à ce qu'on lit.

"Il pleut, il faudrait prendre un parapluie.
- Mais non, le train est bleu lol ! "

Certes... mais quand on n'a que quelques heures de cours par semaine et que le travail effectué n'a même pas été validé par une titularisation, généralement on ne se prend pas pour un modèle et quelqu'un qui en sait tellement sur tout qu'il peut conseiller et reprendre les autres et les prendre pour de vieux croûtons égoïstes qui font rien qu'à penser à leur pomme au lieu de vouloir sauver le monde.

_________________
Spoiler:
User28419
Niveau 8

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par User28419 le Dim 21 Jan 2018 - 13:59
@Rendash a écrit:Encore et toujours, "implication" sur quels critères ? Rolling Eyes
Quel collègue s'implique le plus ? Celui qui ne fait pas de sorties ou de trucs comme ça mais dont tous les élèves progressent, ou celui qui multiplie les sorties au détriment du reste ?

Merci d'avoir confiance dans le professionnalisme des professeurs.


@Rendash a écrit:
Et ne pas réussir à comprendre que la liberté est justement préservée par le cadre national strict, et tuée par l'accroissement du pouvoir local de la hiérarchie, c'est quand même fort de café Laughing  Mais bon sang, t'as lu un peu ce que disent les collègues du premier degré, en butte aux injonctions de leur propre hiérarchie ? (IEN et CPC, en l'occurrence).

1° Je n'ai jamais dit qu'il ne fallait pas revaloriser les salaires des professeurs. Je le dis, le salaire des professeurs des écoles et des CAPET/CAPES est trop bas.
2°On parle de l'autonomie des CDE. Ca concerne le primaire et le secondaire normalement. Mes propos ne se focalisent pas essentiellement sur le primaire. Ils pourront recruter des professeurs. Il est plu intelligent d'avoir un CDE qui est en mesure d'attirer des professeurs (primes) et de proposer un projet d'établissement spécifique. Si un établissement aime le numérique, des enseignants qui croient en cela pourront y postuler. Par contre, si un autre établissement s'intéresse aux élèves décrocheurs, les professeurs qui aiment cela pourront y postuler aussi.
On aura une multitude d'établissements avec leurs propres identités au lieu d'avoir les mêmes directives partout sans tenir compte du contexte. Il faut s'adapter. Les problématiques du lycée ou de l'école de campagne ne sont pas les mêmes que dans le 93.

Il peut y avoir des conflits entre enseignants et la hiérarchie mais cela existe dans toute organisation. Est-ce pour autant qu'il faut tuer toute forme d'autonomie? Dans les lycées privés, cela existe et personne n'est mort.

Il faut expérimenter avant de toujours tout refuser! Moi je trouve navrant autant de gens fermés sur eux, récalcitrants à tout, toujours suspects de tout.
avatar
Rendash
Bon génie

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Rendash le Dim 21 Jan 2018 - 14:01


C'est un sketch ! J'ai cru que tu étais sérieux, je me suis fait avoir. Bien joué !


(et au cas fort improbable où tu serais effectivement sérieux, juste un indice : "On parle de l'autonomie des CDE. Ca concerne le primaire et le secondaire normalement." ... il n'y a pas de CDE dans le premier degré, bougre d'andouille. Décidément, tu ferais mieux de te taire et de prendre dix minutes pour te renseigner un peu, tu n'as pas la moindre idée de ce dont tu causes.)


Dernière édition par Rendash le Dim 21 Jan 2018 - 14:02, édité 1 fois

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Philomène87
Érudit

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Philomène87 le Dim 21 Jan 2018 - 14:02
jérémiemarseille a écrit:
@Rendash a écrit:Encore et toujours, "implication" sur quels critères ? Rolling Eyes
Quel collègue s'implique le plus ? Celui qui ne fait pas de sorties ou de trucs comme ça mais dont tous les élèves progressent, ou celui qui multiplie les sorties au détriment du reste ?

Merci d'avoir confiance dans le professionnalisme des professeurs.


@Rendash a écrit:
Et ne pas réussir à comprendre que la liberté est justement préservée par le cadre national strict, et tuée par l'accroissement du pouvoir local de la hiérarchie, c'est quand même fort de café Laughing  Mais bon sang, t'as lu un peu ce que disent les collègues du premier degré, en butte aux injonctions de leur propre hiérarchie ? (IEN et CPC, en l'occurrence).

1° Je n'ai jamais dit qu'il ne fallait pas revaloriser les salaires des professeurs. Je le dis, le salaire des professeurs des écoles et des CAPET/CAPES est trop bas.
2°On parle de l'autonomie des CDE. Ca concerne le primaire et le secondaire normalement. Mes propos ne se focalisent pas essentiellement sur le primaire. Ils pourront recruter des professeurs. Il est plu intelligent d'avoir un CDE qui est en mesure d'attirer des professeurs (primes) et de proposer un projet d'établissement spécifique. Si un établissement aime le numérique, des enseignants qui croient en cela pourront y postuler. Par contre, si un autre établissement s'intéresse aux élèves décrocheurs, les professeurs qui aiment cela pourront y postuler aussi.
On aura une multitude d'établissements avec leurs propres identités au lieu d'avoir les mêmes directives partout sans tenir compte du contexte. Il faut s'adapter. Les problématiques du lycée ou de l'école de campagne ne sont pas les mêmes que dans le 93.

Il peut y avoir des conflits entre enseignants et la hiérarchie mais cela existe dans toute organisation. Est-ce pour autant qu'il faut tuer toute forme d'autonomie? Dans les lycées privés, cela existe et personne n'est mort.

Il faut expérimenter avant de toujours tout refuser! Moi je trouve navrant autant de gens fermés sur eux, récalcitrants à tout, toujours suspects de tout.

Rolling Eyes
avatar
Philomène87
Érudit

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Philomène87 le Dim 21 Jan 2018 - 14:04
@Rendash a écrit:

C'est un sketch ! J'ai cru que tu étais sérieux, je me suis fait avoir. Bien joué !


(et au cas fort improbable où tu serais effectivement sérieux, juste un indice : "On parle de l'autonomie des CDE. Ca concerne le primaire et le secondaire normalement." ... il n'y a pas de CDE dans le premier degré, bougre d'andouille. Décidément, tu ferais mieux de te taire et de prendre dix minutes pour te renseigner un peu, tu n'as pas la moindre idée de ce dont tu causes.)

Il est jeune, laissons-le faire ses propres expériences.
avatar
Rendash
Bon génie

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Rendash le Dim 21 Jan 2018 - 14:06
On aura une multitude d'établissements avec leurs propres identités au lieu d'avoir les mêmes directives partout sans tenir compte du contexte. Il faut s'adapter. Les problématiques du lycée ou de l'école de campagne ne sont pas les mêmes que dans le 93.


Là, j'aimerais que tu développes un peu. Fais nous profiter de ton exceptionnelle connaissance des établissements ruraux, et des problématiques différentes, vas-y bounce


@Philomène87 a écrit:
@Rendash a écrit:

C'est un sketch ! J'ai cru que tu étais sérieux, je me suis fait avoir. Bien joué !


(et au cas fort improbable où tu serais effectivement sérieux, juste un indice : "On parle de l'autonomie des CDE. Ca concerne le primaire et le secondaire normalement." ... il n'y a pas de CDE dans le premier degré, bougre d'andouille. Décidément, tu ferais mieux de te taire et de prendre dix minutes pour te renseigner un peu, tu n'as pas la moindre idée de ce dont tu causes.)

Il est jeune, laissons-le faire ses propres expériences.

Je préfère l'hypothèse du sketch, c'est moins insultant pour lui Razz

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Provence
Bon génie

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Provence le Dim 21 Jan 2018 - 14:22
jérémiemarseille a écrit:

Merci d'avoir confiance dans le professionnalisme des professeurs.
Certes. Et, concrètement?

2°On parle de l'autonomie des CDE. Ca concerne le primaire et le secondaire normalement.
Suspect


Il est plu intelligent d'avoir un CDE qui est en mesure d'attirer des professeurs (primes) et de proposer un projet d'établissement spécifique. Si un établissement aime le numérique, des enseignants qui croient en cela pourront y postuler. Par contre, si un autre établissement s'intéresse aux élèves décrocheurs, les professeurs qui aiment cela pourront y postuler aussi.
Et comme le monde est juste et équilibré, on trouvera autant de professeurs motivés à l'idée d'enseigner dans un lycée tranquille que de professeurs désireux d’exercer dans un coin perdu ou dans une zone violente et de se faire partout les hérauts de l'instruction républicaine.


On aura une multitude d'établissements avec leurs propres identités au lieu d'avoir les mêmes directives partout sans tenir compte du contexte. Il faut s'adapter. Les problématiques du lycée ou de l'école de campagne ne sont pas les mêmes que dans le 93.
Vas-y, développe.

Il peut y avoir des conflits entre enseignants et la hiérarchie mais cela existe dans toute organisation. Est-ce pour autant qu'il faut tuer toute forme d'autonomie? Dans les lycées privés, cela existe et personne n'est mort.
C'est vrai, jamais un seul petit suicide.  

Il faut expérimenter avant de toujours tout refuser! Moi je trouve navrant autant de gens fermés sur eux, récalcitrants à tout, toujours suspects de tout.
Je suis d'accord. J'ai voulu expérimenter aussi. J'avais mal aux dents, je me suis coupé une oreille et ça n'a rien amélioré. Grâce à l'expérimentation, je sais maintenant que c'était une ânerie!

Sinon, on peut réfléchir, hein, mais vraiment, avec un raisonnement construit et non un simplisme basé sur des idées-slogans. Essaie de lire et de comprendre ce que t'expliquent ici les collègues.
avatar
Rendash
Bon génie

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Rendash le Dim 21 Jan 2018 - 14:26
@Provence a écrit:
jérémiemarseille a écrit:
Il peut y avoir des conflits entre enseignants et la hiérarchie mais cela existe dans toute organisation. Est-ce pour autant qu'il faut tuer toute forme d'autonomie? Dans les lycées privés, cela existe et personne n'est mort.
C'est vrai, jamais un seul petit suicide.  

Ho, si peu. Et puis, ça ne concernait que des soucis personnels, rien à voir avec le boulot.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Poupoutch
Neoprof expérimenté

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Poupoutch le Dim 21 Jan 2018 - 14:32
jérémiemarseille a écrit:
@Rendash a écrit:Encore et toujours, "implication" sur quels critères ? Rolling Eyes
Quel collègue s'implique le plus ? Celui qui ne fait pas de sorties ou de trucs comme ça mais dont tous les élèves progressent, ou celui qui multiplie les sorties au détriment du reste ?

Merci d'avoir confiance dans le professionnalisme des professeurs.
Jérémie, je suis le genre de prof qui fait beaucoup de sorties, et je peux me sentir parfois énervée de la réaction des collègues qui n'en font pas et croient que ce n'est que de l'amusement (cf. le fil je râle).
Ceci étant, dans le cas précis, je suis d'accord avec Rendash. Certains collègues ne font pas de sortie et sont pour autant très impliqués dans leur travail et avec leurs élèves. Il n'y a pas qu'une seule façon d'être investi, et, surtout, l'investissement ne devrait pas se mesurer au nombre d'activités menées par un professeur et susceptibles de devenir des "arguments de vente" pour l'établissement. Pourquoi les chefs d’établissement aiment-ils tant les sorties et les projets? parce que c'est une vitrine plus attractive pour les parents d'élèves que les pourcentages de réussite, dont on sait bien ce qu'ils valent. Plus l'établissement a d'autonomie, plus son chef a de pouvoir, plus il cherchera à montrer son bon travail et le dynamisme de son établissement. Donc, plus les collègues seront incités - forcés? - à monter des projets. Je te renvoie, pour bien te rendre compte du problème, à la situation qu'a provoquée l'autonomie des universités, que ce soit en terme d'opacité des recrutements ou de course aux projets et aux financements... Je ne souhaite pas cela à l'EN.
jérémiemarseille a écrit:
@Rendash a écrit:
Et ne pas réussir à comprendre que la liberté est justement préservée par le cadre national strict, et tuée par l'accroissement du pouvoir local de la hiérarchie, c'est quand même fort de café Laughing  Mais bon sang, t'as lu un peu ce que disent les collègues du premier degré, en butte aux injonctions de leur propre hiérarchie ? (IEN et CPC, en l'occurrence).

1° Je n'ai jamais dit qu'il ne fallait pas revaloriser les salaires des professeurs. Je le dis, le salaire des professeurs des écoles et des CAPET/CAPES est trop bas.
2°On parle de l'autonomie des CDE. Ca concerne le primaire et le secondaire normalement. Mes propos ne se focalisent pas essentiellement sur le primaire. Ils pourront recruter des professeurs. Il est plu intelligent d'avoir un CDE qui est en mesure d'attirer des professeurs (primes) et de proposer un projet d'établissement spécifique. Si un établissement aime le numérique, des enseignants qui croient en cela pourront y postuler. Par contre, si un autre établissement s'intéresse aux élèves décrocheurs, les professeurs qui aiment cela pourront y postuler aussi.
On aura une multitude d'établissements avec leurs propres identités au lieu d'avoir les mêmes directives partout sans tenir compte du contexte. Il faut s'adapter. Les problématiques du lycée ou de l'école de campagne ne sont pas les mêmes que dans le 93.

Il peut y avoir des conflits entre enseignants et la hiérarchie mais cela existe dans toute organisation. Est-ce pour autant qu'il faut tuer toute forme d'autonomie? Dans les lycées privés, cela existe et personne n'est mort.

Il faut expérimenter avant de toujours tout refuser! Moi je trouve navrant autant de gens fermés sur eux, récalcitrants à tout, toujours suspects de tout.

Les recrutements sur projets se font déjà par les CDE, d'une certaine manière, dans le cas des mouvements spécifiques ; il est donc possible, sur des projets précis, de recruter soi-même sans être soumis aux points et aux critères des mouvements nationaux.
Tu envisages le recrutement sur projet comme un panacée pour le professeur, qui pourrait choisir son établissement en fonction de ce qu'il souhaite faire - du numérique, de la prévention décrochage... Soit. Mais d'une part, qui t'assure que ce système permettrait d'être plus à l'écoute des voeux des professeurs? Que fais-tu, aussi, des changements d'équipe ? Parce que dans certains établissements privés, les directions sont indéboulonnables et ta théorie tient peut-être (ceci étant, il n'y a qu'à voir comment le privé sous contrat traite ses maîtres-aux pour voir que c'est loin d'être la panacée). Mais dans le public, les directions changent tous les 3 à 5 ans, et avec elles les orientations, la manière de gérer les élèves et les personnels, etc. Que reste-t-il, alors, une fois le proviseur féru de TICE parti, du projet sur lequel le professeur a été engagé? D'autre part, que fais-tu des professeurs dont le but principal est d'enseigner, tout simplement? De plus, si l'on recrute sur projets, avec quels moyens ces projets seront-ils mis en place? Dans quelles conditions? Peut-on lutter contre le décrochage avec 35 gamins par classe? Prétendre utiliser les TICE correctement quand 30 minutes sont nécessaires pour que le moindre ordinateur démarre? Parce que la réalité de la plupart des établissements, c'est ça, et que l'Etat n'a pas l'intention de mettre plus de moyens dans l'éducation. Où, alors, se trouveront ces moyens? Dans des financements privés, que les professeurs devront dégoter eux-mêmes, en montant des dossiers de subvention de droite et de gauche en plus de leur temps de préparation, correction et "animation"? Dans des services annexes rendus par l'école (cantine, hébergement, etc.)? En faisant payer des frais de scolarité aux élèves pour l'achat dudit matériel supposé aider à leurs apprentissages?
Bref, expérimenter, c'est bien. réfléchir avant, c'est mieux. Cela se fait de moins en moins à l'heure actuelle, et on espère que le bateau se maintiendra à flot sans avoir vérifié s'il est étanche... titanic

_________________
Es ist nicht deine Schuld, dass die Welt ist wie sie ist. Es wär nur deine Schuld wenn sie so bleibt...
Contenu sponsorisé

Re: J-M Blanquer : les enseignants seront recrutés par les chefs d'établissement

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum