Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Lefteris
Empereur

Re: Les profs, ces feignants...

par Lefteris le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:05
@Reine Margot a écrit:Koa, moi je croyais qu'il fallait dire intérédésenfan, servicepublik, toussa... abi
L'un n'empêche pas l'autre. On va au boulot pour manger, on choisit si l'on peut le moindre mal pour ce faire, c'est un compromis, mais ça n'empêche nullement de faire son travail. Il va de soi que si je n'étais pas obligé d'aller travailler, je n'irais pas, comme l'immense majorité des gens, mais une fois que j'y suis, je n'enseigne pas n'importe quoi pour ce motif. De même, on peut très bien vouloir partir parce qu'on préfère autre chose, et l'on peut même avoir des vues dans des domaines très différents qui ne s'excluent pas les uns des autres, et donc postuler pour plusieurs postes n'ayant rien à voir non seulement avec le métier d'origine, mais même entre eux.

@Zagara a écrit:Dans le capitalisme post-1990, bien faire son travail n'est plus suffisant : il faut adhérer au projet d'entreprise, il faut aimer sa boîte, il faut avoir des motivations internes au travail et transpirer la bonne humeur, la joie et le volontarisme.

Les entretiens d'embauche en deviennent des lieux assez rigolos, car comme tout candidat a intégré le fait qu'il fallait des raisons positives et internes à son embauche, ça vire à qui dira qu'il adore le plus faire du C/C toute la journée ou remplir des fiches de paie. C'est mon hobby vous savez. Et les rouages de l'URSSAF, ça me passionne depuis que j'ai 3 ans.
Pas faux, et complètement hypocrite. Anecdote illustrative : il y a quelques années, la femme d'un ami cherchait un travail de base, car étrangère, pas de diplômes français, et avait trouvé une annonce pour être employée au rayon des jouets d'un hypermarché.Emploi évidemment au smic, même pas à temps complet, pour faire de la manutention, ranger... On demandait une lettre de motivation !
Ca la rendait dingue. Qu'est-ce qui est attendu , hormis "je veux arrondir les fins de mois", et sans que cela ne sonne faux ? "J'aime le travail d'équipe", "la grande distribution me fascine", "j'adore les nenfants", "j'aime bien ranger et voir tout en ordre" ?
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Les profs, ces feignants...

par Zagara le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:08
Je n'ai jamais compris le concept des lettres de motivation. Ça me dépasse.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Les profs, ces feignants...

par Lefteris le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:17
@Zagara a écrit:Quitte l'EN à cause de la baisse des conditions de travail c'est justement prouver qu'on n'est pas prêt à "faire n'importe quoi" à n'importe quel prix. Razz
C'est exactement ce que j'ai écrit dans le dernier dossier de détachement que j'ai  fait (en vain cependant, le poste avait était sans doute déjà pris au moment de la publication)  :  en substance, que la  quasi disparition de ma matière, ajoutées aux compétences demandées pour l'emploi, avérées et mentionnées dans le CV, constituait une motivation pour partir et que je serais plus utilement employé ailleurs au service de la nation. En termes feutrés pour dire que le bateau coule et que mon métier est mort.


Dernière édition par Lefteris le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:23, édité 1 fois (Raison : Ponctuation)

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Reine Margot
Demi-dieu

Re: Les profs, ces feignants...

par Reine Margot le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:20
@Lefteris a écrit:
@Reine Margot a écrit:Koa, moi je croyais qu'il fallait dire intérédésenfan, servicepublik, toussa... abi
L'un n'empêche pas l'autre. On va au boulot pour manger, on choisit si l'on peut le moindre mal pour ce faire, c'est un compromis, mais ça n'empêche nullement de faire son travail. Il va de soi que si je n'étais pas obligé d'aller travailler, je n'irais pas, comme l'immense majorité des gens, mais une fois que j'y suis, je n'enseigne pas n'importe quoi pour ce motif. De même, on peut très bien  vouloir partir  parce qu'on préfère autre chose, et l'on peut même avoir des vues dans des domaines très différents qui ne s'excluent pas les uns des autres, et donc postuler pour plusieurs postes n'ayant rien à voir non seulement avec le métier d'origine, mais même entre eux.


On est d'accord, là je plaisantais

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Les profs, ces feignants...

par Lefteris le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:22
@Reine Margot a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Reine Margot a écrit:Koa, moi je croyais qu'il fallait dire intérédésenfan, servicepublik, toussa... abi
L'un n'empêche pas l'autre. On va au boulot pour manger, on choisit si l'on peut le moindre mal pour ce faire, c'est un compromis, mais ça n'empêche nullement de faire son travail. Il va de soi que si je n'étais pas obligé d'aller travailler, je n'irais pas, comme l'immense majorité des gens, mais une fois que j'y suis, je n'enseigne pas n'importe quoi pour ce motif. De même, on peut très bien  vouloir partir  parce qu'on préfère autre chose, et l'on peut même avoir des vues dans des domaines très différents qui ne s'excluent pas les uns des autres, et donc postuler pour plusieurs postes n'ayant rien à voir non seulement avec le métier d'origine, mais même entre eux.


On est d'accord, là je plaisantais
Je sais mais je développe (si quelqu'un a besoin d'argumentaire face à un crétin de "manager" qui lui reproche de ne pas voir son métier comme un sacerdoce Twisted Evil ).

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
egomet
Grand sage

Re: Les profs, ces feignants...

par egomet le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:23
@Reine Margot a écrit:Je crois que les recruteurs savent très bien que le métier est dur et peu attractif, ils veulent juste éviter quelqu'un qui est prêt à faire n'importe quoi et ne sera pas forcément motivé/compétent pour le poste.

Problème d'autant plus redoutable qu'il est difficile de se défaire d'un employé si l'on s'est trompé. On ne prend pas quelqu'un juste pour voir, ou parce qu'on a envie de lui donner sa chance. Il faut être sûr de son coup. Plus le licenciement est dur, plus les recruteurs prennent de précautions à l'embauche, quitte pour cela à employer des ruses pitoyables et des questions invasives.
Ils ont la trouille de l'erreur de casting impossible à réparer. Imaginez que l'on doive élire un président à vie!

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
User21929
Expert

Re: Les profs, ces feignants...

par User21929 le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:25
@egomet a écrit:
@Reine Margot a écrit:Je crois que les recruteurs savent très bien que le métier est dur et peu attractif, ils veulent juste éviter quelqu'un qui est prêt à faire n'importe quoi et ne sera pas forcément motivé/compétent pour le poste.

Problème d'autant plus redoutable qu'il est difficile de se défaire d'un employé si l'on s'est trompé. On ne prend pas quelqu'un juste pour voir, ou parce qu'on a envie de lui donner sa chance. Il faut être sûr de son coup. Plus le licenciement est dur, plus les recruteurs prennent de précautions à l'embauche, quitte pour cela à employer des ruses pitoyables et des questions invasives.
Ils ont la trouille de l'erreur de casting impossible à réparer. Imaginez que l'on doive élire un président à vie!

T'inquiète, la loi T2 arrive pour régler cela.
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Les profs, ces feignants...

par Zagara le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:25
De nos jours c'est très facile au contraire : 3 mois d'essai ; facilité de la rupture conventionnelle ; loi travail 1 qui a déjà "flexibilisé" ; nouvelles ordonnances qui vont encore faciliter en réhaussant le nombre de licenciements secs possibles, aussi que légaliser le licenciement financier. Faut soit vivre dans les années 1960, soit dans l'idéologie ultra-libérale, pour croire que c'est "difficile" de virer quelqu'un en France.

Bon après si le maître étalon c'est les USA, où le patron peut virer quelqu'un pour tout et n'importe quoi, sans aucune raison, et d'un seul mot (un pote américain s'est fait virer parce qu'il avait fait un trait d'esprit qui n'a pas plu à son supérieur en dehors de son temps de travail...), effectivement on n'en est pas encore là. Mais j'espère que ce n'est pas ça que tu imagines quand tu conçois un licenciement "facile".


Dernière édition par Zagara le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:29, édité 1 fois
avatar
Reine Margot
Demi-dieu

Re: Les profs, ces feignants...

par Reine Margot le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:28
@egomet a écrit:
@Reine Margot a écrit:Je crois que les recruteurs savent très bien que le métier est dur et peu attractif, ils veulent juste éviter quelqu'un qui est prêt à faire n'importe quoi et ne sera pas forcément motivé/compétent pour le poste.

Problème d'autant plus redoutable qu'il est difficile de se défaire d'un employé si l'on s'est trompé. On ne prend pas quelqu'un juste pour voir, ou parce qu'on a envie de lui donner sa chance. Il faut être sûr de son coup. Plus le licenciement est dur, plus les recruteurs prennent de précautions à l'embauche, quitte pour cela à employer des ruses pitoyables et des questions invasives.
Ils ont la trouille de l'erreur de casting impossible à réparer. Imaginez que l'on doive élire un président à vie!

N'est-il pas possible d'engager quelqu'un à l'essai?

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
avatar
Jenny
Modérateur

Re: Les profs, ces feignants...

par Jenny le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:30
Si, il y'a une période d'essai : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1643

"Pendant la période d'essai, le contrat de travail peut être rompu librement par l'employeur ou le salarié. Ils n'ont pas l'obligation de motiver leurs raisons."
avatar
Dame Jouanne
Habitué du forum

Re: Les profs, ces feignants...

par Dame Jouanne le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:39
@Zagara a écrit:De nos jours c'est très facile au contraire : 3 mois d'essai ; facilité de la rupture conventionnelle ; loi travail 1 qui a déjà "flexibilisé" ; nouvelles ordonnances qui vont encore faciliter en réhaussant le nombre de licenciements secs possibles, aussi que légaliser le licenciement financier. Faut soit vivre dans les années 1960, soit dans l'idéologie ultra-libérale, pour croire que c'est "difficile" de virer quelqu'un en France.

Bon après si le maître étalon c'est les USA, où le patron peut virer quelqu'un pour tout et n'importe quoi, sans aucune raison, et d'un seul mot (un pote américain s'est fait virer parce qu'il avait fait un trait d'esprit qui n'a pas plu à son supérieur en dehors de son temps de travail...), effectivement on n'en est pas encore là. Mais j'espère que ce n'est pas ça que tu imagines quand tu conçois un licenciement "facile".
C'est vrai que c'est beaucoup plus facile aujourd'hui en France de virer quelqu'un en CDI qu'il y a quelques années pour des grosses boîtes qui n'ont pas peur d'aller jusqu'au prud'hommes. Pour les petites entreprises, c'est plus difficile.
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Les profs, ces feignants...

par Zagara le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:49
Faux : il existe un nombre de licenciements sans "plan de sauvegarde de l'emploi" autorisé pour les petites boîtes, qui va être réhaussé par les ordonnances.
Et les petites boîtes ont tout ce qui est dit au dessus (période d'essai et rupture conventionnelle).
avatar
Dame Jouanne
Habitué du forum

Re: Les profs, ces feignants...

par Dame Jouanne le Jeu 31 Aoû 2017 - 15:19
Peut-être, mais l'investissement en temps, en énergie ou en relation humaine pour le patron d'une PME de 4-5 salariés est plus grand que la simple démarche de licenciement dans une plus grande entreprise.
Donc, on peut comprendre que certains hésitent à prendre "n'importe qui" à l'essai puis en CDI, juste comme ça pour "voir".
Cath
Bon génie

Re: Les profs, ces feignants...

par Cath le Jeu 31 Aoû 2017 - 16:35
Un amie dans le besoin a postulé il y a quelques année (elle avait le début de la quarantaine) pour un poste de surveillant, à temps partiel et même pas pour l'année complète.
Lassée de d'arracher les cheveux sur sa lettre de motivation, elle a fini par téléphoner à la personne qui faisait le recrutement en disant qu'elle ne voyait pas comment dire qu'elle "avait toujours voulu faire ça toute sa vie" ou autre fadaise...
avatar
egomet
Grand sage

Re: Les profs, ces feignants...

par egomet le Jeu 31 Aoû 2017 - 17:56
@Dame Jouanne a écrit:Peut-être, mais l'investissement en temps, en énergie ou en relation humaine pour le patron d'une PME de 4-5 salariés est plus grand que la simple démarche de licenciement dans une plus grande entreprise.
Donc, on peut comprendre que certains hésitent à prendre "n'importe qui" à l'essai puis en CDI, juste comme ça pour "voir".

Sans parler du coût financier. Rien que le temps perdu dans les démarches, c'est tout ça que le patron ne peut pas travailler. Et je ne parle pas des éventuelles indemnités.
Une période d'essai, ce n'est justement que ça, une période brève où tout est possible, et ensuite ça devient très restrictif. Il est n'est pas si simple de prévoir comment un employé va se comporter à l'issue de sa période d'essai. Ce n'est pas pour rien que les CDI sont si rares.
Quant aux ruptures conventionnelles, par définition, ça suppose que l'on soit d'accord. Un procès peut faire très mal à tout le monde, même celui qui le gagne.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Grand sage

Re: Les profs, ces feignants...

par egomet le Jeu 31 Aoû 2017 - 18:10
@Cath a écrit:Un amie dans le besoin a postulé il y a quelques année (elle avait le début de la quarantaine) pour un poste de surveillant, à temps partiel et même pas pour l'année complète.
Lassée de d'arracher les cheveux sur sa lettre de motivation, elle a fini par téléphoner à la personne qui faisait le recrutement en disant qu'elle ne voyait pas comment dire qu'elle "avait toujours voulu faire ça toute sa vie" ou autre fadaise...

Au fond personne n'est dupe. Les recruteurs savent bien qu'il y a des postes que personne ne choisit par vocation. Le problème est alors double pour eux. Il faut éviter l'erreur qui coûtera cher et convaincre les types corrects de venir malgré tout.
On a beau dire, dans un entretien d'embauche, le postulant aussi fait un choix. Généralement c'est le candidat qui est le plus dans l'urgence, mais pas toujours, surtout dans les petites boîtes quand il y a des commandes à honorer. Quand tu ne sais pas si tu vas pouvoir ouvrir la boutique, je t'assure que tu fais moins la fine bouche.
C'est là qu'on se fait facilement piéger. En période de chômage massif, on est tellement content de signer qu'on ne voit même pas l'empressement du recruteur trop content d'avoir trouvé la bonne poire.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
pseudo-intello
Habitué du forum

Re: Les profs, ces feignants...

par pseudo-intello le Jeu 31 Aoû 2017 - 18:20
@egomet a écrit:Les recruteurs savent bien qu'il y a des postes que personne ne choisit par vocation.

C'est compliqué, disons que ce n'est pas le cœur du problème.

On peut aimer le principe d'un métier (quand je n'ai pas des classe hostiles ou trop dissipées, j'aime bien faire cours à mes élèves. Quand j'ai des classes choupies, et peu importe leur niveau, c'est un plaisir) mais être horripilé(e) par tous les à côté, la déconsidération, les objectifs inatteignables, les feuilles de route absurdes, les méthodes ubuesques préconisées, les usines à gaz, l'administratif à outrance, l'excès de pression hiérarchique, etc. C'est vrai pour nous, c'est vrai dans les autre métiers aussi.
IL y a un fossé, parfois, entre ce que pourrait / devrait être un métier ou un poste, et ce qu'il est en réalité, en raison du gâchis (généralement orchestré par des incapables déconnectés et/ou tyranniques).
avatar
egomet
Grand sage

Re: Les profs, ces feignants...

par egomet le Jeu 31 Aoû 2017 - 18:38
Je ne sais pas s'il est possible de faire un pire gâchis que l'éducation nationale avec le métier d'enseignant.
Enfin si, du côté de la justice ou de la police sous certains régimes politiques. Je dirai que c'est un peu du même ordre.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
archeboc
Esprit éclairé

Re: Les profs, ces feignants...

par archeboc le Jeu 31 Aoû 2017 - 19:47
@Zagara a écrit:Je n'ai jamais compris le concept des lettres de motivation. Ça me dépasse.

Dans les dossiers de nos étudiants, il y a assez bonne corrélation entre la qualité de leurs lettres de motivation, leur prestation lors d'un oral d'entretien de motivation, et leurs résultats scolaires.

C'est comme d'avoir des rubans aux manches, au XVIIe siècle : un usage social arbitraire, dont on ignore comment il s'est imposé, mais qui constitue un assez bon marqueur de la capacité à s'intégrer dans la société et d'y faire du chemin.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


avatar
Zagara
Vénérable

Re: Les profs, ces feignants...

par Zagara le Jeu 31 Aoû 2017 - 19:58
Ha oui, se conformer bêtement sans en connaître les raisons ; j'ai déjà entendu parler de ce beau concept-là...

Si c'est tout ce qu'on trouve à dire pour défendre la lettre de motivation obligatoire, je crois que les entreprises françaises ont grand besoin de flexibiliser et de pragmatiser leurs pratiques afin de prioriser leur recrutement vers une efficacité disruptive. Comme quoi, les premiers à être "rigides" et à répéter des traditions idiotes sans objet peuvent être du côté des super-héros-entrepreneurs.
Aux USA, certes on peut se faire virer d'un coup de menton, mais on peut aussi être recruté sans lettre de motivation ni diplôme afférant. Au moins, il y a une cohérence.
avatar
Babarette
Grand sage

Re: Les profs, ces feignants...

par Babarette le Jeu 31 Aoû 2017 - 20:04
@archeboc a écrit:
@Zagara a écrit:Je n'ai jamais compris le concept des lettres de motivation. Ça me dépasse.

Dans les dossiers de nos étudiants, il y a assez bonne corrélation entre la qualité de leurs lettres de motivation, leur prestation lors d'un oral d'entretien de motivation, et leurs résultats scolaires.

C'est comme d'avoir des rubans aux manches, au XVIIe siècle : un usage social arbitraire, dont on ignore comment il s'est imposé, mais qui constitue un assez bon marqueur de la capacité à s'intégrer dans la société et d'y faire du chemin.

La lettre de motivation me semble un critère moins arbitraire que d'avoir des rubans...
C'est forcément un peu hypocrite, mais les entretiens d'embauche aussi. Ca ne me parait pas anormal de faire des lettres de motivation pour avoir un job: l'employeur paie, il doit savoir si le candidat a quelques connaissances vis-à-vis du poste. Exemple très frappant: un de mes amis et moi avons postulé à la même prépa concours. Nous avons le même parcours: prépa (et la sienne est plus prestigieuse que la mienne), enseignement des lettres modernes. J'ai été prise, pas lui, parce qu'il se faisait une idée un peu trop vague du travail en bibliothèque. Donc le CV ne suffit pas à parler de lui-même. Quand on reçoit dix CV identiques, la lettre de motivation et l'entretien font la différence.
avatar
nitescence
Érudit

Re: Les profs, ces feignants...

par nitescence le Jeu 31 Aoû 2017 - 20:21
@Babarette a écrit: Exemple très frappant: un de mes amis et moi avons postulé à la même prépa concours. Nous avons le même parcours: prépa (et la sienne est plus prestigieuse que la mienne), enseignement des lettres modernes. J'ai été prise, pas lui, parce qu'il se faisait une idée un peu trop vague du travail en bibliothèque. Donc le CV ne suffit pas à parler de lui-même. Quand on reçoit dix CV identiques, la lettre de motivation et l'entretien font la différence.

J'interviens juste d'un point de vue logique : ton exemple ne prouve pas que c'était le meilleur choix. La question n'est pas de savoir si la lettre est un critère de choix, mais si c'est un bon critère ! Faire bonne impression, est-ce suffisant ?

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
avatar
Babarette
Grand sage

Re: Les profs, ces feignants...

par Babarette le Jeu 31 Aoû 2017 - 20:26
Il ne s'agit pas ici de faire bonne impression ici, mais de montrer qu'on sait pourquoi on postule. Ceci dit, ne pas savoir à quoi on postule... fait mauvaise impression.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
avatar
nitescence
Érudit

Re: Les profs, ces feignants...

par nitescence le Jeu 31 Aoû 2017 - 20:28
@Babarette a écrit:montrer qu'on sait pourquoi on postule.

si tu ne sais pas le montrer, ça ne veut pas dire que tu ne le sais pas : la lettre est une pratique hypercodée qui finalement ne prouve pas grand chose d'autre que de savoir se plier à des codes culturels.

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
avatar
Babarette
Grand sage

Re: Les profs, ces feignants...

par Babarette le Jeu 31 Aoû 2017 - 20:32
Mouais. "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément".
En tout cas, pour un boulot de cadre, savoir s'exprimer, c'est important quand même.
Pour les petits boulots non qualifiés, là, en effet, la lettre de motivation, ça peut être un peu crétin.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
avatar
nitescence
Érudit

Re: Les profs, ces feignants...

par nitescence le Jeu 31 Aoû 2017 - 20:34
Nous sommes d'accord. Mais une lettre de motivation pour être caissier chez Auchan, c'est absurde !

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
Contenu sponsorisé

Re: Les profs, ces feignants...

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum