À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Guermantes729 le Mer 20 Sep 2017 - 15:36

@Lowpow29 a écrit:

Oui fin bon, franchement, tout le monde (à moins d'avoir été en lycée internaional, peut-être) se dit ça en arrivant en prépa : "enfin j'ai l'impression de travailler", "enfin je ne sais pas tout d'avance ou je ne comprends pas tout avant même que le prof explique", "enfin je suis entourée de gens qui sont là parce qu'ils l'ont choisi et veulent travailler", "enfin je me sens stimulée intellectuellement", etc.
C'est justement le propre de la prépa, c'est normal de ne pas avoir ça avant, puisqu'avant, on ne fait (quasiment) aucun choix !
.

Si je puis me permettre, en tant que prof, ce n'est pas du tout la réaction la plus courante de mes élèves de terminale arrivant en prépa...en 23 ans, j'ai largement plus souvent du "ouh la la mais c'est super duuuuuuuuuuuuuuuur" ou du "oh la la c'est un peu dur de pas être dans ma famille" ou "je n'y arriverai jamais c'est trop dur" ou du "bon sang, c'est ça les maths???" que du "youpi ça m'interesse!"

(les réactions ci-dessus n'augurant d'ailleurs en RIEN leur réussite finale)

après je ne sais pas, je suis peut-être dans un lycée où les élèves ne sont pas très forts...

De plus, ce n'est pas la réaction de mon fils (même s'il apprécie aussi ce qu'il y fait) , ce qui m'a frappé, c'est qu'il m'ait dit: "enfin des gens avec qui communiquer" et en l'occurrence, et c'est peut-être le cas de ta fille aussi Ajupouet, il parlait de ses camarades de classe.... il voulait dire qu'il était enfin au milieu d'élèves qui le respectaient lui, comme il était, et vice versa...et je ne vois pas pourquoi et comment ce respect réciproque ne pourrait s'épanouir que dans un environnement de travail élevé...

je le répète, au collège, ce n'est pas l'absence de travail ou le mauvais niveau qui a rendu mon gosse malheureux, c'est le traitement du dit environnement. Les profs faisant bien sûr ce qu'ils peuvent , mais avec tous les cas , les vrais, qu'ils ont à traiter, je comprends bien que le petit intello ne soit pas leur priorité, je ne fais pas mieux de mon côté. Comme disait le collègue: on n'a qu'une bouche, que deux yeux, etc..on fait comme on peut Smile

et c'est là où je suis entièrement d'accord avec pseudointello: si l'état mettait les moyens pour que l'environnement ne soit pas toxique, pour personne, les gens informés (au sens large du terme) ne fuiraient pas tant la "mixité" : je mets le mot entre guillemets car encore une fois, pour moi ce n'est pas la mixité le problème, mais ce qu'on en fait, ou plutôt, ce qu'on n'en fait pas: c'est-à-dire une chance, une ouverture d'esprit, des opportunités d'apprendre...et ça, ça demande d'autres moyens qu'une bonne intention affichée. A mon avis Smile


Guermantes729
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par almuixe le Mer 20 Sep 2017 - 17:11

Titeprof tu as rudement bien fait. Ce qu'a du vivre ta petite m'a fait mal au coeur.

Sinon, rien à ajouter à ce qui a été dit. C'est l'état qui est responsable de cette situation.
Si il y avait la même politique d'exigence dans tous les établissements, les parents préoccupés par la scolarité de leur enfant ne chercherait pas à tout prix à fuir certains établissements.

almuixe
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par archeboc le Mer 20 Sep 2017 - 17:51

@Amaliah a écrit:Je ne jette pas la pierre aux parents, mais à l'Etat : refaisons les cartes scolaires de manière à amener plus de mixité dans les collèges et tout le monde s'en portera mieux.

Si j'ai bien compris les messages échangés sur ce fil, et sur ce forum plus généralement, ce n'est pas une question de carte scolaire. Il faudrait simplement rétablir l'ordre public dans les collèges et les écoles, ce serait déjà un progrès immense, et sans lequel rien ne peut se faire de solide.

Un autre problème, à Paris, c'est aussi le calendrier de la carte scolaire. Ici, le choix du privé, cela se joue entre novembre et janvier. Quand je dis "choix du privé", il faut comprendre que ce sont les bons établissements qui font leur choix. Vers la fin du mois de janvier, les élèves acceptés savent non seulement où ils iront l'année suivante, mais aussi s'ils auront accès à une section bilangue. Le choix d'aller dans le privé, pour les familles, il se fait entre septembre et novembre.

Pendant ce temps, que fait l'éducation nationale ? Les dernières négociations sur la carte scolaire ont lieu entre novembre et janvier. La carte est soumise au conseil de Paris entre janvier et février, notifiée aux parents en mars. Les familles s'inscrivent en juin. Pour les sections bilangues, les réponses tombent à la rentrée.

En 2016, nous avons eu un bonus avec la rumeur d'une expérimentation de secteur multi collèges. A la rentrée 2017, nous avons une perte de 10% des effectifs en 6e. Le plus étonnant est que le CDE soit étonné.


@clo74 a écrit:Par pur préjugé, les parents, qu'ils soient agriculteurs, commerçants ou autre fuient le public. Alors que les enseignants que je connais ont mis leurs enfants dans ce collège public, où règne une mixité sociale plutôt sereine [...]
Mais il est vrai aussi que quasiment tous les autres collèges du secteur sont évités...

Lorsque les établissements alentours sont majoritairement atteints, il est difficile pour un collège d'imposer une image de marque différente. Il faut mettre en avant un élitisme revendiqué, mais cette position est toujours à la merci d'un changement de direction. Et aucun collège ne peut rien gagner à afficher sa loyauté à une institution totalement discréditée.


@gregwb a écrit:Je suis plutôt d'accord avec l'article.

Dans les collèges de centre-ville et dans les collèges périurbains on voit cette stratégie d'évitement qui ne se justifie que par la rumeur et par les préjugés.
Je développe.
Prenons un quartier de centre-ville populaire avec ces nouveaux habitants que l'on nomme bobos qui arrivent. La mixité en maternelle c'est ok, en primaire mouais, mais au collège, c'est plus compliqué.
Pourquoi? une vague histoire entendue sur le collège en question, un parent qui dit devant l'école que lorsqu'il y était, il y avait des racailles (il y a donc 20 ans).

Autre témoignage : lorsqu'une famille qui a mis son aîné au collège de secteur met ensuite le second dans le privé, tout le monde comprend qu'il y a eu un problème. Pas nécessairement un gros problème, mais au moins une insatisfaction. Lorsqu'au même moment l'aîné lui-même quitte le collège en cours de scolarité, c'est plus gênant. Il en suffit de deux en deux ans pour dégrader l'image du collège. Et là, ce n'est pas du préjugé, c'est du témoignage de première main, directement sur le trottoir devant l'école primaire.

A la rentrée 2015, nous avions fait le compte : sur deux CM2, les dix meilleurs élèves étaient tous partis vers l'un des trois collèges publics de secteur, sans aucune triche de domiciliation. Les résultats de cette cohorte, deux ans après, ne sont pas tous détestables. Mais au collège de mes globules, les classes se trouvent très fortement segmentées : une petite tête qui parfois s'ennuie, et beaucoup d'élèves qui n'ont pas le niveau. Les enseignants se plaignent de l'absence des élèves moyens, qui feraient le liant : ce sont eux qui ont fui.
Et puis sur les dix de 2015, il y a dans un autre collège un vrai désastre. Là aussi, il y a un cadet à l'école primaire, non seulement ses parents ne referont plus confiance lors de l'entrée en sixième, mais surtout tout le monde sait ce qui s'est passé. Ce collège-là, c'est fini, il est barré.


@roxanne a écrit:C'est aussi un des motifs , soyons honnêtes. Ce matin, j'y pensais en amenant mon fils à sa maternelle et en entendant certains parents parler d'autres langues que le français et envoyant certains prénoms sur les porte-manteaux.

Ce n'est pas tellement les parents qui parlent d'autres langues, le problème. C'est plutôt que les élèves continuent à les parler dans la cours de récréation. Pas seulement les langues de l'immigration, mais aussi les idiolectes qui se développent à l'échelle d'une rue ou d'un bloc, et qui constituent des facteurs d'exclusions pour les élève qui ne les parlent pas.

Pour le déni pratiqué par Libération, je viens de poster cette info :
http://www.neoprofs.org/t113775-violence-scolaire-dans-la-presse#4213575

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Amaliah le Mer 20 Sep 2017 - 19:11

@archeboc a écrit:
@Amaliah a écrit:Je ne jette pas la pierre aux parents, mais à l'Etat : refaisons les cartes scolaires de manière à amener plus de mixité dans les collèges et tout le monde s'en portera mieux.

Si j'ai bien compris les messages échangés sur ce fil, et sur ce forum plus généralement, ce n'est pas une question de carte scolaire. Il faudrait simplement rétablir l'ordre public dans les collèges et les écoles, ce serait déjà un progrès immense, et sans lequel rien ne peut se faire de solide.

Je persiste à penser qu'il y a aussi un problème de carte scolaire. Des parents veulent éviter certaines écoles qui deviennent des ghettos.
Et je les comprends, voulant moi-même éviter à mes enfants le collège de secteur, véritable ghetto avec un pourcentage d'enfants issus de l'immigration juste énorme dans lequel règnent l'indiscipline et un niveau général très faible en dépit des quelques bons élèves qui existent toujours dans tous les collèges. J'ai conscience que j'accentue moi-même le problème mais ce n'est pas à mes gamins de payer cela.
Mon collège ex zep attire la plupart des parents, finalement pas beaucoup de fuites vers le privé parce qu'il y a de la mixité sociale et culturelle, et un chef carré, et de bons enseignants, et de petits effectifs... jusqu'à quand? Mais ça c'est une autre question. Et je n'hésiterais pas à mettre mes enfants dans mon collège s'il le fallait.
avatar
Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par dita le Mer 20 Sep 2017 - 19:42

Mon bahut est très contrasté. Classes internationales et options rares vs le tout venant, souvent CSP--
Mes collègues mettent leurs enfants dans les bonnes classes.
J'enseignais dans une classe tout-venant version CSP--, et il se trouve qu'il y avait un très mauvais esprit et des meneurs assez racailles.

Au conseil de classe, les collègues trouvaient cette classe très sympathique. Vous savez, la classe de fouteurs de merde sympas, c'est comme la tarte au citron nappée de caca, ça n'existe pas, et pour cause.

Moi, naïf et surtout, asperger dan toute ma splendeur, je dis : "oui, vous trouvez cette classe sympathique, mais je ne partage pas votre opinion. Vous savez bien que vous ne songeriez pas à y mettre vos enfants."

Y a eu comme un froid.

Il faut assumer.
avatar
dita
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Ilona le Mer 20 Sep 2017 - 20:22

@dita a écrit: Au conseil de classe, les collègues trouvaient cette classe très sympathique.
Ce type de réaction s'apparente, je trouve, au syndrome de Stockholm, et elle est assez courante en fait.
PS: J'ai bien aimé votre phrase cinglante lancée en conseil de classe. veneration
avatar
Ilona
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Waterlily le Mer 20 Sep 2017 - 20:24

D'ailleurs certains collègues ne peuvent s'empêcher de qualifier ce genre d'élèves d'attachants. J'ai toujours trouvé ça bizarre.
avatar
Waterlily
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par amethyste le Mer 20 Sep 2017 - 20:26

@Waterlily a écrit:D'ailleurs certains collègues ne peuvent s'empêcher de qualifier ce genre d'élèves d'attachants. J'ai toujours trouvé ça bizarre.
Parce qu'ils n'ont à les supporter que quelques heures par semaine ? (alors que les autres élèves de la classe les supportent 26h/semaine)

_________________
Nous aurons le destin que nous aurons mérité. Einstein
                   
avatar
amethyste
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Ilona le Mer 20 Sep 2017 - 20:28

Oui, certains collègues semblent les remercier ainsi de ne pas les avoir bousculé davantage.
avatar
Ilona
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par eleonore69 le Mer 20 Sep 2017 - 20:31

@Fatras a écrit:La plupart de nos dirigeants mettent leurs enfants dans des écoles privées pouvant se permettre le luxe de ne pas suivre le programme.

J'avais une vision assez positive de l'école avant que mes enfants y soient et me raconte.
Dans certains endroits il est impossible de laisser ses enfants dans le public..C'est dommage pour tout le monde, ou presque.

En effet !

eleonore69
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Fenrir le Mer 20 Sep 2017 - 22:19

@almuixe a écrit:Sinon, rien à ajouter à ce qui a été dit. C'est l'état qui est responsable de cette situation.

Volontairement ?

_________________
À quoi bon mettre son pédigrée, on est partis pour 40 ans
avatar
Fenrir
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par pseudo-intello le Mer 20 Sep 2017 - 22:52

@Waterlily a écrit:D'ailleurs certains collègues ne peuvent s'empêcher de qualifier ce genre d'élèves d'attachants. J'ai toujours trouvé ça bizarre.

Ils disent souvent "attachiants", d'ailleurs.

Mais je trouve ça hypocrite, tout comme vous, et je garde de côté le "c'est bon, tu n'y mettrais pas tes gosses". Jolie trouvaille.

pseudo-intello
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par roxanne le Jeu 21 Sep 2017 - 8:01

@dita a écrit:Mon bahut est très contrasté. Classes internationales et options rares vs le tout venant, souvent CSP--
Mes collègues mettent leurs enfants dans les bonnes classes.
J'enseignais dans une classe tout-venant version CSP--, et il se trouve qu'il y avait un très mauvais esprit et des meneurs assez racailles.

Au conseil de classe, les collègues trouvaient cette classe très sympathique. Vous savez, la classe de fouteurs de merde sympas, c'est comme la tarte au citron nappée de caca, ça n'existe pas, et pour cause.

Moi, naïf et surtout, asperger dan toute ma splendeur, je dis : "oui, vous trouvez cette classe sympathique, mais je ne partage pas votre opinion. Vous savez bien que vous ne songeriez pas à y mettre vos enfants."

Y a eu comme un froid.

Il faut assumer.
Il y a ça aussi. Dans mon ancien collège, classé REP, et parfois problématique, des collègues grande gueule, hussards de la République avaient créé une classe Arts et Culture autour d'un Projet , classe bénéficiant d'heures de français et d'histoire en plus et dont les élèves étaient sélectionnés sur "entretien " (!) en CM2 parce que "non, ce n'était pas sur dossier scolaire, non, non, pas de ce pain-là chez nous", tout le monde a sa chance. Alors, ils prenaient bien deux cas par an (qui giclaient la deuxième année), mais surtout ils prenaient leurs enfants et ceux d'autres collègues. Donc, au final, c'était une classe CAMIF-bobo avec deux, trois malheureux pour faire le quota.
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Ajupouet le Jeu 21 Sep 2017 - 8:19

@Guermantes729 a écrit:
@Lowpow29 a écrit:

Oui fin bon, franchement, tout le monde (à moins d'avoir été en lycée internaional, peut-être) se dit ça en arrivant en prépa : "enfin j'ai l'impression de travailler", "enfin je ne sais pas tout d'avance ou je ne comprends pas tout avant même que le prof explique", "enfin je suis entourée de gens qui sont là parce qu'ils l'ont choisi et veulent travailler", "enfin je me sens stimulée intellectuellement", etc.
C'est justement le propre de la prépa, c'est normal de ne pas avoir ça avant, puisqu'avant, on ne fait (quasiment) aucun choix !
.

Si je puis me permettre, en tant que prof, ce n'est pas du tout la réaction la plus courante de mes élèves de terminale arrivant en prépa...en 23 ans, j'ai largement plus souvent du "ouh la la mais c'est super duuuuuuuuuuuuuuuur" ou du "oh la la c'est un peu dur de pas être dans ma famille" ou "je n'y arriverai jamais c'est trop dur" ou du "bon sang, c'est ça les maths???" que du "youpi ça m'interesse!"

(les réactions ci-dessus n'augurant d'ailleurs en RIEN leur réussite finale)

après je ne sais pas, je suis peut-être dans un lycée où les élèves ne sont pas très forts...

De plus, ce n'est pas la réaction de mon fils (même s'il apprécie aussi ce qu'il y fait) , ce qui m'a frappé, c'est qu'il m'ait dit: "enfin des gens avec qui communiquer" et en l'occurrence, et c'est peut-être le cas de ta fille aussi Ajupouet, il parlait de ses camarades de classe.... il voulait dire qu'il était enfin au milieu d'élèves qui le respectaient lui, comme il était, et vice versa...et je ne vois pas pourquoi et comment ce respect réciproque ne pourrait s'épanouir que dans un environnement de travail élevé...

je le répète, au collège, ce n'est pas l'absence de travail ou le mauvais niveau qui a rendu mon gosse malheureux, c'est le traitement du dit environnement. Les profs faisant bien sûr ce qu'ils peuvent , mais avec tous les cas , les vrais, qu'ils ont à traiter, je comprends bien que le petit intello ne soit pas leur priorité, je ne fais pas mieux de mon côté. Comme disait le collègue: on n'a qu'une bouche, que deux yeux, etc..on fait comme on peut Smile

et c'est là où je suis entièrement d'accord avec pseudointello: si l'état mettait les moyens pour que l'environnement ne soit pas toxique, pour personne, les gens informés (au sens large du terme) ne fuiraient pas tant   la "mixité" : je mets le mot entre guillemets car encore une fois, pour moi ce n'est pas la mixité le problème, mais ce qu'on en fait, ou plutôt, ce qu'on n'en fait pas: c'est-à-dire une chance, une ouverture d'esprit, des opportunités d'apprendre...et ça, ça demande d'autres moyens qu'une bonne intention affichée. A mon avis Smile


Ça n'a pas été à cause des profs qu'on a choisi de rentrer complètement notre fille du système, mais des élèves.
Quand à 12 ans tu passes tes soirées sur des cours d'astophysique universitaire tellement tu t'ennuies dans la journée, évidemment, les relations sociales sont compliquées.
Effectivement, ma grande a aujourd'hui une super copine, avec qui elle peut parler en toute liberté de sujets qui la passionnent. Et une autre amie, "qui ne juge pas" (sic). Mais que de toute façon, "tous les 45 élèves de la promo sont sympa, et qu'il y a une vraie entraide" (re sic).

Bien sûr que ça n'augure pas des résultats finaux, et je vous avoue que je m'en contrefiche. Quand on s'est battu pour avoir un gosse bien dans ses baskets et qu'on le voit s'épanouir, on savoure l'instant.

Nos enfants méritent le meilleur, et je n'hésiterais pas un instant à reprendre des chemins de traverse. Nous avons l'immense chance d'avoir un lycée de secteur public super, avec des profs heureux d'y bosser, et une administration qui fait son boulot. Il en aurait été autrement, qui sait ce que nous aurions choisi.

PS : Et je ne crois pas que tout le monde s'éclate en prépa... tout le monde bosse, c'est vrai, mais tout le monde n'aime pas ça, loin de là.

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.com   - Facebook
avatar
Ajupouet
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Delia le Jeu 21 Sep 2017 - 10:39

@archeboc a écrit:



Ce n'est pas tellement les parents qui parlent d'autres langues, le problème. C'est plutôt que les élèves continuent à les parler dans la cours de récréation. Pas seulement les langues de l'immigration, mais aussi les idiolectes qui se développent à l'échelle d'une rue ou d'un bloc, et qui constituent des facteurs d'exclusions pour les élève qui ne les parlent pas.  

Ressortons donc le symbole !

(Je ne le dis pas sérieusement...)

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
avatar
Delia
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par mamieprof le Jeu 21 Sep 2017 - 10:58

@henriette a écrit:L'évitement pratiqué en 1er lieu par les personnels de l'EN ? Vraiment ??
Bizarre, j'aurais plutôt pensé que c'était les politiques les champions...

Je pense que si autant de profs tentent de contourner la carte c'est parce que nos salaires de misère ne nous permettent pas de nous loger dans les meilleurs endroits et que la carte scolaire est plus facile à respecter quand on habite le 6 eme arrondissement de Paris qu'en banlieue.
Si on habitait tous dans des endroits chouette, le collège de secteur ne nous poserait probablement aucun souci.
Mais je me contente de ce que j'ai (suis locataire en RP et j'ai une vieille baraque à la campagne) faute de mieux !
Quand on voit qui met ses enfants à l'école Alsacienne par exemple (politiques, journalistes et journaleux, people de la tv et chroniqueurs divers...) on se dit que la fracture sociale des collèges/lycées de secteur n'expliquent pas tout. Ils n'habitent pas aux Mureaux tous ces gens...
Je connais des ados qui sont dans du privé très élitiste (Gerson, La Tour) pour qui les jeunes de JB Say sont des racailles... tout est relatif, JB Say ferait rêver plus d'un collègue pour lui et pour sa progéniture, moi la première...
avatar
mamieprof
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Guermantes729 le Jeu 21 Sep 2017 - 13:56

@Ajupouet a écrit:
Ça n'a pas été à cause des profs qu'on a choisi de rentrer complètement notre fille du système, mais des élèves.
Quand à 12 ans tu passes tes soirées sur des cours d'astophysique universitaire tellement tu t'ennuies dans la journée, évidemment, les relations sociales sont compliquées.
Effectivement, ma grande a aujourd'hui une super copine, avec qui elle peut parler en toute liberté de sujets qui la passionnent. Et une autre amie, "qui ne juge pas" (sic). Mais que de toute façon, "tous les 45 élèves de la promo sont sympa, et qu'il y a une vraie entraide" (re sic).

Bien sûr que ça n'augure pas des résultats finaux, et je vous avoue que je m'en contrefiche. Quand on s'est battu pour avoir un gosse bien dans ses baskets et qu'on le voit s'épanouir, on savoure l'instant.

Nos enfants méritent le meilleur, et je n'hésiterais pas un instant à reprendre des chemins de traverse. Nous avons l'immense chance d'avoir un lycée de secteur public super, avec des profs heureux d'y bosser, et une administration qui fait son boulot. Il en aurait été autrement, qui sait ce que nous aurions choisi.

PS : Et je ne crois pas que tout le monde s'éclate en prépa... tout le monde bosse, c'est vrai, mais tout le monde n'aime pas ça, loin de là.

Je partage tout à fait ton analyse et ton ressenti ou plus précisément mon fils partage tout à fait l'analyse et le ressenti de ta fille!...( Nos enfants sont peut-être dans la même classe!  Very Happy Very Happy )
avatar
Guermantes729
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Leclochard le Jeu 21 Sep 2017 - 17:31

@mamieprof a écrit:
@henriette a écrit:L'évitement pratiqué en 1er lieu par les personnels de l'EN ? Vraiment ??
Bizarre, j'aurais plutôt pensé que c'était les politiques les champions...

Je pense que si autant de profs tentent de contourner la carte c'est parce que nos salaires de misère ne nous permettent pas de nous loger dans les meilleurs endroits et que la carte scolaire est plus facile à respecter quand on habite le 6 eme arrondissement de Paris  qu'en banlieue.
Si on habitait tous dans des endroits chouette, le collège de secteur ne nous poserait probablement aucun souci.
Mais je me contente de ce que j'ai (suis locataire en RP et j'ai une vieille baraque à la campagne) faute de mieux !
Quand on voit qui met ses enfants à l'école Alsacienne par exemple (politiques, journalistes et journaleux, people de la tv et chroniqueurs divers...) on se dit que la fracture sociale des collèges/lycées de secteur n'expliquent pas tout. Ils n'habitent pas aux Mureaux tous ces gens...
Je connais des ados qui sont dans du privé très élitiste (Gerson, La Tour) pour qui les jeunes de JB Say sont des racailles... tout est relatif, JB Say ferait rêver plus d'un collègue pour lui et pour sa progéniture, moi la première...

A titre individuel, la sectorisation devient un problème quand on en subit les conséquences. Elle est moins gênante, comme tu le dis, lorsqu'on vit dans un secteur ou une ville favorisés. Elle rappelle qu'on ne choisit pas toujours son cadre de vie et que la hiérarchie des prix de l'immobilier est une manière de créer des ghettos car on paye d'abord le droit de vivre à un endroit et non le bien lui-même dans les zones très demandées -à l'achat comme à la location. J'ai longtemps été songeur au sujet des gens qui préféraient payer plus cher (surpayer, devrais-je dire) un bien pour vivre à une zone particulière. Je les comprends mieux aujourd'hui que j'ai des enfants, bien que je ne conçoive pas l'idée que le lieu lui-même conditionne le bonheur ou la réussite puisqu'on parle des enfants. J'ai enseigné dans des établissements avec des enfants de CSP+ ou dans un collège ZEP. J'y ai acquis la certitude que le fric ou la jolie maison ne rendaient pas meilleur scolairement parlant. C'est bien la famille et l'envie de réussir (le caractère ?) qui faisaient la différence.
Ce qu'interroge la carte scolaire, c'est bien l'organisation sociale des villes.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
avatar
Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par lene75 le Jeu 21 Sep 2017 - 22:09

@Leclochard a écrit:J'ai longtemps été songeur au sujet des gens qui préféraient payer plus cher (surpayer, devrais-je dire) un bien pour vivre à une zone particulière. Je les comprends mieux aujourd'hui que j'ai des enfants, bien que je ne conçoive pas l'idée que le lieu lui-même conditionne le bonheur

Il y a quand même des endroits qui fichent sacrément le bourdon. Habiter au milieu de tours sordides et de parkings sans un brin d'herbe, c'est rude, quand même, surtout quand en bas de chez toi il y a des dealers, des scooters et autres runs toute la nuit toutes les nuits et que dans ton ascenseur il y a des petites racailles qui te disent de baisser les yeux parce que tu es une femme.
Pour ma part je suis extrêmement sensible aux lieux. Cela va jusqu'à l'architecture des établissements scolaires : je ne dis pas que ça fait tout, mais il y en a qui donnent quand même sacrément plus envie de travailler que d'autres. Certains disent qu'on s'habitue, je n'y crois pas : j'ai vécu 8 ans à Paris et ne m'y suis jamais habituée (on est bien d'accord qu'il y a bien pire, surtout que j'étais dans des quartiers plutôt sympas, qu'on a la culture à portée de main, des piscines toutes les trois rues pour une bouchée de pain, etc., mais le bruit jour et nuit, l'agitation, l'odeur, l'absence de verdure et souvent de lumière, ça me rend neurasthénique).

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
lene75
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Leclochard le Ven 22 Sep 2017 - 0:29

@lene75 a écrit:
@Leclochard a écrit:J'ai longtemps été songeur au sujet des gens qui préféraient payer plus cher (surpayer, devrais-je dire) un bien pour vivre à une zone particulière. Je les comprends mieux aujourd'hui que j'ai des enfants, bien que je ne conçoive pas l'idée que le lieu lui-même conditionne le bonheur

Il y a quand même des endroits qui fichent sacrément le bourdon. Habiter au milieu de tours sordides et de parkings sans un brin d'herbe, c'est rude, quand même, surtout quand en bas de chez toi il y a des dealers, des scooters et autres runs toute la nuit toutes les nuits et que dans ton ascenseur il y a des petites racailles qui te disent de baisser les yeux parce que tu es une femme.
Pour ma part je suis extrêmement sensible aux lieux. Cela va jusqu'à l'architecture des établissements scolaires : je ne dis pas que ça fait tout, mais il y en a qui donnent quand même sacrément plus envie de travailler que d'autres. Certains disent qu'on s'habitue, je n'y crois pas : j'ai vécu 8 ans à Paris et ne m'y suis jamais habituée (on est bien d'accord qu'il y a bien pire, surtout que j'étais dans des quartiers plutôt sympas, qu'on a la culture à portée de main, des piscines toutes les trois rues pour une bouchée de pain, etc., mais le bruit jour et nuit, l'agitation, l'odeur, l'absence de verdure et souvent de lumière, ça me rend neurasthénique).

Oui, enfin, tu parles d'endroits où les gens sont obligés de vivre car ils n'ont pas le choix (HLM par ex) et dont le cadre de vie est objectivement dégradé. Les nuisances y sont mesurables (taux de chômage, bruit, pollution, délinquance). Qui a envie d'une autoroute près de chez soi ? J'évoquais plutôt les différences subjectives (immeuble en pierre de taille/en béton. maison/appart, périphérie/centre ville) pour des personnes qui avaient le choix, différences qui se traduisent sur le prix et ont au final un impact réel celui-là sur les ressources du ménage. Pour prendre une comparaison, c'est comme je disais que les livres de poche m'allaient bien et que je ne comprenais que certains ne puissent pas lire autre chose que des Pléiade. Là, tu me parles de livres d'occasion gribouillés et sales.
L'architecture des bâtiments a sans doute une influence mais bon, on est dans l'appréciation personnelle. Certains préfèreront la modernité, d'autres les murs en pierre ou en brique.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
avatar
Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par teobaldo le Ven 22 Sep 2017 - 1:37

La posture de donneur de leçon de ce rédacteur en chef me donne envie de vomir.
Quand je pense que Libé était mon quotidien de référence dans les années 90!

Diffusion France payée de Libération (Chiffres APCM): -30% en 4 ans
2013  101.616
2014   93.781
2015   88.395
2016   73.331

Pour comparer, Le Figaro passe de 317.225 à 306.227 (-3,5%) et La Croix de 94.673 à 91.095 (-1%)

Parmi ces 73.000 exemplaires, il faudrait distinguer ceux des bibliothèques publiques... sans compter que Libé vit en partie des subventions de l'État donc de nos impôts : 10 millions € en 2012 pour Libé dixit http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/05/06/aides-a-la-presse-qui-touche-le-plus_4411883_4355770.html#partie2.

Combien de lecteurs sont encore prêts à payer pour se faire flageller par des ayatollahs de la vertu républicaine ? Pour eux nous sommes tout juste bons à rééduquer.

Si comme le suggère archeboc, la position de ce rédacteur reflète celle de hiérarques du ministère de l'EN (et je rajoute) des têtes pensantes des syndicats subventionnés, cela explique qu'on en vienne à une situation d'anti-service public que tout ce beau monde a crée et dont il rejette la responsabilité sur le Français moyen présumé raciste.

Par ailleurs pourquoi ce terme de "Ricoré"? Le mot "métis" est-il infâmant? Un signe de plus du mépris tous azimuts qui motive le rédacteur de Libé. Il semble que ce métissage soit sous sa plume un type de faciès indésirable.
avatar
teobaldo
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Fatras le Ven 22 Sep 2017 - 2:07

@teobaldo a écrit:
Par ailleurs pourquoi ce terme de "Ricoré"? Le mot "métis" est-il infâmant? Un signe de plus du mépris tous azimuts qui motive le rédacteur de Libé. Il semble que ce métissage soit sous sa plume un type de faciès indésirable.
Je pense que tu fais un contre sens sur le terme ricoré. Pour moi cela désigne une famille probablement un peu bourgeoise, avec enfants/parents qui semblent respirer le bonheur. Un peu comme dans les pub des années 90.
https://www.youtube.com/watch?v=Gv6Sx2HW038

Fatras
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par lene75 le Ven 22 Sep 2017 - 9:16

@Fatras a écrit:
@teobaldo a écrit:
Par ailleurs pourquoi ce terme de "Ricoré"? Le mot "métis" est-il infâmant? Un signe de plus du mépris tous azimuts qui motive le rédacteur de Libé. Il semble que ce métissage soit sous sa plume un type de faciès indésirable.
Je pense que tu fais un contre sens sur le terme ricoré. Pour moi cela désigne une famille probablement un peu bourgeoise, avec enfants/parents qui semblent respirer le bonheur. Un peu comme dans les pub des années 90.
https://www.youtube.com/watch?v=Gv6Sx2HW038

Oui, c'est ça, une famille Ricoré. Et c'est une expression très péjorative qui marque aussi une forme de discrimination, mais socialement admise, celle-là. Enfin bourgeoise, je ne suis pas certaine : c'est plutôt la classe moyenne, moyenne +, un couple hétérosexuel avec des enfants bien élevés et blancs, voire blonds. Ça désigne assez bien les familles de beaucoup de profs de ce forum.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
lene75
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Babarette le Ven 22 Sep 2017 - 9:36

@Leclochard a écrit:
@lene75 a écrit:
@Leclochard a écrit:J'ai longtemps été songeur au sujet des gens qui préféraient payer plus cher (surpayer, devrais-je dire) un bien pour vivre à une zone particulière. Je les comprends mieux aujourd'hui que j'ai des enfants, bien que je ne conçoive pas l'idée que le lieu lui-même conditionne le bonheur

Il y a quand même des endroits qui fichent sacrément le bourdon. Habiter au milieu de tours sordides et de parkings sans un brin d'herbe, c'est rude, quand même, surtout quand en bas de chez toi il y a des dealers, des scooters et autres runs toute la nuit toutes les nuits et que dans ton ascenseur il y a des petites racailles qui te disent de baisser les yeux parce que tu es une femme.
Pour ma part je suis extrêmement sensible aux lieux. Cela va jusqu'à l'architecture des établissements scolaires : je ne dis pas que ça fait tout, mais il y en a qui donnent quand même sacrément plus envie de travailler que d'autres. Certains disent qu'on s'habitue, je n'y crois pas : j'ai vécu 8 ans à Paris et ne m'y suis jamais habituée (on est bien d'accord qu'il y a bien pire, surtout que j'étais dans des quartiers plutôt sympas, qu'on a la culture à portée de main, des piscines toutes les trois rues pour une bouchée de pain, etc., mais le bruit jour et nuit, l'agitation, l'odeur, l'absence de verdure et souvent de lumière, ça me rend neurasthénique).

Oui, enfin, tu parles d'endroits où les gens sont obligés de vivre car ils n'ont pas le choix (HLM par ex) et dont le cadre de vie est objectivement dégradé. Les nuisances y sont mesurables (taux de chômage, bruit, pollution, délinquance). Qui a envie d'une autoroute près de chez soi ? J'évoquais plutôt les différences subjectives (immeuble en pierre de taille/en béton. maison/appart, périphérie/centre ville) pour des personnes qui avaient le choix, différences qui se traduisent sur le prix et ont au final un impact réel celui-là sur les ressources du ménage. Pour prendre une comparaison, c'est comme je disais que les livres de poche m'allaient bien et que je ne comprenais que certains ne puissent pas lire autre chose que des Pléiade. Là, tu me parles de livres d'occasion gribouillés et sales.  
L'architecture des bâtiments a sans doute une influence mais bon, on est dans l'appréciation personnelle. Certains préfèreront la modernité, d'autres les murs en pierre ou en brique.
 

Quand même, sans aller jusqu'au situations que tu décris, le lieu peut déplaire, et le type de maison aussi. Les grands immeubles modernes qui ont la même tronche que les HLM ne m'attirent pas du tout, je préfère les immeubles anciens, même si ce ne serait pas mon seul critère de choix. Et pour ce qui est du choix du quartier, ma foi, il y en a certains où je préférerais vraiment ne pas habiter (mais ça vaut aussi pour certains quartiers bien bourges).
Donc je comprendrais qu'on puisse payer raisonnablement plus cher pour un quartier.

Pour ce qui est de la remarque sur la "Famille Ricoré", franchement, c'est bien stupide. Passons sur le délit de faciès (sont pas si bourges que ça s'ils n'ont pas les moyens de vivre à côté d'un établissement à bonne réputation). Le fait que le collège soit "trop beau" ne dit rien, mais alors rien de sa qualité. Dans le collège où j'ai fait ma deuxième année de stage, tout avait été refait à neuf, les salles étaient colorées, une grande fresque ornait le mur du hall. Mais le collège était extrêmement bas dans le classement de réussite au brevet, sans parler de la violence. Mais ça, un ado peut avoir du mal à s'en rendre compte. Faut croire que, pour le journaliste, un ado qui s'exprime a forcément raison.
avatar
Babarette
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par archeboc le Ven 22 Sep 2017 - 10:14

@teobaldo a écrit:Diffusion France payée de Libération (Chiffres APCM): -30% en 4 ans
2013  101.616
2014   93.781
2015   88.395
2016   73.331
Une autre statistique intéressante, c'est celle de la répartition géographique. Libération avait il y a dix ans des répartitions de ses ventes qui lui donnait le profil d'un quotidien régional parisien.

@teobaldo a écrit:Si comme le suggère archeboc, la position de ce rédacteur reflète celle de hiérarques du ministère de l'EN (et je rajoute) des têtes pensantes des syndicats subventionnés,
Je vous trouve bien sévère avec Becquembois. Il est quand même en train de se prendre le mur du réel, il faut lui laisser un peu de temps pour faire son deuil.

@Babarette a écrit:Pour ce qui est de la remarque sur la "Famille Ricoré", franchement, c'est bien stupide. Passons sur le délit de faciès (sont pas si bourges que ça s'ils n'ont pas les moyens de vivre à côté d'un établissement à bonne réputation).

Ils ne sont pas si bourges que cela s'ils n'ont que deux enfants. Ce que montre le rédacteur, c'est la classe moyenne.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par archeboc le Ven 22 Sep 2017 - 13:20


En guise de suite, Libé publie la "lettre d'un tricheur" :
http://www.liberation.fr/debats/2017/09/21/carte-scolaire-lettre-d-un-tricheur_1597991

L’entrée en 6e est un rendez-vous intime pour chaque parent avec ses peurs reptiliennes, ses représentations cachées plus ou moins assumées, et ce qu’il projette sur ses enfants. C’est un moment de vérité où on n’a d’autres possibilités que de choisir un camp, une appartenance. Cela peut être un déchirement. Cela l’a été pour moi. Je crois que cela mérite, cher Michel Becquembois, plus qu’une adresse un peu donneuse de leçons. On s’y colle ?

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum