Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
frankenstein
Vénérable

Re: Vos questions de grammaire

par frankenstein le Dim 19 Fév 2012 - 15:25
@Hermiony a écrit:
@frankenstein a écrit:Perso, je trouve quand même que c'est costaud pour des 5°...
Puis leur dire que si la phrase se présentait ainsi:
"La lande était parsemée de pics coniques et de monts-joie en dentelle", les "pics coniques" changent de fonction, c'est un peu chercher la difficulté gratuite, non ? Rolling Eyes

A la base, ils ont juste à chercher les CO des verbes : quand on pense qu'ils m'en trouvent après "devant" ou "sur" / que les sujets des verbes (relevés en cours!!!) deviennent des CO, peu importe la difficulté du texte (déjà travaillé en classe), n'importe quel exo serait difficile...Je ne leur demandais pas de me chercher la fonction de "de pics coniques", hein, c'est pour moi que je voulais la réponse!!
Ah, d'accord !
Sinon, dans l'exemple "La lande, parsemée de pics coniques et de monts-joie en dentelle" j'aurais pensé à "Des pics coniques et des monts-joie en dentelle parsèment la lande."
avatar
Maieu
Habitué du forum

Re: Vos questions de grammaire

par Maieu le Dim 19 Fév 2012 - 16:20
C'est le problème de l'utilisation de ces questionnements (quoi ? qui ? à qui , à quoi ?) qui est est posé.
avatar
Hermiony
Esprit sacré

Re: Vos questions de grammaire

par Hermiony le Dim 19 Fév 2012 - 16:26
@Maieu a écrit:C'est le problème de l'utilisation de ces questionnements (quoi ? qui ? à qui , à quoi ?) qui est est posé.

Oui, mais comme je l'ai déjà dit, je leur interdis de poser ces questions seules, sans le sujet et le verbe...Cela limite déjà grandement les problèmes (si les élèves daignent utiliser le cours, mais cette classe est :colere: :colere: :colere: ).
avatar
Maieu
Habitué du forum

Re: Vos questions de grammaire

par Maieu le Dim 19 Fév 2012 - 16:48
Je fais seulement remarquer que l'utilisation par nos collègues de ces questions conduit à fournir des réponses différentes. Peut-être bien aussi qu'elle est à l'origine de l'aide demandée.
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Dim 19 Fév 2012 - 17:03
Je crois que le problème c'est surtout celui de ne donner en classe que des exercices simples (et comme on ne fait jamais tous les contrôles préalables quand on donne un exercice, de ne pas hésiter à dire quand on s'en aperçoit après coup: "laissez cette phrase, c'est trop compliqué pour l'instant)": inutile de les mettre devant les cas limites.

Bien sûr que les questions sont insuffisantes pour une analyse approfondie, mais elles sont des béquilles utiles, à condition que les phrases d'exercices soient bien calibrées (ce qui est un rude travail de préparation!).
Le problème c'est que la langue est beaucoup plus souple que la grammaire qui cherche à classifier du "vivant", il est donc normal qu'on ait des cas limites ou des situations qui sont au carrefour de diverses interprétations.
Sans compter le carrefour des diverses écoles de grammairiens...

Mais le pire, c'est laisser les élèves flotter entre diverses solutions, ou pire leur dire des choses qui seront contredites plus tard: ça les confirme dans le "je n'y comprends rien et de toute façon c'est nul".

Si déjà les élèves avaient en tête les analyses des cas simples et les répétaient suffisamment pour que ces schémas simples les "imbibent", on serait sauvé.
avatar
Maieu
Habitué du forum

Re: Vos questions de grammaire

par Maieu le Dim 19 Fév 2012 - 17:25
La question que je posais nous concerne nous, profs, avant de concerner les élèves. Que dire de ces questions qui nous conduisent, nous, des spécialistes, à donner des réponses différentes ? Que valent-elles ?
lisette83
Expert

Re: Vos questions de grammaire

par lisette83 le Dim 19 Fév 2012 - 17:29
@frankenstein a écrit:
@Hermiony a écrit:
@frankenstein a écrit:Perso, je trouve quand même que c'est costaud pour des 5°...
Puis leur dire que si la phrase se présentait ainsi:
"La lande était parsemée de pics coniques et de monts-joie en dentelle", les "pics coniques" changent de fonction, c'est un peu chercher la difficulté gratuite, non ? Rolling Eyes

A la base, ils ont juste à chercher les CO des verbes : quand on pense qu'ils m'en trouvent après "devant" ou "sur" / que les sujets des verbes (relevés en cours!!!) deviennent des CO, peu importe la difficulté du texte (déjà travaillé en classe), n'importe quel exo serait difficile...Je ne leur demandais pas de me chercher la fonction de "de pics coniques", hein, c'est pour moi que je voulais la réponse!!
Ah, d'accord !
Sinon, dans l'exemple "La lande, parsemée de pics coniques et de monts-joie en dentelle" j'aurais pensé à "Des pics coniques et des monts-joie en dentelle parsèment la lande."

Moi aussi j'aurais dit complément d'agent.
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Dim 19 Fév 2012 - 17:32
La question que je posais nous concerne nous, profs, avant de concerner les élèves. Que dire de ces questions qui nous conduisent, nous, des spécialistes, à donner des réponses différentes ? Que valent-elles ?
Je n'en sais rien, il me semble que nous ne raisonnons pas qu'avec des questions mais sur des rapports de logique aussi qui s'instillent petit à petit.
Il me semble pour ma part que j'ai dû apprendre avec des questions en primaire, un peu plus de raisonnement en collège et aussi par le long apprentissage du thème latin qui oblige à penser différemment les rapports d'une langue à l'autre, bref, on raisonne avec une certaine "innutrition"des liaisons entre les mots , non? Pour nous, juste les questions c'est sûrement un peu court.
avatar
Maieu
Habitué du forum

Re: Vos questions de grammaire

par Maieu le Dim 19 Fév 2012 - 17:38
@iphigénie a écrit:
La question que je posais nous concerne nous, profs, avant de concerner les élèves. Que dire de ces questions qui nous conduisent, nous, des spécialistes, à donner des réponses différentes ? Que valent-elles ?
Je n'en sais rien, il me semble que nous ne raisonnons pas qu'avec des questions mais sur des rapports de logique aussi qui s'instillent petit à petit.
Il me semble pour ma part que j'ai dû apprendre avec des questions en primaire, un peu plus de raisonnement en collège et aussi par le long apprentissage du thème latin qui oblige à penser différemment les rapports d'une langue à l'autre, bref, on raisonne avec une certaine "innutrition"des liaisons entre les mots , non? Pour nous, juste les questions c'est sûrement un peu court.
Je vous suis. J'ajouterai que si, dans l'exemple où est employé "s'accrocher", on peut être tenté de répondre COI, c'est parce que nous vient spontanément la question "a quoi ?" qui nous a été enseignée comme permettant de trouver ce type de complément et qu'elle fonctionne dans un premier temps comme un anesthésique.
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Dim 19 Fév 2012 - 17:39
Pour "parsemés" je serais tentée de dire aussi que puisque le participe est d'abord un mode verbal (m^me s'il a un emploi d'adjectif) ce serait un complément d'agent.
Maintenant, est-ce que le verbe "parsemer" s'emploierait ici à la voix active ("les pics parsemaient la lande" ...?)autrement dit, a-t-on bien gardé ici "parsemé" comme verbe, ou l'utilise-t-on sans plus conscience de sa valeur verbale: ça se discute Laughing
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Dim 19 Fév 2012 - 17:42
@Maieu a écrit:
@iphigénie a écrit:
La question que je posais nous concerne nous, profs, avant de concerner les élèves. Que dire de ces questions qui nous conduisent, nous, des spécialistes, à donner des réponses différentes ? Que valent-elles ?
Je n'en sais rien, il me semble que nous ne raisonnons pas qu'avec des questions mais sur des rapports de logique aussi qui s'instillent petit à petit.
Il me semble pour ma part que j'ai dû apprendre avec des questions en primaire, un peu plus de raisonnement en collège et aussi par le long apprentissage du thème latin qui oblige à penser différemment les rapports d'une langue à l'autre, bref, on raisonne avec une certaine "innutrition"des liaisons entre les mots , non? Pour nous, juste les questions c'est sûrement un peu court.
Je vous suis. J'ajouterai que si, dans l'exemple où est employé "s'accrocher", on peut être tenté de répondre COI, c'est parce que nous vient spontanément la question "a quoi ?" qui nous a été enseignée comme permettant de trouver ce type de complément et qu'elle fonctionne dans un premier temps comme un anesthésique.

ben en l'occurrence ce n'est pas un anesthésique mais un révélateur Laughing (je maintiens que le verbe a besoin d'un double complément: on accroche quelque chose à (forcément )quelque chose//comme on écrit ou on donne....Le verbe a nécessairement un double CO exprimé ou sous-entendu!
Ici il n'y a pas d'"erreurs" d'analyse entre COI/S ou CCL c'est juste qu'effectivement on est dans un cas complexe où on peut admettre que la langue joue sur la confusion entre une construction verbale(CO) et un rapport logique et sémantique(le lieu): d'où l'impossibilité de trancher totalement, rigoureusement définitivement...On pourrait continuer à discuter ce cas longtemps et on ne trancherait pas....
avatar
Maieu
Habitué du forum

Re: Vos questions de grammaire

par Maieu le Dim 19 Fév 2012 - 17:59
Dans "Les arbres s'accrochent au flanc de la montagne" c'est le lieu qui est souvent proposé dans les réponses ( les arbres s'accrochent "ou ?" plutôt que "à quoi" , et dans "Je m'accroche à mes idées", c'est l'objet (je m'accroche " à quoi ?" et non "où ?").
Pour moi, l'objet (direct ou indirect) renseigne sur le contenu de l'action. Si je donne quelque chose à quelqu'un, je n'analyse pas "quelqu'un" comme un complément d'objet - "second" - (il ne me donne pas d'information sur le contenu de l'action) mais comme le destinataire de l'objet.


Dernière édition par Maieu le Dim 19 Fév 2012 - 18:01, édité 1 fois
avatar
Hermiony
Esprit sacré

Re: Vos questions de grammaire

par Hermiony le Dim 19 Fév 2012 - 18:00
Je ne pensais pas que ma question susciterait autant d'interrogation!! Wink

_________________
"Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exerce si souvent contre l'homme que parce qu'elles se sont fait la main sur les animaux. Il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés".
Marguerite Yourcenar



« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. » «Le véritable test moral de l’humanité, ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. » Kundera, L’Insoutenable Légèreté de l’être
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Dim 19 Fév 2012 - 18:08
@Maieu a écrit:Dans "Les arbres s'accrochent au flanc de la montagne" c'est le lieu qui est souvent proposé dans les réponses ( les arbres s'accrochent "ou ?" plutôt que "à quoi" , et dans "Je m'accroche à mes idées", c'est l'objet (je m'accroche " à quoi ?" et non "où ?").
Pour moi, l'objet (direct ou indirect) renseigne sur le contenu de l'action. Si je donne quelque chose à quelqu'un, je n'analyse pas "quelqu'un" comme un complément d'objet - "second" - (il ne me donne pas d'information sur le contenu de l'action) mais comme le destinataire de l'objet.

la langue donne le choix entredeux formulations:
les arbres s'accrochent (sous-entendu: au sol) sur les flancs de la montagne:ccl
ou:
les arbres s'accrochent au flanc de la montagne:co (l'appellation CO marque simplement une construction verbale, ça ne change pas le sens de la phrase)
C'est une nuance.
pour la phrase "donner quelque chose à quelqu'un" je ne comprends pas ce que tu veux dire.
avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Vos questions de grammaire

par V.Marchais le Dim 19 Fév 2012 - 18:14
Non, Iphigénie. La phrase est tirée d'un texte où elle joue clairement un rôle de CCL organisant la description.

Pour "parsemé de", s'il fallait rapporter le complément au verbe, je pencherais plutôt pour le moyen : il n'y a pas de procès à la voix passive mais description (encore) d'un état. D'ailleurs, je peux ajouter un agent sans renoncer à cette construction :
Un démiurge facétieux avait parsemé la lande de pics coniques et de mont-joie...

Comme dans : le sapin était orné de guirlandes. Il n'y a pas d'action, ni active ni passive. Je peux d'ailleurs dire, là aussi, à la voix active : les enfants avaient orné le sapin de guirlande.

Il me semble d'ailleurs que le latin choisirait cette interprétation, non ?
avatar
Maieu
Habitué du forum

Re: Vos questions de grammaire

par Maieu le Dim 19 Fév 2012 - 18:24
@iphigénie a écrit:

pour la phrase "donner quelque chose à quelqu'un" je ne comprends pas ce que tu veux dire.

Simplement que "quelqu'un" me renseigne sur la personne à qui est destiné l'objet ("quelque chose") de l'action exprimée par le verbe ("donne"). What else ?
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Dim 19 Fév 2012 - 18:27
le latin ne reconnaît pas d"'agent inanimé", le français oui (enfin jusqu'à derniere information) Very Happy

Non, Iphigénie. La phrase est tirée d'un texte où elle joue clairement un rôle de CCL organisant la description.
Maios là on est dans la grammaire ou dans l'explication de texte? Je veux bien que clairement on ait l'indication d'un lieu.Mais nous parlons là de la construction du verbe.
Pour "parsemé de", s'il fallait rapporter le complément au verbe, je pencherais plutôt pour le moyen : il n'y a pas de procès à la voix passive mais description (encore) d'un état. D'ailleurs, je peux ajouter un agent sans renoncer à cette construction :
Un démiurge facétieux avait parsemé la lande de pics coniques et de mont-joie...

Comme dans : le sapin était orné de guirlandes. Il n'y a pas d'action, ni active ni passive. Je peux d'ailleurs dire, là aussi, à la voix active : les enfants avaient orné le sapin de guirlande.

Comme dans : le sapin était orné de guirlandes.
,il n'y a pas plus,ni moins de procès que si je dis:"les guirlandes ornaient le sapin": das ce cas ce n'est plus non plus le sujet de "l'action"?....Cette histoire de distinction entre description et procès qui fonctionnerait pour étiqueter les compléments mais pas pour le sujet me paraît une complication bien inutile.... Very Happy
je peux ajouter un agent sans renoncer à cette construction :
Un démiurge facétieux avait parsemé la lande de pics coniques et de mont-joie...
certes ,mais dans ce cas tu changes l'ensemble de la phrase: "lande "devient Cod de parsemé, ce que le mot n'est pas dans la première phrase.Et il n'y a plus de verbe passif, donc forcément pas d'agent du verbe passif Laughing
C'est comme:
Le soldat a été blessé par une flèche:agent
l'ennemi a blessé le soldat d'une flèche: moyen
(je prends des exemples de latiniste Laughing )


Dernière édition par iphigénie le Dim 19 Fév 2012 - 18:47, édité 5 fois
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Dim 19 Fév 2012 - 18:28
@Maieu a écrit:
@iphigénie a écrit:

pour la phrase "donner quelque chose à quelqu'un" je ne comprends pas ce que tu veux dire.

Simplement que "quelqu'un" me renseigne sur la personne à qui est destiné l'objet ("quelque chose") de l'action exprimée par le verbe ("donne"). What else ?
pour moi ça s'appelle un cos (ou Coi second) ou complément d'attribution, ou datif.
Complément de destinataire, késaco? Very Happy
avatar
Maieu
Habitué du forum

Re: Vos questions de grammaire

par Maieu le Dim 19 Fév 2012 - 18:51
@iphigénie a écrit:
@Maieu a écrit:
@iphigénie a écrit:

pour la phrase "donner quelque chose à quelqu'un" je ne comprends pas ce que tu veux dire.

Simplement que "quelqu'un" me renseigne sur la personne à qui est destiné l'objet ("quelque chose") de l'action exprimée par le verbe ("donne"). What else ?
pour moi ça s'appelle un cos (ou Coi second) ou complément d'attribution, ou datif.
Complément de destinataire, késaco?

Oui, bien sûr, pour le complément d'attribution (datif latin, oui). Mais même si on utilise COS ou COI second... pour moi, ça n'a pas de sens... si je m'en tiens à ma définition de l'"objet" (contenu).
En quoi la réponse " renseigne sur le destinataire" ne serait-elle pas acceptable ?
Very Happy
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Dim 19 Fév 2012 - 19:04
mais "complément d'objet" veut exactement dire "destinataire de l'action verbale"


Bon sur ce trêve de grammaire pour ma part. "Ça" crie qu'on "a faim" derrière... Je change d'objet et de lieu Laughing Laughing Laughing
avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Vos questions de grammaire

par V.Marchais le Dim 19 Fév 2012 - 21:06
@iphigénie a écrit:
Comme dans : le sapin était orné de guirlandes.
,il n'y a pas plus,ni moins de procès que si je dis:"les guirlandes ornaient le sapin": das ce cas ce n'est plus non plus le sujet de "l'action"?....Cette histoire de distinction entre description et procès qui fonctionnerait pour étiqueter les compléments mais pas pour le sujet me paraît une complication bien inutile.... Very Happy
je peux ajouter un agent sans renoncer à cette construction :
Un démiurge facétieux avait parsemé la lande de pics coniques et de mont-joie...
certes ,mais dans ce cas tu changes l'ensemble de la phrase: "lande "devient Cod de parsemé, ce que le mot n'est pas dans la première phrase.Et il n'y a plus de verbe passif, donc forcément pas d'agent du verbe passif Laughing
C'est comme:
Le soldat a été blessé par une flèche:agent
l'ennemi a blessé le soldat d'une flèche: moyen
(je prends des exemples de latiniste Laughing )

Iphigénie, bien sûr que si il y a un procès dans "les guirlandes ornaient le sapin" : on dit ce que font les guirlandes, même si ce ne sont pas des objets animés. De même, dans "le soldat a été blessé par une flèche", on dit ce qui arrive au soldat (procès à la voix passive). Mais quand je dis "Le sapin était orné de guirlandes", je ne dis ni ce que font les guirlandes ni ce qui arrive au sapin : je dis COMMENT est le sapin. Je peux d'ailleurs juxtaposer "orné de guirlande" et d'autres adjectifs le décrivant : Le sapin était grand, beau, orné de guirlandes.
Avec le passé simple, on a un sens différent : Le sapin fut orné de guirlandes (par les habitants, par les enfants excités, peu importe, on ne précise pas) : là, on a vraiment la voix passive, qui indique une transformation (donc une action) subie par le sapin ; mais l'emploi de l'imparfait rend cette interprétation franchement tirée par les cheveux. D'ailleurs, la transformation active au passé simple est relativement invraisemblable : Des guirlandes ornèrent le sapin. Il faut vraiment se triturer la cervelle pour trouver un contexte qui rende cette phrase recevable.

À part ça : La lande [avait été] parsemée de pics coniques par un démiurge facétieux. L'agent est le même. L'agent n'est pas inexistant à la voix active. L'agent, c'est celui qui agit. À la voix active, agent = sujet ; à la voix passive, non.

Ce n'est pas facile de faire la différence entre être + participe passé employé comme adjectif et voix passive. Et, quoique tu en penses, le seul moyen est de réfléchir au sens de la phrase en contexte, et de se demander s'il y a action (même subie) ou description. Or, dans le cas qui nous occupe, il y a bien description d'un état.
frankenstein
Vénérable

Re: Vos questions de grammaire

par frankenstein le Dim 19 Fév 2012 - 21:21
@V.Marchais a écrit:
@iphigénie a écrit:
Comme dans : le sapin était orné de guirlandes.
,il n'y a pas plus,ni moins de procès que si je dis:"les guirlandes ornaient le sapin": das ce cas ce n'est plus non plus le sujet de "l'action"?....Cette histoire de distinction entre description et procès qui fonctionnerait pour étiqueter les compléments mais pas pour le sujet me paraît une complication bien inutile.... Very Happy
je peux ajouter un agent sans renoncer à cette construction :
Un démiurge facétieux avait parsemé la lande de pics coniques et de mont-joie...
certes ,mais dans ce cas tu changes l'ensemble de la phrase: "lande "devient Cod de parsemé, ce que le mot n'est pas dans la première phrase.Et il n'y a plus de verbe passif, donc forcément pas d'agent du verbe passif Laughing
C'est comme:
Le soldat a été blessé par une flèche:agent
l'ennemi a blessé le soldat d'une flèche: moyen
(je prends des exemples de latiniste Laughing )

Iphigénie, bien sûr que si il y a un procès dans "les guirlandes ornaient le sapin" : on dit ce que font les guirlandes, même si ce ne sont pas des objets animés. De même, dans "le soldat a été blessé par une flèche", on dit ce qui arrive au soldat (procès à la voix passive). Mais quand je dis "Le sapin était orné de guirlandes", je ne dis ni ce que font les guirlandes ni ce qui arrive au sapin : je dis COMMENT est le sapin. Je peux d'ailleurs juxtaposer "orné de guirlande" et d'autres adjectifs le décrivant : Le sapin était grand, beau, orné de guirlandes.
Avec le passé simple, on a un sens différent : Le sapin fut orné de guirlandes (par les habitants, par les enfants excités, peu importe, on ne précise pas) : là, on a vraiment la voix passive, qui indique une transformation (donc une action) subie par le sapin ; mais l'emploi de l'imparfait rend cette interprétation franchement tirée par les cheveux. D'ailleurs, la transformation active au passé simple est relativement invraisemblable : Des guirlandes ornèrent le sapin. Il faut vraiment se triturer la cervelle pour trouver un contexte qui rende cette phrase recevable.

À part ça : La lande [avait été] parsemée de pics coniques par un démiurge facétieux. L'agent est le même. L'agent n'est pas inexistant à la voix active. L'agent, c'est celui qui agit. À la voix active, agent = sujet ; à la voix passive, non.

Ce n'est pas facile de faire la différence entre être + participe passé employé comme adjectif et voix passive. Et, quoique tu en penses, le seul moyen est de réfléchir au sens de la phrase en contexte, et de se demander s'il y a action (même subie) ou description. Or, dans le cas qui nous occupe, il y a bien description d'un état.
Merci pour cette explication ! Il n'empêche que l'on voit des exercices avec des transformations actives au passé simple qui sont peu vraisemblables...Mais c'est pour faire conjuguer ! diable

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.
avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Vos questions de grammaire

par V.Marchais le Dim 19 Fév 2012 - 21:24
Ah ! mais attention ! Je parlais de cet exemple précis.

Les jardins de Versailles furent dessinés par Lenôtre / Lenôtre aménagea les jardins de Versailles, ça marche aussi bien, syntaxiquement parlant. Seulement, on ne parle pas de la même chose, comme je l'explique aux élèves.
frankenstein
Vénérable

Re: Vos questions de grammaire

par frankenstein le Dim 19 Fév 2012 - 21:34
@V.Marchais a écrit:Ah ! mais attention ! Je parlais de cet exemple précis.

Les jardins de Versailles furent dessinés par Lenôtre / Lenôtre aménagea les jardins de Versailles, ça marche aussi bien, syntaxiquement parlant. Seulement, on ne parle pas de la même chose, comme je l'explique aux élèves.
Oui, j'avais compris.

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.
avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Vos questions de grammaire

par V.Marchais le Dim 19 Fév 2012 - 21:43
D'accord, excuse-moi. Il est vrai qu'il faut faire attention, quand on fabrique ses phrases d'exercices - j'en sais quelque chose.
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Lun 20 Fév 2012 - 8:41

Iphigénie, bien sûr que si il y a un procès dans "les guirlandes ornaient le sapin" : on dit ce que font les guirlandes, même si ce ne sont pas des objets animés. De même, dans "le soldat a été blessé par une flèche", on dit ce qui arrive au soldat (procès à la voix passive). Mais quand je dis "Le sapin était orné de guirlandes", je ne dis ni ce que font les guirlandes ni ce qui arrive au sapin : je dis COMMENT est le sapin.
OK je veux bien entendre cette explication très subtile, mais elle revient à dire que l'imprfait passif n'existe pas et que quand je dis "était orné" j'ai le verbe "être" à l'imparfait, alors qu' à la voix active, la phrase change de verbe et a le verbe "ornait". Pourquoi pas, mais c'est bien compliqué.
D'autant que que quand dit "voix passive", on entend bien par là pour le moins une atténuation de l'expression d'un "procès" et davantage l'expression d'un "état."
Je peux d'ailleurs juxtaposer "orné de guirlande" et d'autres adjectifs le décrivant : Le sapin était grand, beau, orné de guirlandes.
change l'ordre et tu verras que tu ne peux pas juxtaposer:
le sapin était orné de guirlandes,beau,grand" ça marche beaucoup moins bien.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum