Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
InstantKarma
Niveau 6

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par InstantKarma le Sam 14 Oct 2017 - 10:37
Katherine Weinland, doyenne de l’Inspection générale des Lettres :
   « 13 % des élèves de 6e ne savent pas lire. Mais ils n’ont pas fini leurs études ! ».
   L’Express, 14 mars 2002.

   http://www.lexpress.fr/informations/polemique-autour-du-francais-la-polemique_647630.html

   Il faut étaler, d’où les fameux cycles et le spiralaire !
   « Désormais, on parle d’étalement des connaissances : les élèves ont jusqu'à la troisième pour acquérir l’orthographe. À 14 ans, au lieu de 9 ou 10 ans. »


Dernière édition par InstantKarma le Sam 14 Oct 2017 - 11:32, édité 3 fois
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Anaxagore le Sam 14 Oct 2017 - 10:41
@InstantKarma a écrit:Katherine Weinland, doyenne de l’Inspection générale des Lettres :
« 13 % des élèves  de 6e ne savent pas lire. Mais ils n’ont pas fini leurs études ! ».
L’Express, 14 mars 2002.

http://www.lexpress.fr/informations/polemique-autour-du-francais-la-polemique_647630.html

Il faut étaler, d’où les fameux cycles et le spiralaire !
« Désormais, on parle d’étalement des connaissances : les élèves ont jusqu'à la troisième pour acquérir l’orthographe. À 14 ans, au lieu de 9 ou 10 ans. »

Spiralaire mon oeil.

Les programmes du GRIP permettent de voir la multiplication d'une fraction par un nombre en ce1, ce2, cm1, cm2, sur des exemples de manière progressive. Cela n'a rien à voir avec attendre le cm2.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Iphigénie le Sam 14 Oct 2017 - 10:50
Weinland! Rolling Eyes
Que de maux en ton nom!
L'année du CP, l'instit de ma fille a dû subir une opération en début d'année scolaire. Elle est revenue à la Toussaint. Elle a tout repris à la base: sa remplaçante suivait une non-méthode.
 En une semaine on a commencé à voir la différence.
Au bout de quinze jour, c'était flagrant...
Je n'ai pas de solution pour Véronique, mais je compatis. Le heurt de front avec la maîtresse ne me paraît pas du tout, toutefois, une bonne idée pour le bien de l'enfant...
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Anaxagore le Sam 14 Oct 2017 - 10:54
J'ai toujours fait travailler mes enfants sans contact avec la maîtresse, en parallèle, et sur du travail de fond. Tranquillement. Sans pression.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne
avatar
InstantKarma
Niveau 6

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par InstantKarma le Sam 14 Oct 2017 - 10:54
@Anaxagore a écrit:
@InstantKarma a écrit:Katherine Weinland, doyenne de l’Inspection générale des Lettres :
« 13 % des élèves  de 6e ne savent pas lire. Mais ils n’ont pas fini leurs études ! ».
L’Express, 14 mars 2002.

http://www.lexpress.fr/informations/polemique-autour-du-francais-la-polemique_647630.html

Il faut étaler, d’où les fameux cycles et le spiralaire !
« Désormais, on parle d’étalement des connaissances : les élèves ont jusqu'à la troisième pour acquérir l’orthographe. À 14 ans, au lieu de 9 ou 10 ans. »

Spiralaire mon oeil.

Les programmes du GRIP permettent de voir la multiplication d'une fraction par un nombre en ce1, ce2, cm1, cm2, sur des exemples de manière progressive. Cela n'a rien à voir avec attendre le cm2.
Un des slogans de l’OCDE c’est « apprendre tout au long de la vie ».
Traduction : tout ce qu’on n’a pas été foutu de vous enseigner à l’école, vous êtes censés l’apprendre plus tard !

Encore une fois, les idées pédagos s’adaptent parfaitement aux injonctions des économistes officiels.

_________________
Le participe passer c’est tellement compliquer.
Supprimons le subjonctif pour que le français est plus simple à apprendre.
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Anaxagore le Sam 14 Oct 2017 - 10:56
Après l'heure, ce n'est plus l'heure.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par JPhMM le Sam 14 Oct 2017 - 11:07
@InstantKarma a écrit:
@Anaxagore a écrit:
@InstantKarma a écrit:Katherine Weinland, doyenne de l’Inspection générale des Lettres :
« 13 % des élèves  de 6e ne savent pas lire. Mais ils n’ont pas fini leurs études ! ».
L’Express, 14 mars 2002.

http://www.lexpress.fr/informations/polemique-autour-du-francais-la-polemique_647630.html

Il faut étaler, d’où les fameux cycles et le spiralaire !
« Désormais, on parle d’étalement des connaissances : les élèves ont jusqu'à la troisième pour acquérir l’orthographe. À 14 ans, au lieu de 9 ou 10 ans. »

Spiralaire mon oeil.

Les programmes du GRIP permettent de voir la multiplication d'une fraction par un nombre en ce1, ce2, cm1, cm2, sur des exemples de manière progressive. Cela n'a rien à voir avec attendre le cm2.
Un des slogans de l’OCDE c’est « apprendre tout au long de la vie ».
Traduction : tout ce qu’on n’a pas été foutu de vous enseigner à l’école, vous êtes censés l’apprendre plus tard !

Encore une fois, les idées pédagos s’adaptent parfaitement aux injonctions des économistes officiels.
Ou comment l'OCDE transforme un caractère intrinsèque à l'humanité (et pas seulement) en slogan.

Dire « apprendre tout au long de la vie » ce n'est rien dire. Tous les êtres humains apprennent tout au long de leurs vies. Restent à savoir quoi, comment, pourquoi, etc.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par V.Marchais le Sam 14 Oct 2017 - 11:23
@InstantKarma a écrit:Katherine Weinland, doyenne de l’Inspection générale des Lettres :
« 13 % des élèves  de 6e ne savent pas lire. Mais ils n’ont pas fini leurs études ! ».
L’Express, 14 mars 2002.

Ah ! Eh bien voilà qui répond à la question que je posais moi-même dans le titre du message : j'ai le temps.
Tout va très bien, Madame la Marquise.
Je suis rassurée.

Sinon, j'ai appelé ce matin la graphothérapeuthe Dumont. Je lui ai exposé la situation et demandé si elle pensait que je flippais pour rien ou si un RV lui paraissait indiqué. Elle m'a dit qu'elle voyait exactement le problème, hélas fort répandu, que je faisais très bien de m'en préoccuper dès le début, car ainsi, en une seule séance, elle pourrait me montrer comment guider ma fille pour travailler efficacement et tranquillement à la maison. Ainsi, elle prendra de bonnes habitudes qu'elle cultivera malgré la maîtresse et Mona. Nous avons RV pendant les vacances. Very Happy

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par JPhMM le Sam 14 Oct 2017 - 11:35
cheers

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
blanche
Expert

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par blanche le Sam 14 Oct 2017 - 11:43
Je viens de lire tout ce fil avec un grand intérêt, merci aux divers intervenants.
Ma 3e fille est en grande section et travaille bien les syllabes à l'école, et pour ma part je commence à la faire déchiffrer, comme je l'avais fait pour ses sœurs (et ça va tout seul pour l'instant)... Je me dis que je vais continuer (tranquillement bien sûr) ! J'envisage d'ailleurs de me procurer la méthode "Léo et Léa" en plus de la méthode Boscher que je possède déjà, qu'en pensez-vous ?
Véronique, tu dois être un peu soulagée d'avoir fixé ce rendez-vous qui s'annonce fructueux... Mais quand on pense à ces enfants dont les parents ignorent tous les problèmes liés aux méthodes d'apprentissage de la lecture, c'est désolant...
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Iphigénie le Sam 14 Oct 2017 - 11:44
aai Véronique!
Cela me fait penser que les contacts vraiment intéressants ne seraient sans doute pas, du moins en français, 6e/CM2 mais plutôt 6e/CP: là on aurait la visibilité pour un vrai bilan...
En tout cas pour ma part, j'ai toujours eu une grande curiosité non satisfaite des méthodes d'apprentissage de la lecture de mes élèves (je n'habite pas la ville où j'enseignais, et j'ai toujours eu de gros doutes..)
avatar
Verdurette
Modérateur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Verdurette le Sam 14 Oct 2017 - 12:12
Lors d'un stage (pas EN, inutile de le préciser) j'ai rencontré un professeur de français qui avait conçu une dictée diagnostique qui repérait notamment les erreurs de sons. Ensuite il demandait quelle méthode de lecture avait été utilisée en CP. La conclusion était sans appel : les meilleurs résultats étaient directement liés à l'utilisation d'une méthode syllabique, que ce soit par l'enseignant en classe, ou par les parents à la maison.
pseudo-intello
Niveau 10

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par pseudo-intello le Sam 14 Oct 2017 - 12:13
J'avais un élève de 6e faible, très faible (d'ailleurs, deux ans plus tard, après tests, il avait rejoint la SEGPA). Aux contrôles, il répondait toujours à côté, quand il répondait (il n'apprenait pas non lus ses leçons). IL était gentil, mais ses moyennes étaient catastrophiques.
Et puis il s'est inscrit au club de latin (c'est la dernière année, je crois, où on avait encore de l’accompagnement éducatif hors rep), parce que c'était de 13h à 14h, à l'heure où d'habitude il s'ennuie après la cantoche, et parce qu'en réalité, ça ne lui déplaisait pas d'être en classe. Dans le club, nous faisions des petits jeux d'étymologie, de compréhension à partir de chose très simples, d'assemblages de synonymes (en s'appuyant dès que possible sur étymologie), et il se trouve qu'il s'en sortait bien ! Comme il n'était ps du genre à réfléchir silencieusement (ou comme, fier de sa réussite, il faisait part de son cheminement à ses camarades), j'entendais généralement son raisonnement.
Ma conviction a toujours été que l'apprentissage de la lecture (globale, j'en mets ma main au feu) y avait été pour beaucoup : j'en ai conclu qu'en français, il devinait au leu de lire : les consignes, les questions, les leçons, enfin tout. D'où le fiasco. Alors qu'en latin, comme il s'agissait d'une langue inconnue, il était obligé de lire le mot pour de vrai, une lettre après l'autre, et avec le son du mot correctement déchiffré, parvenait naturellement à faire les rapprochements nécessaires avec le français pour trouver les réponses.

CQFD.

@Verdurette a écrit:Lors d'un stage (pas EN, inutile de le préciser) j'ai rencontré un professeur de français qui avait conçu une dictée diagnostique qui repérait notamment les erreurs de sons. Ensuite il demandait quelle méthode de lecture avait été utilisée en CP. La conclusion était sans appel : les meilleurs résultats étaient directement liés à l'utilisation d'une méthode syllabique, que ce soit par l'enseignant en classe, ou par les parents à la maison.

Bonne idée ! Ce serait un test à faire à grande échelle entre néos à la rentrée prochaine !
avatar
Sulfolobus
Érudit

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Sulfolobus le Sam 14 Oct 2017 - 13:33
@Verdurette a écrit:
Par ailleurs, vers 1900, un médecin , Decroly, a conçu une méthode de lecture pour les enfants sourds profonds. Ces enfants ne pouvant accéder au sens par le son (qu'ils ne perçoivent pas), Decroly veut leur faire reconnaître les mots globalement, liant un ensemble graphique à un sens.  C'est le principe du pictogramme, et cela limite, pour la plupart, le stock de mots accessibles.
Vers 1907, il songe à étendre sa méthode aux enfants entendants en difficulté.
Est-ce que cette méthode marche avec les enfants sourds profonds ? Sinon, comment leur apprend-on à lire ?
avatar
Kirth
Niveau 7

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Kirth le Sam 14 Oct 2017 - 13:40
Merci beaucoup pour ces explications Verdurette.
C'est effarant.
avatar
Ma'am
Érudit

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Ma'am le Sam 14 Oct 2017 - 15:58
@V.Marchais a écrit:
@InstantKarma a écrit:Katherine Weinland, doyenne de l’Inspection générale des Lettres :
« 13 % des élèves  de 6e ne savent pas lire. Mais ils n’ont pas fini leurs études ! ».
L’Express, 14 mars 2002.

Ah ! Eh bien voilà qui répond à la question que je posais moi-même dans le titre du message : j'ai le temps.
Tout va très bien, Madame la Marquise.
Je suis rassurée.

Sinon, j'ai appelé ce matin la graphothérapeuthe Dumont. Je lui ai exposé la situation et demandé si elle pensait que je flippais pour rien ou si un RV lui paraissait indiqué. Elle m'a dit qu'elle voyait exactement le problème, hélas fort répandu, que je faisais très bien de m'en préoccuper dès le début, car ainsi, en une seule séance, elle pourrait me montrer comment guider ma fille pour travailler efficacement et tranquillement à la maison. Ainsi, elle prendra de bonnes habitudes qu'elle cultivera malgré la maîtresse et Mona. Nous avons RV pendant les vacances. Very Happy

C'est super pour ta fille, Véro, mais tout cela me met très en colère. Ça veut dire que seuls les enfants dont les parents ont les moyens de payer une séance chez un graphothérapeute, et qui ont le temps de faire travailler leur enfant chaque jour suite au rendez-vous, peuvent s'en sortir.

Alors oui, l'école creuse les inégalités en n'offrant pas à tous les enfants la rigueur d'un enseignement de qualité. C'est en partie pour ça que j'ai quitté le primaire. Marre de me battre contre des moulins à vent, de me cacher pour bosser (à peu près) correctement. J'étais à l'IUFM en 2008, nous avons eu 3 heures sur l'enseignement de la lecture, trois heures passées à dénigrer les méthodes syllabiques sur le mode humoristique... Quoi ? Mais comment peut-on intéresser un enfant du XXIe siècle avec des phrases ineptes comme "Léo a lavé le vélo." ? Rires gras des autres stagiaires... C'est vrai, "J'ai rêvé que mon nounours était vivant.", c'est tellement plus intelligent ! (Ribambelle pour ceux qui ne connaissent pas).
N'empêche que quand j'ai fait mes trois semaines de stage en CP / CE1, j'ai dû utiliser une méthode dont j'ai oublié le nom, mais qui est encore pire que Ribambelle. Je devais travailler sur un album d'Yvan Pommaux moitié en BD. Interdiction de m'écarter des clous d'autant plus que la directrice de l'école était une des formatrices de l'IUFM et que la fille de l'enseignante titulaire était dans la classe. J'ai fait de la m*** pendant trois semaines. Je pense sincèrement que les enfants n'ont strictement rien appris avec moi. C'est sûrement dû à mon inexpérience de l'époque, mais je pense que la méthode n'y est pas étrangère.

En Aide Personnalisée, j'étais plus libre, tout le monde s'en foutait et personne ne venait voir ce que je faisais. J'ai le souvenir ému d'une petite fille futée comme tout, très vive, mais en échec scolaire. Elle n'arrivait pas du tout à lire, alors que les autres si. En désespoir de cause, j'ai apporté mon Léo et Léa pour l'AP, avec lequel j'ai appris à lire à mes quatre enfants en GS, pour anticiper et éviter le télescopage en CP avec la méthode de la maîtresse. Et là, miracle, la petite a réussi à lire "Léo a lavé le vélo", son visage s'est éclairé et elle m'a dit "Ah, mais il était sale alors le vélo !" C'était la première phrase qu'elle avait réussi à lire toute seule de sa vie et elle en était fière. Elle en avait compris le sens, pour inepte qu'il fût, pour une petite fille du XXIe siècle. Je n'oublierai jamais son regard à ce moment-là. En tout, j'ai dû faire 4 ou 5 séances avec le groupe d'AP et je suis repartie à l'IUFM, mon stage était fini. Je ne sais pas ce qu'elle est devenue. Je n'ai pas la prétention de penser que je l'ai sauvée, ça n'a sûrement rien changé.

Par la suite, par lâcheté, je n'ai plus jamais repris de CP. J'ai toujours enseigné dans des grosses écoles avec plusieurs CP, avec la même méthode à base d'albums sur toute l'école. Je ne pouvais pas en toute conscience utiliser ces méthodes, surtout parce que je ne comprends pas comment elles fonctionnent. Mon cerveau n'arrive pas à voir comment un enfant peut apprendre à lire avec ça, quel est le mécanisme. La lecture du guide du maître me donne des migraines épouvantables, c'est jargonnant au possible. Alors, j'aurais pu faire ma rebelle et utiliser une autre méthode, mais c'est une position très inconfortable dans une école. Du coup, je n'ai pris que des grandes classes. Et puis un jour, j'en ai eu marre de tout ça. Pas des élèves, ni de leurs parents, mais de la pression qu'il y a sur les PE pour les faire bosser comme des esclaves en dépit du bon sens. Et je suis allée voir ailleurs si j'y étais. Eh ben vous savez quoi ? J'y étais !

Ah oui, sur l'enseignement de l'écriture, on a dû faire trois heures à l'IUFM ou alors rien du tout, mais je n'en ai absolument aucun souvenir.
avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par V.Marchais le Sam 14 Oct 2017 - 16:07
C'est très triste ce que tu racontes, Ma'am.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Ma'am
Érudit

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Ma'am le Sam 14 Oct 2017 - 16:09
Je le sais bien, hélas...
Je sens que j'ai plombé l'ambiance, là !
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Elyas le Sam 14 Oct 2017 - 16:13
Ribambelle... mon cauchemar actuel ! Heureusement, mon fils a compris la combinatoire avant d'entrer au CP et on continue tranquillement à la maison de développer la lecture en parallèle sans s'opposer à la maîtresse. Je sais aussi que je vais devoir muscler les maths et l'écriture pendant les vacances, de façon naturelle. Mon fils est curieux... Mais "J'ai rêve que...", je subis en ce moment.
avatar
DesolationRow
Vénérable

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par DesolationRow le Sam 14 Oct 2017 - 16:13
@Ma'am a écrit:Je le sais bien, hélas...
Je sens que j'ai plombé l'ambiance, là !

Bah, on ne peut pas dire que jusque là l'ambiance était radicalement festive, non plus Wink
avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par V.Marchais le Sam 14 Oct 2017 - 16:14
De toute façon, ce fil est révoltant de bout en bout.
Ma fille s'en sortira certainement, parce que son père et moi sommes informés, parce que nous ferons tout pour, nous en avons les moyens intellectuels, financiers. Mais les 26 autres ? Et les suivants ?

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Ma'am
Érudit

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Ma'am le Sam 14 Oct 2017 - 16:23
Je compatis Elyas, j'ai eu ça 4 fois...

Ce qui était génial de bêtise quand même, c'est qu'en parallèle de la première page de la méthode, pour se donner un semblant de caution syllabique, les concepteurs de la méthode ou les enseignants de mes enfants, je ne sais pas, ont imaginé faire une "fiche-son" sur le son [a]. Une "fiche-son" c'est un truc encore plus idiot que "Léo a lavé le vélo".

La première phrase de la méthode est donc "J'ai rêvé que mon nounours était vivant."
Il n'échappera pas à votre sagacité que la lettre a figure trois fois dans la phrase. Pas une seule fois, elle ne produit le son [a], lequel son n'est pas du tout présent dans la phrase.

Les formateurs de l'IUFM, lorsque je leur en avais fait la remarque, m'avaient doctement expliqué que c'était génial, c'était faire le pari de l'intelligence des enfants, c'est justement fait exprès pour qu'ils voient que la lettre a ne fait pas toujours le son [a], parce que dire b-a ba, c'est idiot, dans le mot "banc", b-a ne fait pas ba.
Très certes, mais en début d'apprentissage, on ne pourrait pas simplifier en ne leur donnant que des phrases qu'ils sont capables de déchiffrer eux-mêmes et complexifier à mesure que l'année avance ?
Je vous dis, je suis limitée, je ne comprends pas comment ça marche.
avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par V.Marchais le Sam 14 Oct 2017 - 16:25
Ce n'est pas toi qui es limitée, c'est la bêtise humaine qui est illimitée.
Tu ne peux pas comprendre comment marche un truc qui ne marche pas.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Provence
Enchanteur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Provence le Sam 14 Oct 2017 - 16:27
@V.Marchais a écrit:De toute façon, ce fil est révoltant de bout en bout.
Ma fille s'en sortira certainement, parce que son père et moi sommes informés, parce que nous ferons tout pour, nous en avons les moyens intellectuels, financiers. Mais les 26 autres ? Et les suivants ?

Avec ces méthodes absurdes, on n'a plus la même ambition pour les enfants. Au lieu de d'espérer qu'ils réussissent, on espère qu'ils s'en sortent. L'école marche sur la tête.
avatar
Rendash
Esprit sacré

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Rendash le Sam 14 Oct 2017 - 16:28
@V.Marchais a écrit:Ce n'est pas toi qui es limitée, c'est la bêtise humaine qui est illimitée.
Tu ne peux pas comprendre comment marche un truc qui ne marche pas.

Tiens, voilà une chouette devise pour l'ESPE : "Nous expliquons comment fonctionnent des choses qui ne fonctionnent pas professeur "

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Ma'am
Érudit

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Ma'am le Sam 14 Oct 2017 - 16:30
Bah les autres stagiaires avaient l'air de tout comprendre, eux. Ils levaient les yeux au ciel quand je posais les questions qui fâchent aux formateurs.

Bon, pour être totalement honnête, la méthode ne connaît pas non plus 100 % d'échec. Il y a quand même des enfants qui apprennent à lire comme ça, je pense.

Néanmoins, je suis certaine d'une chose, c'est que les enseignants de mes enfants n'ont pas du tout conscience du nombre de parents qui utilisent une méthode parallèle en douce à la maison. L'année dernière, j'avais des horaires qui me permettaient d'être assez souvent à la sortie de l'école et j'ai vu les mamans se refiler discrètement des Léo et Léa et autres Boscher sur le parvis de l'école.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum