Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Page 35 sur 37 Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par JPhMM le Mar 14 Nov 2017 - 16:47

@PauvreYorick a écrit:Sur la question précise de l'orientation sexuelle à l'époque de Platon, il me semble tout de même qu'il nous a légué le discours d'Aristophane dans le Banquet, qui divise clairement les préférences érotiques des hommes de son temps en trois catégories distinctes: il y a (1) les hommes qui veulent des hommes, (2) les femmes qui veulent des femmes, et (3) les hommes et les femmes qui veulent respectivement les femmes et les hommes, ces derniers étant les anciens androgynes.

C'est quand même un indice clair de la reconnaissance du caractère distinct des affinités des uns et des autres. On pourrait pinailler pour savoir si l'on a là une orientation sexuelle au sens absolument contemporain du terme, mais il me semble qu'on en est assez près pour admettre qu'il y a continuité entre les deux.
Oui. Merci pour ce rappel, qui rend la réponse en effet évidente.
Et oui, aussi.

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par JPhMM le Mar 14 Nov 2017 - 16:49

Je me demande si c'était aussi vrai dans la Rome antique...

Spoiler:
Non, je déconne !
Même si, je me souviens voir lu sur une distinction cardinale activité/passivité, tout à fait spécifique à la Rome antique... Razz

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Dimka le Mar 14 Nov 2017 - 16:50

Ah mais je suis tout à fait d'accord avec une exigence de rigueur historique (et pour tous). D'une part, on peut ne pas utiliser le mot homo (Machin/Machine a eu des relations avec un/une/des hommes/femmes, etc.). Et d'autre part, réfléchir et analyser le concept avec rigueur et sans anachronisme (comme le font Florence Dupont et Thierry Éloi dans l'introduction de L'érotisme masculin dans la Rome antique, par exemple).

[Edit] : et ça fait bien longtemps que je n'ai pas soufflé dans un hautbois. Sad

_________________
pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!
avatar
Dimka
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Miettes le Mar 14 Nov 2017 - 17:19

@Dimka a écrit:Je ne suis pas de base hyper motivé par la notion d'identité (je ne vais développer des plombes, c'est un peu tordu dans ma tête). Mais, dans les faits, un adolescent qui aime les garçons, s'il se fait traiter de PD au collège, que sa mère pleure, que son père lui gueule dessus, ou pire, s'il tombe sur tpmp, si la manif pour tous lui explique qu'il est un gros problème et qu'au mieux on veut bien le tolérer (des dizaines, voire des centaines de personnes qui descendent dans la rue contre toi, une paille… Rolling Eyes), si la terre entière considère que c'est tellement énorme que ça passe par un "coming out" angoissant, s'il n'ose pas tenir la main de celui qu'il aime dans l'espace public à cause de leurs sexes respectifs… et bien, à un moment donné, je fiche les théories personnelles de côté, je me fiche que ça soit de l'être ou du faire ou du je ne sais quoi, et je colle au discours de Bastien Beaulieu : ce gamin, il a besoin qu'on lui dise « ce qu'on te reproche, ça n'a pas empêché des gens comme toi de faire des trucs bien, d'être reconnus, d'obtenir la gloire ou tout ce que tu veux ».

Exact. Et faire étudier des autrices (ou des femmes scientifiques, philosophes...), c'est le même combat, c'est dire aux petites filles qu'elles sont légitimes à écrire, faire de la science, penser (l'analogie est un peu outrancière, dans la mesure où notre société est plus violente à l'égard des homosexuel-les que des femmes). Nous avons besoin de modèles qui nous ressemblent, lorsque nous appartenons aux minorités, pour nous construire sereinement.

_________________
2016-2017, lettres au collège : 6e, 5e, 4e + AP 3e
2017-2018, professeure des écoles stagiaire : CM2
avatar
Miettes
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Caspar Goodwood le Mar 14 Nov 2017 - 17:19

@JPhMM a écrit:Je me demande si c'était aussi vrai dans la Rome antique...

Spoiler:
Non, je déconne !
Même si, je me souviens voir lu sur une distinction cardinale activité/passivité, tout à fait spécifique à la Rome antique... Razz

Et chez les Incas, les Aztèques, les Mayas, dans l'Empire Ottoman, la France sous Pépin le Bref...
avatar
Caspar Goodwood
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par archeboc le Mar 14 Nov 2017 - 18:10

@Miettes a écrit:Exact. Et faire étudier des autrices (ou des femmes scientifiques, philosophes...), c'est le même combat, c'est dire aux petites filles qu'elles sont légitimes à écrire, faire de la science, penser (l'analogie est un peu outrancière, dans la mesure où notre société est plus violente à l'égard des homosexuel-les que des femmes). Nous avons besoin de modèles qui nous ressemblent, lorsque nous appartenons aux minorités, pour nous construire sereinement.

Nous savons que Balzac souffrait d'une légère obésité, il faudra désormais songer à la mentionner pour regonfler la confiance en eux de nos élèves en surpoids. Ne rien taire de la petite taille de Supervielle, de l'acné d'Aragon, des allergies de Georges Sand, de la claudication de Fulgence Bienvenüe et des disgrâces de Gustave Mirbeau.

Le ministère cherche un daltonien pour le programme de français de 2nde.

Au travail.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Caspar Goodwood le Mar 14 Nov 2017 - 18:31

@archeboc a écrit:
@Miettes a écrit:Exact. Et faire étudier des autrices (ou des femmes scientifiques, philosophes...), c'est le même combat, c'est dire aux petites filles qu'elles sont légitimes à écrire, faire de la science, penser (l'analogie est un peu outrancière, dans la mesure où notre société est plus violente à l'égard des homosexuel-les que des femmes). Nous avons besoin de modèles qui nous ressemblent, lorsque nous appartenons aux minorités, pour nous construire sereinement.

Nous savons que Balzac souffrait d'une légère obésité, il faudra désormais songer à la mentionner pour regonfler la confiance en eux de nos élèves en surpoids. Ne rien taire de la petite taille de Supervielle, de l'acné d'Aragon, des allergies de Georges Sand, de la claudication de Fulgence Bienvenüe et des disgrâces de Gustave Mirbeau.

Le ministère cherche un daltonien pour le programme de français de 2nde.

Au travail.

Si ça a une importance quelconque quant à leurs oeuvres ou leur place dans l'Histoire pourquoi pas ?

Balzac était vraisemblablement bisexuel et Aragon n'en parlons même pas, ce qui couplé avec leur obésité et acné respectives en fait des personnages particulièrement intéressants.
avatar
Caspar Goodwood
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Delia le Mar 14 Nov 2017 - 18:37

Pour dire aux petites filles qu'elles ont le droit d'écrire, il serait bon de ne pas leur faire admirer béatement les Femmes savantes. Les femmes savantes, dans un lycée de jeunes filles, dans la section latin-grec... gag que Molière n'avait pas prévu !

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
avatar
Delia
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par DesolationRow le Mar 14 Nov 2017 - 18:48

Alors là je n'y suis pas : pourquoi c'est mal, les Femmes savantes ?
avatar
DesolationRow
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Delia le Mar 14 Nov 2017 - 19:01

C'est un professeur de Lettres classiques qui pose la question ?

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
avatar
Delia
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Rendash le Mar 14 Nov 2017 - 19:08

Un professeur d'autre chose pose également la question Smile

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Rendash
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par DesolationRow le Mar 14 Nov 2017 - 19:12

@Delia a écrit:C'est un professeur de Lettres classiques qui pose la question  ?

Oui. Et il serait ravi d'avoir une réponse. Et il sent qu'il ne va pas être déçu.


Dernière édition par DesolationRow le Mar 14 Nov 2017 - 19:19, édité 1 fois
avatar
DesolationRow
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par DesolationRow le Mar 14 Nov 2017 - 19:19

Je meurs d'impatience.
avatar
DesolationRow
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par JPhMM le Mar 14 Nov 2017 - 19:58

@Caspar Goodwood a écrit:
@JPhMM a écrit:Je me demande si c'était aussi vrai dans la Rome antique...

Spoiler:
Non, je déconne !
Même si, je me souviens voir lu sur une distinction cardinale activité/passivité, tout à fait spécifique à la Rome antique... Razz

Et chez les Incas, les Aztèques, les Mayas, dans l'Empire Ottoman, la France sous Pépin le Bref...
Les Japonais de l'époque de la reine Himiko.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par PauvreYorick le Mar 14 Nov 2017 - 20:00

@DesolationRow a écrit:
@Delia a écrit:C'est un professeur de Lettres classiques qui pose la question  ?
Oui.
Là, tu anticipes, l'ami. Pas avant l'H, DR.

_________________
τὸ λέγειν τοὺς λόγους τοὺς ἀπὸ τῆς ἐπιστήμης οὐδὲν σημεῖον·
avatar
PauvreYorick
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Rendash le Mar 14 Nov 2017 - 20:01

@PauvreYorick a écrit:
@DesolationRow a écrit:
@Delia a écrit:C'est un professeur de Lettres classiques qui pose la question  ?
Oui.
Là, tu anticipes, l'ami. Pas avant l'H, DR.


veneration

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Rendash
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par DesolationRow le Mar 14 Nov 2017 - 20:05

Razz Razz Razz
avatar
DesolationRow
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Audrey le Mar 14 Nov 2017 - 20:05

Parce que seul le boustrophédon réussira à unir les mal latéralisés dans un monde clivant en déliquescence scripturale! ;-)

https://www.change.org/p/président-de-la-république-française-pétition-pour-l-écriture-en-boustrophédon

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.

Signez la pétition pour sauver les langues anciennes! Clic!
avatar
Audrey
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par RogerMartin le Mar 14 Nov 2017 - 20:09

@DesolationRow a écrit:Razz Razz Razz

Evidemment, si tu l'encourages...


Moi je suis PR et je veux aussi savoir pourquoi les Femmes savantes c'est mal.

_________________
Pardon, je n'ai plus moyen d'accéder à l'accent circonflexe sur mon clavier  Embarassed

Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.

Rome n'est plus dans Rome, elle est toute où je suis.
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
RogerMartin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par JPhMM le Mar 14 Nov 2017 - 20:13

Les soussigné(e)s, Droitier(e)s et G-A-I-I-H-M (Gauch(è)r(e)s, Ambidextres[1], Indécis(e)s, Indéterminé(e)s, Hésitant(e)s et Manchot(e)s), enseignant(e)s ou non, mais recourant à l’écrit dans leurs activités quotidiennes professionnelles et privées, s’engagent à ne plus accepter la règle d’après laquelle « la/le droiti(è)r(e) l’emporte sur le/la gauch(è)r(e)"»
affraid

***, j'ai l'impression de lire de l'assembleur.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par JPhMM le Mar 14 Nov 2017 - 20:14

@DesolationRow a écrit:Razz Razz Razz
Mqisc Razz

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Fires of Pompeii le Mar 14 Nov 2017 - 21:08

Moi non plus je n'ai pas compris pourquoi les Femmes savantes c'est mal.

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
avatar
Fires of Pompeii
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par RogerMartin le Mar 14 Nov 2017 - 21:09

Non mais toi il semble que ce soit normal : tu as douze ans et tu es lettres classiques.

_________________
Pardon, je n'ai plus moyen d'accéder à l'accent circonflexe sur mon clavier  Embarassed

Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.

Rome n'est plus dans Rome, elle est toute où je suis.
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
RogerMartin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par DesolationRow le Mar 14 Nov 2017 - 21:10

@Fires of Pompeii a écrit:Moi non plus je n'ai pas compris pourquoi les Femmes savantes c'est mal.

Et tu es professeur de LC ?
avatar
DesolationRow
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Fires of Pompeii le Mar 14 Nov 2017 - 21:10

@Caspar Goodwood a écrit:
@archeboc a écrit:
@Miettes a écrit:Exact. Et faire étudier des autrices (ou des femmes scientifiques, philosophes...), c'est le même combat, c'est dire aux petites filles qu'elles sont légitimes à écrire, faire de la science, penser (l'analogie est un peu outrancière, dans la mesure où notre société est plus violente à l'égard des homosexuel-les que des femmes). Nous avons besoin de modèles qui nous ressemblent, lorsque nous appartenons aux minorités, pour nous construire sereinement.

Nous savons que Balzac souffrait d'une légère obésité, il faudra désormais songer à la mentionner pour regonfler la confiance en eux de nos élèves en surpoids. Ne rien taire de la petite taille de Supervielle, de l'acné d'Aragon, des allergies de Georges Sand, de la claudication de Fulgence Bienvenüe et des disgrâces de Gustave Mirbeau.

Le ministère cherche un daltonien pour le programme de français de 2nde.

Au travail.

Si ça a une importance quelconque quant à leurs oeuvres ou leur place dans l'Histoire pourquoi pas ?

Balzac était vraisemblablement bisexuel et Aragon n'en parlons même pas, ce qui couplé avec leur obésité et acné respectives en fait des personnages particulièrement intéressants.

Je ne vois pas en quoi l'obésité, l'acné ou la minceur et la peau lisse rendent un auteur a priori.

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
avatar
Fires of Pompeii
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Fires of Pompeii le Mar 14 Nov 2017 - 21:11

@RogerMartin a écrit:Non mais toi il semble que ce soit normal : tu as douze ans et tu es lettres classiques.

Laughing pourtant il est écrit sous mon profil que je suis vénérable !

@DesolationRow a écrit:
@Fires of Pompeii a écrit:Moi non plus je n'ai pas compris pourquoi les Femmes savantes c'est mal.

Et tu es professeur de LC ?

Professeur, pas PRofesseur Very Happy J'ai presque honte de l'admettre maintenant, parce qu'apparemment si j'étais un vrai bon prof de LC, je comprendrais Laughing

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
avatar
Fires of Pompeii
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Page 35 sur 37 Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum