Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Page 1 sur 12 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Libérée, délivrée le Lun 30 Oct 2017 - 23:06

Bonsoir,

Je souhaiterais collecter des témoignages de stagiaires licenciés dans l'optique de témoigner collectivement des pratiques de licenciement staliniennes ayant cours depuis quelques années dans l'Education Nationale.
L'idée est d'apporter des éléments d'information en vue de la publication éventuelle d'articles à des journalistes spécialisés dans le domaine de l'Education et d'envoyer un courrier au nouveau gouvernement afin de demander une refonte des modalités d'évaluation de l'année de stage.

Par avance merci pour vos témoignages,


Dernière édition par Libérée, délivrée le Mar 7 Nov 2017 - 4:43, édité 4 fois (Raison : Titre édité pour plus de précision)
avatar
Libérée, délivrée
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Ripoux1er le Mar 31 Oct 2017 - 0:21

Par MP alors. Je te envoie un tout de suite. Wink
avatar
Ripoux1er
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par madigoù le Mer 1 Nov 2017 - 9:26

Excellente initiative ! Tu connais déjà mon histoire et je l'ai racontée aussi à plusieurs reprises sur Néoprofs. Peut-on renommer le fil : Stagiaires licenciés : appel à témoins ? Pour que les stagiaires licenciés puissent le retrouver facilement. Je vais aussi relayer ce fil auprès des stagiaires licenciés qui ne sont pas inscrits sur Néoprofs et via mon blog http://irisagate.fr/
cheers
Et pour d'autres idées, je t'envoie un MP.

madigoù
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par madigoù le Mer 1 Nov 2017 - 9:42

Ou peut-être pour que ce soit plus large, mettre l'accent sur les conditions d'entrée dans le métier, qui sont désastreuses, même pour ceux qui sont titularisés. Une grande majorité de stagiaires subissent un bizutage insupportable. Avant la réforme, une compilation de témoignages avait déjà été faite pour dénoncer les conditions de stage. Or, nous savons tous que cette réforme n'a rien changé. Pire, même, cela n'a fait qu'accentuer la pression mise sur les stagiaires et les conditions d'évaluation.
Ici en lien ce qui avait été fait et dont on pourrait s'inspirer : www.afef.org/blog/espace.php?board=23&document=125

madigoù
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par skindiver le Mer 1 Nov 2017 - 9:57

On peut aussi te donner des témoignages de stagiaires dont tout se passe pour le mieux et il y en a beaucoup!
Peut être aussi regarder la vérité en face et qu'il y a surement de bonnes raisons pour une grande partie des stagiaires qui sont licenciés d'être licenciés... Tous les inspecteurs, les chefs d'établissements, les formateurs ne sont pas d' horribles personnes qui font le mal partout où ils passent!
avatar
skindiver
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Cicyle le Mer 1 Nov 2017 - 10:05

skindiver, ça fait plusieurs fois que je lis tes interventions sur les stagiaires "tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes". Clairement, ça n'est pas le cas. Tant mieux si ça s'est bien passé pour toi mais dans beaucoup de cas, ça se passe mal. La responsabilité, selon les cas, peut incomber au stagiaire (totalement incompétent ou juste débutant qui galère le temps de trouver les réflexes professionnels), au tuteur (la prime est tellement ridicule qu'on a du mal à en trouver et que donc parfois on prend nimporte qui, y compris des dingues), souvent aux deux.
Bref, tant mieux pour toi si ça s'est bien passé, mais il y a beaucoup de personnes pour qui ça se passe mal (c'est ce que j'ai pu constater dans mon entourage).
avatar
Cicyle
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par madigoù le Mer 1 Nov 2017 - 10:10

Skinvider, votre rhétorique est insupportable. Alors sous prétexte que 100% des stagiaires ne subissent pas un bizutage ou un harcèlement moral, ne sont pas licenciés pour de "mauvaises raisons", il ne faudrait rien faire et surtout se taire. C'est honteux ! Si vous êtes heureux, un prof épanoui, et tutti quanti, tant mieux pour vous, mais ne venez pas faire la leçon à ceux qui ont subi des conditions inacceptables, qui ont vu leur santé vaciller (voire pire), et qui ont été en butte à des méthodes illégales. Jouez l'autruche si ça vous fait plaisir, mais ne venez pas me dire ce que je dois penser ou dénier toute réalité aux propos tenus par les stagiaires licenciés et/ou harcelés.

madigoù
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Kimberlite le Mer 1 Nov 2017 - 10:19

@skindiver a écrit:On peut aussi te donner des témoignages de stagiaires dont tout se passe pour le mieux et il y en a beaucoup!
Peut être aussi regarder la vérité en face et qu'il y a surement de bonnes raisons pour une grande partie des stagiaires qui sont licenciés d'être licenciés... Tous les inspecteurs, les chefs d'établissements, les formateurs ne sont pas d' horribles personnes qui font le mal partout où ils passent!
Skindiver, certes, il y a des stages qui se passent bien, et heureusement. Je ne peux pas dire que le mien se soit mal passé (mais j'ai bénéficié de la dernière année où l'on était à 15h), même si certains aspects "ESPE" furent parfois assez étonnants. Mais dans ma discipline, dans mon académie, nous avons eu des formateurs intelligents, acceptant la discussion, ainsi que des inspecteurs du même cru (même si pas toujours en phase avec les formateurs).
Les situations pour l'année de stage sont très disparates: dans une autre académie, une personne de ma famille, qui se reconvertit, m'a raconté des choses hallucinantes. Le monde du privé n'est pas tendre, mais elle ne s'attendait pas à un système aussi kafkaïen dans l'EN. Dans sa discipline, énormément de stagiaires sont renouvelés, on leur met une pression de folie,... bref, il y a des dysfonctionnement, et ce sont les stagiaires qui subissent.
Ce n'est pas une situation normale: même si, parmi ces stagiaires, certains ont probablement des problèmes, la façon dont les gens sont traités n'est tout simplement pas normale.
Ce n'est pas parce que dans beaucoup d'entreprises, tout se passe bien, qu'il ne faut pas prêter une oreille attentive aux abus de certaines firmes. Dans l'EN, c'est la même chose!

K

_________________
Spoiler:
avatar
Kimberlite
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par skindiver le Mer 1 Nov 2017 - 10:58

Oui la plupart des stages se passent bien, je ne parle pas de moi précisément.
Oui c'est une année où il faut bosser, oui c'est une année ou il faut savoir faire profil bas par moment.
Oui il y a surement des licenciement abusifs.
Non tous les licenciements ne sont pas abusifs.
C'est pareil dans le privé, il y a une période d'essai, si la personne ne convient pas, si la personne ne fait pas le boulot correctement, si la personne n'écoute pas les recommandations on ne la garde pas et c'est la même chose dans l'enseignement.
J'en suis à mon 6ième établissement, le seul stagiaire qui a rencontré des difficultés (et qui a été titularisé dès la première année de stage) en avait parce que son tuteur, ses formateurs et l'inspecteur voulaient qu'il "construise" ses cours mais il ne pouvait pas s'empêcher de photocopier des pages de TD....
Ce qui me gène dans certains discours c'est que si le stagiaire n'est pas titularisé c'est du aux "pratiques staliniennes de l'éducation nationale comme c'est écrit dans le premier message de ce fil.
avatar
skindiver
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Verdurette le Mer 1 Nov 2017 - 11:27

Je n'y ai pas été confrontée, mais je vois ce que subissent certains PE.
Il y a déjà un problème sur ce qu'on leur dit (beaucoup trop souvent lié à des phénomènes de mode et des lubies pédagogiques personnelles) , mais le plus grave reste la façon de le dire ... Veut-on évaluer les qualités professionnelles des stagiaires ou leur résistance à l'épuisement et aux humiliations ? Si c'est pour les préparer à en supporter en classe, c'est accepter le postulat que ce comportement est normal de la part des élèves, et là encore, on fait fausse route.
avatar
Verdurette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Fenrir le Mer 1 Nov 2017 - 11:38

Je comprends la volonté sous-jacente à ce sujet, tout en étant assez d'accord avec le propos défendu par Skindiver.

Ce qu'il faut dénoncer n'est pas nécessairement les licenciements, ils ne sont "que" le résultat d'une gestion désastreuse de la RH de l'éducation nationale.

Dans ma matière, cela fait plusieurs années que tous les postes ne sont pas pourvus à l'issue des épreuves d'admission. L'institution nous dit, et je la crois à ce sujet, qu'elle ne sélectionne pas les gens qui n'ont clairement pas le niveau (même si les rectorats engagent les recalés sous contrat derrière). Cependant je suis persuadé qu'elle sélectionne forcément des candidats qui sont à la limite et qui n'auraient pas été sélectionnés quand il y avait quatre candidats par poste. Forcément, ces candidats fragiles sont davantage susceptibles d'être licenciés car l'année de stage est pour eux, bien plus qu'il y a dix ans, le vrai test d'embauche où ils vont devoir montrer que le jury a eu raison de tenter le coup avec eux.


_________________
À quoi bon mettre son pédigrée, on est partis pour 40 ans
avatar
Fenrir
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Aliceinwonderland le Mer 1 Nov 2017 - 12:01

Je ne suis pas sûre que les licenciements concernent uniquement ce profil de candidats. Ayant assisté en étant déjà hors EN à une séance de PE devant une personne de l'IUFM (c'était encore l'IUFM à l'époque), séance qui comptait pour la titularisation, j'ai bien vu que le niveau de la candidate -comme le contenu même de la dite séance-n'avaient absolument aucune importance (ce qui comptait c'était la capacité à faire son auto-critique). La séance consistait à travailler les notions spatiales à l'aide de dessins sur consignes (haut bas gauche droite etc) avec une classe de CP (on était en janvier). Personnellement faire une séance là-dessus à des CP en janvier m'aurait paru aberrant et j'aurais été incapable de faire mon autocritique comme l'a fait cette jeune femme.

J'ai hésité à retourner dans l'EN à la rentrée 2017, je ne l'ai pas fait notamment parce qu'en tant que démissionnaire il m'aurait fallu refaire l'année de stage, or je pense que j'aurais été incapable de plier comme il faut le faire et n'aurais pas été titularisée de toute façon (j'ai pu le faire plus jeune mais j'en serais incapable aujourd'hui). Et dans mon cas je ne pense pas que ce soit un problème de niveau. Même si j'ai également reculé parce que je pense que j'aurais eu aussi de gros soucis de gestion de classe. Mais en faisant le gros dos on peut très bien être titularisé avec une gestion désastreuse de classe. La génération de ma mère n'avait comme formation que le tutorat et l'expérience des aînés, et il me semble que cela ne marchait pas si mal et que l'EN brassait moins de vent à l'époque (on n'avait pas besoin de faire un mémoire inutile en prime, on se consacrait uniquement aux cours).

Je pense que si l'on licencie ainsi de plus en plus les stagiaires (fait encore rarissime dans les années 90) c'est avant tout une façon d'ouvrir encore plus la voie à l'idée du prof corvéable à merci, à cette vaste fumisterie qu'est la "professionnalisation" du métier d'enseignant; on a supprimé la biadmissibilité, on va casser les concours et utiliser le vivier offert par les masters, j'ai du mal à croire que l'on ait envie réellement de rehausser le niveau. Ce qui est recherché c'est une main d’œuvre malléable et à moindre coût, licencier des stagiaires de plus en plus facilement c'est aussi une façon de dire que les concours (pourtant de plus en plus vides de contenu disciplinaire) n'ont plus vraiment d'importance.
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Titre du topic

Message par Libérée, délivrée le Mer 1 Nov 2017 - 12:20

pas de problème pour changer le titre du topic afin qu'il soit plus facilement trouvé par les stagiaires licenciés
avatar
Libérée, délivrée
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Lefteris le Mer 1 Nov 2017 - 13:01

J'adhère aux propos d'Alice. N'importe qui peut être victime d'un redoublement ou d'un licenciement, parce qu'il n'a pas l'échine souple, parce qu'il tombe sur un tuteur qui se prend au sérieux, parce qu'il ne gobe pas la doxa. Et ça se cumule avec les pratiques managériales induites par les "compétences", l'idéologie de la soumission, qui facilitent la mise en oeuvre de la machine infernale, la machine à broyer. On ne peut pas nier qu'il existe des stagiaires qui commettent de vraies fautes, mais pas 15%. Souvent, il servent de fusibles , on leur fait payer ce que sont les élèves, ils sont deux fois victimes. Et si on le leur fait payer ("haro sur la baudet") c'est parce que ça permet de transférer la responsabilité administrative, le refus d'agir globalement, sur les individus, considérés comme les seuls auteurs de leur malheur. Vu de ma position extérieure (je ne suis pas stagiaire), et intérieure (je suis dans un établissement, j'ai des contacts avec des stagiaires à titre syndical, j'ai eu des stagiaires MEEF et donc le contact avec le marigot ESPE...), c'est la plus grande partie des problèmes. Le stagiaire est en difficulté, on l'enfonce, il déprime, et ainsi de suite. Dès qu'il a reçu un coup, qu'il est dans le caniveau, tout le monde y va de son petit coup de pied. Personne, ou alors très rarement, ne se déjuge ni ne déjuge un autre membre de la "chaîne". Comme dans le reste de l'administration du reste, mais c'est exacerbé dans l'EN, vu le nombre des stagiaires, leur position de fragilité, l'injonction à être directement opérationnels.
Quant au problème de la compétence disciplinaire, évoqué ici, il n'a pas grand chose à voir. D'une part on trouve des agrégés dans les recalés (parfois même ce grade leur vaut la haine, comme un cas dont j'ai eu connaissance). D'autre part L'administration est parfaitement consciente que le niveau du Capes baisse, que plus grand monde ne veut faire ce métier, que 15 à 20 % des postes ouverts aux concours ne sont pas pourvus, et elle est la première à faire pression sur les jurys pour remplir coûte-que-coûte les classes, à envisager un changement de règles du jeu (ne plus s''attacher au disciplinaire, recruter des candidats plus faibles, polyvalents). Il s'agit d'une nouvelle manière d'aborder le management, le recrutement, la gestion des flux de fonctionnaires.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, avec ou sans NVB).
avatar
Lefteris
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par jésus le Mer 1 Nov 2017 - 13:37

Oui, ça me fait penser à la territoriale, où le concours n'est qu'un bout de papier. Après la chance ou le hasard de l'affectation, l'environnement du stage, les appuis comptent bien plus que le " background".

Dans d'autres secteurs que je connais, on devient schizophrène. On appelle sans arrêt au changement, au renouvellement, au nouveau souffle mais on recrute in fine des personnes " qui rassurent" "qui soulagent" et bien évidemment ce ne sont pas les mêmes profils. Et forcément, rien ne bouge pendant ce temps-là.

Dans d'autres secteurs, les profils trop dissonants sont écartés ( trop longtemps au chômage, trop de bifurcations dans les parcours, reconverti, parcours pas assez prestigieux, trop instables dans les contrats) alors même que le marché de l'emploi produit de plus en plus ce type de profil. Globalement, les recrutements se font en partant d'une idée de profil qui existe de moins en moins. On cherche la perle rare ( qui n'existe pas)  et on fait la tête devant les candidats que l'on reçoit , et donc on ne cherche pas à valoriser les dits candidats. A quelques exceptions près, tout le monde est perçu comme dissonants, bon à être recadré en permanence, fliqué. Bref, un climat de méfiance envers les personnes en ne cherchant pas une seule seconde ce qu'elles peuvent apporter. Les gens cherchent à obtenir quelque chose qui n'existe pas. Et cela finit en harcèlement.
Et oui, la perle rare ne tombe jamais malade, n'a pas d'enfant à élever, accepte d'avoir des horaires anarchiques, a une voiture qui démarre tous les jours, arrive à monter des projets sans budget, ne bronche pas quand on ne l'écoute pas en réunion. Forcément toutes ces choses n'arrivent jamais ( ce qu'ils sous-entendent) quand on a fait les meilleures écoles ( si le recruteurs n'est pas jaloux)
Bienvenue en 2017.

jésus
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Aliceinwonderland le Mer 1 Nov 2017 - 13:49

Je pense aussi qu'il y a quelque chose lié au statut de prof ou de fonctionnaire, on est d'emblée déconsidéré et suspecté de tirer au flanc (quand j'étais à l'IUFM je me rappelle que les formateurs  insistaient sur le fait que nous étions payés un plein temps et que donc nous étions grandement avantagés, comme si débuter dans l'enseignement et découvrir le travail de préparation et de correction n'était rien). Nous étions fliqués sur la progression du mémoire et infantilisés comme je ne l'ai jamais été à la fac.

Alors certes en orthophonie les stages n'étaient pas rémunérés et n'ont pas toujours été faciles (on tombe plus ou moins bien suivant les lieux de stage) mais ce qui m'a frappée c'est que même si dans le milieu médical au début on se sent parfois un peu bizuté, au final et surtout en hôpital il y avait une sorte de fierté à la fin de l'année (comme si on avait été admis dans le service, on en faisait un peu partie) ;  je n'ai jamais ressenti cela dans l'EN, au contraire tout était fait pour nous rabaisser et nous montrer que si nous ne partagions pas certaines idées nous étions de pauvres rebuts. La femme qui m'avait évaluée lors de l'année de stage m'avait même sorti que je serais incapable d'élever mon fils (j'étais enceinte). Je crois que personne n'aurait jamais osé faire une telle remarque à des stagiaires enceintes à l'école d'ortho.
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par jésus le Mer 1 Nov 2017 - 14:05

Oui, ça recoupe ce que j'ai dit en substance.
Les logiques de recrutement ne sont plus en adéquation avec le marché du travail et le vivier de personnes potentiellement intéressées par le métier. Résultat, devant accueillir tout de même des personnes pour occuper les postes, les recruteurs partent sur des personnes alors qu'au fond d'eux-mêmes elles sont déçus par leur niveau et leur profil.
Résultat: on veut les dresser, les recadrer quand bien même elles ont un niveau honorable et des capacités. Pas de détails...quand on décrète que le vivier n'est pas au niveau. Injustice, harcèlement non justifiés. Les meilleurs éléments ne restent pas. Les recruteurs se disent au fond qu'ils avaient raison de penser que le vivier n'était pas au niveau.
Paradoxe total d'une quantité de personnes aux profils de plus en plus différents, disparates qui sont de plus en plus pris comme une masse indistincte...qui si elles ne donnent pas satisfaction retournera dans la masse informe des chômeurs.

jésus
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Ripoux1er le Mer 1 Nov 2017 - 14:07

Tout à fait d'accord avec Lefteris.

Ceux qui réussissent le CAPES, quoiqu'on en dise, sont des étudiants globalement compétents, pour ne pas dire brillants (c'est ce que ma dit ma tutrice ESPE). Les concours étaient peut-être plus sélectifs avant, mais il y avait aussi beaucoup plus de candidats. Par ailleurs, il y a là un double discours de la part de l'EN :

- étudiant qui a réussi le CAPES, et qui a par conséquent un certain niveau
- mais étudiant qu'on peut "casser" ou qui doit se remettre en question en permanence

Pour en revenir aux licenciements et aux renouvellements, il y a bien entendu une logique économique, même dans les renouvellements. Contraindre les stagiaires à rester une autre année si l'académie est déficitaire, entre autres.
Les stagiaires, non-titulaires restent par conséquent très vulnérables : pression, statut juridiquement défavorable, rémunération moindre, faiblesse de la formation. Ajoutons à cela le fait que les syndicats ne nous défendent guère, pas plus que les collègues en général. En même temps, qui risquerait sa peau pour un stagiaire ?

J'en viens au motif du licenciement ou de la non-titularisation, comme vous préférez. Rares sont les stagiaires à avoir commis des fautes graves. Subsiste alors le motif bien vague d'insuffisance professionnelle, où l'on peut mettre énormément de choses. Par ailleurs on peut ajouter qu'il y a une véritable omerta sur le sujet : Sérieusement, qui en parle dans les médias ?
avatar
Ripoux1er
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Kimberlite le Mer 1 Nov 2017 - 14:16

Skindiver, comme expliqué par les intervenants précédents, je pense que tu ne réalises pas bien ce qui se trame sur une bonne part des licenciements ou renouvellements actuels (dans certaines académies, ce sont près de la moitié des stagiaires de certaines disciplines qui sont renouvelés!). De ce que j'ai pu voir plus ou moins directement, une bonne part des licenciements ou renouvellements n'ont pas vraiment été liés à des problèmes de capacités... il suffit que ça coince avec un des formateurs (quand je pense à la façon dont on taquinait un peu nos formateurs sur certains sujets "pédagogiques", je me dis que l'on aurait risqué gros ailleurs, avec mes collègues stagiaires!), ou avec le tuteur et ça peut être le grain de sable qui coince tout le reste.

K

_________________
Spoiler:
avatar
Kimberlite
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Babarette le Mer 1 Nov 2017 - 14:30

@madigoù a écrit:Skinvider, votre rhétorique est insupportable. Alors sous prétexte que 100% des stagiaires ne subissent pas un bizutage ou un harcèlement moral, ne sont pas licenciés pour de "mauvaises raisons", il ne faudrait rien faire et surtout se taire. C'est honteux ! Si vous êtes heureux, un prof épanoui, et tutti quanti, tant mieux pour vous, mais ne venez pas faire la leçon à ceux qui ont subi des conditions inacceptables, qui ont vu leur santé vaciller (voire pire), et qui ont été en butte à des méthodes illégales. Jouez l'autruche si ça vous fait plaisir, mais ne venez pas me dire ce que je dois penser ou dénier toute réalité aux propos tenus par les stagiaires licenciés et/ou harcelés.

Oui, je suis bien d'accord. Trop facile de dire que de toutes façons, les stagiaires qui sont virés, ils l'ont bien mérité, ils sont nuls et ce sont des feignasses. 
J'ai passé une année avec pour tuteur un type qui ne savait pas me parler autrement qu'en hurlant, qui me reprochait tout, mais tout. Toutes mes erreurs étaient de purs scandales, voire du sabotage; il considérait que c'était volontaire. Je travaillais pourtant énormément, passant deux à cinq heures à la préparation de chaque cours, j'ai eu de très bons résultats au CAPES ainsi qu'aux épreuves disciplinaires de mon Master et ma prof de littérature en khâgne me voyait déjà agrégée. 

MP pour le témoignage.
avatar
Babarette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Philomène87 le Mer 1 Nov 2017 - 14:40

L'année de stage c'est souvent un coup de poker : soit on tombe bien, sur les bonnes personnes ; soit on tombe mal.
Oui, il y a des gens qui ne sont pas faits pour ce métier et qui sont licenciés.
Il y en a aussi qui ont eu pour seul tort d'être débutants.
J'ai vu moi aussi des abus, et j'en vois encore.
Des tuteurs qui engueulent leur stagiaire devant leur classe, rendant impossible toute récupération de la classe par ledit stagiaire (et donc, licenciement programmé).
Des tuteurs qui n'acceptent pas que le gars ou la fille qu'ils sont censés former, soit débutant.
Et puis ceux qui interdisent aux stagiaires d'avoir leur personnalité, les obligent à être des robots confectionnant leurs cours exactement comme on leur a dit de faire, et qu'ils n'arrivent évidemment pas à mettre en pratique.
Et enfin, ceux qui disent toute l'année au stagiaire que tout va bien (ou alors ne disent rien), et qui à la fin font un rapport pourri.
Alors oui, on pourrait choisir de se taire, car après tout, "chez-moi-ça-va-bien", et "tous-les-stagiaires-que-je-connais-ça-va-bien-aussi".
Mais on va peut-être éviter de faire taire les autres, hein ? On peut peut-être leur donner la parole, à ces stagiaires licenciés ?
avatar
Philomène87
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Seifer le Mer 1 Nov 2017 - 14:46

@skindiver a écrit:On peut aussi te donner des témoignages de stagiaires dont tout se passe pour le mieux et il y en a beaucoup!
Peut être aussi regarder la vérité en face et qu'il y a surement de bonnes raisons pour une grande partie des stagiaires qui sont licenciés d'être licenciés... Tous les inspecteurs, les chefs d'établissements, les formateurs ne sont pas d' horribles personnes qui font le mal partout où ils passent!

Oui, comme tous les libéraux ou banquiers ne veulent pas faire les poches du peuple. On arrive même à nous enfumer en nous sortant que certains sont "de gauche".

Jusqu'à ce qu'arrive la grosse claque dans la trogne.

_________________
Pour les rêves qu'on a faits, et pour ceux qu'on fera.
Pour le poing qu'on a levé, pour celui qu'on lèvera.
Pour un idéal, pour une utopie.
Allons marchons ensemble enfants de la Patrie.
avatar
Seifer
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par archeboc le Mer 1 Nov 2017 - 14:52

@Cicyle a écrit:skindiver, ça fait plusieurs fois que je lis tes interventions sur les stagiaires "tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes". Clairement, ça n'est pas le cas. Tant mieux si ça s'est bien passé pour toi mais dans beaucoup de cas, ça se passe mal. La responsabilité, selon les cas, peut incomber au stagiaire (totalement incompétent ou juste débutant qui galère le temps de trouver les réflexes professionnels), au tuteur (la prime est tellement ridicule qu'on a du mal à en trouver et que donc parfois on prend nimporte qui, y compris des dingues), souvent aux deux.

Si le stagiaire glande, c'est lui qui est responsable. En revanche, s'il est totalement incompétent, c'est totalement de la faute de l'administration. C'est elle qui l'a recruté, et qui l'envoie dans une classe sans supplément de formation. C'est encore une des aberrations de l'Education Nationale : on forme les stagiaires au moyen de la pédagogie par l'échec, et on s'étonne qu'il y ait des échecs.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par zouz le Mer 1 Nov 2017 - 14:58

@Seifer a écrit:
@skindiver a écrit:On peut aussi te donner des témoignages de stagiaires dont tout se passe pour le mieux et il y en a beaucoup!
Peut être aussi regarder la vérité en face et qu'il y a surement de bonnes raisons pour une grande partie des stagiaires qui sont licenciés d'être licenciés... Tous les inspecteurs, les chefs d'établissements, les formateurs ne sont pas d' horribles personnes qui font le mal partout où ils passent!

Oui, comme tous les libéraux ou banquiers ne veulent pas faire les poches du peuple. On arrive même à nous enfumer en nous sortant que certains sont "de gauche".

Jusqu'à ce qu'arrive la grosse claque dans la trogne.

Les gens comprennent à ce moment là, mais c'est trop tard (et j'ai presque envie de dire, bienfait).
avatar
zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Seifer le Mer 1 Nov 2017 - 14:59

@skindiver a écrit:Oui la plupart des stages se passent bien, je ne parle pas de moi précisément.
Oui c'est une année où il faut bosser, oui c'est une année ou il faut savoir faire profil bas par moment.
Oui il y a surement des licenciement abusifs.
Non tous les licenciements ne sont pas abusifs.
C'est pareil dans le privé, il y a une période d'essai, si la personne ne convient pas, si la personne ne fait pas le boulot correctement, si la personne n'écoute pas les recommandations on ne la garde pas et c'est la même chose dans l'enseignement.
J'en suis à mon 6ième établissement, le seul stagiaire qui a rencontré des difficultés (et qui a été titularisé dès la première année de stage) en avait parce que son tuteur, ses formateurs et l'inspecteur voulaient qu'il "construise" ses cours mais il ne pouvait pas s'empêcher de photocopier des pages de TD....
Ce qui me gène dans certains discours c'est que si le stagiaire n'est pas titularisé c'est du aux "pratiques staliniennes de l'éducation nationale comme c'est écrit dans le premier message de ce fil.

On n'a jamais eu autant de licenciements et de démissions de la part de stagiaires. Pour avoir fait deux ans de stage (j'ai plein de choses scandaleuses à raconter sur ma première année par ailleurs, mais au moins celle-ci m'aura permis de ressentir ce que peuvent vivre les femmes au quotidien à travers le harcèlement, notamment au travail et les moyens de pression qui peuvent être exercés par tous ces vautours), en très grande majorité et en ne prenant pas qu'en lettres, venant de l'Université d'origine, étant membre et créateur d'un syndicat étudiant là-bas, je connaissais du monde dans plusieurs filières.

Etant aussi le type sympa qui prend soin des autres, j'ai dû, durant l'année, ne pas recevoir d'appels d'en gros 1/5ème de la promo, à peine, à savoir grand maximum 4 à 5 personnes. De nombreuses personnes m'ont appelé en larmes, proches de la démission. Je pense n'avoir jamais vu autant de personnes en dépression de ma vie.

Non, rien ne va, maintenant si tu te satisfait de tout ça, très bien, sois heureux du malheur des autres.

_________________
Pour les rêves qu'on a faits, et pour ceux qu'on fera.
Pour le poing qu'on a levé, pour celui qu'on lèvera.
Pour un idéal, pour une utopie.
Allons marchons ensemble enfants de la Patrie.
avatar
Seifer
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 12 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum