Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Page 6 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Lefteris le Ven 3 Nov - 10:13

@Olympias a écrit:
... ce que j'observe avec consternation et colère dans plusieurs académies. Et ces dérives durent depuis des années : blabla jargonnant et abscons, formation préparées
à la va-vite sur un con de table
Sans en avoir la profondeur et l'agrément, apparemment Laughing


improvisation totale et blabla sans intérêt,  déconnection par rapport au vécu, négation du travail effectué par les stagiaires, volonté de casser...

Il faut être sérieux : si certains formateurs avaient en cours les élèves que nous avons, ces derniers leur jetteraient des tomates ou je ne sais quoi.
Il est absolument anormal que ces petits tyranneaux puissent continuer à sévir, car ils jettent l'opprobre sur les formateurs sérieux, compétents, humains et qui font leur travail sans la volonté d'humilier autrui. Si ces tyranneaux n'existaient pas, s'il n'y avait pas des gens qui veulent non pas former mais formater, le discours anti-formateur s'éteindrait de lui-même. Mais voilà, ces gens sont accrochés comme des bigorneaux à leur sinécure et font des dégâts. Et si rien ne change, c'est qu'il y a un intérêt à ce que rien ne change.
Ben voilà, même point de vue, de l'extérieur, même constat, sans être nous-mêmes confrontés à ça. On ne peut pas nous reprocher de personnaliser le propos, parce qu'on sort de stage, ou d'être virulents parce qu'on s'est fait virer

Lefteris
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Babarette le Ven 3 Nov - 10:17

@Elyas a écrit:
@Dimka a écrit:Mais le soucis, c'est que c'est perçu comme de l'hostilité. En ce qui me concerne, en histoire, en master et en prépa concours, les profs ont toujours été d'accord pour qu'on soit « joueurs », voire encourageants (tant que c'était fait avec honnêteté intellectuelle). Plus généralement, je n'ai pas souvenir d'un prof qui se serait senti humilié ou attaqué lorsqu'un étudiant pointait une erreur. Ils sont assez sûrs de leur valeur et de leur position. Évidemment, quand tu débarques comme stagiaire, et que le comportement et les réflexes intellectuels durement forgés pendant tes années d'études sont considérés comme de l'insoumission ou de la prétention, y a un problème de recrutement (faut pas recruter des bac+5 en histoire si on ne veut pas des gens qui ont un caractère de bac+5 en histoire. Au passage, toujours en ce qui me concerne, j'ai eu l'impression que ce côté joueur est hyper valorisé à l'agrég').

Tu généralises tous les formateurs/toute la formation à ton expérience. Personnellement, j'adore les gens qui jouent comme tu le décris en formation. C'est extrêmement formateur pour les collègues stagiaires et cela crée une émulation et une stimulation intellectuelles que j'adore. De nombreux formateurs sont aussi dans le même registre que moi. Ce serait si terrible de nuancer parce que sur le fil entre le climat de terreur intellectuelle et autres trucs du genre, on croirait que la formation est un centre pénitentiaire du GOULAG.

Tu sais Elyas, peut-être que dans l'ESPE où tu travailles, ça se passe mieux, peut-être aussi que tu ne connais pas tous les intervenants et sans doute que toi, tu es un très bon formateur: quand je te lis, je n'ai pas vraiment de doute sur ce point.
Mais on ne peut pas le nier, ce climat de terreur existe! En tout cas, dans mon ESPE, c'était la norme. 
Et toi, j'imagine que tu ne dis pas des conneries monumentales, ou quand il y en a une qui t'échappe, c'est que ta langue a fourché et si on te le signale, tu reconnais t'être trompé. 
Mais je peux te dire que quand on assiste à un cours où la formatrice dit vraiment les pires horreurs et débite un réel chapelet de conneries, c'est vraiment dur à supporter. Et sans aller jusque là, quand on a un cours de type "c'est comme ça qu'il faut faire, surtout pas autrement, rentrez dans les clous et puis c'est tout, là seul est la vérité", on n'est pas prêt du tout à entendre un stagiaire qui dirait que peut-être, telle ou telle pratique n'est pas à jeter ou demande pourquoi on ne pourrait pas faire ainsi.
avatar
Babarette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par InstantKarma le Ven 3 Nov - 10:17

@Lefteris a écrit:
Ben voilà, même point de vue, de l'extérieur,  même constat, sans être nous-mêmes confrontés à ça. On ne peut pas nous reprocher de personnaliser le propos, parce qu'on sort de stage, ou d'être virulents parce qu'on s'est fait virer  
Voilà, c’est ce que je disais en parlant plus haut de la place de chacun dans la « chaîne alimentaire » de notre cher MEN !
Le tyranneau et le tyrannisé ne sont évidemment pas du même avis.

_________________
Le participe passer c’est tellement compliquer.
Supprimons le subjonctif pour que le français est plus simple à apprendre.
avatar
InstantKarma
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Elyas le Ven 3 Nov - 10:19

@Babarette a écrit:
@Elyas a écrit:
@Dimka a écrit:Mais le soucis, c'est que c'est perçu comme de l'hostilité. En ce qui me concerne, en histoire, en master et en prépa concours, les profs ont toujours été d'accord pour qu'on soit « joueurs », voire encourageants (tant que c'était fait avec honnêteté intellectuelle). Plus généralement, je n'ai pas souvenir d'un prof qui se serait senti humilié ou attaqué lorsqu'un étudiant pointait une erreur. Ils sont assez sûrs de leur valeur et de leur position. Évidemment, quand tu débarques comme stagiaire, et que le comportement et les réflexes intellectuels durement forgés pendant tes années d'études sont considérés comme de l'insoumission ou de la prétention, y a un problème de recrutement (faut pas recruter des bac+5 en histoire si on ne veut pas des gens qui ont un caractère de bac+5 en histoire. Au passage, toujours en ce qui me concerne, j'ai eu l'impression que ce côté joueur est hyper valorisé à l'agrég').

Tu généralises tous les formateurs/toute la formation à ton expérience. Personnellement, j'adore les gens qui jouent comme tu le décris en formation. C'est extrêmement formateur pour les collègues stagiaires et cela crée une émulation et une stimulation intellectuelles que j'adore. De nombreux formateurs sont aussi dans le même registre que moi. Ce serait si terrible de nuancer parce que sur le fil entre le climat de terreur intellectuelle et autres trucs du genre, on croirait que la formation est un centre pénitentiaire du GOULAG.

Tu sais Elyas, peut-être que dans l'ESPE où tu travailles, ça se passe mieux, peut-être aussi que tu ne connais pas tous les intervenants et sans doute que toi, tu es un très bon formateur: quand je te lis, je n'ai pas vraiment de doute sur ce point.
Mais on ne peut pas le nier, ce climat de terreur existe! En tout cas, dans mon ESPE, c'était la norme. 
Et toi, j'imagine que tu ne dis pas des conneries monumentales, ou quand il y en a une qui t'échappe, c'est que ta langue a fourché et si on te le signale, tu reconnais t'être trompé. 
Mais je peux te dire que quand on assiste à un cours où la formatrice dit vraiment les pires horreurs et débite un réel chapelet de conneries, c'est vraiment dur à supporter. Et sans aller jusque là, quand on a un cours de type "c'est comme ça qu'il faut faire, surtout pas autrement, rentrez dans les clous et puis c'est tout, là seul est la vérité", on n'est pas prêt du tout à entendre un stagiaire qui dirait que peut-être, telle ou telle pratique n'est pas à jeter ou demande pourquoi on ne pourrait pas faire ainsi.

Pour information, je ne travaille pas en ESPE (ils ne veulent pas de moi Smile).
avatar
Elyas
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Babarette le Ven 3 Nov - 10:29

Ah, pardon, j'avais cru comprendre que si! 
Bah tu vois, ils ne veulent pas de toi parce qu'ils n'aiment pas les gens compétents.  abi
avatar
Babarette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Zagara le Ven 3 Nov - 10:30

Ça dépend, il manque peut-être l'acquisition de la compétence "spéléologie buccale en milieu olfactif complexe".
avatar
Zagara
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Seifer le Ven 3 Nov - 11:01

@Elyas a écrit:
@Zagara a écrit:Là où j'ai le sentiment que le malaise était structurellement produit, c'est que des formateurs infects pendant la formation étaient par ailleurs super sympas quand ils prenaient un café avec nous entre 2 cours. Ça renforçait un peu le malaise. Ça amenait à se demander : quels effets de situation poussaient ces gens tout à fait normaux à industrialiser le mépris et l'infantilisation, à casser violemment des stagiaires qui croyaient bien faire, etc. J'avais l'impression que certains formateurs se déshumanisaient pendant leur boulot.

Le même processus s'opère aussi chez des collègues avec leurs élèves.

Statistiquement, un violeur a souvent été violé, un violent a souvent subi des violences durant sa jeunesse, non ?

La chat qui se mord la queue...

_________________
Pour les rêves qu'on a faits, et pour ceux qu'on fera.
Pour le poing qu'on a levé, pour celui qu'on lèvera.
Pour un idéal, pour une utopie.
Allons marchons ensemble enfants de la Patrie.
avatar
Seifer
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Anaxagore le Ven 3 Nov - 11:03

@Zagara a écrit:Ça dépend, il manque peut-être l'acquisition de la compétence "spéléologie buccale en milieu olfactif complexe".


_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne
avatar
Anaxagore
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Babarette le Ven 3 Nov - 11:06

J'aurais plutôt parlé de la compétence "Parler deux heures pour ne rien dire et le dire mal". 
avatar
Babarette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Dimka le Ven 3 Nov - 12:22

@Elyas a écrit:
Tu généralises tous les formateurs/toute la formation à ton expérience.
Oui et non (tu cites quand même un paragraphe où j'ai écrit deux fois "en ce qui me concerne" : alors certes, j'ai une pauvreté de vocabulaire affligeante mais j'ai l'impression d'être assez clair sur la non-généralisation Razz).

Oui, je parle de ce que j'ai connu, c'est-à-dire pas grand chose (d'autant que j'étais dans la génération quasi à temps complet, la formation c'était un jour par quinzaine). Et non, je ne doute pas une seule seconde qu'il y ait des gens compétents et humains (d'ailleurs, j'apprécie beaucoup ta vision d'accompagnement, de compagnonnage, et plus largement tout ce qui va dans le sens d'une relation entre collègues, un débutant et un expérimenté. Et de façon plus globale, je lis souvent ce que tu écris et je n'ai jamais eu l'impression que j'ai eue en formation, bien au contraire. Et tant que j'y suis, ce que je trouve super, c'est que tu dises ce que tu fais, comment tu le fais : c'est solide théoriquement, mais surtout, c'est concret).

D'ailleurs, je ne suis pas très honnête, parce que j'ai aussi eu une journée de formation avec deux formateurs que j'ai appréciés, tant du point de vue humain qu'intellectuel.

Bref. En fait, je disais ce que tu as cité juste pour tenter d'apporter une explication sur l'"hostilité" des stagiaires qui était évoquée plus haut : finalement, un comportement perçu comme hostile ici (certes pas par tous) est un comportement qui a été formaté, forgé par les études où il était valorisé. Du coup, évidemment, y a pas vraiment lieu de parler des situations où les relations n'étaient pas hostiles

_________________
pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!
avatar
Dimka
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par madigoù le Ven 3 Nov - 13:37

Merci Dimka et Lefteris, ça fait du bien de vous lire.
Le souci dans la formation que j'ai subie, c'est que la formation était verrouillée par trois formateurs. Et quand tu as 4 heures aller et retour pour assister à ce type de formation, te faire rabrouer comme un enfant, ou t'ennuyer à mourir, ou les deux à la fois, ne pas avoir le droit ni de discuter, ni de participer, mais juste de prendre tout ce que l'on te dit comme une parole révélée (une fois qu'elle a pu être décryptée), franchement, très peu pour moi. C'est pour cela que je pense en effet que je n'aurais jamais pu faire long feu dans l'EN. Une année d'infantilisation (je ne parle pas du harcèlement, ni des humiliations), c'était de toute façon déjà trop. Sans compter certains collègues titulaires terrorisés à l'idée de se faire inspecter par l'IPR qui ne m'a pas validée, car ils savaient qu'ils tiraient la boule noire. En plus, avant d'être stagiaire, j'avais été contractuelle, avec une bonne ambiance, deux CDE à l'écoute, et des collègues sympas qui m'ont bien aidée à débuter. L'écart était trop grand.
Mais en effet, cette formation, à de très rares exceptions, était inepte et infantilisante. Par exemple, une des formatrices ne supportait pas les questions : elle t'envoyait en guise de réponse un cinglant "Je crois qu'on vous a suffisamment entendu comme ça !" Ou alors comme pour Babarette, elle te mettait au coin.
A côté ont gravité des formateurs tout à fait charmants et vraiment pro, en poésie, théâtre et psychologie de l'enfant et de l'adolescent notamment. Et là, on se disait : "mais pourquoi ça ne dure pas plus longtemps, c'est exactement ce qu'il nous faut". Mais en tout et pour tout, ça ne représentait pas plus 10% de la formation totale, ce n'était pas suffisant. Et puis comme n'étions que des bons à rien devant tout apprendre, il ne fallait surtout pas le dire, sinon on passait pour des prétentieux incapables de se remettre en question, et donc bons à être renouvelés ou licenciés. Et, c'est bizarre, nous étions vraiment nombreux à être prétentieux et inadaptés. C'est peut-être pour ça que plus de 25% de ma promo a été convoquée à l'EQP. Qui sait ? Et je ne comprends pas non plus pourquoi la remise en question est une qualité requise uniquement pour les stagiaires et non pour les formateurs. Ce sont pourtant des enseignants, non ?

madigoù
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Babarette le Ven 3 Nov - 13:52

Nous avons le même sentiment Madigou.

On devient hostiles parce qu'on en a marre d'être traités comme des enfants (et des enfants qu'on traiterait mal d'ailleurs) ou des imbéciles. 
Je me souviens d'un cours (de psycho) où une collègue a demandé une explication sur un terme dans un texte. La formatrice a répondu "Je croyais qu'en tant que professeurs de lettres, vous saviez lire". 
Bizarrement, nous n'avions plus très envie de l'écouter.
avatar
Babarette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Olympias le Ven 3 Nov - 13:57

@Lefteris a écrit:
@Olympias a écrit:
... ce que j'observe avec consternation et colère dans plusieurs académies. Et ces dérives durent depuis des années : blabla jargonnant et abscons, formation préparées
à la va-vite sur un coin de table
Sans en avoir la profondeur et l'agrément, apparemment  Laughing


improvisation totale et blabla sans intérêt,  déconnection par rapport au vécu, négation du travail effectué par les stagiaires, volonté de casser...

Il faut être sérieux : si certains formateurs avaient en cours les élèves que nous avons, ces derniers leur jetteraient des tomates ou je ne sais quoi.
Il est absolument anormal que ces petits tyranneaux puissent continuer à sévir, car ils jettent l'opprobre sur les formateurs sérieux, compétents, humains et qui font leur travail sans la volonté d'humilier autrui. Si ces tyranneaux n'existaient pas, s'il n'y avait pas des gens qui veulent non pas former mais formater, le discours anti-formateur s'éteindrait de lui-même. Mais voilà, ces gens sont accrochés comme des bigorneaux à leur sinécure et font des dégâts. Et si rien ne change, c'est qu'il y a un intérêt à ce que rien ne change.
Ben voilà, même point de vue, de l'extérieur,  même constat, sans être nous-mêmes confrontés à ça. On ne peut pas nous reprocher de personnaliser le propos, parce qu'on sort de stage, ou d'être virulents parce qu'on s'est fait virer  
avatar
Olympias
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par madigoù le Sam 4 Nov - 11:40

Tout à fait Babarette. Il est normal d'être en colère et de ne pas supporter d'être méprisé, infantilisé, humilié et harcelé. Il ne s'agit pas de médire sur les formateurs ou tuteurs ou encore inspecteurs de la France entière, il s'agit de pointer à travers nos témoignages de graves dysfonctionnements. Car c'est grave de mettre en danger, sciemment ou non (c'est un peu facile d'ailleurs de ne jamais se sentir responsables), la santé d'une personne, quels que soient les griefs qu'on peut lui faire.
Même si certains me voient comme une des prétentieuses décrites par Kiwi, je m'en fiche. Et les prosternations récurrentes de Dadoo n'y changeront rien. D'abord je trouve que c'est un défaut beaucoup plus bénin que ceux que l'on a pu relever chez certains tuteurs, formateurs ou inspecteurs. Je préfère de loin les prétentieux aux tartuffes ou pervers (car il s'agit bien de perversion chez certains), ils sont beaucoup moins dangereux.
Et je ne vois pas en quoi s'appuyer sur une expérience ou des diplômes relèvent de la "prétention". Il ne s'agit pas de se placer au-dessus de qui que ce soit, ou de donner des leçons, il s'agit comme le dit Dimka de garder son cerveau, c'est-à-dire un esprit critique essentiel selon moi, dans sa vie pro comme dans sa vie privée. De toute façon, c'est absurde et malsain de demander à des stagiaires d'être dénués d'esprit critique, alors qu'on leur demande de se comporter en "adultes éthiques et responsables". Ou alors on ne donne pas le même sens aux mots. Même chose pour la remise en question, si c'est accepter d'être traité comme un paillasson sur lequel on peut s'essuyer les pieds, hors de question.
Et je m'interroge aussi sur ce management au sein de l'EN et sur ces façons de recruter et d'évaluer. Elles sont l'exact opposé de ce qui se fait dans le privé où les compétences, le sens des responsabilités et l'initiative, à un niveau cadre sont valorisés. Pourquoi ? Et est-ce que ces méthodes ont porté leurs fruits ? Si oui, ne changeons rien surtout, et tant pis pour les quelques dommages collatéraux. Sinon, ce serait peut-être bien de commencer à s'interroger sur les dysfonctionnements et sur ce qui pourrait être changé, plutôt que de renvoyer dos à dos tyranneaux et tyrannisés, comme si les situations étaient comparables.
Et arrêtons de comparer l'année de stage à une période d'essai, par pitié. C'est un contresens absolu. D'abord parce que les périodes d'essai ne durent pas un an, encore heureux ! Là il y aurait un gros abus de la part d'employeurs. Ou alors c'est reconnaître que l'EN est complètement hors des clous pour tout ce qui concerne la santé de ses salariés, les conditions de travail, les CDD à répétition, etc., etc. Ah bon c'est le cas ?


Dernière édition par madigoù le Sam 4 Nov - 13:40, édité 1 fois

madigoù
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par jésus le Sam 4 Nov - 11:55

Sans vouloir défendre l'idée de période d'essai longue, étant moi-même en période d'essai en cdi, je trouve que les deux mois alloués et pour se déterminer soi-même , tranquillement, sur son devenir dans la structure, c'est court. Il y a un renouvellement possible de deux mois en plus, là encore c'est court.
Voir une année entière, des projets se réaliser pour savoir à quoi ressemble vraiment le job, je trouve que c'est bien. Là, j'ai le sentiment d'en prendre jusqu'à la retraite alors que je n'ai pas toutes les données pour me dire, ça y est, c'est le job de rêve.
Vous allez me dire que si j'en suis à ces interrogations, c'est que ce n'est peut être pas le travail qu'il me faut. Là, encore je me dis, c'est un domaine nouveau pour moi, il faut peut être ça pour y voir clair.
Si, c'est la première fois qu'on enseigne, voir se dérouler une année entière, ce n'est peut être pas de trop...

jésus
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par jésus le Sam 4 Nov - 12:04

Le harcèlement, il existe aussi dans le privé, dans les associations même et les conséquences et les suites " judiciaires" existent aussi. Arrêt maladie à rallonge, conflits avec la direction, contrat pas renouvelé à l'initiative des salariés, burn out, ruptures conventionnelles qui se multiplient.
Le vrai enjeu et la vraie donnée nouvelle , c'est qu'il n'y a plus ou presque de milieux professionnels qui soient en dehors de ces problématiques. Y compris, les secteurs soit-disant protégés, comme l'EN, l'associatif, la fonction publique.
Il faut partir de ce principe et faire son possible pour tomber sur des gens corrects qui n'ont pas besoin de franchir la ligne jaune pour faire tourner leur boutique car les lois existent encore.
Beaucoup veulent devenir leur propre patron pour ne plus à avoir à jouer au loto des affectations, mutations, entretien d'embauche quand on a pas de "réseau" et être sûr de faire leur boîte à leur façon ( sous-entendu de manière humaine et légale)

jésus
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par madigoù le Sam 4 Nov - 14:22

Jésus, je ne vois pas en quoi une période d'essai d'un an est préférable à deux ou plus, surtout pour un salarié. Si au bout de deux mois de période d'essai, tu n'es toujours pas déterminé, mais qu'au bout d'un an, tu l'es et tu ne te sens pas fait pour le métier, eh bien tu démissionnes. Qu'est-ce que ça change ?
En revanche, du côté de l'employeur, ça change tout, car il peut y mettre fin à tout moment. C'est une question de garde-fou qui, s'il n'existait pas, ou s'il était beaucoup moins limité dans la durée, donnerait lieu, j'en suis sûre, à de graves abus. Alors, bien sûr que dans le privé les abus existent aussi. Je ne suis pas naïve. J'ai toujours soutenu les collègues harcelés ou sur le point de l'être quand je travaillais dans le privé, alors je sais de quoi je parle. Mais le problème n'est pas là. Si les abus existent en effet malgré les garde-fous, ils sont quand même essentiels. On ne peut pas juste croiser les doigts en espérant tomber sur des personnes saines d'esprit et honnêtes. Des structures existent comme les CHSCT par exemple. Et même si ses membres n'ont pas de pouvoir décisionnaire, ils peuvent quand même alerter et défendre. Les Prud'hommes aussi sont plus faciles à saisir et les licenciements abusifs plus faciles à dénoncer quand même.
Mais je ne parlais même pas de ça. Je parlais de débuter dans un métier en tant que cadre dans le privé et dans l'EN. Et les conditions et la façon dont tu es considéré sont totalement différentes. Je n'ai jamais vu de bizutage à aussi grande échelle, et presque institutionnalisé, dans les boîtes où j'ai travaillé, mais il s'agissait de PME. Pour les grosses boîtes, avec actionnaires, c'est encore un autre problème. Sanofi par exemple utilise des méthodes similaires à celles de l'EN, avec rapports mensongers et dénigrants. Je ne dis pas non plus que les employeurs des PME sont plus honnêtes, ça dépend des personnes en effet. C'est juste que ce serait contre-productif pour eux. Leur intérêt n'est pas le même. Il est de faire tourner leur boîte. Et les condamnations aux prud'hommes ça peut leur coûter très cher, alors que l'Etat, même quand il est condamné, ce n'est pas son argent qu'il perd. On ne lui demande pas de payer de sa poche ou de mettre en péril la tréso de sa boîte.

madigoù
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Babarette le Sam 4 Nov - 14:37

Le harcèlement existe aussi dans le privé, oui. Mais l'EN est un organe de l'Etat, alors ce serait bien que les agents de l'Etat, supposés êtres des fonctionnaires éthiques et responsables, respectent la loi. 
Parce que c'est quand même un peu se foutre du monde de demander avec quelqu'un de se conduire avec éthique et, en parallèle, lui mener la vie dure dans l'espoir de le faire démissionner. 
Une chose qu'on doit aussi mettre en évidence, c'est que ces gens qui harcèlent les stagiaires, ils ont eu des élèves et parfois, ils en ont encore: vous confiriez vos enfants à ce type d'individus? Un chef d'entreprise n'a pas de charge éducative. Un professeur tuteur si.  

Et s'il n'est pas question de minimiser la monstruosité du harcèlement dans le privé, ici, nous parlons de l'éducation nationale en particulier, c'est pourquoi le secteur privé n'a jusqu'alors pas été mentionné.
avatar
Babarette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par jésus le Sam 4 Nov - 16:38

Je ne minimise rien, juste que chercher une herbe plus verte ailleurs est périlleux.
Il y a de moins en moins d'herbe verte.
Et je suis d'accord qu'avoir des comportements hors "jeu" et faire du harcèlement dans l'EN est aggravant par rapport au privé où il n'y a pas de charge éducative.
Ailleurs, on n'est pas non plus à un paradoxe près, où on cultive un esprit soit-disant convivial parce qu'associatif et faire aussi du harcèlement et mal se comporter. La façade conviviale et associative est l'excuse toute prête et tarte à la crème pour faire tout passer. C'est un alibi.
Dans l'EN, le "métier-passion" est aussi l'alibi pour mettre sous le tapis tous les aspects négatifs. Sauf que beaucoup croient de moins en moins à ce métier-passion et ça commence à se voir.
C'est le monde actuel, qui passe son temps à se donner des alibis pour faire avaler des couleuvres et des choses peu éthiques. Cela fonctionne comme ça dans beaucoup de domaines. "je vote écolo donc je ne peux pas polluer malgré mon comportement pas écologiste" " je vote à gauche, je ne peux pas être égoïste" " Je bois une tisane bio ça compense mes excès d'alcool de la veille.'
Bref, une société malade qui veut le beurre et l'argent du beurre, le tout en refusant de faire le moindre effort respectable pour avoir le beurre.
Après, il y a deux écoles, continuer de croire qu'on peut tout avoir en se comportant mal ou les autres qui continuent de croire que la cohérence et l'effort sont encore des vertus.

jésus
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Babarette le Sam 4 Nov - 16:44

Chercher une herbe plus verte ailleurs est peut-être périlleux, mais moins que d'avoir la certitude de finir à la morgue ou à l'asile dans les cinq ans en restant dans un métier dont on sait pertinemment qu'il n'est pas du tout, mais alors pas du tout fait pour nous.
avatar
Babarette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par madigoù le Sam 4 Nov - 17:39

@Babarette a écrit:Chercher une herbe plus verte ailleurs est peut-être périlleux, mais moins que d'avoir la certitude de finir à la morgue ou à l'asile.

Tout à fait d'accord. J'étais très très mal à la fin de l'année. Et une fois que la pression est retombée, j'ai quand même mis du temps à m'en remettre. Je connais aussi une stagiaire qui a sombré. Elle a fait une dépression sévère, s'est mise en arrêt maladie et a fini par démissionner, sachant qu'elle ne pourrait jamais reprendre ce boulot. Il vaut mieux fuir, plutôt que d'y laisser la santé, ou alors ne plus jamais y remettre les pieds, même si l'on vous dit que les choses peuvent se passer autrement, ce qui peut être vrai, d'ailleurs, en repassant les concours par exemple. Sachant maintenant ce qu'il peut se passer, je ne jouerai plus jamais ma carrière à pile ou face, boule blanche ou boule noire, et surtout pas ma santé.

madigoù
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Kirth le Sam 4 Nov - 18:33

Ce fil est effrayant ! Je suis content d'avoir eu des formateurs sympathiques, compréhensifs, qui nous parlaient d'égal à égal, faisaient des critiques constructives, nous écoutaient, qui prodiguaient des conseils et non pas la Vérité.
Comment les choses peuvent-elles stagner à ce point ?

Pour les séances de critiques d'extraits de cours de stagiaires j'en ai vécu plein, au moins une dizaine, et c'était toujours constructif : jamais de lynchage, toujours des conseils assez utiles et qui mettaient également en avant les points positifs.
avatar
Kirth
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par dami1kd le Sam 4 Nov - 19:05

@Kirth a écrit:Ce fil est effrayant ! Je suis content d'avoir eu des formateurs sympathiques, compréhensifs, qui nous parlaient d'égal à égal, faisaient des critiques constructives, nous écoutaient, qui prodiguaient des conseils et non pas la Vérité.
Comment les choses peuvent-elles stagner à ce point ?

Pour les séances de critiques d'extraits de cours de stagiaires j'en ai vécu plein, au moins une dizaine, et c'était toujours constructif : jamais de lynchage, toujours des conseils assez utiles et qui mettaient également en avant les points positifs.

Merci pour mes collègues Wink

dami1kd
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par jésus le Sam 4 Nov - 19:11

Oui, je ne compte plus les personnes que je connais via le travail ou les proches qui ont eu un burn out tôt ou tard dans leur carrière et ce hors enseignement.

Le burn out , a ( selon moi) d'autres sources que le travail, même si le travail est un catalyseur important ou un déclencheur. La combinaison de la vie personnelle, de l'affectif y joue. Si le travail est la seule source, de problème, je le comprends aisément. Le travail ne joue plus, depuis longtemps le rôle de protecteur, cadre, garde-fou à des pathologies psychologiques, bien au contraire. On est sur un problème plus global que l'enseignement seul.

Tout le monde a cru que le travail était le seul élément capable de changer en mieux l'homme et la société.  Que c'était juste un " sas" , un temps à passer pour passer son temps ensuite à profiter des fruits de son travail mais ce n'est pas le cas. Le travail n'est plus un repère. C'est le seul lieu où des normes contraignantes ont court alors que la soit-disant libération de l'homme serait advenue via les différentes révolutions, la société de consommation etc. La tolérance à ces normes est devenu très relative et très aléatoire en fonction de chacun et la réalité de l'application de ces contraintes. En clair, la moindre contrainte devient de moins en moins supportable. A partir de là, ça devient un loto.

Une même entreprise , peut , du jour au lendemain insupportable aux employés parce que des consignes ont été passées aux petits chefs. Alors que tout se passait bien quelque temps avant. Et ce n'était pas prévisible ( j'ai un exemple précis sous la main que je ne vais pas citer, mais c'est réel) Là, on est bien content de ne pas être en cdi.

jésus
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par Flanoir le Sam 4 Nov - 20:10

Bon, je viens ajouter de l'eau au moulin en tant que stagiaire.

J'ai beau avoir eu de bons conseils pédagogiques (enfin, en fonction des interlocuteurs concernés, entendons-nous), j'ai été très déçu en ce qui concerne l'aspect humain. C'était déjà le cas au cours de l'année de M1 à l'ÉSPÉ, avec une formatrice en particulier, qui est ma maître de stage cette année. Au fond, il n'y a rien eu de très grave, si ce n'est quelques remarques acerbes en cours de temps en temps, de type "Flanoir, vous avez peut-être une meilleure proposition de réponse à ce sujet ? Non ?" avec le regard noir qui va avec. Ou encore une remarque soudaine parce que je n'avais pas noté une liste de sites inscrite au tableau, dont il se trouvait que je les connaissais déjà. C'était tellement soudain à chaque fois que je sursautais, je ne comprenais pas pourquoi elle décidait tout d'un coup de m'interpeller de la sorte. C'était assez perturbant et décourageant en pleine préparation du concours. Ça s'est tassé depuis mais je n'espère pas grand chose au-delà de ça, et je ne me sens toujours pas soutenu.
Je préfère ne pas détailler pour la suite, mais ma tutrice en établissement n'a pas du tout été réceptive à mes appels au secours d'ordre psychologique.

Ce n'est pas grand chose à côté d'autres cas. Le fait est que je sors d'une dépression longue de plusieurs années et que j'en ai gardé le mauvais réflexe de m'enfermer dans une situation de renoncement lorsque je ne me sens pas soutenu dans les moments difficiles, et évidemment, tout arrive en cascade. J'aurais aimé trouver un peu plus de sollicitude au bout du tunnel.

Flanoir
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

Message par LaMaisonQuiRendFou le Sam 4 Nov - 21:31

@Lefteris a écrit:Quant au problème de la compétence disciplinaire, évoqué ici, il n'a pas grand chose à voir. D'une part on trouve des agrégés dans les recalés (parfois même ce grade leur vaut la haine, comme un cas dont j'ai eu connaissance).

Je confirme, et cela se sait ! A ceux tentés par l'année de stage, le message des professeurs de l'ENS était clair : ne pas dire que l'on est agrégé, ne JAMAIS dire que l'on est normalien. Ils avaient raison.

_________________
2016- Université : L2, L3, M1, M2
2015-2016 Année de stage : 2nde, 1ère
avatar
LaMaisonQuiRendFou
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum