Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Babarette
Doyen

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Babarette le Lun 6 Nov 2017 - 12:59
Je vois un médecin, rassure-toi!

Pour les concours, le premier (bibliothécaire d'état), c'était un échec total. Deux autres ratés, mais pas trop et une admissibilité (j'attends les résultats des oraux). 

Mais j'ai rarement autant pleuré que quand j'étais stagiaire. J'ai même pensé plusieurs fois à sauter d'un pont et je crois que si je n'avais pas eu le soutien de ma famille, je l'aurais fait.

Alice: ah, mais j'avais envie d'apprendre hein, j'étais ravie d'aller en cours, de lire des bouquins, mais je me trouvais limitée intellectuellement, je n'étais pas à mon maximum. Que gâchis!
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Aliceinwonderland le Lun 6 Nov 2017 - 13:20
Je te rassure j'étais HS l'année de stage mais après au contraire la colère a eu un effet positif et c'est là que j'ai retrouvé ce plaisir (que je n'avais jamais éprouvé à ce point) pour les apprentissages. Je te souhaite la même chose, et de trouver une voie qui te convienne et te fasse oublier cette année!
avatar
Babarette
Doyen

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Babarette le Lun 6 Nov 2017 - 13:25
Merci Alice!

Le plaisir d'appendre est là, mais je me trouve limitée intellectuellement. J'en suis au stade où j'apprends, mais je ne me sens pas capable d'élaborer une réflexion.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
madigoù
Niveau 5

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par madigoù le Lun 6 Nov 2017 - 14:20
@Aliceinwonderland a écrit:Je te rassure j'étais HS l'année de stage mais après au contraire la colère a eu un effet positif et c'est là que j'ai retrouvé ce plaisir (que je n'avais jamais éprouvé à ce point) pour les apprentissages. Je te souhaite la même chose, et de trouver une voie qui te convienne et te fasse oublier cette année!

La colère a été saine aussi pour moi. Elle m'a permis de rebondir plutôt rapidement, plus rapidement en tout cas que ce que j'aurais pu penser et de monter un projet. Bien sûr, j'ai quand même vécu une sorte de "stress post-traumatique", avec cauchemars, et angoisses, ça ne s'est pas fait du jour au lendemain. Mais j'ai pris du plaisir à écrire mon livre. Parfois même je riais de certaines situations qui m'avaient pourtant fait pleurer. J'ai été aussi vite rassurée, sur mes compétences, par tous ceux qui m'ont fait confiance dans mon nouveau travail, surtout sur ma maîtrise de la langue française, compétence qui m'avait été refusée, je ne sais pourquoi (l'avis n'étant pas motivé, comme tout le reste d'ailleurs).  Et puis ça fait du bien quand la colère est prise en compte et écoutée, par l'entourage mais aussi des personnes qu'on ne connait pas et qui ont vu ou vécu des choses similaires. Et dès que tu pourras t'épanouir de nouveau dans la voie que as choisie, tu retrouveras confiance en toi, j'en suis sûre.
avatar
Libérée, délivrée
Niveau 2

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Libérée, délivrée le Lun 6 Nov 2017 - 15:52
En tous cas merci pour toutes ces interventions, ces débats, ces témoignages qui démontrent que le problème de la montée des licenciements de stagiaires ainsi que de l'encadrement en année de stage et de la formation en ESPE suscite de l'intérêt. On se sent moins seul, et quelque part plus soutenu dans cette jungle hypocrite de l'EN où règnent loi du silence et mise au ban.
Sedulius
Niveau 6

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Sedulius le Lun 6 Nov 2017 - 19:24
Bonjour à tous, je suis nouveau ici et stagiaire depuis septembre.

Ce fil m'angoisse beaucoup, car j'ai l'impression de me retrouver dans certains témoignages. J'ai de très grosses difficultés de gestion de classe et je crains sérieusement (dès le mois de novembre) pour ma titularisation. La pression du stage est énorme. Bien sûr, pas pour tout le monde, mais moi, j'ai l'impression de gravir une montagne infranchissable. Et dire que je trouvais la prépa agreg' stressante !  

Je voudrais aussi dire bravo aux ex-stagiaires qui ont su se relever après un licenciement. Penser au fait qu'il se peut que je sois licencier me donne des vertiges d'angoisse... Comment avez-vous fait ?
madigoù
Niveau 5

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par madigoù le Lun 6 Nov 2017 - 20:06
Sedulius, n'angoisse pas. Je sais que c'est facile à dire, car j'ai angoissé presque toute l'année de stage et quasiment tous les stagiaires de ma promo étaient dans le même état. Et pourtant, on ne vivait pas la même chose au quotidien. Mais la pression de l'année de stage est la même pour tous, malheureusement, absurde et contre-productive. Je trouve ça vraiment lamentable et c'est anormal. Ce n'est pas ainsi que l'on devrait former, accompagner les stagiaires.
Quant aux difficultés de gestion de classe, peut-être que sur ce fil certains pourraient t'aider, moi je ne saurai pas te conseiller. De toute façon, le problème c'est que chaque classe est spécifique, chaque stagiaire est spécifique et si tu ne bénéficies d'un accompagnement personnalisé, de proximité et de qualité, que dire ? C'est bien ça le problème.
En revanche, ne mets pas en danger ta santé, ne bats pas ta coulpe, ça ne sert à rien. Est-ce que tu ne peux pas en parler à ceux qui sont censés t'accompagner ? Sinon, partage, échange ici ou ailleurs, avec tes collègues stagiaires, tes amis aussi et puis réfléchis peut-être à un plan B, pas en vue d'un licenciement, non, c'est trop tôt pour y penser, mais pour te dire que si ça ne marche pas, eh bien ce n'est pas la fin de tout, qu'il y a une vie hors de l'EN, que d'autres ont réussi, et tu réussiras. Et peut-être que le fait de penser à un autre projet te permettra d'envisager les choses de façon plus sereine. fleurs2
CalamityJane
Niveau 2

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par CalamityJane le Lun 6 Nov 2017 - 20:16
@madigoù a écrit:Sedulius, n'angoisse pas. Je sais que c'est facile à dire, car j'ai angoissé presque toute l'année de stage et quasiment tous les stagiaires de ma promo étaient dans le même état. Et pourtant, on ne vivait pas la même chose au quotidien. Mais la pression de l'année de stage est la même pour tous, malheureusement, absurde et contre-productive. Je trouve ça vraiment lamentable et c'est anormal. Ce n'est pas ainsi que l'on devrait former, accompagner les stagiaires.
Quant aux difficultés de gestion de classe, peut-être que sur ce fil certains pourraient t'aider, moi je ne saurai pas te conseiller. De toute façon, le problème c'est que chaque classe est spécifique, chaque stagiaire est spécifique et si tu ne bénéficies d'un accompagnement personnalisé, de proximité et de qualité, que dire ? C'est bien ça le problème.
En revanche, ne mets pas en danger ta santé, ne bats pas ta coulpe, ça ne sert à rien. Est-ce que tu ne peux pas en parler à ceux qui sont censés t'accompagner ? Sinon, partage, échange ici ou ailleurs, avec tes collègues stagiaires, tes amis aussi et puis réfléchis peut-être à un plan B, pas en vue d'un licenciement, non, c'est trop tôt pour y penser, mais pour te dire que si ça ne marche pas, eh bien ce n'est pas la fin de tout, qu'il y a une vie hors de l'EN, que d'autres ont réussi, et tu réussiras. Et peut-être que le fait de penser à un autre projet te permettra d'envisager les choses de façon plus sereine. fleurs2

En effet, parce que ce n'est en rien de l'accompagnement dans certains endroits.
Sedulius
Niveau 6

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Sedulius le Lun 6 Nov 2017 - 20:28
Mes formateurs sont au courant de mes difficultés et je devrais bientôt bénéficier d'un dispositif d'aide, auquel je compte m'inscrire de mon propre chef (mieux vaut prendre les devant avant la mise en alerte).

Un plan B ? Comment y penser ? Je n'ai pas passé des concours difficiles pour rien. Ce serait un gâchis énorme. Je veux rester dans la voie que j'ai choisie de suivre et, pour l'instant, je ne saurais faire autre chose qu'enseigner.
avatar
Jenny
Modérateur

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Jenny le Lun 6 Nov 2017 - 20:42
Sedulius : tout d'abord, il est tôt, tu es professeur depuis 7 semaines...
Il faut que tu prennes confiance en toi et que tu ne penses pas au licenciement pour le moment.
Est ce que ton tuteur terrain et ton tuteur ESPE t'ont donné des conseils ? Essaie de voir ce que tu peux améliorer, étape par étape.
Difficile de te donner des conseils en gestion de classe sans en savoir plus.

Sinon, pour répondre à ta question, je n'ai pas été licenciée mais renouvelée, la 2e année de stage et la suite ont été beaucoup plus faciles. Et quand on gère mieux ses classes, on oublie progressivement les difficultés du début. On peut être très en difficulté et progresser. A toi de te demander si ce métier te plait malgré tout et si tu as envie de persévérer. (N'hésite pas à m'envoyer un message dès que tu auras posté assez pour envoyer des MP si tu as besoin de discuter). Il y'a aussi beaucoup de sujets sur la gestion de classe sur Néo, n'hésite pas à y participer.


Dernière édition par Jenny le Lun 6 Nov 2017 - 21:14, édité 1 fois
Sedulius
Niveau 6

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Sedulius le Lun 6 Nov 2017 - 21:05
@Jenny,

J'ai eu des conseils mais je les applique mal. Je suis très vite dépassé par le chahut généralisé. J'ai l'impression d'être complètement nul. Pourtant, je punis, je colle, etc. Je bosse aussi à fond mes cours et contrairement à ce qu'on dit souvent des stagiaires en difficultés, je me remets toujours en question.

Bref, je ne vais pas accaparer ce fil qui traite du licenciement. Mais ce mot, licenciement, m'empêche de dormir, bien qu'en effet cela ne fait que deux mois que je suis dans le métier.

Je t'envoie un mp dès que possible.
avatar
MelanieSLB
Doyen

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par MelanieSLB le Lun 6 Nov 2017 - 21:23
Sedelius, je reste un peu hors sujet pour te répondre.
Tu ne dis pas à quelle classe tu enseignes, mais je présume que c'est au collège.

Le chahut généralisé se gère dès le couloir. Je te conseille de faire ainsi: fais-les se ranger, et attends qu'ils soient calmes avant de les autoriser à entrer en classe. Tu les laisses debout, tu leur demandes de sortir leur nécessaire de travail, puis tu leur dis bonjour et tu ne les autorises à s'asseoir que s'ils sont calmes et silencieux.

L'important, c'est de réagir à la première incartade, et de ne pas te laisser perturber par les "mais c'est pas moi/mais j'étais pas le seul/...".

C'est normal au début de ne pas réussir à faire tout ça, mais l'important, c'est de persévérer et de ne pas te contredire. Ne change pas de méthode toutes les 15 secondes, c'est comme ça que tu t'y perds. Choisis les conseils qui te paraissent les plus pertinents pour les classes que tu as et ta personnalité, et applique les avec persévérance.

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)
avatar
Babarette
Doyen

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Babarette le Lun 6 Nov 2017 - 21:28
Courage Sedelius ! Tu as le temps de te rattraper, et puis après un renouvellement, si jamais ça t'arrivait, on peut être titularisé.

Peut-être que tu ne devrais pas lire ce fil, qui risque de te faire plus de mal que de bien. Mais n'hésite pas à parler et à demander de l'aide! Tu peux m'écrire en MP si tu veux. Je ne peux pas trop te donner de conseil, vu que je n'étais pas une bonne prof, mais si tu as besoin de te confier, je suis là.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
avatar
Jenny
Modérateur

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Jenny le Lun 6 Nov 2017 - 21:32
Deux principes de base :
- se dire que ça va fonctionner / ne pas changer de méthode tous les matins effectivement, se laisser un peu de temps pour voir un changement.
- faire ce qu'on annonce. On prévient, on sanctionne. Tant pis si Bidule n'est pas le seul à faire n'importe quoi, il est en tort. Ne pas discuter pendant le cours, voir les élèves à la fin pour faire le point.

On peut continuer la discussion ici : http://www.neoprofs.org/t112358-gestion-de-classe-partage-de-quelques-reflexions-et-astuces , par exemple. Ce sera plus adapté.
Sedulius
Niveau 6

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Sedulius le Lun 6 Nov 2017 - 21:35
@Mélanie,

Merci pour ces conseils. J'enseigne bien en collège. Je crois en effet avoir changé de méthodes trop souvent (puisque je me remets toujours en question...) J'essaye d'appliquer le rituel que tu mentionnes, mais j'ai l'impression d'être fantomatique pour les élèves. C'est désespérant.

@Babarette,
Tu as raison, je ne devrais pas lire ce fil. Mais je ne peux m'en empêcher. Et puis c'est naturel chez moi de toujours penser au pire.
Sedulius
Niveau 6

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Sedulius le Lun 6 Nov 2017 - 21:37
@Jenny a écrit:Deux principes de base :
- se dire que ça va fonctionner / ne pas changer de méthode tous les matins effectivement, se laisser un peu de temps pour voir un changement.
- faire ce qu'on annonce. On prévient, on sanctionne. Tant pis si Bidule n'est pas le seul à faire n'importe quoi, il est en tort. Ne pas discuter pendant le cours, voir les élèves à la fin pour faire le point.

On peut continuer la discussion ici : http://www.neoprofs.org/t112358-gestion-de-classe-partage-de-quelques-reflexions-et-astuces , par exemple. Ce sera plus adapté.

Oui, je cesse de monopoliser ce fil qui ne me concerne pas. J'avais vraiment besoin de me confier.
avatar
dami1kd
Habitué du forum

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par dami1kd le Lun 6 Nov 2017 - 21:47
@Sedulius a écrit:@Jenny,

J'ai eu des conseils mais je les applique mal. Je suis très vite dépassé par le chahut généralisé. J'ai l'impression d'être complètement nul. Pourtant, je punis, je colle, etc. Je bosse aussi à fond mes cours et contrairement à ce qu'on dit souvent des stagiaires en difficultés, je me remets toujours en question.

Bref, je ne vais pas accaparer ce fil qui traite du licenciement. Mais ce mot, licenciement, m'empêche de dormir, bien qu'en effet cela ne fait que deux mois que je suis dans le métier.

Je t'envoie un mp dès que possible.

Bonjour,

Dans votre situation, vous ne devriez pas lire ce genre de sujet. Cela ne va faire que contribuer à vous mettre la pression et vous miner moralement alors qu'une des clés de vos soucis est la confiance en vous (ce qui explique d'ailleurs qu'il soit si difficile de proposer une formation pertinente sur la gestion de classe). Et dites vous qu'un stagiaire qui rencontre des soucis de gestion de classe mais qui en parle et essaye de progresser sera toujours mieux considéré qu'un stagiaire qui essaye de les cacher.
Sedulius
Niveau 6

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Sedulius le Lun 6 Nov 2017 - 22:22
Oui, je vais essayer d'abandonner ce fil et les témoignages négatifs en général.
avatar
Soadiage
Niveau 3

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Soadiage le Lun 6 Nov 2017 - 22:35
Je n'ai eu le courage que de lire les 4 premières pages, je passerais à la suite plus tard. Mon cas est assez différent de ce qui ressort généralement, j'en ai déjà parlé ici.

Contrairement à beaucoup ici, je n'en veux pas à ma tutrice, à mon formateur, à mon chef d'établissement, bien qu'ils aient leur part de responsabilité la dedans.

Ils ont tous joué la bienveillance, enfin c'est ce qu'ils pensaient, et moi l'honnêteté. Malgré mes progrès après cette première année de stage, ils ont préféré me laisser la chance de gagner en expérience en ayant plus de temps pour moi, m'offrant un poste à mi-temps sans le stress du M2 que j'ai validé, sans être confrontée avec mes quelques fragilités persistantes pour le moment à un établissement trop défavorisé. Dans leurs rapports, ces trois acteurs ont donc tous suggéré le renouvellement.

Mais c'est le jury qui en a décidé autrement, apparemment peu habitué à rencontrer des stagiaires dont la difficulté n°1 n'était pas le tuteur. Sereine quant aux propos de mon formateur, qui avait bien appuyé sur le statut bienveillant de la décision de l'ESPE, de la conclusion avec cette phrase magique qui, selon lui, poussait le jury sans réfléchir à procéder au renouvellement, j'ai expliqué ma situation, mon année, mes difficultés, mes progrès. Et une fois mon monologue achevé, ce fut le moment pour le jury de s'éclater un peu. L'un après l'autre, ils n'ont cessé de m'enfoncer, de casser mes ambitions. J'ai perdu toute confiance en moi en un instant.

Un petit florilège de reproches, qui commence avec cette remarque faite sur un air dédaigneux directement après ma tirade.
"Mais Madame, là nous sommes vraiment perplexes, vous nous dites que vous avez eu de bons rapports avec votre tutrice, que vous avez beaucoup travaillé ensemble, et malgré tout visiblement vous n'avez pas réussi. Qu'est-ce qui vous fait croire que vous réussirez mieux l'année prochaine, franchement ?"
(Oui, parce que bon pour eux apparemment "faire des progrès" ça ne veut rien dire, si on n'a pas réussi du premier coup c'est que le métier n'est pas fait pour toi, enfin ça parait évident quand même, à part si c'était un problème de tuteur bien sûr)

"Oui, enfin, quand je vois vos conclusions là, dans les rapports... Votre formateur écrit "Madame X a besoin de temps pour travailler les compétences qui lui font encore défaut. En conséquence, une seconde année de stage pourrait lui être profitable". C'est pas très encourageant, les tournures sont quand même faites au conditionnel !"
(Euh c'est une blague ? Non mais sérieusement... Bien sûr qu'il ne va pas parler au futur, c'est pas un devin le Monsieur. Mes collègues convoqués eux aussi en commission ont eu exactement le même type de remarque dans leurs rapports, et pourtant le jury ne les a pas évoquées, c'était quoi leur problème avec moi ? Ah oui, le jury est souverain j'avais oublié, ils peuvent détruire les gens comme ils le sentent, on ne leur reprochera pas)

"Vous pensez que l'année prochaine se passera mieux parce que vous ne ferez pas la même erreur à la rentrée [dont je parlais, d'avoir été trop laxiste et de ne pas avoir su comment sanctionner pendant plusieurs semaines]. Non mais là ce n'est pas une erreur dont on parle, c'est une multitude !"
(Alors oui je suis pas parfaite, mes cours sont critiquables (même ceux que j'ai travaillé à partir d'exemples de formations, en collaboration avec ma tutrice) et oui, dans les rapports, on me reproche de ne pas prendre suffisamment en compte l’hétérogénéité de la classe (seul difficulté majeure qui ressort avec la gestion de classe). Mais je vous avouerai que c'est pas facile d'aller prendre un peu de temps individuellement avec un élève volontaire en difficulté quand on arrive pas à tenir au calme un tiers des élèves. Que, lorsqu'on les fait participer oralement spécialement pour les encourager, un autre élève râle qu'on interroge toujours les nuls alors que lui, il sait, et que de toute façon, lui, c'est qu'une merde. Puis bien sûr, on lui met une heure de colle, mais comme on est dans un village, qu'il faut un bus pour rentrer, et que les emplois du temps sont si compacts (fin des cours à 16h tous les jours) que trouver un créneau est quasi impossible, l'heure de colle est faite 2 mois plus tard. Les punitions ? Inutile de les faire. "Et si vous me mettez un malus sur ma copie, j'appelle mon père, c'est pas rien qu'un prof lui, vous aurez un rendez-vous avec lui vous verrez.". Bref, en dehors de ça moi des erreurs j'en vois pas tant que ça dans mes rapports, 0 retard, 0 absence, prise en compte des conseils prodigués, je pense que si je n'avais pas laisser mes élèves me prendre pour une marionnette dès la 2éme heure de cours, ça aurait facilité les choses. Mais une multitude là, le mot est fort...)

Et, pour conclure !
"Enfin, quand vous nous parlez là, vous ne semblez pas très motivée"
(Bah évidemment, ça fait 10 minutes que vous êtes en train de me détruire de l’intérieur et de me dire que je ne mérite pas une deuxième année alors qu'on me l'avait promise, excusez-moi si je suis un peu sous le choc quand même)

Évidemment, tout ce qui est entre parenthèse ne sont que des remarques personnelles. Face à eux et leurs aberrations, je n'ai eu aucune répartie. J'ai répondu poliment, sans oser aller à l'encontre de leurs propos, imaginant qu'ils testaient mon sang froid. Mais visiblement, ce n'était pas qu'un test, car le sang froid je l'ai gardé, et pourtant j'ai échoué.

Bref, ce jury fut un enfer pour moi. Je ne sais pas ce qu'ils ont pensé en me voyant.
1) Ah tiens, elle a à peine 22 ans, soit un an d'avance, j'en ai jamais vu une si jeune avant. On va quand même pas la laisser pourrir à l'éducation nationale, elle doit valoir mieux que ça ! Allez dehors !
2) Ah, c'est au tour du perdant. Dommage, elle a pas eu de chance à la courte paille celle-là, on peut pas en renouveler 5 et n'en licencier aucun, on a des stats à tenir. Déjà que l'an dernier on en a pas licencié et que seulement un a été renouvelé, niveau national on est pas bon.
3) Des suggestions ?


Bref, c'est dommage ils n'ont pas réussi à me dégouter suffisamment, je retente ma chance l'an prochain, ailleurs, et on verra bien ! Malgré des séances bien relous, j'en ai aussi beaucoup eu plus plaisantes, puis j'avais une classe bien plus agréable que l'autre, réputée comme la 5ème la plus difficile du collège (bien qu'en terme de résultats, ils étaient les meilleurs ... la grosse tête et l'arrogance vous savez, y a pas que les élèves des cités qui posent des difficultés...).

Merci l'EN pour cette année sabbatique en tout cas, ça fait 19 ans que j'en ai pas eu (la maternelle commence à 3 ans Very Happy )
avatar
Libérée, délivrée
Niveau 2

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Libérée, délivrée le Mar 7 Nov 2017 - 4:32
Bonjour Soadiage,

Effectivement, si tu as vraiment envie d'être prof, il faut tenter ta chance ailleurs, voire dans l'enseignement privé. L'EN est une grosse machine où ce n'est pas parce que tu es incompétent qu'on ne te titularise pas, et pas parce que tu l'es qu'on va te titulariser. Il suffit de changer d'académie pour changer de contexte du tout au tout et quand on est au fait des règles du jeu on peut se protéger, et agir afin
de rentrer dans les bonnes cases. J'ai l'impression que les licenciés sont soit très jeunes, soit plus de quarante ans, et dans tous les cas ne rentrent pas dans certaines cases qui n'existent pas dans le référentiel de compétences des enseignants. Ces pratiques remettent en question un concours sensé évaluer les compétences disciplinaires des futurs enseignants. Comme me disait une ancienne collègue (également licenciée mais en tant que contractuelle puis réintégrée après réussite au concours et deux années de stage) : il suffit de retourner dans le circuit (avec une variante de forme pour le boulon : plp maths-sciences, agrégation, 1er degré, capes de physique)...ne les laisses pas te déboulonner, ou alors revisses-toi vite ! Courage, rien n'est jamais définitif dans ce milieu ingrat où l'on manque cruellement de fusibles. Et pourtant c'est toujours sous le même numen que ces boulons continuent à tourner, au vu et au su de l'administration qui voit circuler les dossiers administratifs...Je ne pense pas que cela soit une bonne idée de retourner dans le circuit en tant que remplaçant. En effet, en tant que remplaçant on est pratiquement ignoré par l'institution laquelle ne cherche pas à nous former (formater serait plus adapté) et se fiche pas mal de nous tant qu'il n'y a pas de problème de gestion de classe et que les parents d'élèves ne se plaignent pas. Passer de contractuel à stagiaire constitue un changement de statut violent, surtout si on est timide, intègre, et peu enclin à entrer dans le "jeu" de l'ESPE. Etre fliqué en permanence est difficile à supporter alors autant recommencer tout de suite à repasser les concours dans cette administration ou ailleurs dès lors qu'on se sent plus fort, reconstruit car comme l'écrivait MC Solaar (oui je sais, c'est daté, Le Bien, le Mal, Prose Combat, 1994) : "Alors je prends de l'avance , en prenant du recul car prendre du recul , c'est prendre de l'élan".


Dernière édition par Libérée, délivrée le Mar 7 Nov 2017 - 11:06, édité 2 fois
madigoù
Niveau 5

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par madigoù le Mar 7 Nov 2017 - 9:44
@Soadiage a écrit:

Bref, ce jury fut un enfer pour moi. Je ne sais pas ce qu'ils ont pensé en me voyant.
1) Ah tiens, elle a à peine 22 ans, soit un an d'avance, j'en ai jamais vu une si jeune avant. On va quand même pas la laisser pourrir à l'éducation nationale, elle doit valoir mieux que ça ! Allez dehors !
2) Ah, c'est au tour du perdant. Dommage, elle a pas eu de chance à la courte paille celle-là, on peut pas en renouveler 5 et n'en licencier aucun, on a des stats à tenir. Déjà que l'an dernier on en a pas licencié et que seulement un a été renouvelé, niveau national on est pas bon.
3) Des suggestions ?

3) On peut agir comme on le sent en toute impunité, pas besoin de raison, ni du moindre raisonnement. Et qu'est-ce que qu'on s'éclate quand même. Et ça fait du bien d'humilier une jeune femme qui a réussi plus tôt que nous et à qui la vie semble sourire. C'est trop injuste !

Comme tu le dis si bien, le jury est souverain. Or, il ne s'agit plus de concours où les règles sont claires. Là, il s'agit d'une commission qui va décider ou non de ton licenciement, mais en se gardant bien d'annoncer la couleur. Et qu'on ne me dise pas que 20 mn d'entretien (en plus dans le cas de Soadiage, avec des rapports demandant le renouvellement) ça peut valoir quoi que ce soit. Et qu'on ne me dise pas non plus qu'un stagiaire ne perd pas son emploi. Je rappelle juste les textes valables évidemment pour le privé et non pour le public. Et je ne comprends pas pourquoi l'Etat qui promulgue des lois n'est en rien exemplaire et même hors-la-loi :

"L’entretien préalable est l’un des droits du salarié qu’un employeur doit respecter dans le cadre d’une procédure de licenciement. Il est né du principe que nul ne peut être privé de son emploi, sans en être informé des raisons et s’en défendre. Cela est en outre inscrit dans les textes fondamentaux constituant les bases démocratiques de la République ainsi que dans les conventions internationales auxquelles le pays s’est engagé.
Le manquement à cette obligation est ainsi passible de sanctions sévères, au-delà du simple fait de défaut de procédure, même si le licenciement est motivé par une cause réelle et sérieuse."

@Soadiage a écrit:Bref, c'est dommage ils n'ont pas réussi à me dégouter suffisamment, je retente ma chance l'an prochain, ailleurs, et on verra bien ! Malgré des séances bien relous, j'en ai aussi beaucoup eu plus plaisantes, puis j'avais une classe bien plus agréable que l'autre, réputée comme la 5ème la plus difficile du collège (bien qu'en terme de résultats, ils étaient les meilleurs ... la grosse tête et l'arrogance vous savez, y a pas que les élèves des cités qui posent des difficultés...). Merci l'EN pour cette année sabbatique en tout cas, ça fait 19 ans que j'en ai pas eu (la maternelle commence à 3 ans Very Happy )

Je te trouve très lucide en tout cas et tu arrives à voir la situation avec humour. Garde-le. C'est précieux, surtout si tu retournes enseigner. Trop de personnes, malheureusement, se prennent trop au sérieux, et on se demande bien pourquoi, à commencer par les membres de cette "commission" fumeuse. Bonne chance en tout cas si tu retentes les concours, et même quel que soit ton choix.
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Elyas le Mar 7 Nov 2017 - 9:58
@Soadiage a écrit:

Bref, ce jury fut un enfer pour moi. Je ne sais pas ce qu'ils ont pensé en me voyant.
1) Ah tiens, elle a à peine 22 ans, soit un an d'avance, j'en ai jamais vu une si jeune avant. On va quand même pas la laisser pourrir à l'éducation nationale, elle doit valoir mieux que ça ! Allez dehors !
2) Ah, c'est au tour du perdant. Dommage, elle a pas eu de chance à la courte paille celle-là, on peut pas en renouveler 5 et n'en licencier aucun, on a des stats à tenir. Déjà que l'an dernier on en a pas licencié et que seulement un a été renouvelé, niveau national on est pas bon.
3) Des suggestions ?

Pour le 1/, je pense que tu dois oublier cette idée. Enormément de professeurs sont devenus ou deviennent professeurs à 21 ou 22 ans. Ce fut mon cas et de tou-te-s mes ami-e-s. L'âge n'a jamais été un facteur déterminant. Pour le 2, je suis très dubitatif sur cette légende urbaine. C'est plutôt un problème d'avoir donné tant d'argent pour finir par licencier. Il y a même une demande inverse sur ce sujet.
avatar
Soadiage
Niveau 3

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Soadiage le Mar 7 Nov 2017 - 11:02
Merci Libérée, Délivrée et Madigoù.
Elyas, j'espère bien que ce n'était pas leurs raisons, mais j'essaye juste de comprendre avec ironie pourquoi j'ai eu droit à un tel acharnement. Je me suis peut-être trop dévalorisée en parlant de moi au début, malgré la mise en valeur de mes progrès. J'ai voulu montrer que j'étais consciente de mes difficultés comme on me l'avait conseillé. J'étais allé consulter mes rapports à l'avance ce qui n'est pas le cas de tout le monde, ça montre une certaine motivation quand même, enfin je pensais. Et bien sûr sous leurs remarques, je me suis effacée, ne m'y attendant absolument pas. Mais bon, comment comparer le comportement d'un enseignant face à des élèves, et face à 8 adultes puissants ayant ton avenir entre leurs mains ?

Et à savoir qu'en Maths dans mon académie, personne n'a réussi sa licence du premier coup (parmi les MEEF), donc tout le monde avait au minimum 1 an de retard, donc 2 ans de plus que moi, mais en moyenne c'était 3-4 ans plutôt (beaucoup avaient avaient déjà travaillé aussi, assistant pedagogique ou contractuel). J'étais un peu le bébé de la promo. Je ne me prends pas pour un génie, j'ai juste eu mes années de justesse, quand d'autres ont fini par en rater une ou deux, de justesse, ou se sont réorientés ça arrive aussi. Et ayant toujours habité chez mes parents jusqu'à cette année, n'ayant ni les moyens, ni la nécessité d'une chambre étudiante, effectivement, ma posture d'adulte est toute neuve.
avatar
Babarette
Doyen

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Babarette le Mar 7 Nov 2017 - 11:17
@Sedulius a écrit:
@Jenny a écrit:Deux principes de base :
- se dire que ça va fonctionner / ne pas changer de méthode tous les matins effectivement, se laisser un peu de temps pour voir un changement.
- faire ce qu'on annonce. On prévient, on sanctionne. Tant pis si Bidule n'est pas le seul à faire n'importe quoi, il est en tort. Ne pas discuter pendant le cours, voir les élèves à la fin pour faire le point.

On peut continuer la discussion ici : http://www.neoprofs.org/t112358-gestion-de-classe-partage-de-quelques-reflexions-et-astuces , par exemple. Ce sera plus adapté.

Oui, je cesse de monopoliser ce fil qui ne me concerne pas. J'avais vraiment besoin de me confier.

Ne t'inquiète pas, tu as tout à fait le droit de t'exprimer ici, c'est juste que ce n'est pas très bon pour toi. Une chose que je peux te dire: ne te laisse pas avoir par les "je suis pas le seul": il n'est pas le seul à faire n'importe quoi, mais il le fait, et ça n'est pas normal. 

Sodiage: je ne sais pas si c'est en raison de ton âge. En tout cas, ton jury pue la mauvaise foi. Et c'est fou quand même, parce que ce sont des professionnels de l'éducation nationale tout de même, c'est inquiétant pour la vision qu'ils ont des élèves non? "Tiens, elle, elle n'a que dix de moyenne, elle veut faire un bac littéraire et devenir journaliste, mais c'est une minable, elle ne va jamais y arriver, donc on ne la fait même pas redoubler, on l'envoie faire un CAP esthéticienne, de toute façon, il n'y a pas de progrès possible". Non, c'est scandaleux? Ben pourquoi ça l'est moins quand on parle d'un stagiaire?
avatar
Ripoux1er
Niveau 2

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Ripoux1er le Mar 7 Nov 2017 - 18:17
Dans mon cas, j'ajoute que lors de l'EQP, le jury n'était pas au complet. Je ne sais pas si c'est attaquable devant le tribunal administratif par contre, car est-ce que l'EQP fait parties du CAPES ?

Spoiler:
"l'absence  de  certains  membres  du  jury  lors  de l'audition d'un candidat vicie le concours (C.E., 15 avril 1996, Parant, Leb., T. p. 962)"

@Soadiage : même sentiment que toi lors de l'EQP d'ailleurs. Difficile de garder son calme.
avatar
Babarette
Doyen

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Babarette le Mer 8 Nov 2017 - 12:34
Qu'est-ce que tu appelles l'EQP ? 
Il me semblait que le jury d'entretien n'était constitué que de deux personnes, un IPR, en principe d'une autre discipline, et un chef d'établissement. Il n'y avait qu'une seule personne dans ton jury, ou est-ce que cela varie selon les académies?

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
Contenu sponsorisé

Re: Stagiaires licenciés : appel à témoins ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum