Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
William Foster
Neoprof expérimenté

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par William Foster le Lun 12 Fév 2018 - 16:56
@BR a écrit:Une telle mesure est aujourd'hui absolument irréaliste : où sont les enseignants qui assureront ces heures de cours ?

Facile : Tu mets 60 élèves dans une classe de TC. Le prof fait 8h à tous les élèves au lieu de faire 2 x 4h à chaque classe. abi
avatar
Moonchild
Expert spécialisé

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Moonchild le Lun 12 Fév 2018 - 17:16
@Guermantes729 a écrit:
Rapport Villani-Torossian a écrit: a écrit:À noter, une pichenette dans la tronche du tout numérique page 25 du rapport :


Une simple vidéo projection d’un texte de cours « clés en main » n’est pas pertinente ; elle exclut trop le professeur et toute la richesse qu’il peut apporter.

Sauf que si la conclusion de la pichenette est qu'on est censé se filmer, à poil, avec une plume dans le derrière afin de ne pas exclure la richesse du professeur, je vais manquer d'enthousiasme....

Si ça peut te rassurer, la recherche progresse : entre les nouveaux textiles synthétiques et les oiseaux OGM, dans quelques temps, tu pourras te procurer facilement des plumes hypoallergéniques. professeur
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Anaxagore le Lun 12 Fév 2018 - 17:18
@Moonchild a écrit:
@Guermantes729 a écrit:
Rapport Villani-Torossian a écrit: a écrit:À noter, une pichenette dans la tronche du tout numérique page 25 du rapport :


Une simple vidéo projection d’un texte de cours « clés en main » n’est pas pertinente ; elle exclut trop le professeur et toute la richesse qu’il peut apporter.

Sauf que si la conclusion de la pichenette est qu'on est censé se filmer, à poil, avec une plume dans le derrière afin de ne pas exclure la richesse du professeur, je vais manquer d'enthousiasme....

Si ça peut te rassurer, la recherche progresse : entre les nouveaux textiles synthétiques et les oiseaux OGM, dans quelques temps, tu pourras te procurer facilement des plumes hypoallergéniques. professeur

Et testées en soufflerie. professeur

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Tout ce qui est précieux est aussi difficile que rare." Spinoza
avatar
BR
Niveau 6

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par BR le Lun 12 Fév 2018 - 17:27
@Guermantes729 a écrit:
@BR a écrit:Les programmes de Terminales S de mathématiques spécifient :
Programme de TS a écrit:
À partir de ces exemples, on met en évidence une expression unifiée de la dérivée de la fonction x -> f (u(x)), mais sa connaissance n’est pas une capacité attendue.
ou encore :
Programme de TS a écrit:
L’intégration par parties n’est pas un attendu du programme.
qui sont très parfois interprétés comme : la formule de dérivation des fonctions composées et la formule d'intégration sont hors-programme; il est hors de question de les évoquer en cours. Si tous les professeurs de Terminales s'emparent de la remarque sur les bornes inférieures, ils pourraient s'emparer de cette liberté pour faire un cours de calcul différentiel et intégral plus simple et plus cohérent.


Oui, enfin j'attaquerai l'IPP et les dérivées des fonctions composées quand les élèves maîtriseront parfaitement la différence entre 2*0+1 et 2*(0+1) ce qui est loin d'être le cas...
La dérivation des fonctions composées est explicitement au programme, puisque le programme stipule qu'il faut connaître les dérivées des fonctions du type x->sqrt(u(x)), x->(u(x))^n, x->exp(u(x)), x->ln(u(x)), x->f(ax+b). Cela fait en tout 5 formules à connaître, au lieu d'une seule si on commence par expliciter la formule de dérivation des fonctions composées. Il me semble que, dans ce cas, il est plus simple de commencer par justifier la formule générale avant de passer aux 5 cas particuliers au programme.

Pour l'IPP, sachant que le calcul de l'espérance d'une loi exponentielle fait partie des «démonstrations ayant valeur de modèle», il y a deux choix possibles : soit évoquer la formule d'IPP et constater que cette formule permet de calculer l'espérance de la loi exponentielle, soit parachuter une fonction ad-hoc venue de nulle part.

Pour ces deux exemples, il me semble plus sain d'expliciter la formule de dérivation des fonctions composées et la formule d'IPP.

Vous semblez dire que, puisque les élèves ne maîtrisent pas parfaitement la différence entre 2*0+1 et 2*(0+1), ils sont incapables de comprendre les deux formules que j'évoque. Si c'est le cas, il me semble qu'ils sont encore moins capables de comprendre les cinq formules de dérivation au programme et le calcul de l'espérance de la loi exponentielle.
avatar
BR
Niveau 6

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par BR le Lun 12 Fév 2018 - 17:27
@William Foster a écrit:
@BR a écrit:Une telle mesure est aujourd'hui absolument irréaliste : où sont les enseignants qui assureront ces heures de cours ?

Facile : Tu mets 60 élèves dans une classe de TC. Le prof fait 8h à tous les élèves au lieu de faire 2 x 4h à chaque classe. abi

Irréaliste. Où sont les salles pouvant accueillir 60 élèves ?
avatar
BR
Niveau 6

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par BR le Lun 12 Fév 2018 - 17:33
@BR a écrit:
Pour l'IPP, sachant que le calcul de l'espérance d'une loi exponentielle fait partie des «démonstrations ayant valeur de modèle», il y a deux choix possibles : soit évoquer la formule d'IPP et constater que cette formule permet de calculer l'espérance de la loi exponentielle, soit parachuter une fonction ad-hoc venue de nulle part.
Mon plaidoyer en faveur de l'IPP est naturellement assez faible. Le simple calcul de l'espérance de la loi exponentielle est un argument insuffisant pour justifier l'introduction de l'IPP.

Par contre, il me semble délirant d'avoir remplacé la formule de dérivation des fonctions composées par 5 cas particuliers.
avatar
neomath
Neoprof expérimenté

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par neomath le Lun 12 Fév 2018 - 18:01
@BR a écrit:

Par contre, il me semble délirant d'avoir remplacé la formule de dérivation des fonctions composées par 5 cas particuliers.
Je continue à l'enseigner en TS et tous mes collègues font pareil.

_________________
“ You cannot reason people out of positions they didn’t reason themselves into.”
 
Bouboule
Expert

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Bouboule le Lun 12 Fév 2018 - 18:16
@William Foster a écrit:
@BR a écrit:Une telle mesure est aujourd'hui absolument irréaliste : où sont les enseignants qui assureront ces heures de cours ?

Facile : Tu mets 60 élèves dans une classe de TC. Le prof fait 8h à tous les élèves au lieu de faire 2 x 4h à chaque classe. abi

Je pense tout simplement que si on revient à un enseignement aussi important, les effectifs le choisissant seront en nette baisse.
avatar
William Foster
Neoprof expérimenté

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par William Foster le Lun 12 Fév 2018 - 18:19
@BR a écrit:
@William Foster a écrit:
@BR a écrit:Une telle mesure est aujourd'hui absolument irréaliste : où sont les enseignants qui assureront ces heures de cours ?

Facile : Tu mets 60 élèves dans une classe de TC. Le prof fait 8h à tous les élèves au lieu de faire 2 x 4h à chaque classe. abi

Irréaliste. Où sont les salles pouvant accueillir 60 élèves ?

Where there is a will, there is a way.

_________________
Tout le monde me dit que je ne peux pas faire l'unanimité.
"Il ne faut pas voir le mal partout où il est." Marie-Martine Schyns, ministre belge de l'enseignement obligatoire
Vérificateur de miroir est un métier que je me verrais bien faire, un jour.
Bouboule
Expert

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Bouboule le Lun 12 Fév 2018 - 18:19
@William Foster a écrit:
Créer un poste d’expert de haut niveau en mathématiques à la Dgesco

Ça pique ! Razz


On a eu un expert de haut niveau en physique (agrégée, docteure en épistémologie et histoire des sciences exactes) et on voit où en est la physique dans le secondaire.
avatar
Moonchild
Expert spécialisé

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Moonchild le Lun 12 Fév 2018 - 19:07
@neomath a écrit:
@BR a écrit:

Par contre, il me semble délirant d'avoir remplacé la formule de dérivation des fonctions composées par 5 cas particuliers.
Je continue à l'enseigner en TS et tous mes collègues font pareil.

Sur le fond je suis d'accord pour dire que c'est complètement idiot de remplacer la formule de dérivation des fonctions composées par cinq cas particuliers et j'en parle moi aussi un peu mais plutôt comme une remarque après avoir traité les cas un, rac(u) et f(ax+b) pour unifier l'ensemble et sans trop insister car la plupart de mes élèves n'est pas capable d'en tirer profit et encore moins d'appliquer la formule générale : ils ne savent pas "lire" une expression algébrique et donc ils ne sont tout simplement pas en mesure de reconnaître ce qui se présente sous la forme f(u(x)) et il y arrivent d'autant moins que la composition a disparu des programmes de première et qu'ils n'ont donc jamais été entraînés à ça (d'ailleurs parmi les cinq formules du programme, je constate que c'est celle de f(ax+b) qui pose le plus de problème). Et puis, concrètement, sur les cinq formules il n'y en a que celles de exp(u) et de ln(u) qui ont vraiment de l'importance pour le Bac, même un ne se rencontre presque plus maintenant.

@Guermantes729 a écrit:
@BR a écrit:Un tacle parfois mérité pour les professeurs, quel que soit le niveau où ils enseignent :
Rapport Villani-Torossian a écrit:De ce point de vue, il est même permis de penser que les professeurs ne se servent pas assez de leur liberté pédagogique. Le programme, par exemple, est une borne inférieure, non une borne supérieure
C'est rude à recevoir, mais tout de même bien mérité. Ainsi, les programmes de Terminales S de mathématiques spécifient :
Programme de TS a écrit:
À partir de ces exemples, on met en évidence une expression unifiée de la dérivée de la fonction x -> f (u(x)), mais sa connaissance n’est pas une capacité attendue.
ou encore :
Programme de TS a écrit:
L’intégration par parties n’est pas un attendu du programme.
qui sont très parfois interprétés comme : la formule de dérivation des fonctions composées et la formule d'intégration sont hors-programme; il est hors de question de les évoquer en cours. Si tous les professeurs de Terminales s'emparent de la remarque sur les bornes inférieures, ils pourraient s'emparer de cette liberté pour faire un cours de calcul différentiel et intégral plus simple et plus cohérent.


Oui, enfin j'attaquerai l'IPP et les dérivées des fonctions composées quand les élèves maîtriseront parfaitement la différence entre 2*0+1 et 2*(0+1) ce qui est loin d'être le cas...

les attendus sont devenus, de fait, une borne inf et sup parce que déjà très au-dessus de ce que la majorité des élèves sait faire.

Moi j'en suis plutôt à espérer qu'on supprime carrément l'intégration si en échange, on me donne la possibilité de traiter correctement la dérivation (par exemple)

Je suis entièrement d'accord : affirmer que le programme est une "borne inférieure" n'est qu'une pétition de principe vouée à éclater lamentablement sur le mur de la réalité ; un tel discours est même d'une indécente hypocrisie lorsqu'il est tenu par les cadres de l'EN qui par ailleurs cautionnent le passage systématique et l'orientation selon les voeux des familles.
Ce "tacle" aux enseignants ne serait mérité que si la cohérence de l'institution avait été rétablie ; dans le contexte actuel, cela sonne surtout comme un appel à se servir de la liberté pédagogique de pisser dans un violon.


Dernière édition par Moonchild le Lun 12 Fév 2018 - 19:11, édité 1 fois
avatar
wanax
Fidèle du forum

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par wanax le Lun 12 Fév 2018 - 19:10
Je lirai le rapport pendant les vacances. Je fais le pari suivant: il contient des expressions comme 'égalité des genres', 'réussite de tous', 'travail en équipe', 'ressources numériques', 'choix des familles'.

Il ne contient pas les expressions suivantes: 'sélection accrue des élèves', 'mesures fortes destinées à assurer la discipline', 'interdiction de la calculatrice', 'suppression des probabilités'.
Il ne contient pas non plus: 'forte revalorisation des salaires des enseignants de mathématiques', 'interdiction du recours à des contractuels', 'priorité dans la mise au point des emplois du temps', 'primat de la parole de l'enseignant.'

Ils ont 30 ans de passif, 30 ans d'avanies, de programmes mal foutus, de parents qui viennent donner leur avis, de salaires rognés, d'élèves mal élevés à qui l'on donne raison, etc...
Qu'ils fassent appel à mon civisme, qu'on rigole.
avatar
BR
Niveau 6

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par BR le Lun 12 Fév 2018 - 20:03
@wanax a écrit:Je lirai le rapport pendant les vacances. Je fais le pari suivant: il contient des expressions comme 'égalité des genres', 'réussite de tous', 'travail en équipe', 'ressources numériques', 'choix des familles'.

Il ne contient pas les expressions suivantes: 'sélection accrue des élèves', 'mesures fortes destinées à assurer la discipline', 'interdiction de la calculatrice', 'suppression des probabilités'.

Page 31 : réussite pour tous et en même temps sélection :
Les mathématiques sont une discipline extrêmement incrémentale, où l’on a besoin de bâtir l’étage N+1 sur l’étage N. Par conséquent, c’est une discipline tout indiquée pour des systèmes type anglo-saxon ou universitaire, basés sur des unités d’enseignement, que l’on pourrait repasser ou revalider, indépendamment de son niveau dans le cycle ; ce système permettrait d’assurer une réussite pour tous.
D'où la recommandation (un peu bancale) :

  • 13. Réconciliation [M9]
    Proposer aux élèves du lycée un module annuel de « réconciliation » avec les mathématiques sur des thématiques et des démarches nouvelles.
  • 14. Au lycée professionnel, et dans son organisation actuelle, le module de réconciliation peut être proposé dans le cadre d’un accompagnement personnalisé, ou d’une aide individualisée.
  • 15. Augmenter le poids relatif des mathématiques à l’examen du baccalauréat professionnel.
  • 16. Clarifier, dans le programme de seconde, les niveaux de maîtrise attendus en fonction des projets d’orientation des élèves.

Pas de suppression des probabilités, mais, page 36 :
L’étude excessive des fluctuations et de l’échantillonnage, qui finalement apporte peu en termes de formation mathématique, gagnerait à céder sa place à un rapprochement des statistiques et de la géométrie. Dans le prolongement, l’enseignement de probabilités finies, fondé sur l’intuition du nombre et accompagné des rudiments de combinatoire, permettrait d’éviter une approche des probabilités simples par la limite fréquentiste, qui paraît être une inversion didactique et scientifique bien peu intuitive.
Manière polie de signifier qu'on peut avoir la médaille Fields et ne rien comprendre aux intervalles de fluctuations...
User17706
Enchanteur

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par User17706 le Lun 12 Fév 2018 - 20:05
« Et en même temps » : c'est ainsi qu'un collègue à moi a résumé non pas ce rapport-ci, mais le rapport Mathiot. On comprend pourquoi ce genre de clause peut être inévitable, et en même temps, c'est un sacré bel outil lorsqu'on s'apprête à se contredire...

_________________
'Tis a blushing, shamefaced spirit that mutinies in a man’s bosom. It fills a man full of obstacles. It made me once restore a purse of gold that by chance I found. It beggars any man that keeps it. It is turned out of towns and cities for a dangerous thing, and every man that means to live well endeavors to trust to himself and live without it.
____________

When everybody is swept away unthinkingly by what everybody else does and believes in, those who think are drawn out of hiding because their refusal to join is conspicuous and thereby becomes a kind of action.
avatar
Franck059
Niveau 9

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Franck059 le Lun 12 Fév 2018 - 20:37
Il y a quelques minutes dans le JT de France 2.
Intox totale
Reportage dans une école PRIVEE de Singapour...
Or l'école primaire est publique à Singapour.
Donc ils sont allés filmer une officine privée de soutien scolaire.
Moins d'une dizaine d'élèves par professeur, voir même un seul enseignant avec un élève en difficultés.
Ras le bol de ces journalistes incompétents.


Dernière édition par Franck059 le Mar 13 Fév 2018 - 12:41, édité 1 fois
avatar
roxanne
Enchanteur

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par roxanne le Lun 12 Fév 2018 - 20:46
Et bien tu aurais dû regarder celui deTF1 plus critique sur le système éducatif de Singapour avec sa course à la réussite, ses cours privés tard, les journées continues.
avatar
Moonchild
Expert spécialisé

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Moonchild le Lun 12 Fév 2018 - 21:17
@BR a écrit:
@wanax a écrit:Je lirai le rapport pendant les vacances. Je fais le pari suivant: il contient des expressions comme 'égalité des genres', 'réussite de tous', 'travail en équipe', 'ressources numériques', 'choix des familles'.

Il ne contient pas les expressions suivantes: 'sélection accrue des élèves', 'mesures fortes destinées à assurer la discipline', 'interdiction de la calculatrice', 'suppression des probabilités'.

Page 31 : réussite pour tous et en même temps sélection :
Les mathématiques sont une discipline extrêmement incrémentale, où l’on a besoin de bâtir l’étage N+1 sur l’étage N. Par conséquent, c’est une discipline tout indiquée pour des systèmes type anglo-saxon ou universitaire, basés sur des unités d’enseignement, que l’on pourrait repasser ou revalider, indépendamment de son niveau dans le cycle ; ce système permettrait d’assurer une réussite pour tous.

Moi je dis mieux : "beurre et en même temps argent du beurre et en même temps cul de la crémière (mais ça, il ne faut plus le dire trop fort sinon...)".  professeur


@BR a écrit:D'où la recommandation (un peu bancale) :

  • 13. Réconciliation [M9]
    Proposer aux élèves du lycée un module annuel de « réconciliation » avec les mathématiques sur des thématiques et des démarches nouvelles.
  • 14. Au lycée professionnel, et dans son organisation actuelle, le module de réconciliation peut être proposé dans le cadre d’un accompagnement personnalisé, ou d’une aide individualisée.
  • 15. Augmenter le poids relatif des mathématiques à l’examen du baccalauréat professionnel.
  • 16. Clarifier, dans le programme de seconde, les niveaux de maîtrise attendus en fonction des projets d’orientation des élèves.


C'est effectivement bancal : une fois qu'on aura "clarifié" tout ça dans les programmes, on ne sera pas tellement plus avancé si on conserve le principe de la seconde hétérogène qui conduit inévitablement à s'aligner sur le niveau moyen de la majorité des élèves pondéré par leur coefficient de pénibilité individuelle et leur potentiel d'obstruction au déroulement du cours, c'est-à-dire qu'on visera très souvent un niveau au ras des pâquerettes, voire légèrement inférieur.

Quant au module annuel de "réconciliation", va-t-il falloir acheter sur nos deniers le costume de Bisounours ou nous sera-t-il fourni au titre d'une revalorisation des carrières ?

@Franck059 a écrit:Il y a quelques minutes dans le JT de France 2.
Intox totale
Reportage dans une école PRIVEE de Singapour...
Or l'école primaire est public à Singapour.
Donc ils sont allés filmer une officine privée de soutien scolaire.
Moins d'une dizaine d'élèves par professeur, voir même un seul enseignant avec un élève en difficultés.
Ras le bol de ces journalistes incompétents.

Moi, je commence déjà à saturer de ces reportages qui, en ne voyant pas plus loin que la manipulation de cubes et de barrettes, décrivent la méthode de Singapour comme une approche ludique et constructiviste de l'enseignement des maths. Rolling Eyes
avatar
BR
Niveau 6

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par BR le Lun 12 Fév 2018 - 21:59
@Moonchild a écrit:
@BR a écrit:D'où la recommandation (un peu bancale) :

  • 13. Réconciliation [M9]
    Proposer aux élèves du lycée un module annuel de « réconciliation » avec les mathématiques sur des thématiques et des démarches nouvelles.
  • 14. Au lycée professionnel, et dans son organisation actuelle, le module de réconciliation peut être proposé dans le cadre d’un accompagnement personnalisé, ou d’une aide individualisée.
  • 15. Augmenter le poids relatif des mathématiques à l’examen du baccalauréat professionnel.
  • 16. Clarifier, dans le programme de seconde, les niveaux de maîtrise attendus en fonction des projets d’orientation des élèves.

C'est effectivement bancal : une fois qu'on aura "clarifié" tout ça dans les programmes, on ne sera pas tellement plus avancé si on conserve le principe de la seconde hétérogène qui conduit inévitablement à s'aligner sur le niveau moyen de la majorité des élèves pondéré par leur coefficient de pénibilité individuelle et leur potentiel d'obstruction au déroulement du cours, c'est-à-dire qu'on visera très souvent un niveau au ras des pâquerettes, voire légèrement inférieur.
Admirez tout de même la popularité soudaine du terme attendus, qui commence à prendre sa place dans le continuum Bac-3/Bac+3. Il y a les attendus à l'Université, et désormais les attendus du programme de mathématiques de seconde. Voilà un terme promis à un brillant avenir :-)

Ne dites plus : les chapitres 3 et 4 sont au programme du devoir surveillé, mais : les attendus pour le prochain devoir sont les chapitres 3 et 4.
@Moonchild a écrit:Quant au module annuel de "réconciliation", va-t-il falloir acheter sur nos deniers le costume de Bisounours ou nous sera-t-il fourni au titre d'une revalorisation des carrières ?
La pratique va être simple : on va greffer le terme «module de réconciliation» sur l'AP. Si l'AP disparaît, la réconciliation se fera suivant les mêmes modalités que les EPI au collège, en individualisant les cours de façon personnalisée en classe entière. Quelques ressources numériques bien senties à base de chatons ou de serpents constricteurs suffiront.
Zryblowskowsky
Niveau 2

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Zryblowskowsky le Lun 12 Fév 2018 - 22:29
@Moonchild a écrit:Moi, je commence déjà à saturer de ces reportages qui, en ne voyant pas plus loin que la manipulation de cubes et de barrettes, décrivent la méthode de Singapour comme une approche ludique et constructiviste de l'enseignement des maths.

Dans les petites rues de Singapour,
Où j'ai perdu la raison pour toujours.......

https://www.youtube.com/watch?v=0GRDeADLAZ0
avatar
ZeSandman
Habitué du forum

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par ZeSandman le Mar 13 Fév 2018 - 0:12
@Guermantes729 a écrit:

"libérer l'esprit des élèves"???


Je pense que c'est simplement une référence au fonctionnement de la mémoire de travail.

@Anaxagore a écrit:De toute façon, réclamer le scalp des uns ou des autres n'est pas l'issue. Il faut que des injonctions fortes soient données et nous devons compter sur le fait que des gens n'attendent que ça pour virer casaque ou qu'au moins ils le feront sans vergogne.

Je n'arrive plus à me souvenir : d'après Jarraud, le SCALP est un groupuscule traditionaliste ou un syndicat d'extrême droite ?


_________________
Ce sont les rêves qui donnent au monde sa forme.
avatar
Balthazaard
Expert spécialisé

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Balthazaard le Mar 13 Fév 2018 - 0:53
@Moonchild a écrit:
@BR a écrit:
@wanax a écrit:Je lirai le rapport pendant les vacances. Je fais le pari suivant: il contient des expressions comme 'égalité des genres', 'réussite de tous', 'travail en équipe', 'ressources numériques', 'choix des familles'.

Il ne contient pas les expressions suivantes: 'sélection accrue des élèves', 'mesures fortes destinées à assurer la discipline', 'interdiction de la calculatrice', 'suppression des probabilités'.

Page 31 : réussite pour tous et en même temps sélection :
Les mathématiques sont une discipline extrêmement incrémentale, où l’on a besoin de bâtir l’étage N+1 sur l’étage N. Par conséquent, c’est une discipline tout indiquée pour des systèmes type anglo-saxon ou universitaire, basés sur des unités d’enseignement, que l’on pourrait repasser ou revalider, indépendamment de son niveau dans le cycle ; ce système permettrait d’assurer une réussite pour tous.

Moi je dis mieux : "beurre et en même temps argent du beurre et en même temps cul de la crémière (mais ça, il ne faut plus le dire trop fort sinon...)".  professeur


@BR a écrit:D'où la recommandation (un peu bancale) :

  • 13. Réconciliation [M9]
    Proposer aux élèves du lycée un module annuel de « réconciliation » avec les mathématiques sur des thématiques et des démarches nouvelles.
  • 14. Au lycée professionnel, et dans son organisation actuelle, le module de réconciliation peut être proposé dans le cadre d’un accompagnement personnalisé, ou d’une aide individualisée.
  • 15. Augmenter le poids relatif des mathématiques à l’examen du baccalauréat professionnel.
  • 16. Clarifier, dans le programme de seconde, les niveaux de maîtrise attendus en fonction des projets d’orientation des élèves.


C'est effectivement bancal : une fois qu'on aura "clarifié" tout ça dans les programmes, on ne sera pas tellement plus avancé si on conserve le principe de la seconde hétérogène qui conduit inévitablement à s'aligner sur le niveau moyen de la majorité des élèves pondéré par leur coefficient de pénibilité individuelle et leur potentiel d'obstruction au déroulement du cours, c'est-à-dire qu'on visera très souvent un niveau au ras des pâquerettes, voire légèrement inférieur.

Quant au module annuel de "réconciliation", va-t-il falloir acheter sur nos deniers le costume de Bisounours ou nous sera-t-il fourni au titre d'une revalorisation des carrières ?

@Franck059 a écrit:Il y a quelques minutes dans le JT de France 2.
Intox totale
Reportage dans une école PRIVEE de Singapour...
Or l'école primaire est public à Singapour.
Donc ils sont allés filmer une officine privée de soutien scolaire.
Moins d'une dizaine d'élèves par professeur, voir même un seul enseignant avec un élève en difficultés.
Ras le bol de ces journalistes incompétents.

Moi, je commence déjà à saturer de ces reportages qui, en ne voyant pas plus loin que la manipulation de cubes et de barrettes, décrivent la méthode de Singapour comme une approche ludique et constructiviste de l'enseignement des maths. Rolling Eyes

Le monde qui en remet une couche...."les pédagogies alternatives préconisées par le rapport Villani" Alternatives à quoi d'abord!!!! et bien sur on ne retient que l'approche via problème concret, puisque la méthode Singapour c'est bien cela!!!.......on est pas sortis de l'auberge.
avatar
Balthazaard
Expert spécialisé

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Balthazaard le Mar 13 Fév 2018 - 0:55
@Anaxagore a écrit:De toute façon, réclamer le scalp des uns ou des autres n'est pas l'issue. Il faut que des injonctions fortes soient données et nous devons compter sur le fait que des gens n'attendent que ça pour virer casaque ou qu'au moins ils le feront sans vergogne.

Ce ne serait pas mal quand même, qu'un crime reçoive un juste châtiment pour changer.
avatar
neo-fit
Niveau 7

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par neo-fit le Mar 13 Fév 2018 - 7:14
@BR a écrit:
Le rapport est pourtant assez explicite (page 23) :
Rapport Villani-Torossian a écrit:
On a pu constater, depuis le début des années 1990, la substitution du cours par des activités diverses (activités de découverte, tâches complexes censées développer des compétences transversales, démarche d’investigation, démarche de projet, activités interdisciplinaires, etc.) qui n’avaient pourtant pas vocation à le faire disparaître.
La volonté de rendre les élèves chercheurs peut être pertinente, bien évidemment, mais l’on peut s’interroger, en termes d’efficacité, sur le choix des moments, des durées, des thèmes de ces recherches, voire la manière dont elles sont conduites.
Les activités de découverte sont trop souvent artificielles, le monde réel s’avérant beaucoup plus difficile à appréhender que les modèles mathématiques utilisés pour le décrire ; souvent, les contextes retenus perturbent les élèves plutôt qu’ils ne les aident et ces modèles sont tellement simplifiés qu’ils n’apportent pas de réelle plus-value aux disciplines auxquelles ils sont empruntés (économie, sciences physiques, etc.).

De même, les tâches complexes n’ont pas toujours un objectif d’apprentissage mathématique clair. Leur conception s’avère extrêmement chronophage pour les professeurs et leur résolution l’est également pour les élèves, sans pour autant être toujours porteuse d’apprentissage, notamment auprès des plus faibles en mathématiques.

Les IPR pourront toujours prétendre que le rapport conforte leurs lubies sur les activités de découverte : au fond, cela n'a pas très bien marché parce que les professeurs n'ont pas su sortir d'activités artificielles et les tâches complexes ne sont pas le succès éclatants qu'ils devraient être car les professeurs ne se sont pas emparé de l'outil de façon pertinente. Il n'empêche : cette partie du rapport est un état des lieux assez cruel pour ces lubies pédagogiques.

On a écrasé des lapins, repeint des portails, transformé des essais en radian au rugby… les idées doivent manquer maintenant ^^

@BR a écrit:Quelques recommandations appréciables (mais qui n'engagent à rien, chaque nouveau programme insiste sur la notion de preuve) :
Rapport Villani-Torossian a écrit:

  • 7. Le cours Rééquilibrer les séances d’enseignement de mathématiques : redonner leur place

    • au cours structuré et à sa trace écrite ;
    • à la notion de preuve ;
    • aux apprentissages explicites.


  • 8. Proposer des traces écrites riches, pertinentes et aussi compréhensibles que possible (y compris par les familles). Le cours doit être exploitable et mobilisé par tous les élèves.


Développer les automatismes de calcul à tous les âges par des pratiques rituelles (répétition, calculs mental et intelligent, etc.), pour favoriser la mémorisation et libérer l’esprit des élèves en vue de la résolution de problèmes motivants.

Recommandations appréciables surtout si les programmes et les horaires permettent effectivement de les appliquer.

@BR a écrit:Un tacle parfois mérité pour les professeurs, quel que soit le niveau où ils enseignent :
Rapport Villani-Torossian a écrit:De ce point de vue, il est même permis de penser que les professeurs ne se servent pas assez de leur liberté pédagogique. Le programme, par exemple, est une borne inférieure, non une borne supérieure
C'est rude à recevoir, mais tout de même bien mérité. Ainsi, les programmes de Terminales S de mathématiques spécifient :
Programme de TS a écrit:
À partir de ces exemples, on met en évidence une expression unifiée de la dérivée de la fonction x -> f (u(x)), mais sa connaissance n’est pas une capacité attendue.
ou encore :
Programme de TS a écrit:
L’intégration par parties n’est pas un attendu du programme.
qui sont très parfois interprétés comme : la formule de dérivation des fonctions composées et la formule d'intégration sont hors-programme; il est hors de question de les évoquer en cours. Si tous les professeurs de Terminales s'emparent de la remarque sur les bornes inférieures, ils pourraient s'emparer de cette liberté pour faire un cours de calcul différentiel et intégral plus simple et plus cohérent.

Non ce n’est pas mérité.
S’il existe une rédaction plus saine qu’une autre, autant donner directement celle-là.
Cela permettrait d’éviter certains écueils d'interprétation.

Je n’ai pas encore pu lire le rapport en entier mais la phrase citée m’a intriguée.
Or
\"p41 » a écrit: 3.6 Liberté pédagogique et pilotage.
Si le maître mot est rééquilibrer, il ne s’agit pas de tomber dans un nouvel excès et l’équilibre recherché ne sera atteint qu’avec la collaboration de tous les acteurs. Pensant aux programmes, Souâd Ayada, présidente du Conseil supérieur des programmes, remarquait : « Il faut que les professeurs sachent ce qu’ils doivent enseigner ». Un enseignant doit savoir quel est le but à faire atteindre aux élèves. Il faut donc des programmes clairs, intelligibles par les professeurs comme par les élèves, assez explicites pour limiter les risques de flottement dans l’interprétation.
Mais les programmes ne sont pas des carcans, ni même des feuilles de route. En même temps qu’ils fixent le but à atteindre, ils définissent un espace de liberté : le chemin à suivre est à l’initiative de l’enseignant. Comme le disait déjà Compayré à la fin du XIXe : « pourvu que [le maître] arrive à son but dans le délai voulu, il est libre de ses mouvements ». Il n’y a donc aucune contradiction entre programmes et liberté pédagogique. Celle-ci, en effet, ne consiste pas à laisser le professeur abandonné à lui-même, sans la moindre idée de ce qui est attendu de lui, et c’est pourquoi il faut un contrat clair. De même encore, la condition de son exercice, c’est d’abord une bonne connaissance de la discipline à enseigner, sans quoi il se trouve à nouveau démuni et malheureux. De même enfin, dans le second degré, la liberté pédagogique s’arrête là où le travail en équipe (disciplinaire ou interdisciplinaire) ne devient plus possible. Il ne faut pas qu’au nom de la liberté pédagogique l’élève soit complètement désorienté, désemparé, quand il passe d’un cours ou d’une classe à l’autre.
De ce point de vue, il est même permis de penser que les professeurs ne se servent pas assez de leur liberté pédagogique. Le programme, par exemple, est une borne inférieure, non une borne supérieure. Nous ne devons pas faire moins, mais rien n’interdit de faire plus,si les objectifs sont déjà atteints pour tous. Les professeurs doivent avoir davantage de confiance en leur capacité à savoir ce qu’ils peuvent développer chez leurs élèves.
Ceci étant, toutes les méthodes, comme tous les chemins, ne se valent pas. Il est permis de conseiller, de partager une expérience acquise. C’est le premier rôle de l’inspecteur, qui relève avant tout de l’accompagnement. Le programme indique les objectifs à atteindre, les méthodes proposent des itinéraires en indiquant les raccourcis et les obstacles mais les conditions du voyage ne seront jamais les mêmes : l’enseignant est entièrement responsable du choix de son parcours. Même si, en dernier lieu, il appartient à l’inspection de vérifier si les objectifs ont bien été atteints, il lui incombe surtout d’intervenir en amont pour éviter les impasses et les sorties de route.
C’est ainsi qu’il faut aussi comprendre les mesures préconisées dans ce rapport : elles ont pour but d’aider la marche, non de l’entraver. Ce qui a été dit par exemple au §2.1 ne vise en aucune façon à imposer une méthode ou à la transposer de façon mécanique, car il est clair que son contexte socioculturel n’est pas le nôtre.
Il est bien connu qu’une méthode vaut ce que vaut celui qui l’enseigne. Il ne suffit donc pas d’avoir une bonne méthode, il faut aussi se l’être appropriée et y croire61.
Elle est quand même moins rude à recevoir lue dans ce contexte.
Il n’en demeure pas moins, que ce que disent Guermantes et Moonchild reste bien vivace : il est bien difficile d’aller au delà (qui n’en rêve pas et on sait bien que ce n’est pas interdit), lorsqu’on lutte contre des pré-requis insuffisants et des horaires qui permettent de traiter difficilement le minimum avec tous.
En fait, je ne crois pas qu’il s’agisse d’un tacle aux enseignants, ni que ce soit si important dans ce passage.
Il insiste plutôt sur l’importance de programmes clairs, ce qui est réconfortant.
Il reste à savoir ce qui est entendu par « programmes assez explicites », comment situent-ils ceux en cours au lycée, ceux de Collège 2016 ?
@BR a écrit:J'espère que les éditeurs de manuel auront bien lu : Proposer des traces écrites riches, pertinentes et aussi compréhensibles que possible (y compris par les familles). Le cours doit être exploitable et mobilisé par tous les élèves. Force est de constater qu'aujourd'hui, il n'existe (presque) pas de manuel proposant un cours exploitable. La lecture des manuels Sésamath, censés représenter le modèle ultime du cours de mathématiques moderne et branché en est une illustration édifiante.
@BR a écrit:Long tacle (mérité) contre les manuels (page 57) :
Rapport Villani-Torossian a écrit:Par ailleurs, des choix éditoriaux communs à une très grande majorité des manuels de mathématiques de collège ont abouti à la raréfaction, voire la disparition, des preuves et autres démonstrations au profit de simples activités de découverte et pléthore d’exercices d’application directe, rarement des exercices à plusieurs niveaux de profondeur et de raisonnement. Alors même que la démonstration est annoncée, dans les programmes, comme un élément central dans l’enseignement des mathématiques, elle a disparu des manuels du collège. À ce titre, on peut considérer, que beaucoup de manuels de mathématiques, actuellement sur le marché, ne correspondent pas aux ambitions et attentes de l’Institution et de ses programmes. Pire, cela conduit à une dérive didactique, notamment dans les établissements les plus exposés, puisque certains enseignants sont incités à délaisser cet aspect fondamental de l’enseignement de la discipline, puisque le manuel le fait.

Le souci, c'est que (presque) tous les manuels se ressemblent. La recommandation du rapport :
Rapport Villani-Torossian a écrit:
Les manuels de mathématiques feront l’objet d’un positionnement sur une échelle, par un comité scientifique, en regard de chacun des critères d’une courte liste arrêtée par ce même comité.
risque tomber à plat.

Je considère ainsi que les manuels Sésamaths sont des manuels catastrophiques : il s'agit d'une version libre et gratuite des manuels catastrophiques des grandes maisons d'édition, dans lesquels preuves et démonstrations sont réduits à la portion congrue au profit d'interminables activités de découvertes, d'interminables pages d'exercices à peu près tous bâtis sur le même modèle et de jolis encadrés historiques sur tel ou tel mathématicien ou tel problème hors de portée des élèves... C'est joli, c'est lourd, c'est clinquant, et c'est mathématiquement complètement vide. Gageons pourtant que c'est un manuel creux à la Sésamath qui sera plébiscité par le comité scientifique : il est libre, il y a de nombreux encadrés historiques qui seront forts appréciés, il y a des situations problèmes et des activités d'introduction très riches. Aucun cours linéaire ? Quasiment aucune preuve ? Illisible pour les familles ? Peu importe : il y a quand même de ci de là des fiches de cours, parfois une preuve, et comme il est richement illustré, il est certainement suffisamment lisible pour les familles.

Ce tacle aux manuels (et donc aux enseignants qui s’y consacrent, bénévolement, je crois, pour sésamaths) ne me semble pas plus mérité sans examiner les causes des reproches.
Pourquoi donc la preuve s’est-elle raréfiée dans les manuels et dans les cours ?
Au moins parce qu’il y a eu, comme le dit le rapport, « substitution » au profit des activités citées plus haut, faute de pouvoir tout faire.
Pourquoi cette substitution ? Encouragée par qui ?
Les manuels ne sont-ils pas le simple reflet des prescriptions, de leurs interprétations et des délais de plus en plus courts entre parution des programmes et mise en œuvre ?
Le rapport s’étonne que la preuve disparaisse malgré l’annonce : la démonstration est un élément central.
Et bien oui, « annoncer » ne suffit pas ! Pourquoi ?
Alors que les préconisations sur les activités de découvertes… ont bien pris.

Il reste maintenant à voir comment ces constatations (programmes, manuels…) seront effectivement corrigées et ce qui sera fait pour mettre en œuvre les recommandations.
Pour les horaires, ce serait un sacré changement.
@BR a écrit:Délire complet page 34 du rapport :
Villani-Torossian a écrit:
Les élèves des classes de première et terminale vont se voir sollicités par un cours présentant les grands domaines des mathématiques (algèbre, analyse, géométrie, traitement des données, probabilités et statistiques) sur un temps que la mission souhaite suffisamment long chaque semaine (sept à huit heures en première, huit à neuf heures en terminale). Ces enseignements, associés à celui de l’informatique et de la physique-chimie (ou de l’économie, des sciences de l’ingénieur ou des sciences de la vie et de la Terre), vont permettre à l’élève la consolidation de son choix d’études scientifiques dans l’enseignement supérieur et créer les conditions préalables à sa réussite.
Vous avez bien lu : 7 à 8 heures en Première, 8 à 9 heures en Terminale. C'est le retour de la Terminale C, ce qui ne me déplairait pas. On ne peut que saluer l'ambition de la mission Maths : il n'y a pas de mal à se faire plaisir. Ces heures de cours sont complétées par un cours d'informatique distinct des cours de Mathématiques et de Physique.
Il convient néanmoins de modérer l'optimisme des rapporteurs de la mission. Une telle mesure est aujourd'hui absolument irréaliste : où sont les enseignants qui assureront ces heures de cours ?

Mais bon, la réalité sera plutôt conforme à ce qui est dit dans ce message d’une autre discussion.
http://www.neoprofs.org/t115856p725-reforme-du-bac-le-gouvernement-envisage-la-suppression-des-series-s-l-et-es]http://www.neoprofs.org/t115856p725-reforme-du-bac-le-gouvernement-envisage-la-suppression-des-series-s-l-et-es
@Peterop a écrit:Finalement plus de séries mais des spécialités ...
https://actu.orange.fr/france/blanquer-finalise-sa-reforme-du-bac-autour-de-quatre-epreuves-et-d-un-oral-CNT000000XQNKd/photos/le-ministre-de-l-education-nationale-jean-michel-blanquer-etudie-un-dossier-sur-le-baccalaureat-dans-son-bureau-a-paris-le-18-janvier-2018-48dfa5b7a8fcc110d6c83bb0d08b7ddd.html

Tronc commun
Enseignement numérique et scientifique en tronc commun (2h)
3 spécialités en 1ère pour 4h chacune
2 spécialités en Terminale pour 6h chacune

Choix parmi 8 spécialités ... il me semble qu'il en manque (Sciences de l'Ingénieur ?)

Enfin changement de nom de la classe de terminale qui devient classe de "maturité" (c'est moche ...)
Autre extrait de l’article :
afp a écrit: Les options seraient maintenues: latin, grec, sport, 3e langue vivante, mathématiques expertes (pour un niveau plus poussé), maths instrumentales (pour compléter le cursus d'élèves ne souhaitant pas prendre maths en spécialité mais désireux d'avoir suffisamment de bagage pour tenter médecine ou la fac d'éco par exemple). Verrait aussi le jour une nouvelle option: droit et grands enjeux contemporains.
3-4h d’option « maths expertes » pour arriver à 7-8h en première, ça s’appelle encore une option ?

Est-ce par la disparition des maths du tronc commun et moins d’élèves qui prennent spécialité maths, qu’on arrive à ces horaires en première et terminale scientifique ?

Sinon, C.Villani répondait en direct à des questions, je n’ai pas encore regardé :
https://www.facebook.com/CedricVillaniOfficiel/videos/vb.696768463805517/951861158296245/?type=2&theater[/quote]
avatar
William Foster
Neoprof expérimenté

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par William Foster le Mar 13 Fév 2018 - 9:39
@neo-fit a écrit:
\"p41 » a écrit: 3.6 Liberté pédagogique et pilotage.
Si le maître mot est rééquilibrer, il ne s’agit pas de tomber dans un nouvel excès et l’équilibre recherché ne sera atteint qu’avec la collaboration de tous les acteurs. Pensant aux programmes, Souâd Ayada, présidente du Conseil supérieur des programmes, remarquait : « Il faut que les professeurs sachent ce qu’ils doivent enseigner ». Un enseignant doit savoir quel est le but à faire atteindre aux élèves. Il faut donc des programmes clairs, intelligibles par les professeurs comme par les élèves, assez explicites pour limiter les risques de flottement dans l’interprétation.
Dans ce passage, les pondeurs des programmes actuels diront que c'est exactement ce qu'ils ont fait.  calimero
Moi j'y vois un constat accablant sur l'absence de clarté de spécialistes en pédagogies. Neutral

De même encore, la condition de son exercice, c’est d’abord une bonne connaissance de la discipline à enseigner, sans quoi il se trouve à nouveau démuni et malheureux.
Il faudra peut-être l'encadrer celle-là...  aai


C’est le premier rôle de l’inspecteur, qui relève avant tout de l’accompagnement. Le programme indique les objectifs à atteindre, les méthodes proposent des itinéraires en indiquant les raccourcis et les obstacles mais les conditions du voyage ne seront jamais les mêmes : l’enseignant est entièrement responsable du choix de son parcours. Même si, en dernier lieu, il appartient à l’inspection de vérifier si les objectifs ont bien été atteints, il lui incombe surtout d’intervenir en amont pour éviter les impasses et les sorties de route.
Avec une ou deux vérifications et accompagnements par carrière, peut-on encore parler d'accompagnement ?


Il est bien connu qu’une méthode vaut ce que vaut celui qui l’enseigne. Il ne suffit donc pas d’avoir une bonne méthode, il faut aussi se l’être appropriée et y croire.
Je ne suis pas sûr du sens à donner au mot "croire".

_________________
Tout le monde me dit que je ne peux pas faire l'unanimité.
"Il ne faut pas voir le mal partout où il est." Marie-Martine Schyns, ministre belge de l'enseignement obligatoire
Vérificateur de miroir est un métier que je me verrais bien faire, un jour.
avatar
Balthazaard
Expert spécialisé

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Balthazaard le Mar 13 Fév 2018 - 10:53
Ce rapport ne se démarque pas beaucoup de ce qui existe. Les analyses montrent quand même que cela vire souvent à l'exercice de style. Je vois bien un stage sur les "nouvelles orientations en math" animé par des collègues aux ordres encadrés/surveillés par un ipr, montrant rapport à l'appui que les pratiques que l'on veut nous imposer depuis 30 ans trouvent enfin leur légitimité.
En tous cas, tout y est, il n'y a qu'a piocher.
avatar
Franck059
Niveau 9

Re: Mission Mathématiques Villani - Torossian

par Franck059 le Mar 13 Fév 2018 - 13:07
Il devrait déjà y avoir au moins un éditeur prêt à s’engouffrer dans la brèche en proposant la traduction de la méthode de Singapour pour le collège non ?
En espérant une traduction fidèle et non pas dévoyée comme celle désormais proposée par la librairie des écoles.
Mais si les moyens financiers ne suivent pas (ce qui est fort probable) cela risque de tourner court.
En effet, deux manuels de 350 pages pour chaque niveau, cela va vite chiffrer.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum