Stagiaire en souffrance

Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Babarette le Mer 06 Déc 2017, 21:14

@Sedulius a écrit:Je suis devenu complètement irrationnel.

Je ne peux pas aller chez le médecin avant la semaine prochaine. Je suis tellement idiot !!!


Tu peux contacter en urgence un médecin généraliste, qui peut t'arrêter, même s'il n'est pas ton médecin traitant. Je l'ai déjà fait.
N'hésite pas ! 
N'aies pas peur d'avoir l'air faible. Si quelqu'un est assez bête pour te trouver "trop faible" parce que tu es malade, c'est un idiot et sale type.

Babarette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Val83 le Mer 06 Déc 2017, 21:16

@Sedulius a écrit:Je suis devenu complètement irrationnel.

Je ne peux pas aller chez le médecin avant la semaine prochaine. Je suis tellement idiot !!!

Tu n'es pas idiot! Mais dès demain, va chez le médecin!Il ne faut pas laisser ta santé non plus, l'EN ne te dira pas merci pour ça!
avatar
Val83
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Sedulius le Mer 06 Déc 2017, 22:08

Oui, je vais revoir mon médecin.

Je suis vraiment désolé. Je suis perdu et mes pensées sont toutes incohérentes. Il faut que je me force à suivre vos conseils. Merci beaucoup.

Sedulius
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Val83 le Mer 06 Déc 2017, 22:12

@Sedulius a écrit:Oui, je vais revoir mon médecin.

Je suis vraiment désolé. Je suis perdu et mes pensées sont toutes incohérentes. Il faut que je me force à suivre vos conseils. Merci beaucoup.

Du repos, du calme, des idées claires te feront le plus grand bien!
avatar
Val83
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Jenny le Mer 06 Déc 2017, 22:14

Ne sois pas désolé. Prends soin de toi. fleurs2
avatar
Jenny
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Ascagne le Mer 06 Déc 2017, 22:30

Courage Sedulius.
Je pense comprendre un peu ce qui t'arrive, je suis dans une situation compliquée moi aussi de ce côté-là (je ne suis pas stagiaire en revanche, mais ça fait partie du problème). Bref, je compatis, d'autant plus que je vois très bien ce qui peut retenir de demander un arrêt-maladie même quand on se dit qu'on en aurait besoin.
Courage.
avatar
Ascagne
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Sedulius le Mer 06 Déc 2017, 22:31

@Ascagne a écrit:Courage Sedulius.
Je pense comprendre un peu ce qui t'arrive, je suis dans une situation compliquée moi aussi de ce côté-là (je ne suis pas stagiaire en revanche, mais ça fait partie du problème). Bref, je compatis, d'autant plus que je vois très bien ce qui peut retenir de demander un arrêt-maladie même quand on se dit qu'on en aurait besoin.
Courage.

Quelle est ta situation (si tu as envie d'en parler) ?

Sedulius
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par LiloCat le Lun 11 Déc 2017, 18:52

Bonjour,
Savez-vous s'il existe un soutien psychologique pour les enseignements ? Je crois avoir vu une affiche de la MGEN dans la salle des profs parlant de ça, quelqu'un s'y connaît ?
Je suis clairement pas loin de péter un câble.
Je suis fatiguée de bosser des heures sur une séance pour que leur comportement de gamins ruine tout. Je précise, je suis en lycée, et j'ai l'impression de passer mon temps à faire de la discipline.
Mais comment on calme une classe quand c'est 10 voire 15 élèves qui parlent en même temps ? Quand ils se taisent 3 minutes après qu'on ait gueulé mais qu'ils reprennent de plus belle juste après.
J'aime vraiment ce que je fais, préparer mes cours, essayer de trouver des activités sympas, j'aime beaucoup ma classe même, du coup j'ai du mal à les punir, il y a un brouhaha constant dans ma classe en ce moment, c'est insupportable et ma visite ESPE la semaine prochaine, je ne sais plus quoi faire, ils ne m'écoutent pas...

LiloCat
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par superpedro le Lun 11 Déc 2017, 19:49

Sedulius, et aux autres stagiaires en souffrance,
vous n'êtes pas responsables et aucun travail ne mérite de se ruiner la santé. Pariez éventuellement sur une autre année, les affectations sont aussi une part de malchance: j'ai vu des personnes métamorphoser d'une année sur l'autre après avoir trouvé un autre établissement, d'autres atmosphères de travail, un autre niveau d'enseignement... L'année d'ESPE est mal faite, surchargée, infantilisante et c'est logique que lorsque ça coince dans un domaine cela prenne des proportions folles tant vous êtes sollicités. Bref, n'angoissez pas si vous devez vous arrêter, quelle que soit la durée.

_________________

  • "Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." Merci Van Damme.
avatar
superpedro
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par LaMaisonQuiRendFou le Lun 11 Déc 2017, 23:19

@LiloCat a écrit:
Mais comment on calme une classe quand c'est 10 voire 15 élèves qui parlent en même temps ? Quand ils se taisent 3 minutes après qu'on ait gueulé mais qu'ils reprennent de plus belle juste après.
J'aime vraiment ce que je fais, préparer mes cours, essayer de trouver des activités sympas, j'aime beaucoup ma classe même, du coup j'ai du mal à les punir, il y a un brouhaha constant dans ma classe en ce moment, c'est insupportable et ma visite ESPE la semaine prochaine, je ne sais plus quoi faire, ils ne m'écoutent pas...

D'abord un avertissement,
Ensuite un travail à faire pour la semaine suivante (une bonne double page),
Si ça ne suffit toujours pas, exclusion du cours + 2 heures de retenue.

Lorsque j'ai commencé à appliquer ça, j'ai eu beaucoup moins de mal à tenir mes classes de 2nde pendant mon année de stage.

_________________
2016- Université : L2, L3, M1, M2
2015-2016 Année de stage : 2nde, 1ère
avatar
LaMaisonQuiRendFou
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Paul Dedalus le Mar 12 Déc 2017, 09:36

@Philomène87 a écrit:
@Sedulius a écrit:J'ai 25 ans. Je fais un peu jeune, mais je ne pense pas que ce soit le principal problème. J'ai heureusement un tuteur bienveillant et à l'écoute.

Ah et sinon, j'ai aussi des 6e, mais avec eux ça peut aller.  

Ton message me rassure Philomène. Tu as donc été titularisée après une deuxième année de stage ?

Pour moi c'était un peu spécial.
Ma première année, c'était pendant la réforme du Capes, il y avait eu deux sessions de Capes en 1 an, et pour ceux qui réussissaient la 2e session (enfin, les écrits), c'était :
réussite des écrits en juin ---> 6h de cours dans un établissement pendant 1 an ---> oraux d'admission en juin à l'issue de cette année-là.
Donc, j'avais réussi les écrits, et avais pris les 6h en établissement en attendant de passer les oraux. On était payés mi-temps, donc c'était bien, et on avait un tuteur, comme des stagiaires. Mais on n'était pas stagiaires.
Ma tutrice m'a complètement démolie. Elle me rabaissait devant mes élèves (qui en profitaient encore plus), entretenait des commérages sur mon compte (j'en ai eu la preuve en lisant son rapport, complètement à charge) et dès la 3e semaine de septembre, me disait de changer de métier.
Car j'étais comme toi, hyper angoissée.
Dès le 2e jour de cours, des élèves s'étaient moqués de moi, et ça m'avait déjà démolie (pour dire un peu comment j'étais...), là où des profs chevronnés auraient réagi durement. Une partie de la nuit, j'ai ruminé.
Dès qu'un incident banal se produisait (blague des élèves, par exemple me faisant croire qu'ils ne savaient pas qu'il y avait contrôle), j'en parlais à tout le monde, mais vraiment tout le monde, pour chercher du soutien et des solutions. Et c'est ça qui m'a tuée, j'ai trop parlé, et je suis passée pour une demeurée (dans le rapport j'ai lu que j'étais "bizarre").
Pendant ce temps, mes classes continuaient de me mettre le souk, et je ne pouvais même plus en parler à ma tutrice, car elle me regardait avec mépris en me disant que c'était de ma faute, que j'avais pas écouté ses conseils sur l'autorité en début d'année.
Une fois, dans une classe, ça avait vraiment dégénéré. Alors j'avais envoyé un mail à la cde pour tout lui raconter (je savais qu'elle me soutiendrait). J'ai obtenu du soutien, ça oui, par contre ça n'a fait que renforcer la conviction de tout le monde qu'il fallait que je change de métier. Et ma tutrice, me reproche ensuite de pas lui en avoir parlé à elle, de ce problème (!).
J'avais peur d'être licenciée, car je suis dans le privé. Et je me posais la question suivante : si je réussis l'oral du concours, aurai-je un poste dans un établissement ? Je pensais que je serais black-listée. Voilà ma peur principale, que ma tutrice entretenait en me disant qu'il y aurait un rapport et que ça aurait des conséquences pour moi.

J'ai réussi les oraux, je suis donc devenue stagiaire. A 100 km de cet établissement. Pas trop rassurée quand le cde m'a dit "ah oui vous venez de .................... , vous étiez donc avec Mme X" (heureusement, cette cde avait été bienveillante avec moi, et je savais qu'en cas de coup de fil elle ne me détruirait pas).
Pendant cette année de stage, j'ai eu un tuteur extraordinaire. Quand je lui racontais ce qui s'était passé l'année précédente, il était hors de lui. Pendant cette année-là, je n'ai eu (quasi) aucun problème de discipline. Un peu au début avec une classe, qui me mettait hors de moi, puis ils se sont calmés, j'ai été inspectée avec eux et ils ont été supers pendant l'inspection.
Entre mon année de contractuelle, et mon année de stage, il y a eu un écart phénoménal. Du style : 1ère année = du bordel dès le lundi à 8h. 2ème année = un silence total le vendredi à 14h (classe de 4e). Donc tu vois ? C'est possible de changer en 1 an Very Happy Même avec une petite bonne femme comme moi qui n'impressionnerait pas une fourmi (je n'ai vraiment aucune autorité naturelle... la mienne, elle s'est construite, tout comme la tienne, petit à petit).
Là, je suis titulaire depuis 3 ans, et j'ai envoyé un mail à ma 1ère tutrice pour le lui dire (elle qui me voyait, au choix : licenciée après 2 stages, en démission, ou bien titulaire mais en arrêt longue maladie voire internée... oui oui elle me l'avait dit).

Franchement, il ne faut pas t'en faire. Pour cette année, je dirais que ce n'est pas trop tard pour la discipline, juste assez dur à récupérer. Mais si tu ne peux pas les récupérer, ben, fais avec (je n'ai malheureusement d'autre solution), en sachant que de toute façon, tu n'es ni le premier, ni le dernier à qui ça arrive. Accroche-toi à ton tuteur s'il est bien, s'il est fiable, explique-lui tous tes problèmes (à toi de jauger, faut pas non plus que ça te nuise), je suis sûre qu'il peut te donner de supers conseils.
Fais en sorte que les cahiers de tes élèves soient remplis (pour l'inspecteur, surtout), donc au besoin, écris le cours au tableau, ou projette, ils grattent, et si tu vois qu'ils sont réfractaires, du leur annonces une interro sur le cours pour le lendemain.
Moi pour les faire bosser j'avais imaginé ça, ou encore du travail en binômes avec note de comportement (ouh la vilaine) - ça avait marché du tonnerre et toute fière j'avais raconté ça à ma tutrice, toujours pas contente "oui mais si tu les tiens pas avec ton autorité, ça sert à rien"  furieux

Sur ce bon courage, et je rejoins ce que disent les autres : dors, le sommeil c'est le meilleur allié dans ces situations-là. flower


Je voulais vous remercier pour ce témoignage qui encourage à la persévérance et montre que l on peut revenir de loin.

Moi je ne suis pas encore stagiaire mais pendant mon stage avec les secondes à la Toussaint, je me suis fait pourrir par mes élèves par absence totale d autorité (sans doute parce que je me sens illégitime à être prof) :

-Quand les élèves ont commencé à s ennuyer, j ai eu le droit à des bras d honneur (plus ou moins dissimulés mais je voyais quand même), à des ricanements incessants, à des mimiques satiriques et même à être pris en photo par certains avec leur téléphone portable (comme je n ai pas osé leur interdire le portable en cours, ils répondaient à leurs amis et téléphonaient pendant le cours, une véritable cacophonie).

Le troisième jour, j ai demandé de mettre les portables sur silencieux, et certains ne m ont même pas écouté.

Bizarrement, j ai eu l impression qu ils m aimaient bien tout de même, même ceux qui se moquaient de moi ;car ils venaient parfois parler à la fin des cours dans une intention pacifique.

Sur l'ensemble des élèves, un seul faisait son travail à la maison le soir. Et je ne me voyais pas imposer ça à tout le monde car je me mets à leur place : une fois chez soi, on a envie de faire autre chose. On parle de l importance de la présence face aux élèves et je crois qu avant l autorité, c est aussi de cette présence dont je manque car chaque fois que j ai accentué cet aspect, la discipline s' est améliorée d' elle-même. Il faut absolument aller vers les élèves dissipés.

Je ne vois pas bien comment je pourrais réussir dans ce métier à moins de devenir une autre personne que celle que je suis actuellement.


Dernière édition par Paul Dedalus le Mar 12 Déc 2017, 19:24, édité 1 fois

_________________
«Primus ego in patriam mecum, modo uita supersit. »

Virgile  Georgiques.
avatar
Paul Dedalus
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par fabienne7564 le Mar 12 Déc 2017, 13:38

@Paul Dedalus : Ne désespère pas. Je crois qu'il est possible de modifier sa posture. Cela prend du temps, mais c'est possible. On apprend beaucoup, sur le tas, souvent tout seul, en se plantant. C'est un métier très dur et souvent on remet en question sa personne et non sa posture. Il faudrait dissocier les deux : nous sommes en représentation face aux élèves. Certes, nous nous appuyons sur une part de nous-mêmes mais peu à peu on se distancie et on "se voit" faire cours avec des "trucs" qu'on a intériorisés l'air de rien, par une pratique bonne ou mauvaise. Du coup, ce qui se passe en classe nous échappe moins aussi. Mais c'est l'expérience qui apprend cela, ce recul relatif qui permet de se protéger aussi. Quand j'ai débuté, c'était le b... en cours. J'ai été TZR pendant des années. C'est une rude école. Petit à petit, les choses se sont mises en place et les élèves ne me perçoivent plus comme quand j'ai débuté sans que j'aie révolutionné mes pratiques pour autant : on prend de la bouteille, c'est tout. Du coup, on doute moins et les élèves le sentent. On vieillit aussi, la différence d'âge permet parfois de mieux poser son autorité et se sentir légitime en tant qu'enseignant. Il ne faut pas perdre courage...
avatar
fabienne7564
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Paul Dedalus le Mar 12 Déc 2017, 16:36

Oui, j'ai l'impression qu' il faut tenir à tout prix au début et en fait et il y a divers facteurs intérieurs et extérieurs qui font qu'on tient ou pas.

_________________
«Primus ego in patriam mecum, modo uita supersit. »

Virgile  Georgiques.
avatar
Paul Dedalus
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par laMiss le Mar 12 Déc 2017, 17:50

@Croustibapt a écrit: A l'idée que mon bras va me lancer une bonne partie de ma vie parce que j'ai voulu faire trois cours sur l'Afrique à des élèves de terminale qui n'en avaient pas grand chose à faire, tu ne peux pas imaginer à quel point je m'en veux de ne pas avoir pris ce foutu arrêt.

J'espère qu'à la lecture de cette phrase, tout le monde ici fera passer sa santé avant le boulot.
@Croustibapt : fleurs

_________________
Faut lui laisser sa chance ! Jusque là tout va bien ...

laMiss
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par ernya le Mar 12 Déc 2017, 20:01

@Paul Dédalus: il faut réclamer des sanctions. Sors les élèves qui osent téléphoner en cours. Ils n'ont rien à faire en classe. Ceux qui font des doigts d'honneur, même chose. Aider les élèves décrocheurs, ce n'est pas accepter l'inacceptable. Demande à la CPE et à la direction d'intervenir pour que les élèves soient sanctionnés. Tu n'as pas à subir ça.
avatar
ernya
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Miettes le Mar 12 Déc 2017, 21:02

Le souci, Paul Dedalus (j'ai eu le même au début, je l'ai encore souvent), c'est notre empathie. Il faut accepter, même si c'est dur, de vexer / contrevenir aux volontés d'un-e élève : pour leur bien sur le long terme. Très facile à dire, plus complexe à tenir.

_________________
2016-2017, lettres au collège : 6e, 5e, 4e + AP 3e
2017-2018, professeure des écoles stagiaire : CM2
avatar
Miettes
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Derborence le Mar 12 Déc 2017, 21:25

@Paul Dedalus a écrit:

Moi je ne suis pas encore stagiaire mais pendant mon stage avec les secondes à la Toussaint, je me suis fait pourrir par mes élèves par absence totale d autorité (sans doute parce que je me sens illégitime à être prof) :

-Quand les élèves ont commencé à s ennuyer, j ai eu le droit à des bras d honneur (plus ou moins dissimulés mais je voyais quand même), à des ricanements incessants, à des mimiques satiriques et même à être pris en photo par certains avec leur téléphone portable (comme je n ai pas osé leur interdire le portable en cours, ils répondaient à leurs amis et téléphonaient pendant le cours, une véritable cacophonie).

Le troisième jour, j ai demandé de mettre les portables sur silencieux, et certains ne m ont même pas écouté.

Je comprends très bien que tu ne te sentes pas légitime mais, en classe, tu dois entrer dans le rôle du professeur. Parle aux élèves d'un ton ferme et assuré qui n'admet aucune contestation (même si intérieurement tu doutes). Il faut oser, vraiment : tu verras, la plupart vont obéir. Il te restera à recadrer les autres. C'est toi le professeur : les élèves doivent faire ce que tu leur demandes. S'ils refusent : ne les accepte pas en cours.

@Paul Dedalus a écrit:
Bizarrement, j ai eu l impression qu ils m aimaient bien tout de même, même ceux qui se moquaient de moi ;car ils venaient parfois parler à la fin des cours dans une intention pacifique.

Sur l'ensemble des élèves, un seul faisait son travail à la maison le soir. Et je ne me voyais pas imposer ça à tout le monde car je me mets à leur place : une fois chez soi, on a envie de faire autre chose. On parle de l importance de la présence face aux élèves et je crois qu avant l autorité, c est aussi de cette présence dont je manque car chaque fois que j ai accentué cet aspect, la discipline s' est améliorée d' elle-même. Il faut absolument aller vers les élèves dissipés.

Je ne vois pas bien comment je pourrais réussir dans ce métier à moins de devenir une autre personne que celle que je suis actuellement.

J'ai énormément progressé en gestion de classe le jour où j'ai compris que je n'étais pas là pour que les élèves m'aiment.
Évidemment, nous préférons que les élèves nous apprécient mais, si ce n'est pas le cas, tant pis.
Tu as une mission à effectuer, un rôle à tenir. Tu dois dispenser un enseignement et faire travailler les élèves. Tu n'es pas un des leurs : c'est toi l'adulte.

_________________
"La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne."
Proverbe chinois

"Derborence, le mot chante triste et doux dans la tête pendant qu’on se penche sur le vide, où il n’y a plus rien, et on voit qu’il n’y a plus rien."
Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence
avatar
Derborence
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par lettrine le Mar 12 Déc 2017, 21:51

Je viens de parcourir les dernières pages de ce forum, et cela me fait réagir. (Pour ma part, je suis prof de lettres pour la douzième année maintenant). Je lis que de nombreux stagiaires en souffrance se remettent en question, ce qui est sain, mais remettent aussi en question leur personnalité, qui serait "défaillante". Je crois qu'il faut parfois prendre du recul et se rendre compte à quel point il est normal de ne pas réussir, de ne pas savoir comment réagir, quelles mesures prendre, quels gestes adopter, dans les situations de cours face à des élèves extrêmement difficiles que certains décrivent. Et ce même si d'autres collègues, eux, y arrivent. Ce n'est pas parce que certains réussissent ce défi difficile qu'on a un problème profond si on échoue. En revanche, la pression - bien légitime- que les stagiaires se mettent pour y arriver peuvent les amener à accepter l'invivable et altérer leur raisonnement, mais le processus est bien celui-ci, et non une fragilité au départ qui ferait de soi un raté. Dans un autre métier ne demandant pas de gérer un groupe, secrétaire, orthophoniste, ingénieur, ou autre, la même personnalité n'empêcherait sans doute pas de réussir.
Bien sûr, l'expérience, la réflexion, peuvent nous faire progresser, c'est le cas pour moi qui n'ai plus le moindre problème de discipline et qui vivais des situations cauchemardesques les premières années, mais je voulais remettre les choses à leur place : bien souvent, c'est la situation qu fragilise, et non l'inverse. Face à cela, fuir, ou s'arrêter, est parfois une réaction saine.

lettrine
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire en souffrance

Message par Paul Dedalus le Mar 12 Déc 2017, 23:21

@Derborence a écrit:


Je comprends très bien que tu ne te sentes pas légitime mais, en classe, tu dois entrer dans le rôle du professeur. Parle aux élèves d'un ton ferme et assuré qui n'admet aucune contestation (même si intérieurement tu doutes). Il faut oser, vraiment : tu verras, la plupart vont obéir. Il te restera à recadrer les autres. C'est toi le professeur : les élèves doivent faire ce que tu leur demandes. S'ils refusent : ne les accepte pas en cours.

Oui, je me rends qu ils sont tellement habitués à ce qu on leur impose des choses ordinairement qu il suffirait en fait de pas grand chose pour que ma situation s améliore lors de mes missions d enseignement (et en vue de l entrée dans le métier dans quelques mois). C est vraiment moi qui les laisse trop libres et qui rend possible ces débordements.

Les élèves ne vont pas deviner ce que j ai dans la tête (le manque de confiance) si je m efforce de m imposer davantage. Mon tort c est un excès d empathie et d authenticité, oui. Or, tout métier exige de rentrer dans un rôle. Sans ça, on ne peut pas bien le faire.

Et franchement, du point de vue de la discipline (je veux dire le contenu des cours) ça allait et je dirais même que ça rattrapait un peu le reste. Donc c est motivant, si je progresse de ce point de vue, je pourrais peut-être exercer dans de bonnes conditions, mais ça prendra du temps...

_________________
«Primus ego in patriam mecum, modo uita supersit. »

Virgile  Georgiques.
avatar
Paul Dedalus
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum