Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Catherine93
Niveau 2

Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par Catherine93 le Mer 29 Nov 2017 - 12:56
Bonjour

Je n'ai pratiquement plus de voix tant j'ai crié lundi matin contre un élève qui m'a parlé comme si j'étais une m.... La classe dans laquelle il se trouve est infecte (au-delà même) du moins une grande partie. Mais j'ai des collègues fantastiques qui me défendent, me soutiennent et font la misère à ces jeunes parce qu'ils ne supportent pas l'irrespect, le manque de travail et la volonté de certains de nuire à ceux qui veulent s'en sortir. Heureusement que l'équipe pédagogique est relativement solide.

Néanmoins, je reste bouleversée par ma propre violence. Je ne me suis pas reconnue parce que je ne suis pas coutumière de ces emportements. Au contraire, je suis réputée pour être gentille voire trop gentille. Dans notre profession, ce peut être un handicap mais je sais aussi sévir.

Vous est-il déjà arrivé de perdre la mesure devant des comportements si méprisants? De hurler au point de ne plus avoir qu'un petit filet de voix?

Bonne journée
avatar
skindiver
Érudit

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par skindiver le Mer 29 Nov 2017 - 13:13
Ca m'est arrivé il y a quelques années, ma première année j'avais tellement crié que le lendemain je ne pouvais plus parler, la douleur était insoutenable.
Disons que plus je criais plus les élèves me poussait à bout pour que je crie encore plus.... Ils attendaient le moment où je craquerais.
Maintenant je ne crie plus (sauf la fois ou un élève a failli mettre le feu à la salle.... abi )
JayKew
Niveau 5

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par JayKew le Mer 29 Nov 2017 - 13:17
Tu as été confrontée à une situation qui t’a mise littéralement « hors de toi ». Ça peut arriver face à un public difficile, par usure devant les formes répétées de manque de respect. Toutes les personnes qui ont affaire à un public difficile peuvent y être confrontées.

Déculpabilise-toi et essaie de réfléchir (de préférence en équipe) aux réactions qui auraient pu être plus appropriées (l’anticipation et le role play peuvent aider; comprendre les mécanismes mis en place, les déjouer, etc. ).

Tous les enseignants devraient être formés à ça. Hélas, dans la réalité, c’est rarement le cas.

floisa
Niveau 8

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par floisa le Mer 29 Nov 2017 - 13:20
Cela m'est arrivé exceptionnellement, 2 fois je crois. La majeure partie de la classe a senti qu'une ligne avait été franchie, et un silence de plomb s'est installé. Finalement, je ne regrette pas.
avatar
Herrelis
Doyen

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par Herrelis le Mer 29 Nov 2017 - 13:29
Un peu comme skindiver : ça m'est arrivé au début et puis un jour ça m'a frappé. Ils le faisient exprès, ça les amusait... du coup maintenant si j'en viens à m'emporter à ce point contre un élève ou une classe c'est que les bornes ont été pnus que dépassées et que la suite pour eux s'annonce très mal.
Tu as eu une réaction tout à fait normale. Poussée à bout tu as réagi en attaquant pour te protéger, d'où la colère et les cris

_________________
Han : "Comment on s'en sort?" Luke : "comme d'habitude." Han : "Si mal que ça?!!" Le Retour du Jedi
"Drowned in moonlight, strangled by her own bra." -Carrie Fisher- 1956-2016 - See you space momma.
avatar
Kan-gourou
Neoprof expérimenté

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par Kan-gourou le Mer 29 Nov 2017 - 15:45
Cela m'est arrivé aussi plusieurs fois. C'est pourquoi maintenant, quand je sens la colère monter, soit je sais qu'elle va être incontrôlable et j'exclus l'élève (au motif qu'il est en danger puisque je vais le passer par la fenêtre Smile, soit je me force à faire le plus grand sourire possible, je m'accroupis devant l'élève, je le regarde droit dans les yeux pendant une minute puis je lui dis avec une voix très douce: "Il semblerait que tu recherches mon attention. Peut-être es-tu amoureux de moi. Je suis désolée mais je suis bien trop vieille pour toi et surtout je n'ai pas le temps pour ça car je dois te faire travailler. Maintenant tu vas gentiment arrêter tes âneries sinon je t'offrirai un rendez-vous en tête à tête qui ne te plaira pas du tout." Ça détend bien l'atmosphère (et mes nerfs) et l'élève se calme. Surtout, ça permet à la bande de copains de se dire que ça ne sert plus à rien d'essayer d'énerver la prof.

_________________
Travaux en cours...
avatar
bazar_et_badine
Niveau 5

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par bazar_et_badine le Mer 29 Nov 2017 - 17:06
Voilà un fil qui m’intéresse fortement. Merci Catherine93!

J'avoue humblement essayer de travailler sur moi en ce moment pour ne plus m'énerver en classe. J'essaie de prendre du recul après un incident, et quand une situation similaire se représente, je tente aussi de me décentrer. Mais je ne peux que constater ma réactivité: mon réservoir de patience semble particulièrement limité depuis le début de l'année scolaire, et il arrive systématiquement à zéro si un élève me prend pour une imbécile ou fait preuve d'insolence/insubordination.

Alors je n'en suis pas encore arrivée à l'extinction de voix après une gueulante comme toi, mais après une exclusion ou un conflit dans lesquels j'ai pu être très virulente, je m'en veux de ma "frontalité", je ne me sens pas très professionnelle et je culpabilise. Si l'élève ne me respecte pas, et que dans ma réaction je réagis en usant voire abusant de ma position d'autorité, je ne me trouve pas tellement plus respectable après...

Je ne me reconnais pas cette année. J'ai l'impression que je gérais mieux les années précédentes.

@JayKew a écrit:Tu as été confrontée à une situation qui t’a mise littéralement « hors de toi ». Ça peut arriver face à un public difficile, par usure devant les formes répétées de manque de respect. Toutes les personnes qui ont affaire à un public difficile peuvent y être confrontées.

Déculpabilise-toi et essaie de réfléchir (de préférence en équipe) aux réactions qui auraient pu être plus appropriées (l’anticipation et le role play peuvent aider; comprendre les mécanismes mis en place, les déjouer,  etc. ).

Je vais proposer à l'équipe pédago de mon établissement d'en parler, mais au regard de nos discussions en sdp, j'ai l'impression qu'on fait déjà tous comme on peut dans notre bahut difficile du 93 plein de tout jeunes profs... J'ai pensé aussi à me documenter sur la communication non violente...
Mais si des collègues ont d'autres pistes ou des idées de stages pour aider les excédés de l'insolence et du mépris de certains élèves, pour ma part, je suis preneuse... :help:
avatar
pogonophile
Niveau 9

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par pogonophile le Mer 29 Nov 2017 - 20:00
Il y a des moments où l'émotion personnelle peut prendre le pas sur l'attitude professionnelle - on appelle ça péter un câble, ça arrive à pratiquement tout le monde un jour ou l'autre, et il me semble préférable de se casser la voix que de casser une gueule Razz

L'essentiel, plutôt que de culpabiliser, est d'identifier les causes et de s'armer pour éviter ça. Il me semble que tu es bien partie pour.
avatar
Rendash
Esprit sacré

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par Rendash le Jeu 30 Nov 2017 - 17:13
@pogonophile a écrit: il me semble préférable de se casser la voix que de casser une gueule Razz


On peut aussi le dire en chanson



_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
Catherine93
Niveau 2

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par Catherine93 le Jeu 30 Nov 2017 - 21:29
Merci pour vos messages ! Certains collègues étrangers, eux, n'y vont pas de main morte!!!



Et une autre fait ce que bon nombre d'entre nous rêvons de faire (mais à nos risques et périls étant donné la force du lien pathologique entre l'élève et son doudou technologique...)

avatar
Cakenouks
Niveau 1

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par Cakenouks le Jeu 30 Nov 2017 - 22:07
En ce qui me concerne, ça m'est arrivé une fois, au début de ma carrière. Ça m'a servi de leçon : je me suis retrouvée aphone quelques jours et en plus ma crise a eu zéro effet sur les élèves qui se sont bien amusés. Depuis, je pars du principe que je ne gagnerai pas face à 32 élèves bruyants et/ou agités. Alors je ne crie plus. Quand je sens la colère monter, je me mets en mode "off" quelques secondes. Je pose mon regard ailleurs (par la fenêtre, vers l'horizon), bras croisés sur la poitrine, et je compte mentalement jusqu'à 10. C'est une façon pour moi d'empêcher les émotions de prendre le dessus et de garder le contrôle. Lorsque le silence revient, j'exclus le(s) fauteur(s) de trouble avec calme. Pour l'instant, ça marche. J'ai testé la méthode pas plus tard que lundi.
avatar
bazar_et_badine
Niveau 5

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par bazar_et_badine le Jeu 30 Nov 2017 - 22:50
@Cakenouks a écrit:Quand je sens la colère monter, je me mets en mode "off" quelques secondes. Je pose mon regard ailleurs (par la fenêtre, vers l'horizon), bras croisés sur la poitrine, et je compte mentalement jusqu'à 10. C'est une façon pour moi d'empêcher les émotions de prendre le dessus et de garder le contrôle.

Ça a l'air tout simple comme ça... Je vais essayer la prochaine fois que la moutarde me monte au nez. Merci Cakenouks!
avatar
roxanne
Devin

Re: Sa propre violence devant le mépris absolu de certains élèves

par roxanne le Sam 2 Déc 2017 - 9:48
Tiens, c'est "marrant" ça m'est arrivé hier, non pas avec un de mes élèves d'ailleurs mais avec une gamine hystérique qui sautait et hurlait dans le couloir et m'empêchait de passer en s'en foutant complétement. Je l'engueule , elle me regarde vaguement et re-hurle en appelant sa copine. Je me suis vue en rêve la coller contre le mur. Bon, un de mes footeux qui était à côté l'a quasiment fait à ma place, il s'est planté devant elle du haut de son mètre 80 et lui a dit "Et, tu manques pas de respect à ma prof!"
Ca m'a fait sourire, l'autre a continué sa crise. Mais au moins, je me suis dit  que certains gamins comprenaient les choses.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum