Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Kamol le Dim 3 Déc 2017 - 21:01

Bonsoir à tous,

Forte des conseils tout frais de mon inspectrice, je m'apprête à aborder les Fourberies sous l'angle pro(?)posé par les nouveaux programmes, faisant fi, ou presque de l'entrée comique (non, je n'y arriverai pas totalement, je le sais), ou du moins ne l'annonçant pas comme problématique centrale.
Ainsi, j'ai choisi cette problématique: "Comment l'auteur nous parle-t-il des relations entre parents et enfants et entre hommes et femmes dans cette pièce du XVIIe siècle ?"
Aussi, j'aimerais savoir quels textes vous étudieriez dans cette optique?
Je pensais ne pas faire l'impasse sur la scène d'exposition (question de principe) ni sur celle du sac (tout de même culte!) (donc je parlerai forcément du comique), mais du coup, j'aurais bien étudié une scène que je ne vois jamais, celle ou Zerbinette et Hyacinte exposent leurs craintes d'être délaissées par leur amant devant l'autorité paternelle revenue. Qu'en pensez-vous? D'autres idées/ scènes à voir selon vous dans cette optique?
Merci pour votre aide, et de m'avoir lue.
Bonne soirée
avatar
Kamol
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Kan-gourou le Dim 3 Déc 2017 - 21:31

Je ne vois pas pourquoi il faudrait mettre le comique de côté. La scène de la galère permet à la fois de rire et de montrer les relations père-fils.

_________________
                         Chercher à comprendre, c'est commencer à désobéir.
avatar
Kan-gourou
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Kamol le Dim 3 Déc 2017 - 21:39

Pas "mettre de côté", mais elle voulait dire qu'il fallait faire des choix, et donc pas forcément aborder les oeuvres sous l'angle générique canonique. C'était pour nous déculpabiliser, en fait.
Mais non, je ne laisserai pas le côté comique, c'est clair, même si je voulais, je n'y arriverais pas.
Merci, tu as raison pour cette scène qui est de toute évidence une des plus riches, donc difficilement contournable...
avatar
Kamol
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Iphigénie le Dim 3 Déc 2017 - 21:53

Où l'on voit que l'obsession de la problématique en vient à plier une oeuvre à la fantaisie d'une IPR en recherche d'un second souffle pour sa carrière. ..
l'angle canonique c'est quand même le minimum à faire acquérir par l'élève, s'il y a quelque chose à laisser tomber c'est la suggestion de l'inspectrice plutôt....
Cela dit Moliere vu sous l'angle tragique, c'est la tarte à la crème redondante des trente dernières années, sous pretexte de lecture originale. ..
avatar
Iphigénie
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Lefteris le Dim 3 Déc 2017 - 22:09

@Iphigénie a écrit:Où  l'on voit que l'obsession de la problématique en vient à  plier une oeuvre à  la fantaisie d'une IPR en recherche d'un second souffle pour sa carrière. ..
l'angle canonique c'est quand même le minimum à  faire acquérir par l'élève, s'il y a quelque chose à  laisser tomber c'est la suggestion de l'inspectrice plutôt....
Cela dit Moliere vu sous l'angle tragique, c'est la tarte à  la crème redondante des trente dernières années, sous prétexte de lecture originale. ..
C'est ça, les nouveaux programmes. Etudier la littérature non pour ce qu'elle est, mais pour la plier aux lubies sociétalistes du moment, aux interprétations branchées, voire en faire quelque chose de "pratique", puisque cette idéologie a fortement sévi et influencé les programmes (d'ailleurs, on peut étudier autre chose que de la littérature, du moment que ça sert la "problématique", tout se vaut).
A mon avis, il vaut mieux faire étudier les classiques pour donner les bases culturelles, jusqu'à ce que cette bouille de vomi soit balayée,  et coller après le titre ronflant qu'ils veulent, on trouve toujours un des trucs tirés par les cheveux.
Etudier Scapin par exemple parce que ses inspirations sont multiples, ce qui est bien plus  avéré que les délires sortis d'un séminaire pédagogol  ( comédie antique, farce, commedia dell'arte, comédie d'intrigue... )et permet d'élargir l'horizon culturel, me paraît plus intéressant sur le long terme qu'un fil conducteur capillotracté digne du scénario d'une série télé pour ados.


Dernière édition par Lefteris le Lun 4 Déc 2017 - 11:24, édité 1 fois

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, avec ou sans NVB).
avatar
Lefteris
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Rendash le Lun 4 Déc 2017 - 7:53

Autrement dit, étudier les Fourberies de Scapin, parce que c'est grave cool yesyes

Je suis compassion pour les collègues de lettres dont on dénature ainsi le métier. On connaît ça, en HG, avec les citoyennetés Vivrensambl© durables.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Rendash
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Pierre-Henri le Lun 4 Déc 2017 - 8:17

Les relations père-fils n'ont rien de crédible dans cette pièce. Molière écrit une farce, pas un drame familial.

Personnellement, je lis le dénouement (l'abracadabrante double reconnaissance) sous cet angle : une parodie de mélodrame. Les personnages doivent surjouer la scène larmoyante, se jeter à grands cris dans les bras les uns des autres, devenir ridicules à force d'émotion factice.

Pierre-Henri
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Delia le Lun 4 Déc 2017 - 11:23

@Pierre-Henri a écrit:Les relations père-fils n'ont rien de crédible dans cette pièce. Molière écrit une farce, pas un drame familial.

Personnellement, je lis le dénouement (l'abracadabrante double reconnaissance) sous cet angle : une parodie de mélodrame. Les personnages doivent surjouer la scène larmoyante, se jeter à grands cris dans les bras les uns des autres, devenir ridicules à force d'émotion factice.

Parodie de mélodrame avant la naissance du mélodrame ? C'est le plagiat par anticipation !
Molière se plie à la loi du genre, dans la droite ligne de Ménandre, Plaute et Térence. Surjouer la scène ? Bien entendu qu'il faut surjouer la scène, comme toutes les autres scènes : c'est une farce.

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
avatar
Delia
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Iphigénie le Lun 4 Déc 2017 - 12:03

Deus e machina, c'est pas inventé d'hier.
avatar
Iphigénie
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par corailc le Lun 4 Déc 2017 - 12:22

Cette entrée est débile, comme ces nouveaux programmes pensés avec les pieds. Une fois l'IPR partie, il serait urgent d'oublier ces fadaises et s'appuyer sur le TDL, qui propose de longs extraits, des questionnaires solides et des exercices d'écriture toujours pertinents par exemple. Je signale que la Comédie Française propose des retransmissions de cette pièce jusqu'en janvier.

_________________
In tenebris lumen rectis.
Terre des Lettres, manuel militant et intelligent. http://terredeslettres.nathan.fr/

corailc
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Mélisande le Lun 4 Déc 2017 - 18:00

J'étudie les Fourberies de Scapin en faisant une belle problématique, correspondant au programme, affichée en tête de mes objectifs de séquence...

Et je m'en préoccupe comme d'une guigne pendant l'étude, privilégiant la richesse de la langue, les ressorts comiques et le contexte historique, la figure du valet, éléments bien plus intéressants que la relation père-fils (comme si Molière s'était préoccupé de la relation père-fils en écrivant cette pièce !).
avatar
Mélisande
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Lefteris le Lun 4 Déc 2017 - 18:35

@corailc a écrit:Cette entrée est débile, comme ces nouveaux programmes pensés avec les pieds. Une fois l'IPR partie, il serait urgent d'oublier ces fadaises et s'appuyer sur le TDL, qui propose de longs extraits, des questionnaires solides et des exercices d'écriture toujours pertinents par exemple. Je signale que la Comédie Française propose des retransmissions de cette pièce jusqu'en janvier.
Pas écrit que avec les pieds. Ecrits par un pédagogiste retraité , avec la rage de détruire ce qui existait, et de voir triompher les idées du pédagogisme.

@Mélisande a écrit:J'étudie les Fourberies de Scapin en faisant une belle problématique, correspondant au programme, affichée en tête de mes objectifs de séquence...

Et je m'en préoccupe comme d'une guigne pendant l'étude, privilégiant la richesse de la langue, les ressorts comiques et le contexte historique, la figure du valet, éléments bien plus intéressants que la relation père-fils (comme si Molière s'était préoccupé de la relation père-fils en écrivant cette pièce !).
Pareil, ils veulent des titres ronflants, on les colle sur les chapitres, si ça leur chante, mais on étudie les oeuvres, pas les sujets de société qui tiennent à coeur à tous ces gens qui sont à genoux devant la société extérieure, mercantile, pratique et utilitaire, vissée à ses lubies et ses portables, où l'élève est un roi qui doit choisir et s'"amuser" tout le temps.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, avec ou sans NVB).
avatar
Lefteris
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Kamol le Mar 5 Déc 2017 - 20:33

Aïe, d'accord, au temps pour moi... Bon, bah je ferai ça comme ça cette année, et je reprendrai mon "bon vieux" cours l'an prochain.
Bon, je pensais que c'était l'occasion d'aborder la pièce sous un autre angle, et de faire que les élèves se sentent plus concernés par son propos, mais vous avez raison, c'est sans doute démago...
Que je suis influençable! Wink
avatar
Kamol
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par ernya le Mar 5 Déc 2017 - 22:45

Tu peux utiliser la scène où Scapin fait répéter son rôle à Octave et où il imite le père fâché.

Pour moi, la pièce se prête moins bien à ce thème que l'Avare, par exemple. Les enfants communiquent très peu avec leurs parents dans les Fourberies.
Vivement que cette idée d'aborder la littérature par thèmes débiles soit abandonnée !
avatar
ernya
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aborder les Fourberies de Scapin sous l'angle de l'objet d'étude "famille, réseaux" des nouveaux prog

Message par Provence le Mar 5 Déc 2017 - 22:49

@ernya a écrit:
Vivement que cette idée d'aborder la littérature par thèmes débiles soit abandonnée !
Il ne tient qu'à nous de ne pas en tenir compte. Wink
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum