Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Ajupouet
Habitué du forum

Re: Études supérieures sans écrire à la main : possible ou pas ?

par Ajupouet le Mer 6 Déc 2017 - 9:39
Pour l'instant, je retiens une chose très claire : hors reconnaissance MDPH, point de salut.
Ça va en refroidir plus d'un.
avatar
RogerMartin
Empereur

Re: Études supérieures sans écrire à la main : possible ou pas ?

par RogerMartin le Mer 6 Déc 2017 - 9:53
Alors je viens d'appeler la cellule handicap de ma fac -- la réponse n'engage qu'eux, donc.
Voilà comment ils procèdent. Tous les étudiants qui réclament un aménagement (tiers-temps, ordi, etc.), qu'ils soient ou non déjà reconnus par la MDPH, passent une visite auprès d'un médecin de la médecine préventive, qui est agréé par la MDPH. C'est ce médecin qui fait les recommandations au cas par cas.
Lorsque les étudiants doivent composer sur l'ordi, cela peut être organisé par la cellule handicap, même pour un DST, et les étudiants composent sur un ordi fourni pour l'occasion par la fac.

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
Ajupouet
Habitué du forum

Re: Études supérieures sans écrire à la main : possible ou pas ?

par Ajupouet le Mer 6 Déc 2017 - 12:15
Merci beaucoup RogerMartin.
Médecin agréé MDPH, ça me semble parfaitement logique.
Seul un médecin peut valider une adaptation, qui est proposée en cas de handicap. Mais que sait un médecin de la dysgraphie, au juste ? Ce n'est pas au programme de médecine, c'est un trouble des apprentissages, pas un problème médical. Même si on peut considérer cela comme un handicap pour les études.

Je note aussi que l'obtention d'une adaptation ou non va dépendre au plus haut point du médecin de médecine préventive attaché à chaque université, qui doit avoir plus ou moins tout pouvoir pour accorder ou refuser une adaptation.

Bref, ce n'est pas gagné quand on demande une adaptation...


_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.com   - Facebook
avatar
RogerMartin
Empereur

Re: Études supérieures sans écrire à la main : possible ou pas ?

par RogerMartin le Mer 6 Déc 2017 - 12:34
Voilà, en l'absence de critères clairs il y aura de tout. Y compris une grande indulgence dans certains cas, pas dans d'autres. Je serais assez pour apprendre à écrire aux gosses, pour laisser ces recours aux gens qui en ont cruellement besoin.
Pour l'instant, on n'a aucune demande d'aménagements pour la dyslexie par ex.

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
MelanieSLB
Doyen

Re: Études supérieures sans écrire à la main : possible ou pas ?

par MelanieSLB le Mer 6 Déc 2017 - 21:17
On avait l'année dernière un élève dysgraphique, qui avait eu des aménagements au bac. De ce fait, on lui accordait les mêmes aménagements en classe (tout écrire à l'ordinateur). Mais ses résultats étaient trop faibles pour pouvoir envisager une 2e année chez nous (la graphie n'était pas son seul pb, son français était abominable). Du coup, on ne s'est pas trop penché sur la question. Le médecin MDPH est par contre d'après ce que j'ai compris celui qui se prononce pour les aménagements d'examen, reconnaissance MDPH ou pas.

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum