Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Mikah17
Niveau 3

"Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Mikah17 le Ven 8 Déc 2017 - 19:30
"Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir a (PAR MIRACLE) fait réagir mes premières STMG ... (On travail sur les incipit .... =) J'ai préféré faire un groupement d'incipit plutôt qu'une OI puisque leur enseignant (en arrêt) leur avait mis Bel-Ami, qu'ils n'ont jamais voulu lire ... ) ...Bref, le débat était : personnification ? ou autre chose ?

Perso, je reste sur la personnification dans la mesure où la boue s'anime ... Et "anthropocentrisme" oblige, je la maintiens. Pourtant, quand un élève vous dit : "Mais Monsieur, les animaux mangent aussi ..." =D bah ça fait quand même une colle ... =D


Dernière édition par Mikah17 le Mer 4 Avr 2018 - 23:16, édité 1 fois
avatar
Sla
Niveau 4

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Sla le Sam 9 Déc 2017 - 7:31
Pour moi, j'y vois plutôt une simple image, une métaphore, car dans mon souvenir (peut-être érodé, je n'ai pas le texte sous les yeux), la boue n'est pas vraiment personnifiée dans ce passage : la scène se passe dans la chambre et non dehors me semble-t-il et de plus, le verbe est un participe passé, il a donc une valeur passive qui ne fait pas de la boue un personnage agissant.
avatar
nitescence
Érudit

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par nitescence le Sam 9 Déc 2017 - 9:09
Oui, je confirme : il s'agit d'une métaphore, pas d'une personnification. Le pantalon est comme mangé par la boue, ce n'est pas la boue mange le pantalon (qui serait effectivement une personnification).

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
avatar
Écusette de Noireuil
Neoprof expérimenté

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Écusette de Noireuil le Sam 9 Déc 2017 - 10:10
On pourrait même il me semble y voir une hyperbole:la boue recouvre le pantalon, il y a donc une exagération.

_________________
" Les mots servent à libérer une matière silencieuse qui est bien plus vaste que les mots" (Sarraute)
avatar
liliepingouin
Érudit

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par liliepingouin le Sam 9 Déc 2017 - 10:25
Pour moi c'est aussi une métaphore. C'est une utilisation du verbe manger assez courante en littérature.
De plus cette image ne met pas en valeur la boue mais bien l'état déplorable du pantalon.

Remarque HS: comment connais-tu le motif de l'arrêt de la personne que tu remplaces?

_________________
Spheniscida qui se prend pour une Alcida.

"Laissons glouglouter les égouts." (J.Ferrat)
"Est-ce qu'on convainc jamais personne?" (R.Badinter)
Même si c'est un combat perdu d'avance, crier est important.
Mikah17
Niveau 3

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Mikah17 le Sam 9 Déc 2017 - 10:52
J’étais parti aussi sur lâ métaphore visant à exagérer l’idée de salissure ... mais les lectures que j’ai trouvé sur le web en faisait une personnification, ça m’a mis le doute. MAis je vais rectifier du coup avec les premières STMG dès lundi ! Merci beaucoup ! Smile
avatar
Oudemia
Empereur

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Oudemia le Sam 9 Déc 2017 - 11:53
@Mikah17 a écrit:J’étais parti aussi sur lâ métaphore visant à exagérer l’idée de salissure ... mais les lectures que j’ai trouvées sur le web en faisaient une personnification, ça m’a mis le doute. MAis je vais rectifier du coup avec les premières STMG dès lundi ! Merci beaucoup ! Smile
Quand il s'agit de travaux d'élèves le plus grande prudence s'impose ; il m'est arrivé d'en citer certains pour montrer qu'on ne peut pas se fier à tout ce qu'on lit sur internet !
avatar
bernardo
Fidèle du forum

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par bernardo le Sam 9 Déc 2017 - 13:18
Je crois avoir lu plusieurs fois : "un visage mangé de barbe", qui suggère l'idée d'un empiètement. C'est un sens figuré de "mangé" qui signifie à peu près "envahi", "rongé" (comme la rouille qui ronge en s'étendant, en s'étalant), ou (moins précis) "couvert".

_________________
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat

Spoiler:
:MissT:
avatar
Delia
Fidèle du forum

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Delia le Sam 9 Déc 2017 - 13:57
Un petit tour sur le Tlfi, article manger :
2. [Le suj. ou le compl. d'agent désigne gén. une chose] Altérer, user lentement. Plaque de fer mangée par la rouille, de rouille, par le temps. La rivière mange ses bords (Ac. 1835, 1878). La rouille mange le fer (Ac.). De vieilles, très vieilles collines, craquelées par le soleil et mangées par la pluie (MILLE, Barnavaux, 1908, p. 53). Une marche au rebord limé, mangé par plusieurs générations de locataires (DUHAMEL, Confess. min., 1920, p. 125) :

13. Un grand linceul blanc couvrait le cadavre (...). Ce linceul était presque complètement mangé à l'un des bouts, et laissait passer un pied de la morte.
DUMAS fils, Dame Cam., 1848, p. 55.

J'avoue humblement que je n'ai jamais vu de figure particulière dans ce mangé de boue zolien. Une catachrèse, à la rigueur...

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
avatar
Fires of Pompeii
Grand Maître

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Fires of Pompeii le Sam 9 Déc 2017 - 14:00
Métaphore, selon moi. Mangé par la boue, ça veut dire, comme quand vous mangez un gâteau et que vous en faites disparaître un morceau, que le bout du pantalon disparaît sous la boue. C'est en effet l'idée qu'on retrouve dans le verbe "ronger", par exemple", avec un sens métaphorique.

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
Mikah17
Niveau 3

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Mikah17 le Sam 9 Déc 2017 - 18:36
@Delia a écrit:Un petit tour sur le Tlfi, article manger :
2. [Le suj. ou le compl. d'agent désigne gén. une chose] Altérer, user lentement. Plaque de fer mangée par la rouille, de rouille, par le temps. La rivière mange ses bords (Ac. 1835, 1878). La rouille mange le fer (Ac.). De vieilles, très vieilles collines, craquelées par le soleil et mangées par la pluie (MILLE, Barnavaux, 1908, p. 53). Une marche au rebord limé, mangé par plusieurs générations de locataires (DUHAMEL, Confess. min., 1920, p. 125) :

13. Un grand linceul blanc couvrait le cadavre (...). Ce linceul était presque complètement mangé à l'un des bouts, et laissait passer un pied de la morte.
DUMAS fils, Dame Cam., 1848, p. 55.

J'avoue humblement que je n'ai jamais vu de figure particulière dans ce mangé de boue zolien. Une catachrèse, à la rigueur...

Ah bah, j'avoue que j'avais vu aussi sur le CNTRL, mais comme je l'ai dit plus tôt, j'ai eu un doute. Les lectures analytiques allant bon train, même mes collègues y ont vu une personnification/métaphore. On était bien divisé sur le sujet. Ne sachant plus quoi répondre à mon élève, première STMG en plus, pour rester dans la simplicité.
avatar
Rabelais
Vénérable

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Rabelais le Sam 9 Déc 2017 - 19:53
J'y vois aussi une personnification de la boue et même une utilisation volontaire de cette personnification par Zola, coutumier du fat.
L'image, oui, la métaphore, moins. Etant une figure de comparaison, je l'admets moins ici,mais je ne contredis pas votre analyse, c'est tout l'intérêt d'en discuter.
Il y a souvent des personnifications entrées dans l'usage de la langue et qui semblent alors avoir perdu leur valeur de figure de style.
Mais dans l'Assommoir, cette boue, c'est l'annonce du monstre, c'est l'annonce de ces personnages qui seront tous màgés par cette boue, par ce déterminisme de la boue et j'aime sa valeur de personnification au sein de l'incipit, justement.

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
Mikah17
Niveau 3

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Mikah17 le Ven 15 Déc 2017 - 10:55
@Oudemia a écrit:
@Mikah17 a écrit:J’étais parti aussi sur lâ métaphore visant à exagérer l’idée de salissure ... mais les lectures que j’ai trouvées sur le web en faisaient une personnification, ça m’a mis le doute. MAis je vais rectifier du coup avec les premières STMG dès lundi ! Merci beaucoup ! Smile
Quand il s'agit de travaux d'élèves le plus grande prudence s'impose ; il m'est arrivé d'en citer certains pour montrer qu'on ne peut pas se fier à tout ce qu'on lit sur internet !

ça va de soi !
Sacapus
Niveau 10

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Sacapus le Ven 15 Déc 2017 - 14:50
@nitescence a écrit:Oui, je confirme : il s'agit d'une métaphore, pas d'une personnification. Le pantalon est comme mangé par la boue, ce n'est pas la boue mange le pantalon (qui serait effectivement une personnification).
Bonjour.
Je ne connais rien à la question, donc cette intervention sera sans doute jugée inutile et non pertinente, mais cette réflexion me fait penser à la question suivante :
Peut-on dire que le vent est personnifié dans une phrase aussi simple que «Le vent a ouvert la porte». (Même à l’actif ?)
J’ai l’impression qu’il serait très exagéré de répondre que oui.
Mikah17
Niveau 3

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Mikah17 le Sam 16 Déc 2017 - 8:37
@Delia a écrit:Un petit tour sur le Tlfi, article manger :
2. [Le suj. ou le compl. d'agent désigne gén. une chose] Altérer, user lentement. Plaque de fer mangée par la rouille, de rouille, par le temps. La rivière mange ses bords (Ac. 1835, 1878). La rouille mange le fer (Ac.). De vieilles, très vieilles collines, craquelées par le soleil et mangées par la pluie (MILLE, Barnavaux, 1908, p. 53). Une marche au rebord limé, mangé par plusieurs générations de locataires (DUHAMEL, Confess. min., 1920, p. 125) :

13. Un grand linceul blanc couvrait le cadavre (...). Ce linceul était presque complètement mangé à l'un des bouts, et laissait passer un pied de la morte.
DUMAS fils, Dame Cam., 1848, p. 55.

J'avoue humblement que je n'ai jamais vu de figure particulière dans ce mangé de boue zolien. Une catachrèse, à la rigueur...


Je pense que Delia a raison ! J'ai dû consulter mon directeur de recherche, qui nous propose d'y voir donc une catachrèse pour le verbe manger, mais qui est instrumentalisé en vue d'une métaphore pour l'image globale suggérée dans l'incipit de L'Assommoir (voire dans tout le roman en fait), à savoir celle de la pauvreté et de la misère qui sévissent et dévorent tout. Elle aurait donc valeur paradigmatique pour l'ensemble du roman. Il s'agit moins d'une personnification, que d'un animisme métaphorique xD ... Donc, pour les besoin de l'étude de l'incipit, on va rester sur une métaphore (avec précision concernant le verbe manger)
avatar
Dulcinea del Toboso
Niveau 8

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Dulcinea del Toboso le Sam 16 Déc 2017 - 9:42
L'analyse de Rabelais me semblait pourtant pertinente. Smile

De plus il me semble que la figure de la catachrèse se réfère à des formules où le manque de mots pour désigner une réalité oblige à détourner d'autres mots... Mais ici Zola aurait très bien pu employer le verbe "recouvrir" ou autre...
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Iphigénie le Sam 16 Déc 2017 - 11:03
Punaise, une telle exégèse à partir des interrogations de tes 1ere Stmg, c'est vraiment de la conscience professionnelle! veneration
Contenu sponsorisé

Re: "Le pantalon mangé par la boue" dans l'incipit de L'Assommoir ...

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum