Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
RogerMartin
Esprit sacré

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par RogerMartin le Mer 3 Jan 2018 - 22:51
On les y envoie de force, et sans connexion internet, non ? Reconversion ou pas ? - Page 6 248604097
avatar
User28419
Niveau 8

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par User28419 le Mer 3 Jan 2018 - 22:54
Comment ça Roger? Je ne vous suis plus.


Dernière édition par jérémiemarseille le Mer 3 Jan 2018 - 23:00, édité 1 fois
LaMaisonQuiRendFou
LaMaisonQuiRendFou
Fidèle du forum

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par LaMaisonQuiRendFou le Mer 3 Jan 2018 - 22:57
jérémiemarseille a écrit:Il y a un problème d'interface, je n'ai plus le système de citation. Bizarre. Je vois que certains sont à l'affût dès que je fais un truc!

Pour revenir au fil: Moi j'envisage de faire une thèse en gestion. Je ne sais pas si c'est la même chose en terme d'organisation des apprenants docteurs mais j'espère pas. Est-ce que beaucoup partent à l'étranger?

Le tout n'est pas de faire une thèse, mais une bonne thèse avec des publications et si possible sur un sujet porteur.
avatar
User21929
Expert

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par User21929 le Mer 3 Jan 2018 - 22:58
jérémiemarseille a écrit:Comment ça Roger? Je ne sous suis plus.

C'est usant à force. 

Message aux modos, peut-on filtrer individuellement un profil ? Ce serait bien de le proposer.
Hélips
Hélips
Modérateur

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par Hélips le Mer 3 Jan 2018 - 23:00
La fonction "ignorer" ? Tu vas dans ton profil et tu peux mettre des membres en ignoré, tant qu'ils ne sont pas modos.

_________________
Un jour, je serai prof, comme ça je serai toujours en vacances.
henriette
henriette
Médiateur

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par henriette le Mer 3 Jan 2018 - 23:01
Profil --> Amis et ignorés --> Ajouter un ignoré

Ceci étant dit, je crois que ça va au bout d'un moment, il ne faudrait pas non plus que ça tourne à l'acharnement contre @jérémimarseille. Merci de tenir compte de ce message.


_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
avatar
User21929
Expert

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par User21929 le Mer 3 Jan 2018 - 23:04
@henriette a écrit:Profil --> Amis et ignorés --> Ajouter un ignoré

Ceci étant dit, je crois que ça va au bout d'un moment, il ne faudrait pas non plus que ça tourne à l'acharnement contre @jérémimarseille. Merci de tenir compte de ce message.


Je ne sais qui s'acharne le plus, en tout cas merci pour la fonction.
avatar
User28419
Niveau 8

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par User28419 le Mer 3 Jan 2018 - 23:04
Oui mais qu'est-ce qu'une bonne thèse finalement? J'imagine qu'un doctorant est une personne qui s'implique dans son travail (On ne décide pas de se lancer 4 ans d'une vie dans un travail pour le bâcler). Du coup, se voir sans poste à la fin, c'est décevant et je comprends le sentiment de la personne.


Dernière édition par jérémiemarseille le Mer 3 Jan 2018 - 23:16, édité 1 fois
RogerMartin
RogerMartin
Esprit sacré

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par RogerMartin le Mer 3 Jan 2018 - 23:04
Un bon doctorant emploie des négations complètes. professeur

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
LaMaisonQuiRendFou
LaMaisonQuiRendFou
Fidèle du forum

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par LaMaisonQuiRendFou le Mer 3 Jan 2018 - 23:10
jérémiemarseille a écrit:Oui mais qu'est-ce qu'une bonne thèse finalement? J'imagine qu'un doctorant est une personne qui s'implique dans son travail (On décide pas de se lancer 4 ans d'une vie dans un travail pour le bâcler). Du coup, se voir sans poste à la fin, c'est décevant et je comprends le sentiment de la personne.

J'assiste quelquefois aux réunions du groupe de recherche (auquel je ne suis pas officiellement rattaché) en gestion de ma fac, lorsqu'il y a des présentations de doctorants. La première fois, je suis tombé de haut. Il y a vraiment de la bouse... Désolé mais aucun autre mot ne me vient à l'esprit.
Kimberlite
Kimberlite
Neoprof expérimenté

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par Kimberlite le Mer 3 Jan 2018 - 23:18
jérémiemarseille a écrit:
@roxanne a écrit:Le truc, c'est que ce n'est pas forcément mieux ailleurs. En écoutant les gens autour de moi, j'ai l'impression que le monde du travail est de plus en plus difficile pour tout le monde et je parle de gens qui aiment leur boulot, qui l'ont choisi. Mais il y a de plus en plus de pression, de restructuration, d'objectifs à atteindre.

Bonjour Roxanne,


Je peux te donner des informations sur mon cas. J'ai travaillé dans le privé en comptabilité et audit avant de me reconvertir. Tu verras le métier est intéressant et tu vas trouver du sens en aidant des élèves à se réaliser. Tu pourras organiser ton travail, tu n'auras pas de chef sur toi pour te commander à longueur de journée et tu vas trouver le temps de te (re)mettre au sport si tu le souhaites! La direction aime les professeurs qui proposent des projets et s'investissent dans la vie du lycée. A toi de proposer!
Pour le salaire, il existe une grande différence en fonction des statuts (contractuel, certifié, agrégé). A toi de préparer le concours qui correspond le mieux à ton objectif de carrière et à tes compétences.
En terme de charge de travail, je fonctionne de la façon suivante. Comme je suis 3 jours sur 5 sur le lycée pour donner mes cours, j'arrive à 7h ou 8h bien souvent et je travaille en salle des professeurs pour avancer un maximum sur la construction de mes séquences, la correction des copies, etc. Je me force à rester jusqu'à 19h pour n'avoir pratiquement plus rien à faire en dehors des heures de "bureau".
Durant ces vacances d'hiver, je n'ai fait que travailler. Il est faux de croire que toutes les vacances sont du repos! J'ai avancé dans la construction de mes cours, j'ai rédigé les rapports ESPE et je construis des vidéos de cours pour créer des MOOC. Bref, à toi de voir si ça t'attire mais moi je ne regrette rien!
Jérémie, déjà Koko veut être Professeur des écoles. Donc ton "métier de rêve" comme tu le vis n'a absolument rien ) voir (tu n'as aucune idée de ce qu'est un élève de primaire).
Un professeur des écoles est à l'école du matin à la fermeture de l'école. Les relations avec les parents sont différentes.
Leurs inspecteurs sont différents (et apparemment bien pire que les nôtres).
Il n'y a pas de "lycée"! Bon sang, apprend à lire.
Agrégé en collège? Tu prends quoi comme drogue, sérieusement?
Jusqu'à 19 heures quand on a des gamins? Je veux bien que tu n'envisages pas d'en avoir, mais Roxane explique qu'elle veut faire ce job pour avoir plus de temps pour ses enfants.

Arrête la drogue! En plus en ayant des élèves sous ta responsabilité, c'est inquiétant.
Où est le smiley qui se frappe la tête contre un mur?

Edit: erreur sur le prénom (Koko/Roxane) à cause de la citation.


Dernière édition par Kimberlite le Mer 3 Jan 2018 - 23:28, édité 1 fois

_________________
Spoiler:
Reconversion ou pas ? - Page 6 2657c714168f3529c89f9703ec00c658
avatar
User28419
Niveau 8

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par User28419 le Mer 3 Jan 2018 - 23:21
Je pensais que les doctorants étaient sélectionnés de façon drastique. En effet, d'une part il faut une bourse pour vivre 3 ans une vie de thésard (ces bourses sont rares et sélectives) et d'autre part, les chercheurs ont besoin de doctorants de qualité pour les épauler.
Hélips
Hélips
Modérateur

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par Hélips le Mer 3 Jan 2018 - 23:23
Kimberlite : je crois que Roxanne, que l'on croise depuis un bail sur le forum, ne veut rien du tout, c'est koko qui se pose des questions.

_________________
Un jour, je serai prof, comme ça je serai toujours en vacances.
avatar
User28419
Niveau 8

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par User28419 le Mer 3 Jan 2018 - 23:28
Kimberlite, vous êtes un peu à côté de la plaque. C'est koto qui parle de se reconvertir pour devenir professeur des écoles. Le thème est clair "reconversion". Ce thème est large car il traite de la reconversion dans l'enseignement en général. Roxanne s'est exprimée et j'ai répondu à son fil en parlant de ma situation. Point. Je ne vais pas parler de ce que je ne maitrise pas. Je parle de mon expérience, de ma reconversion. Je ne vois pas en quoi je suis hors sujet.
LaMaisonQuiRendFou
LaMaisonQuiRendFou
Fidèle du forum

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par LaMaisonQuiRendFou le Mer 3 Jan 2018 - 23:34
jérémiemarseille a écrit:Je pensais que les doctorants étaient sélectionnés de façon drastique. En effet, d'une part il faut une bourse pour vivre 3 ans une vie de thésard (ces bourses sont rares et sélectives) et d'autre part, les chercheurs ont besoin de doctorants de qualité pour les épauler.

La plupart des doctorants n'ont pas de contrat doctoral.

Certains n'ont même aucun financement et ont une autre activité à côté.

Par exemple, un collègue à moi, doctorant en économie, donne quelques heures de cours à la fac (mal payées) et est barman.

Mais "économiste-barman" je trouve cela quand même assez classe.
Kimberlite
Kimberlite
Neoprof expérimenté

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par Kimberlite le Mer 3 Jan 2018 - 23:35
@henriette a écrit:Profil --> Amis et ignorés --> Ajouter un ignoré

Ceci étant dit, je crois que ça va au bout d'un moment, il ne faudrait pas non plus que ça tourne à l'acharnement contre @jérémimarseille. Merci de tenir compte de ce message.

Désolée, je n'avais pas vu.
C'est difficile de ne pas réagir à autant de... zut...
Surtout qu'il parasite une discussion quasi dès le départ avec ses idées très personnelles, et très ego-centrées.

Edit pour répondre enfin à Koko après la lecture de tout ce qui a été écrit précédemment.

Ayant un peu le même parcours, je déconseillerais de passer à l'enseignement si la situation dans ton job actuel n'est pas critique (évidemment si ça sent le naufrage complet, pourquoi pas, mais en connaissance de cause).
Tout d'abord, le lien entre communication scientifique et enseignement est ténu (et pourtant j'enseigne au plus près de ma formation d'origine, contrairement à un PE):
- public différent (je n'ai pas d'enfant du primaire, mais je sais à quoi ressemble un 6ème qui arrive au collège): on récupère quasiment tous les enfants du secteur, sans tri (de moins en moins de tri, même pour les cas catastrophiques relevant de l'enseignement spécialisé. Et si j'en crois ce que disent les PE ici, c'est encore pire dans le primaire). C'est encore bien quand il y a des AED, mais ce n'est pas toujours le cas, même pour des cas lourds. Il peut y avoir des hyperactifs, des gamins complètement à l'ouest, des violents, des autistes (ceci dit sans mépris: les parents font des demandes pour des solutions plus adaptées, mais le nombre de place étant insuffisant, les enfants se retrouvent scolarisés dans des conditions difficiles)... sans même se centrer sur les "cas", on voit tous les jours des enfants dans des situations sociales compliquées (pour ma part, je trouve ça difficile à vivre, de savoir les galères que vivent certains, en étant complètement impuissante). Parfois ces situations ont de forts retentissements sur les comportements des enfants et leur capacité à progresser.
- choses à enseigner pas nécessairement très "fun", parfois très basiques... on peut heureusement se faire plaisir sur certains points du programme (et faire allumer cette petite lumière qu'on aime tous dans le regard au moins d'une partie des élèves), mais il faut aussi savoir se refréner (et refréner les élèves qui sont motivés) car il faut suivre le programme. En primaire, vu ce que l'on vit avec nos 6èmes, ça doit parfois demander pas mal d'énergie et de canalisation des comportements des élèves (questions impromptues, élèves qui rebondissent sur n'importe quel détail, etc.). Malheureusement, on n'est pas là pour faire de l'animation: ça oblige aussi à être "pénible": répéter les mêmes choses, les mêmes règles, les mêmes types d'exercices, etc. On peut essayer de faire les choses de la façon la plus agréable possible, mais ça ne peut pas être que de l'amusement. D'ailleurs, nos élèves sont malheureusement de moins en moins capables de se concentrer, et ont du mal à comprendre le sens de l'effort. C'est un problème de fond.
- en communication scientifique, il y a évidemment des tracasseries, de l'administratif, etc. mais dans l'Education Nationale, on a quand même un bon niveau de compétence dans le domaine: administration parfois très... compliquée (j'ai du mal à formuler ça autrement qu'avec l'image de l'usine à gaz). Il y a la difficulté d'obtenir des moyens pour des projets, voire même pour le fonctionnement courant (en communication scientifique on doit parfois apprendre à travailler avec peu de moyens... mais la façon dont certaines écoles sont dépourvues est peu imaginable). On pourrait écrire aussi de longs poèmes sur les réformes des programmes, les jolies évaluations par compétences, les joies des dossiers scolaires, etc.
- les relations avec les parents peuvent être lourdes, voire très lourdes (les PE pourront détailler plus que moi pour le primaire...).
- l'enseignement, ce n'est pas juste "transmettre des savoirs" mais aussi énormément de gestion de l'humain, et ça prend une énergie folle. Machine, assied-toi sur ta chaise. Machine, il faut lever le doigt pour prendre la parole (en primaire ça doit être une bataille de chaque instant j'imagine). Gérer les disputes entre Truc et Bidule, faire attention à Untel qui reste tout seul dans son coin... On est sans arrêt en train de se poser des cas de conscience (enfin c'est ce que je vis) sur la façon de punir, encourager, aider à progresser... Il faut avoir les yeux et les oreilles partout, tout en tenant un fil directeur au cours, en soutenant l'attention de tout le monde...
- le sentiment du "travail fini" que l'on a lorsqu'un projet de com' est terminé ne peut pas exister dans l'enseignement: tout est toujours à faire, refaire, améliorer, et on n'a pas de retour sur son travail de la même façon. On doit se baser sur ce que l'on voit des élèves, et sur sa propre auto-évaluation. C'est assez peu confortable, surtout que l'on travaille sur de l'humain et que c'est une sacré responsabilité que de former des enfants. Il faut du coup savoir se concentrer sur les "moments de grâce" (les petites lumières dans les yeux des élèves, les progrès concrets que l'on voit) et essayer de ne pas sombrer dans le découragement (parfois, on a l'impression que l'on n'avance pas, qu'on n'arrive à rien...), et surtout faire abstraction de la façon dont on est considéré par les médias, les proches parfois, certains parents, etc.

Tu parles de l'envie d'avoir plus de temps. C'est un peu ce qui m'a guidée du privé à l'EN (en plus du fait que la situation devenait intenable dans mon boulot). Pour fonder une famille, il y avait des avantages certains, et je cherchais une vraie stabilité.
Ceci dit, les premières années il faut compter avec beaucoup de temps de préparation des cours. Il faut aussi réaliser qu'après une journée à enseigner, on rentre souvent chez soi vidé, on a envie de calme, et parfois ce n'est pas évident de se trouver avec son propre enfant, qui lui aussi est en demande d'attention et à qui, pendant un moment, on a aussi envie de dire "mais laisse-moi un peu tranquille". Privilégier le temps en famille après les cours, ça signifie du coup généralement préparer ses cours le soir, la nuit, corriger la nuit...
Les vacances, c'est un point positif, mais même en essayant d'être super organisé, on se retrouve aussi souvent à bosser pendant les vacances (surtout si on a essayé de passer du temps en dehors des vacances avec ses enfants: c'est un peu la quadrature du cercle).

Ceci dit, j'aime malgré tout mon boulot, enfin la partie devant les élèves. J'ai des ados dans leur plus grande splendeur. J'aime la candeur des 6ème, leur envie de participer encore intacte pour une bonne part (le côté obscur de la chose est leur manque de discipline, les "Madame, Madame" sans arrêt, les disputes de cours d'école qui envahissent la classe, et le niveau abyssal de beaucoup, surtout en français), le début de maturité des 5ème (un peu l'âge d'or), la fragilité torturée des 4ème (classes les plus pénibles souvent, mais la maturité de certains, le fait qu'on peut aussi facilement plaisanter avec eux et leur côté "en pleine mutation" me plaisent)... je n'ai pas de 3ème (pas eu une bonne expérience l'année où j'en ai eu... mais mon échantillon n'est peut-être pas significatif).
Même si le programme, la rigueur, tout ça... parfois je me fais plaisir avec des activités un peu originales, des documents/vidéos que je trouve bien. J'adore de plus en plus "faire du théâtre" dans mes cours (humour de répétition, taquiner les élèves, trouver des façons de présenter les choses qui choquent/intriguent/surprennent...). Je prends plus de temps pour répondre à des questions hors sujet (avec l'habitude, on gagne du temps sur la discipline, on élague les activités trop lourdes et inutiles), je discute aussi plus avec mes élèves (bon, parfois ça devient un peu envahissant aussi, mais je les connais mieux qu'avant).

Chaque classe est différente. En collège on a la possibilité d'avoir des classes agréables qui "rattrapent" des classes plus pénibles. En primaire, c'est différent, ce qui doit avoir des avantages et des inconvénients.

Enfin, il faut considérer de façon sérieuse ce qui est expliqué par certains sur la dégradation du métier: même en quelques années, les indices que je vois me dit qu'ils ont raison. Attention à bien faire tes calculs financièrement: dans l'enseignement, pas de tickets resto, pas de mutuelle, pas de 13ème mois, et pas de revalorisation facilement... les avantages sur la retraite risquent bien de disparaître.
La sécurité de l'emploi? Je vois chaque année dans ma communauté de commune des écoles fermer ou être menacées. Evidemment on ne te vire pas comme ça, mais une mesure de carte scolaire, ça n'est pas joyeux.

jérémiemarseille a écrit:Je pensais que les doctorants étaient sélectionnés de façon drastique. En effet, d'une part il faut une bourse pour vivre 3 ans une vie de thésard (ces bourses sont rares et sélectives) et d'autre part, les chercheurs ont besoin de doctorants de qualité pour les épauler.
En sciences, généralement, les écoles doctorales ne permettent pas de commencer une thèse sans financement.
Du coup il se fait une certaine sélection, plus ou moins grande selon les écoles doctorales (dépend du nombre de bourses mais aussi de la "qualité" de départ des doctorants). Selon les écoles doctorales, la part de "copinage" pour obtenir les bourses de thèse peut être plus ou moins grande (j'ai vu des personnes pas si brillantes que ça obtenir des bourses, et même parfois un poste car le stage de DEA, puis la thèse, puis le post-doc avaient été fait dans un labo avec des chefs bien placés).

Note qu'un doctorant est déjà un chercheur (en apprentissage, mais il fait de la recherche, il n'épaule personne, normalement).
D'ailleurs, dans beaucoup de labos, les chercheur croulent sous les tâches administratives, et heureusement qu'il y a des doctorants ou des post-docs pour mener les recherches.

_________________
Spoiler:
Reconversion ou pas ? - Page 6 2657c714168f3529c89f9703ec00c658
Babarette
Babarette
Grand Maître

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par Babarette le Jeu 4 Jan 2018 - 5:18
jérémiemarseille a écrit:Kimberlite, vous êtes un peu à côté de la plaque. C'est koto qui parle de se reconvertir pour devenir professeur des écoles. Le thème est clair "reconversion". Ce thème est large car il traite de la reconversion dans l'enseignement en général. Roxanne s'est exprimée et j'ai répondu à son fil en parlant de ma situation. Point. Je ne vais pas parler de ce que je ne maitrise pas. Je parle de mon expérience, de ma reconversion. Je ne vois pas en quoi je suis hors sujet.

Jérémiemarseille, pour avoir le maximum de réponses à tes questions sur la thèse, qui sont tout à fait légitimes, tu devrais peut-être plutôt les poser ici: http://www.neoprofs.org/t91941-le-fil-des-thesards-ou-des-thesards-sur-le-fil-allez-savoir
comma ça, tu auras plus de chance de croiser des thésards qui sauront réellement te guider.
Koko
Koko
Niveau 3

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par Koko le Jeu 4 Jan 2018 - 9:08
Merci Kimberlite pour ta longue réponse pleine d'enseignements!
Oui, j'hésite beaucoup à cause (ou grâce?) à ma situation professionnelle actuelle qui n'est pas désespérée! Quitter un CDI pour aller vers un avenir incertain n'est pas chose aisée!
Tu parles de la dégradation du métier et de ses conditions de pratique...crois-tu que ce soit la même chose dans le privé et dans le public?
Marie-Henriette
Marie-Henriette
Niveau 8

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par Marie-Henriette le Jeu 4 Jan 2018 - 11:10
Je fais partie de ceux qui ont quitté le navire de l'EN après une quinzaine d'années de bons et loyaux services.
Je ne regrette ni d'avoir enseigné, ni d'en être partie.
Je ne reviens pas sur les avantages et inconvénients qui ont été largement évoqués. Je pense que l'EN, c'est très bien, à condition d'en sortir. Plus précisément, des carrières entières de 40 ans, on en verra de moins en moins. Ceux qui n'ont fait que ça finissent cramés (souvent). On voit en revanche de plus en plus de collègues débuter sur le tard après une première carrière dans le privé ou ailleurs, et je trouve ça très bien.
Quant à l'idée de Jérémiedemarseille de partir deux ans dans le privé pour s'en faire une idée, c'est excellent dans la théorie, mais tout à fait impossible dans la pratique. L'EN ne lâche pas ses ouailles comme ça. D'autre part, les entreprises privées, ou les autres administrations ne sont pas disposées à accueillir des enseignants en quête d'autre chose. Il y a de ce côté là aussi une vraie méconnaissance de leurs compétences, ce qui ne favorise pas la mobilité tant prisée par Jérémiedemarseille.
En conclusion, oui, la reconversion est une bonne idée, si elle est réfléchie et anticipée, ce qui semble être le cas ici.
Il est bon néanmoins de prévoir un plan B en cas de désillusion.
olive-in-oil
olive-in-oil
Grand sage

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par olive-in-oil le Jeu 4 Jan 2018 - 11:27
@Koko a écrit:Merci Kimberlite pour ta longue réponse pleine d'enseignements!
Oui, j'hésite beaucoup à cause (ou grâce?) à ma situation professionnelle actuelle qui n'est pas désespérée! Quitter un CDI pour aller vers un avenir incertain n'est pas chose aisée!
Tu parles de la dégradation du métier et de ses conditions de pratique...crois-tu que ce soit la même chose dans le privé et dans le public?

Il n'y a pas vraiment de différence entre les conditions de travail du public et du privé si ce n'est que dans le privé, il est encore plus difficile de revendiquer !
Je suis dans l'enseignement public, j'ai des conditions de travail plutôt correctes. Ma soeur enseigne dans le privé, ses conditions de travail sont déplorables.
Tu peux trouver tout et son contraire.
RogerMartin
RogerMartin
Esprit sacré

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par RogerMartin le Jeu 4 Jan 2018 - 11:45
@olive-in-oil a écrit:
@Koko a écrit:Merci Kimberlite pour ta longue réponse pleine d'enseignements!
Oui, j'hésite beaucoup à cause (ou grâce?) à ma situation professionnelle actuelle qui n'est pas désespérée! Quitter un CDI pour aller vers un avenir incertain n'est pas chose aisée!
Tu parles de la dégradation du métier et de ses conditions de pratique...crois-tu que ce soit la même chose dans le privé et dans le public?

Il n'y a pas vraiment de différence entre les conditions de travail du public et du privé si ce n'est que dans le privé, il est encore plus difficile de revendiquer !
Je suis dans l'enseignement public, j'ai des conditions de travail plutôt correctes. Ma soeur enseigne dans le privé, ses conditions de travail sont déplorables.
Tu peux trouver tout et son contraire.

Absolument. Sans compter que ce qui convient parfaitement à l'un peut etre une torture pour un autre. Ma sœur adore faire des remplacements de courte durée, changer d'établissement en permanence, moi c'est une idée qui me donne le haut-le-cœur. Elle se passionne pour l'explication de tel ou tel truc en maths niveau 4e, ça m'endort. Idem la gestion des ados ou des tout-petits, il y a des tas de gens que ça passionne, d'autres que ça hérisse.

Les EDT tot le matin ou en milieu de journée, avec ou sans gruyère, selon l'age, la situation familiale, les trajets, les équipements à disposition dans l'établissement, il y a des tas de configurations qui plaisent à certains, pas à d'autres.

J'ai croisé au moins deux PE de maternelle qui étaient des monstres de culture et d'intellectualisme, tout en étant d'impressionnantes gestionnaires de classes de mini-monstres. Moi je sais que je ne tiendrais pas une semaine dans un métier où je passerais mon temps hors de la compagnie des adultes.

On m'a proposé deux fois des postes passionnants en bibliothèque, j'adore les bibliothèques, le cadre aurait été fabuleux à chaque fois, mais je sais que je supporte très mal les horaires de bureau, j'ai été secrétaire de direction deux étés lors de séjours à l'étranger, le travail n'était pas désagréable, mais l'assignation à résidence me rendait dingo... Bref, j'y ai un peu réfléchi, j'étais tentée, mais je sais que je deviendrais folle si je ne pouvais pas répartir mon esclavage comme je le veux dans le temps Wink

Il faut donc voir en fonction de ses besoins et envies, et des caractéristiques de ce qu'on peut trouver dans le nouveau poste. Si l'objectif est un poste de PE, c'est dommage que Ronin ne soit plus là, il aurait pu dire quelques mots de la pression démente des inspecteurs et du traitement infantilisant qui est infligé aux collègues tout au long de leur carrière. Ceux qui résistent sont des héros, vraiment.

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
Guermantes729
Guermantes729
Habitué du forum

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par Guermantes729 le Jeu 4 Jan 2018 - 11:45
Bonjour à tous,

A 46 ans, moi ce qui me pèse dans le métier, maintenant c'est la fatigue. Je crois que pour continuer longtemps dans ce métier ou s'y lancer tard, il faut avoir une santé de fer. Ce que je n'ai pas.

je suis en lycée, avec des élèves dans l'ensemble adorables (fainéants et pas bons mais adorables) et à temps partiel. J'adore enseigner, mais ça m'épuise. Littéralement . "Faire" classe m'épuise: être debout parfois 4h d'affilée, porter sa voix (on ne parle pas à 36 personnes même attentives, comme à 4 ou 5), "tenir" un auditoire est épuisant.

Je pense qu'on est bien inégaux sur la condition physique et que c'est une chose à laquelle on doit faire attention si on songe à se lancer dans le métier "sur le tard" Smile
Poupoutch
Poupoutch
Esprit éclairé

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par Poupoutch le Jeu 4 Jan 2018 - 11:50
jérémiemarseille a écrit:Bonsoir,


Ce que je constate c'est que presque toutes les personnes qui étaient dans le privé, et qui ont choisi de se reconvertir dans l'enseignement, sont plus ou moins épanouies sur ce site. Par contre, les "vrais professeurs de carrière" sont tous déçus par le métier et souhaitent quitter le navire alors qu'a priori ils n'ont jamais travaillé dans le privé (peut être un stage de 2 mois...). Vous devriez demander une disponibilité et expérimenter sur 2 ans dans une entreprise pour vous faire une idée. Après rien vous empêche de faire un bilan de compétences et de vous réorienter vers la formation pour adultes, etc.

Sans doute que les reconvertis sont dans le métier depuis moins longtemps et ne connaissent pas encore le phénomène d'usure que peuvent ressentir les "vrais professeurs de carrière". Même quand on aime un métier, on n'est pas à l'abri d'une certaine lassitude, et il est indéniable que les conditions de travail et de vie des enseignants se sont dégradées.
Ce qui fait que beaucoup de mes collègues plus âgés ont tendance à répéter aux profs fraîchement entrés qu'ils ont du courage, et qu'eux, avec le recul, ne s'y seraient pas nécessairement lancés. Tout est affaire de point de vue, en somme. Ceci étant, beaucoup de ceux qui tiennent ce discours n'ont pas envie de quitter le navire (ils se contentent d'attendre la retraite) ; néoprofs, en revanche, regorge de collègues déçus mais courageux qui vont de l'avant dans leurs reconversions.

Edit : je suis également d'accord avec Guermantes, la fatigue est un élément à prendre en compte.


@babette31 a écrit:Bonsoir à tous,
Je me permets de prendre part à la discussion car j'ai un profil similaire. 
Titulaire d'un doctorat scientifique, j'ai été très déçue du monde de la recherche et ne souhaitais pas m'engager sur un post-doc. La seule chose positive que je retiens de mon doctorat est l'enseignement que j'ai pu assurer à l'université. 
J'ai par la suite effectué des remplacements comme enseignante du secondaire dans les établissements privés sous contrat et j'ai passé le concours externe en suivant. J'ai obtenu le concours et je suis cette année stagiaire dans un très bon établissement.
Comme annoncé précédemment, ce n'est pas tous les jours facile (parents pénibles, élèves turbulents, entres autres) mais je suis épanouie dans ce métier. Je ne vais plus avec la boule au ventre comme je pouvais le faire pendant ma thèse. Je trouve du temps pour moi même si l'année de stage est chargée et j'ai vraiment des collègues extras ! 
C'est une démarche pas évidente à faire, beaucoup de mon entourage trouvait dommage d'avoir fait autant d'étude pour faire de l'enseignement, mais au final beaucoup de mes amis docteurs songent à passer le concours cette année ...
Mon expérience de la recherche est assez proche de la tienne, Babette. En sciences humaines, même ambiance à l'université ; les campagnes de recrutement de maître de conférences ont eu raison de ma santé mentale. Je me sens, depuis que j'enseigne dans le secondaire, libérée de cette angoisse permanente de bien faire, de la pression de la ligne de CV, des obligations liées à la recherche. Celle-ci, de fait, est devenue un plaisir : loin d'avoir abandonné, je continue mon travail de chercheur en toute indépendance et en toute sérénité. J'envisage de me rapprocher de l'université la plus proche de chez moi pour quelques charges d'enseignement, pour le plaisir (j'aimais moi aussi beaucoup enseigner en fac). Je suis déjà les activités de leur labo, auxquelles il m'arrive de participer.
Côté anciens collègues, en revanche, s'épanouir dans 'le secondaire' est presque un crime : beaucoup me regardent avec compassion quand je dis que je m'éclate au lycée ; sans doute pensent-ils que je suis atteinte d'une sorte de "syndrome de Stockholm" Very Happy

_________________
Es ist nicht deine Schuld, dass die Welt ist wie sie ist. Es wär nur deine Schuld wenn sie so bleibt...
avatar
pat2
Niveau 1

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par pat2 le Jeu 4 Jan 2018 - 14:07
Bonjour
Je suis PE depuis 26 ans apres un passage de 7 ans dans le privé. Mon bilan est le suivant: je ne suis pas certaine que je m orienterais vers ce metier actuellement car
Les conditions se sont beaucoup dégradées .La charge de travail est toujours très lourde malgré l ancienneté. Un PE est 24h en classe et doit aussi 1h d APC activités pedagogiques complementaires avec un groupe d eleves. Ensuite il y a la préparation des cours et les corrections et meme avec l expérience il faut compter 2 à 3h par jour...donc on est loin des 35 heures car il faut compter aussi les 20 minutes d accueil non comptabilisées chaque jour, les RDV parents, les conseils d ecole, les conseils des maitres...donc si on espère avoir du temps pour ses enfants il faut envisager de se remettre à travailler apres 20heures pour corriger et preparer mais c est vrai que c est une liberté. Enseigner en primaire exige une energie constante car les eleves sont de moins en moins concentrés et intéressés et beaucoup n ont guère le goût de l effort...et encore je suis dans une ecole assez tranquille. Le salaire n est pas mirobolant 2300 euros, mon ancienne collegue assistante administrative en PME gagne plus que moi avec son 13eme mois et ses primes. Elle a certes moins de vacances mais il faut savoir qu un PE passe toujours une partie de ses congés à travailler. Des côtés positifs quand même : pas de chef sans arrêt sur le dos, une certaine liberté, et quand on a une classe assez sympa des petits moments de bonheur et en plus on ne s ennuie jamais. Voilà, je pense qu il faut bien peser le pour et le contre et si possible essayer avant pour eviter les desillusions.
Lefteris
Lefteris
Empereur

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par Lefteris le Jeu 4 Jan 2018 - 14:09
@RogerMartin a écrit:
Il faut donc voir en fonction de ses besoins et envies, et des caractéristiques de ce qu'on peut trouver dans le nouveau poste. Si l'objectif est un poste de PE, c'est dommage que Ronin ne soit plus là, il aurait pu dire quelques mots de la pression démente des inspecteurs et du traitement infantilisant qui est infligé aux collègues tout au long de leur carrière. Ceux qui résistent sont des héros, vraiment.
Ca peut en effet être atroce, on est sans cesse sur leur dos, on les houspille en permanence pour de bêtises, des choses sans importance, la couleur de protège cahiers, l'affichage en classe. On leur parle parfois comme à des valets, nous le voyons quand il y a des réunions plénières, des messes école-collège, et c'est parfois pire en entretien individuel, comme nous le disent nos collègues du syndicat du 1er degré.

@Guermantes729 a écrit:Bonjour à tous,

A 46 ans, moi ce qui me pèse dans le métier, maintenant c'est la fatigue. Je crois que pour continuer longtemps dans ce métier ou s'y lancer tard, il faut avoir une santé de fer. Ce que je n'ai pas.

je suis en lycée, avec des élèves dans l'ensemble adorables (fainéants et pas bons mais adorables) et à temps partiel. J'adore enseigner, mais ça m'épuise. Littéralement . "Faire" classe m'épuise: être debout parfois 4h d'affilée, porter sa voix (on ne parle pas à 36 personnes même attentives, comme à 4 ou 5), "tenir" un auditoire est épuisant.

Je pense qu'on est bien inégaux sur la condition physique et que c'est une chose à laquelle on doit faire attention si on songe à se lancer dans le métier "sur le tard" Smile
Même en bonne santé, on sort épuisé, rassure-toi. J'ai plutôt la condition physique, je fais du sport, mais je sors souvent vidé, plus bon à rien faire, mal au crâne, surtout avec les classes les plus désagréables et difficiles. La démotivation fatigue beaucoup, car la moindre chose oblige à prendre énormément sur soi.


@Poupoutch a écrit:
Sans doute que les reconvertis sont dans le métier depuis moins longtemps et ne connaissent pas encore le phénomène d'usure que peuvent ressentir les "vrais professeurs de carrière". Même quand on aime un métier, on n'est pas à l'abri d'une certaine lassitude, et il est indéniable que les conditions de travail et de vie des enseignants se sont dégradées.
Ce qui fait que beaucoup de mes collègues plus âgés ont tendance à répéter aux profs fraîchement entrés qu'ils ont du courage, et qu'eux, avec le recul, ne s'y seraient pas nécessairement lancés. Tout est affaire de point de vue, en somme. Ceci étant, beaucoup de ceux qui tiennent ce discours n'ont pas envie de quitter le navire (ils se contentent d'attendre la retraite) ; néoprofs, en revanche, regorge de collègues déçus mais courageux qui vont de l'avant dans leurs reconversions.
Même depuis moins longtemps que ceux qui ont débuté dans l'enseignement, on est sujet à l'usure. On a une vie professionnelle antérieure d'une part, et d'autre part on voit très rapidement la dégradation du métier. En une décennie, j'ai vu mon métier saccagé (LC) , et les conditions d'exercice se durcir. Ceci dit, on ne peut pas se reconvertir comme ça. Je crois que ceux qui veulent partir doivent envisager ça assez tôt, avant la quarantaine, car avec les limites d'âge éventuelles des concours, les carrières en plusieurs grades où l'on part avec un handicap (car on est bloqué) , la mobilité géographique à un âge où on est installé, ça devient très difficile et désavantageux. De plus, il faut préparer les concours, comme on le voit sur le fil des reconversions, l'EN n'aide en rien, et ça prend parfois plusieurs années car il faut se mettre à niveau en droit, en finances publiques,etc. Il ne reste plus que le détachement, mais là, si l'on ne connaît personne, autant jouer au loto. Quant au privé, quasiment aucune chance, surtout dans les matières déclassées socialement, comme les lettres.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
avatar
Plume29
Niveau 2

Reconversion ou pas ? - Page 6 Empty Re: Reconversion ou pas ?

par Plume29 le Ven 5 Jan 2018 - 12:37
Bonjour,
Voici mon expérience:
-Professeur des écoles pendant 20 ans:
Effectivement des horaires imposés, de plus en plus de paperasse, des inspections très régulières, des parents "au portail" , des classes de plus en plus compliquées (souvent à double ou triple niveaux dans les campagnes), pas de remplaçants et des classes surchargées en cas d'absences de collègues, des services d'entrée et de récré (tous quand on est dans des petites écoles), pas de possibilité d'améliorer son salaire.
J'ai eu des collègues fantastiques, notamment en ZEP, de bonnes années, mais j'en ai eu assez (de la pluridisciplinarité aussi). Bref, avant d'être complètement essoufflée je me suis dirigée vers le secondaire.
-Professeur de français depuis peu:
J'ai moins de temps face aux élèves , des horaires moins figés, une seule matière à enseigner (et celle que j'aime!). Et je fais des heures sup' , 3 fois mieux payées que mes (terribles) surveillances de cantine. Peu de recul encore mais aucun regret.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum