Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Heathflower
Niveau 5

Le minimum en grammaire

par Heathflower le Mer 17 Jan 2018 - 14:08
Bonjour à tous,
Je suis stagiaire cette année, j'ai une classe de 4e et une de 6e. Entre les injonctions des programmes, de l'ESPE, des différents tuteurs et la réalité du terrain, je suis un peu perdue. Je m'efforce de faire ce qu'on me dit, à savoir faire des leçons de grammaire en rapport avec les textes étudiés, mais je trouve ça très bancal comme système : déjà j'ai l'impression de ne pas faire beaucoup de grammaire, et le plus grave à mon sens c'est que du coup les leçons ne suivent pas de progression cohérente et logique. (ce qui jouent aussi énormément c'est que je fais mes séquences plus ou moins au fur et à mesure, j'ai toujours à peu près une séquence d'avance mais c'est tout, je ne sais donc pas encore ce que je ferai en grammaire au mois de mars par exemple) J'ai peur que mes élèves soient perdus et n'arrivent pas à faire de passerelles entre les différentes leçons. Pour finir je me rends bien compte que je n'aurai jamais le temps de tout voir cette année, et ça m'angoisse.
J'essaie de ne pas me mettre trop de pression mais c'est difficile, surtout quand je discute avec d'autres profs/stagiaires, je me sens un peu nulle et pas à la hauteur.
D'où ma question : d'après vous, quel est le minimum que des élèves doivent voir en grammaire en 4e et 6e ? Je sais bien que je ne vais pas révolutionner leur scolarité, mais je voudrais le apporter un bagage minimum, et je préfère qu'ils voient moins de choses mais qu'ils maîtrisent bien ces leçons.
avatar
Armide
Esprit éclairé

Re: Le minimum en grammaire

par Armide le Mer 17 Jan 2018 - 14:48
En fait, le minimum que les élèves doivent voir sur le programme d'une année, c'est justement la grammaire. L'année prochaine, commence par te faire une progression cohérente en grammaire/ orthographe et fais ensuite les autres. Tu verras ce sera plus facile d'avancer. Cela n'empêche pas de faire certaines séances de grammaire en lien avec ta progression littéraire.
Pour cette année, garde en tête que les injonctions autorisent sans problèmes les séances de grammaire dites "décrochées". Pour le reste, vois avec tes collègues car les programmes sont des programmes de "cycle", donc il serait bon de savoir comment l'équipe a réparti les notions et qu'elles sont les habitudes de ceux qui récupéreront tes élèves l'année prochaine.


Dernière édition par Armide le Mer 17 Jan 2018 - 15:06, édité 1 fois
avatar
V.Marchais
Bon génie

Re: Le minimum en grammaire

par V.Marchais le Mer 17 Jan 2018 - 14:49
Le minimum : identifier de façon aussi rapide que possible les grandes classes grammaticales.
- en 6 : nom, verbe, déterminant (surtout les articles et leur emploi, initiation aux adjectifs possessifs et démonstratifs), pronoms, adjectifs, conjonctions de coordination, préposition, initiation aux conjonctions de subordination et aux adverbes.
- en 4e : on doit maîtriser toutes les classes grammaticales.
Repérer les grandes fonctions :
- en 6e : sujet, COD, COI, attribut du sujet, CCL, CCT, CCM.
- en 4e : on enrichit les CC en travaillant sur les liens logiques, et on ajoute le complément du nom.

En 6e, initier à la notion de proposition.
En 4e, entrer dans l'analyse logique, relatives, conjonctives, et interrogatives indirectes en lien avec les paroles rapportées. Insister sur les relatives et leur construction.

Insister sur la maîtrise des conjugaisons. En 6e : l'indicatif et, par analogie, l'impératif. En 4e : revoir l'indicatif, ajouter le conditionnel et le subjonctif. Dans les deux cas, insister sur la différence entre temps simples et temps composés, assurer le vocabulaire nécessaire : verbe, auxiliaire, participe passé, en profiter pour travailler les homophones verbaux.

Si tu fais tout ça, ce sera déjà bien.

Ce que tu peux laisser tomber
- la valeur des temps (s'ils ne savent ni les reconnaître, ni les conjuguer, je ne vois pas bien l'intérêt de pérorer là-dessus) ;
- la tarte à la crème des expansions du nom, jargon qui ne dispense en rien d'identifier un adjectif, une relative... Mieux vaut te concentrer là-dessus ;
- le prédicat (grosse marade) ;
- les trucs hyper-pointus du style accord des adjectifs de couleur, du participe passé des verbes pronominaux, pluriel des noms composés... Je ne dis pas que c'est sans intérêt (on aimerait bien envoyer nos élèves au lycée avec une orthographe assurée à tous points de vue), mais à un moment, il faut être réaliste et cibler les priorités. Je serai ravie le jour où celle de mes élèves, ce sera l'accord du PP des verbes pronominaux ;
- les leçons sur les homophones déconnectées de tout travail syntaxique : la / l'a, mon / m'ont... Cela n'a aucun intérêt. Mieux vaut intégrer des exercices intelligents au fil des leçons idoines. Par exemple, tu travailles sur les pronoms et tu mets des phrases au passé composé et au présent pour distinguer Je les aime et Je l'ai aimé au premier regard.

J'en oublie sûrement. Mais tu vois l'idée.

Pour l'année prochaine, je suis bien d'accord avec toi, une progression grammaticale séparée sera bien plus simple et te permettra de fournir un meilleur travail. Et on pose en principe de consacrer deux heures par semaine à l'étude de la langue.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
V.Marchais
Bon génie

Re: Le minimum en grammaire

par V.Marchais le Mer 17 Jan 2018 - 14:51

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Rabelais
Grand Maître

Re: Le minimum en grammaire

par Rabelais le Mer 17 Jan 2018 - 14:57
Véro, mais c'est bien sûr !
Tu aurais des exercices de pronominalisation sous le coude ?
Je vais essayer de prendre la chose de cette façon à présent qu'on a revu tous les temps !
C'est pile poil le bon moment !
( si tu n'as pas, pas de soucis, je vais chercher vite fait Very Happy )

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
V.Marchais
Bon génie

Re: Le minimum en grammaire

par V.Marchais le Mer 17 Jan 2018 - 15:06
Dans les TDL, ces exercices sont dispersés dans leçons sur les COD, COI, sur les CC, sur les pronoms, bien sûr, les temps composés, et dans les pages bilan. Parce que le but n'est pas de faire la chose une fois (impossible) mais d'habituer les élèves à réfléchir au découpage syntaxique de ce qu'ils écrivent (ce qui se construit en refaisant cent mille fois le travail au fil du temps).

En voici déjà deux :

4. Recopiez les phrases suivantes en remplaçant le groupe souligné par un pronom. Précisez sa fonction.
1) Il se souvient qu’il a parcouru ce pays dans sa jeunesse.
2) Tes grands- parents ont offert à Gustave et Eugénie l’intégrale de La Guerre des étoiles.
3) J’ai très bien connu le roi de Poldavie.
4) Paul ne connaissait pas Germaine : il a rencontré Germaine chez moi hier.
5) Tu rappelleras à ton frère de réviser sa leçon avant de partir.
6) Je ne pense pas encore aux prochaines vacances.
7) J’ai envoyé à mes admirateurs mon dernier album.
8) Elle s’est ennuyée de ses parents.
9) S’est-il habitué à son nouveau pays ?


11. a) Donnez la fonction des expressions en gras.
b) Recopiez les phrases en remplaçant ces expressions par des pronoms.
Il se méfie de ce personnage. – Je ne pense déjà plus à cette dispute. – Donne-moi ce sac. – Il se croit déjà à Rio. – Je t’interdis de parler de ma vie privée. – Julie écrit chaque jour à ses parents. – Il obligera les voisins à partir. – On t’avertira aussitôt de son arrivée.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Heathflower
Niveau 5

Re: Le minimum en grammaire

par Heathflower le Mer 17 Jan 2018 - 15:13
Haha j'ai un peu envie de pleurer ! Razz
Plus sérieusement, ça me paraît déjà énorme, mes 4e confondent présent/impératif/futur et tous ne savent pas repérer un adjectif, on part de loin !
Effectivement je serai bien plus armée l'année prochaine, je vais essayer de limiter la casse jusqu'au mois de juillet mais c'est rageant de voir que j'ai tout pris à l'envers. Ce qui m'énerve le plus c'est que nos formateurs (profs de fac, ESPE, voire tuteurs) ne nous fournissent pas ces renseignements essentiels, on est obligés d'apprendre sur le tas comme on peut, alors que ce serait tellement plus simple de nous dire ça dès le début de l'année !
Merci beaucoup V.Marchais, j'y vois bien plus clair, je vais essayer d'intégrer ça à ce que j'avais prévu.
avatar
V.Marchais
Bon génie

Re: Le minimum en grammaire

par V.Marchais le Mer 17 Jan 2018 - 15:19
Ben je ne sais pas dans quelle académie tu es, mais ici, notre stagiaire ne décolère pas : à l'ESPE, on lui interdit de faire "trop" de grammaire (comprendre, plus d'une ou deux séance par séquence). C'est criminel !
Courage, dans un an, tu feras comme tu le jugeras juste.
Quant au niveau de tes élèves, je ne suis pas étonnée : c'est le résultat de ce à quoi on te (dé)forme. Mais ce n'est pas une fatalité. Bravo à toi d'être capable, dès l'année de stage, de remettre cela en cause. Tu traceras ta route, au plus grand bénéfice de tes élèves.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
LadyC
Empereur

Re: Le minimum en grammaire

par LadyC le Mer 17 Jan 2018 - 16:24
@Heathflower a écrit:Haha j'ai un peu envie de pleurer ! Razz
Plus sérieusement, ça me paraît déjà énorme, mes 4e confondent présent/impératif/futur et tous ne savent pas repérer un adjectif, on part de loin !
Effectivement je serai bien plus armée l'année prochaine, je vais essayer de limiter la casse jusqu'au mois de juillet mais c'est rageant de voir que j'ai tout pris à l'envers. Ce qui m'énerve le plus c'est que nos formateurs (profs de fac, ESPE, voire tuteurs) ne nous fournissent pas ces renseignements essentiels, on est obligés d'apprendre sur le tas comme on peut, alors que ce serait tellement plus simple de nous dire ça dès le début de l'année !
Merci beaucoup V.Marchais, j'y vois bien plus clair, je vais essayer d'intégrer ça à ce que j'avais prévu.
Tu n'as pas du tout "tout pris à l'envers". Comme dit Véronique, c'est très méritoire de montrer cette clairvoyance sur les injonctions anti-grammaire dès l'année de stage. Ma première année en collège, même pas stagiaire, j'avais fait n'importe quoi, de la grammaire certes mais sans rien de cohérent ni de simple.
Et je ne sais pas si je vais te rassurer, mais mes 4e également (CSP+, hein) se noient dans les temps de l'indicatif... sur lesquels j'ai passé deux mois à la louche. (Bon, ils se noient un peu moins qu'au début, mais pour certains, ce n'est toujours pas gagné.) Donc si j'avais à boucler le "programme minimum" mentionné par Véronique d'ici la fin de l'année, je serai contente.* On fait ce qu'on peut.
*Ceci n'est absolument pas une critique dudit "programme minimum", que j'approuve chaudement.

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._  Smile
avatar
Oudemia
Empereur

Re: Le minimum en grammaire

par Oudemia le Mer 17 Jan 2018 - 16:39
Ne pas oublier le passif !
Commence par assurer la conjugaison à l'actif : quand ils auront compris le sytème temps simples / temps composés en sachant que c'est avec avoir sauf pour quelques verbes (monter-descendre, entrer-sortir, naitre-mourir, aller, venir, devenir, passer...) tu pourras aborder l'autre voix et le complément d'agent.
Je ne fais pas la transposition immédiatement, j'attends que la conjugaison soit bien ancrée.
avatar
Rabelais
Grand Maître

Re: Le minimum en grammaire

par Rabelais le Mer 17 Jan 2018 - 18:49
Merci Véro !
Je vais aussi utiliser le TDL.
Wink

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
pseudo-intello
Fidèle du forum

Re: Le minimum en grammaire

par pseudo-intello le Mer 17 Jan 2018 - 23:52
Bonsoir Heathflower,

Ne te sens pas nulle ! Ne culpabilise pas !

Tu n'es pas nulle, tu es stagiaire. Tu es en formation.
Dans un monde cohérent, tu devrais côtoyer des collègues expérimentés et pleins de bons sens, les voir faire cours, échanger, et redevoir des conseils judicieux.
Mais dans la vraie vie, tu es à l'ESPE, coincée entre des idéologues, des gens qui n'ont pas vu d'élèves depuis longtemps, ou juste quelques bonnes classes, avec un emploi du temps lourd, et une plongée dans le grand bassin, probablement sans réelle phase d’observation préalable.

Moi aussi, j'ai fait les expansions du nom, la leçon de grammaire de la séquence (voire "les") en fonction du texte qui s'y prête et sans réelle progression (désastreux pour les élèves qui trimballent des lacunes !), trop d'heures de lecture par rapport aux heures de langue. Et plusieurs années.

Depuis, effectivement, je suis la progression du TDL. On ne l'a pas sur tous les niveaux au collège, mais qu'on l'ait ou pas, je pars de la progression de grammaire du TDL, quitte à bricoler mes propres exercices.

Et mes 4h30 de français par semaine sont réparties en 1h de lecture, 1h de conjugaison, 1h d'orthographe, 1h de grammaire et 1h / quinzaine de vocabulaire.

Cette année, tu penses à toi, tu fais profil bas et tu plais aux gens qui t'évaluent, c'est normal ; l'an prochain, tu feras comme bon te semble. Very Happy
avatar
Verdurette
Modérateur

Re: Le minimum en grammaire

par Verdurette le Jeu 18 Jan 2018 - 5:11
Tout à fait ...
Vous récupérez des élèves qui viennent d'horizons différents et qui ont eu un premier parcours grammatical sûrement inégal, et souvent chaotique.
Quand je lis que les élèves de 4ème ne savent pas identifier un adjectif, nous, enseignants de primaire, y sommes aussi pour quelque chose, et je sais pertinemment que les pratiques y sont très diverses, trop diverses, j'imagine ... et cela ne doit pas aider les élèves. Je dois avouer que malgré notre bonne entente par ailleurs, nous sommes en désaccord, au sein de notre école, je pratique la grammaire du GRIP, mon autre collègue de CE2 utilise les petits bonshommes de RETZ où l'on cherche la nature des mots avec rigueur (ce qui est déjà très bien !) mais sans analyse, l'autre collègue de CE2 sépare "groupe sujet" et "groupe verbal", et il faut savoir que dans "nous mangeons des carottes" "nous" est le "GS"

L'an prochain, selon qu'ils viendront de l'une ou l'autre classe, les élèves auront acquis (enfin, acquis ????) des notions et des terminologies différentes et se verront de toute façon confrontés à une méthode encore différente : Mes collègues des CM1 et CM2 ont adopté la grammaire Picot (dont on parle beaucoup, mais honte à moi, je n'ai pas pris le temps d'aller y mettre le nez), font de la "collecte" (?) et parlent de prédicat.

Donc, à leur décharge, nos/vos élèves sont paumés par des pratiques trop différentes. Sans oublier que nous sommes contrôlés de plus près que vous, une fois passée l'année de stage. Faire pratiquer l'analyse grammaticale à la mode Cécile Revéret à l'époque du "sentiment du pluriel" (les fleurent pousses) c'est considéré comme de la rebellion dinosaurienne.

Si certains connaissent cette fameuse grammaire Picot, je veux bien des avis.
Sinon, V.Marchais, à quand un "Terre des lettres" pour l'élémentaire ? Very Happy

V. Marchais a écrit: Les leçons sur les homophones déconnectées de tout travail syntaxique : la / l'a, mon / m'ont... cela n'a aucun intérêt.
Cela me réconforte de lire cela.  Je suis inquiète de voir à quel point les élèves en font un exercice où on applique un "truc" : si je peux remplacer par "était", j'écris est, sinon j'écris "et". Ce n'est pas totalement faux, mais cela évacue, à mon sens, le fait de comprendre qu'il s'agit du verbe être ou d'une conjonction.  Les élèves écrivent des choses hallucinantes du genre :   Sait/ces/ses un château, il ai gentil, il a pris sais affaires, je s'alue .... certes ils sont en CE2/CM1, mais on a l'impression qu'ils se limitent à encoder des suites de sons sans comprendre les mots. Pourtant, ils ont appris à lire avec une méthode sérieuse (Lecture tout-terrain) et beaucoup de dictées (de mots).  Ils font d'ailleurs très peu d'erreurs de sons.  Est-ce que les "mots-outils" interchangeables au niveau du son (c'est le seul gros défaut de cette méthode, à mon sens) auraient une part de responsabilité ?
avatar
Heathflower
Niveau 5

Re: Le minimum en grammaire

par Heathflower le Jeu 18 Jan 2018 - 6:05
Merci vous me rassurez beaucoup, parce qu'hier je dois avouer que j'ai ressenti une bonne bouffée d'angoisse ! C'est difficile à accepter mais c'est vrai que pour finir je n'aurai pas une si grande importance que ça dans leur scolarité, et ce qu'ils ne trouvent pas en cours avec moi ils le retrouveront plus tard avec d'autres profs. Pour autant, j'ai envie de faire aussi bien que possible et de remédier au maximum à leurs lacunes et à leurs besoins.

Petite parenthèse : avec les 4e j'ai fait le cours sur les expansions du nom, et sur le participe présent, pour m'apercevoir qu'ils ont déjà du mal avec les temps simples... Mea maxima culpa veneration abi
avatar
LadyC
Empereur

Re: Le minimum en grammaire

par LadyC le Jeu 18 Jan 2018 - 7:34
Franchement, aurais-tu deviné qu'ils avaient du mal avec les temps simples ? En 4e ?
Il faut avoir quelques années d'expérience pour aborder l'année de 4e en se disant "bon, déjà, quelques révisions, on va vérifier qu'ils savent distinguer un verbe d'un adjectif et qu'ils connaissent au moins la moitié de l'indicatif"...

@Verdurette : En effet, j'ai l'impression (confortée par les avis de Véronique, et de nlm sur un autre fil) qu'en leur proposant des exercices systématiques de choix entre homophones qu'ils ont déjà tendance à confondre, on les enfonce dans l'idée (inconsciente) qu'ils sont plus ou moins interchangeables. Je ne le fais plus, mais me contente de leur faire copier une explication lorsque je trouve une telle faute dans leur dictée, et de leur donner un mémo du type "Si je veux écrire "mon", je dois pouvoir le remplacer par "ma".", à sortir quand ils ont un doute, pour les obliger à réfléchir au lieu de s'abriter derrière le prétexte qu'ils n'ont "rien compris" ou "oublié". Même ça, je me demande si ce n'est pas trop.

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._  Smile
Contenu sponsorisé

Re: Le minimum en grammaire

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum