Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
clap
Habitué du forum

Re: Quand le bénévolat est un dû

par clap le Sam 20 Jan 2018 - 20:18
La phrase qui me choque c'est "on ne va pas dire aux enfants" vous n'avez pas été sages, pas de classe de neige l'an prochain"". Bah si, on va.
avatar
laMiss
Expert spécialisé

Re: Quand le bénévolat est un dû

par laMiss le Sam 20 Jan 2018 - 20:20
Dans les commentaires de la pétition, on a même un parent qui dit que c'est injuste que ce soit annulé en raison de pb administratifs !

_________________
Bonne route !
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Celadon le Sam 20 Jan 2018 - 20:21
Il y a longtemps que l'on prévient : plus on en fait gracieusement, plus il sera exigé gratuitement. Il y a diverses façons d'obliger. Effectivement, noter "l'implication" dans la vie de l'établissement, le "rayonnement" etc pour l'avancement, c'en est une.
avatar
Pseudo
Demi-dieu

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Pseudo le Sam 20 Jan 2018 - 20:21
@Philomène87 a écrit:

Et la pétition, nous montre bien que ces gens ne sont que des consommateurs.
Oui, plus qu'une critique des enseignants (il est même expliqué dans quelles situations se sont retrouvés tel ou tel) l'article me semble montrer que les parents s'imaginent que cette classe de neige est non seulement un acquis (de quelle lutte sociale ?) mais qu'en plus ce serait déconnecté de la classe et des enseignements : n'importe quel volontaire d'une autre école pourrait faire l'affaire. Même le rectorat semble dubitatif face à leur pétition, c'est dire.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
avatar
Pseudo
Demi-dieu

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Pseudo le Sam 20 Jan 2018 - 20:24
@clap a écrit:La phrase qui me choque c'est "on ne va pas dire aux enfants" vous n'avez pas été sages, pas de classe de neige l'an prochain"". Bah si, on va.
Ca m'a amusé aussi. Surtout que juste avant le parent explique tout l'intérêt pour l'autonomie des enfants et leur découverte de la vie. Hé bien il est temps de découvrir la réalité d'un voyage scolaire, de la définition de "volontaire" et de la frustration.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
avatar
laMiss
Expert spécialisé

Re: Quand le bénévolat est un dû

par laMiss le Sam 20 Jan 2018 - 20:26
@Pseudo a écrit:mais qu'en plus ce serait déconnecté de la classe et des enseignements : n'importe quel volontaire d'une autre école pourrait faire l'affaire.

C'est impossible, mais je propose qu'ils les accompagnent eux-mêmes, rien qu'entre parents. Là, je crois qu'ils comprendraient.

_________________
Bonne route !
avatar
Rabelais
Vénérable

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Rabelais le Sam 20 Jan 2018 - 20:33
@laMiss a écrit:
@Pseudo a écrit:mais qu'en plus ce serait déconnecté de la classe et des enseignements : n'importe quel volontaire d'une autre école pourrait faire l'affaire.

C'est impossible, mais je propose qu'ils les accompagnent eux-mêmes, rien qu'entre parents. Là, je crois qu'ils comprendraient.
Très très bonne proposition.
Le vivre ensemble est une expérience qu'ils ne devraient pas oublier de si tôt

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
Haynee
Niveau 7

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Haynee le Sam 20 Jan 2018 - 21:21
@Daphné a écrit:Je ne pense pas que ça puisse être rendu obligatoire pour les professeurs. Je ne parle même pas du bénévolat/volontariat, mais tout simplement de la vie privée, des enfants à gérer - il y a des parents seuls - des collègues avec suivis médicaux réguliers /régimes particuliers, des collègues en situation de grossesse qui ne doivent pas voyager .... Bref difficile d'imposer ça.
+1. En plus, en cas de problème grave, si c'est un ordre auquel l'enseignant ne peut se dérober, le jeu de la patate chaude ne pourrait plus fonctionner aussi bien. Quelqu'un faisait remarquer plus haut que pour le mercredi matin, il avait bien fallu que les PE s'adaptent. Ce n'est toutefois pas pareil de mon point de vue puisque lors de voyage avec nuitées se pose le problème de savoir à qui on peut refiler les enfants : tout le monde n'habite pas près de ses (beaux-)parents.
avatar
RogerMartin
Empereur

Re: Quand le bénévolat est un dû

par RogerMartin le Sam 20 Jan 2018 - 21:24
@Haynee a écrit:
@Daphné a écrit:Je ne pense pas que ça puisse être rendu obligatoire pour les professeurs. Je ne parle même pas du bénévolat/volontariat, mais tout simplement de la vie privée, des enfants à gérer - il y a des parents seuls - des collègues avec suivis médicaux réguliers /régimes particuliers, des collègues en situation de grossesse qui ne doivent pas voyager .... Bref difficile d'imposer ça.
+1. En plus, en cas de problème grave, si c'est un ordre auquel l'enseignant ne peut se dérober, le jeu de la patate chaude ne pourrait plus fonctionner aussi bien. Quelqu'un faisait remarquer plus haut que pour le mercredi matin, il avait bien fallu que les PE s'adaptent. Ce n'est toutefois pas pareil de mon point de vue puisque lors de voyage avec nuitées se pose le problème de savoir à qui on peut refiler les enfants : tout le monde n'habite pas près de ses (beaux-)parents.

On peut n'avoir ni enfant, ni chat, ni problème de santé et ne pas avoir envie d'encadrer un voyage scolaire, même quand on est enseignant, non ?
Si on commence à faire la liste des empêchements, à quand l'obligation -- avec quelques motifs identifiés de s'y soustraire ?
Et dans le cas qui est cité, il y a eu en poste dans la classe un enseignant disposé à partir, que le rectorat a changé de poste. Bravo la gestion des personnels.

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
Morante13
Niveau 1

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Morante13 le Sam 20 Jan 2018 - 21:32
Les familles ne se rendent pas compte !
Cette semaine en réunion de préparation pour un voyage en Espagne avec des 3ème, un parent d'élève "Mais du coup ils reviennent dans les famille à 19H ? Vous n'avez pas prévu de les récupérer pour aller boire un coup le soir ? C'est tôt 19H, ils vont tourner en rond..." Oui mais nous le soir on aura peut être aussi besoin de souffler non ? On en aura 40 toute la journée déjà...
avatar
Elaïna
Guide spirituel

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Elaïna le Sam 20 Jan 2018 - 21:41
@RogerMartin a écrit:
@Haynee a écrit:
@Daphné a écrit:Je ne pense pas que ça puisse être rendu obligatoire pour les professeurs. Je ne parle même pas du bénévolat/volontariat, mais tout simplement de la vie privée, des enfants à gérer - il y a des parents seuls - des collègues avec suivis médicaux réguliers /régimes particuliers, des collègues en situation de grossesse qui ne doivent pas voyager .... Bref difficile d'imposer ça.
+1. En plus, en cas de problème grave, si c'est un ordre auquel l'enseignant ne peut se dérober, le jeu de la patate chaude ne pourrait plus fonctionner aussi bien. Quelqu'un faisait remarquer plus haut que pour le mercredi matin, il avait bien fallu que les PE s'adaptent. Ce n'est toutefois pas pareil de mon point de vue puisque lors de voyage avec nuitées se pose le problème de savoir à qui on peut refiler les enfants : tout le monde n'habite pas près de ses (beaux-)parents.

On peut n'avoir ni enfant, ni chat, ni problème de santé et ne pas avoir envie d'encadrer un voyage scolaire, même quand on est enseignant, non ?
Si on commence à faire la liste des empêchements, à quand l'obligation -- avec quelques motifs identifiés de s'y soustraire ?
Et dans le cas qui est cité, il y a eu en poste dans la classe un enseignant disposé à partir, que le rectorat a changé de poste. Bravo la gestion des personnels.

Oui, voilà, on peut simplement ne pas avoir envie de faire plus parce qu'on a d'autres envies sur son temps libre. Beaucoup de parents confondent EN et agence de voyages. Dans ma ville, par exemple, les parents d'élèves jugent les écoles au nombre de sortie des enfants...

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
Ma'am
Érudit

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Ma'am le Sam 20 Jan 2018 - 21:44
@Morante13 a écrit:Les familles ne se rendent pas compte !
Cette semaine en réunion de préparation pour un voyage en Espagne avec des 3ème, un parent d'élève "Mais du coup ils reviennent dans les famille à 19H ? Vous n'avez pas prévu de les récupérer pour aller boire un coup le soir ? C'est tôt 19H, ils vont tourner en rond..." Oui mais nous le soir on aura peut être aussi besoin de souffler non ? On en aura 40 toute la journée déjà...

Mais le but, c'est qu'ils parlent espagnol, donc il faut qu'ils passent du temps dans les familles. Smile
avatar
Philomène87
Neoprof expérimenté

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Philomène87 le Sam 20 Jan 2018 - 21:47
@RogerMartin a écrit:
@Haynee a écrit:
@Daphné a écrit:Je ne pense pas que ça puisse être rendu obligatoire pour les professeurs. Je ne parle même pas du bénévolat/volontariat, mais tout simplement de la vie privée, des enfants à gérer - il y a des parents seuls - des collègues avec suivis médicaux réguliers /régimes particuliers, des collègues en situation de grossesse qui ne doivent pas voyager .... Bref difficile d'imposer ça.
+1. En plus, en cas de problème grave, si c'est un ordre auquel l'enseignant ne peut se dérober, le jeu de la patate chaude ne pourrait plus fonctionner aussi bien. Quelqu'un faisait remarquer plus haut que pour le mercredi matin, il avait bien fallu que les PE s'adaptent. Ce n'est toutefois pas pareil de mon point de vue puisque lors de voyage avec nuitées se pose le problème de savoir à qui on peut refiler les enfants : tout le monde n'habite pas près de ses (beaux-)parents.

On peut n'avoir ni enfant, ni chat, ni problème de santé et ne pas avoir envie d'encadrer un voyage scolaire, même quand on est enseignant, non ?
Si on commence à faire la liste des empêchements, à quand l'obligation -- avec quelques motifs identifiés de s'y soustraire ?
Et dans le cas qui est cité, il y a eu en poste dans la classe un enseignant disposé à partir, que le rectorat a changé de poste. Bravo la gestion des personnels.

Tout à fait d'accord. On n'a pas forcément envie de faire des heures gratuites avec la responsabilité qui va avec. De toute façon, nous ne sommes pas une agence de voyages.
avatar
Elaïna
Guide spirituel

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Elaïna le Sam 20 Jan 2018 - 21:57
@Philomène87 a écrit:
@Daphné a écrit:Je ne pense pas que ça puisse être rendu obligatoire pour les professeurs. Je ne parle même pas du bénévolat/volontariat, mais tout simplement de la vie privée, des enfants à gérer - il y a des parents seuls - des collègues avec suivis médicaux réguliers /régimes particuliers, des collègues en situation de grossesse qui ne doivent pas voyager .... Bref difficile d'imposer ça.

Et puis même ! On ne peut pas imposer une chose aussi lourde, sans rémunération. C'est n'importe quoi.
Et la pétition, nous montre bien que ces gens ne sont que des consommateurs.

Et même avec rémunération, on peut simplement ne PAS VOULOIR, même sans motif.
Dans notre lycée, il y a des DS surveillés le samedi matin (en particulier de mathématiques mais pas seulement), on a donc reçu un courrier comme quoi tous les professeurs étaient dans l'obligation de s'inscrire pour surveiller les DS. Or certains ont précisé qu'ils n'en voulaient pas (c'est le cas en HG où nous avions dit qu'il était hors de question d'en faire, on en a déjà assez avec le bac blanc, merci bien). Certains collègues voulaient imposer aux autres de venir surveiller les DS, avec comme argument massue "bah oui c'est payé quand même, une HSE pour deux heures de surveillance hein !".
J'ai tenté d''expliquer aux collègues que certains dont moi n'étaient pas mûs ni par le pognon, ni par quoi que ce fût, ils n'ont simplement pas envie de se lever le samedi matin après une semaine de boulot, surveillance ou pas, payée ou pas, et qu'on pourrait me payer 12 HSE par heure de surveillance, ça ne me ferait pas plus venir le samedi. Et pourtant je ne suis pas mère célibataire, j'ai juste pas envie de me lever un jour de plus aux aurores. Malgré ces explications, j'ai entendu des collègues se demander s'il n'y avait pas des moyens légaux pour obliger les vilains récalcitrants à venir surveiller. Parce que l'intérédézélèves.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
Philomène87
Neoprof expérimenté

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Philomène87 le Sam 20 Jan 2018 - 23:19
J'ai l'impression qu'on a les mêmes (collègues).
Tu peux dire à tes collègues que puisqu'ils manquent de volontaires, il n'ont qu'à mettre les DS aussi le dimanche, afin que les volontaires du samedi qui bossent pour l'intérédézélèves puissent aussi bosser le dimanche Wink
archeboc
Esprit éclairé

Re: Quand le bénévolat est un dû

par archeboc le Dim 21 Jan 2018 - 0:47
@clap a écrit:La phrase qui me choque c'est "on ne va pas dire aux enfants" vous n'avez pas été sages, pas de classe de neige l'an prochain"". Bah si, on va.

Moi, ce qui me choque, c'est que sur la classe qui assure la transition école-collège on mette des enseignants météoritiques :

La première, ayant demandé sa mise en disponibilité, est partie quelques semaines après la rentrée. “Son remplaçant, arrivé en octobre, avait accepté d’accompagner la classe de neige“, affirme Hélène Boistard, directrice de l’école. “Mais le 9 novembre, juste après les vacances de la Toussaint, j’ai appris que l’inspection l’avait rappelé. A présent, la classe a une nouvelle enseignante, qui ne les accompagnera pas en classe de neige parce qu’elle a deux enfants en bas âge”, explique-t-elle. “L’autre enseignante est en congé parental, et une autre, contractuelle, finissait son contrat en décembre”.

Normalement, on évite ces situations sur le CP et le CM2. L'académie, sans doute en la personne du DASEN, est responsable de d'avoir jouer aux quilles avec les remplaçants, et voyages scolaires ou pas, la direction de l'école n'aurait dû mettre que des enseignants stables sur le CM2. Je me demande si face à un refus de la classe de neige par tous les enseignants, la directrice n'a pas fait le pari que peut-être un remplaçant accepterait de s'y coller.

Dernière chose, pour les parents, on dirait que c'est soit classe de neige, dans les équipements alpins de la mairie, soit classe de mer, beaucoup plus cher. Alors que sous réserve de trouver des remplaçants volontaires, si la mairie possède les équipements alpins, il devrait être possible de les utiliser pour faire une classe de montagne, hors période de ski, au mois de mai ou juin.



_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


avatar
Pseudo
Demi-dieu

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Pseudo le Dim 21 Jan 2018 - 8:46
@laMiss a écrit:
@Pseudo a écrit:mais qu'en plus ce serait déconnecté de la classe et des enseignements : n'importe quel volontaire d'une autre école pourrait faire l'affaire.

C'est impossible, mais je propose qu'ils les accompagnent eux-mêmes, rien qu'entre parents. Là, je crois qu'ils comprendraient.
J'y ai pensé aussi ! en lisant l'article, je me suis dit que si l'enseignant, après tout, n'était là que pour permettre de partir skier et qu'il pouvait être remplacé par n'importe quel personnel au pied levé, les parents n'avaient qu'à s'y coller.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
avatar
Rendash
Bon génie

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Rendash le Dim 21 Jan 2018 - 8:57
Au passage, "l’agression d’un élève par un de ses camarades en classe de neige il y a deux ans", qui serait selon l'une des mère d'élève signataire de la pétition, c'est celle-ci :

http://www.leparisien.fr/saint-ouen-93400/saint-ouen-un-autiste-de-11-ans-aurait-ete-agresse-lors-d-une-classe-de-neige-26-02-2016-5580033.php

"Mais il faut que l’équipe pédagogique trouve des solutions. On ne peut pas dire aux enfants, ‘si tu n’es pas sage, pas de classe de neige l’année prochaine’ !”, bien sûr.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Verdurette
Modérateur

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Verdurette le Dim 21 Jan 2018 - 9:09
Je ne suis pas forcément contre les voyages (j'en ai même organisé un il y a dix ans, ma classe de CP avec un groupe de personnes âgées dans le cadre d'un projet inter-générations) mais ce n'est pas un dû ... Partir juste parce que "ça se fait" depuis 50 ans, ça n'a pas de sens. Il y a 50 ans, les enfants et leurs familles étaient  beaucoup moins emm.. et on avait encore le temps de travailler à l'école. Sans compter que maintenant, si un gamin se fait une entorse (ce qui est tout de même envisageable au ski même sans faire le mariole) on passe à la télé et on se retrouve cloué au pilori avec une plainte des parents pour négligence ...

Je comprends bien que ce soit une des rares occasions de partir au ski de ces enfants, mais si la mairie possède une résidence là-bas,  cela pourrait tout aussi bien passer par une action municipale pendant les vacances de février. Les élèves ne restent pas à faire du lard devant leurs écrans ou traîner dans la rue, et si vraiment l'instit tient à partir, on lui offre le voyage et il fait faire des révisions. Very Happy

Je reviens à propos de la gestion des personnels (enfin, gestion ... Rolling Eyes ) Saint-Ouen, c'est le 9-3, on devrait déjà être content qu'il y ait quelqu'un -qui que ce soit- dans la classe, hein ! Avec ou sans après-ski compétences.
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Daphné le Dim 21 Jan 2018 - 11:39
@RogerMartin a écrit:
@Haynee a écrit:
@Daphné a écrit:Je ne pense pas que ça puisse être rendu obligatoire pour les professeurs. Je ne parle même pas du bénévolat/volontariat, mais tout simplement de la vie privée, des enfants à gérer - il y a des parents seuls - des collègues avec suivis médicaux réguliers /régimes particuliers, des collègues en situation de grossesse qui ne doivent pas voyager .... Bref difficile d'imposer ça.
+1. En plus, en cas de problème grave, si c'est un ordre auquel l'enseignant ne peut se dérober, le jeu de la patate chaude ne pourrait plus fonctionner aussi bien. Quelqu'un faisait remarquer plus haut que pour le mercredi matin, il avait bien fallu que les PE s'adaptent. Ce n'est toutefois pas pareil de mon point de vue puisque lors de voyage avec nuitées se pose le problème de savoir à qui on peut refiler les enfants : tout le monde n'habite pas près de ses (beaux-)parents.

On peut n'avoir ni enfant, ni chat, ni problème de santé et ne pas avoir envie d'encadrer un voyage scolaire, même quand on est enseignant, non ?
Si on commence à faire la liste des empêchements, à quand l'obligation -- avec quelques motifs identifiés de s'y soustraire ?

On est bien d'accord.
C'est pour cela que je précisais qu'il ne serait pas possible concrètement d'imposer de telles mesures.
avatar
Caspar
Bon génie

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Caspar le Dim 21 Jan 2018 - 11:41
@RogerMartin a écrit:
@Haynee a écrit:
@Daphné a écrit:Je ne pense pas que ça puisse être rendu obligatoire pour les professeurs. Je ne parle même pas du bénévolat/volontariat, mais tout simplement de la vie privée, des enfants à gérer - il y a des parents seuls - des collègues avec suivis médicaux réguliers /régimes particuliers, des collègues en situation de grossesse qui ne doivent pas voyager .... Bref difficile d'imposer ça.
+1. En plus, en cas de problème grave, si c'est un ordre auquel l'enseignant ne peut se dérober, le jeu de la patate chaude ne pourrait plus fonctionner aussi bien. Quelqu'un faisait remarquer plus haut que pour le mercredi matin, il avait bien fallu que les PE s'adaptent. Ce n'est toutefois pas pareil de mon point de vue puisque lors de voyage avec nuitées se pose le problème de savoir à qui on peut refiler les enfants : tout le monde n'habite pas près de ses (beaux-)parents.

On peut n'avoir ni enfant, ni chat, ni problème de santé et ne pas avoir envie d'encadrer un voyage scolaire, même quand on est enseignant, non ?
Si on commence à faire la liste des empêchements, à quand l'obligation -- avec quelques motifs identifiés de s'y soustraire ?
Et dans le cas qui est cité, il y a eu en poste dans la classe un enseignant disposé à partir, que le rectorat a changé de poste. Bravo la gestion des personnels.

Si. Very Happy
Agrippina furiosa
Habitué du forum

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Agrippina furiosa le Dim 21 Jan 2018 - 12:03
@Morante13 a écrit:Les familles ne se rendent pas compte !
Cette semaine en réunion de préparation pour un voyage en Espagne avec des 3ème, un parent d'élève "Mais du coup ils reviennent dans les famille à 19H ? Vous n'avez pas prévu de les récupérer pour aller boire un coup le soir ? C'est tôt 19H, ils vont tourner en rond..." Oui mais nous le soir on aura peut être aussi besoin de souffler non ? On en aura 40 toute la journée déjà...
Euh ... comment dire ... je dois sûrement être très vieille peau, mais 14 ans (parce que des redoublants, ben on n'en a plus des masses) pour aller faire la tournée des bars à tapas (ou pas !), c'est pas un peu jeunot ??? c'est un voyage linguistique, à la base, non ? Moi, je pense que c'est dans le cas contraire que je tiquerais en tant que parent ... mais il est vrai que je suis très old school Mais peut-être que ce monsieur serait prêt à vous suppléer, tes collègues et toi, et à assurer la tranche 19h - 2h du matin alatienne
Quoi qu'il en soit, bon courage !
avatar
Caspar
Bon génie

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Caspar le Dim 21 Jan 2018 - 12:07
@Agrippina furiosa a écrit:
@Morante13 a écrit:Les familles ne se rendent pas compte !
Cette semaine en réunion de préparation pour un voyage en Espagne avec des 3ème, un parent d'élève "Mais du coup ils reviennent dans les famille à 19H ? Vous n'avez pas prévu de les récupérer pour aller boire un coup le soir ? C'est tôt 19H, ils vont tourner en rond..." Oui mais nous le soir on aura peut être aussi besoin de souffler non ? On en aura 40 toute la journée déjà...
Euh ... comment dire ... je dois sûrement être très vieille peau, mais 14 ans (parce que des redoublants, ben on n'en a plus des masses) pour aller faire la tournée des bars à tapas (ou pas !), c'est pas un peu jeunot ??? c'est un voyage linguistique, à la base, non ? Moi, je pense que c'est dans le cas contraire que je tiquerais en tant que parent ... mais il est vrai que je suis très old school Mais peut-être que ce monsieur serait prêt à vous suppléer, tes collègues et toi, et à assurer la tranche 19h - 2h du matin  alatienne
Quoi qu'il en soit, bon courage !

Réponse toute faite: il faut qu'ils restent avec leurs familles hôtesses pour pratiquer leur espagnol. abi Et sinon, concernant la question du père:
Morante13
Niveau 1

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Morante13 le Dim 21 Jan 2018 - 15:33
@Agrippina furiosa a écrit:
@Morante13 a écrit:Les familles ne se rendent pas compte !
Cette semaine en réunion de préparation pour un voyage en Espagne avec des 3ème, un parent d'élève "Mais du coup ils reviennent dans les famille à 19H ? Vous n'avez pas prévu de les récupérer pour aller boire un coup le soir ? C'est tôt 19H, ils vont tourner en rond..." Oui mais nous le soir on aura peut être aussi besoin de souffler non ? On en aura 40 toute la journée déjà...
Euh ... comment dire ... je dois sûrement être très vieille peau, mais 14 ans (parce que des redoublants, ben on n'en a plus des masses) pour aller faire la tournée des bars à tapas (ou pas !), c'est pas un peu jeunot ??? c'est un voyage linguistique, à la base, non ? Moi, je pense que c'est dans le cas contraire que je tiquerais en tant que parent ... mais il est vrai que je suis très old school Mais peut-être que ce monsieur serait prêt à vous suppléer, tes collègues et toi, et à assurer la tranche 19h - 2h du matin  alatienne
Quoi qu'il en soit, bon courage !

Oui voilà, on aurait du leur proposer... Ahah. De toutes façons avec la marche que vont faire leurs enfants ça m'étonnerait qu'ils aient envie de ressortir le soir en sachant que le lendemain il faudra à nouveau se lever à 7H30...
avatar
Babarette
Sage

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Babarette le Dim 21 Jan 2018 - 15:41
@Morante13 a écrit:Les familles ne se rendent pas compte !
Cette semaine en réunion de préparation pour un voyage en Espagne avec des 3ème, un parent d'élève "Mais du coup ils reviennent dans les famille à 19H ? Vous n'avez pas prévu de les récupérer pour aller boire un coup le soir ? C'est tôt 19H, ils vont tourner en rond..." Oui mais nous le soir on aura peut être aussi besoin de souffler non ? On en aura 40 toute la journée déjà...

Aller "boire un coup"? Au collège? 19h pour rentrer chez soi, c'est "tôt"?
Je suis affraid affraid
avatar
Rendash
Bon génie

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Rendash le Dim 21 Jan 2018 - 15:42
C'est vrai, quoi. A cet âge-là, ils doivent la siffler à la maison, la vodka, faut rester raisonnable

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
Contenu sponsorisé

Re: Quand le bénévolat est un dû

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum