Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
cube
Niveau 8

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par cube le Sam 27 Jan 2018 - 11:55
J'ai l'impression que, dans la société actuelle, plus personne ne supporte la frustration ou la contrainte. Il faut être satisfait tout de suite, sinon c'est le drame (je veux 4 pots de nutella en soldes, sinon je mords quelqu'un). D'où des élèves qui laissent tomber leur maigres efforts de travail parce que leurs notes ne sont pas passées de 6 à 18 en deux semaines. La capacité de concentration a également beaucoup baissé, je trouve : 50 ou 55 minutes de cours, ça devient interminable pour des gamins qui zappent d'activité toutes les 10 minutes.
On a remarqué ça avec mes collègues lors d'un voyage scolaire, avec des 5èmes : quelque soit l'activité proposée (visite, shopping, trajet en bus, temps de repas, temps libre dans les chambres, vraiment, n'importe !), ils en avaient marre au bout d'une heure maxi et voulaient bouger, changer, partir. Je ne sais même pas s'ils sont encore capables de regarder un film un peu long sans aller sur leur téléphone entre temps.
avatar
che35
Niveau 6

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par che35 le Sam 27 Jan 2018 - 11:57
Je n'ai pas lu tout le fil mais il faut dire qu'au Lycée ce n'est pas mieux.
Quand j'étais étudiant, en PC, il m'a fallu choisir une option et j'avais choisi psycho. Un enseignement très intéressant au cours duquel j'avais appris quantité de choses. Le prof nous avait entre autres choses expliqué le développement du cerveau, nous disant par la même occasion que le développement complet du cortex est atteint à l'âge de 18-20 ans. Nous avions cet âge là.
Il y a peu j'ai dû recevoir une mère d'élève pour régler un problème de harcèlement subi par sa fille et nous avions discuté de la perception de ladite fille des évènements. De fil en aiguille nous en étions arrivés à parler maturité des élèves etc... s'agissant de Terminales S. C'est là que la mère me dit que les études récentes montrent un développement final du cortex atteint plutôt vers 25 ans que vers 20 ans. De quoi nous avons déduit avec humour que nos Terminales d'aujourd'hui ont les mentalités d'élèves de 6ème d'autrefois... Et il est vrai qu'en observant de près les comportements des garçons comme des filles (plus précoces avions nous coutume de dire ?) j'ai effectivement cette impression, celle d'avoir de vrais gamins en face de moi.
Je ne vous dis pas ce que ça peut avoir pour conséquences quand il s'agit de parler d'orientation (on est en plein dedans là!)... etc...
En même temps je comprends les propos tenus ici par les collègues qui parlent de leurs collégiens...
Ça promet...

_________________
"Dans l'art de la guerre la destruction de l'ennemi n'est qu'un pis-aller, le raffinement suprême c'est la destruction de ses plans" Sun-Tzu  l'Art de la Guerre
"La connerie c'est comme le judo, il faut se servir de la force de l'autre" Jean Yanne
avatar
*Plume*
Niveau 10

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par *Plume* le Sam 27 Jan 2018 - 11:58
@Sphinx a écrit:C'est le brouhaha permanent [...] . Ils ne sont pas tous comme ça, mais j'en ai à peine une poignée de calmes par classe. Ils ne sont pas méchants [...]. Si j'ai le malheur de demander de sortir une feuille ou de distribuer un document, je dois ensuite sortir les rames pendant cinq minutes pour ramener le calme (que je n'aurai jamais complètement).[...] Si un dit ou fait une bêtise, les commentaires fusent, tout ce qui leur passe par la tête doit en sortir à voix haute. Certains passent leur temps à rigoler bêtement, à faire mumuse avec tout et n'importe quoi. [...]

affraid J'ai les mêmes ! Je suis toujours effarée par leur propension à devoir dire haut et fort tout ce qui leur passe par la tête, et ce de la 6è à la 3è (où on ponctue en plus régulièrement ces interventions d'insultes en tout genre...): "Oh zut, j'ai oublié de coller la feuille !", "Eh, on a espagnol aujourd'hui?", "Machiiiin, passe-moi ta colle !", "Madame on va au CDI demain?"...
Quand je les reprends, la plupart d'entre eux ne voit pas où est le problème
J'ai de plus en plus l'impression de faire un boulot dans l'animation et la garderie plutôt que professeur.

Tout à fait d'accord avec toi Cube pour la frustration et la contrainte !!

_________________
"Humeur du moment" :


Ma motivation est sans limite. Hum...
avatar
Salsepareille
Neoprof expérimenté

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Salsepareille le Sam 27 Jan 2018 - 12:07
Mes sixièmes sont ainsi, et c'est flagrant cette année. Très peu de concentration, la bougeotte, incapables de gérer leur matériel: s'il faut prendre une feuille dans le classeur, le coude fait tomber la trousse par terre. En ramassant la trousse par terre, c'est la règle qui tombe... Beaucoup de commentaires à haute voix, beaucoup de zapping...
La différence est énorme avec les années précédentes. A un moment j'ai cru que c'était moi qui vieillissait et que je supportais moins bien les "petits". Mais non: le sentiment cette année est général chez mes collègues. Par ailleurs je trouve les 6èmes attachants, mine de rien. Mais ce côté peu autonome et zappeur s'est vraiment accentué.
AndréC
Niveau 9

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par AndréC le Sam 27 Jan 2018 - 12:11
@scot69 a écrit:Totalement, les parents se comportent de la même façon à l'école qu'au SAV de Darty: comme des consommateurs pour qui tout leur est dû!!!
Très juste, dans une cinquième très calme, j'ai un élève très bavard et perturbateur.

Le père m'a demandé de faire des cours pour lui (sous entendu, avec vous rien ne l'intéresse). Je lui ai dit qu'il y a 30 élèves et que ce n'est pas possible. Il en est hors de question.


Je lui ai dit :
- Vous dites à votre fils de se taire, de cesser de s'agiter, de sortir « tout seul comme un grand » ses affaires de son sac, d'ouvrir son cahier « tout seul comme un grand », d'ouvrir sa trousse « tout seul comme un grand », de prendre un stylo « tout seul comme un grand » sans que j'ai besoin de le lui dire à chaque cours. Vous verrez, ses résultats s'amélioreront.

Et j'ai de la chance, cette cinquième est calme.
avatar
Hermione0908
Modérateur

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Hermione0908 le Sam 27 Jan 2018 - 13:08
@cube a écrit:J'ai l'impression que, dans la société actuelle, plus personne ne supporte la frustration ou la contrainte. Il faut être satisfait tout de suite, sinon c'est le drame (je veux 4 pots de nutella  en soldes, sinon je mords quelqu'un). D'où des élèves qui laissent tomber leur maigres efforts de travail parce que leurs notes ne sont pas passées de 6 à 18 en deux semaines. La capacité de concentration a également beaucoup baissé, je trouve : 50 ou 55 minutes de cours, ça devient interminable pour des gamins qui zappent d'activité toutes les 10 minutes.
On a remarqué ça avec mes collègues lors d'un voyage scolaire, avec des 5èmes : quelque soit l'activité proposée (visite, shopping, trajet en bus, temps de repas, temps libre dans les chambres, vraiment, n'importe !), ils en avaient marre au bout d'une heure maxi et voulaient bouger, changer, partir. Je ne sais même pas s'ils sont encore capables de regarder un film un peu long sans aller sur leur téléphone entre temps.

Pour sortir régulièrement mes classes à Collège au cinéma, je peux te dire que bien souvent ce n'est pas une sinécure.

_________________
Certaines rubriques de Neoprofs.org sont en accès restreint.
Pour en savoir plus, c'est par ici : http://www.neoprofs.org/t48247-topics-en-acces-restreint-forum-accessible-uniquement-sur-demande-edition-2018
CalamityJane
Niveau 2

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par CalamityJane le Sam 27 Jan 2018 - 13:18
A lire tous ces témoignages, j'ai vraiment de la peine pour tous ces élèves qui viennent à l'école pour apprendre et qui subissent les perturbations des autres.

Je fais le même constant avec mes classes, quelques élèves imperturbables qui viennent pour apprendre, beaucoup d'élèves perdus dans le système / qui manquent de concentration / qui manquent même d'éducation / qui n'ont pas envie de travailler / qui disent absolument tout ce qui leur passe par la tête / ... et qui ne comprennent pas en quoi cela dérange.

Parfois, j'ai l'impression que certains élèves sont dans l'attente d'une infraction de règles. Par exemple, lorsqu'un élève dit quelque chose à voix basse (ou pas d'ailleurs) à son camarade assis à côté de lui, je n'ai même pas le temps de gérer ce petit bavardage tranquillement qu'un autre élève lui aura déjà dit haut et fort de se taire, l'élève qui parlait initialement fera comprendre son mécontentement, un autre surenchérit et ainsi de suite. Au lieu de gérer un petit bavardage, je me retrouve alors à gérer un groupe de 5-6 élèves très remontés les uns contres les autres.
avatar
Dhaiphi
Sage

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Dhaiphi le Sam 27 Jan 2018 - 13:43
@CalamityJane a écrit:Je fais le même constant avec mes classes, quelques élèves imperturbables qui viennent pour apprendre,

Il ne reste plus à espérer que leurs parents pourront les inscrire, si cela devient nécessaire, dans un établissement dans lequel on peut encore trier le bon grain de l'ivraie. Rolling Eyes

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Mona Lisa Klaxon
Esprit éclairé

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Mona Lisa Klaxon le Sam 27 Jan 2018 - 13:53
Ce fil fait écho à ce que je vis à la maison et au boulot. Ma fille est en CM1 dans une classe de gamines (essentiellement) qui se comportent exactement comme ce que tu décris en CE, depuis la grande section. Méchancetés, critiques permanentes, moqueries, intérêt pour l'apparence, agitation, absence de concentration longue (je les ai accompagnés pour un concert, j'ai cru que j'allais exploser, et j'ai dû, en tant que simple parent accompagnateur, intervenir comme une prof et remettre en place des gamins de notre école, mais aussi d'autres écoles: ils avaient un mépris et une prétention qui m'a scotchée) , etc. C'est un enfer en classe pour les instits qui se succèdent, et à la maison, on passe notre temps à lutter contre cette attitude. A la fin de chaque vacances, ma fille est à nouveau "normale", calme, intéressée et positive. A chaque retour en classe, il faut lutter contre ses réflexions, son attitude, sa prétention, son agitation nerveuse....
Au collège, j'ai par exemple une classe de 5e d'un excellent niveau, mais qui est clairement insupportable: chaque enfant de la classe "doit" intervenir, tout le temps, sur tout, pour exister, pour prendre la parole à la place d'un autre, pour commenter, pour réagir, pour renchérir, pour questionner, pour "faire la loi", pour se prendre pour le prof, et ne supporte pas la frustration. Cette classe devrait marcher du feu de Dieu, on devrait avancer super vite et se faire plaisir. Au lieu de ça, c'est épuisant et détestable... Je me disais que je vieillissais, mais les collègues jeunes ont le même sentiment...
avatar
amalricu
Habitué du forum

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par amalricu le Sam 27 Jan 2018 - 14:00
@Dhaiphi a écrit:
@CalamityJane a écrit:Je fais le même constant avec mes classes, quelques élèves imperturbables qui viennent pour apprendre,

Il ne reste plus à espérer que leurs parents pourront les inscrire, si cela devient nécessaire, dans un établissement dans lequel on peut encore trier le bon grain de l'ivraie. Rolling Eyes

Oui cela existe et c'est le privé...qui a cette capacité tant enviée : une fois une mère de famille nous a claqué la porte au nez suite à des problèmes de vie scolaire pour les inscrire à côté à Saint...3 semaines plus tard, on la retrouvait avec ses 3 bambins pour les reprendre au nom de la sacro sainte carte scolaire.Neutral Le privé te dégage en un claquement de doigts....

Mais le tri est aussi fait au niveau des candidats dans le privé. Combien de fois est-il demandé d'inscrire son enfant (même un mignon de première catégorie, même si maman fait le catéchisme) en candidat libre pour ne pas diminuer les performances de Saint Glinglin au Baccalauréat ?dans mon coin, les cas sont connus. Ma fille a même eu une copine (handicapée) qui subit un jour cette triste situation.


Dernière édition par amalricu le Sam 27 Jan 2018 - 14:10, édité 1 fois
avatar
Miettes
Niveau 7

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Miettes le Sam 27 Jan 2018 - 14:06
Ma classe de CM2 n'est pas si terrible que celles que vous décrivez (enfin plus si terrible). Au début de l'année, un élève extrêmement manipulateur avait créé tout un bourbier qui impliquait toutes les classes de CM2 de l'école : les élèves étaient nerveux-ses, irritables, bavard-es et impossibles à canaliser. Le petit a quitté l'école, et nous avons pu créer une ambiance de travail agréable. Malgré tout, les travaux qui demandent des efforts sur le temps long sont les plus problématiques : ils / elles sont incapables de prendre un exercice de rédaction au sérieux, par exemple, et finissent toujours pas parler de licornes et par utiliser des formules toutes faites, malgré les travaux préparatoires destinés à leur fournir une palette d'expressions, de thèmes, de motifs. Des efforts à court terme, si cela peut se révéler immédiatement gratifiant, oui ! J'ai toujours 4 ou 5 volontaires différent-es pour venir en soutien (apprendre à tracer un triangle, à placer une fraction sur une ligne graduée, à repérer les fonctions dans la phrase, donc des choses a priori peu clinquantes). Mais le long terme, l'anticipation sur le travail, impossible. De la même manière, les élèves commencent à se tortiller sur leur chaise et à ricaner si une activité demande plus de cinq minutes d'écoute (l'anglais, dans ces conditions, c'est une plaie !).
Je suis également étonnée, car à mes collégien-nes de l'an dernier, je pouvais lire un conte pendant une heure sans entendre un soupir. Cette année, au-delà de dix minutes de lecture, les chuchotements reprennent.

Je débute donc impossible de comparer à un état antérieur.

_________________
2016-2017, lettres au collège : 6e, 5e, 4e + AP 3e
2017-2018, professeure des écoles stagiaire : CM2
2018- ? , doctorat de lettres
avatar
Dhaiphi
Sage

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Dhaiphi le Sam 27 Jan 2018 - 14:11
@amalricu a écrit: Combien de fois est-il demandé d'inscrire son enfant (même un mignon de première catégorie, même si maman fait le catéchisme) en candidat libre pour ne pas diminuer les performances de Saint Glinglin au Baccalauréat ?

J'entends bien cela et ne prétends pas que le "privé" soit la solution de tous les problèmes. Sa fréquentation n'est certainement pas exempte d'inconvénients mais pour rester pragmatique, je prétends que de deux maux il faut choisir le moindre. Rolling Eyes

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Oonnay
Habitué du forum

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Oonnay le Sam 27 Jan 2018 - 14:19
En lisant ce fil je me sens moins seul mais seul à plusieurs. C'est donc bien un constat national. C'est grave ! Très grave !

_________________
Si tout va bien... :
Je vous quitte dans :
avatar
amalricu
Habitué du forum

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par amalricu le Sam 27 Jan 2018 - 14:31
@Dhaiphi a écrit:
@amalricu a écrit: Combien de fois est-il demandé d'inscrire son enfant (même un mignon de première catégorie, même si maman fait le catéchisme) en candidat libre pour ne pas diminuer les performances de Saint Glinglin au Baccalauréat ?

J'entends bien cela et ne prétends pas que le "privé" soit la solution de tous les problèmes. Sa fréquentation n'est certainement pas exempte d'inconvénients mais pour rester pragmatique, je prétends que de deux maux il faut choisir le moindre. Rolling Eyes

En effet, mais le privé se paie une réputation sur notre bon dos...un collègue me dit que l'Etat devrait fixer un quota "d'élèves particuliers" à prendre en charge par le privé vu le financement public alloué à ces honorables institutions.
avatar
scot69
Neoprof expérimenté

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par scot69 le Sam 27 Jan 2018 - 14:38
Il existe clairement 2 types de privé (surtout dans les établissements de centre-ville): les établissements d'élite, qui peuvent se permettre d'être sélectifs, et les établissements "poubelle" (désolé, je ne trouve pas de terme approprié), qui récupèrent les élèves qui ont été virés du public, et qui "survivent" comme ils peuvent, en craignant chaque année les pertes d'heures et les fermetures de classes. Ils ne peuvent en aucun cas être sélectifs et si jamais ils virent un élèves, ils tombent en dessous du nombre d'élève minimum par classe.


Dernière édition par scot69 le Sam 27 Jan 2018 - 20:50, édité 1 fois
avatar
Verdurette
Modérateur

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Verdurette le Sam 27 Jan 2018 - 16:01
Je ne suis pas d'accord avec l'idée "que l'Etat devrait fixer un quota "d'élèves particuliers" à prendre en charge par le privé vu le financement public alloué à ces honorables institutions". Ce financement public paie les professeurs, et l'Etat sait pertinemment qu'il serait dans l'impossibilité de scolariser les cohortes d'élèves qui sont actuellement dans le privé. Toutes les familles qui paient une école privée à leurs enfants ne sont pas des bourgeois fortunés (je n'en suis pas une ...) si elles font cet effort, il est normal qu'elles en tirent un avantage : pouvoir travailler (relativement) en paix ...

Mieux vaudrait faire une loi permettant au public de gérer les "élèves particuliers" comme le privé, ce serait beaucoup plus intelligent, et surtout bénéfique pour tout le monde pour les profs, certes, mais aussi pour les élèves plus ou moins bons mais "sérieux" (majoritaires) qui sont empêchés de travailler, et même pour les perturbateurs, car les laisser faire ne leur fait aucun bien. Mais là, il va falloir un acte très très courageux de la part du ministère ...
Cap ? Pas cap ?
avatar
Rabelais
Grand Maître

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Rabelais le Sam 27 Jan 2018 - 16:19
@Verdurette, sur le principe, je suis évidemment bien d'accord mais dans les faits, chez nous, les élèves que tu décris sont aussi nombreux que les autres , comment exclure toute une cohorte ? Le privé les renvoie chez nous et après nous, où iront-ils ?
Je crois qu'il faut, comme il a été dit ici, faire marche arrière très vite sur l'inclusion des parents dans les affaires intra-école ( collège ) et leur redonner parallèlement des obligations dans le suivi scolaire à la maison.
On inverserait le processus, en fait : ils ne mettent plus le nez dans la façon dont on dispense une discipline et on met le nôtre dans la façon dont ils s'impliquent dans les devoirs et la compréhension scolaire de leur enfant, ainsi que dans l'usage du numérique et des écrans.
( que dire à une maman qui me dit, fière :" mais je suis rigide, hein, je ne lui accorde QUE 2 heures de PS4 par jour, pas plus, et je le fais respecter ". Tu m'étonnes qu'il n'ait pas le temps de faire ses devoirs en semaine.)
Vaste programme.
Dès la maternelle, on revient à la gestion du vivre ensemble de façon très autoritaire et sans faille et ensuite, on pourra " éveiller leur esprit", appliquer des méthodes éducatives alternatives, bref, ce qui est mieux pour eux.
Mais sans les bases de vie en société, et avec des parents qui te sautent dessus en maternelle dès que tu obliges l'enfant à quelque chose  ( à être frustré donc, à apprendre qu'il n'est pas tout seul et que le groupe a un fonctionnement auquel il doit se plier quand il est au sein de celui-ci, à être responsable de ses actes ...), c'est déjà fini.
Le nombre de parents qui commencent dès la GS à imposer aux PE pour LEUR enfant une sieste plus longue, ou plus courte ou pas de sieste et demande donc à l'école de s'adapter à LEUR enfant est hallucinant.
Au nom du bien être individuel ( que je ne nie pas ... Ceci dit, l'école n'est pas obligatoire en MS\GS..) on crée 35 règles différentes pour 35 enfants et non pas un apprentissage de la vie en collectivité avec ce qu'elle comporte comme differences avec la vie familiale et individuelle.
Mais j'arrête -là, c'est impossible de revenir en arrière, l'école doit se débrouiller pour convenir à chacune des individualités et surtout, ne pas renvoyer les parents devant les leurs ( éducation, tablettes, politesse, devoirs).

Pour moi, c'est fini, on n'y arrivera pas et l'EN est en fin de course.
Bon courage.


Dernière édition par Rabelais le Sam 27 Jan 2018 - 16:23, édité 1 fois

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
musa
Fidèle du forum

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par musa le Sam 27 Jan 2018 - 16:19
Même constat avec plus ou moins d'intensité selon les années. Mes 5è et 4è sont comme les piles décrites par Sphinx (les 4è commencent légèrement à se calmer). En contrôle, je n'en pouvais tellement plus de voir qu'ils mettaient des lustres à se mettre au boulot et qu'à la fin, ils n'avaient plus le temps de terminer, que je leur interdis désormais pendant 20 minutes de poser des questions pour les obliger à essayer de se concentrer (parce que bon les questions du genre "j'ai oublié de sauter des lignes c'est pas grave? si j'ai donné un exemple au lieu de deux, vous enlevez des points? vous enlevez des points si c'est trop sale? Est-ce que je peux demander à Minerve son blanco?c'est sur combien? on est le combien aujourd'hui madame? et si on fait pas les questions dans l'ordre? avant de décliner, on écrit les cas dans la marge ou pas? )
Les 3è sont beaucoup plus posés. Et mon fils qui est en CM1 est dans une super classe j'ai l'impression, c'est déjà ça...
avatar
Ihaveadream
Niveau 5

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Ihaveadream le Sam 27 Jan 2018 - 16:31
@Rabelais a écrit:

Pour moi, c'est fini, on n'y arrivera pas et l'EN est en fin de course.
Bon courage.

Complètement d'accord, malheureusement. Si le processus de reconversion n'était pas si compliqué, on observerait une désertification massive des enseignants...


Dernière édition par Hermione0908 le Sam 27 Jan 2018 - 17:08, édité 1 fois (Raison : Balises)
avatar
Monsieur_Tesla
Niveau 6

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Monsieur_Tesla le Sam 27 Jan 2018 - 16:34
L’impression que c'est comme la marée, des niveaux excellents et des boulets selon les années.

Nos 5ème sont au top (j'arrive à les faire manipuler au laboratoire à 30 dans un calme relatif)

En 4ème, j'y arrive (plus difficile, beaucoup de bruit)

En troisième, ils viennent pour jouer, donc plus de laboratoire (dommage en physique-chimie) Trop peur d'un accident !

Les 6ème, je ne sais pas encore.

P.S. : plus aucun groupe à effectif réduit, toujours à 30 ... ou plus.

_________________
Ce que j'entends je l'oublie.
Ce que le lis je le retiens.
Ce que je fais, je le comprends !

Tchuang Tseu
avatar
Verdurette
Modérateur

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Verdurette le Sam 27 Jan 2018 - 17:03
Rabelais : je parle de renvoyer les quelques élèves qui suffisent à créer un climat véritablement délétère, voire dangereux. Or, ces élèves, nous leur consacrons aujourd'hui toute notre énergie, officiellement pour  les remettre dans le droit chemin de la réussite pour tous (cause toujours, tu m'intéresses...) officieusement pour empêcher qu'il y ait des morts (et je n'exagère pas, cf le fil sur le lycée de Toulouse,  mes hallu personnelles sur le fil dédié, et tant d'autres exemples sur ce forum, hélas). Et cela au détriment de nos nerfs, de notre santé, et de ce que j'appelle l'intérêt général, du moins celui du plus grand nombre.  Et aussi au détriment de la loi et de la morale, je trouve.  

Je rêve de fédérer des milliers d'enseignants au delà des clivages politiques, syndicaux, pédagogiques ... pour faire pression sur le gouvernement.
C'est de notre santé mentale, de notre capacité à enseigner, donc à honorer notre vocation, qu'il s'agit.  Cela mérite un combat, non ?
Suis-je totalement à côté de la plaque ?  Championne toutes catégories de naïveté ?  Je ne sais pas.
avatar
Ihaveadream
Niveau 5

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Ihaveadream le Sam 27 Jan 2018 - 17:27
Non, c'est simplement du bon sens Verdurette. Mais beaucoup d'enseignants, j'ai l'impression, ne sont pas prêts à mener ce combat... Et c'est bien ce que souhaite l'EN : que chacun reste bien sagement dans son coin, en appliquant des réformes de plus en plus absurdes face à des élèves de plus en plus...de moins en moins "élèves", dira-t-on...
avatar
Mathador
Habitué du forum

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Mathador le Sam 27 Jan 2018 - 18:06
@Rabelais a écrit:@Verdurette, sur le principe, je suis évidemment bien d'accord mais dans les faits, chez nous, les élèves que tu décris sont aussi nombreux que les autres , comment exclure toute une cohorte ? Le privé les renvoie chez nous et après nous, où iront-ils ?

  1. Simplification des conseils de discipline et de leur équivalent en primaire. Limitation des possibilités de recours.
  2. Première exclusion (définitive): 2 semaines de carence avant de revenir dans un établissement.
  3. Deuxième exclusion de l'année scolaire: plus d'inscription sur la carte scolaire, CNED obligatoire si la famille choisit de rester dans l'instruction publique. Ceci jusqu'à la fin de l'année scolaire suivante.

Avec ça, le nombre d'élèves concernés diminuera drastiquement comme par magie.

_________________
« Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !
Non ! non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! » (Cyrano de Bergerac)
« Un mathématicien est une machine à transformer le café en théorème. » (Alfréd Rényi)
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
« C'est l'équation, l'ax+b qui fait tilt » (Mylène Farmer, L'instant X)
avatar
Rendash
Bon génie

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Rendash le Sam 27 Jan 2018 - 18:29
@Mathador a écrit:
@Rabelais a écrit:@Verdurette, sur le principe, je suis évidemment bien d'accord mais dans les faits, chez nous, les élèves que tu décris sont aussi nombreux que les autres , comment exclure toute une cohorte ? Le privé les renvoie chez nous et après nous, où iront-ils ?

  1. Simplification des conseils de discipline et de leur équivalent en primaire. Limitation des possibilités de recours.
  2. Première exclusion (définitive): 2 semaines de carence avant de revenir dans un établissement.
  3. Deuxième exclusion de l'année scolaire: plus d'inscription sur la carte scolaire, CNED obligatoire si la famille choisit de rester dans l'instruction publique. Ceci jusqu'à la fin de l'année scolaire suivante.

Avec ça, le nombre d'élèves concernés diminuera drastiquement comme par magie.

Owi, les jours de carence, toussah yesyes


Mais c'est un peu mollasson, comme solution. Si dès la première exclusion on inflige cinquante coups de fouet, et qu'on pique ceux qui sont exclus pour la deuxième fois, le problème sera nettement mieux résolu.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Ponocrates
Habitué du forum

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Ponocrates le Sam 27 Jan 2018 - 19:23
J'ai du mal à suivre votre ironie Rendash. Si, en effet, les parents se retrouvaient à devoir gérer leur progéniture si elle n'est pas capable de faire son métier d'élève, peut-être seraient-ils moins prompts à défendre tous les écarts antérieurs et comprendraient-ils leur intérêt à travailler avec les enseignants pour le bien de l'enfant/élève et le leur. L'instruction est obligatoire, non la scolarisation en présentiel.
Avec tous ces beaux discours sur les moocs, ces fabuleux élèves digital natives qui ont tant de capacités avec les ordinateurs, l'individualisation etc. ce serait bien que l'on aille au bout du raisonnement et que pour ces malheureux enfants persécutés par l'institution on cesse d'exiger d'eux qu'ils se déplacent dans un cadre quasiment carcéral. Qu'ils restent chez eux, voilà tout, avec le CNED.

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
amalricu
Habitué du forum

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par amalricu le Sam 27 Jan 2018 - 19:32
@Mathador a écrit:
@Rabelais a écrit:@Verdurette, sur le principe, je suis évidemment bien d'accord mais dans les faits, chez nous, les élèves que tu décris sont aussi nombreux que les autres , comment exclure toute une cohorte ? Le privé les renvoie chez nous et après nous, où iront-ils ?

  1. Simplification des conseils de discipline et de leur équivalent en primaire. Limitation des possibilités de recours.
  2. Première exclusion (définitive): 2 semaines de carence avant de revenir dans un établissement.
  3. Deuxième exclusion de l'année scolaire: plus d'inscription sur la carte scolaire, CNED obligatoire si la famille choisit de rester dans l'instruction publique. Ceci jusqu'à la fin de l'année scolaire suivante.

Avec ça, le nombre d'élèves concernés diminuera drastiquement comme par magie.

Avec ça, les avocats se frottent les mains d'avance...le nombre de litiges augmentera fortement comme par magie et les conseils de discipline vont être "punchy" en diable...Les cellules juridiques des rectorats vont crouler sous les dossiers contentieux.

Combien de gamins sont déscolarisés déjà avant 16 ans ? On risque de tripler les chiffres en moins de 2 ans d'une telle politique. Tout le contraire de la politique affichée du ministère.

Contenu sponsorisé

Re: Génération Z' : amis profs du secondaire, ils seront chez vous dans trois ans

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum