Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Ze-ticheur
Je viens de m'inscrire !

Néotitulaire en souffrance : persévérer ou se réorienter

par Ze-ticheur le Sam 27 Jan 2018 - 15:23
Bonjour à toutes/tous,

Je viens de m'inscrire sur ce site parce que sans verser dans le pathos, j'ai vraiment besoin d'aide et les conseils des collègues, amis, de la famille, des groupes facebook de prof ne suffisent pas, je vis de plus en plus mal ma situation pro physiquement et moralement et espère m'appuyer sur vos conseils/remarques avisés pour remonter la pente.

Je suis prof d'anglais et néotitulaire dans l'académie de Créteil dans un collège REP et ZPV au milieu d'une cité, qui a les caractéristiques d'un REP+ en termes de conditions sociales et économiques des élèves(mais titre de rep+ non attribué car dossiers de bourse pas toujours remplis). Les +: des collègues supers et qui font "bloc", une cpe géniale et de bonnes infrastructures. Les -: des élèves sans limites et une direction laxiste. Problème: le "choc" de néotit les deux/trois premiers mois est passé et

1) je ne vois aucune amélioration: le bazar dans toutes mes classes (6e,5e,3e), impression constante de se battre contre vents et marées pour tout, fatigue physique intense, sentiment d'inutilité (peu de résultats positifs à mon travail) et impression d'impuissance en terme d'autorité (les élèves ne font pas toujours leur punitions, ne viennent que rarement en colle si j'en met (vie sco qui prend moyen le relai), rapports d'incidents à la pelle, exclusions du cours ou de l'établissement qui ont peu d'effet, très peu de commissions éducations, conseils de dis), sentiment de devoir constamment faire ce job sur mes gardes (bagarres etc), coups de déprime/pleurs assez régulièrement

2) dégradation des éléments suivants: une perte de poids vertigineuse qui m'a fait mettre un sérieux "hola": je n'ai plus envie de m'impliquer (suivi des élèves, retenues prises en charges etc) et fais le strict minimum dans mes preps pour me préserver (du mieux possible mais le minimum), focus sur ma vie privée, de moins en moins de petits moments où je prends plaisir à enseigner (ces moments là sont plutôt vécus comme des répits à l'agitation habituelle), "fuite" de plus en plus rapide de l'établissement en fin de journée, sentiment d'être juste éreintée et usée par le métier alors que c'est tout récent, je souris beaucoup moins au sein du collège, défaitisme (je vois la "fabrication" des élèves dits de "cité"... passé 4mois en 6ème dans ce collège ils se transforment et commencent à prendre la tangente), impression de faire 85% de gestion de classe, fatigue morale qui se ressent dans mon discours auprès des élèves, et je me rends au travail par "devoir" mais tout semble terne et absurde dès qu'il s'agit du boulot (tout m'est de plus en plus égal)

Tout va bien par ailleurs côté vie perso mais le boulot pèse de plus en plus lourd: ce n'est ni le métier que je veux faire, ni celui que j'ai choisi, ni celui auquel j'ai été formée (ou pas d'ailleurs, après une année de stage tranquille, je découvre la gestion de classe cette année), et je me sens "trahie" par l'EN, ses grands principes d'éducabilité et ses belles promesses. Tout le monde me dit que ça se passe mieux la 2ème année, mais je me demande si je vais tenir jusque là, si je suis faite pour ce job ou non, s'il ne vaut pas mieux que je demande ma mut en intra (avec 31 petits points^^), ou que je me ré-oriente... bref, help, je m'en remets à vos conseils :o


Dernière édition par Derborence le Dim 28 Jan 2018 - 6:41, édité 2 fois (Raison : Typographie du titre)
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: Néotitulaire en souffrance : persévérer ou se réorienter

par Anaxagore le Sam 27 Jan 2018 - 15:32
1) On ne peut éluder le contexte. Personne n'est préparé à être un gladiateur. Tout ne dépend pas que de toi.

2) Ne prend pas les choses personnellement. Tu joues un rôle le mieux possible.

3) Repose-toi à chaque fois que tu peux.

4) Fais de ton mieux.

5) Aère-toi l'esprit.

La vie est belle et ne s'arrête pas à ce bahut. Courage.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."
avatar
Ihaveadream
Niveau 5

Re: Néotitulaire en souffrance : persévérer ou se réorienter

par Ihaveadream le Sam 27 Jan 2018 - 15:41
1) n'hésite pas à te faire arrêter quelque temps
2) demande ta mut en intra pour ne pas faire une deuxième année dans cet établissement !
3) courage !! Beaucoup sont passés par là.
avatar
polie2046
Niveau 5

Re: Néotitulaire en souffrance : persévérer ou se réorienter

par polie2046 le Sam 27 Jan 2018 - 16:39
Bonjour,

Visiblement tu as toi même trouvé les parades. D'après ce que tu dis, tu ne dois pas être la seule dans cette situation, vous pouvez vous organiser. Ce désordre ne se limite pas aux zones classées sensibles. Puisque la CPE dont tu parles est géniale, ne pourrait-elle pas, avec la direction, organiser un groupe de réflexion, des réunions et des actions contre les incivilités, en impliquant les parents et APE, voire les associations et élus municipaux également ?
Cependant, si le véritable problème est ton désengagement progressif, tu peux d'ores et déjà mettre en place un projet de mobilité professionnelle, dans la mesure où tu as des pistes d'ouverture. Le rectorat doit pouvoir te renseigner.
Il est certain que c'est douloureux d'investir tant d'efforts et de sacrifices pour vivre cela dès le départ.

Bon week-end !

_________________
POLIE
avatar
Lord Steven
Habitué du forum

Re: Néotitulaire en souffrance : persévérer ou se réorienter

par Lord Steven le Sam 27 Jan 2018 - 17:58
Beaucoup d'entre nous ont vécu une première affectation dans un établissement tel que vous le décrivez. C'est fort triste, mais la plupart d'entre nous n'ont qu'une seule envie: fuir le plus rapidement possible. Demandez-vous si vous avez une autre porte de sortie que l'enseignement. Et également si vous avez pris du plaisir à cette profession lors de votre année de stage. Si tel est le cas, optez pour la mutation. Et surtout: oubliez toutes les recettes qu'on a tenté de vous inculquer lors de votre année de stage, elles sont inapplicables dans un tel collège. Moi-même, dans un établissement similaire et dans la même matière que la vôtre, je m'y étais brisé les dents au siècle dernier. Du coup j'avais trouvé une parade complètement anti-pédagogique: nous traduisions en français toutes les pages du manuel, ils écrivaient toute l'heure dans leur cahier - et de leur propre aveu, avaient le sentiment de vraiment travailler. Cela ne servait strictement à rien, mais cela m'avait permis d'éviter le foutoir généralisé des activités orales totalement impossibles.

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch
avatar
Rabelais
Vénérable

Re: Néotitulaire en souffrance : persévérer ou se réorienter

par Rabelais le Sam 27 Jan 2018 - 21:30
Ne baisse pas les bras, ton désengagement est normal dans ces conditions.
Comme je le répète : nous ne sommes pas tous faits pour les mêmes établissements.
J'ai des collegues qui aiment beaucoup travailler dans ces colleges,qui y trouvent un véritable but et moi, bien, apres 3 ans d'établissements classiques, je me retrouve en véritable difficulté cette année avec exactement le même sentiment de dépit, de souffrance et de trahison que toi.
J'ai failli démissionner deux fois cette année et je me demande si je ne suis pas en burn out.
Mais je peux me tourner vers les années précédentes et me dire que j'aime (ais) follement mon métier.
Ce sont donc les conditions de travail qui provoquent ce mal être.
Donc FUIS, demande ta mutation, fais du trajet, tant pis, mais sauve toi de là.

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
G'z
Niveau 3

Re: Néotitulaire en souffrance : persévérer ou se réorienter

par G'z le Dim 28 Jan 2018 - 3:46
Bonjour Ze-ticheur !

Chaque année scolaire a son lot de bonnes choses et de choses moins bonnes !

Ne désespère pas. A la lecture de ton message on voit quand même qu'il s'agit d'un contexte éducatif particulier et que des actions ont été prises en collaboration. C'est un point positif et rassurant.

Quitter le métier que t'as choisi par vocation, et donc par plaisir, ce serait faire preuve d'échec à mon avis. Mais parfois, on a pu le choix ! Mais toi, tu es jeune dans le métier, tu as donc d'autres perspectives avant de franchir le pas

De bons conseils t'ont été prodigués par les collègues en amont. Mais le plus important est celui de la mutation pour voir si l'herbe est plus verte ailleurs. Si cela n'est pas le cas, il existe d'autres pâturages : le lycée, la formation des collègues, être chargé de mission, participer à des groupes de réflexions académiques, etc. Le but est de prendre de la distance avec ce genre de situations désagréables dès l'entrée dans le métier. Et le public est différent.

J'ai failli tout quitter à 5 ans de carrière. Mais je me suis orienté vers d'autres sphères plus gratifiantes professionnellement et personnellement ! Et aujourd'hui je suis ravi de faire ce métier.

Par ailleurs, quand les conditions de travail ne conviennent plus, après avoir essayé de faire bouger les choses, il convient de se protéger et de ne pas se culpabiliser en quittant sans regret ni remord cet espace de tensions mentales !

Courage à toi !


Dernière édition par G'z le Mar 30 Jan 2018 - 3:53, édité 1 fois
avatar
polie2046
Niveau 5

Re: Néotitulaire en souffrance : persévérer ou se réorienter

par polie2046 le Dim 28 Jan 2018 - 16:41
Bien vu, G'z : espace de tensions mentales...et nerveuses ! C'est moins difficile lorsque l'on trouve du soutien parmi les collègues. En principe, cela devrait aller de soi.

Il est aussi possible de questionner son gestionnaire I-prof, qui reste à l'écoute.
Tu as la vie devant toi Ze-ticheur (mystérieux avatar : the teacher ?)

Bonne soirée.

_________________
POLIE
AmyR
Niveau 6

Re: Néotitulaire en souffrance : persévérer ou se réorienter

par AmyR le Dim 28 Jan 2018 - 18:30
Bonjour,
J'ai vécu le même genre de choses pendant mon année de néotit'. J'ai fais une demande à l'intra dés la première année et j'ai atterri dans un établissement plus tranquille et ça va mieux (même si tout n'est pas parfait). En anglais, plusieurs neotit' sont arrivés dans cet établissement l'année dernière (académie de Versailles) donc il est possible que tu obtiennes toi aussi un établissement plus calme.

Je pense qu'il est toujours bon de réfléchir à une porte de sortie, ça remonte le moral les mauvais jours Razz. Après tout dépend de toi, de si tu te vois faire autre chose, ect.

Bon courage à toi.
Contenu sponsorisé

Re: Néotitulaire en souffrance : persévérer ou se réorienter

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum