Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Verdure
Niveau 2

Quelle stratégie pour "rentrer" (philo) ?

par Verdure le Mar 30 Jan 2018 - 23:22
Bonsoir, ou bonjour,

J'ai 26 ans, je suis AED à mi-temps en lycée pour la deuxième année scolaire consécutive. En parallèle je suis en M2 (j'ai déjà validé un premier master l'an dernier). Et pour finir je vais me présenter au Capes de philosophie en avril; mais je ne me fais à peu près aucune illusion : ne l'ayant que peu préparé, l'admissibilité serait une victoire (et l'occasion formatrice de subir l'Oral...).

Du coup, je dois me projeter en 2018-2019, et adapter ma stratégie pour retenter le Capes 2019 dans de meilleures conditions. Mais comment faire ? Je vois deux grandes possibilités... et un dilemme :

- Faire une troisième année de pionnicat. Avantages : stabilité pour douze mois de plus ; accès après cela aux concours internes ; possibilité de me concentrer sur la préparation. Inconvénients : confort financier très limite ; concours interne a priori peu intéressant en philo vus les ratios ; sérieuse lassitude du job et sentiment de stagnation...

- Ne pas renouveler mon contrat de pion et postuler comme contractuel. Avantages : une préparation plus directe au métier ; un statut (subjectivement) plus valorisant que celui d'AED ; une situation financière de départ presque la même qu'en étant pion à mi-temps grâce à l'ARE-RSA, et potentiellement  améliorée. Inconvénients : incertitude totale et précarité ; sentiment d'illégitimité et d'impréparation ; peut-être pas l'idéal pour préparer un concours...

Inconvénients dans tous les cas qui m'effraient un peu : études finies, travaillant pas du tout ou à mi-temps, il y a le risque de se sentir "déconnecté" du réel la majeure partie de la semaine, donc inutile et esseulé... même si ça laisse du temps libre pour préparer le concours !

Je dois préciser que je sature vraiment de mon job de pion, pour pleins de raisons. Si bien que, dans le cas où je ferais une troisième année, ce serait sans doute dans un autre établissement, ne serait-ce que pour "changer d'air"... Le plus décisif je crois ce sont des raisons "subjectives" : c'est un statut peu flatteur alors même que 1) je ne suis plus "tout jeune tout jeune" ; 2) surtout, j'ai le sentiment assez frustrant d'être sous-employé et sous-considéré étant donnés mes diplômes et ce que je me sens capable de faire (je dis ça, mais, soyons clair, je n'ai pas du tout un égo surdimensionné !). Et en bossant dans un lycée, l'objet du désir est là tout proche : enseigner me démange ! Alors même que des "collègues" plus jeunes que moi sont profs titulaires. En gros je vivrais ça comme une "stagnation".

Mais des questions pratiques se posent pour mieux trancher :

- Quel est l'état du "marché" ? Quelle est la demande en matière de remplacements dans cette matière (je ne me vois pas enseigner autre chose que la philo, je serais incompétent !) ? Sachant que je suis dans une grande ville attractive, avec de plus une fac de philo ; et que, bien que je vais devoir déménager, ma marge financière est limitée et ma voiture en fin de vie !

- Garder en tête le concours interne alors que je peux accéder à l'externe, est-ce pertinent dans cette matière ?

- Envisager un "plan B" ? mais j'avoue que je n'en ai pas...

Ca fait un sacré pavé et beaucoup de choses ! Je compte sur votre expertise et générosité pour me conseiller... Et vous remercie beaucoup par avance !
avatar
Libérée, délivrée
Niveau 2

Re: Quelle stratégie pour "rentrer" (philo) ?

par Libérée, délivrée le Mer 31 Jan 2018 - 8:52
Tu peux continuer comme pion en attendant de décrocher une première suppléance comme ça tu ne perds rien au niveau de l'ancienneté pour le concours interne.
avatar
Libérée, délivrée
Niveau 2

Re: Quelle stratégie pour "rentrer" (philo) ?

par Libérée, délivrée le Mer 31 Jan 2018 - 8:54
car au bout de trois ans d'ancienneté fonction publique tu as le droit de passer un concours interne. Mais la philo, franchement, il n'y a pas beaucoup de postes.
CPE ? CRPE ?
avatar
Aiôn
Niveau 6

Re: Quelle stratégie pour "rentrer" (philo) ?

par Aiôn le Mer 31 Jan 2018 - 19:30
J'ai passé le CAPES encore un peu plus tard que toi et en ayant travaillé avant. Je comprends bien le sentiment déplaisant qu'on éprouve à ne pas travailler à son niveau de diplôme. Mais on peut aussi y voir un atout. La maturité et l'envie de quitter une situation précaire sont des avantages concurrentiels à ne pas sous-estimer. (Ce qui ne justifie pas ces situations sociales, entendons-nous bien...).  

La questions que tu poses est très dépendante de la façon dont tu travailles et de ton niveau. Elle dépend aussi de paramètres financiers. Nombre des concurrents disposent de tout leur temps, et il faut les battre. S'il est possible de dégager un vrai temps libre en vivant comme un ermite étudiant pauvre (RSA + aides extérieures/économies... ou trouver un moyen original de ne pas payer le loyer ou la nourriture...) c'est certainement un avantage par rapport au mi-temps, surtout si tu peux squatter la fac et la BU. Certes on vit seul, pauvre et déconnecté du réel, mais j'ai bien aimé l'immersion complète pour ma part. Après, si tu es déjà au niveau de l'admissibilité c'est certainement une autre question... Préparer les concours suppose un excellent niveau en philo générale et le cursus de master recherche peut mener très loin des préoccupations des concours. Parfois ça suppose une sorte de remise à niveau.

Il est par ailleurs possible de préparer le CAPES en étant contractuel. C'était le cas d'un camarade de l'ESPE. Je ne pense pas que ce soit facile. Là aussi cela dépend certainement de l'académie, mais je n'ai jamais trouvé de poste de contractuel quand j'en ai cherché un, et je vois des collègues s'expatrier parfois assez loin dans la pampa pour trouver un poste. J'imagine que c'est une bonne manière d'essayer le métier et d'ajouter une ligne valorisante à son CV. Cela peut néanmoins impliquer de déménager pour entrer dans le métier, le faire tout en préparant et réussissant le concours (!), puis enchaîner sur stage/ESPE dans un autre lieu et enchaîner encore par une mutation, éventuellement à l'autre bout de la France. Il y a là aussi des contraintes financières, géographiques et d'isolement à prendre en compte.


Dernière édition par Aiôn le Mer 31 Jan 2018 - 19:58, édité 3 fois
User17706
Enchanteur

Re: Quelle stratégie pour "rentrer" (philo) ?

par User17706 le Mer 31 Jan 2018 - 19:43
Beaucoup de questions, c'est difficile de répondre à tout à la fois.

Tout d'abord, il n'y a pas de raison (me semble-t-il) de préférer le capes interne à l'externe ni de se cantonner à l'un de ces deux concours. L'absence de programme fait que la différence dans la préparation n'est pas très significative.

Attention, la situation de contractuel peut se refermer comme un piège : on a trop de travail pour préparer, la préparation des cours ne coïncide pas toujours avec celle du concours, loin de là, et l'on est ballotté de services en services sans jamais passer le cap du concours. J'ai des (anciens / actuels) étudiants dans une situation semblable, d'autres qui en sont sortis mais non sans difficulté.

_________________
'Tis a blushing, shamefaced spirit that mutinies in a man’s bosom. It fills a man full of obstacles. It made me once restore a purse of gold that by chance I found. It beggars any man that keeps it. It is turned out of towns and cities for a dangerous thing, and every man that means to live well endeavors to trust to himself and live without it.
____________

When everybody is swept away unthinkingly by what everybody else does and believes in, those who think are drawn out of hiding because their refusal to join is conspicuous and thereby becomes a kind of action.
Verdure
Niveau 2

Re: Quelle stratégie pour "rentrer" (philo) ?

par Verdure le Mer 31 Jan 2018 - 21:56
Merci beaucoup pour vos réponses !

@Libérée, délivrée a écrit:Tu peux continuer comme pion en attendant de décrocher une première suppléance
Possibilité intermédiaire à laquelle je n'avais pas pensé... Quitter mon poste de pion si par exemple un gros remplacement se présente. Mais dans quelle mesure ce serait possible je ne sais. Si c'est pour que ça coince ou grince dans la hiérarchie et qu'au final on me pourrisse...

@Libérée, délivrée a écrit:Mais la philo, franchement, il n'y a pas beaucoup de postes.
CPE ? CRPE ?
CPE Dieu m'en garde !
Je suis trop attaché à ma discipline pour envisager autre chose dans l'EN.

@Aiôn a écrit:J'ai passé le CAPES encore un peu plus tard que toi et en ayant travaillé avant.

PauvreYorick a écrit:Beaucoup de questions, c'est difficile de répondre à tout à la fois.

Merci pour vos conseils et remarques instructives. Vos avis sont nuancés mais penchent plutôt du côté de la première solution.

Pour information j'ai eu un 6 et un 10 aux admissibilités de la session 2017, sans aucune préparation (j'y suis allé pour ainsi dire à vide et sans avoir composé depuis belle lurette).
J'ai bien conscience du travail à produire, de ce qui me manque, et de l'éloignement impliqué par des masters "recherche". Je pourrais parler des heures de certains sujets très familiers ; mais me retrouver tout à fait démuni avec beaucoup d'autres !
avatar
Aiôn
Niveau 6

Re: Quelle stratégie pour "rentrer" (philo) ?

par Aiôn le Mer 31 Jan 2018 - 22:15
Ce sont de bons résultats dans les conditions susdites Wink Bravo ! Reste plus qu'à s'y mettre un grand coup.
Verdure
Niveau 2

Re: Quelle stratégie pour "rentrer" (philo) ?

par Verdure le Jeu 1 Fév 2018 - 23:00
Merci Very Happy Mais oui un grand coup comme tu dis parce qu'y'a du travail...
Contenu sponsorisé

Re: Quelle stratégie pour "rentrer" (philo) ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum