Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Lefteris
Empereur

Re: Collègues et LCA

par Lefteris le Dim 11 Fév 2018 - 0:43
@Provence a écrit:

Le problème, ce ne sont pas les "vannes", le problème c'est que notre enseignement n'a plus d’horaire dédié, que les heures de langues anciennes sont prises sur la marge, que certains collègues les croqueraient bien pour leurs propres projets, et que c'est épuisant de devoir se battre, toujours, tout le temps, encore et encore, sur tous les fronts.
Voilà, c'est à ça que je pense, pas à la vanne d'un crétin que je mettrais dans les cordes immédiatement. Quand je suis devenu enseignant, j'avais comme certifié parfois deux bons tiers de mon service en langues anciennes, et j'aurais même pu avoir la totalité une année. Désormais,j'ai un tiers au plus, et comme agrégé. Et en plus je pourrais très bien avoir moins ou ne rien avoir, ce qui est arrivé à d'autres. Ceci dit, je refuse de me battre comme si je tenais une boutique perso, du moins au niveau local, jamais je ne m'abaisserais à entrer dans ce jeu. Je fais cependant remarquer que c'est l'établissement, plus que moi, qui perd son latin.
En attendant, ça démotive inévitablement.
avatar
yellosub
Niveau 9

Re: Collègues et LCA

par yellosub le Dim 11 Fév 2018 - 8:19
@Lefteris a écrit:
@Provence a écrit:

Le problème, ce ne sont pas les "vannes", le problème c'est que notre enseignement n'a plus d’horaire dédié, que les heures de langues anciennes sont prises sur la marge, que certains collègues les croqueraient bien pour leurs propres projets, et que c'est épuisant de devoir se battre, toujours, tout le temps, encore et encore, sur tous les fronts.
Voilà, c'est à ça que je pense, pas à la vanne d'un crétin que je mettrais dans les cordes immédiatement. Quand je suis devenu enseignant,  j'avais comme certifié parfois deux bons tiers de mon service en langues anciennes, et j'aurais même pu avoir la totalité une année. Désormais,j'ai  un tiers au plus, et comme agrégé. Et en plus je pourrais très bien avoir moins ou  ne rien avoir, ce qui est arrivé à d'autres. Ceci dit, je refuse de me battre comme si je tenais une boutique perso, du moins au niveau local,  jamais je ne m'abaisserais à  entrer  dans ce jeu. Je fais cependant remarquer que c'est l'établissement, plus que moi, qui perd son latin.
En attendant, ça démotive inévitablement.

Même constat que Lefteris, Provence, A rebours et tant d'autres. Le problème, ce ne sont pas les élèves mais l'administration et les collègues. Jusqu'à présent j'arrivais à maintenir des horaires plus ou moins convenables pour le latin en ayant des soutiens dans mon établissement, mais cette année rien. Si certains en avaient le pouvoir, ils supprimeraient le poste LC que j'occupe sans état d'âme. Alors qu'ils gardent leurs heures de marge pour "d'autres projets", j'en ai assez de passer pour l'égoïste privilégiée de service. Et ma foi, je ne me sens pas responsable des contradictions entre les préconisations du ministère et la dotation. Le plus triste, c'est pour les élèves. Pour ma part la démotivation s'ancre davantage chaque année et la démission, quant à elle, s'approche mais il faut bien manger. Quel beau gâchis humain !
avatar
Delia
Fidèle du forum

Re: Collègues et LCA

par Delia le Dim 11 Fév 2018 - 11:56
Sullien a écrit:Quelqu'un aurait le manuel de Fiévet ? Je ne parviens pas à le trouver...

Une solution serait de poser la question sur musagora.

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
Contenu sponsorisé

Re: Collègues et LCA

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum