Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant

Serez-vous en grève le 22 mars?

190 - 55%
105 - 31%
48 - 14%
 
Total des votes: 343
JaneB
Fidèle du forum

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par JaneB le Mer 28 Fév 2018 - 21:16
Espérons que les moutons que nous sommes se réveilleront  avant d'être tondus à ras. Sans unité et sans solidarité de masse, nos "acquis" vont fondre comme neige au soleil. Je suis de toutes les grèves mais quand je vois l'inertie de mes collègues, je me dis que le réveil est loin d'être assuré ...
Sommes -nous bêtes à manger du foin ? Je me demande ...
Ok les grèves sont rarement des réussites mais encore faudrait-il qu'elles soient suivies ...et là , force est de constater que le mécontentement se fait rarement entendre faute de mobilisation réelle.
cunégonde
Niveau 9

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par cunégonde le Mer 28 Fév 2018 - 21:44
À propos des cheminots :
http://www.frustrationlarevue.fr/
Les libéraux et l’ensemble de la bourgeoisie en rêvaient, Macron et ses sbires vont le faire : S’attaquer à l’anomalie néolibérale que constituent la SNCF et ses cheminots, les priver de leur régime et de leur statut pour en faire une main d’oeuvre moins coûteuse que vont pouvoir se répartir les entreprises privées qui se jetteront sur le juteux marché du rail lorsqu’il sera ouvert à la concurrence. Le réseau, moins rentable, restera à la charge du contribuable, car ce gouvernement est fidèle au premier précepte de ceux qui l’ont précédé : Nationalisez les pertes, privatisez les gains a écrit:
avatar
Graisse-Boulons
Niveau 7

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Graisse-Boulons le Mer 28 Fév 2018 - 21:53
Ah bah voilà : c'était pourtant bien parti !
C'est le SNES qui se fendait d'une infographie ou figurait "salaires des enseignants : 2754 Euros et salaires des autres cadres de la fonction publique : 3622 Euros...Le dire, c'est déjà s'engager non ?
Et bé nan ! C'est reparti : va-zy que je te donne de la "solidarité" grosse comme un camion, va-zy que cht'y dit que tous ensembles on va se battre, comme si on était tous à la même enseigne...
On note tout de même un timide "il faut qu'on arrête d'être les gentils"...prise de conscience ? Probablement due à la discipline : un collègue de math doit avoir une sensibilité particulière vis à vis des chiffres...ce n'est pas un poète.
Bon, que l'UNSA territoriale se joigne, c'est normal, c'est son rôle : ils ne vont pas nous laisser nous exprimer car ce n'est pas leur intérêt comme ce n'est pas l'intérêt de toute autre fonction publique. Pour tous les autres (malheureusement), il ne faut pas que leurs "menues différences" avec les profs se voient et il est préférable de présenter un seul visage flou de "fonctionnaires" au publique, même si on doit faire couler le frêle esquif qui nous porte tous...C'est probablement ici que se loge la "solidarité". On en entend en effet beaucoup parler, mais on en constate jamais les effets...je l'ai trouvée !
A découvrir la com du SNES, j'ai cru, l'espace d'un instant, que cette grève nous était proposée comme étant la notre, ça m'avait filé une patate bien combative...ben non, tant pis, je reste tranquille. Je ne gâche pas un euro pour qu'éventuellement l'ensemble des fonctions publiques obtiennent 10 centimes à verser sur 6 ans (sauf gèle, bien entendu) et que tous les écarts en notre défaveur soient conservés ou même amplifiés...après moi le déluge, après tout, j'ai un métier entre les mains pour lequel la demande est encore présente et ou un type qui ne demande que le remplacement à l'équivalent de sont salaire de prof n'est pas cher du tout...ceux qui ont un profil "plutôt resserré" autour de l'enseignement devraient peut être commencer à devenir un peu plus méchants et un peu moins "solidaires"...enfin je dis ça, je dis rien.
avatar
Halybel
Niveau 8

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Halybel le Mer 28 Fév 2018 - 22:05
@JaneB a écrit:
@Halybel a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Gryphe a écrit:

°_°  J'avais zappé ça... humhum
Et combien de fois, encore candidat,  a-t-il répété qu'il trouvait la constitution de la Ve République très bien, qu'il serait un président de la Ve ? IL avait bien compris, ainsi que les lobbies qu'il représente,  que ça lui laisserait tous les pouvoirs. Cette constitution autoritaire et monarchique n'était faite que pour de Gaulle,  dans un période qui pouvait être instable,  où il fallait arriver à se tenir à distance de l'atlantisme comme du  communisme, avec un chef qui avait un certain charisme, et utilisait son pouvoir dans ce qu'il considérait comme l'intérêt de la France, même si évidemment il y a beaucoup à redire. Le costard a été trop grand pour tous les successeurs, et de plus en plus mal taillé pour eux. Mais le même pouvoir utilisé contre la France, pour imposer plus facilement la férule mercantile et le modèle anglo-saxon,  le tout dans les mains d'un élu  par défaut avec le charisme d'un bulot, c'est une vraie catastrophe nationale.

Je ne suis pas toujours d'accord avec toi mais comme tu as raison sur ce point. Je suis effaré par ce que les cheminots sont en train de vivre. Effaré par la "mentalité" française (ou peut être occidentale, je n'ai pas étudié ce point) qui ne pense qu'à sa poire.
J'ai encore entendu des proches parler de la "prime au charbon"... Alors qu'on va encore se prendre une énorme BANANE pour ne pas dire pire et rester dans la charte! Les autoroutes auraient dû être une bonne leçon mais non privatisons, cassons le statut, on a vu le bien que cela a fait à la poste avec un taux d'absentéisme record et un service de plus en plus CATASTROPHIQUE dû en partie aux tournées à rallonge, pour faire des "zéconomies".

Bien sur dans 4 ans ça va râler des retards, encore plus nombreux car bon une entreprise privée, on ne peut pas la "sanctionner", du service qui se dégrade, sur les rails que "nos impôts" auront payé. La double peine.


Qui a regardé C à vous ce soir? Il y avait un cheminot interrogé par Jean- Michel Apathie sur leur  statut de "privilégiés" et les questions sonnaient comme des sommations à se justifier : " Comment justifiez-vous que vous ayiez un métier à vie? Pourquoi vous plutôt que des gens qui travaillent à la poste? Ou chez EDF ? " ... le cheminot a fini son intervention en disant qu'il n'était pas certain du tout qu'ils se mettent en  grève pendant 1 mois. Impression d'une résignation avant même de livrer bataille ..." car l'opinion publique est contre vous " comme le martelait le journaliste .

J'en ai vomi mon gratin ! Bientôt on va s'excuser de nos salaires. Oh pardon maître pour cette obole que vous m'accordez gracieusement pendant que les 1% les plus riches continuent de s'enrichir.


_________________
Je soigne ma dyslexie pardon si elle ressort trop parfois.

Je reste fondamentalement persuadé, comme Mandela, que "l'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer le monde".

"En temps de crise, le sage construit des ponts, tandis que le fou construit des murs"
avatar
Zagara
Vénérable

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Zagara le Mer 28 Fév 2018 - 22:07
Ha ben c'est sûr qu'avec les médias qu'on a, on n'a pas besoin de sainte Église.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Lefteris le Mer 28 Fév 2018 - 22:09
@Furby a écrit:Un dirigeant politique ne plie pas parce qu'il a une sensibilité sociale. Il plie quand le rapport de forces l'y contraint, ou plus exactement quand les intérêts des riches sont trop menacés et que ceux-ci exigent que les politiques reculent.
Exactement : quand on analyse les avancées sociales, on constate qu'elles ont toujours été obtenues dans un contexte tendu, voire insurrectionnel, comme en 1936 et 1945, pour faire bref et ne parler que des plus grandes. Aucune demande n'a été agréée sans combat, à chaque fois le patronat poussait les hauts cris, prédisait l'écroulement de la société : la journée de 8 heures, les deux puis trois semaines  de congés, le droit du travail, etc.  Il a fallu faire lâcher prise morceau par morceau, et là, en 5 ans, l'essentiel va disparaître ...

@JaneB a écrit:Espérons que les moutons que nous sommes se réveilleront  avant d'être tondus à ras. Sans unité et sans solidarité de masse, nos "acquis" vont fondre comme neige au soleil. Je suis de toutes les grèves mais quand je vois l'inertie de mes collègues, je me dis que le réveil est loin d'être assuré ...  
La stratégie, relayée par les médias, est simple, connue, mais fonctionne toujours aussi bien que quelques autres grosses ficelles : dresser les salariés les uns contre les autres, comme on le voit en ce moment. Précisément pour éviter l'unité. D'autre part, faire diversion en intéressant les gens à autre chose, par le fait divers, le people, les polémiques à deux sous montées en "débats de société".  Le plus surprenant, c'est que les enseignants soient aussi apathiques, et même tombent dans le panneau à pieds joints. Pour moi qui ne le  suis pas en fin de compte depuis si longtemps que ça, c'est vraiment inattendu.  Je ne suis pas le seul à porter un regard encore "extérieur"  : un étudiant étranger, qui faisait un doctorat et était AED, m'a dit son étonnement dans les couloirs de voir le degré de désintérêt, de dépolitisation , le  niveau des conversations des enseignants français, et ce en pleine loi travail, où nous n'étions que deux ou trois à faire grève. Il s'attendait à voir cette profession jouer un rôle moteur, être solidaire. De fait , peu voyaient les conséquences de cette inversion des normes sur tout le reste. Maintenant, on y est, ils y sont... Comment vont-ils réagir ? Vont-ils réussir à faire le lien ?

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Zagara
Vénérable

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Zagara le Mer 28 Fév 2018 - 22:12
@Furby a écrit:Un dirigeant politique ne plie pas parce qu'il a une sensibilité sociale. Il plie quand le rapport de forces l'y contraint, ou plus exactement quand les intérêts des riches sont trop menacés et que ceux-ci exigent que les politiques reculent.
Un dirigeant qui a une vraie volonté politique et tous les pouvoirs de son côté préfère voir son pays à feu et à sang que reculer.
Exemple : Thatcher, qui était bien contente de voir des grévistes crever la dalle et se félicitait des grève. Parce qu'elle savait qu'elle avait la tête la plus dure de son pays et qu'à la fin, elle broierait n'importe qui.
Mais ça n'en viendra même pas à ça. Avec la dose de propagande pour mettre le gars moyen de son côté et contre les syndicats, Macron a juste besoin d'aller vite ; la pression sera faible en face.
Les gens sont résignés à se faire seppuku.


Dernière édition par Zagara le Mer 28 Fév 2018 - 22:13, édité 1 fois
avatar
Halybel
Niveau 8

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Halybel le Mer 28 Fév 2018 - 22:13
@Lefteris a écrit:
@Furby a écrit:Un dirigeant politique ne plie pas parce qu'il a une sensibilité sociale. Il plie quand le rapport de forces l'y contraint, ou plus exactement quand les intérêts des riches sont trop menacés et que ceux-ci exigent que les politiques reculent.
Exactement : quand on analyse les avancées sociales, on constate qu'elles ont toujours été obtenues dans un contexte tendu, voire insurrectionnel, comme en 1936 et 1945, pour faire bref et ne parler que des plus grandes. Aucune demande n'a été agréée sans combat, à chaque fois le patronat poussait les hauts cris, prédisait l'écroulement de la société : la journée de 8 heures, les deux puis trois semaines  de congés, le droit du travail, etc.  Il a fallu faire lâcher prise morceau par morceau, et là, en 5 ans, l'essentiel va disparaître ...

@JaneB a écrit:Espérons que les moutons que nous sommes se réveilleront  avant d'être tondus à ras. Sans unité et sans solidarité de masse, nos "acquis" vont fondre comme neige au soleil. Je suis de toutes les grèves mais quand je vois l'inertie de mes collègues, je me dis que le réveil est loin d'être assuré ...  
La stratégie, relayée par les médias, est simple, connue, mais fonctionne toujours aussi bien que quelques autres grosses ficelles  : dresser les salariés les uns contre les autres, comme on le voit en ce moment. Précisément pour éviter l'unité. D'autre part, faire diversion en intéressant les gens à autre chose, par le fait divers, le people, les polémiques à deux sous montées en "débats de société".  Le plus surprenant, c'est que les enseignants soient aussi apathiques, et même tombent dans le panneau à pieds joints. Pour moi qui ne le  suis pas en fin de compte depuis si longtemps que ça, c'est vraiment inattendu.  Je ne suis pas le seul à porter un regard encore "extérieur"  : un étudiant étranger, qui faisait un doctorat et était AED, m'a dit son étonnement dans les couloirs de voir le degré de désintérêt, de dépolitisation , le  niveau des conversations des enseignants français, et ce en pleine loi travail, où nous n'étions que deux ou trois à faire grève. Il s'attendait à voir cette profession jouer un rôle moteur, être solidaire. De fait , peu voyaient les conséquences de cette inversion des normes sur tout le reste. Maintenant, on y est, ils y sont... Comment vont-ils réagir ? Vont-ils réussir à faire le lien ?

Ils resteront apathiques suffit de voir la grève du 22 dans mon établissement. On est 3.

_________________
Je soigne ma dyslexie pardon si elle ressort trop parfois.

Je reste fondamentalement persuadé, comme Mandela, que "l'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer le monde".

"En temps de crise, le sage construit des ponts, tandis que le fou construit des murs"
avatar
Halybel
Niveau 8

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Halybel le Mer 28 Fév 2018 - 22:14
@Zagara a écrit:
@Furby a écrit:Un dirigeant politique ne plie pas parce qu'il a une sensibilité sociale. Il plie quand le rapport de forces l'y contraint, ou plus exactement quand les intérêts des riches sont trop menacés et que ceux-ci exigent que les politiques reculent.
Un dirigeant qui a une vraie volonté politique et tous les pouvoirs de son côté préfère voir son pays à feu et à sang que reculer.
Exemple : Thatcher, qui était bien contente de voir des grévistes crever la dalle et se félicitait des grève.
Mais ça n'en viendra même pas à ça. Avec la dose de propagande pour mettre le gars moyen de son côté et contre les syndicats, Macron a juste besoin d'aller vite ; la pression sera faible en face.
Les gens sont résignés à se faire seppuku.

Pour moi les syndicats sont aussi fautifs. Y a personne sur le terrain, un mail ne réveillera pas les gens... Faut aller sur le terrain, alerter etc. Bon après peut être manque-t-il de moyens mais j'ai l'impression que leurs priorités sont ailleurs.


Dernière édition par Halybel le Mer 28 Fév 2018 - 22:20, édité 1 fois

_________________
Je soigne ma dyslexie pardon si elle ressort trop parfois.

Je reste fondamentalement persuadé, comme Mandela, que "l'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer le monde".

"En temps de crise, le sage construit des ponts, tandis que le fou construit des murs"
avatar
Zagara
Vénérable

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Zagara le Mer 28 Fév 2018 - 22:19
Beaucoup de syndicats ont le nez rivé sur la réforme de l'assurance-chômage qui va arriver au printemps ; je sais que c'est la seule qui compte vraiment pour la CFDT. Ils disaient pendant l'hiver être prêts à tout abandonner si on leur laissait l'os de la gestion paritaire à ronger.

Macron réutilise la tactique de la gatling développée par d'autres néolibéraux : faire 12 réformes en moins de 6 mois. Du coup les opposants passent du coq à l'âne, n'arrivent pas à se regrouper, n'ont pas le temps de former un mouvement durable et structuré, ou défendent des prés carrés.


Dernière édition par Zagara le Mer 28 Fév 2018 - 22:21, édité 1 fois
avatar
Halybel
Niveau 8

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Halybel le Mer 28 Fév 2018 - 22:21
@Zagara a écrit:Beaucoup de syndicats ont le nez rivé sur la réforme de l'assurance-chômage qui va arriver au printemps ; je sais que c'est la seule qui compte vraiment pour la CFDT. Ils disaient pendant l'hiver être prêts à tout abandonner si on leur laissait l'os de la gestion paritaire à ronger.

Si les syndicats ne se mouillent pas on peut même pas en vouloir aux gens... C'est dingue.

_________________
Je soigne ma dyslexie pardon si elle ressort trop parfois.

Je reste fondamentalement persuadé, comme Mandela, que "l'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer le monde".

"En temps de crise, le sage construit des ponts, tandis que le fou construit des murs"
avatar
JaneB
Fidèle du forum

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par JaneB le Mer 28 Fév 2018 - 23:11
@Lefteris a écrit:
@Furby a écrit:Un dirigeant politique ne plie pas parce qu'il a une sensibilité sociale. Il plie quand le rapport de forces l'y contraint, ou plus exactement quand les intérêts des riches sont trop menacés et que ceux-ci exigent que les politiques reculent.
Exactement : quand on analyse les avancées sociales, on constate qu'elles ont toujours été obtenues dans un contexte tendu, voire insurrectionnel, comme en 1936 et 1945, pour faire bref et ne parler que des plus grandes. Aucune demande n'a été agréée sans combat, à chaque fois le patronat poussait les hauts cris, prédisait l'écroulement de la société : la journée de 8 heures, les deux puis trois semaines  de congés, le droit du travail, etc.  Il a fallu faire lâcher prise morceau par morceau, et là, en 5 ans, l'essentiel va disparaître ...

@JaneB a écrit:Espérons que les moutons que nous sommes se réveilleront  avant d'être tondus à ras. Sans unité et sans solidarité de masse, nos "acquis" vont fondre comme neige au soleil. Je suis de toutes les grèves mais quand je vois l'inertie de mes collègues, je me dis que le réveil est loin d'être assuré ...  
La stratégie, relayée par les médias, est simple, connue, mais fonctionne toujours aussi bien que quelques autres grosses ficelles  : dresser les salariés les uns contre les autres, comme on le voit en ce moment. Précisément pour éviter l'unité. D'autre part, faire diversion en intéressant les gens à autre chose, par le fait divers, le people, les polémiques à deux sous montées en "débats de société".  Le plus surprenant, c'est que les enseignants soient aussi apathiques, et même tombent dans le panneau à pieds joints. Pour moi qui ne le  suis pas en fin de compte depuis si longtemps que ça, c'est vraiment inattendu.  Je ne suis pas le seul à porter un regard encore "extérieur"  : un étudiant étranger, qui faisait un doctorat et était AED, m'a dit son étonnement dans les couloirs de voir le degré de désintérêt, de dépolitisation , le  niveau des conversations des enseignants français, et ce en pleine loi travail, où nous n'étions que deux ou trois à faire grève. Il s'attendait à voir cette profession jouer un rôle moteur, être solidaire. De fait , peu voyaient les conséquences de cette inversion des normes sur tout le reste. Maintenant, on y est, ils y sont... Comment vont-ils réagir ? Vont-ils réussir à faire le lien ?
C'est tout à fait cela: diviser pour mieux régner. Faire en sorte de dresser l'opinion contre les avantages supposés d'un groupe. Néanmoins, la France connue pour être difficile à gouverner ( car toujours prête à revendiquer et à aller dans la rue ...les étrangers en sont souvent amusés d'ailleurs ) s'est depuis quelques années totalement "endormie" ...
Enfin, quand je dis " endormie ", je pense plutôt " lobotomisée " ( par ce qui fait diversion comme tu l'expliques très bien !)
Et pourtant, si nous étions unis et mobilisés, le rapport de force serait en notre faveur ...il me semble!
J'ai entendu dans je ne sais plus quelle émission que même le gouvernement s'étonnait de voir si peu de réaction face aux réformes annoncées ( réforme du bac etc ...) : on leur donne un boulevard pour faire ce que bon leur chante!  Evil or Very Mad Les lendemains ne vont pas chanter ...heureusement que je n'ai pas d'enfants parce que ce qui les attend n'est vraiment pas réjouissant.
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par GaliNéo le Jeu 1 Mar 2018 - 10:14
Une grève ? Pour quoi faire ? Marcher de Bastille à Nation, manger quelques merguez avec des collègues en ayant perdu une journée de salaire mais on se disait que le message a été efficace ? Sans moi !

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
Yazilikaya
Neoprof expérimenté

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Yazilikaya le Jeu 1 Mar 2018 - 10:23
@Halybel a écrit:
@Zagara a écrit:Beaucoup de syndicats ont le nez rivé sur la réforme de l'assurance-chômage qui va arriver au printemps ; je sais que c'est la seule qui compte vraiment pour la CFDT. Ils disaient pendant l'hiver être prêts à tout abandonner si on leur laissait l'os de la gestion paritaire à ronger.

Si les syndicats ne se mouillent pas on peut même pas en vouloir aux gens... C'est dingue.

Après, les syndicats, ce sont les gens, ils sont constitués de gens, pas d'entités abstraites!
avatar
Oonnay
Niveau 10

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Oonnay le Jeu 1 Mar 2018 - 10:33
@Yazilikaya a écrit:
@Halybel a écrit:
@Zagara a écrit:Beaucoup de syndicats ont le nez rivé sur la réforme de l'assurance-chômage qui va arriver au printemps ; je sais que c'est la seule qui compte vraiment pour la CFDT. Ils disaient pendant l'hiver être prêts à tout abandonner si on leur laissait l'os de la gestion paritaire à ronger.

Si les syndicats ne se mouillent pas on peut même pas en vouloir aux gens... C'est dingue.

Après, les syndicats, ce sont les gens, ils sont constitués de gens, pas d'entités abstraites!

Et parfois ces gens ont d'autres préoccupations, parfois.
avatar
Marlou.Bassboost
Esprit éclairé

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Marlou.Bassboost le Jeu 1 Mar 2018 - 10:43
Je fatigue de voir que les collègues zieutent l'attitude des syndicats, bien sur que dans des grosses organisations comme la CGT, le FSU, et les autres il y a des brebis galeuses. Ne pas faire grève par ce qu'un naze étiqueté ceci ou cela à fait le c*n, c'est trop facile.
Cette grève, avec les cheminots, la fonction publique, et la CGT commerce qui rejoint aussi le mouvement, risque d'être le début de quelque chose.
Et les syndicats, sans les militants et sans la base, ne sont rien.
Donc, à nous de construire notre défense, notre syndicat.
Les syndicats ne sont pas un service comme une entreprise, le client n'est pas roi.
Donc , oui, en grève, forcément.

_________________
Nelson Mandela : « en faisant scintiller notre lumière nous offrons la possibilité aux autres d'en faire autant »
avatar
Oonnay
Niveau 10

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Oonnay le Jeu 1 Mar 2018 - 10:54
J'avais d'ailleurs lancé une question pour fédérer autrement ici. Mais malgré le débat intense je n'ai pas ressenti de plébiscite.

Je serai gréviste le 22 et les jours qui suivent. Mais ! Si je me reprends une claque comme en 2003 je peux vous assurer que mon dernier combat sera d'attendre la retraite en regardant les trains des réformes passer.

avatar
stench
Guide spirituel

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par stench le Jeu 1 Mar 2018 - 11:10
La situation est dramatique mais je ne ferai pas grève, c'est une action inutile qui ne sert à rien. Je vais donc travailler normalement, j'imagine que ça servira davantage jusqu'à ce qu'on me propose un moyen d'action plus utile (parce que moi, je n'en propose pas, c'est le rôle des syndicats qui ne se bougent de loin pas assez pendant que moi je ne bouge pas du tout). Ce qu'il faudrait, c'est la grève des examens, ça c'est fort, ça marquera les esprits (même si la dernière fois je ne l'ai pas suivie parce que je ne voulais pas pénaliser les élèves qui n'y sont pour rien). A la limite, une grève longue et reconductible, je pense que je la suivrais mais ça, il faut que ces syndicats imbéciles le comprennent : ce n'est pas parce que presque personne ne sera en grève le 22 mars prochain que personne ne veut d'une grève longue ! C'est le moyen d'action qui me semble cohérent : personne en grève le 22, puis devant cet échec, reconduction du mouvement pour une période illimitée.

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par GaliNéo le Jeu 1 Mar 2018 - 11:17
@stench a écrit:La situation est dramatique mais je ne ferai pas grève, c'est une action inutile qui ne sert à rien. Je vais donc travailler normalement, j'imagine que ça servira davantage jusqu'à ce qu'on me propose un moyen d'action plus utile (parce que moi, je n'en propose pas, c'est le rôle des syndicats qui ne se bougent de loin pas assez pendant que moi je ne bouge pas du tout). Ce qu'il faudrait, c'est la grève des examens, ça c'est fort, ça marquera les esprits (même si la dernière fois je ne l'ai pas suivie parce que je ne voulais pas pénaliser les élèves qui n'y sont pour rien). A la limite, une grève longue et reconductible, je pense que je la suivrais mais ça, il faut que ces syndicats imbéciles le comprennent : ce n'est pas parce que presque personne ne sera en grève le 22 mars prochain que personne ne veut d'une grève longue ! C'est le moyen d'action qui me semble cohérent : personne en grève le 22, puis devant cet échec, reconduction du mouvement pour une période illimitée.

J'aime bien ce raisonnement, ne pas faire grève pour que les syndicats comprennent que ce genre d'action ne mène pas à grand-chose... Le problème, c'est que je ne vois pas les collègues, notamment les plus âgés, faire un mouvement long et dur.

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
Oonnay
Niveau 10

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Oonnay le Jeu 1 Mar 2018 - 11:19
@GaliNéo a écrit:
@stench a écrit:La situation est dramatique mais je ne ferai pas grève, c'est une action inutile qui ne sert à rien. Je vais donc travailler normalement, j'imagine que ça servira davantage jusqu'à ce qu'on me propose un moyen d'action plus utile (parce que moi, je n'en propose pas, c'est le rôle des syndicats qui ne se bougent de loin pas assez pendant que moi je ne bouge pas du tout). Ce qu'il faudrait, c'est la grève des examens, ça c'est fort, ça marquera les esprits (même si la dernière fois je ne l'ai pas suivie parce que je ne voulais pas pénaliser les élèves qui n'y sont pour rien). A la limite, une grève longue et reconductible, je pense que je la suivrais mais ça, il faut que ces syndicats imbéciles le comprennent : ce n'est pas parce que presque personne ne sera en grève le 22 mars prochain que personne ne veut d'une grève longue ! C'est le moyen d'action qui me semble cohérent : personne en grève le 22, puis devant cet échec, reconduction du mouvement pour une période illimitée.

J'aime bien ce raisonnement, ne pas faire grève pour que les syndicats comprennent que ce genre d'action ne mène pas à grand-chose... Le problème, c'est que je ne vois pas les collègues, notamment les plus âgés, faire un mouvement long et dur.

Si, si !
avatar
Marlou.Bassboost
Esprit éclairé

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Marlou.Bassboost le Jeu 1 Mar 2018 - 11:20
peut être que je me trompe mais je pense que Stench fait de l'humour...
GaliNéo tu mets la pression sur les "vieux", mais TOI? es tu spectateur?

_________________
Nelson Mandela : « en faisant scintiller notre lumière nous offrons la possibilité aux autres d'en faire autant »
avatar
stench
Guide spirituel

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par stench le Jeu 1 Mar 2018 - 11:22
@GaliNéo a écrit:
@stench a écrit:La situation est dramatique mais je ne ferai pas grève, c'est une action inutile qui ne sert à rien. Je vais donc travailler normalement, j'imagine que ça servira davantage jusqu'à ce qu'on me propose un moyen d'action plus utile (parce que moi, je n'en propose pas, c'est le rôle des syndicats qui ne se bougent de loin pas assez pendant que moi je ne bouge pas du tout). Ce qu'il faudrait, c'est la grève des examens, ça c'est fort, ça marquera les esprits (même si la dernière fois je ne l'ai pas suivie parce que je ne voulais pas pénaliser les élèves qui n'y sont pour rien). A la limite, une grève longue et reconductible, je pense que je la suivrais mais ça, il faut que ces syndicats imbéciles le comprennent : ce n'est pas parce que presque personne ne sera en grève le 22 mars prochain que personne ne veut d'une grève longue ! C'est le moyen d'action qui me semble cohérent : personne en grève le 22, puis devant cet échec, reconduction du mouvement pour une période illimitée.

J'aime bien ce raisonnement, ne pas faire grève pour que les syndicats comprennent que ce genre d'action ne mène pas à grand-chose... Le problème, c'est que je ne vois pas les collègues, notamment les plus âgés, faire un mouvement long et dur.

Ah ? Mon message était ironique de bout en bout et je trouve au contraire ce raisonnement totalement absurde... Pour ce qui est "des plus âgés", ils ont déjà bien prouvé être partants pour cela, au contraire des jeunes, à mon avis, pris à la gorge par leur salaire et souvent assez peu syndiqués.

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."
avatar
Yazilikaya
Neoprof expérimenté

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Yazilikaya le Jeu 1 Mar 2018 - 11:24
@stench a écrit:
@GaliNéo a écrit:
@stench a écrit:La situation est dramatique mais je ne ferai pas grève, c'est une action inutile qui ne sert à rien. Je vais donc travailler normalement, j'imagine que ça servira davantage jusqu'à ce qu'on me propose un moyen d'action plus utile (parce que moi, je n'en propose pas, c'est le rôle des syndicats qui ne se bougent de loin pas assez pendant que moi je ne bouge pas du tout). Ce qu'il faudrait, c'est la grève des examens, ça c'est fort, ça marquera les esprits (même si la dernière fois je ne l'ai pas suivie parce que je ne voulais pas pénaliser les élèves qui n'y sont pour rien). A la limite, une grève longue et reconductible, je pense que je la suivrais mais ça, il faut que ces syndicats imbéciles le comprennent : ce n'est pas parce que presque personne ne sera en grève le 22 mars prochain que personne ne veut d'une grève longue ! C'est le moyen d'action qui me semble cohérent : personne en grève le 22, puis devant cet échec, reconduction du mouvement pour une période illimitée.

J'aime bien ce raisonnement, ne pas faire grève pour que les syndicats comprennent que ce genre d'action ne mène pas à grand-chose... Le problème, c'est que je ne vois pas les collègues, notamment les plus âgés, faire un mouvement long et dur.

Ah ? Mon message était ironique de bout en bout et je trouve au contraire ce raisonnement totalement absurde... Pour ce qui est "des plus âgés", ils ont déjà bien prouvé être partants pour cela, au contraire des jeunes, à mon avis, pris à la gorge par leur salaire et souvent assez peu syndiqués.

Ouf! Je dois avouer que je n'avais pas perçu l'ironie. Et je ne comprenais pas. Quoi? Stench tenir un tel raisonnement?
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par GaliNéo le Jeu 1 Mar 2018 - 11:26
J'avais pas du tout lu l'ironie dans ton post, je retourne boire un café.

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par GaliNéo le Jeu 1 Mar 2018 - 11:26
@Marlou.Bassboost a écrit:peut être que je me trompe mais je pense que Stench fait de l'humour...
GaliNéo tu mets la pression sur les "vieux", mais TOI? es tu spectateur?

Je suis contractuel, les syndicats ne se battent pas pour notre titularisation.

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
Condorcet
Oracle

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Condorcet le Jeu 1 Mar 2018 - 11:27
@stench a écrit:La situation est dramatique mais je ne ferai pas grève, c'est une action inutile qui ne sert à rien. Je vais donc travailler normalement, j'imagine que ça servira davantage jusqu'à ce qu'on me propose un moyen d'action plus utile (parce que moi, je n'en propose pas, c'est le rôle des syndicats qui ne se bougent de loin pas assez pendant que moi je ne bouge pas du tout). Ce qu'il faudrait, c'est la grève des examens, ça c'est fort, ça marquera les esprits (même si la dernière fois je ne l'ai pas suivie parce que je ne voulais pas pénaliser les élèves qui n'y sont pour rien). A la limite, une grève longue et reconductible, je pense que je la suivrais mais ça, il faut que ces syndicats imbéciles le comprennent : ce n'est pas parce que presque personne ne sera en grève le 22 mars prochain que personne ne veut d'une grève longue ! C'est le moyen d'action qui me semble cohérent : personne en grève le 22, puis devant cet échec, reconduction du mouvement pour une période illimitée.

Quand on lit ce passage, l'ironie est très perceptible.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).
Contenu sponsorisé

Re: TOUS en grève le 22 mars : pour un printemps de la fonction publique

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum