Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Will.T
Prophète

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Will.T le Jeu 15 Fév 2018 - 12:59
@amalricu a écrit:

Pour l'HG je ne fais pas de ma discipline une matière cardinale : on peut s'en passer et je ne juge pas ceux qui le font.


Dans ce qui est sorti hier, non, c'est HG pour tous jusqu'en terminale maturité.
avatar
Rabelais
Grand Maître

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Rabelais le Jeu 15 Fév 2018 - 13:00
Incroyable.
Pas besoin des maths, parce que ton ordinateur et ta calculette t'en dispensent.
Pas besoin d'orthographe, parce qu'il y a le correcteur orthographique.
Pas besoin de grammaire, la structure de la phrase, on s'en fiche, on a tweeter.
Pas besoin de figures de style dans un monde manichéen qui ignore les nuances.
Pas besoin d'histoire, notre societe et nos politiciens ont prouvé qu'on ne tire pas de leçons du passé.
Pas besoin de géographie, on a internet et pour lire des cartes, on a le GPS.
Besoin de rien en fait., on a cette immense bibliothèque qu'est Internet.

1/ on hurle aux discriminations et à l'égalitarisme mais en fait, avec de telles réflexions, on va créer une élite qui emploiera ces matières pour créer ce qu'utiliseront bêtement les autres, la plèbe.

2/ on encourage la fainéantise, voilà tout.
Dire que ça ne sert à rien, c'est pratique pour éviter de le faire ... Et puis y a internet.
Les maths, le calcul, la géométrie, les probabilités, ça m'a permis d'aménager mon jardin mais ça me permet aussi de faire ma comptabilité personnelle et de comprendre les statistiques et les tableaux des études que je lis.
Les figures de style, la syntaxe, la grammaire, ça me permet de me faire comprendre et de décoder l'implicite, tous les jours.
L'Histoire, ça me permet d'essayer de comprendre le monde d'aujourd'hui et la géographie, de lire des cartes et de préparer des voyages, réels ou imaginaires.
La SVT, de ne pas croire tout ce que dit la télé, climatologues y compris, mais aussi de planter les bonnes plantes et de créer les conditions de leur épanouissement et d'allier ça avec les maths.
En biologie animale, ça me permet de bien gerer les fonctionnement de mon corps et de comprendre comment le traiter quand il est malade.
L'anglais, de lire des articles qui n'ont pas été traduits.
Bref.

3/ nous devenons tous, moi y compris, dépendants des machines, machines à créer, machines à penser.
Quand je regarde mon père créer ses plans d'aménagement de maison à la main, j'ai honte.



_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Anaxagore le Jeu 15 Fév 2018 - 13:04
@amalricu a écrit:Les mathématiques paient aussi leur statut d'instrument de sélection scolaire.

Les mathématiques ne paient strictement rien. Ce sont ceux qui ignoreront les mathématiques qui paieront cash.

Maintenant, je vais aller m'en tamponner gentiment le coquillard et interroger les enfants de la classe dominante. Ils font de grands progrès.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."
avatar
Zagara
Grand Maître

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Zagara le Jeu 15 Fév 2018 - 13:05
Dans la vie quotidienne, écouter Luc Ferry ne sert à rien.
Je m'en passe très bien d'ailleurs.
avatar
Fesseur Pro
Grand Maître

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Fesseur Pro le Jeu 15 Fév 2018 - 13:06
@meskiangasher a écrit:
@amalricu a écrit:Il suffit de passer un tableur indépendant de la banque...la toile n'en manque pas.
Dans la vie quotidienne l'histoire-géographie ne sert strictement à rien.
Clair qu'un minimum de culture générale et la compréhension du monde qui nous entoure ne sont plus des valeurs "utiles" en ce moment.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
avatar
amalricu
Habitué du forum

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par amalricu le Jeu 15 Fév 2018 - 13:11
@Anaxagore a écrit:
@amalricu a écrit:Les mathématiques paient aussi leur statut d'instrument de sélection scolaire.

Les mathématiques ne paient strictement rien. Ce sont ceux qui ignoreront les mathématiques qui paieront cash.

Maintenant, je vais aller m'en tamponner gentiment le coquillard et interroger les enfants de la classe dominante. Ils font de grands progrès.

Les enfants de la classe dominante ne font qu'attendre les places qui leur reviennent par hérédité et réseaux : ils passent le temps en réalisant quelques exercices. Leurs diplômes ne seront que le cache-misère méritocratique des rentes de situation.
meskiangasher
Niveau 9

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par meskiangasher le Jeu 15 Fév 2018 - 13:11
@Fesseur Pro a écrit:
@meskiangasher a écrit:
@amalricu a écrit:Il suffit de passer un tableur indépendant de la banque...la toile n'en manque pas.
Dans la vie quotidienne l'histoire-géographie ne sert strictement à rien.
Clair qu'un minimum de culture générale et la compréhension du monde qui nous entoure ne sont plus des valeurs "utiles" en ce moment.
Vous prêchez un converti, je répondais à Amalricu, qui n'a pas l'air de comprendre que les mathématiques aussi font partie de la culture générale.
avatar
Fesseur Pro
Grand Maître

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Fesseur Pro le Jeu 15 Fév 2018 - 13:12
J'avais bien compris et je plussoie.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Anaxagore le Jeu 15 Fév 2018 - 13:13
@amalricu a écrit:
@Anaxagore a écrit:
@amalricu a écrit:Les mathématiques paient aussi leur statut d'instrument de sélection scolaire.

Les mathématiques ne paient strictement rien. Ce sont ceux qui ignoreront les mathématiques qui paieront cash.

Maintenant, je vais aller m'en tamponner gentiment le coquillard et interroger les enfants de la classe dominante. Ils font de grands progrès.

Les enfants de la classe dominante ne font qu'attendre les places qui leur reviennent par hérédité et réseaux : ils passent le temps en réalisant quelques exercices. Leurs diplômes ne seront que le cache-misère méritocratique des rentes de situation.

Pour exercer quelques métiers il faut des connaissances, ne vous en déplaise.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."
avatar
Zagara
Grand Maître

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Zagara le Jeu 15 Fév 2018 - 13:15
@amalricu a écrit:
@Anaxagore a écrit:
@amalricu a écrit:Les mathématiques paient aussi leur statut d'instrument de sélection scolaire.

Les mathématiques ne paient strictement rien. Ce sont ceux qui ignoreront les mathématiques qui paieront cash.

Maintenant, je vais aller m'en tamponner gentiment le coquillard et interroger les enfants de la classe dominante. Ils font de grands progrès.

Les enfants de la classe dominante ne font qu'attendre les places qui leur reviennent par hérédité et réseaux : ils passent le temps en réalisant quelques exercices. Leurs diplômes ne seront que le cache-misère méritocratique des rentes de situation.
La vie est un peu plus complexe que ça.
avatar
New Zealand
Niveau 6

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par New Zealand le Jeu 15 Fév 2018 - 13:18
Hier soir, en zappant après le foot, je suis tombée sur "Le grand bêtisier de la Saint-Valentin" et j'ai été captivée par ce que j'y ai vu : une participante d'une TV réalité (type Les Ch'tis à ...) d'une inculture abyssale. Elle ne savait même pas faire la différence entre les chiffres pairs et impairs (même si elle savait que ça existait, elle a confondu). Son inculture ne se limitait d'ailleurs pas à des notions mathématiques. Le néant total. Alors oui, ce qu'on apprend à l'école ne nous sera probablement pas utile en soi, mais même si ça nous permet ne serait-ce que de nous éloigner pendant un temps d'une vie de simple consommateur, c'est déjà pas mal.

Sinon, d'accord avec V.Marchais sur le développement des capacités cognitives. Rien que le fait d'essayer de résoudre un problème, d'apprendre, permet de développer ces capacités (non, il n'y a pas d'erreur, j'ai bien voulu écrire "ces" - qui a dit que les règles de grammaire étaient inutiles ?), ainsi que l'effort et la persévérance.
Bouboule
Esprit éclairé

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Bouboule le Jeu 15 Fév 2018 - 13:28
@amalricu a écrit:
@Bouboule a écrit:
@amalricu a écrit:Il suffit de passer un tableur indépendant de la banque...la toile n'en manque pas.

Et tu mets quoi dans ton tableur ?

Ca fait un bail que je l'ai utilisé : mon capital restant, mon taux d'intérêt fixe et variable plus la part de l'assurance. En quelques secondes, j'avais le comparatif en tableau avec part de capital et d'intérêts et des graphiques...une comparaison sur d'autres tableurs me donnait les mêmes chiffres.

[...]

Ben tu vois que tu t'es servi de maths.
avatar
ylm
Fidèle du forum

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par ylm le Jeu 15 Fév 2018 - 13:29
Les maths ça sert à apprendre à raisonner logiquement, ça sert à comprendre l'univers dans lequel on vit (cf Galilée), ça sert à avoir accès aux métiers les plus intéressants si l'on en croit les différents classements qui portent là-dessus (listes dans lesquelles quasiment tous les métiers en têtes de listes font plus ou moins appel aux maths, souvent plus que moins) et ça sert à construire le monde dans lequel on vit (j'invite Luc Ferry à jeter téléphone, ordinateur et autres objets de la vie quotidienne qui n'existeraient pas sans maths).


_________________
The life of man, solitary, poor, nasty, brutish and short.
Thomas Hobbes
avatar
V.Marchais
Bon génie

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par V.Marchais le Jeu 15 Fév 2018 - 13:38
@Anaxagore a écrit:Je confirme. Faire cuire des pâtes et s'essuyer le cul ne nécessitent aucune connaissance mathématique.

Voilà, on peut résumer mon point de vue ainsi. Laughing

Sinon, on peut essayer de bien faire l'Homme, et dûment.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
RogerMartin
Empereur

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par RogerMartin le Jeu 15 Fév 2018 - 13:41
@Anaxagore a écrit:Je confirme. Faire cuire des pâtes et s'essuyer le cul ne nécessitent aucune connaissance mathématique.

Et encore moins quand on se torche avec des fusili trop cuits. Rolling Eyes

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
RogerMartin
Empereur

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par RogerMartin le Jeu 15 Fév 2018 - 13:42
@meskiangasher a écrit:Les élèves ne demandent à quoi servent les maths que lorsqu'ils sont en difficulté, jamais sur les notions simples.
On peut voir les maths enseignées comme de la culture générale, comme l'histoire-géographie...

Parce que l'HG, c'est utile ???

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
pseudo-intello
Fidèle du forum

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par pseudo-intello le Jeu 15 Fév 2018 - 13:44
Les maths qui ne servent à rien, c'est la version exagérée de ce que je réponds à mes élèves (généralement des 3e) qui me demandent à quoi ça sert, le latin.
Je leur réponds que j'ai beau maîtriser Pythagore, Thalès et mes égalités remarquables, ça ne m'a jamais servi à rien en vrai (à part Pythagore, très épisodiquement, pour du DIY...).

Mais tout va bien, mâme la marquise : l'école ne sert à rien. Virons donc des heures de cours et des disciplines (puisque ça "ne sert à rien"), parce que ça coûte moins cher, et que supprimer l'école obligatoire d'un coup, ça se verrait quand même un peu trop...

Ceci dit, en attendant, le jour où seul quelques "élites" et quelques réacs grincheux comme nous autres inscrirons nos mômes à l'école, il n'y aura plus de crise de recrutement ! aai
avatar
VinZT
Expert spécialisé

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par VinZT le Jeu 15 Fév 2018 - 13:47
Quand les élèves (de TS) me demandent à quoi ça sert tout ce qu'on fait en maths, je leur réponds parfois, lorsque je suis mal embouché : « rien ne sert à rien et vous êtes les premiers inutiles ».
En général ça calme.

Ceci étant posé, à quoi sert Luc Ferry ?

_________________

« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François
« Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui. » Laurence J. Peter
meskiangasher
Niveau 9

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par meskiangasher le Jeu 15 Fév 2018 - 13:50
Ce que j'ai bien souvent envie de répondre, à un élève me disant que les maths ne servent à rien, c'est "mais toi aussi tu ne sers à rien". Malheureusement je dois m'en abstenir.

EDIT : grillé par VinZT, qui a été plus rapide.
Ramanujan974
Niveau 10

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Ramanujan974 le Jeu 15 Fév 2018 - 14:18
@meskiangasher a écrit:Ce que j'ai bien souvent envie de répondre, à un élève me disant que les maths ne servent à rien, c'est "mais toi aussi tu ne sers à rien". Malheureusement je dois m'en abstenir.

Moi, je le dis chaque année, dès qu'un élève me pose la question !
Sur le mode interrogatif : "et toi, tu sers à quoi ?"
Ca fait rire les autres, c'est déjà ça. Et je continue le cours...
avatar
Lefteris
Empereur

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Lefteris le Jeu 15 Fév 2018 - 14:36
Si l'on pousse le raisonnement, rien ne sert à rien, dans le court terme, de tout ce qui fait l'enseignement général. A la limite la technologie,  et encore. Tout le reste est supposé développer l'abstraction , amplifier le regard sur le monde et nourrir la réflexion persponnelle. Tout ce qui permettra  ensuite d'avoir du recul sur le "pratique", dont l'idéologie ambiante nous rebat les oreilles, et d'y accéder facilement.
Evidemment, quand j'étais élève, je ne raisonnais pas comme ça,  j'oscillais entre ce qui me plaisait et l'"utile". Résultat, j'étais presque nul en maths dès la 3e, et  entièrement nul après car je savais que ça ne "servirait à rien", en filière littéraire (dès la seconde en  ces temps anciens). Donc j'ai arrêté tôt de travailler en maths, physique -chimie, etc.
Je n'ai pas tardé à le payer au  prix fort : je m'engage, deviens sous -officier. Obligé de me mettre à la trigonométrie, pour les calculs balistiques, topographie, sans avoir les bases et le recul d'ensemble, c'était besogneux, et pourtant je n'étais pas dans une arme technique comme le génie ou l'artillerie. Et malgré ça, en restant suffisamment nul pur ne pas pouvoir passer le concours d'officier, où même en option lettres, il y avait trop de maths pour intégrer Coëtquidan. Résultat, en fin de contrat, la porte et le chômage. Ensuite, je pense aux sapeurs pompiers : ben les concours sont  bourrés de matières comme physique-chimie, hydraulique, etc. indispensable pour évoluer et ne pas rester simple sapeur.   Une croix dessus, donc, et direction autre chose.   Ca c'est pour le côté immédiat, concret.
Plus tard, dans ma seconde vie professionnelle, je me relance dans des études de philo, pour le loisir (avant qu'elles ne me fassent naturellement bifurquer sur le grec, donc les LC). Certains cours étaient très ardus car truffés d'explication matheuses, notamment en épistémologie, histoire de l'astronomie etc.Sans compter la compréhension fine de certains dialogues de Platon.  Moins handicapant que pour des concours, mais quand même, ça ne m'aurait pas fait de mal d'en savoir plus. D’ailleurs je crois me souvenir que fut un temps où l'on ne pouvait devenir professeur de philo sans avoir fait suffisamment de maths (et de grec ancien).
Aujourd'hui, il est vrai que ça ne me "sert pas" au quotidien, mais le savoir est un bagage  dont on peut augmenter le volume sans qu'il nuise ou qu'il encombre. La vision court-termiste véhiculée par cette société, influencée par l'idéologie Medef et autres de l'"employabilité"  immédiate,   et les politiciens supposés la représenter, est un désastre qui tirera immanquablement le niveau culturel général vers le bas.
Je dirais la même chose, pour l'avoir vu dans mon second métier, pour les gens acquis uniquement au discours "il n'y a que les maths qui servent", qui finalement ne sont pas de grands matheux, se dirigent en conséquence vers des métiers généralistes , et se ramassent par exemple aux concours par défaut de culture générale, qu'ils ont méprisée, ou de qualités rédactionnelles, d'orthographe,etc.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Zagara
Grand Maître

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Zagara le Jeu 15 Fév 2018 - 14:43
Pour une école de l'utile, avec en tronc commun :
- Arts du potager (3h)
- Chasse (option arc ou javelot) (3h)
- Communication fondamentale (500 mots qui vont de "moi faim" à "toi mort" en passant par "gouh-gouh") (4h)
- Arts et rites du feu (quatre modules : cuisine, chauffage, guerre et religion) (choisir 1 majeure et une mineure, 3h + 1h)
- Philosophie de la Hiérarchie (apprentissage de la soumission face à ses supérieurs et de la cruauté envers ses subordonnés) (5h, très important)
avatar
Rabelais
Grand Maître

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Rabelais le Jeu 15 Fév 2018 - 15:31
@Zagara a écrit:Pour une école de l'utile, avec en tronc commun :
- Arts du potager (3h)
- Chasse (option arc ou javelot) (3h)
- Communication fondamentale (500 mots qui vont de "moi faim" à "toi mort" en passant par "gouh-gouh") (4h)
- Arts et rites du feu (quatre modules : cuisine, chauffage, guerre et religion) (choisir 1 majeure et une mineure, 3h + 1h)
- Philosophie de la Hiérarchie (apprentissage de la soumission face à ses supérieurs et de la cruauté envers ses subordonnés) (5h, très important)
Pas assez d'heure Laughing
- arts des selfie 2h
- communication ( maîtriser FB, Twitter et Instagram )2h
Zut, il manque encore des heures.

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
Moonchild
Expert spécialisé

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Moonchild le Jeu 15 Fév 2018 - 15:33
EmmanuelB a écrit:Je dis souvent oui c'est vrai les maths ne servent strictement à rien dans la vie quotidienne
surtout quand tu ne sais pas t'en servir !!!

Ce que dit Ferry n'est pas totalement faux sur les maths, sauf son 99% des personnes qui ne feraient jamais de math au quotidien.

Par contre, c'est vrai que le côté sélectif fait beaucoup de mal à la matière...

Mais bon, c'est toujours de bon ton de taper sur les maths surtout quand on a un niveau de math excellent, cependant quand son enfant ne maîtrise pas les tables il y a ceux qui s'inquiètent et les autres. Dans quel catégorie se retrouve Ferry ?

Pour l'anecdote du tableau d'amortissement, on fait comme si tout ce qui est scientifique pousse naturelement, il y a des personnes qui travaillent derrière.

J'ai même discuté avec des ingénieurs qui prétendaient qu'ils ne faisaient jamais de math dans leur boulot. Mais ils me parlent de géométrie non euclidienne, calcul intégral, etc... Sauf qu'en vrai ils nagent dans les maths avec une telle habitude qu'ils ne se rendent pas compte qu'ils font des maths à longueur de journée. Et ils manipulent par exemple des notions sur les échantillonages que je ne connais pas. Sauf qu'à force de le faire tous les jours ils pensent que c'est plus de l'empirisme que des maths... Ils pensent que les % c'est de la culture générale...

J'aime bien aussi dire que quand je lis, l'alphabet ne me sert strictement à rien, je me demande bien pourquoi on oblige les enfants à apprendre l'alphabet ??? Wink

Même si ça me contrarie, je vais devoir prendre - un peu - la défense de Luc Ferry. Son pourcentage de 99% est bidon (comme à peu près tous les pourcentages de 99% entendus çà et là qui visent presque toujours à ponctuer sentencieusement une déclaration), mais si on le ramène à 70% ou 80% alors l'affirmation est assez peu contestable. La majorité des collègues de lettres, langues et histoire avec qui j'ai parlé de ce sujet admettent que, quelque part entre la cinquième et la troisième, ils ont renoncé à comprendre quoi que ce soit aux maths ; pourtant, je n'ai pas l'impression que leur vie soit tellement plus difficile que la mienne au quotidien.
Euthyphron à la page précédente opérait une distinction entre maths et calcul : bien sûr le calcul est à la base des mathématiques et on ne peut pas séparer l'un de l'autre, mais en terme de nécessité/utilité pour la vie courante, les deux ne se situent pas au même niveau. Si on pousse un peu plus loin cette idée, on arrive assez vite à se dire que la partie des mathématiques enseignée au primaire sera à un moment ou à un autre quasiment indispensable pour tous mais que, par contre, les mathématiques enseignées au lycée ne relèvent pour une part significative de la population que d'un savant mélange de perte de temps et de torture psychologique ; entre les deux, il y a un collège qui gagnerait sans doute à ce qu'on puisse moduler l'enseignement mathématique qui y est dispensé.
Bref, on peut critiquer le manque de nuance de cette affirmation de Luc Ferry, mais ce n'est pas la chose la plus stupide qu'il ait pu dire (je sais, cette échelle de référence est très "bienveillante") et elle viserait même assez juste si elle était restreinte au lycée.
Bouboule
Esprit éclairé

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Bouboule le Jeu 15 Fév 2018 - 15:41
@Moonchild a écrit:
EmmanuelB a écrit:Je dis souvent oui c'est vrai les maths ne servent strictement à rien dans la vie quotidienne
surtout quand tu ne sais pas t'en servir !!!

Ce que dit Ferry n'est pas totalement faux sur les maths, sauf son 99% des personnes qui ne feraient jamais de math au quotidien.

Par contre, c'est vrai que le côté sélectif fait beaucoup de mal à la matière...

Mais bon, c'est toujours de bon ton de taper sur les maths surtout quand on a un niveau de math excellent, cependant quand son enfant ne maîtrise pas les tables il y a ceux qui s'inquiètent et les autres. Dans quel catégorie se retrouve Ferry ?

Pour l'anecdote du tableau d'amortissement, on fait comme si tout ce qui est scientifique pousse naturelement, il y a des personnes qui travaillent derrière.

J'ai même discuté avec des ingénieurs qui prétendaient qu'ils ne faisaient jamais de math dans leur boulot. Mais ils me parlent de géométrie non euclidienne, calcul intégral, etc... Sauf qu'en vrai ils nagent dans les maths avec une telle habitude qu'ils ne se rendent pas compte qu'ils font des maths à longueur de journée. Et ils manipulent par exemple des notions sur les échantillonages que je ne connais pas. Sauf qu'à force de le faire tous les jours ils pensent que c'est plus de l'empirisme que des maths... Ils pensent que les % c'est de la culture générale...

J'aime bien aussi dire que quand je lis, l'alphabet ne me sert strictement à rien, je me demande bien pourquoi on oblige les enfants à apprendre l'alphabet ??? Wink

Même si ça me contrarie, je vais devoir prendre - un peu - la défense de Luc Ferry. Son pourcentage de 99% est bidon (comme à peu près tous les pourcentages de 99% entendus çà et là qui visent presque toujours à ponctuer sentencieusement une déclaration), mais si on le ramène à 70% ou 80% alors l'affirmation est assez peu contestable. La majorité des collègues de lettres, langues et histoire avec qui j'ai parlé de ce sujet admettent que, quelque part entre la cinquième et la troisième, ils ont renoncé à comprendre quoi que ce soit aux maths ; pourtant, je n'ai pas l'impression que leur vie soit tellement plus difficile que la mienne au quotidien.
Euthyphron à la page précédente opérait une distinction entre maths et calcul : bien sûr le calcul est à la base des mathématiques et on ne peut pas séparer l'un de l'autre, mais en terme de nécessité/utilité pour la vie courante, les deux ne se situent pas au même niveau. Si on pousse un peu plus loin cette idée, on arrive assez vite à se dire que la partie des mathématiques enseignée au primaire sera à un moment ou à un autre quasiment indispensable pour tous mais que, par contre, les mathématiques enseignées au lycée ne relèvent pour une part significative de la population que d'un savant mélange de perte de temps et de torture psychologique ; entre les deux, il y a un collège qui gagnerait sans doute à ce qu'on puisse moduler l'enseignement mathématique qui y est dispensé.
Bref, on peut critiquer le manque de nuance de cette affirmation de Luc Ferry, mais ce n'est pas la chose la plus stupide qu'il ait pu dire (je sais, cette échelle de référence est très "bienveillante") et elle viserait même assez juste si elle était restreinte au lycée.

C'est sûr que si tu sors le calcul des mathématiques...
J'aurais préféré qu'il fasse une nuance entre "se servir de" et "comprendre".
Si l'enseignement secondaire n'avait pas dérivé, l'essentiel utile serait acquis à la fin du collège (et même avant) et ne poursuivraient au lycée général que ceux qui ont envie de goûter à des apprentissages inutiles. Quand on sait parler, lire, écrire, compter, on peut s'en sortir (avec un peu d'intelligence ?).
avatar
amalricu
Habitué du forum

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par amalricu le Jeu 15 Fév 2018 - 17:40
@Moonchild a écrit:
EmmanuelB a écrit:Je dis souvent oui c'est vrai les maths ne servent strictement à rien dans la vie quotidienne
surtout quand tu ne sais pas t'en servir !!!

Ce que dit Ferry n'est pas totalement faux sur les maths, sauf son 99% des personnes qui ne feraient jamais de math au quotidien.

Par contre, c'est vrai que le côté sélectif fait beaucoup de mal à la matière...

Mais bon, c'est toujours de bon ton de taper sur les maths surtout quand on a un niveau de math excellent, cependant quand son enfant ne maîtrise pas les tables il y a ceux qui s'inquiètent et les autres. Dans quel catégorie se retrouve Ferry ?

Pour l'anecdote du tableau d'amortissement, on fait comme si tout ce qui est scientifique pousse naturelement, il y a des personnes qui travaillent derrière.

J'ai même discuté avec des ingénieurs qui prétendaient qu'ils ne faisaient jamais de math dans leur boulot. Mais ils me parlent de géométrie non euclidienne, calcul intégral, etc... Sauf qu'en vrai ils nagent dans les maths avec une telle habitude qu'ils ne se rendent pas compte qu'ils font des maths à longueur de journée. Et ils manipulent par exemple des notions sur les échantillonages que je ne connais pas. Sauf qu'à force de le faire tous les jours ils pensent que c'est plus de l'empirisme que des maths... Ils pensent que les % c'est de la culture générale...

J'aime bien aussi dire que quand je lis, l'alphabet ne me sert strictement à rien, je me demande bien pourquoi on oblige les enfants à apprendre l'alphabet ??? Wink

Même si ça me contrarie, je vais devoir prendre - un peu - la défense de Luc Ferry. Son pourcentage de 99% est bidon (comme à peu près tous les pourcentages de 99% entendus çà et là qui visent presque toujours à ponctuer sentencieusement une déclaration), mais si on le ramène à 70% ou 80% alors l'affirmation est assez peu contestable. La majorité des collègues de lettres, langues et histoire avec qui j'ai parlé de ce sujet admettent que, quelque part entre la cinquième et la troisième, ils ont renoncé à comprendre quoi que ce soit aux maths ; pourtant, je n'ai pas l'impression que leur vie soit tellement plus difficile que la mienne au quotidien.
Euthyphron à la page précédente opérait une distinction entre maths et calcul : bien sûr le calcul est à la base des mathématiques et on ne peut pas séparer l'un de l'autre, mais en terme de nécessité/utilité pour la vie courante, les deux ne se situent pas au même niveau. Si on pousse un peu plus loin cette idée, on arrive assez vite à se dire que la partie des mathématiques enseignée au primaire sera à un moment ou à un autre quasiment indispensable pour tous mais que, par contre, les mathématiques enseignées au lycée ne relèvent pour une part significative de la population que d'un savant mélange de perte de temps et de torture psychologique ; entre les deux, il y a un collège qui gagnerait sans doute à ce qu'on puisse moduler l'enseignement mathématique qui y est dispensé.
Bref, on peut critiquer le manque de nuance de cette affirmation de Luc Ferry, mais ce n'est pas la chose la plus stupide qu'il ait pu dire (je sais, cette échelle de référence est très "bienveillante") et elle viserait même assez juste si elle était restreinte au lycée.

 Merci. C'est ce que je pense.

 Cela n'enlève rien à la gymnastique de l'intellect indéniable des exercices mathématiques, mais le français ou les LV, la SVT me paraissent plus connectées à la réalité et au quotidien d'un être humain de notre époque. Voila ce que j'entends moi par "utile" : les gens y voient plus facilement un lien avec leur existence même si tout est mathématique paraît-il.

 Pour le coup de l'ingénieur, c'est idem : mon collègue me dit que son fiston passé en S, en prépa et en école d'ingénieur lui dit exactement la même chose. Les mathématiques ont permis simplement de faire le tri.

 Tu ne sais écrire et aligner 4 mots corrects à la suite, ça se paie d'office sur le marché du travail. Tu t'embrouilles minablement dans les fonctions affines et autres joyeusetés, c'est la honte, mais qui le remarque ?

 Dans ma discipline, la géographie correspond plus à cette description que l'histoire quelquefois lointaine (ah le socialisme allemand du 19 ème siècle à 16 heures un vendredi soir quand tout s'éteint dans les couloirs...) 

 Si au lycée, des jeunes gens s'éclatent dans cette discipline, tant mieux ! 

Le fond de l'affaire en réalité : ce tour de passe-passe économise combien de collègues de mathématiques à recruter dans les prochaines années ?
Contenu sponsorisé

Re: "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum