Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Paul Dedalus
Neoprof expérimenté

Les lumières et les rapports entre raison et foi

par Paul Dedalus le Sam 24 Fév 2018 - 19:38
Un élève m'a demandé "qu'est-ce que les lumières?" (intuition kantienne?^^) et si les philosophes et écrivains des lumières étaient dans un rapport d'insoumission à Dieu du fait de leur posture faisant de la raison la valeur la plus haute et glorifiant l'Homme (trop selon lui) capable de s'en sortir par lui-même en faisant usage de son entendement (sapere aude).


Avez-vous des idées de textes pour mener une discussion avec lui à partir de ces remarques?

J'ai beaucoup d'idées déjà mais comme j'ai tendance à être d'accord avec lui et que j'aimerais répondre à sa question sous forme de dissertation, j'aimerais bien d'autres point de vue rendant grâce aux lumières.

_________________
«Primus ego in patriam mecum, modo uita supersit. »

Virgile  Georgiques.

« Ma science ne peut être qu’une science de pointillés. Je n’ai ni le temps ni les moyens de tracer une ligne continue. »

Marcel Jousse
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Les lumières et les rapports entre raison et foi

par Iphigénie le Sam 24 Fév 2018 - 19:52
Ce matin, émission Repliques sur france-culture sur le thème de la croyance au XVIIe : c'est un peu avant mais à toutes fins de curiosité utiles?
avatar
noetica
Niveau 2

Re: Les lumières et les rapports entre raison et foi

par noetica le Sam 24 Fév 2018 - 22:24
Dans le frontispice de l'Encyclopédie, la Théologie est représentée sous la Raison, qui tient un mors à la main. Mais c'est la Théologie, et non pas Dieu. Et la valeur est plus haute est la Vérité.
Difficile de généraliser, mais je dirais que les auteurs des Lumière sont dans un rapport d'insoumission à la religion, plutôt qu'à Dieu (cf. la question du théisme).

_________________
"Du possible, sinon j'étouffe !"
avatar
Paul Dedalus
Neoprof expérimenté

Re: Les lumières et les rapports entre raison et foi

par Paul Dedalus le Sam 24 Fév 2018 - 23:44
Oui, comme le montre par exemple La religieuse de Diderot. L’héroïne, Suzanne Simonin, est animée par une foi invincible mais cela s'oppose justement à la religion.
En fait, ils luttent surtout contre l'obscurantisme et les dérives de la croyance mais il est vrai que les limites entre la suspicion et le rejet est mince, surtout avec une certaine attitude vindicative qui est le propre de l'être humain.

Kant nous dit quand même qu'il s'agit quand même de sortir d'un état tutélaire donc il y aune forme d'irrévérence envers la théologie chez les lumières.
On retrouve cela chez Spinoza, ce qui fait que je n'ai jamais accroché avec ce philosophe malgré des passages puissants à la fin de L'éthique.
Il y a trop cette idée que la Raison doit primer sur la théologie et l'image que tu as cité colle parfaitement bien à sa doctrine à cet égard.

_________________
«Primus ego in patriam mecum, modo uita supersit. »

Virgile  Georgiques.

« Ma science ne peut être qu’une science de pointillés. Je n’ai ni le temps ni les moyens de tracer une ligne continue. »

Marcel Jousse
Maryse
Niveau 5

Re: Les lumières et les rapports entre raison et foi

par Maryse le Mer 28 Fév 2018 - 14:56
Le traité sur la tolérance de Voltaire s'applique à décrire la relation du philosophe à Dieu "prière à Dieu". Je suis d'accord aussi pour ne pas faire des Lumières des athés mais Voltaire par exemple est clairement anticlérical.
dANS Le poème sur le désastre de Lisbonne, Voltaire questionne le foi en un dieu si dévastateur mais le foi personnelle de l'écrivain n'est pas remise en question.
Cela dit, c'est ce que je pense!
avatar
Elaïna
Guide spirituel

Re: Les lumières et les rapports entre raison et foi

par Elaïna le Mer 28 Fév 2018 - 15:11
ça dépend de qui on parle, de quelle époque on parle, etc.
On distingue en général trois générations de Lumières.
- la génération Montesquieu : ceux qui sont nés à la fin du règne de Louis XIV. On peut mettre Voltaire et Rousseau dedans. Ces gens-là ne sont clairement pas athées (Voltaire est déiste, mais il vient d'un milieu très très très croyant, un frère janséniste du genre à poils durs, etc).
- la génération des Encyclopédistes, milieu de siècle. Diderot, d'Alembert, etc. Ceux-ci commencent à être athées (même si on dit plutôt "matérialistes").
- la génération fin XVIIIe siècle, où l'on trouve un peu de tout. Des croyants, des matérialistes, des gens sensibles à la question du surnaturel (Messmer et consorts). Pas mal de préromantiques, souvent chrétiens.
MAIS cela ne concerne que la France. Dans d'autres régions d'Europe, on trouve des philosophes des Lumières parfaitement "bons chrétiens" (en Espagne, Italie, Allemagne etc).

D'une façon générale le XVIIIe siècle est bien plus religieux que ce qu'on a tendance à penser - c'est parfaitement démontré dans le livre de Jean Delumeau, Le catholicisme entre Luther et Voltaire. Les mouvements religieux de cette époque sont variés et puissants (succès des courants religieux chez les protestants, type piétisme/méthodisme).

Par ailleurs, l'esprit des Lumières dépasse bien largement la question de la religion (alors qu'on tend à se focaliser sur "Voltaire qui est contre l'intolérance religieuse" blablabla). L'esprit des Lumières, c'est la curiosité face à de nouveaux horizons du monde, de l'intérêt pour la bricolette (Louis XVI faisait de la serrurerie, parce qu'en homme des Lumières il aime bricoler, faire de la mécanique etc), pour les voyages (La Pérouse, Kerguelen, Cook...), pour les sciences en général (les atomes, Lavoisier et toute la bande) ce qui amène à replacer l'homme dans la création et dans l'histoire du monde. D'où une réflexion qui pousse certains à valoriser l'action humaine par rapport à l'action divine, mais dans tous les cas, le XVIIIe siècle européen reste un siècle chrétien.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
Paul Dedalus
Neoprof expérimenté

Re: Les lumières et les rapports entre raison et foi

par Paul Dedalus le Mer 28 Fév 2018 - 15:53
Très intéressante réponse historique, même si j'aurais préféré l'avoir avant d'avoir fait mon cours (du coup je vais peut-être envoyer un document complémentaire intitulé "Les lumières en Europe au XVIIIème siècle").

Merci beaucoup.

Après je crois qu'au lycée, on insiste surtout sur la génération Montesquieu et des Encyclopédistes, non?

Et Diderot, il ne me semble pas être vraiment athée, il a quand même une forte dimension spirituelle (?)

_________________
«Primus ego in patriam mecum, modo uita supersit. »

Virgile  Georgiques.

« Ma science ne peut être qu’une science de pointillés. Je n’ai ni le temps ni les moyens de tracer une ligne continue. »

Marcel Jousse
avatar
Elaïna
Guide spirituel

Re: Les lumières et les rapports entre raison et foi

par Elaïna le Mer 28 Fév 2018 - 16:00
@Paul Dedalus a écrit:Très intéressante réponse historique, même si j'aurais préféré l'avoir avant d'avoir fait mon cours (du coup je vais peut-être envoyer un document complémentaire intitulé "Les lumières en Europe au XVIIIème siècle").

Merci beaucoup.

Après je crois qu'au lycée, on insiste surtout sur la génération Montesquieu et des Encyclopédistes, non?

Et Diderot, il ne me semble pas être vraiment athée, il a quand même une forte dimension spirituelle (?)

Diderot est très matérialiste (il l'explique notamment dans la Lettre aux aveugles. Mais peut-être moins catégorique qu'un d'Holbach. Encore que...
En effet, en seconde, on ne parle pas vraiment des Lumières fin de siècle, on s'arrête aux Encyclopédistes en général.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
Ruthven
Monarque

Re: Les lumières et les rapports entre raison et foi

par Ruthven le Mer 28 Fév 2018 - 16:01
Il y a un fil sur l'athéisme durant les Lumières :

http://www.neoprofs.org/t105369-atheisme-et-xviiie-s

Le Diderot de la maturité est athée mais pas mécaniste.

avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Les lumières et les rapports entre raison et foi

par JPhMM le Mer 28 Fév 2018 - 16:35
@Paul Dedalus a écrit:glorifiant l'Homme (trop selon lui) capable de s'en sortir par lui-même en faisant usage de son entendement (sapere aude).
Sacré Protagoras

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Paul Dedalus
Neoprof expérimenté

Re: Les lumières et les rapports entre raison et foi

par Paul Dedalus le Mer 28 Fév 2018 - 17:23
Diderot athée !
Ça m'étonne. En lisant La religieuse on n'a pas cette impression.
Ok. Merci pour les réponses.

_________________
«Primus ego in patriam mecum, modo uita supersit. »

Virgile  Georgiques.

« Ma science ne peut être qu’une science de pointillés. Je n’ai ni le temps ni les moyens de tracer une ligne continue. »

Marcel Jousse
Contenu sponsorisé

Re: Les lumières et les rapports entre raison et foi

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum