Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
stench
Guide spirituel

L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par stench le Mer 28 Fév 2018 - 10:24
Sujet divisé, à partir de "Je râle", à l'initiative de la modération, compte tenu de l'ampleur prise par la discussion. Le message initial n'étant rien de plus qu'un constat, il n'appelle pas à polémiquer ; merci, par conséquent, de rester courtois dans vos échanges.



J'en ai plus qu'assez de voir la différence de gestion des professeurs entre chez nous et celle chez ma compagne en Suisse. Je ne parle pas des salaires, il parait qu'il ne faut pas comparer deux pays si différents ( Rolling Eyes ) ni du fait qu'elle touche un 13e mois ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 1000 euros qu'elle a touchée pour lire 15 TPE ( Rolling Eyes ) ni des classes à 20 élèves ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 2500 euros qu'elle a touchée pour la remercier d'être depuis 10 ans dans son établissement ( Rolling Eyes ). Non, je ne parlerai pas de ça. En revanche, je parlerai des différences quand on est malade : elle a la gastro depuis lundi, elle a appelé son établissement pour les prévenir et on lui a rappelé le principe de confiance, elle n'a pas besoin de justificatif médical ni d'arrêt de travail si elle revient avant cinq jours d'absence. Bien entendu, il n'y aura aucune journée de salaire retirée.

Nous sommes les clodos de l'éducation. L'an dernier, tout compris, j'ai gagné exactement 1/5 de ce qu'elle a gagné alors que je suis à temps plein et elle à 80%, mais c'est à moi qu'on retire des jours de salaire quand on est malade et c'est mon salaire qui a baissé de 20 euros. Tout va  bien, surtout pas de grève, pas de revendications sur les salaires "parce qu'il y a pire que nous". Le jour où il n'y aura plus pire que nous, j'ai peur que ce soit trop tard.

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Celadon le Mer 28 Fév 2018 - 10:34
@stench a écrit:J'en ai plus qu'assez de voir la différence de gestion des professeurs entre chez nous et celle chez ma compagne en Suisse. Je ne parle pas des salaires, il parait qu'il ne faut pas comparer deux pays si différents ( Rolling Eyes ) ni du fait qu'elle touche un 13e mois ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 1000 euros qu'elle a touchée pour lire 15 TPE ( Rolling Eyes ) ni des classes à 20 élèves ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 2500 euros qu'elle a touchée pour la remercier d'être depuis 10 ans dans son établissement ( Rolling Eyes ). Non, je ne parlerai pas de ça. En revanche, je parlerai des différences quand on est malade : elle a la gastro depuis lundi, elle a appelé son établissement pour les prévenir et on lui a rappelé le principe de confiance, elle n'a pas besoin de justificatif médical ni d'arrêt de travail si elle revient avant cinq jours d'absence. Bien entendu, il n'y aura aucune journée de salaire retirée.

Nous sommes les clodos de l'éducation. L'an dernier, tout compris, j'ai gagné exactement 1/5 de ce qu'elle a gagné alors que je suis à temps plein et elle à 80%, mais c'est à moi qu'on retire des jours de salaire quand on est malade et c'est mon salaire qui a baissé de 20 euros. Tout va  bien, surtout pas de grève, pas de revendications sur les salaires "parce qu'il y a pire que nous". Le jour où il n'y aura plus pire que nous, j'ai peur que ce soit trop tard.
C'est curieux, dans les comparatifs avec "nos voisins", on ne cite jamais la Suisse et on ne s'intéresse jamais de près au sort des enseignants dans ce pays de Cocagne. Sans doute parce qu'elle ne fait pas partie de l'UE. La bienheureuse.
avatar
stench
Guide spirituel

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par stench le Mer 28 Fév 2018 - 10:36
@Celadon a écrit:
@stench a écrit:J'en ai plus qu'assez de voir la différence de gestion des professeurs entre chez nous et celle chez ma compagne en Suisse. Je ne parle pas des salaires, il parait qu'il ne faut pas comparer deux pays si différents ( Rolling Eyes ) ni du fait qu'elle touche un 13e mois ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 1000 euros qu'elle a touchée pour lire 15 TPE ( Rolling Eyes ) ni des classes à 20 élèves ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 2500 euros qu'elle a touchée pour la remercier d'être depuis 10 ans dans son établissement ( Rolling Eyes ). Non, je ne parlerai pas de ça. En revanche, je parlerai des différences quand on est malade : elle a la gastro depuis lundi, elle a appelé son établissement pour les prévenir et on lui a rappelé le principe de confiance, elle n'a pas besoin de justificatif médical ni d'arrêt de travail si elle revient avant cinq jours d'absence. Bien entendu, il n'y aura aucune journée de salaire retirée.

Nous sommes les clodos de l'éducation. L'an dernier, tout compris, j'ai gagné exactement 1/5 de ce qu'elle a gagné alors que je suis à temps plein et elle à 80%, mais c'est à moi qu'on retire des jours de salaire quand on est malade et c'est mon salaire qui a baissé de 20 euros. Tout va  bien, surtout pas de grève, pas de revendications sur les salaires "parce qu'il y a pire que nous". Le jour où il n'y aura plus pire que nous, j'ai peur que ce soit trop tard.
C'est curieux, dans les comparatifs avec "nos voisins", on ne cite jamais la Suisse et on ne s'intéresse jamais de près au sort des enseignants dans ce pays de Cocagne. Sans doute parce qu'elle ne fait pas partie de l'UE. La bienheureuse.

C'est vrai. Tu me diras, même quand la comparaison est faite avec des pays de l'UE, on reste les clodos, dans une moindre mesure sans doute mais les clodos quand même...

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."
avatar
Danska
Modérateur

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Danska le Mer 28 Fév 2018 - 10:36
@stench a écrit:J'en ai plus qu'assez de voir la différence de gestion des professeurs entre chez nous et celle chez ma compagne en Suisse. Je ne parle pas des salaires, il parait qu'il ne faut pas comparer deux pays si différents ( Rolling Eyes ) ni du fait qu'elle touche un 13e mois ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 1000 euros qu'elle a touchée pour lire 15 TPE ( Rolling Eyes ) ni des classes à 20 élèves ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 2500 euros qu'elle a touchée pour la remercier d'être depuis 10 ans dans son établissement ( Rolling Eyes ). Non, je ne parlerai pas de ça. En revanche, je parlerai des différences quand on est malade : elle a la gastro depuis lundi, elle a appelé son établissement pour les prévenir et on lui a rappelé le principe de confiance, elle n'a pas besoin de justificatif médical ni d'arrêt de travail si elle revient avant cinq jours d'absence. Bien entendu, il n'y aura aucune journée de salaire retirée.

Nous sommes les clodos de l'éducation. L'an dernier, tout compris, j'ai gagné exactement 1/5 de ce qu'elle a gagné alors que je suis à temps plein et elle à 80%, mais c'est à moi qu'on retire des jours de salaire quand on est malade et c'est mon salaire qui a baissé de 20 euros. Tout va  bien, surtout pas de grève, pas de revendications sur les salaires "parce qu'il y a pire que nous". Le jour où il n'y aura plus pire que nous, j'ai peur que ce soit trop tard.
Stench...


Tu me rappelles une discussion hier avec mon conjoint : lui est dans le privé, dans une grande entreprise, et sa boîte finance le déménagement de ses employés en cas de déménagement, aide le conjoint à financer le double loyer si lui ne peut pas déménager rapidement ou l'aide à retrouver un emploi sur place, offre des aides financières au cas où le déménagement entraînerait la perte d'emploi du conjoint et donc une baisse des revenus, offre une prime à la mobilité en plus de l'augmentation de salaire qui va avec... Quand je compare à l'EN, qui ne favorise pratiquement en rien la mobilité de ses agents, j'ai l'impression de l'entendre parler d'un autre univers !

Et je ne parle même pas de nos salaires comparés, à niveau d'étude identique (sans compter le 13e mois, les primes de participation et d'intéressement, les plans d'épargne salariale très intéressant, les jours de carence compensés par l'entreprise en cas de maladie, les avantages en nature du CE, les chèques-cadeaux, les chèques-restaurant, les colis de Noël, les chèques pour les différentes fêtes, etc.)... Evil or Very Mad

Je sais bien que tout le monde n'a pas les mêmes avantages, et qu'il est bien loti (quoique, certains le sont encore plus), mais j'oscille toujours entre dégoût et résignation quand je fais les comptes pour nous deux !
avatar
Dimka
Grand Maître

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Dimka le Mer 28 Fév 2018 - 10:38
Stench : pourquoi ne postules-tu pas pour bosser en Suisse, du coup ?

_________________
Spoiler:
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Celadon le Mer 28 Fév 2018 - 10:39
Je suppose que dans les autres pays du panel de comparaison, la société civile, tout comme le gouvernement, entretiennent un respect pour cette fonction qu'ils investissent de tout l'avenir de leur Nation.
Comme nous sommes en plein délitement et inversion de valeurs, rien d'étonnant à ce que nous soyons les clodos de la société.
avatar
stench
Guide spirituel

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par stench le Mer 28 Fév 2018 - 10:42
@Dimka a écrit:Stench : pourquoi ne postules-tu pas pour bosser en Suisse, du coup ?

Ca demande un très grand changement, je vis à côté de la Suisse alémanique et je ne parle pas leur langue, il faudrait donc partir vers la Suisse romande mais dans ce cas c'est ma compagne qui ne peut plus y travailler à cause de la langue.
Cependant, pour être franc, je suis en cours de naturalisation, les papiers sont partis, ça devrait prendre encore quelques mois avant d'être suisse et je postulerai à ce moment en région limitrophe. Après tout, il me suffirait de travailler 5 heures là-bas pour gagner ce que je gagne ici à temps plein...

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Celadon le Mer 28 Fév 2018 - 10:43
avatar
Poupoutch
Neoprof expérimenté

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Poupoutch le Mer 28 Fév 2018 - 10:50
@Danska a écrit:
@stench a écrit:J'en ai plus qu'assez de voir la différence de gestion des professeurs entre chez nous et celle chez ma compagne en Suisse. Je ne parle pas des salaires, il parait qu'il ne faut pas comparer deux pays si différents ( Rolling Eyes ) ni du fait qu'elle touche un 13e mois ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 1000 euros qu'elle a touchée pour lire 15 TPE ( Rolling Eyes ) ni des classes à 20 élèves ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 2500 euros qu'elle a touchée pour la remercier d'être depuis 10 ans dans son établissement ( Rolling Eyes ). Non, je ne parlerai pas de ça. En revanche, je parlerai des différences quand on est malade : elle a la gastro depuis lundi, elle a appelé son établissement pour les prévenir et on lui a rappelé le principe de confiance, elle n'a pas besoin de justificatif médical ni d'arrêt de travail si elle revient avant cinq jours d'absence. Bien entendu, il n'y aura aucune journée de salaire retirée.

Nous sommes les clodos de l'éducation. L'an dernier, tout compris, j'ai gagné exactement 1/5 de ce qu'elle a gagné alors que je suis à temps plein et elle à 80%, mais c'est à moi qu'on retire des jours de salaire quand on est malade et c'est mon salaire qui a baissé de 20 euros. Tout va  bien, surtout pas de grève, pas de revendications sur les salaires "parce qu'il y a pire que nous". Le jour où il n'y aura plus pire que nous, j'ai peur que ce soit trop tard.
Stench...


Tu me rappelles une discussion hier avec mon conjoint : lui est dans le privé, dans une grande entreprise, et sa boîte finance le déménagement de ses employés en cas de déménagement, aide le conjoint à financer le double loyer si lui ne peut pas déménager rapidement ou l'aide à retrouver un emploi sur place, offre des aides financières au cas où le déménagement entraînerait la perte d'emploi du conjoint et donc une baisse des revenus, offre une prime à la mobilité en plus de l'augmentation de salaire qui va avec... Quand je compare à l'EN, qui ne favorise pratiquement en rien la mobilité de ses agents, j'ai l'impression de l'entendre parler d'un autre univers !

Et je ne parle même pas de nos salaires comparés, à niveau d'étude identique (sans compter le 13e mois, les primes de participation et d'intéressement, les plans d'épargne salariale très intéressant, les jours de carence compensés par l'entreprise en cas de maladie, les avantages en nature du CE, les chèques-cadeaux, les chèques-restaurant, les colis de Noël, les chèques pour les différentes fêtes, etc.)... Evil or Very Mad

Je sais bien que tout le monde n'a pas les mêmes avantages, et qu'il est bien loti (quoique, certains le sont encore plus), mais j'oscille toujours entre dégoût et résignation quand je fais les comptes pour nous deux !
Faites comme moi : vivez avec un fonctionnaire ! Deux salaires également faibles, et peu de perspectives d'évolution (encore plus pour M. Poupoutch que pour moi...). yesyes

_________________
Es ist nicht deine Schuld, dass die Welt ist wie sie ist. Es wär nur deine Schuld wenn sie so bleibt...
avatar
madu
Niveau 6

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par madu le Mer 28 Fév 2018 - 10:52
@stench a écrit:J'en ai plus qu'assez de voir la différence de gestion des professeurs entre chez nous et celle chez ma compagne en Suisse. Je ne parle pas des salaires, il parait qu'il ne faut pas comparer deux pays si différents ( Rolling Eyes ) ni du fait qu'elle touche un 13e mois ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 1000 euros qu'elle a touchée pour lire 15 TPE ( Rolling Eyes ) ni des classes à 20 élèves ( Rolling Eyes ) ni de la prime de 2500 euros qu'elle a touchée pour la remercier d'être depuis 10 ans dans son établissement ( Rolling Eyes ). Non, je ne parlerai pas de ça. En revanche, je parlerai des différences quand on est malade : elle a la gastro depuis lundi, elle a appelé son établissement pour les prévenir et on lui a rappelé le principe de confiance, elle n'a pas besoin de justificatif médical ni d'arrêt de travail si elle revient avant cinq jours d'absence. Bien entendu, il n'y aura aucune journée de salaire retirée.

Ça fait rêver...

Est-ce qu’il y a des inconvénients à enseigner en Suisse ? (Histoire de se dire : « Ah, ben voilà, c’est mieux chez nous !)
avatar
Dimka
Grand Maître

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Dimka le Mer 28 Fév 2018 - 10:52
Stench : wahou (pour la nationalité suiise : c'est super !) !

Et du coup, est-ce que l'ambiance est aussi différente, pour ta compagne, par rapport à l'attitude des élèves (vis-à-vis du travail, du respect, de la discipline), en comparant à la France ?

_________________
Spoiler:
avatar
stench
Guide spirituel

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par stench le Mer 28 Fév 2018 - 11:06
@Dimka a écrit:Stench : wahou (pour la nationalité suiise : c'est super !) !

Et du coup, est-ce que l'ambiance est aussi différente, pour ta compagne, par rapport à l'attitude des élèves (vis-à-vis du travail, du respect, de la discipline), en comparant à la France ?

Totalement. Je ne peux pas parler de la Suisse, uniquement de son établissement, mais c'est le jour et la nuit. Les élèves ont une cuisine équipée pour faire leur repas s'ils ne veulent pas manger avec les autres (micro-ondes et tout) et ça fonctionne très bien : dans mon lycée, même les toilettes sont fermées à cause des dégradations... Tout le lycée est décoré avec de la moquette partout, et elle reste propre : dans mon lycée, c'est tournée chaque semaine pour effacer les tags et je ne parle pas de l'état général...Quand j'ai visité son lycée, j'ai cru qu'il était fermé tant c'était calme : quand elle est venue chez moi, elle m'a dit ne pas pouvoir tenir une journée dans nos conditions (cris, bruits d'animaux, etc.)... Elle enseigne le français LV1, ses élèves qui apprennent le français depuis 6 ans lisent Madame Bovary en entier, L'Etranger et Moliere de même : chez moi, les parents ont râlé parce qu'en seconde je fais lire un roman de Zola de 400 pages dans leur langue maternelle et qu'ils estiment que c'est de la torture. Etc.

Spoiler:
On a fait un devoir commun, elle et moi, de compréhension de texte et de grammaire : ses élèves ont mieux réussi que les miens, alors que les miens sont francophones et pas les siens. Ca a été le coup qui m'a été fatal. Notre système a perdu pieds je pense.

Il y a sans dout pire ailleurs, je ne parle que de ce que j'ai vu. C'est pourtant un lycée conséquent de plus de 1000 élèves.

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."
avatar
Dimka
Grand Maître

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Dimka le Mer 28 Fév 2018 - 11:15
Stench : rhhaaa ! J'ai laissé tomber l'enseignement, mais je pense de plus en plus que si les conditions avaient été comme ça, j'aurais pu apprécier le job. Sad C'est vraiment moche qu'on ne se donne pas la peine de mettre ça en place, en France (ce n'est même pas l'objectif).

_________________
Spoiler:
avatar
gnafron2004
Sage

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par gnafron2004 le Mer 28 Fév 2018 - 11:20
@stench a écrit:
@Dimka a écrit:Stench : wahou (pour la nationalité suiise : c'est super !) !

Et du coup, est-ce que l'ambiance est aussi différente, pour ta compagne, par rapport à l'attitude des élèves (vis-à-vis du travail, du respect, de la discipline), en comparant à la France ?

Totalement. Je ne peux pas parler de la Suisse, uniquement de son établissement, mais c'est le jour et la nuit. Les élèves ont une cuisine équipée pour faire leur repas s'ils ne veulent pas manger avec les autres (micro-ondes et tout) et ça fonctionne très bien : dans mon lycée, même les toilettes sont fermées à cause des dégradations... Tout le lycée est décoré avec de la moquette partout, et elle reste propre : dans mon lycée, c'est tournée chaque semaine pour effacer les tags et je ne parle pas de l'état général...Quand j'ai visité son lycée, j'ai cru qu'il était fermé tant c'était calme : quand elle est venue chez moi, elle m'a dit ne pas pouvoir tenir une journée dans nos conditions (cris, bruits d'animaux, etc.)... Elle enseigne le français LV1, ses élèves qui apprennent le français depuis 6 ans lisent Madame Bovary en entier, L'Etranger et Moliere de même : chez moi, les parents ont râlé parce qu'en seconde je fais lire un roman de Zola de 400 pages dans leur langue maternelle et qu'ils estiment que c'est de la torture. Etc.

Spoiler:
On a fait un devoir commun, elle et moi, de compréhension de texte et de grammaire : ses élèves ont mieux réussi que les miens, alors que les miens sont francophones et pas les siens. Ca a été le coup qui m'a été fatal. Notre système a perdu pieds je pense.

Il y a sans dout pire ailleurs, je ne parle que de ce que j'ai vu. C'est pourtant un lycée conséquent de plus de 1000 élèves.

Je comprends que ça te déprime... Neutral
avatar
VinZT
Expert

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par VinZT le Mer 28 Fév 2018 - 12:28
@stench et en Suisse francophone ou italienne, c'est pareil ? Ou bien s'agit-il d'un établissement particulier et de conditions proposes au côté alémanique ?
C'est vrai que ça fait rêver …

_________________

« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François
« Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui. » Laurence J. Peter
avatar
stench
Guide spirituel

L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par stench le Mer 28 Fév 2018 - 12:44
@VinZT a écrit:@stench et en Suisse francophone ou italienne, c'est pareil ? Ou bien s'agit-il d'un établissement particulier et de conditions proposes au côté alémanique ?
C'est vrai que ça fait rêver …

Les grilles de salaires sont plus ou moins les mêmes (ça varie suivant les cantons mais peu). Pour l'ambiance, je n'en sais rien et je ne veux rien affirmer. J'ai mes sources directement par ma compagne et ses collègues, donc issues d'un seul établissement. En revanche, un ami enseigne à 50 km de ce lycée, toujours en Suisse alémanique et me dit la même choses quant au comportement. Enfin, une collègue de mon lycée est partie enseigner à Genève et lors de sa dernière visite avait presque honte de nous raconter son quotidien : ce qu'elle racontait était semblable à ce que vit ma compagne.

Il ne fait aucun doute qu'il y a des établissements plus sensibles, mais je pense que des conditions de travail, même dégradées, sont plus faciles à vivre si on est payé 8000 euros 13 mois dans l'année (je précise, ma compagne gagne 7000 euros pour un temps partiel à 80%, nets d'impôts puisque ce qui tombe chaque mois est déjà compris impôts déduits puisque prélevés à la source...)

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."
avatar
Malaga
Modérateur

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Malaga le Mer 28 Fév 2018 - 13:53
Merci pour ton témoignage, Stench. Je ne pensais pas que les différences puissent être aussi importantes entre le système français et le système suisse.

_________________
     

J'utilise des satellites coûtant plusieurs millions de dollars pour chercher des boîtes Tupperware dans la forêt ; et toi, c'est quoi ton hobby ?
Ramanujan974
Niveau 10

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Ramanujan974 le Mer 28 Fév 2018 - 14:00
Quels sont les critères de recrutement pour un Français s'il veut enseigner en Suisse ?
avatar
DesolationRow
Vénérable

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par DesolationRow le Mer 28 Fév 2018 - 14:03
@stench a écrit:
@Dimka a écrit:Stench : wahou (pour la nationalité suiise : c'est super !) !

Et du coup, est-ce que l'ambiance est aussi différente, pour ta compagne, par rapport à l'attitude des élèves (vis-à-vis du travail, du respect, de la discipline), en comparant à la France ?

Totalement. Je ne peux pas parler de la Suisse, uniquement de son établissement, mais c'est le jour et la nuit. Les élèves ont une cuisine équipée pour faire leur repas s'ils ne veulent pas manger avec les autres (micro-ondes et tout) et ça fonctionne très bien : dans mon lycée, même les toilettes sont fermées à cause des dégradations... Tout le lycée est décoré avec de la moquette partout, et elle reste propre : dans mon lycée, c'est tournée chaque semaine pour effacer les tags et je ne parle pas de l'état général...Quand j'ai visité son lycée, j'ai cru qu'il était fermé tant c'était calme : quand elle est venue chez moi, elle m'a dit ne pas pouvoir tenir une journée dans nos conditions (cris, bruits d'animaux, etc.)... Elle enseigne le français LV1, ses élèves qui apprennent le français depuis 6 ans lisent Madame Bovary en entier, L'Etranger et Moliere de même : chez moi, les parents ont râlé parce qu'en seconde je fais lire un roman de Zola de 400 pages dans leur langue maternelle et qu'ils estiment que c'est de la torture. Etc.

Spoiler:
On a fait un devoir commun, elle et moi, de compréhension de texte et de grammaire : ses élèves ont mieux réussi que les miens, alors que les miens sont francophones et pas les siens. Ca a été le coup qui m'a été fatal. Notre système a perdu pieds je pense.

Il y a sans dout pire ailleurs, je ne parle que de ce que j'ai vu. C'est pourtant un lycée conséquent de plus de 1000 élèves.

C'est impressionnant... Je comprends que tu râles.
avatar
Panta Rhei
Neoprof expérimenté

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Panta Rhei le Mer 28 Fév 2018 - 14:04
J'ai toujours pensé que stench était professeur d'EPS ;o)

Combien de temps de présence (et/ou de séances) pour ces 8000€?

Cela laisse rêveur...

_________________
Signature:
'Don't you find yourself getting bored?' she asked of her sister. 'Don't you find, that things fail to materialise? NOTHING MATERIALISES! Everything withers in the bud.'
'What withers in the bud?' asked Ursula.
'Oh, everything—oneself—things in general.'
First Page of Women in Love, D. H. Lawrence


avatar
Leclochard
Empereur

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Leclochard le Mer 28 Fév 2018 - 14:23
@stench a écrit:
@VinZT a écrit:@stench et en Suisse francophone ou italienne, c'est pareil ? Ou bien s'agit-il d'un établissement particulier et de conditions proposes au côté alémanique ?
C'est vrai que ça fait rêver …

Les grilles de salaires sont plus ou moins les mêmes (ça varie suivant les cantons mais peu). Pour l'ambiance, je n'en sais rien et je ne veux rien affirmer. J'ai mes sources directement par ma compagne et ses collègues, donc issues d'un seul établissement. En revanche, un ami enseigne à 50 km de ce lycée, toujours en Suisse alémanique et me dit la même choses quant au comportement. Enfin, une collègue de mon lycée est partie enseigner à Genève et lors de sa dernière visite avait presque honte de nous raconter son quotidien : ce qu'elle racontait était semblable à ce que vit ma compagne.

Il ne fait aucun doute qu'il y a des établissements plus sensibles, mais je pense que des conditions de travail, même dégradées, sont plus faciles à vivre si on est payé 8000 euros 13 mois dans l'année (je précise, ma compagne gagne 7000 euros pour un temps partiel à 80%, nets d'impôts puisque ce qui tombe chaque mois est déjà compris impôts déduits puisque prélevés à la source...)

Attention, les salaires suisses sont souvent beaucoup plus élevés. La comparaison doit en tenir compte pour être juste. On doit aussi se souvenir que cela a des effets inflationnistes (combien cela coûte de se loger en Suisse ? de se nourrir ? de se soigner ?). Le bon plan, c'est de vivre en France en gagnant sa vie là-bas.
Maintenant, on parle d'un "petit" pays qui a mieux gérer son industrie, n'accueille pas les miséreux étrangers, n'a pas la nécessité d'entretenir une armée coûteuse, a profité longtemps du pognon des riches etc..
http://www.illustre.ch/magazine/metier-par-metier-voici-les-salaires-suisses-moyens-en-2017


Dernière édition par Leclochard le Mer 28 Fév 2018 - 14:25, édité 1 fois

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
avatar
Danska
Modérateur

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Danska le Mer 28 Fév 2018 - 14:25
Indépendamment du salaire, c'est aussi l'ambiance décrite par Stench qui me ferait rêver... Rien que le concept du "principe de confiance" : quand on voit à quel point on peut galérer en France pour obtenir un certificat médical, qui de toute façon entraîne désormais un jour de carence, et à quel point c'est infantilisant... !
avatar
Balthazaard
Esprit éclairé

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Balthazaard le Mer 28 Fév 2018 - 14:26
Bonjour

J'ai trouvé ce lien mais ce n'est pas très clair.

https://edudoc.ch/record/427/files/052.pdf
avatar
Zagara
Grand Maître

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Zagara le Mer 28 Fév 2018 - 14:30
@stench a écrit:
@Dimka a écrit:Stench : wahou (pour la nationalité suiise : c'est super !) !

Et du coup, est-ce que l'ambiance est aussi différente, pour ta compagne, par rapport à l'attitude des élèves (vis-à-vis du travail, du respect, de la discipline), en comparant à la France ?

Totalement. Je ne peux pas parler de la Suisse, uniquement de son établissement, mais c'est le jour et la nuit. Les élèves ont une cuisine équipée pour faire leur repas s'ils ne veulent pas manger avec les autres (micro-ondes et tout) et ça fonctionne très bien : dans mon lycée, même les toilettes sont fermées à cause des dégradations... Tout le lycée est décoré avec de la moquette partout, et elle reste propre : dans mon lycée, c'est tournée chaque semaine pour effacer les tags et je ne parle pas de l'état général...Quand j'ai visité son lycée, j'ai cru qu'il était fermé tant c'était calme : quand elle est venue chez moi, elle m'a dit ne pas pouvoir tenir une journée dans nos conditions (cris, bruits d'animaux, etc.)... Elle enseigne le français LV1, ses élèves qui apprennent le français depuis 6 ans lisent Madame Bovary en entier, L'Etranger et Moliere de même : chez moi, les parents ont râlé parce qu'en seconde je fais lire un roman de Zola de 400 pages dans leur langue maternelle et qu'ils estiment que c'est de la torture. Etc.

Spoiler:
On a fait un devoir commun, elle et moi, de compréhension de texte et de grammaire : ses élèves ont mieux réussi que les miens, alors que les miens sont francophones et pas les siens. Ca a été le coup qui m'a été fatal. Notre système a perdu pieds je pense.

Il y a sans dout pire ailleurs, je ne parle que de ce que j'ai vu. C'est pourtant un lycée conséquent de plus de 1000 élèves.
J'ai eu des expériences comparables quand je suis passée par le secondaire. Depuis, mon cauchemar le plus récurrent (au sens propre) consiste à me retrouver à nouveau dans cette situation. Il est clair que, vu la contrepartie matérielle minable, démissionner en cas d'accident de carrière serait pour moi un geste assez naturel.


Dernière édition par Zagara le Mer 28 Fév 2018 - 14:30, édité 1 fois
avatar
Leclochard
Empereur

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Leclochard le Mer 28 Fév 2018 - 14:30
@Danska a écrit:Indépendamment du salaire, c'est aussi l'ambiance décrite par Stench qui me ferait rêver... Rien que le concept du "principe de confiance" : quand on voit à quel point on peut galérer en France pour obtenir un certificat médical, qui de toute façon entraîne désormais un jour de carence, et à quel point c'est infantilisant...  !

En France, on a l'obsession administrative. Cela se décoince depuis quelques années en ce qui concerne les impôts. Mais il y a encore cette idée que le citoyen est roublard, trompeur etc.. Ce n'est pas absolument faux. On s'autorise plus facilement de ne pas respecter les règles. Ce n'est pas la même mentalité.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
Contenu sponsorisé

Re: L'enseignement en Suisse, un exemple concret

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum