Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
cindyamel
Niveau 1

Aurielle et les super-héros de la littérature

par cindyamel le Ven 23 Mar 2018, 20:41
Bonjour à tous,

professeur de français depuis plus de dix ans, j'ai connu l'époque du Trouble ( oui je sais, ça date). Toujours discrète, je suis de près ce qui se dit sur le métier, les lectures... J'ai souvent innové pour proposer aux élèves des lectures surprenantes ou des activités innovantes.

Aussi, avec le temps et l’expérience, je me suis rendu compte que ce qu’il leur plaisait le plus était quand je leur transmettais un savoir au travers d’une histoire ou d’une anecdote. Forte de cette constatation, j’ai voulu écrire un livre qui mêle histoire palpitante et culture littéraire, c’est ainsi qu’est né Aurielle et les super-héros de la littérature. Ce roman jeunesse remporte déjà plusieurs critiques élogieuses et fera bientôt l'objet d'un dossier d'exploitation pédagogique pour les cycles 3 et 4 ( à télécharger sur mon blog) en lien avec les nouveaux programmes et le socle commun de compétences, de connaissances et de culture.

Jeune collégienne auparavant brillante, Aurielle souffre désormais depuis quelques mois de n’être plus que la dernière de la classe, raillée par les autres.
Un jour, la docile Aurielle se lance dans une aventure inimaginable : elle fugue de l’école, et après avoir causé un accident de la route, dont elle pense être sortie indemne, n’ose plus retourner chez elle. Sa vie bascule alors dans un univers parallèle.
N’avez-vous jamais rêvé de rencontrer Molière, de converser avec Jean de La Fontaine au détour d’une rue ou bien d’être capable de tenir avec ces héros de la littérature des conversations cocasses ? C’est ce qui va arriver à Aurielle, qui, dans une période compliquée de sa vie où elle peine à faire le deuil de sa maman, va pouvoir côtoyer ces maîtres de la littérature, véritables adjuvants pour sa survie. Mais alors seront-ils aussi bons en littérature que guides? Seront-ils à la hauteur pour permettre à notre adolescente en perdition de retrouver le chemin de sa vie ?
Dans ce récit hors-norme, vous serez amené à espérer qu’elle ne quitte plus ce monde qui est désormais sa prison tout comme vous souhaiterez qu’elle trouve enfin la paix.
Deuil, amour, estime de soi mais aussi rencontres avec des auteurs: c'est un roman d'apprentissage autant pour Aurielle que pour le lecteur.
Une fête de sensations et un vrai bouillon de culture seront au rendez-vous de cette lecture.

Vous avez cinq minutes de plus, vous souhaitez lire le premier chapitre gratuitement? C'est par ici --> https://cindy-duhamel-auteur.blogspot.fr/2018/03/aurielle-premier-chapitre-en-lecture.html




À très vite,
Cindy
archeboc
Sage

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par archeboc le Ven 23 Mar 2018, 22:01
@cindyamel a écrit:[...]N’avez-vous jamais rêvé de rencontrer Molière, de converser avec Jean de La Fontaine au détour d’une rue

Le XVIIe siècle semble à l'honneur. Super.
Je regrette l'absence de passé simple, et que la maîtresse s'appelle Mme Hargne.
J'ai effectivement envie d'aller plus loin.

A partir de quel âge conseillez-vous ce livre ?
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par JPhMM le Ven 23 Mar 2018, 22:41
Qu'en penserait Umberto Eco ?

avatar
Lord Steven
Habitué du forum

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par Lord Steven le Ven 23 Mar 2018, 22:47
Je me suis permis de lire votre premier chapitre. Je trouve certes l'idée intéressante mais je bloque sur la narration au présent désolé.....

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch
Natura
Niveau 2

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par Natura le Sam 24 Mar 2018, 11:11
Cindy, l'idée est très intéressante. J'ai lu le premier chapitre. Félicitations pour ce premier roman !
cindyamel
Niveau 1

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par cindyamel le Sam 24 Mar 2018, 14:36
Bonjour archeboc,

je conseille cette lecture sur les cycles 3 et 4 car il y a réellement plusieurs niveaux de lecture, je travaille d'ailleurs à l'élaboration d'un dossier d'exploitation pédagogique avec des activités qui permettent de valider la fameux socle de compétences, de connaissances et de culture.

Concernant l'usage du présent plutôt que du passé, je m'attendais évidemment à des critiques, c'est un choix pour ce livre. Après avoir enseigné 10 ans au collège et avoir participé à de nombreux projets sur la lecture, la préférence des élèves va vraiment à l'usage du présent dans les récits. Ne parlons même pas des dys. Mon but était aussi d'écrire un livre qui plaise et non qui réponde aux normes. Je l'ai testé sur 3 classes d'élèves faibles d'un établissement en milieu rural ( 1 5ème et 2 4ème) et ils ont apprécié l'utilisation du présent qui leur rend l'intrigue plus actuelle; ce qui revenait souvent c'est : "on a l'impression de vivre l'histoire".
Je pense aussi que maîtriser le présent n'est pas de tout repos, cette année j'ai dû revoir la formation du présent en classe de 2de! Les lycéens maîtrisent davantage l'imparfait et le passé simple que le présent, je suis donc d'autant plus ravie d'avoir fait ce choix.

Ah! Et pour Mme Hargne, petit clin d'oeil mais rien de méchant surtout que comme un commentaire Amazon le dit sur mon roman c'est "une ode à l'enseignement";-)
cindyamel
Niveau 1

Réponse à JPhMM

par cindyamel le Sam 24 Mar 2018, 14:38
Bonjour JPhMM,
je ne connaissais pas cette oeuvre de Eco mais je vais m'empresser de la lire!
cindyamel
Niveau 1

Réponse à Lord Steven

par cindyamel le Sam 24 Mar 2018, 14:47
Bonjour Lord Steven,

c'est l'occasion de revoir le présent et les valeurs du présent. Pour des élèves de 6ème ou de 5ème, cela est un bon moyen de les aider dans l'accès à la lecture ( surtout dans les établissements difficiles). Peut-être que mon choix s'est fait ainsi car je n'ai eu que des collèges du 93 ( Seine St Denis) puis des collèges en milieu rural et que de leur mettre un livre entre les mains relève déjà de l'exploit.
Je pense que cela donne plus de vivacité, d'actualité à l'intrigue . Ce temps donne un rendu cinématographique ( d'ailleurs il est idéal pour les intrigues dans un laps de temps court comme ici où l'intrigue se déroule sur moins de 24h). Il permet aussi d'intensifier les émotions et d'assurer l'identification au personnage ( les temps du passé le font aussi très bien mais je trouve que le présent donne un plus).

Justement ce serait l'occasion d'en débattre avec les élèves! En tant qu'auteur j'interviens à titre gratuit dans les établissements et propose même une correspondance avec vos classes trop éloignées de chez moi.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par JPhMM le Sam 24 Mar 2018, 14:51
@cindyamel a écrit:Bonjour JPhMM,
je ne connaissais pas cette oeuvre de Eco mais je vais m'empresser de la lire!
Bonjour cindyamel.

Je te souhaite une bonne lecture, en espérant qu'elle te soit très riche.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
pseudo-intello
Fidèle du forum

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par pseudo-intello le Sam 24 Mar 2018, 17:50
J'ai été déstabilisée également par l'emploi du présent, qui fait vraiment infantile, et qui contraste avec le vocabulaire qui est en revanche assez fouillé, et certaines tournures de phrases, plus élégantes (ou qui seraient élégantes au passé). C'est assez incongru. J'entends bien l'argument de l'attrait pour les élèves en très grande difficulté, cependant, mais ça reste dommage, car si je feuilletais le livre en librairie, personnellement, ça me dissuaderait de l'acheter.

Pour un adulte, on voit venir le fin mot de l'histoire avec ses gros sabots, mais je pense que pour un ado, ça passe bien ; les indices sont distillés doucement.
J'ai en revanche été un peu gênée par les poncifs de la prof "madame Hargne", de clichés d'ados, de la vilaine prof qui me gronde, alors que pourtant j'ai fait l'effort d'apprendre (alors que dans la vraie vie, la plupart de nos cancres, ont loupé leur contrôle de dix mots - c'est vrai que c'est peu - de vocabulaire parce qu'ils n'ont pas appris), et les autres qui s'en mêlent et qui se paient sa tronche (alors qu'en général, être le dernier de la classe ne génère pas un bannissement social des camarades), et puis on a vent du psy, d'un problème dans la famille enfin, ça fait caliméro, quoi.
Je peux comprendre la démarche (du prof méchant, notamment), bien sûr, mais je suis davantage tentée de penser que mettre un bouquin dans les mains d'un élève, surtout en difficulté, c'est aussi le sortir un peu de ses habitudes, de ses clichés, de ses réactions, d'enfant gâtée, qui plus est, parce que bien évidemment, papounet sera fâche de "devoir" racheter un portable, mais même fâché, bien sûr qu'il va en racheter un, la jeune fille n'aurait me^me pas l'idée d'en douter tant c'est évident.

Les répliques d'ado, c'est très dur à écrire, parce que le risque est trop grand que ça sonne faux... et c'est le cas. C'est un piège, hein : l'équilibre est impossible à trouver, ou presque, a fortiori quand il s'agit de sarcasmes, si on ne veut ni paraître ringard, ni retranscrire leur vulgarité. La vulgarité est écartée, pas de problème, mais la vraisemblance de la réplique d'ado est partie avec (encore une fois, l'exercice est périlleux).
J'ai relevé deux faute de français (en lisant vite), qui sont peut-être restées par hasard, si tu as fait des coquilles et que l'extrait a été mis en ligne avant relecture et verrouillage du texte. Si c'est le cas, tant mieux. Sinon, ça le fout un peu mal pour une prof de français.

Je ne connaissais pas le prénom de l'héroïne. Je le trouve joli.

Désolée pour la critique négative. En réalité, le chapitre que j'ai lu est le reflet d'un dilemme typique du prof : faire lire les élèves à tout prix, quitte à appauvrir le livre qu'on leur met entre le mains, pour qu'ils lisent et adhèrent (on abandonne le passé, on entre à fond dans les clichés du prof méchant, le mobaïle est forcément mentionné, parce que le mobaïle, c'est important ; en gros, on amène le bouquin au niveau de l'élève), ou on refuse de brader, on tient à ce que ce soit l'élève qui... s'élève, justement, au niveau du bouquin qu'on lui présente (dans la mesure du raisonnable), quitte à risquer de le perdre au passage. Pas facile, hein ?
archeboc
Sage

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par archeboc le Sam 24 Mar 2018, 19:02

Je te trouve sévère, pseudo_intellectuel. L'objectif ici est bien d'élever l'élève vers la littérature, et pour cela, on s'appuie sur tout ce qu'on peut d'éléments d'identification entre le lecteur et le héros de l'histoire. Le mobile en fait partie.

Je suis plus dérangé par l'abandon du passé simple, mais affublé de lardons dont le passé simple fait partie de la langue maternelle, j'ai sûrement du mal à me figurer les capacités linguistiques du public visé par ce livre.
pseudo-intello
Fidèle du forum

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par pseudo-intello le Sam 24 Mar 2018, 20:04
En me relisant, effectivement, je m’appesantis un peu beaucoup sur le mobile, qui disparaîtra peut-être par la suite...

Encore une fois, et comme je le dis à la fin du post, c'est un dilemme. Il existe deux stratégies, et je ne dis pas que l'une est meilleure que l'autre. Simplement, en tant qu'adulte, si je me balade dans une librairie à la recherche d'un cadeau à faire à un ado, ou d'une lecture cursive, je ne choisirai pas ce livre, pour les raisons que j'évoque. Mais si Cindy parvient à faire lire ses élèves, et à leur apprendre des choses sur la littérature au passage, c'est déjà une belle réussite. Nous empruntons des chemins différents pour viser le même objectif (faire lire les élèves, les enrichir culturellement), c'est un fait, et à ce titre, je donne mon ressenti. Mais je suis bien consciente que nous ne sommes pas obligés de voir les choses de la même manière.

cindyamel
Niveau 1

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par cindyamel le Sam 24 Mar 2018, 21:10
Merci pour ces réponses et avis qui nourrissent la réflexion.
Pseudo_intello, je peux comprendre les réserves concernant l'usage du présent, le refus de s'abaisser au niveau de l'élève ( quoique si vous lisiez les autres chapitres, entre les formulations latines explicitées et les savoirs sur Rabelais, Corneille et d'autres auteurs, je ne suis pas sûre que je m'abaisse au niveau des élèves).
Cependant je suis moins d'accord avec l'effet "Caliméro" que vous me reprochez puisque la scène décrite a été réellement vécue et la Mme Hargne, c'était moi (malheureusement, je ne connaissais pas l'histoire de l'élève). Je peux vous certifier que dans les établissements difficiles, un excellent élève peut être ennuyé par les autres et l'être encore davantage lorsqu'il perd pied et qu'il devient "mauvais élève". Après, chaque établissement est différent et on voit de tout. Concernant le nom du professeur, il faut bien penser qu'on est en focalisation interne et cela peut suggérer l'état mental d'Aurielle ( rien ne dit que c'est son vrai nom).
Par ailleurs pour pouvoir donner une critique globale sur un livre, je vous invite à lire l'ensemble de l'oeuvre abi
Je remercie chaque personne qui aura pris le temps de lire ce premier chapitre et de livrer son ressenti, cela me permet de progresser pour l'écriture du prochain.
Très belle soirée à tous,
Cindy
avatar
lectiole
Fidèle du forum

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par lectiole le Sam 24 Mar 2018, 21:23
@cindyamel a écrit:Bonjour à tous,

professeur de français depuis plus de dix ans, j'ai connu l'époque du Trouble ( oui je sais, ça date).

Il n'existe plus, le Trouble ?

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par Thalia de G le Dim 25 Mar 2018, 07:44
@lectiole a écrit:
@cindyamel a écrit:professeur de français depuis plus de dix ans, j'ai connu l'époque du Trouble ( oui je sais, ça date).
Il n'existe plus, le Trouble ?
Le Trouble existe toujours et je me demande si cindyamel ne confond pas les deux forums.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
avatar
Amaliah
Empereur

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par Amaliah le Dim 25 Mar 2018, 11:47
Le principe me fait penser à La Bibliothécaire de Gudule.

J'ai lu le premier chapitre. De manière théorique, je rejoins tes réserves pseudo-intello tout en te trouvant cependant sévère. Il faut dire que je viens de lire de la littérature pour ado avec une écriture si pauvre que je me refuserais à donner ce livre à lire à un élève. Là je n'ai pas l'impression que la langue soit si pauvre, même si le moindre "super" ou "génial" me fait soupirer. Mais je reconnais que je suis excessive. Et je trouve que ce premier chapitre ne tombe pas dans les excès de la litté jeunesse indigente que l'on peut trouver de nos jours.

Je comprends les arguments en faveur du choix du présent mais je tiens farouchement au passé simple. J'avoue que je frémis en lisant que "la préférence des élèves va vraiment à l'usage du présent dans les récits. Ne parlons même pas des dys." En quoi le passé simple serait-il plus difficile à lire pour un dys que le présent? Ne doit-on donner aux élèves que les choses qu'ils préfèrent? Au contraire, n'est-ce pas à nous de leur donner le goût d'autre chose?
C'est un peu comme un cercle vertueux ou vicieux. Plus les élèves lisent et plus ils s'accoutument au passé simple, moins ils lisent de récit au passé et plus ce temps s'éloigne d'eux. Et j'estime que c'est notre responsabilité de proposer des récits au passé aux élèves et encore plus à ceux dont le quotidien est très éloigné du scolaire. Je ne parle pas des enfants d'archeboc ni des miens ni de ceux de la plupart des Neos, mon fils aîné laisse systématiquement tomber un livre au présent depuis qu'il a dix ans, mais des autres qui n'ont pas la chance de rencontrer ce temps en dehors de l'école...

Par ailleurs, ma réserve sur ce premier chapitre, c'est que je n'ai pas l'impression de lire une vraie histoire mais une histoire écrite par un prof de français à destination d'un prof de français, bref un objet pédagogique mais dont il va falloir accompagner la lecture. Rencontrer tel ou tel personnage quand on ne les connaît pas n'a que peu d'intérêt ou alors il faut accompagner la lecture du livre. Mais ça se fera au détriment des œuvres classiques. Notre temps est compté. Je préfère faire lire de la littérature classique à mes élèves, surtout à mes élèves en fait plutôt que d'accompagner la lecture d'un livre de litté jeunesse au présent qui donne à rencontrer ponctuellement divers héros et me donne l'impression d'un saupoudrage de culture.
cindyamel
Niveau 1

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par cindyamel le Dim 25 Mar 2018, 15:40
Effectivement Thalia et Lectiole: en fait j'ai commencé par le Trouble puis continué par Neoprofs; le Trouble est ma première expérience des forums collaboratifs, donc ça remonte. J'ai beaucoup aimé l'ambiance qui s'y trouvait et que l'on retrouve ici.
cindyamel
Niveau 1

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par cindyamel le Dim 25 Mar 2018, 15:58
Bonjour Amaliah,

ah je me rends compte (mais je m'en doutais en amont et on m'avait prévenue) qu'exposer mon premier roman jeunesse à mes pairs relève d'une opération kamikaze ;-)
Je prends évidemment certaines des critiques qui me sont faites comme constructive mais je ne renie pas pour autant mon travail. J'ai confiance dans le petit plus qu'un adolescent peut tirer de cette lecture; il y a néanmoins plusieurs publics dans cette tranches d'âge ( les bons élèves déprécieront peut-être le présent et regretteront ce saupoudrage, si tant est que chacun sache ce que signifie "castigat ridendo mores", la fonction didactique d'une fable, etc. )

Pour ce qui est d'accompagner la lecture , j'accompagnais déjà la lecture de Charlie et la chocolaterie ou Louison et monsieur Molière; c'est pourquoi, comme je l'ai annoncé, un dossier d'exploitation pédagogique sera bientôt téléchargeable sur mon blog.
C'est étonnant comme on peut s'attirer les critiques (un peu sévères quand même) de ses collègues en osant toucher à la littérature jeunesse alors qu'en écrivant mon premier livre qui était un témoignage ( que je trouvais bien moins travaillé), je n'ai eu que des éloges au point d'avoir le choix de l'éditeur. Je ne suis pas contre les critiques, au contraire j'aime pouvoir m'appuyer dessus pour progresser; toutefois quand elles se fondent sur la lecture d'un seul premier chapitre pour "dégommer" toute l'oeuvre, je trouve qu'elles sont sévères et à l'opposé de la bienveillance.
Je prends en compte pour mon prochain écrit le rejet du présent ( vos arguments sont justifiés). Pour le saupoudrage, un inspecteur me dit souvent qu'au collège et au lycée on ne fait que du saupoudrage, que le but est de terminer le programme pour qu'ils retiennent un peu de tout! Mais là, je sors, je vais raviver un débat vieux de plusieurs décennies abi
Très bon dimanche à tous,
Cindy
avatar
Amaliah
Empereur

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par Amaliah le Dim 25 Mar 2018, 16:25
Malgré les réserves que j'exprime de manière un peu théorique certes, car je n'ai lu que le premier chapitre et je reconnais bien que mes réserves concernent, au-delà de ton roman, tout un pan de la littérature jeunesse (que je suis pourtant loin de renier car j'en ai énormément lu enfant et même ado et je donne dix lectures cursives par an à mes élèves, autant dire qu'en 6e, il s'agit presque exclusivement de litté jeunesse), je ne doute pas que ton roman rencontrera un public.
Il se vend plein de romans en litté jeunesse que ne donneraient pas les profs en LC.
Mon avis est celui d'une maman prof de français mais la plupart des parents ne sont pas profs de français.

Je crois que les réactions à ton roman vont en fait se transformer en une réflexion propre à chacun sur la littérature jeunesse.

Je suis désolée si je t'ai semblé sévère, parce que j'ai essayé de mesurer les mots que j'employais, et j'ai bien différencié ton premier chapitre d'une litté jeunesse que je juge indigente. J'imagine combien il est courageux et difficile d'exposer son roman à des collègues, fussent-ils anonymes. fleurs


Contenu sponsorisé

Re: Aurielle et les super-héros de la littérature

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum