Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
JPhMM
Demi-dieu

Re: Être un bon prof... selon la hiérarchie

par JPhMM le Ven 6 Avr 2018 - 16:58
Le Dédécohen dit que, si tu proposes tout le temps exactement la même évaluation au cours de l’année, alors les notes sont meilleures à la fin de l’année scolaire qu’au début, et donc les élèves ont vraiment progressé, donc tu es un bon prof.
avatar
Prezbo
Habitué du forum

Re: Être un bon prof... selon la hiérarchie

par Prezbo le Ven 6 Avr 2018 - 18:30
@beaverforever a écrit:

Si tu calculais le d de Cohen pour ces élèves que tu ne veux plus voir, tu t'apercevrais qu'ils progressent aussi pour leur très grande majorité et parfois bien plus vite que les bons élèves. Peut-être que cela serait plus satisfaisant pour ta vie professionnelle et pour tes élèves.

Bonjour,

je suis allé lire quelques explications sur internet sur le d de Cohen (j'avoue que les vôtres ne m'étaient pas très claires, sans doute parce que je suis nul en stats comme beaucoup de profs de maths de ma génération) et quelque chose me gêne.

Si je comprends bien, ce d est un méthode de statistiques descriptives. On calcule l'écart-type d'un population, on sépare la séparation en deux sous-groupes, puis on compare l'écart des moyennes de chaque sous-groupe.

Dans ces conditions, qu'est-ce qui vous garantit que les notes de chaque sous-groupe se répartissent selon une gaussienne, comme dans votre schéma plus haut ?

Spoiler:
Quand je me permets d'être critique avec la façon dont sont utilisées les statistiques, malgré mon incompétence dans le domaine, je me demande si ce culte de l'omniprésente "courbe de Gauss" ne vient pas d'une interprétation abusive du théorème central limite dans des cas où il ne s'applique pas. Mais encore une fois, l'hypothèse la plus réaliste est que je n'aie rien compris.
avatar
Prezbo
Habitué du forum

Re: Être un bon prof... selon la hiérarchie

par Prezbo le Ven 6 Avr 2018 - 18:45
@William Foster a écrit:

J'en ai surtout retiré comme conclusion que ceux qui ne veulent pas bosser, bah ils ne bossent pas, quelque soit le travail que je me donne en plus.

J'ai parfois eu le même genre d'impression (mais au doigt mouillé, sans calculer de d de Cohen) en comparant les années où j’avais donné beaucoup de petites interros, et les années où j'avais donné trois gros DS par trimestre.

Je ne dis pas que ces discussions sûr la façon de mieux organiser son enseignement ou de faire de l'évaluation un moteur d'apprentissage ne sont pas intéressantes, mais...Disons que lorsqu’on n'aura plus que ça comme soucis principal, c'est qu'on aura réglé beaucoup de choses plus difficiles avant. Razz
avatar
beaverforever
Niveau 5

Re: Être un bon prof... selon la hiérarchie

par beaverforever le Ven 6 Avr 2018 - 19:06
C'est en effet une hypothèse de départ pour utiliser le d de Cohen.

Les deux échantillons (les notes de l'évaluation 1 et de l'évaluation 2) sont bien sûr connus avant de calculer quoi que ce soit. Il est donc possible de vérifier que les deux distributions sont normales, ne serait-ce qu'en représentant graphiquement la distribution des données.

Dans la pratique, dès que je combine deux classes, soit environ 70 élèves, j'obtiens bien deux distributions proches de la normale. De ce que je lis, beaucoup se satisfont d'une vérification visuelle de la normalité. Les tests de normalité que j'ai trouvés sont peu pratiques à mettre en place pour moi. Si vous connaissez des logiciels ou des références permettant de les utiliser, cela m'intéresse beaucoup. Je dois dire que cela m'a un peu étonné, car je n'avais pas l'impression en évaluant de chercher à construire une distribution normale.

Souvent, il est recommandé d'être très prudent dès que les effectifs descendent en-dessous de 30 pour éviter de sur-interpréter les résultats.

Calculer le d de Cohen donne une indication, pas une mesure absolue. C'est comme des phares qui s'illuminent dans une nuit de brouillard, mais ce n'est pas un GPS couplé à une carte marine numérique. Si mes élèves font du 0.1, c'est qu'il y a eu un problème dans l'apprentissage, si c'est 1.4 c'est qu'il y a quelque chose qui a très bien marché. Par contre dire qu'une progression de 0.66 est significativement inférieure à une de 0.67 me semble très exagéré a priori.


Dernière édition par beaverforever le Ven 6 Avr 2018 - 19:15, édité 1 fois
avatar
beaverforever
Niveau 5

Re: Être un bon prof... selon la hiérarchie

par beaverforever le Ven 6 Avr 2018 - 19:13
@Prezbo a écrit:J'ai parfois eu le même genre d'impression (mais au doigt mouillé, sans calculer de d de Cohen) en comparant les années où j’avais donné beaucoup de petites interros, et les années où j'avais donné trois gros DS par trimestre.
Ce que je trouve très intéressant c'est qu'en corrigeant la deuxième évaluation je me fais des remarques du type "mais comment c'est possible qu'ils soient aussi mauvais, ils ne fichent rien", puis en calculant la progression, je me rends compte que ces élèves décevants ont en fait progressé de façon importante. Sans avoir fait le calcul, j'en aurai tiré la conclusion que ces élèves ne travaillent pas et que cela explique leur absence de réussite.
Voir la progression fait voir l'élève différemment.
avatar
Oonnay
Habitué du forum

Re: Être un bon prof... selon la hiérarchie

par Oonnay le Ven 6 Avr 2018 - 19:46
Donc croyant et pratiquant.

_________________
Si tout va bien... :
Je vous quitte dans :
avatar
VinZT
Expert spécialisé

Re: Être un bon prof... selon la hiérarchie

par VinZT le Ven 6 Avr 2018 - 20:14
@Oonnay a écrit:Donc croyant et pratiquant.

Là comme ailleurs, le problème c’est le prosélytisme.

_________________

« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François
« Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui. » Laurence J. Peter
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Être un bon prof... selon la hiérarchie

par JPhMM le Ven 6 Avr 2018 - 20:16
As-tu évalué les biais, beaverforever ?

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
Contenu sponsorisé

Re: Être un bon prof... selon la hiérarchie

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum