Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
user7434
Niveau 1

Re: Arts plastiques et burnout statistiques

par user7434 le Jeu 7 Juin 2018 - 12:32
OUPS! Cristaline BRAVO! J'avais sauté ton post...

POUR LES PETITS CONSEILLEURS gentillets et autres adeptes des tutoriels, je comprends que nous ne soyons pas entendus collectivement. Pourquoi ne pas faire un collectif qui s'appellerait Y'EN A MARRE DU FOUTAGE DE GUEULE!? Qu'est-ce qu'on attend pour bouger?

Merci à la collègue d'anglais qui ne comprend pas grand-chose visiblement à la question posée et qui arrive avec sa pointeuse...

P-S: J'enseigne depuis 35 ans...
Piazza Navona
Piazza Navona
Niveau 1

Re: Arts plastiques et burnout statistiques

par Piazza Navona le Ven 4 Jan 2019 - 11:15
J'ai découvert un truc magique pour alléger sa tâche de travail quand on est prof d'arts pla : ne plus mettre de notes et évaluer seulement par compétences !
A l'origine, j'étais farouchement contre l'idée d'abandonner les notes (je suis de la vieille école moi), mais cette année je suis tombée sur un collège qui évalue uniquement par compétences et je me suis donc pliée à la politique de l'établissement.
Eh ben, que de temps gagné !!! Avant, je me prenais la tête pendant des heures pour mettre des notes, je me triturais le cerveau pour savoir si Kévina devait avoir 12 ou 11 ou 11,5.
Maintenant j'expédie mes corrections en vitesse, sans perte de temps. Merci les pédagogistes, ils m'ont au moins apporter davantage de temps libre, c'est au moins ça !
blablabla2046
blablabla2046
Niveau 1

Re: Arts plastiques et burnout statistiques

par blablabla2046 le Ven 4 Jan 2019 - 11:58
Pour ce qui est des compétences, je suis partagé : au départ j'étais très sceptique dans la mesure les différents critères qui composent une note relèvent de compétences distinctes qu'il faut reporter et sur la grille d'évaluation de l'élève et sur pronote. Dans les faits la décision comme la saisie sur pronote par exemple font que c'est bien plus rapide. Là où en revanche, je passe finalement plus de temps c'est dans les remarques formulées pour les élèves : tous ne le méritent peut être pas, mais j'écris un commentaire sur une ou plusieurs compétences selon le niveau d'acquisition atteint (qu'il soit insuffisant ou très bon) ou la compréhension qu'en a eu l'élève (cf. dans le cas d'une auto évaluation).

Peut-être avez-vous d'autres façons de fonctionner. J'avoue que ce qui me sauve depuis maintenant deux ans est le fait que mon établissement (je suis en collège) ne fonctionne plus en trimestres mais en semestres, ça change les choses en termes de lourdeur administrative.
Piazza Navona
Piazza Navona
Niveau 1

Re: Arts plastiques et burnout statistiques

par Piazza Navona le Ven 4 Jan 2019 - 12:02
Personnellement, j'ai arrêté d'écrire des commentaires sur les travaux car les élèves ne les lisent pas et s'en fichent (à part quelques rares exceptions) et je préfère ne plus perdre de temps. En fait, je ne me prends plus la tête, je fais en sorte que la correction ne soit plus une tâche contraignante et longue comme avant.
Einig
Einig
Niveau 2

Re: Arts plastiques et burnout statistiques

par Einig le Mer 6 Fév 2019 - 20:14
Perso, je fonctionne aussi principalement sur les compétences et sur quelques notes qu'en même :-)
4 à 5 sujets par trimestre, deux notes par trimestre et une validation de compétences dans les 4 catégories : Ma pratique, mes projets, ma participation orale, mes connaissances artistiques. J'essaye de trouver un rythme de croisière mais j'avoue que je n'ai pas de problème de gestion de classe, ça permet de s'économiser un peu, mais c'est vrai que le rythme est soutenu.
Ce post est vraiment intéressant, j'ai eu aussi ma période de doute l'année dernière, à vous lire, ça m'a permit de prendre du recul sur ma pratique.
Un truc qui fait du bien aussi, c'est aussi de développer sa pratique personnelle.
Anelie
Anelie
Je viens de m'inscrire !

Re: Arts plastiques et burnout statistiques

par Anelie le Mar 19 Fév 2019 - 10:58
Cela fait cinq ans que je suis prof d’arts pla et j’eprouve régulièrement une grande fatigue, souvent morale, face aux remarques de certains collègues, face aux absences récurrentes et non justifiée de certains élèves (parce que les parents prennent rdv pdt le cours d’arts pla pour le dentiste etc.), face surtout à l’usine que cela représente... 21 heures, 600 élèves en 4 jours. Je considère que c’est de la folie. D’ailleurs les élèves ne s’y trompent pas : il n’y a pas une semaine où je n’ai pas la remarque : « madame, il nous faudrait plus de temps » !
J’ai quelques stratégies pour m’aider à gérer et cela me sauve :
- je crée mon carnet de bord du prof chaque année, adapté aux 21 classes et je note TOUT. Avant les vacances un élève a délibérément oublié de mettre son carnet sur mon bureau, j’ai moi-même oublié à la fin de l’heure de lui rappeler, c’est noté pour la rentrée. Je ne laisse rien passer, je connais les élèves et pour le coup, ils le savent.
- j’ai 4 groupes de tables dans ma salle... cela me faisait peur au début pour le bruit mais c’est vraiment très pratique pour gérer du matériel et des responsables (un responsable par table)
- je ne mets plus de notes mais que des compétences, les parents s’en foutent des notes en arts, ce qu’ils veulent c’est que leur enfant aime bien la matière, c’est tout. Perso l’evaluation c’est surtout pour moi, cela me permet de voir si je ne suis pas trop répétitive dans ce que je leur demande. Les élèves, ça leur change rien, ils ont quand même cette stimulation que la jauge soit « pleine », ils cherchent le 20/20...
- j’alterne les pratiques en fonction des niveaux, j'évite de prévoir par exemple la peinture pour tous au même moment.
- j’alterne séquence courte et séquence longue, entre défi sur une séance et projet à construire.
- je n'hésite à faire des séances « croquis », c’est reposant et cela fait progresser les élèves aussi, je les utilise pour préparer le travail qui va suivre... il ne faut pas culpabiliser et savoir de temps en temps « faire cool », tant pis pour le saint programme
- je ne fais jamais de contrôle mais des bilans, avec une partie vocabulaire, auto-évaluation et questions sur des références, je mets dessus aussi mon évaluation par compétence, ce sont des séances où l’on alterne oral et écrit
- je prends le temps d’expliquer toutes les consignes de rangement, voire je marque les étapes au tableau, même si cela prends 10 min
Et parfois on est récompensé de nos efforts : un/une élève qui veut faire des études d’arts, un/une autre hyper fier de sa production, quand on voit que l’on a déclenché une compréhension... ça c’est LE métier qui perso me fait aimer l’enseignement, il ne faut rien attendre du reste.
Je conseillerais de ne travailler qu’avec des collègues qui estiment la discipline et d’évacuer très vite les propositions d’affiche, de fresque, de pochoir etc. Beaucoup pensent qu’à partir du moment où l’élève prend une paire de ciseaux, c’est de l'arts pla... grr... solution = dire NON
Dernière chose et après j’arrête, j’adore être libre pour fabriquer mes séquences et ça, c’est précieux ! Tout le monde s’en fout (sauf les élèves) alors tant mieux, je fais ce que je veux, je me questionne beaucoup, je teste pleins de choses, je fais confiance à mes élèves (et pour l’instant je n’ai jamais regretté), je fais évoluer mes cours chaque année, me demande comment donner une part d’initiative plus importante.. bref, c’est tout de même un beau métier, dur, usant mais qui a du sens.
Voilà pour ma contribution, en espérant que cela aidera comme les votres m’ont aidé.
Contenu sponsorisé

Re: Arts plastiques et burnout statistiques

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum