Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Hirondelle
Niveau 5

Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Hirondelle le Mar 17 Avr 2018 - 7:05
Bonjour ! Un article intéressant de l'Obs aujourd'hui !

https://www.nouvelobs.com/education/20180412.OBS5091/colleges-ghettos-comment-paris-est-devenue-une-ville-d-apartheid.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1523892697

"Paris, ville de ségrégation". Le propos est fort, presque provocateur, et on le doit à… Gilles Pécout, recteur de l’académie, un homme extrêmement urbain, spécialiste de l’histoire italienne, faisant preuve en toute occasion d’une tempérance de sénateur romain. Oui, Paris est une ville d’apartheid, c’est dur à admettre, mais c’est une réalité.
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Celadon le Mar 17 Avr 2018 - 7:51
Merci pour le lien.
On n'est pas rendu...
pailleauquebec
Fidèle du forum

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par pailleauquebec le Mar 17 Avr 2018 - 9:30
Dans les secteurs multi-collèges on aboutit à dégrader la situation des établissements publics corrects (qui ont déjà un taux de mixité proche de l'objectif à atteindre).

Quand on a deux collèges publics, un à 14% de mixité, l'autre à 48%, on obtient deux collèges à 31%, pendant que le collège privé reste à 6% de mixité.
Cette solution n'est pas efficace quand 30% des élèves vont au privé (avec un taux de mixité très bas).

Je suis pour calculer les moyens alloués à un collège en fonction de son taux de mixité (dans le public comme dans le privé sous contrat). Notamment on devrait pénaliser les établissements qui se situent en dessous d'un taux de mixité minimum à atteindre.


Dernière édition par pailleauquebec le Mar 17 Avr 2018 - 13:25, édité 1 fois

_________________
www.reformeducollege.fr
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Celadon le Mar 17 Avr 2018 - 9:32
Tout à fait.
Enfin le système est au diapason du reste, quoi. On fait passer pour assistés ceux qui reçoivent le moins et on fait pleuvoir l'argent public sur le privé. Super.
Ramanujan974
Niveau 10

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Ramanujan974 le Mar 17 Avr 2018 - 10:15
Toutes ces histoires de mixité tomberaient à l'eau si on arrêtait d'être laxiste.
Un élève perturbateur n'a pas sa place au collège/lycée, qu'il soit pauvre ou riche, noir ou blanc.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par JPhMM le Mar 17 Avr 2018 - 11:03
ghettos
apartheid

Les mots n'ont plus leur sens. C'est dommage, ça brouille le propos.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Hirondelle
Niveau 5

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Hirondelle le Mar 17 Avr 2018 - 11:40
@JPhMM a écrit:ghettos
apartheid

Les mots n'ont plus leur sens. C'est dommage, ça brouille le propos.

Tout à fait d'accord. Ces mots ici sont mal utilisés mais ça attire le chalant. C'est bien dommage qu'il faille agir ainsi pour que le public lise ce genre d'articles.
Rosanette
Érudit

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Rosanette le Mar 17 Avr 2018 - 11:47
Le Guardian a utilisé l'expression apartheid il y a quelques mois pour décrire la situation à Oxbrdge, où de nombreux colleges n'ont fait rentrer aucun étudiant noir depuis des années. Certes on y mettait davantage l'accent sur la couleur de peau (les anglophones ont moins de pudeurs que nous sur le sujet) mais c'est devenu admis comme expression.
avatar
Olympias
Prophète

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Olympias le Mar 17 Avr 2018 - 13:04
Et arrêter de casquer pour l'enseignement privé c'est pour quand ?
avatar
Rabelais
Vénérable

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Rabelais le Mar 17 Avr 2018 - 13:33
@Ramanujan974 a écrit:Toutes ces histoires de mixité tomberaient à l'eau si on arrêtait d'être laxiste.
Un élève perturbateur n'a pas sa place au collège/lycée, qu'il soit pauvre ou riche, noir ou blanc.

Et qu'on arrête avec toutes les excuses pour pardonner aux parents l'absence d'éducation des enfants qu'ils nous confient.
1/ cours de parentalité obligatoires
2/ suivi des familles
3/ couvre-feu
4/ présence policière h24
5/ retour du métier de concierge dans tous les immeubles
6/ arrêt du laxisme en primaire /College /Lycee
7/ renforcement du pouvoir du RI que les parents signent : tu signes, c'est appliqué, tu te tais.
8/ diversité des sanctions : TIG de nettoyage de tags, d'aide aux devoirs des plus jeunes, etc
9/rénovation de tous les colleges ( je ne délire pas).
10/ doublement des AED, doublement des CPE
11/ cours d'EMC, D ASSR dispensés par la police et la gendarmerie.( qu'on leur reconnaisse enfin un rôle aimable).
12/ infirmière, psy et assistante sociale à PLEIN TEMPS dans chaque établissement.
13/ formation de tous les professeurs à la prise en charge différenciée, mais pour de vrai, avec des solutions explicites, pareil pour l'inclusion, pareil pour la dyslexie.

@Olympias a écrit:Et arrêter de casquer pour l'enseignement privé c'est pour quand ?
Quand il ne sera plus dangereux, physiquement et intellectuellement, de scolariser nos enfants dans le public.
Désolée, j'ai changé depuis un an et ouvert les yeux.
J'ai regardé et j'ai vu le désastre, le désastre des trois ou 4 élèves en non déshérence sociale qui essaient depuis le début de l'année de suivre les cours, ne serait-ce qu'entendre les cours quand leurs camarades sapent tous les cours systématiquement sans aucune réaction de personne.
Je les ai regardés se débattre à la récré et devant le College, baissant la tête pour ne pas se faire remarquer.
Ne jamais dire leur note, ranger vite leurs copies et leurs 15/20 pour ne pas subir l'opprobre populaire.
Je les ai vus venir avec des yeux au beurre noir, je les ai vus.
Et depuis, je vois le privé de ma ville d'un autre oeil et , tous les jours, je me dis que les parents de ces trois élèves vont ouvrir les yeux et tirer leurs gosses de là ( Edit et les inscrire dans le privé).
Et je ne suis pas en REP, pas en banlieue parisienne, juste en banlieue d'une grande ville, en ex-APV. Il nous reste un stagiaire debout. Les professeurs sont en arrêt à tour de rôle, sauf les vieux de la vieille qui sont là depuis 15 ans et que nous admirons tous.
C'est affreux ce que je dis ? Oui.
Est-ce que j'essaie de faire changer les 23 autres, de leur donner le maximum de connaissances, de compétences, d'éducation ? Oui
Est-ce que j'essaie de créer les conditions pour que mes 26/28 élèves entendent et comprennent le cours ? Oui, ça m'épuise, ça me demande une force énérgivore, ça me fatigue le coeur .
Est-ce que mes 3, 4 élèves vont apprendre quelquechose cette année, alors que les autres n'ont toujours pas acquis les homophones et /est en 4e, savent à peine lire, ne comprennent aucune consigne ? J'espère, je ne sais pas, je fais ce que je peux.

Alors le privé, je comprends, et j'espère qu'ils vont tenir le coup, grâce aux subventions, parce que sinon, les tarifs vont exploser et qu'ils vont être réservés aux riches, interdisant aux gamins dont je te parle, ceux qui souffrent, d'avoir une chance de ne pas vivre 7 années d'enfer.


Dernière édition par Rabelais le Mar 17 Avr 2018 - 14:42, édité 1 fois

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
profs:(
Niveau 6

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par profs:( le Mar 17 Avr 2018 - 14:09
@Rabelais a écrit:
@Ramanujan974 a écrit:Toutes ces histoires de mixité tomberaient à l'eau si on arrêtait d'être laxiste.
Un élève perturbateur n'a pas sa place au collège/lycée, qu'il soit pauvre ou riche, noir ou blanc.

Et qu'on arrête avec toutes les excuses pour pardonner aux parents l'absence d'éducation des enfants qu'ils nous confient.
1/ cours de parentalité obligatoires
2/ suivi des familles
3/ couvre-feu
4/ présence policière h24
5/ retour du métier de concierge dans tous les immeubles
6/ arrêt du laxisme en primaire /College /Lycee
7/ renforcement du pouvoir du RI que les parents signent : tu signes, c'est appliqué, tu te tais.
8/ diversité des sanctions : TIG de nettoyage de tags, d'aide aux devoirs des plus jeunes, etc
9/rénovation de tous les colleges ( je ne délire pas).
10/ doublement des AED, doublement des CPE
11/ cours d'EMC, D ASSR dispensés par la police et la gendarmerie.( qu'on leur reconnaisse enfin un rôle aimable).
12/ infirmière, psy et assistante sociale à PLEIN TEMPS dans chaque établissement.
13/ formation de tous les professeurs à la prise en charge différenciée, mais pour de vrai, avec des solutions explicites, pareil pour l'inclusion, pareil pour la dyslexie.

@Olympias a écrit:Et arrêter de casquer pour l'enseignement privé c'est pour quand ?
Quand il ne sera plus dangereux, physiquement et intellectuellement, de scolariser nos enfants dans le public.
Désolée, j'ai changé depuis un an et ouvert les yeux.
J'ai regardé et j'ai vu le désastre, le désastre des trois ou 4 élèves en non déshérence sociale qui essaient depuis le début de l'année de suivre les cours, ne serait-ce qu'entendre les cours quand leurs camarades sapent tous les cours systématiquement sans aucune réaction de personne.
Je les ai regardés se débattre à la récré et devant le College, baissant la tête pour ne pas se faire remarquer.
Ne jamais dire leur note, ranger vite leurs copies et leurs 15/20 pour ne pas subir l'opprobre populaire.
Je les ai vus venir avec des yeux au beurre noir, je les ai vus.
Et depuis, je vois le privé de ma ville d'un autre oeil et , tous les jours, je me dis que les parents de ces trois élèves vont ouvrir les yeux et tirer leurs gosses de là.
Et je ne suis pas en REP, pas en banlieue parisienne, juste en banlieue d'une grande ville, en ex-APV. Il nous reste un stagiaire debout. Les professeurs sont en arrêt à tour de rôle, sauf les vieux de la vieille qui sont là depuis 15 ans et que nous admirons tous.
C'est affreux ce que je dis ? Oui.
Est-ce que j'essaie de faire changer les 23 autres, de leur donner le maximum de connaissances, de competences, d'éducation ? Oui
Est-ce que j'essaie de créer les conditions pour que mes 26/28 eleves entendent et comprennent le cours ? Oui, ça m'épuise, ça me demande une force énérgivore, ça me fatigue le coeur .
Est-ce que mes 3, 4 élèves vont apprendre quelquechose cette année, alors que les autres n'ont toujours pas acquis les homophones et /est en 4e, savent à peine lire, ne comprennent aucune consigne ? J'espère, je ne sais pas, je fais ce que je peux.

Alors le privé, je comprends, et j'espère qu'ils vont tenir le coup, grâce aux subventions, parce que sinon, les tarifs vont exploser et qu'ils vont être réservés aux riches, interdisant aux gamins dont je te parle, ceux qui souffrent, d'avoir une chance de ne pas vivre 7 années d'enfer.

Merci pour votre témoignage.
Cela doit être épuisant physiquement et psychologiquement. Nous ne faisons pas le même métier en fait.
Malheureusement, je ne me fais pas d'illusion, je sais qu'il y a de grandes chances que cela devienne un quotidien plus généralisée dans quelques années.

Pour ceux qui parlent de "mixité" en théorie, je les invite à aller la vivre en pratique au quotidien professionnellement dans un premier temps et après pourquoi pas, soyons fous, dans votre lieu d'habitation.
lisa81
Niveau 3

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par lisa81 le Mar 17 Avr 2018 - 15:31
@Hirondelle a écrit:Bonjour ! Un article intéressant de l'Obs aujourd'hui !

https://www.nouvelobs.com/education/20180412.OBS5091/colleges-ghettos-comment-paris-est-devenue-une-ville-d-apartheid.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1523892697

"Paris, ville de ségrégation". Le propos est fort, presque provocateur, et on le doit à… Gilles Pécout, recteur de l’académie, un homme extrêmement urbain, spécialiste de l’histoire italienne, faisant preuve en toute occasion d’une tempérance de sénateur romain. Oui, Paris est une ville d’apartheid, c’est dur à admettre, mais c’est une réalité.

Cela ne va pas s'arranger. L'explosion du coût de l'immobilier dans Paris entraîne une exclusion des classes moyennes de la capitale. Pour s'y loger il faut donc être soit ( très ) riche soit éligible aux logements sociaux. Comment dans ces conditions peut-on penser possible la mixité scolaire?
http://edito.seloger.com/actualites/villes/paris-apres-les-ouvriers-les-classes-moyennes-ne-peuvent-plus-acheter-article-25262.html

Après les employés et ouvriers, qui ne représentent plus que 5,5 % des acquéreurs parisiens (contre 14 % en 2009), c’est au tour des cadres moyens d’être expulsés de la capitale. Leur proportion parmi les acheteurs chute de 16,6 % en un an. Ce sont essentiellement les cadres supérieurs et professions libérales qui tirent leur épingle du jeu, représentant désormais 47,4 % des acquéreurs (contre 15,4 % en France).

La superficie moyenne d’un logement parisien est en retrait de 2 m² en un an, à 49,6 m².

Ne pas s'étonner non plus que les barèmes pour obtenir un poste de prof dans Paris soient devenus très bas ( l'an dernier 21pts en Maths ou en Sciences Physiques par exemple )
Correction: 21 points c'était à l'intra- à l'inter c'était 71


Dernière édition par lisa81 le Mar 17 Avr 2018 - 17:36, édité 1 fois
avatar
Jenny
Modérateur

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Jenny le Mar 17 Avr 2018 - 15:38
A nuancer. Dans beaucoup de matières, l’academie reste chère en points.
lisa81
Niveau 3

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par lisa81 le Mar 17 Avr 2018 - 16:04
@Jenny a écrit:A nuancer. Dans beaucoup de matières, l’academie reste chère en points.

Effectivement. Les écarts entre matières sont surprenants
hachi1989
Je viens de m'inscrire !

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par hachi1989 le Mar 17 Avr 2018 - 16:30
Est-ce que l'on sait à quoi sont dus ces écarts?
avatar
Laotzi
Habitué du forum

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Laotzi le Mar 17 Avr 2018 - 16:49
Déjà, Paris n'était pas à 21 points en maths ni en 2018, ni en 2017, ni en 2016 (pas été au delà) mais autour de 71 points (ce qui est quand même bas). Les maths sont déficitaires donc la concurrence pour les postes est moins rude. Il y a à Paris une concentration plus importante de classes scientifiques en lycée que dans d'autres académies (on peut comparer sur 2018 le rapport entre le calibrage à Paris et dans d'autres académies en maths ou en HG par exemple, on voit de très nettes différences).

_________________
"Trouvez donc bon qu'au lieu de vous dire aussi, adieu comme autrefois, je vous dise, adieu comme à présent."
avatar
thierry75
Niveau 7

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par thierry75 le Mar 17 Avr 2018 - 16:51
J'imagine qu'en lettres et surtout, surtout en philo, le barème doit être élevé. J'habite à Paris, mais je ne demande pas Paris, car j'ai trop peur d'atterrir dans un collège pourri.

_________________
All animals are equal, but some are more equal than others.
En Bretagne, il ne pleut que sur les cons.
avatar
Rabelais
Vénérable

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Rabelais le Mar 17 Avr 2018 - 18:21
@thierry75 a écrit:J'imagine qu'en lettres et surtout, surtout en philo, le barème doit être élevé. J'habite à Paris, mais je ne demande pas Paris, car j'ai trop peur d'atterrir dans un collège pourri.
Bah alors, tu n'es pas tenté par la mixité sociale ? Wink Very Happy

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
Delia
Fidèle du forum

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Delia le Mar 17 Avr 2018 - 18:36
Pour le rédacteur de l'article, mélanodermie entraine échec scolaire. Je ne commenterai pas...

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
avatar
Ponocrates
Habitué du forum

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Ponocrates le Mar 17 Avr 2018 - 19:48
@Rabelais a écrit:
@Ramanujan974 a écrit:Toutes ces histoires de mixité tomberaient à l'eau si on arrêtait d'être laxiste.
Un élève perturbateur n'a pas sa place au collège/lycée, qu'il soit pauvre ou riche, noir ou blanc.

Et qu'on arrête avec toutes les excuses pour pardonner aux parents l'absence d'éducation des enfants qu'ils nous confient.
1/ cours de parentalité obligatoires
2/ suivi des familles
3/ couvre-feu
4/ présence policière h24
5/ retour du métier de concierge dans tous les immeubles
6/ arrêt du laxisme en primaire /College /Lycee
7/ renforcement du pouvoir du RI que les parents signent : tu signes, c'est appliqué, tu te tais.
8/ diversité des sanctions : TIG de nettoyage de tags, d'aide aux devoirs des plus jeunes, etc
9/rénovation de tous les colleges ( je ne délire pas).
10/ doublement des AED, doublement des CPE
11/ cours d'EMC, D ASSR dispensés par la police et la gendarmerie.( qu'on leur reconnaisse enfin un rôle aimable).
12/ infirmière, psy et assistante sociale à PLEIN TEMPS dans chaque établissement.
13/ formation de tous les professeurs à la prise en charge différenciée, mais pour de vrai, avec des solutions explicites, pareil pour l'inclusion, pareil pour la dyslexie.

@Olympias a écrit:Et arrêter de casquer pour l'enseignement privé c'est pour quand ?
Quand il ne sera plus dangereux, physiquement et intellectuellement, de scolariser nos enfants dans le public.
Désolée, j'ai changé depuis un an et ouvert les yeux.
J'ai regardé et j'ai vu le désastre, le désastre des trois ou 4 élèves en non déshérence sociale qui essaient depuis le début de l'année de suivre les cours, ne serait-ce qu'entendre les cours quand leurs camarades sapent tous les cours systématiquement sans aucune réaction de personne.
Je les ai regardés se débattre à la récré et devant le College, baissant la tête pour ne pas se faire remarquer.
Ne jamais dire leur note, ranger vite leurs copies et leurs 15/20 pour ne pas subir l'opprobre populaire.
Je les ai vus venir avec des yeux au beurre noir, je les ai vus.
Et depuis, je vois le privé de ma ville d'un autre oeil et , tous les jours, je me dis que les parents de ces trois élèves vont ouvrir les yeux et tirer leurs gosses de là ( Edit et les inscrire dans le privé).
Et je ne suis pas en REP, pas en banlieue parisienne, juste en banlieue d'une grande ville, en ex-APV. Il nous reste un stagiaire debout. Les professeurs sont en arrêt à tour de rôle, sauf les vieux de la vieille qui sont là depuis 15 ans et que nous admirons tous.
C'est affreux ce que je dis ? Oui.
Est-ce que j'essaie de faire changer les 23 autres, de leur donner le maximum de connaissances, de compétences, d'éducation ? Oui
Est-ce que j'essaie de créer les conditions pour que mes 26/28 élèves entendent et comprennent le cours ? Oui, ça m'épuise, ça me demande une force énérgivore, ça me fatigue le coeur .
Est-ce que mes 3, 4 élèves vont apprendre quelquechose cette année, alors que les autres n'ont toujours pas acquis les homophones et /est en 4e, savent à peine lire, ne comprennent aucune consigne ? J'espère, je ne sais pas, je fais ce que je peux.

Alors le privé, je comprends, et j'espère qu'ils vont tenir le coup, grâce aux subventions, parce que sinon, les tarifs vont exploser et qu'ils vont être réservés aux riches, interdisant aux gamins dont je te parle, ceux qui souffrent, d'avoir une chance de ne pas vivre 7 années d'enfer.

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
Leclochard
Guide spirituel

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Leclochard le Mar 17 Avr 2018 - 21:19
@hachi1989 a écrit:Est-ce que l'on sait à quoi sont dus ces écarts?

Les profs de français ont envie de retrouver les plaisirs de leur jeunesse et de vivre près de leur fac d'amour. etoilecoeur
Traditionnellement, en lettres modernes, il faut plus de 600 points pour enseigner dans la capitale.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
avatar
Elaïna
Guide spirituel

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Elaïna le Mar 17 Avr 2018 - 21:23
@Leclochard a écrit:
@hachi1989 a écrit:Est-ce que l'on sait à quoi sont dus ces écarts?

Les profs de français ont envie de retrouver les plaisirs de leur jeunesse et de vivre près de leur fac d'amour. etoilecoeur
Traditionnellement, en lettres modernes, il faut plus de 600 points pour enseigner dans la capitale.

Même dans l'académie de Versailles, il y a de gros écarts. Dans mon bahut, le poste de philo est à plus de 1000 points, mais un poste en HG est à 120 points.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
Leclochard
Guide spirituel

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Leclochard le Mar 17 Avr 2018 - 21:35
@Elaïna a écrit:
@Leclochard a écrit:
@hachi1989 a écrit:Est-ce que l'on sait à quoi sont dus ces écarts?

Les profs de français ont envie de retrouver les plaisirs de leur jeunesse et de vivre près de leur fac d'amour. etoilecoeur
Traditionnellement, en lettres modernes, il faut plus de 600 points pour enseigner dans la capitale.

Même dans l'académie de Versailles, il y a de gros écarts. Dans mon bahut, le poste de philo est à plus de 1000 points, mais un poste en HG est à 120 points.

Par établissement et selon les matières, c'est normal qu'il y ait de grosses variations. Le poste que je laisse dans le 92 sera cher aussi.
Le problème de Paris, c'est qu'y entrer est ultra cher sans qu'on ait la garantie d'un poste juste convenable. Griller vingt ans d'ancienneté en REP/ZEP pour se retrouver de nouveau dans un collège craignos, c'est ça, le vrai luxe parisien.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
avatar
Elaïna
Guide spirituel

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Elaïna le Mar 17 Avr 2018 - 21:43
@Leclochard a écrit:
@Elaïna a écrit:
@Leclochard a écrit:
@hachi1989 a écrit:Est-ce que l'on sait à quoi sont dus ces écarts?

Les profs de français ont envie de retrouver les plaisirs de leur jeunesse et de vivre près de leur fac d'amour. etoilecoeur
Traditionnellement, en lettres modernes, il faut plus de 600 points pour enseigner dans la capitale.

Même dans l'académie de Versailles, il y a de gros écarts. Dans mon bahut, le poste de philo est à plus de 1000 points, mais un poste en HG est à 120 points.

Par établissement et selon les matières, c'est normal qu'il y ait de grosses variations. Le poste que je laisse dans le 92 sera cher aussi.
Le problème de Paris, c'est qu'y entrer est ultra cher sans qu'on ait la garantie d'un poste juste convenable. Griller vingt ans d'ancienneté en REP/ZEP pour se retrouver de nouveau dans un collège craignos, c'est ça, le vrai luxe parisien.

Ben c'est pour ça qu'on se tue à répéter aux gens qu'il vaut mieux demander Versailles au Créteil, mais bon, y'a pas moyen, tout le monde se jette sur Paris.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
lene75
Empereur

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par lene75 le Mar 17 Avr 2018 - 22:00
+1000 Rabelais

À voir aussi que la présence d'établissements privés est la condition sine qua non pour que les classes moyennes continuent à habiter dans certains endroits.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Contenu sponsorisé

Re: Paris et "l'apartheid scolaire", article du Nouvel Obs

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum