Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Eleven
Fidèle du forum

Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Eleven le Jeu 19 Avr 2018 - 8:56
http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/seine-et-marne-survaillante-le-temoignage-explosif-d-une-pionne-18-04-2018-7671384.php

Extrait de l'article :

Quel incident vous a le plus choquée ?

Nous étions dix surveillants pour 700 élèves. Un matin, nous sommes retrouvés à deux pour gérer dix bagarres simultanées dans la cour. J’ai pris un coup perdu et je suis tombée. Quand je me suis relevée, c’était l’anarchie. Une autre fois, du sang a éclaboussé mon chemisier blanc. Le pire, c’est lorsque des élèves ont apporté une matraque, une bombe lacrymogène et un pistolet à impulsion électrique au collège pour se battre. On se sent entre le maton et le grand frère.


Dernière édition par Eleven le Jeu 19 Avr 2018 - 9:05, édité 1 fois

_________________
2015-2016 : Première année contractuelle : sixièmes, cinquièmes.
2016-2017 : Deuxième année contractuelle : troisièmes, quatrièmes et cinquièmes.
2017-2018 : Troisième année contractuelle : sixièmes, cinquièmes.
avatar
Hélips
Modérateur

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Hélips le Jeu 19 Avr 2018 - 8:58
Merci de poster un court extrait de l'article.
Edit : Merci !


Dernière édition par Hélips le Jeu 19 Avr 2018 - 9:08, édité 1 fois

_________________
Amis via FB ? oui oui avec plaisir, un petit MP avec les bonnes infos et je fais le nécessaire.
avatar
Miss Messy
Niveau 2

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Miss Messy le Jeu 19 Avr 2018 - 9:04
Ils viennent d'en parler à Télé Matin sur France 2 (mais j'ai pris l'extrait en cours de route).
XIII
Fidèle du forum

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par XIII le Jeu 19 Avr 2018 - 9:22
"C'est par la fraternité qu'on sauve la liberté"! Continuons dans ce système pourri qui déshumanise dont le seul crédo est celui de l'argent et des économies et nous obtiendrons la peste noire.
avatar
Aiôn
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Aiôn le Ven 4 Mai 2018 - 23:52
C'est extrême ! Respect à ceux qui bossent là-bas. Ils portent à bout de bras une mission de service public cruciale. Mais leur donner les moyens de leur action semblerait néanmoins stratégique si l'on ne veut pas qu'il y ait des morts.
avatar
LadyC
Empereur

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par LadyC le Sam 5 Mai 2018 - 9:04
Le médiateur : "C’est un établissement comme un autre, avec des hauts et des bas." J'adore. " Dans tous les quartiers, c’est comme ça ." Eh ben me voilà rassurée...

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._  Smile
avatar
Fenrir
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Fenrir le Sam 5 Mai 2018 - 9:29
Le Parisien a écrit:Le nom du collège n’est pas divulgué pour protéger l’identité des personnes.

Moui moui. Des collèges de 700 élèves dans le sud ouest de la Seine et Marne, il n'y en a pas des dizaines (Si encore on avait parlé du nord-ouest, je ne dis pas).

Après LadyC, malgré tout le discours institutionnel du médiateur, je peux confirmer que dans ce genre de bahut les hauts et les bas peuvent s'enchainer très vite à la faveur d'un changement de direction (dans un sens comme dans l'autre).

Edit : et malheureusement, plus vite dans un sens que dans l'autre.

_________________
À quoi bon mettre son pédigrée, on est partis pour 40 ans
avatar
LadyC
Empereur

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par LadyC le Sam 5 Mai 2018 - 9:57
Oui, j'imagine bien, mais là, on parle d'un bas particulièrement bas... Et je réagis surtout aux expressions "comme un autre", "c'est comme ça partout ailleurs", qui laissent pantoise. Soit c'est vrai, et c'est extrêmement inquiétant et scandaleux (en arriver à ce que décrit cette surveillante est inacceptable) (je ne suis pas naïve, je sais bien que c'est comme ça dans certains établissements, on lit régulièrement sur le forum même des témoignages effrayants), soit c'est faux (non, ce n'est pas la même chose partout), et cela fait partie d'un discours de minimisation - paradoxalement inquiétant, justement.

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._  Smile
profs:(
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par profs:( le Sam 5 Mai 2018 - 10:04
@Fenrir a écrit:
Le Parisien a écrit:Le nom du collège n’est pas divulgué pour protéger l’identité des personnes.

Moui moui. Des collèges de 700 élèves dans le sud ouest de la Seine et Marne, il n'y en a pas des dizaines (Si encore on avait parlé du nord-ouest, je ne dis pas).

Après LadyC, malgré tout le discours institutionnel du médiateur, je peux confirmer que dans ce genre de bahut les hauts et les bas peuvent s'enchainer très vite à la faveur d'un changement de direction (dans un sens comme dans l'autre).

Edit : et malheureusement, plus vite dans un sens que dans l'autre.

A la faveur d'un changement de direction abi
Sans vouloir minimiser l'impact d'une direction dans un établissement, je crois quand même que nous pouvons éviter de la mettre en toute première ligne dans les responsabilités quand des élèves ne craignent ni les policiers, ni les juges !!!
avatar
Fenrir
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Fenrir le Sam 5 Mai 2018 - 10:30
Je ne les mets pas en première ligne globalement, je me limite à l'établissement. Partant du principe que tu énonces à la fin de ton intervention, la direction a un rôle extrêmement important à jouer dans la sanctuarisation de l'établissement. Si elle n'y arrive pas, la cité (on parle des cités de Melun ou de Monteraux là, mais je parle d'expérience pour celle où je bosse) rentre dans l'établissement et ça devient vite ingérable avec les situations décrites (je n'ai aucune raison de douter qu'elles soient véridiques). Si elle mène bien sa barque, elle arrive à faire en sorte que le climat au sein de l'établissement s'apaise (au risque de me répéter, j'ai vécu cette situation, et j'ai eu l'occasion de discuter avec d'autres collègues de REP à ce sujet).

LadyC, je n'ai probablement plus le recul nécessaire pour m'émouvoir de tout ça. Je suis par contre effectivement assez gêné par la minimisation du médiateur. Encore que c'est son quotidien, sa perception de la réalité est probablement aussi modifiée par le filtre de ce même quotidien que la mienne. Matinée d'un soupçon de langue de bois institutionnelle.

_________________
À quoi bon mettre son pédigrée, on est partis pour 40 ans
profs:(
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par profs:( le Sam 5 Mai 2018 - 11:33
Comment «sanctuariser» un établissement ? Qu'est ce que bien mener sa barque afin d'apaiser un établissement ?
avatar
Fenrir
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Fenrir le Sam 5 Mai 2018 - 12:07
C'est une vraie question ?

_________________
À quoi bon mettre son pédigrée, on est partis pour 40 ans
profs:(
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par profs:( le Sam 5 Mai 2018 - 12:14
Oui bien entendu. 4 ou 5 actions afin de permettre de sanctuariser un établissement pour éviter les plus gros dérapages (violence avec marteau ou cutter par exemples, trafic, racket, insultes quotidiennes....)

avatar
Fenrir
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Fenrir le Sam 5 Mai 2018 - 12:37
S'il y avait une recette magique, comme pour l'enseignement, ça se saurait. Il n'y en a pas. Une fois ceci posé, les mesures vont être fonction des problématiques de l'établissement et du bassin de recrutement. La plupart des actions à mener sont frappées du sceau du bon sens. Cadre clair, respecté, implication de l'ensemble des personnels, essayer de punir/sanctionner chaque manquement. Redonner un sens au travail et faire preuve d'une vraie bienveillance, pas la soupe galvaudée dont on nous abreuve depuis des années. Créer de vrais lien avec les familles, effectuer un travail cohérent sur l'orientation.
Tout ça sans garantie de résultats,tant les paramètres sont nombreux et souvent indépendant de l'établissement. Quant au facteur temps, il est impératif, plus la situation s'est dégradée, plus ce sera difficile d'arriver à un résultat rapidement. Du point de vue de la direction, c'est aussi faire des remontée systématiques aux instances compétentes (y compris la justice).

J'ai l'impression d'enfoncer des portes ouvertes( je le fais probablement).

_________________
À quoi bon mettre son pédigrée, on est partis pour 40 ans
profs:(
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par profs:( le Sam 5 Mai 2018 - 14:37
Merci pour votre réponse.
En effet, cela n'est pas simple, je le conçois facilement. Disons que le vocabulaire employé "si elle mène bien sa barque", me faisait imaginer que cela pouvait être simple.
Maintenant, ce que vous écrivez me semble valable et suffisant pour un établissement lambda, mais pas pour le type d'établissement dont c'est le sujet ici.
Même les commissariats ne sont plus sanctuarisés et ont été attaqués parfois, alors un établissement scolaire .....
Les policiers sont menacés, bousculés, attaqués comme les pompiers d'ailleurs ou les ambulances. Alors un surveillant ou un prof, il faudra peut être un peu plus que des heures de colle pour les protéger.
J'en reste là pour ma part.
Bonne fin de journée.

avatar
Aiôn
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Aiôn le Sam 5 Mai 2018 - 17:11
Je comprends que comme professionnels on veuille se protéger, c'est parfaitement légitime. Mais à un niveau plus politique ça sonne comme une position de repli du service public qui n'incite guère à l'optimisme. Dans la ville où j'ai grandi, un collège de quartier a brûlé, c'est probablement les élèves, ça fait flipper... Peut-être que si l'on n'avait pas brisé la police de proximité avant de drastiquement réduire les postes de travailleurs sociaux et d'ouvrir grand les vannes à l'emprisonnement des pauvres et des minorités dans un contexte d'accroissement des inégalités...
avatar
slynop
Niveau 10

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par slynop le Sam 5 Mai 2018 - 18:08
@Aiôn a écrit:Je comprends que comme professionnels on veuille se protéger, c'est parfaitement légitime. Mais à un niveau plus politique ça sonne comme une position de repli du service public qui n'incite guère à l'optimisme. Dans la ville où j'ai grandi, un collège de quartier a brûlé, c'est probablement les élèves, ça fait flipper... Peut-être que si l'on n'avait pas brisé la police de proximité avant de drastiquement réduire les postes de travailleurs sociaux et d'ouvrir grand les vannes à l'emprisonnement des pauvres et des minorités dans un contexte d'accroissement des inégalités...

On peut se demander aussi pourquoi, très souvent, ce sont des écoles, des centres culturels ou des bibliothèques qui sont pris pour cible et sont détériorés ou incendiés. Symboles de l'autorité et du pouvoir ? Symboles du savoir et de la culture, mais qu'ils ne comprennent pas/plus ? Pour se venger des "humiliations" que certains ont pu y subir : mauvaises notes, punitions etc. ? Un peu tout ça ? Ou, pire, parce que tout ça ne signifie plus rien pour eux ?
archeboc
Esprit éclairé

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par archeboc le Sam 5 Mai 2018 - 21:02

Ils détruisent aussi très bien des gymnases. Tout le reste (poste, commissariat, commerce) est trop bien défendu.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


profs:(
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par profs:( le Sam 5 Mai 2018 - 21:11
@Aiôn a écrit:Je comprends que comme professionnels on veuille se protéger, c'est parfaitement légitime. Mais à un niveau plus politique ça sonne comme une position de repli du service public qui n'incite guère à l'optimisme. Dans la ville où j'ai grandi, un collège de quartier a brûlé, c'est probablement les élèves, ça fait flipper... Peut-être que si l'on n'avait pas brisé la police de proximité avant de drastiquement réduire les postes de travailleurs sociaux et d'ouvrir grand les vannes à l'emprisonnement des pauvres et des minorités dans un contexte d'accroissement des inégalités...

ah oué quand même ! "on" n'est vraiment pas sympa et semble responsable de tout ! Franchement, ce discours je n'en peux plus ! Je ne détiens pas la vérité bien entendu mais je pense que vous pouvez arroser ces quartiers avec des milliards, vous ne règlerez jamais le problème si vous pensez que le problème est seulement "on".
Il y en a ras le bol de ne jamais lire  qu'il y a des responsabilités chez les habitants de ces quartiers.
avatar
LadyC
Empereur

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par LadyC le Sam 5 Mai 2018 - 21:35
Euh, quand tu es né dans un quartier où les caïds font la loi parce que les policiers n'ont pas les moyens de faire respecter celle de l'Etat, les probabilités que tu te fasses fortement influencer par lesdits caïds sont tout de même assez élevées, me semble-t-il...
Tiens, je vais appliquer le même raisonnement à la pédagogie : y en a marre que la moitié de ma classe annone toujours son texte comme si elle venait de commencer à apprendre à lire, parce que les parents n'ont jamais lu une histoire ni offert un livre (rôle de l'entourage) et que les instits ont eu à peine quelques heures par semaine à consacrer à cet apprentissage face à une classe de trente (faute de moyens alloués par l'Etat) ; les élèves n'ont qu'à prendre leurs responsabilités, ça va bien.

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._  Smile
avatar
slynop
Niveau 10

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par slynop le Sam 5 Mai 2018 - 21:45
@archeboc a écrit:
Ils détruisent aussi très bien des gymnases. Tout le reste (poste, commissariat, commerce) est trop bien défendu.

C'est pour ça que j'ai dit "très souvent", non exclusivement. Wink
profs:(
Niveau 6

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par profs:( le Sam 5 Mai 2018 - 22:21
@LadyC a écrit:Euh, quand tu es né dans un quartier où les caïds font la loi parce que les policiers n'ont pas les moyens de faire respecter celle de l'Etat, les probabilités que tu te fasses fortement influencer par lesdits caïds sont tout de même assez élevées, me semble-t-il...
Tiens, je vais appliquer le même raisonnement à la pédagogie : y en a marre que la moitié de ma classe annone toujours son texte comme si elle venait de commencer à apprendre à lire, parce que les parents n'ont jamais lu une histoire ni offert un livre (rôle de l'entourage) et que les instits ont eu à peine quelques heures par semaine à consacrer à cet apprentissage face à une classe de trente (faute de moyens alloués par l'Etat) ; les élèves n'ont qu'à prendre leurs responsabilités, ça va bien.

Votre premier paragraphe est ridicule. Ensuite, votre image fantaisiste est sans rapport (selon moi bien entendu).
avatar
LadyC
Empereur

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par LadyC le Sam 5 Mai 2018 - 22:29
Sans rapport du tout, je ne pense pas, mais je crois volontiers que ce ne soit pas la plus appropriée ; à cette heure et sans vouloir passer une demi-heure dessus, c'est tout ce que j'ai trouvé.
Mon premier paragraphe ridicule : en quoi ? Là encore, j'ai peut-être été rapide et schématique, mais ridicule, je ne vois pas. Si j'ai manqué quelque chose, je suis preneuse d'explications (c'est dit sans ironie).

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._  Smile
Matheod
Niveau 8

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Matheod le Sam 5 Mai 2018 - 22:29
J'ai envie de dire, que les établissements brûlent (lorsqu'il n'y a personne). Si ça peut inciter à changer de stratégie financière et d'allouer d'avantages de postes de surveillant au lieu de vouloir à tout prix faire des économies ...
avatar
Babarette
Sage

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Babarette le Sam 5 Mai 2018 - 22:44
Je ne vois absolument pas en quoi les propos de LadyC sont ridicules, bien au contraire d'ailleurs. Il se trouve qu'elle a raison, que si les caïds font la loi et que la police ne peut pas être assez présente pour les en empêcher, les gamins auront tendance à suivre ceux qui font la loi.
L'image n'a rien de fantaisiste, et ce n'est pas une image d'ailleurs. Les gamins qui ne savent pas lire arrivés en sixième n'y sont pas pour grand chose. Sûrement que ça leur ferait plaisir de ne plus avoir de notes catastrophiques et de comprendre quelque chose à ce qui se passe en classe.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
Contenu sponsorisé

Re: Le témoignage d'une "survaillante" en Seine-et-Marne.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum