Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Isis39
Esprit sacré

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Isis39 le Sam 28 Avr 2018 - 13:31
@JPhMM a écrit:
@Tamerlan a écrit:
@scot69 a écrit:
- il y a une dizaine d'années, je débarque pour un remplacement dans un collège, et une charmante, élégante et souriante dame se présente à moi: "Dr Ophélie Winter, j'enseigne les mathématiques, docteure en sciences de l'éducation" (cette femme était un numéro!)

C'est sûr, ça a dû être dur de la regarder dans les yeux ! Laughing
La faute aux lunettes de soleil, ça.



http://www.wepostmag.com/plus-jolie-prof-de-maths-suivie-plus-de-290-000-personnes/

On ne la voit pas beaucoup bosser...
avatar
Tamerlan
Modérateur

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Tamerlan le Sam 28 Avr 2018 - 13:32
Parce qu'elle est agrégée . Elle a du temps ! yesyes

_________________
“Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.”
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Professeur agrégé au collège ?

par JPhMM le Sam 28 Avr 2018 - 13:33
Elle a même le temps de profiter de son yacht d'agrégée.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
kioupsPBT
Niveau 10

Re: Professeur agrégé au collège ?

par kioupsPBT le Sam 28 Avr 2018 - 13:33
Je suis pas sûr que je serais prof de maths si j'avais eu des profs comme elle...
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Thalia de G le Sam 28 Avr 2018 - 13:34
Mais si ! Elle bosse la géométrie dans l'espace.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Professeur agrégé au collège ?

par JPhMM le Sam 28 Avr 2018 - 13:44
@Thalia de G a écrit:Mais si ! Elle bosse la géométrie dans l'espace.
Les courbes paramétrées. Very Happy

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Thalia de G le Sam 28 Avr 2018 - 13:46
Tout à fait. Very Happy

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Professeur agrégé au collège ?

par JPhMM le Sam 28 Avr 2018 - 13:52
Elle étudie les lignes de Talweg, peut-être.
https://www.mathcurve.com/courbes3d/topographic/faite.shtml

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Aphrodissia
Grand sage

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Aphrodissia le Sam 28 Avr 2018 - 13:57
@JPhMM a écrit:Elle a même le temps de profiter de son yacht d'agrégée.
Et dire que je n'ai même pas un transat d'agrégée. Embarassed
avatar
VinZT
Expert

Re: Professeur agrégé au collège ?

par VinZT le Sam 28 Avr 2018 - 14:04
Ne pas faire la blague du géomètre qui cherche un point G dans un plan Q.
Non, ne pas la faire …

_________________
« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François
« Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui. » Laurence J. Peter
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Professeur agrégé au collège ?

par JPhMM le Sam 28 Avr 2018 - 14:41
Les barycentres ne sont plus au programme.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Prezbo
Niveau 10

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Prezbo le Sam 28 Avr 2018 - 14:43
@Poupoutch a écrit:
Je maintiens que je fais exactement aujourd'hui le même travail qu'hier, que je ferai, au 1er septembre, exactement le même travail que cette année, et que la seule chose qui changera donc sera le corps auquel j'appartiens, et le chiffre en bas de ma fiche de paie (accessoirement, le montant de mes repas à la cantine). Que, pour ce même travail, certains de mes collègues, ni moins bons, ni moins travailleurs, ni moins intelligents que moi, seront moins bien payés et devront plus d'heures, et que ce n'est pas normal. Alors oui, j'ai passé l'agreg et je profiterai sous peu d'un système que par ailleurs je trouve absurde, mais qui me permettra de devoir moins d'heures (ma motivation première) et de gagner un peu plus (je ne crache pas sur cet aspect-là non plus). Je  n'assimile pas pour autant les certifiés (dont je suis encore jusqu'au 1er septembre prochain) à mon concierge que, par ailleurs, je ne méprise pas au prétexte qu'il n'a pas choisi de se sacrifier pour faire des études (j'ai fait suffisamment de boulots pourris avec un bac+5 ou +8 pour savoir qu'il faut éviter de juger trop vite la personne qu'on a en face de soi). Et je pense aussi qu'il faudrait désacraliser l'agrégation. Je l'ai passée deux fois sérieusement, ai été deux fois admissible. Une fois admise, une fois non. C'est un concours qui nécessite du travail, oui, une certaine part d'abnégation, sans doute, mais enfin, des sacrifices, soyons sérieux, non. Aussi plaisants que peuvent être les innombrables messages de félicitations reçus ici, aucun agrégé n'est un héros, il faudrait arrêter de se monter la tête.
On pourrait, pour éviter d'être les artisans de notre propre déconsidération, arrêter de mettre dos à dos en raison d'un statut différent des gens qui, au fond, je persiste, et n'en démordrai pas, font le même travail, au prétexte que l'un a choisi de travailler comme un forcené pendant une année et l'autre non (ou l'a peut-être fait en échouant : j'ai plusieurs collègues que j'estime beaucoup et qui, pourtant, ont systématiquement échoué à l'agrégation). Sauf à considérer qu'un certifié est un sous-prof, ou un agrégé un sur-prof, et donc qu'il existe une hiérarchie entre les deux, nous faisons le même métier, nous sommes professeurs, nous enseignons, aux mêmes élèves et avec les mêmes programmes. On ne cesse de réclamer une revalorisation de nos carrières, de nos salaires, qui irait de pair avec la considération que nous recevons. Eh bien je ne crois pas que cela soit plus nécessaire pour un corps que pour l'autre et, avant toute chose, je trouverais assez juste qu'un lissage par le haut soit effectué (que tous les profs de collège et lycée soient revalorisés au niveau d'un agrégé, et qu'il n'existe plus qu'une grille). Ceci étant, tant que cela n'est pas mis en place, je me contenterai bien de mon salaire d'agrégée, mais je refuse que cela s'accompagne d'une quelconque condescendance envers ceux qui n'auraient pas réussi l'agrégation.

Poupoutch, je crois avoir compris que le point d'Anaxagore n'était pas de traiter les certifiés de concierges, mais de dire qu'il faut prendre garde à ne pas conforter les gens qui pensent que toute heure de cours assurée devant les élèves est équivalente, peu importe qui la fait et ce qui s'y fait. Sinon, on peut tout aussi bien envoyer, sinon le concierge, disons n'importe quel assistant d'éducation payé au salaire minimum et à qui on refile un fichier d'activité à faire faire aux élèves.

Il se trouve que c'est quand même une idée largement dans l'air du temps, les prétextes pédagogiques dissimulant mal des intérêts financiers et managériaux.

En définitive, la question qui se pose est : l'éducation nationale souhaite-t-elle encore reconnaître que la  compétence disciplinaire est importante par un enseignant ? Y a-t-il une légitimité à maintenir un concours qui permet, par la rémunération et les conditions de travail qu'il promet, d'attirer des étudiants parmi les plus brillants (et encore, je ne suis pas sûr qu'il soit très attractif désormais), ou de permettre à ceux qui le passent en interne de faire reconnaître un investissement disciplinaire et une expertise supérieure ?

Je ne dis pas qu'un certifié est nécessairement incompétent disciplinairement (j'en connais des très fin, et parfois surdiplomés). Je ne dis par qu'un agrégé est nécessairement compétent, encore moins qu'il l'est à toute heure et sur toute sa carrière. J'en ai connu qui, après quelques décennies, ronronnaient tranquillement, voyait le bachotage du bac comme horizon le plus lointain, et ont pu être sérieusement perturbés par des changements de programme.

Mais globalement, j'espère qu'une bonne formation disciplinaire reste un outil pour comprendre le sens de son enseignement, prendre du recul par rapport aux instructions officielles, avoir une idée de ce qui attendra les élèves par la suite et rester capable d'évoluer.
avatar
Prezbo
Niveau 10

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Prezbo le Sam 28 Avr 2018 - 14:51
@Sphinx a écrit:On a bien pensé un moment se faire notre salle des profs rien qu'à nous avec mon collègue agrégé, mais il ne restait que la petite salle de la photocopieuse et ça n'aurait pas été très confortable. En attendant, on a décrété que le canapé était réservé aux agrégés et que les autres n'avaient droit qu'aux chaises. On réfléchit à introduire deux qualités de café différentes, aussi.

Des vieux collègues (agrégés, je ne parle pas aux autres,  évidemment) m'ont un jour raconté que dans un de leurs anciens établissements, ils avaient monté un canular en faisant croire que les agrégés avaient un salle de cantine séparée, et que les couverts y étaient en argenterie. Et que certains profs avaient mordus.

Spoiler:
Honnêtement, je pense qu'ils galéjaient un peu.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Professeur agrégé au collège ?

par JPhMM le Sam 28 Avr 2018 - 15:17
Agrégé:

Certifié:

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Poupoutch
Neoprof expérimenté

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Poupoutch le Sam 28 Avr 2018 - 15:19
@Prezbo a écrit:
@Poupoutch a écrit:
Je maintiens que je fais exactement aujourd'hui le même travail qu'hier, que je ferai, au 1er septembre, exactement le même travail que cette année, et que la seule chose qui changera donc sera le corps auquel j'appartiens, et le chiffre en bas de ma fiche de paie (accessoirement, le montant de mes repas à la cantine). Que, pour ce même travail, certains de mes collègues, ni moins bons, ni moins travailleurs, ni moins intelligents que moi, seront moins bien payés et devront plus d'heures, et que ce n'est pas normal. Alors oui, j'ai passé l'agreg et je profiterai sous peu d'un système que par ailleurs je trouve absurde, mais qui me permettra de devoir moins d'heures (ma motivation première) et de gagner un peu plus (je ne crache pas sur cet aspect-là non plus). Je  n'assimile pas pour autant les certifiés (dont je suis encore jusqu'au 1er septembre prochain) à mon concierge que, par ailleurs, je ne méprise pas au prétexte qu'il n'a pas choisi de se sacrifier pour faire des études (j'ai fait suffisamment de boulots pourris avec un bac+5 ou +8 pour savoir qu'il faut éviter de juger trop vite la personne qu'on a en face de soi). Et je pense aussi qu'il faudrait désacraliser l'agrégation. Je l'ai passée deux fois sérieusement, ai été deux fois admissible. Une fois admise, une fois non. C'est un concours qui nécessite du travail, oui, une certaine part d'abnégation, sans doute, mais enfin, des sacrifices, soyons sérieux, non. Aussi plaisants que peuvent être les innombrables messages de félicitations reçus ici, aucun agrégé n'est un héros, il faudrait arrêter de se monter la tête.
On pourrait, pour éviter d'être les artisans de notre propre déconsidération, arrêter de mettre dos à dos en raison d'un statut différent des gens qui, au fond, je persiste, et n'en démordrai pas, font le même travail, au prétexte que l'un a choisi de travailler comme un forcené pendant une année et l'autre non (ou l'a peut-être fait en échouant : j'ai plusieurs collègues que j'estime beaucoup et qui, pourtant, ont systématiquement échoué à l'agrégation). Sauf à considérer qu'un certifié est un sous-prof, ou un agrégé un sur-prof, et donc qu'il existe une hiérarchie entre les deux, nous faisons le même métier, nous sommes professeurs, nous enseignons, aux mêmes élèves et avec les mêmes programmes. On ne cesse de réclamer une revalorisation de nos carrières, de nos salaires, qui irait de pair avec la considération que nous recevons. Eh bien je ne crois pas que cela soit plus nécessaire pour un corps que pour l'autre et, avant toute chose, je trouverais assez juste qu'un lissage par le haut soit effectué (que tous les profs de collège et lycée soient revalorisés au niveau d'un agrégé, et qu'il n'existe plus qu'une grille). Ceci étant, tant que cela n'est pas mis en place, je me contenterai bien de mon salaire d'agrégée, mais je refuse que cela s'accompagne d'une quelconque condescendance envers ceux qui n'auraient pas réussi l'agrégation.

Poupoutch, je crois avoir compris que le point d'Anaxagore n'était pas de traiter les certifiés de concierges, mais de dire qu'il faut prendre garde à ne pas conforter les gens qui pensent que toute heure de cours assurée devant les élèves est équivalente, peu importe qui la fait et ce qui s'y fait. Sinon, on peut tout aussi bien envoyer, sinon le concierge, disons n'importe quel assistant d'éducation payé au salaire minimum et à qui on refile un fichier d'activité à faire faire aux élèves.

Il se trouve que c'est quand même une idée largement dans l'air du temps, les prétextes pédagogiques dissimulant mal des intérêts financiers et managériaux.

En définitive, la question qui se pose est : l'éducation nationale souhaite-t-elle encore reconnaître que la  compétence disciplinaire est importante par un enseignant ? Y a-t-il une légitimité à maintenir un concours qui permet, par la rémunération et les conditions de travail qu'il promet, d'attirer des étudiants parmi les plus brillants (et encore, je ne suis pas sûr qu'il soit très attractif désormais), ou de permettre à ceux qui le passent en interne de faire reconnaître un investissement disciplinaire et une expertise supérieure ?

Je ne dis pas qu'un certifié est nécessairement incompétent disciplinairement (j'en connais des très fin, et parfois surdiplomés). Je ne dis par qu'un agrégé est nécessairement compétent, encore moins qu'il l'est à toute heure et sur toute sa carrière. J'en ai connu qui, après quelques décennies, ronronnaient tranquillement, voyait le bachotage du bac comme horizon le plus lointain, et ont pu être sérieusement perturbés par des changements de programme.

Mais globalement, j'espère qu'une bonne formation disciplinaire reste un outil pour comprendre le sens de son enseignement, prendre du recul par rapport aux instructions officielles, avoir une idée de ce qui attendra les élèves par la suite et rester capable d'évoluer.
Anaxagore prend son mépris social profond pour de la lucidité et, de ce point de vue, je ne serai jamais d'accord avec lui. Ne serait-ce que parce que j'ai rencontré dans mes carrières parallèles assez de caissiers ou agents d'accueil qui étaient par ailleurs docteurs d'état dans leur pays d'origine pour apprendre à ne juger personne sur sa profession ou son grade.
Ceci étant, je comprends bien l'idée que vous défendez, mais je ne suis pas d'accord. D'une part parce que, pour avoir vraiment travaillé pour décrocher mon capes, je ne pense pas non plus qu'on l'obtient comme un bac, et que le fait pour des enseignants même de le dire est ce qui dévalue le plus nos professions. D'autre part parce que, si la profession n'attire pas les étudiants brillants, c'est parce qu'elle n'est valorisée ni par le salaire, ni par les évolutions de carrière. En gros, quel intérêt à être prof si un débouché plus intéressant s'offre à vous, ce qui explique la crise des recrutements dans certaines matières, notamment scientifiques. Je ne crois pas que l'agreg soit une solution viable à cette crise (la preuve) ; je pense en revanche qu'une revalorisation des carrières de certifiés pourrait y apporter un début de solution. En fait, si plus d'étudiants brillants-ou de bons étudiants à tout le moins-value présentaient au capes, ce dernier serait de fait revalorisé. Il y a bien des disciplines où l'obtention du concours nécessite tout de même des savoirs non négligeables, et je ne connais pas de capes que l'on puisse obtenir dans une pochette surprise. Que l'agrégation soit plus exigeante, c'est un fait. Qu'elle ne donne à personne des compétences en plus pour exercer le métier d'enseignant dans le secondaire l'est également. Rien ne justifie, donc, le maintien de deux concours pour recruter pour un même métier, puisque c'est de fait le même métier que nous exerçons. Sauf à considérer l'agrégation comme un concours ouvrant la possibilité d'un recrutement dans le supérieur, auquel cas, il serait judicieux d'adapter ce concours pour en faire un concours de recrutement universitaire. Bref, même si je profite également du système, je trouve qu'il serait judicieux de défendre avant tout une vraie revalorisation  du corps des certifiés (au niveau, par exemple, du corps des agrégés) et de mettre tout le monde au même niveau.
De ce point de vue, à part affirmer qu'il ne fait pas le même travail que le commun des mortels, je ne vois pas très bien l'utilité de la sortie d'Anaxagore sur son concierge. Bon, OK, on ne fait pas tous le même travail, avec le même investissement, mais quel lien cela a-t-il avec le corps auquel nous appartenons ? Ou alors, vous êtres partisans d'une rémunération au mérite qui va encore affaiblir les status de certifié comme d'agrégé, en institutionnalisant l'idée qu'un prof et un autre ne se valent pas (de la même manière qu'on le fait à chaque fois que l'on renvoie dos à dos ces deux corps).

_________________
Es ist nicht deine Schuld, dass die Welt ist wie sie ist. Es wär nur deine Schuld wenn sie so bleibt...
Enaeco
Fidèle du forum

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Enaeco le Sam 28 Avr 2018 - 15:26
Je partage totalement l'avis de Poupoutch
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Lefteris le Sam 28 Avr 2018 - 15:28
@Prezbo a écrit:Je crois avoir compris que le point d'Anaxagore n'était pas de traiter les certifiés de concierges, mais de dire qu'il faut prendre garde à ne pas conforter les gens qui pensent que toute heure de cours assurée devant les élèves est équivalente, peu importe qui la fait et ce qui s'y fait. Sinon, on peut tout aussi bien envoyer, sinon le concierge, disons n'importe quel assistant d'éducation payé au salaire minimum et à qui on refile un fichier d'activité à faire faire aux élèves.

Il se trouve que c'est quand même une idée largement dans l'air du temps, les prétextes pédagogiques dissimulant mal des intérêts financiers et managériaux.
J'ai compris la même chose, et pour les mêmes raisons. Le management comptable veut faire croire qu'une présence adulte a la même valeur, quelle qu'elle soit. Le pédagogisme, qui voit non un professeur mais un adulte-animateur est son meilleur alibi.  Les certifiés qui emboîtent le pas ont un attitude totalement irrationnelle : qu'il y ait des agrégés ne leur enlève strictement rien, et c'est même la seule ouverture possible pour une amélioration de leur sort. J'ai moi aussi été certifié, et dans des conditions sans doute plus douloureuses que beaucoup, car  en reconversion précipitée, de cadre  A dans la FP. Dans les faits  une dégringolade statutaire et financière. Heureusement qu'il existait l'agreg pour rattraper un peu le coup. Et beaucoup d'enseignants rentrent dans le métier avec cet espoir, même certifiés.  Il y aurait encore moins de recrutements s'il n'y avait pas cette lueur d'espoir. Il y a eu de nombreux fils là-dessus, c'est une évidence, et il serait intéressant de voir le nombre d'agrégés qui ont commencé certifiés.

En définitive, la question qui se pose est : l'éducation nationale souhaite-t-elle encore reconnaître que la  compétence disciplinaire est importante par un enseignant ? Y a-t-il une légitimité à maintenir un concours qui permet, par la rémunération et les conditions de travail qu'il promet, d'attirer des étudiants parmi les plus brillants (et encore, je ne suis pas sûr qu'il soit très attractif désormais), ou de permettre à ceux qui le passent en interne de faire reconnaître un investissement disciplinaire et une expertise supérieure ?
L'idéal serait évidemment de mettre tout le monde au statut d'agrégé, avec le même concours, les mêmes exigences disciplinaires, en se remettant en mémoire que c'est le statut de base, et qu'un professeur n'est ce qu'il est que par sa ou ses matières. Ce sont les matières qui lui donnent sa raison d'être,; qu'il a choisies. Mais on ne va pas dans ce sens , on va plutôt vers une dégradation du capes (voir les capes "rénovés") pour pouvoir recruter  malgré  la dégradation continuelle du statut.




Mais globalement, j'espère qu'une bonne formation disciplinaire reste un outil pour comprendre le sens de son enseignement, prendre du recul par rapport aux instructions officielles, avoir une idée de ce qui attendra les élèves par la suite et rester capable d'évoluer.
On peut être au point dans un domaine, ou plusieurs , en étant certifié, et même au dessus de beaucoup d'agrégés. Mais à ce compte, de nombreux non-enseignants sont meilleurs que des enseignants sur tel ou tel point précis. Cependant, les contraintes  (souvent pénibles) de l'agrégation obligent à être  complet, à travailler même ce que l'on n'aime pas, vite et avec méthode. Le fossé avec le capes est énorme dans ce domaine (je l'ai eu deux fois à des années d'écart, ancienne version pourtant). Un certifié peut tout à fait être capable de faire ce que fait un agrégé, mais le concours (avec des épreuves sur dossier, des questions de vie scolaire....) ne permet pas de le détecter. C'est évidemment un plus, et le point que tu soulèves par rapport aux instructions officielles est également intéressant. Il est en effet bon que des enseignants aient au moins le même niveau que ceux qui les pondent ou les font appliquer.


Dernière édition par Lefteris le Sam 28 Avr 2018 - 15:56, édité 1 fois

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
Ramanujan974
Niveau 10

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Ramanujan974 le Sam 28 Avr 2018 - 15:35
@Poupoutch a écrit:
Je maintiens que je fais exactement aujourd'hui le même travail qu'hier, que je ferai, au 1er septembre, exactement le même travail que cette année, et que la seule chose qui changera donc sera le corps auquel j'appartiens, et le chiffre en bas de ma fiche de paie (accessoirement, le montant de mes repas à la cantine).

Si tu changes d'échelon au 1er septembre, tu feras exactement le même travail, et la seule chose qui changera sera le chiffre en bas de ta fiche de paie.
C'est la même chose. Es-tu meilleur à l'échelon n+1 qu'à l'échelon n ? Non. Pourtant tu gagnes plus.
Avec ton raisonnement, il suffit d'embaucher des certifiés échelon 1 et tout va bien.
Et je le répète, aucune égalisation ne se fera par le haut.

@Poupoutch a écrit:
Bref, même si je profite également du système, je trouve qu'il serait judicieux de défendre avant tout une vraie revalorisation  du corps des certifiés (au niveau, par exemple, du corps des agrégés) et de mettre tout le monde au même niveau.

Je vais jeter de l'huile sur le feu et proposer une autre idée.
Il faudrait baisser le salaire des certifiés, puisque de toute façon, même à 1,2 fois le SMIC, on recrute, et augmenter drastiquement le salaire des agrégés (par exemple commencer à l'échelon 6 actuel et monter jusqu'à l'échelon HEC ou D, comme les recteurs.
Il y aurait peut-être le plein à l'agreg externe de maths...
C'est la méthode Macron ; on prend un peu à la majorité qui a peu pour tout refiler aux quelques uns qui ont déjà plus.
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Elyas le Sam 28 Avr 2018 - 15:38
Ce fil est atterrant depuis quelques pages
Cath
Bon génie

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Cath le Sam 28 Avr 2018 - 16:06
Oui, hein...
avatar
Poupoutch
Neoprof expérimenté

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Poupoutch le Sam 28 Avr 2018 - 16:06
@Ramanujan974 a écrit:
@Poupoutch a écrit:
Je maintiens que je fais exactement aujourd'hui le même travail qu'hier, que je ferai, au 1er septembre, exactement le même travail que cette année, et que la seule chose qui changera donc sera le corps auquel j'appartiens, et le chiffre en bas de ma fiche de paie (accessoirement, le montant de mes repas à la cantine).

Si tu changes d'échelon au 1er septembre, tu feras exactement le même travail, et la seule chose qui changera sera le chiffre en bas de ta fiche de paie.
C'est la même chose. Es-tu meilleur à l'échelon n+1 qu'à l'échelon n ? Non. Pourtant tu gagnes plus.
Avec ton raisonnement, il suffit d'embaucher des certifiés échelon 1 et tout va bien.
Et je le répète, aucune égalisation ne se fera par le haut.

@Poupoutch a écrit:
Bref, même si je profite également du système, je trouve qu'il serait judicieux de défendre avant tout une vraie revalorisation  du corps des certifiés (au niveau, par exemple, du corps des agrégés) et de mettre tout le monde au même niveau.

Je vais jeter de l'huile sur le feu et proposer une autre idée.
Il faudrait baisser le salaire des certifiés, puisque de toute façon, même à 1,2 fois le SMIC, on recrute, et augmenter drastiquement le salaire des agrégés (par exemple commencer à l'échelon 6 actuel et monter jusqu'à l'échelon HEC ou D, comme les recteurs.
Il y aurait peut-être le plein à l'agreg externe de maths...
C'est la méthode Macron ; on prend un peu à la majorité qui a peu pour tout refiler aux quelques uns qui ont déjà plus.
Ramanujan, ça sert à quoi que je me casse le popotin à écrire des tartines si tu prends des phrases au pif pour faire semblant de ne pas comprendre ?
Bon, entre les agrégés qui ne veulent pas entendre qu'ils font le même boulot que les certifiés et les aspirants profs de philo qui s'imaginent pouvoir voler au-dessus de la réalité, on n'est pas aidé ce week-end, à croire que tout le monde fume du muguet...

_________________
Es ist nicht deine Schuld, dass die Welt ist wie sie ist. Es wär nur deine Schuld wenn sie so bleibt...
avatar
Mathador
Niveau 9

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Mathador le Sam 28 Avr 2018 - 16:30
@Poupoutch a écrit:En gros, quel intérêt à être prof si un débouché plus intéressant s'offre à vous, ce qui explique la crise des recrutements dans certaines matières, notamment scientifiques. Je ne crois pas que l'agreg soit une solution viable à cette crise (la preuve) ; je pense en revanche qu'une revalorisation des carrières de certifiés pourrait y apporter un début de solution. En fait, si plus d'étudiants brillants-ou de bons étudiants à tout le moins-value présentaient au capes, ce dernier serait de fait revalorisé. Il y a bien des disciplines où l'obtention du concours nécessite tout de même des savoirs non négligeables, et je ne connais pas de capes que l'on puisse obtenir dans une pochette surprise.

Tout dépend de ce que l'on considère comme une pochette surprise. En maths je ne suis pas convaincu du tout que le niveau de recrutement actuel garantisse la capacité à enseigner en Terminale S dans de bonnes conditions (et pourtant, ce n'est pas la Terminale C d'autre fois).

@Poupoutch a écrit:Que l'agrégation soit plus exigeante, c'est un fait. Qu'elle ne donne à personne des compétences en plus pour exercer le métier d'enseignant dans le secondaire l'est également. Rien ne justifie, donc, le maintien de deux concours pour recruter pour un même métier, puisque c'est de fait le même métier que nous exerçons. Sauf à considérer l'agrégation comme un concours ouvrant la possibilité d'un recrutement dans le supérieur, auquel cas, il serait judicieux d'adapter ce concours pour en faire un concours de recrutement universitaire. Bref, même si je profite également du système, je trouve qu'il serait judicieux de défendre avant tout une vraie revalorisation  du corps des certifiés (au niveau, par exemple, du corps des agrégés) et de mettre tout le monde au même niveau.

Donc les connaissances supplémentaires du programme de l'agrégation ne servent à rien ? C'est peut-être différent en Lettres, mais il me semble pertinent en maths de connaître les théories solides sur lesquelles on peut baser les contenus des programmes de l'enseignement scolaire, et ces dernières sont dans un certain nombre de cas absentes des programmes du CAPES.
De plus la partie concernant l'enseignement supérieur n'est effectivement pas à oublier non plus: pour avoir un bon recrutement en CPGE il est intéressant pour l'IGEN d'avoir un vivier de recrutement qu'il peut inspecter, même si en ne gardant que ce but le nombre de postes pourrait être réduit.

Concernant ta conclusion, je ne suis pas convaincu du tout par la priorité que tu donnes à la revalorisation financière des certifiés: un ingénieur débutant, dans de très nombreuses branches, gagnera plus qu'un agrégé débutant. Et je ne parle pas de la suite de la carrière…
Pour moi, la vraie priorité consiste à améliorer considérablement les conditions de travail et le statut social de la profession.

@Poupoutch a écrit:Ramanujan, ça sert à quoi que je me casse le popotin à écrire des tartines si tu prends des phrases au pif pour faire semblant de ne pas comprendre  ?
Il a très bien compris, mais pointe du doigt le fait que la grille indiciaire est une autre façon de payer différemment des gens faisant le même boulot, de façon exagérée.
C'est d'ailleurs pourquoi je serais favorable à la suppression de la classe normale et son remplacement par la hors-classe, la suppression du 2ème vivier de la classe exceptionnelle, la suppression de l'avis des chefs pour le 1er vivier et la suppression de l'agrégation sur liste d'aptitude.

_________________
« Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !
Non ! non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! » (Cyrano de Bergerac)
« Un mathématicien est une machine à transformer le café en théorème. » (Alfréd Rényi)
lisa81
Niveau 5

Re: Professeur agrégé au collège ?

par lisa81 le Sam 28 Avr 2018 - 16:36
@Plutarque a écrit:
@Zagara a écrit:Ben moi je connais quelqu'un au CNRS qui a raté l'agreg. Il faut de tout pour faire un monde et l'argument de "je connais un type" ne veut jamais dire grand'chose. Le déterminant reste, il me semble, la production scientifique ; réussir un concours à 23 ans c'est bien gentil, mais si on n'est qu'une machine à gagner des concours qui a le module réflexion en option (je connais des agrégés comme ça aussi...), ça ne le fera pas.
Évidemment, ceux qui réussissent bien leur agreg sont souvent par ailleurs des gens capables de bien réussir leur carrière scientifique. Mais alors leur sélection ne tient pas vraiment à l'agrégation en tant que facteur discriminant (du moins on ne peut pas avancer que ce soit là un facteur central), mais plutôt à leur qualité (méthodologique et scientifique).
De l'autre côté, certaines personnes ne sont pas faites pour composer en temps limité mais ont des esprits fins par ailleurs et produisent un travail scientifique notablement intéressant.

Complètement d'accord avec ton propos, même s'il y a une très forte disparité entre les disciplines. Autant j'imagine tout à fait qu'un brillant étudiant puisse rater l'agreg d'histoire et faire ensuite une brillante carrière de recherche, autant j'ai énormément de mal à imaginer la situation en maths où il me paraît complètement impossible qu'un CNRS rate l'agreg...

Ne pas oublier non plus que le nombre de postes aux concours a varié énormément à certaines périodes. Exemple des mathématiques:
http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?9,474207,475280
année - Nbre de postes - présents à la première épreuve
1973 304 /1963
1974 320 /2299
1975 285 /2457
1976 240 /2382
1977 220 /2237
1978 165 /2057
1979 128 /1833
1980  82 /1430
1981 96 /1104
1982 130 /1086
1983 130 / 922
1984 128 / 859
1985 180 / 971
1986 180 / 856
1987 230 /1044
1988 295 /1452
1989 400 /1535
1990 483 /1221
1991 485 /1318
1992 484 /1343


Et le nombre de postes au CAPES a sans doute varié dans les mêmes proportions ( 180 postes au CAPES de Maths en 1980 ). Donc entre un 150 ème au CAPES en 1980 et un 300 ème à l'agrégation en 1990 pas dit que le plus costaud en maths soit le second.
avatar
Fires of Pompeii
Grand Maître

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Fires of Pompeii le Sam 28 Avr 2018 - 17:02
@Elyas a écrit:Ce fil est atterrant depuis quelques pages

Je suis entièrement d'accord.

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
avatar
Rendash
Bon génie

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Rendash le Sam 28 Avr 2018 - 21:33
@Elyas a écrit:Ce fil est atterrant depuis quelques pages

C'est parce qu'il y a trop de certifiés qui s'y expriment professeur

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Fires of Pompeii
Grand Maître

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Fires of Pompeii le Sam 28 Avr 2018 - 21:36
@Rendash a écrit:
@Elyas a écrit:Ce fil est atterrant depuis quelques pages

C'est parce qu'il y a trop de certifiés qui s'y expriment professeur


_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
Contenu sponsorisé

Re: Professeur agrégé au collège ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum