Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sherlock
Niveau 9

[Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par Sherlock le Dim 29 Avr 2018 - 13:36
Bonjour,

Comme activité de rentrée (entre deux ponts...!) j'aimerais proposer une séance sur les différents types de discours (délibératif, épidictique et judiciaire) à l'aide de vidéos ou textes (séquence sur l'argumentation).
Je pensais que pour le judiciaire il n'y aurait pas de problème, mais je bloque ! Je n'arrive pas à trouver un extrait de film ou autre qui serait intéressant... (en texte : est-ce que J'accuse de Zola par exemple vous semble judicieux ? ou est-ce qu'il a été trop vu pour des secondes ?)

Avez-vous des idées ?

(questions subsidiaires : Comment procédez-vous pour leur montrer les différents types de discours ? Leur parlez-vous d'Aristote ? je n'ai pas envie de faire trop compliqué mais je ne veux pas ne pas leur parler d'une notion qui serait fondamentale pour la suite)



avatar
Ponocrates
Habitué du forum

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par Ponocrates le Dim 29 Avr 2018 - 14:04
En lien avec les collègues d'anglais

Attention la vidéo n'est pas complète.
J'avais trouvé les deux discours, celui de Brutus et la réponse de Marc Antoine intéressants: outre la virtuosité de l'écriture de Shakespeare, ils rappellent l'importance et l'origine antique de la rhétorique et permettent d'introduire aussi Aristote, la notion d'ethos importante quand on analyse aussi une séquence politique actuelle.Mais j'ai conscience que les deux sont épidictiques à visée judiciaire - faire l'éloge ou le blâme de la victime pour inculper ou disculper son meurtrier. Bref...
Le texte est dans Jules César.
Sinon, dans un registre à la fois plus léger et plus contemporain, il y a pas mal de plaidoiries dans la série "Boston Legal", écrites par l'ancien avocat David. E. Kelley, qui profite souvent de l'occasion pour exprimer son point de vue de démocrate sur diverses questions. Avec le plus souvent James Spader dans le rôle de l'avocat.

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
Elaïna
Empereur

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par Elaïna le Dim 29 Avr 2018 - 14:15
La plaidoirie de Badinter dans l'Abolition (défense de Patrick Henry), ça marche bien.

(on trouve assez facilement le film sur youtube, https://www.google.com/search?q=youtube+l%27abolition&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b-ab là par exemple).


Dernière édition par Elaïna le Dim 29 Avr 2018 - 14:19, édité 1 fois

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
tannat
Habitué du forum

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par tannat le Dim 29 Avr 2018 - 14:18
Cicéron, consul (69 av. J.-C.), prononce contre Catilina devant tous les sénateurs un discours véhément, la Première Catilinaire (plutôt réquisitoire):
« Jusques à quand abuseras-tu de notre patience, Catilina ? Combien de temps encore serons-nous ainsi le jouet de ta fureur ? Où s’arrêteront les emportements de cette audace effrénée ? Ni la garde qui veille la nuit sur le mont Palatin, ni les postes répandus dans la ville, ni l’effroi du peuple, ni le concours de tous les bons citoyens, ni le choix, pour la réunion du sénat, de ce lieu le plus sûr de tous, ni les regards ni le visage de ceux qui t’entourent, rien ne te déconcerte ? Tu ne sens pas que tes projets sont dévoilés ? Tu ne vois pas que ta conjuration reste impuissante, dès que nous en avons tous le secret ? Penses-tu qu’un seul de nous ignore ce que tu as fait la nuit dernière et la nuit précédente, où tu es allé, quels hommes tu as réunis, quelles résolutions tu as prises ? Ô temps ! Ô mœurs ! Le sénat connaît tous ces complots, le consul les voit ; et Catilina vit encore. Il vit ? que dis-je ? il vient au sénat ; il prend part aux conseils de la république ; son œil choisit et désigne tous ceux d’entre nous qu’il veut immoler. Et nous, hommes pleins de courage, nous croyons assez faire pour la république, si nous échappons à sa fureur et à ses poignards. Il y a longtemps, Catilina, que le consul aurait dû t’envoyer à la mort, et faire tomber sur ta tête le coup fatal dont tu menaces les nôtres ».

Victor Hugo
Discours prononcé à l’Assemblée Constituante
15 septembre 1848
       "L’exemple, le bon exemple donné par la peine de mort, nous le connaissons. Il a eu plusieurs noms. Chacun de ces noms exprime tout un ordre de faits et d’idées. L’exemple s’est appelé Montfaucon, il s’est appelé la place de Grève, il s’appelle aujourd’hui la barrière Saint-Jacques. Examinez les trois termes de cette progression décroissante : Montfaucon, l’exemple terrible et permanent ; la place de Grève, l’exemple qui est encore terrible, mais qui n’est plus permanent ; la barrière Saint-Jacques, l’exemple qui n’est plus ni permanent, ni terrible, l’exemple inquiet, honteux, timide, effrayé de lui même, l’exemple qui s’amoindrit, qui se dérobe, qui se cache. Le voilà à la porte de Paris, prenez garde, si vous ne le retenez pas, il va s’en aller ! il va disparaître !
       Qu’est-ce à dire ? Voilà qui est singulier ! l’exemple qui se cache, l’exemple qui fait tout ce qu’il peut pour ne pas être l’exemple. N’en rions pas. La contradiction n’est étrange qu’en apparence ; au fond il y a en ceci quelque chose de grand et de touchant. C’est la sainte pudeur de la société qui détourne la tête devant un crime que la loi lui fait commettre. Ceci prouve que la société a conscience de ce qu’elle fait et que la loi ne l’a pas.
        Voyez, examinez, réfléchissez. Vous tenez à l’exemple. Pourquoi ? Pour ce qu’il enseigne. Que voulez-vous enseigner avec votre exemple ? Qu’il ne faut pas tuer. Et comment enseignez-vous qu’il ne faut pas tuer ? En tuant.
        En France, l’exemple se cache à demi. En Amérique, il se cache tout à fait. Ces jours-ci on a pu lire dans les journaux américains l’exécution d’un nommé Hall. L’exécution a eu lieu non sur une apparence de place publique, comme à Paris, mais dans l’intérieur de la prison. « Dans la geôle. » Y avait-il des spectateurs ? Oui, sans doute. Que deviendrait l’exemple s’il n’y avait pas de spectateurs ? Quels spectateurs donc ? D’abord la famille. La famille de qui ? Du condamné ? Non, de la victime. C’est pour la famille de la victime que l’exemple s’est fait. L’exemple a dit au père, à la mère, au mari (c’était une femme qui avait été assassinée), aux frères de la victime : cela vous apprendra ! Ah ! j’oublie, il y avait encore d’autres spectateurs, une vingtaine de gentlemen qui avaient obtenu des entrées de faveur moyennant une guinée par personne. La peine de mort en est là. Elle donne des spectacles à huis clos à des privilégiés, des spectacles où elle se fait payer, et elle appelle cela des exemples !
       De deux choses l’une : ou l’exemple donné par la peine de mort est moral, ou il est immoral. S’il est moral, pourquoi le cachez-vous ? S’il est immoral, pourquoi le faites-vous ?
      Pour que l’exemple soit l’exemple, il faut qu’il soit grand ; s’il est petit, il ne fait pas frémir, il fait vomir. D’efficace il devient inutile, d’enrayant, misérable. Il ressemble à une lâcheté. Il en est une. La peine de mort furtive et secrète n’est plus que le guet-apens de la société sur l’individu.
       Soyez donc conséquents. Pour que l’exemple soit l’exemple, il ne suffit pas qu’il se fasse, il faut qu’il soit efficace. Pour qu’il soit efficace il faut qu’il soit terrible ; revenez à la place de Grève ! il ne suffit pas qu’il soit terrible, il faut qu’il soit permanent ; revenez à Montfaucon ! je vous en défie.
       Je vous en défie ! Pourquoi ? Parce que vous en frissonnez vous-mêmes, parce que vous sentez bien que chaque pas en arrière dans cette voie affreuse est un pas vers la barbarie ; parce que, ce qu’il faut aux grandes générations du XIXe siècle, ce n’est point des pas en arrière, c’est des pas en avant ! parce qu’aucun de nous, aucun de vous ne veut retourner vers les ruines hideuses et difformes du passé, et que nous voulons tous marcher, du même pas et du même cœur, vers le rayonnant édifice de l’avenir !
       Savez-vous ce qui est triste ? C’est que c’est sur le peuple que pèse la peine de mort. Vous y avez été obligés, dites-vous. Il y avait dans un plateau de la balance l’ignorance et la misère, il fallait un contre-poids dans l’autre plateau, vous y avez mis la peine de mort. Eh bien ! ôtez la peine de mort, vous voilà forcés, forcés, entendez-vous ? d’ôter aussi l’ignorance et la misère. Vous êtes condamnés à toutes ces améliorations à la fois. Vous parlez souvent de nécessité, je mets la nécessité du côté du progrès, en vous contraignant d’y courir, par un peu de danger au besoin.
        Ah ! vous n’avez plus la peine de mort pour vous protéger. Ah ! Vous avez là devant vous, face à face, l’ignorance et la misère, ces pourvoyeuses de l’échafaud, et vous n’avez plus l’échafaud ! Qu’allez-vous faire ? Pardieu, combattre ! Détruire l’ignorance, détruire la misère ! C’est ce que je veux.
         Oui, je veux vous précipiter dans le progrès ! je veux brûler vos vaisseaux pour que vous ne puissiez revenir lâchement en arrière ! Législateurs, économistes, publicistes, criminalistes, je veux vous pousser par les épaules dans les nouveautés fécondes et humaines comme on jette brusquement à l’eau l’enfant auquel on veut apprendre à nager. Vous voilà en pleine humanité, j’en suis fâché, nagez tirez-vous de là !"


Dernière édition par tannat le Dim 29 Avr 2018 - 15:14, édité 2 fois

_________________
« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent.  » Samuel Beckett
« C'est un malheur que les hommes ne puissent d'ordinaire posséder aucun talent sans avoir quelque envie d'abaisser les autres.» Vauvenargues
avatar
liliepingouin
Érudit

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par liliepingouin le Dim 29 Avr 2018 - 14:18
Un des plaidoyers de Lysias?

_________________
Spheniscida qui se prend pour une Alcida.

"Laissons glouglouter les égouts." (J.Ferrat)
"Est-ce qu'on convainc jamais personne?" (R.Badinter)
Même si c'est un combat perdu d'avance, crier est important.
avatar
Sylvain de Saint-Sylvain
Expert

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par Sylvain de Saint-Sylvain le Dim 29 Avr 2018 - 16:23
Ce qui me vient immédiatement à l'esprit : Eschine, Contre Timarque.

_________________
Les moyens sont le contraire des procédés; se borner à obtenir une perfection formelle déjà créée, c’est se donner pour but le jeu de moyens déjà établis et connus. Ce n’est ni un noble effort à tenter ni un but élevé à atteindre. (Reverdy, "Certains avantages d'être seul")
avatar
Nicétas
Niveau 5

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par Nicétas le Dim 29 Avr 2018 - 16:37
Lysias, c'est très bien, par exemple le Contre Ératosthène où l'éloquence judiciaire (l'affaire personnelle) va de paire avec l'éloquence politique (réveiller un conflit récent qu'Athènes cherche à oublier, le contexte est vraiment intéressant).
Si l'on veut s'en tenir à l'éloquence judiciaire stricte, le Contre Diogiton est pas mal : il s'agit d'une histoire de famille.
Évidemment, en français, c'est moins bien qu'en grec. Il y a aussi Andocide et Isée. En latin, Cicéron bien sûr, outre les très politiques Verrines et Catilinaires (surtout ces dernières), plus proprement judiciaire (et doublé d'un éloge des lettres), le Pro Archia, vraiment intéressant en cours de lettres (je trouve).
Sinon, pour rester sur l'époque de Dreyfus et Zola, il y a le discours qu'il a prononcé à l'issue de son propre procès, moins connu que "J'accuse". Bon encore une fois, il s'agit d'éloquence politique aussi. Les frontières sont poreuses et finalement ce n'est pas là l'essentiel !

Pour les questions subsidiaires, mon expérience ne me permet pas encore de répondre Smile

Edit : le Contre Timarque c'est bien oui, de façon générale la lutte entre Eschine et Démosthène, mais c'est plus de l'éloquence politique que judiciaire, si Sherlock tient à différencier les types de discours ! Enfin, ça dépend des passages. Mais le plus judiciaire, c'est le Contre Ctésiphon, sur la question technique de la couronne qu'il n'est pas légitime que Démosthène reçoive puisqu'il n'est d'après Eschine pas encore soumis à reddition de compte.
avatar
llaima
Niveau 10

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par llaima le Dim 29 Avr 2018 - 17:50
La plaidoirie de Gisèle Halimi dans le film sur le procès de Bobigny (en 1972, sur l'avortement avant l'adoption de la loi légalisant l'IVG). C'est très beau et émouvant en même temps.

Téléfilm(2006) de Francois Luciani avec Anouck Grinberg.
Maryse
Niveau 5

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par Maryse le Dim 29 Avr 2018 - 18:15
Bonjour,

Je partirai sur le procès de Mme Bovary.
Ici la plaidoirie: https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/articles/la-plaidoirie-de-maitre-senard-au-proces-de-flaubert-fevrier-1857/
et sur le site de la correspondance pour les réactions de Flaubert. http://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/themes_liste.php?rub=17&theme=98

Bon travail,
avatar
Haynee
Niveau 7

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par Haynee le Dim 29 Avr 2018 - 18:44
On peut aussi utiliser, même si, de mémoire, ce n'est pas (entièrement) au discours direct, le réquisitoire du procureur dans L'Étranger (peut-être plus, pour montrer en prolongement, le dévoiement de l'éloquence judiciaire).
avatar
Sherlock
Niveau 9

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par Sherlock le Dim 29 Avr 2018 - 20:58
Merci beaucoup pour vos propositions variées ! Il y a l'embarras du choix !! veneration

Est-ce que vous voyez avec eux les étapes du discours rhétorique :
1) Inventio
2) Dispositio
3) Elocutio
4) Memoria
5) Actio
J'ai des classes assez faibles, alors parfois j'ai peur de les écraser de notions (mais je ne veux pas non plus faire un cours "au rabais"). Je cherche le juste milieu.

_________________
2018-2019 : T1 - TZR en AFA : 3 collèges    5e, 4e, AP en 6e
2017-2018 : Stagiaire (2nde x2)
avatar
Tibocce
Niveau 1

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par Tibocce le Dim 29 Avr 2018 - 21:11
- L'affaire Calas, Voltaire, le Traité sur la Tolérance.
- 12 hommes en colère (film)


_________________
Tibocce "Elle:-c'est quoi? Lui(après quelques vers fièrement énoncés):-Chateaubriand. Elle (hypnotisée par le verre qu'il tient):- Eh ben tu te fais pas chié, sert moi en un. Lui:-..."
avatar
Ponocrates
Habitué du forum

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par Ponocrates le Dim 29 Avr 2018 - 21:40
@Sherlock a écrit:Merci beaucoup pour vos propositions variées ! Il y a l'embarras du choix !! veneration

Est-ce que vous voyez avec eux les étapes du discours rhétorique :
1) Inventio
2) Dispositio
3) Elocutio
4) Memoria
5) Actio
J'ai des classes assez faibles, alors parfois j'ai peur de les écraser de notions (mais je ne veux pas non plus faire un cours "au rabais"). Je cherche le juste milieu.
Je pense que tout est possible à condition de motiver son propos: les étapes du discours rhétorique sont les mêmes -exception faite des deux dernières étapes- que celles de l'élaboration d'une dissertation par exemple. Travailler sur l'étape de la mémorisation, en mentionnant les théâtres de mémoire est aussi une manière de leur apprendre à mémoriser - ce que beaucoup ne savent pas faire par manque de méthode. L'actio pose des questions intéressantes sur la "sincérité", la façon, éminemment variable selon les époques et les cultures de persuader oralement - les larmes masculines à Rome comme "preuve" de la sincérité du discours, la gestuelle martiale d'Hitler etc. Cela permet également d'insister sur la composante non verbale du discours, l'importance du regard, des gestes, des intonations: au-delà des oraux du bac, cela sert dans la vie professionnelle pour un entretien d'embauche, dans la vie personnelle quand on rencontre ses futurs beaux-parents Razz Encore une fois, je ne crois pas que ce soit le contenu qui pose problème tant que vous êtes persuadée que vous enseignez quelque chose qui enrichit vos élèves - ne pas taper, je n'ai pas dit forcément "utile".

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
Contenu sponsorisé

Re: [Lettres lycée] A la recherche d'un discours judiciaire pour une séquence sur l'argumentation

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum