Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Fenrir
Niveau 7

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Fenrir le Jeu 17 Mai 2018 - 17:29
Je n'ai pas eu le courage de lire toutes les interventions (en fait je ne crois pas en avoir lues beaucoup), parce que la lecture de l'article m'avais déjà passablement irrité. Veuillez donc pardonner mes redites, je suppose que je ne manquerai pas d'en faire (honnissez moi, si ça vous plait).

Le problème n'est pas de savoir si un contractuel est meilleur qu'un titulaire (j'ose espérer qu'un contractuel en cdi est "meilleur" qu'un néotit, de même qu'un titulaire échelon 7 est"meilleur" qu'un contractuel au bout de deux semaine) le problème est de savoir où sera placé le curseur de la contractualisation, quels seront les textes qui la régiront etc (à titre personnel, je pense qu'il nous faut imaginer le pire en sachant qu'on manque d'imagination).

Y aura t-il encore un concours (comme pour le cafep aujourd'hui) ? Un titre universitaire suffira t-il ? Si oui lequel ?

Auront nous droit à un modèle à l'anglaises ou à du full-contractuel ?

Quelle seront les limites de ce que pourront imposer la hiérarchies à ces personnes ? Y en aura t-il seulement ?

Sur quel vivier les enseignants seront donc recrutés sans même la carotte de la sécurité de l'emploi (je doute que la contractualisation s'accompagne d'une hausse de salaire) , sachant que par endroit le vivier est déjà quasiment tari ?

Y aura t-il une grille de salaire nationale ? Des primes au "mérite" ? Des promotions à la gueule ?

Ne risque t-on pas de voir les contrats non renouvelés passé un certain âge, parce qu'ils couteront trop cher ? Que feront ces personnes ?

Les contractuels se verront ils imposer leur lieu de travail ? Qui ira dans les zones ultra-défavorisées ?

Franchement, à mesure où je me pose les questions, je me dis que le tableau ne sera pas reluisant. Et là je pense à mes gosses.
avatar
LaMaisonQuiRendFou
Habitué du forum

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par LaMaisonQuiRendFou le Jeu 17 Mai 2018 - 17:52
@Fenrir a écrit:Auront nous droit à un modèle à l'anglaises ou à du full-contractuel ?

Chez les angliches, les enseignants sont recrutés par les CDE et doivent justifier d'un niveau de diplôme type licence ou master, c'est bien ça ?
avatar
Fenrir
Niveau 7

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Fenrir le Jeu 17 Mai 2018 - 19:02
De ce que m'avait expliqué un collègue il y a une sorte de "titulaire" qui chapeaute chaque équipe pédagogique de contractuels. Je n'y ai jamais enseigné, donc ce n'est ni une information de première main, ni une information récente (au moins 10 ans).

_________________
À quoi bon mettre son pédigrée, on est partis pour 40 ans
archeboc
Esprit éclairé

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par archeboc le Jeu 17 Mai 2018 - 19:57
@Prezbo a écrit:Accessoirement : je doute que ça soit la hausse de qualification de la population qui crée les emplois qualifiés, et en la matière, je crains que l'investissement dans les formations rentables ne se transforme à terme en précarisation des travailleurs qualifiés, avec fuite en avant perpétuelle vers les nouveaux eldorados.)

Il se trouve que la hausse de la qualification crée les emplois qualifiés. Du moins si vous arrivez à atteindre un niveau de qualification qui vous permet de vous glisser dans un moteur de croissance au niveau mondial.

Si vous êtes de l'autre côté de l'échelle, l'enseignement vous permet de sortir de la pauvreté. Le gros problème aujourd'hui, ce sont les enseignements de niveau intermédiaire, ceux dont les élèves sont trop intelligents pour rester chez eux et trop bêtes pour être recherchés ailleurs. La zone dans laquelle l'EN est résolument entrée.


@celitian a écrit:Tu as malheureusement raison, un exemple alors que jusqu'à maintenant on prenait très peu de bac pro, cette année le rectorat a imposé 1/4 de bac pro.
Donc c'est foutu pour ce BTS.

Vous n'êtes pas obligés de diplômé ces élèves. Vous n'êtes même pas obligé de les garder dans la même classe que leur camarade. Vous pouvez faire un examen interne en début d'année, et lancer pour eux une année 0.


@profs:( a écrit:Maintenant, s'il n'y a aucun système du type de revenu universel.... là ça va piquer  humhum

Il n'y aura pas de revenu universel, ou bien il sera payé en monnaie de singe, type monnaie locale. Dans les deux cas ça va piquer.


@Fenrir a écrit:Franchement, à mesure où je me pose les questions, je me dis que le tableau ne sera pas reluisant. Et là je pense à mes gosses.

Vos gosses, si vous restez un intellectuel, auront un enseignant pour parent. Ils auront déjà ce marche pied. Je plains les autres.

@LaMaisonQuiRendFou a écrit:Chez les angliches, les enseignants sont recrutés par les CDE et doivent justifier d'un niveau de diplôme type licence ou master, c'est bien ça ?

La vraie question, c'est qui recrutera le CDE, sous quel statut, et sous quel tutelle.


Dernière édition par archeboc le Jeu 17 Mai 2018 - 20:04, édité 1 fois

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


avatar
fifi51
Habitué du forum

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par fifi51 le Jeu 17 Mai 2018 - 19:59
@LaMaisonQuiRendFou a écrit:
@Fenrir a écrit:Auront nous droit à un modèle à l'anglaises ou à du full-contractuel ?

Chez les angliches, les enseignants sont recrutés par les CDE et doivent justifier d'un niveau de diplôme type licence ou master, c'est bien ça ?

En même temps, chez les anglais, je crois qu'ils ont un taux de démission de 60% à la fin de l'année.
J'essaierai de retrouver la source.

_________________
Oui, j'ai un clavier Fisher Price pour l'instant !
avatar
Forster
Neoprof expérimenté

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Forster le Jeu 17 Mai 2018 - 20:01
@LaMaisonQuiRendFou a écrit:
@Fenrir a écrit:Auront nous droit à un modèle à l'anglaises ou à du full-contractuel ?

Chez les angliches, les enseignants sont recrutés par les CDE et doivent justifier d'un niveau de diplôme type licence ou master, c'est bien ça ?

Globalement oui mais tu n'enseignes pas forcément la matière pour laquelle tu as été recruté à la base. J'ai des professeurs dans ma famille outre-Manche et certains enseignent des langues sur lesquelles ils n'ont qu'un chapitre d'avance sur les élèves (par exemple un professeur diplômé de français qui enseigne le français à l'équivalent des terminales mais l'espagnol aux sixièmes, imposé par le CDE).

Etant britannique, je peux dire que pour rien au monde je n'échangerai mon statut contre celui-là.


Dernière édition par Forster le Jeu 17 Mai 2018 - 20:13, édité 1 fois
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Celadon le Jeu 17 Mai 2018 - 20:05
Je te trouve bien sévère, Forster !
Il faut voir les écoles privées... un délice de management. Un modèle à suivre.
avatar
Condorcet
Oracle

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Condorcet le Jeu 17 Mai 2018 - 22:10
@Hugo78 a écrit:
@Paleoprof a écrit:
@Hugo78 a écrit:
@Aurevilly a écrit:
Ouh là là ! On est en plein fantasmes...Je suis "fonctionnaire" mais pendant une quinzaine d'année j'ai travaillé pour un organisme dont le recrutement était identique au privé. Contrats d'un an renouvelables. Je n'ai absolument rien (hélas!) d'un "éphèbe aux yeux de biche et aux dents blanches et longues".

Beaucoup de fantasmes effectivement pour rien ! La France a besoin d'avancer et les services publics de gagner en efficacité et en rentabilité. Recruter ponctuellement pour un laps de temps est une chose très saine. Cela ne veut pas dire qu'on ne continuera pas à recruter des fonctionnaires. Arrêtons de dire n'importe quoi pour servir une boutique électorale ou politicienne.


Non. Un service public n'est pas destiné à être rentable. Un service public, comme son nom ne l'indique pas, a pour vocation de rendre des services au public.

Des services publics non rentables, ça s'appelle l'URSS et on sait où ça mène... Je trouve aberrant qu'étant donné le niveau de la dette publique, nous en sommes encore à engager ce genre de débat. Nous sommes à la tête d'un pays endetté et il va bien falloir prendre les mesures nécessaires pour y pallier.

Un service public n'a pas vocation à être rentable mais à satisfaire à quatre principes :
- égalité de tous devant l'accès au service public,
- neutralité,
- mutabilité,
- continuité.

Nous sommes aussi à la tête d'un pays à très forte épargne privée et comportant de nombreuses fortunes...

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).
avatar
Condorcet
Oracle

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Condorcet le Jeu 17 Mai 2018 - 22:36
@Hugo78 a écrit:
@henriette a écrit:
@Hugo78 a écrit:

Comme si nos postes respectifs étaient menacés... Cela concernera les nouvelles recrues, et oui, je trouve ça plutôt sain de ne pas embaucher quelqu'un pour 40 ou 50 ans si on n'en n'a plus besoin dans 5 ou 10 ans. Après, le recrutement par le chef d'établissement, je suis contre. Mais ça, c'est un autre débat.

Quelle honte d'écrire cela, vraiment, quelle honte.
Ce genre de propos me sidère par l'égoïsme décomplexé qu'il affiche.
Je trouve lamentable de lire une chose pareille sur un forum d'enseignants.
Après toi le déluge,  donc ? Quelle triste mentalité.

Je ne vois pas où est l'égoïsme dans mes propos. Que vous ne soyez pas d'accord, très bien; mais cessez de mêler vos sentiments à mes idées qui n'ont rien d'égoïstes. Il s'agit juste de donner à nos enfants un pays moins endetté qu'il ne l'est aujourd'hui et de faire entrer la France dans le XXIe siècle pour la rendre plus compétitive.

Pour la rendre plus compétitive, autant investir : le sous-investissement de la France dans la recherche et développement est préoccupant. Et le déficit en sciences devient préoccupant également.
La dette de la France n'est pas seulement budgétaire, elle est aussi environnementale et cognitive. Faute d'un vivier suffisant de personnes formées en sciences, d'un panel d'entrepreneurs qui puissent accéder à des financements pérennes, d'une récompense suffisante du risque pris (qui ne se limite pas à la sphère financière), oui la France décroche.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).
avatar
Jane
Guide spirituel

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Jane le Ven 18 Mai 2018 - 6:47
@madigoù a écrit:
@Zagara a écrit:Ça fait des mois qu'on sait que c'est l'objectif, Philippe (ou Darmanin je ne sais plus) l'avait annoncé lors du lancement du thème "fonction publique 2022".

Parmi les dizaines de problèmes que soulèvent ce plan, celui qui me fait le plus peur est le retour du clientélisme généralisé que l'invention du statut général de la fonction publique avait réussi à minimiser. Un agent sûr de son poste c'est aussi un agent qui peut tenir tête à son chef, lui montrer la lettre de la loi, honorer sa fonction de serviteur du bien public et non de son supérieur. Un précaire soumis à reconduction ne pourra dire qu'être soumis à son chef, de peur de perdre son poste.

Je ne comprends pas trop les débats sur ce fil. Contre quoi voulez-vous lutter ? Contre la contractualisation dans l'EN ? Mais c'est déjà le cas. Le travail précaire dans l'EN ? Mais c'est déjà le cas. Macron n'a rien inventé. Au risque d'apparaître comme une provocatrice et les contractuels me contrediront peut-être (je l'ai été pendant deux ans moi-même), mais un CDD de 5 ans c'est mieux il me semble que les CDD de deux semaines que peuvent signer certains contractuels ou les affectations sur des postes au dernier moment. Si un CDD de 5 ans permet une reconduction dans un même établissement ou au moins de ne pas être prévenu au dernier moment de son affectation, histoire d'avoir un peu de temps pour préparer ses premiers cours, ça ne me semble pas pire.
Si pour vous ce n'est malgré tout pas la panacée, et je peux le comprendre, ou si vous craignez pour votre statut de fonctionnaire, pourquoi vous battre contre vos collègues actuels et vos futurs hypothétiques collègues contractuels en les traitant d'arrivistes aux dents longues, ou de sombres incompétents ? Lutter contre la précarité en attaquant les précaires, ça me semble plus qu'étrange et plutôt affligeant. Quant à la crainte qu'un contractuel soit plus servile qu'un fonctionnaire, eh bien, j'ai connu des fonctionnaires très très serviles... Il ne me semble pas que ce soit la peur de perdre son boulot qui fait que certains rampent devant d'autres.

@Jane a écrit:Au-delà de contractualisation elle-même et de nos statuts de fonctionnaires, la question qui se pose est celle de la formation desdits contractuels. Combien de jeunes contractuels ont été lancés dans le grand bain sans jamais avoir appris à nager ?  Combien ont été performants sans formation ? Préparer un cours, tenir une classe, comprendre un système, ça ne se décide pas le temps de la signature d'un contrat...  
De fait je ne comprends pas bien comment on peut se satisfaire d'"enseignants" qui n'ont jamais enseigné pour assurer une formation de qualité aux élèves, avec un tel turn-over (tous les 3 ou 5 ans ? A peine le temps de savoir faire quand on se forme sur le tas !). Soit on forme les contractuels et ça coûte cher, alors autant les pérenniser, soit on ne les forme pas... et j'aurai de quoi me satisfaire du fait que mes enfants auront fini leurs études d'ici à ce que le système se généralise.
J'ai été lancée dans le grand bain et j'ai appris à nager en tant que contractuelle, parce que j'ai eu des collègues qui ne m'ont pas regardée de haut et avec qui j'ai pu travailler et apprendre. En revanche, je n'ai jamais connu le petit bain, avec bouée, maître nageur, et tutti quanti quand j'étais stagiaire. Car si c'est de l'année de stage dont vous parlez pour apprendre à enseigner, eh bien on est loin de cette image idyllique. Et je ne pense pas que beaucoup de stagiaires connaissent les joies du petit bain où ils apprennent à barboter tranquillement en attendant de savoir nager avec tuteur/IPR/Formateurs qui lui tiennent gentiment la tête et l'encouragent à faire ses premières brasses. L'année de stage c'est plutôt ça :
Et par pitié, arrêtez avec ces lieux communs sur les chômeurs. Ce ne sont pas des sans-dents, totalement incultes, qui vont arriver en rampant, en baisant la main de monsieur not'maître ou encore des arrivistes aux dents longues capables de tout et des pires bassesses pour avoir un job.
Et pour finir, votre combat me semble mal barré sans un minimum de solidarité avec les contractuels et de respect de leur travail. A moins que votre combat soit de bouter hors de l'EN tous ces précaires qui viendraient manger le pain des bons et vrais enseignants en les renvoyant chez eux, à Pôle emploi, dont ils n'auraient jamais dû sortir. Mais là, ça fait vraiment peur.

1) quand il n'y aura plus que des contractuels, qui aidera les nouveaux entrants ? Et puis, ce n''est le travail de vos collègues titulaires de vous piloter, c'est celui de votre employeur. Que des collègues le fassent face à la détresse ou aux besoins des contractuels débutants, c'est une chose, mais ce n'est certainement pas pour eux une obligation.
2) je ne parlais pas de l'année de stage. Mais on peut en parler si vous voulez; moins d'heures, un tuteur, des accompagnants même médiocres voire épouvantables, et tutti quanti (pour reprendre votre expression), ça vaut toujours mieux qu'un temps plein et aucune aide institutionnelle.
3) Enfin, qui a manqué de respect aux contractuels dans ce fil ? Au contraire, il me semble plutôt qu'on s'y désole du statut de ceux qu'on embauche et débauche à merci et à qui on n'apporte, institutionnellement, aucune aide.

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Iphigénie le Ven 18 Mai 2018 - 8:08
Il y a aussi un autre problème, le recours aux contractuel nuit en partie au mouvement des titulaires, par des ententes locales, ce qui n'est pas tout à fait normal. Ce qui est vrai c,est que le système est déjà en place dans l'EN et le statut est attaqué ici comme ailleurs de l'intérieur...
Il ne s'agit pas d'attaquer des personnes mais de voir que la déviation du systeme n'est justement pas au bénéfice de l'ensemble de ces personnes mais bien une flexibilité pour l'employeur, et pour son seul bénéfice.
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par GaliNéo le Ven 18 Mai 2018 - 8:10
@Iphigénie a écrit:Il y a aussi un autre problème, le recours aux contractuel nuit en partie au mouvement des titulaires, par des ententes locales, ce qui n'est pas tout à  fait normal.

J'ai envie de dire "n'importe quoi !"
Si NOUS les contractuels nous étions supérieurs à ceux qui ont le concours ça se saurait et plus personne ne passera les concours de l'enseignement.

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Iphigénie le Ven 18 Mai 2018 - 8:13
@GaliNéo a écrit:
@Iphigénie a écrit:Il y a aussi un autre problème, le recours aux contractuel nuit en partie au mouvement des titulaires, par des ententes locales, ce qui n'est pas tout à  fait normal.

J'ai envie de dire "n'importe quoi !"
Si NOUS les contractuels nous étions supérieurs à ceux qui ont le concours ça se saurait et plus personne ne passera les concours de l'enseignement.
Non ce n'est pas n'importe quoi, mais ca dépend peut-être des académies, renseigne-toi. Il ne s'agit pas de supériorité  mais d'états de fait.
Ceci etant, ce n'est pas nouveau comme phenomene: venant de l'académie de Nice à  l'origine et il y a fort longtemps, je peux te dire qu'il y a des flopées de mes ccamarades de classe qui n'ont jamais passé  les concours pour ne pas se retrouver â l'autre bout de la France et qui ont ete titularisés sur place, alors que tous ceux qui les ont passés  on fait leur vie hors de l'academie Laughing . ...
Mais cela n'enlève rien aux difficultés de ce statut précaire que, justement, on ne veut pas! Ma remarque vise juste à montrer que ça ajoute un dysfonctionnement, ce n'est pas les contractuels que j 'attaque, hein!


Dernière édition par Iphigénie le Ven 18 Mai 2018 - 8:25, édité 1 fois
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par GaliNéo le Ven 18 Mai 2018 - 8:24
"Il y a fort longtemps" : ça fait combien d'années ? De décennies ?
Sur Lyon, Grenoble et Clermont-Ferrand, les contractuels ne sont pas prioritaires, nous sommes même l'ultime roue du carrosse qui permet à cette belle demeure qu'est l'Education Nationale de ne pas s'effondrer sous le poids des absences et des concours de moins en moins fréquentés. De ma fenêtre en tout cas, je n'ai JAMAIS vu ça.

Je devrais peut-être changer d'académie.

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Iphigénie le Ven 18 Mai 2018 - 8:27
Oui bien sûr des décennies ( annees 80 pour etre précise : là  je ne suis plus du tout dans cette académie !) Je sais que ça  a changé !
Pour ce qui est aujourd'hui, et de ce que j'ai dit, c'est mon propre IPR qui me l'a confirmé avec nombreux exemples à  l'appui de situations locales,  il y a deux ans, il trouvait cela problématique aussi....l'ultime roue, ce sont aussi les neo titulaires et les TZR...il ya déjà une sacré precarisation générale. ...
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par GaliNéo le Ven 18 Mai 2018 - 8:35
@Iphigénie a écrit:Pour ce qui est aujourd'hui, et de ce que j'ai dit, c'est mon propre IPR qui me l'a confirmé avec nombreux exemples à  l'appui de situations locales,  il y a deux ans, il trouvait cela problématique aussi....l'ultime roue, ce sont aussi les neo titulaires et les TZR...il ya déjà  une sacré  precarisation générale. ...

De mon point, ça ne me dérange pas que NOUS les contractuels nous puissions vous passer devant. ^^
Mais en tout cas, je n'ai jamais vu ça dans mon académie (malheureusement).

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Iphigénie le Ven 18 Mai 2018 - 8:50
C'est le jeu favori de la gestion des personnels dans l'EN depuis qu'on a réussi jadis l'explosion de la puissante FEN (oui, je remonte à Mathusalem là^^) en syndicats aux intérêts rivaux: se servir des uns pour affaiblir les autres et réciproquement. On ne gagne rien à s'opposer les uns aux autres: il faut une vision globale...
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par GaliNéo le Ven 18 Mai 2018 - 8:52
@Iphigénie a écrit:On ne gagne rien à s'opposer les uns aux autres: il faut une vision globale...

Au contraire, j'ai tout à gagner à avoir des postes de précarité à la chaîne pour viser ensuite la CDIsation ! abi

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
madigoù
Niveau 5

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par madigoù le Ven 18 Mai 2018 - 9:40
@Jane a écrit:

1) quand il n'y aura plus que des contractuels, qui aidera les nouveaux entrants ?
Eh bien les contractuels. S'ils ont 5 à 10 ans d'expérience, je pense que cela pourra suffire quand même... Mais franchement, en tout cas dans les années à venir, même les décennies je pense, la fin des fonctionnaires relève encore du fantasme. Mais il vaut mieux anticiper, vous avez raison, les problème. En revanche, rien que votre question en dit long sur le regard que vous pouvez porter sur vos collègues contractuels.

@Jane a écrit:Et puis, ce n''est le travail de vos collègues titulaires de vous piloter, c'est celui de votre employeur. Que des collègues le fassent face à la détresse  ou aux besoins des contractuels débutants, c'est une chose, mais ce n'est certainement pas pour eux une obligation.
Ai-je parlé de "pilotage", non. Il s'agissait davantage de réponse à certaines de mes questions. Ils me répondaient voici comment je fais et c'est tout. Ensuite, comme n'importe quel autre enseignant je discutais avec les autres profs de mes classes. Et on arrivait ainsi à résoudre ensemble certains problèmes. Cela s'appelle du "travail d'équipe" pas du pilotage, comme ça se passe n'importe où ailleurs, en tout cas dans beaucoup de milieux professionnels.

@Jane a écrit:2) je ne parlais pas de l'année de stage. Mais on peut en parler si vous voulez; moins d'heures, un tuteur, des accompagnants même médiocres voire épouvantables, et tutti quanti (pour reprendre votre expression), ça vaut toujours mieux qu'un temps plein et aucune aide institutionnelle.
Quelle aide institutionnelle ? Et puis pouvant comparer les deux statuts, stagiaire ou contractuelle, pendant mes deux années de contractuelle, j'ai pu au moins prendre du plaisir à enseigner. J'ai également pu faire progresser mes élèves et même si ce n'était pas parfait (mais ce travail peut-il vraiment l'être ?), si le salaire n'était pas à hauteur du travail effectué, j'en ai retiré quand même un certain plaisir. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai passé et réussi le Capes. Quant à l'année de stage  
@Jane a écrit:3) Enfin, qui a manqué de respect aux contractuels dans ce fil ? Au contraire, il me semble plutôt qu'on s'y désole du statut de ceux qu'on embauche et débauche à merci et à qui on n'apporte, institutionnellement, aucune aide.
Le manque de respect des contractuels ? Trois fois rien : ils photocopient des manuels, ratent les concours (évidemment puisqu'ils ont des lacunes disciplinaires), ne possèdent même pas les connaissances de base en confondant médiane et je ne sais plus quoi (je ne suis pas prof de maths)...
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par GaliNéo le Ven 18 Mai 2018 - 10:21
@madigoù a écrit:Le manque de respect des contractuels ? Trois fois rien : ils photocopient des manuels, ratent les concours (évidemment puisqu'ils ont des lacunes disciplinaires), ne possèdent même pas les connaissances de base en confondant médiane et je ne sais plus quoi (je ne suis pas prof de maths)...

J'aime la façon dont tu me dénigres, moi et mes collègues contractuels : ça doit être un plaisir de travailler avec toi. abi

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Iphigénie le Ven 18 Mai 2018 - 11:03
@GaliNéo a écrit:
@Iphigénie a écrit:On ne gagne rien à s'opposer les uns aux autres: il faut une vision globale...

Au contraire, j'ai tout à gagner à avoir des postes de précarité à la chaîne pour viser ensuite la CDIsation ! abi
non, pas plus qu'à errer des années comme TZR en espérant un jour un poste fixe.
Je maintiens que la guerre n'est pas entre précaires et titulaires mais contre l'état employeur qui développe une précarisation qu'il prétend par ailleurs dénoncer pour le secteur privé.
PS: le contractuel (présenté comme "ingénieur en informatique") qui confondait médiane et bissectrice, c'est moi qui en ai parlé, pour l'avoir vu , et encore n'est-ce qu'un détail: que ce ne soit pas le cas de tous, c'est vrai, que ça puisse exister, c'est problème.
avatar
Illiane
Niveau 9

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Illiane le Ven 18 Mai 2018 - 11:26
@GaliNéo a écrit:
@madigoù a écrit:Le manque de respect des contractuels ? Trois fois rien : ils photocopient des manuels, ratent les concours (évidemment puisqu'ils ont des lacunes disciplinaires), ne possèdent même pas les connaissances de base en confondant médiane et je ne sais plus quoi (je ne suis pas prof de maths)...

J'aime la façon dont tu me dénigres, moi et mes collègues contractuels : ça doit être un plaisir de travailler avec toi. abi

Elle ne dénigre pas les contractuels, elle fait simplement la liste de ce qui lui a semblé être des attaques contre les contractuels dans ce fil (il me semble toutefois qu'il y a quelques approximations, la photocopie de manuels a été évoquée notamment dans le cas d'un prof titulaire et on a parlé de contractuels ratant le concours - l'article indéfini me semble important à noter : la personne qui a parlé de cela n'a pas mis tous les contractuels dans le même panier et a évoqué ceux qui éventuellement pouvaient rater le concours cinq fois, donc une partie infime d'entre eux je pense - en supposant qu'il y en ait Razz). Là encore, peut-être que certains professeurs ont des préjugés sur les contractuels, mais je ne pense pas que ce soit le cas de la majeure partie des personnes intervenant sur ce fil. Je suis d'accord avec Iphigénie : les contractuels ne sont pas très bien traités par l'EN et nous sommes plusieurs à le déplorer ici ; il faudrait que l'EN gère mieux la formation et les conditions de travail de TOUS les professeurs, contractuels ou pas. Et pour rajouter mon petit grain de sel sur la question des contractuels "dernière roue du carrosse", là encore ce que dit Iphigénie se produit dans certaines académies : j'ai déjà vu chez moi (l'année dernière, donc c'est très récent) des contractuels obtenir des AFA avant les TZR (dont je suis) ; peut-être s'agissait-il de cas particuliers après...
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Zagara le Ven 18 Mai 2018 - 11:34
Il y a des choses qu'on peut dire sans crainte de froisser quiconque, parce que ce sont des constats et des risques logiques :

- Un contractuel est moins bien payé et loti qu'un fonctionnaire (certains ne sont même payés que 10 mois sur 12, avec signature chaque septembre d'un CDD de 10 mois)
- Comme ils sont moins payés et lotis que les enseignants fonctionnaires, il est légitime de considérer que ce travail peut attirer des gens qui n'ont pas pu trouver mieux et notamment qui ont raté les concours (pas tous les contractuels, certains le font par choix pour éviter le système de mutation, mais vu le coût financier qu'entraîne ce choix on peut supposer que ce n'est pas là la motivation première de tous les contractuels)

- Les contractuels sont également plus précaires et fragiles que les fonctionnaires. Comme ils sont choisis par un chef d’établissement et peuvent être renvoyés (ou non-repris au terme du contrat), ils sont dépendants de leur supérieur hiérarchique, tandis que le fonctionnaire est stable ; s'il n'aime pas son chef il peut toujours demander sa mutation et il est très difficile pour son chef d'obtenir sa tête.
- Il en découle que les contractuels seront plus exposés aux phénomènes de clientélisme, d'illégalité et de corruption qui étaient d'ailleurs assez répandus avant l'invention du statut général de la fonction publique (un des buts affichés de la loi des années 1980 était de lutter contre ces problèmes). Ce qui ne signifie pas que tout contractuel tombera là-dedans. Mais lorsque le chef demande de faire un truc illégal (des heures gratuites par exemple), il est plus facile de lui dire "non" quand on sait qu'il ne vous tient pas par les bourses (d'argent).
avatar
corailc
Fidèle du forum

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par corailc le Ven 18 Mai 2018 - 11:37
En fait, je ne comprends même pas comment on peut défendre ce système, contractuel ou pas. Certains messages me laissent pantoise...

_________________
In tenebris lumen rectis.
Terre des Lettres, manuel militant et intelligent. http://terredeslettres.nathan.fr/
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par GaliNéo le Ven 18 Mai 2018 - 12:28
Quand tu n'as pas le concours, être contractuel c'est une bonne chose. Au moins tu travailles au sein de ta passion et tu es rémunéré. Évidemment, rien ne vaut la titularisation, mais vu certains sujets certaines années, ça ne donne pas envie de le passer ce fichu concours !

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
corailc
Fidèle du forum

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par corailc le Ven 18 Mai 2018 - 12:37
Je comprends le début de ton argument mais le concours protège, des dérives citées au-dessus. Le métier n'attire plus, comment croire qu'en alignant sur le moins-disant, on motivera les candidats à rejoindre l'EN?

_________________
In tenebris lumen rectis.
Terre des Lettres, manuel militant et intelligent. http://terredeslettres.nathan.fr/
Contenu sponsorisé

Re: Statut des fonctionnaires : la piste explosive des «experts», Libération 16/05/2018

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum