Qui aurait le texte "Les Polaroïds" de Neuhoff?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qui aurait le texte "Les Polaroïds" de Neuhoff?

Message par Amaliah le Lun 24 Aoû 2009 - 14:44

Tout est dit. Merci!

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui aurait le texte "Les Polaroïds" de Neuhoff?

Message par Aurélie33 le Lun 24 Aoû 2009 - 14:58

Moi... Le voici...
Bonne lecture !!


Les Polaroïds, texte intégral



Ça, c’était en Grèce, le premier jour. Elle était assise sur le balcon. La chambre donnait sur la mer. Maud portait un tee-shirt que je lui avais prêté. Elle avait eu la flemme de défaire sa valise. Déballer mon sac lui avait suffi. Je ne sais pas comment elle s’était débrouillée, mais elle était déjà bronzée. C’était l’époque où je ne la connaissais pas encore très bien. Je me souviens que ce soir-là, il y a eu un drame au restaurant. A côté de nous, un couple de Français s’est engueulé. « Ma femme est une putain» braillait le mari. Il disait cela comme s’il s’agissait d’un titre de film.

L’appartement que nous avions loué, un hiver, rue de la Faisanderie. Dans le fauteuil crapaud qu’elle avait recouvert de toile écrue, Maud feuillette un magazine féminin. Je n’aime pas sa jupe de cuir. Les invités n’allaient pas tarder. Elle s’impatientait : « Mon gigot.» Un extra[1][1] de chez Dalloyau piétinait dans la cuisine qu’il trouvait trop petite. Je crois que finalement le dîner a été réussi. Patrick de B. a raconté un tas d’histoires sur la Sardaigne.

Pieds nus, une serviette blanche nouée autour des aisselles, une brosse à cheveux dans la main, Maud éclate de rire devant le lavabo. A l’hôtel Porta Rossa de Florence, les salles de bains sont mieux que les chambres. 10-11-82, c’est inscrit au dos de la photo. Maud avait les cheveux très longs. Peut-être qu’à ce moment précis je rêvais un peu de mourir étouffé dans les cheveux de Maud. C’est bête, hein ?

Figueras[1][2] 33km, indique la borne kilométrique, Maud est appuyée dessus. Elle ne regarde pas l’objectif. Elle boude parce qu’il ne fait pas assez chaud, en juin, à Cadaquès2. Au Rocamar, le concierge était saoul à longueur de journée. Il tirait les cartes aux rares clients. Il était Gémeaux – Maud aussi. La douche était détraquée. On allait se laver dans la chambre voisine qui était vide. Le matin, au bord de la piscine, je lisais Moby Dick en folio. A Barcelone, nous avions loué une 205 Peugeot. Rouge vif.

Ainsi, nous nous étions arrêtés à Aix (nous descendions sur la Côte d’Azur). Maud est à la terrasse des Deux-Garçons. Elle croise les jambes comme seules les filles savent le faire. Nous avions déjeuné chez Charvet. Après, Maud avait acheté une cassette de David Bowie, pour la voiture, et un Minox. Le Minox, j’étais contre. D’ailleurs, il n’a jamais marché. Bowie, la cassette a disparu quand on nous a volé l’autoradio, dans un parking. A Saint-Tropez, il a plu tout le temps.La maison de Saint-Michel de Montaigne. Dans la salle à manger, Maud brandit ses lunettes de soleil. Elle écarte les bras. Le jour commençait. La photo n’est pas terrible. La nuit, Maud pleurait dans son lit. Elle prétendait que la maison était hantée. Du coup, ça me fichait la trouille. Nous devions y passer deux semaines. Nous sommes restés trois jours.

Maud avec sa mère, sur la terrasse de la villa que nous avons occupée trois étés de suite, en Sicile. Quelles vacances étaient-ce ? la date n’est pas marquée. Le soir tombe, elles rigolent et boivent du vin de Salina dans des verres en Pyrex. De profil, c’est fou ce qu’elles peuvent se ressembler. Maud sera comme ça, dans quelques années.

Un de ces vents, Maud est toute décoiffée. Sa jupe lui bat sur les jambes. La photo a été prise à Lisbonne, en haut de l’ascenseur construit par Eiffel. Le garde-fou est en fer forgé tarabiscoté. Au-dessus, des grillages montent très haut pour empêcher les gens de se jeter dans le vide. Depuis, le quartier alentour a brûlé. Plus tard, j’apprendrai que nous avions réservé une chambre dans l’hôtel où Truffaut[1][3] avait tourné La Peau douce.

La Sicile, de nouveau. Maud sort du bar del Porto. Elle a commandé un granité au citron. Son tee-shirt est griffé du n°5 de Chanel. Le lendemain, elle tombait malade. Un truc au ventre, on n’a jamais su au juste. C’est ma dernière photo d’elle. Pour une photo d’adieu, elle ne casse rien. Je ne pouvais pas prévoir.

Je n’ai pas de photo d’elle avec son type. Au début, je me demandais la tête qu’il avait. Elle, je ne l’ai pas revue depuis trois ans. De toute façon, il paraît qu’au bout d’un certain temps les Polaroïds s’effacent complètement.



Eric Neuhoff, nouvelle parue dans L’infini, n°26




[1][1] Extra : serveur engagé pour une soirée. Dalloyau étant un traiteur connu à Paris

[1][2] Villes espagnoles, patrie du peintre Dali

[1][3] Truffaut : cinéaste français

Aurélie

Aurélie33
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui aurait le texte "Les Polaroïds" de Neuhoff?

Message par oxytane le Lun 24 Aoû 2009 - 15:01

Ah ben je l'avais aussi...mais je n'ai pas été assez rapide apparemment! Laughing

_________________
Congé parental fini, reprise en septembre![img]

oxytane
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui aurait le texte "Les Polaroïds" de Neuhoff?

Message par Amaliah le Lun 24 Aoû 2009 - 20:15

Merci beaucoup!

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui aurait le texte "Les Polaroïds" de Neuhoff?

Message par Isia le Lun 24 Aoû 2009 - 21:19

Si c'est une nouvelle à chute, j'ai pas saisi le truc....
A moins que l'idée ce soit que le N ne soit pas le petit ami de Maud....

Pff... au secours !!

Isia
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum