Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Ajonc35
Niveau 7

Re: Existe-t-il des profs heureux ?

par Ajonc35 le Mer 18 Juil 2018 - 10:24
@A Tuin a écrit:Je trouve que c'est un métier intéressant. En revanche, corriger les copies devient en l’occurrence pour moi, de plus en plus pénible. C'est là la plus grande pénibilité je trouve : je suis obligée de m'y prendre à deux fois, une pour les fautes d'orthographe, et ensuite pour le contenu. Faire les deux de front me devient insupportable car les élèves font des monticules de fautes.
Cela devient même pour moi une vraie souffrance. A la fois sur la forme et sur le fond. Sur la forme, je répète à longueur d'année mes exigences et ce qui leur permettra de progresser : des éléments de base que tous devraient maitriser plus. Sur le fond, j'ai le sentiment que, pendant les cours, ils comprennent. Puis je leur donne quelques pistes pour favoriser la mémorisation et travailler le cours. Comme ils n'apprennent que la veille ( "j'ai appris pourtant") le désastre est annoncé. Et le désastre est pour moi comme pour eux. Heureusement il y en a toujours quelques uns qui sauvent mon travail et je les remercie à chaque retour.
C'est tellement une souffrance, que je me fixe des objectifs pour me contraindre à avancer et à faire correctement mon travail et donc avoir un bon rendu pour les élèves.
Je reprends donc ce que m'a dit une collègue qui part en retraite: "ce que je ne regretterai pas, c'est la correction des copies"
J'ajouterai que j'aime toujours préparer mes cours, être en classe et cela me sauve. J'aime aussi certains de mes collègues mais de moins en moins aussi. humhum
avatar
Slinky
Niveau 10

Re: Existe-t-il des profs heureux ?

par Slinky le Mer 18 Juil 2018 - 10:52
Je suis heureuse d'être prof d'anglais. Après plusieurs années dans le privé dans un tout autre domaine, je suis satisfaite de pouvoir transmettre une part de mes connaissances à des jeunes et de les voir progresser. Je trouve ce métier très gratifiant. Le rythme est parfois intense avec la préparation en amont même si les vacances compensent beaucoup. Je suis quelquefois un peu tendue à trop vouloir donner le meilleur de moi-même chaque jour devant eux. Ce sont les seuls inconvénients qui me viennent à l'esprit.

_________________
Her steps--slow, deliberate, and challenging, the set of her sleek head and her slender shoulders, the swing of her straight body, the slight swaying of her hips, are more deadly than all the leopard skins and languors of the old-time vampire. Here is Slinky!
avatar
Jane
Guide spirituel

Re: Existe-t-il des profs heureux ?

par Jane le Mer 18 Juil 2018 - 11:40
Sur le plan pédagogique, j'apprécie le rapport avec les élèves et j'aime préparer des cours. Je ressens un réel plaisir à transmettre tout autant qu'à continuer à m'instruire, à m'enrichir, à me cultiver. Par contre, les copies me tombent des mains et sont devenues, selon le type d'évaluation, de véritables chemins de croix. Elles renvoient trop souvent le non travail, le je-m'en-foutisme. En revanche...J'exècre un certain nombre de collègues qui acceptent comme des bénis-oui-oui tout ce que l'administration nous impose parce que (et je cite): "on est fonctionnaires, on doit fonctionner". Et j'ai souvent l'impression (mais peut-être est-ce spécifique à mon établissement) que la salle des profs est peuplée d'enfants immatures au même titre que l'est la cour de récréation. J'exècre l'administration, sa lourdeur, son absence d'humanité, l'absence de dialogue, sa couardise, son manque de lucidité (voire le déni) et son auto-satisfaction, le manque d'ambition, l'absence de rigueur, le laxisme qu'elle nous impose, tout autant d'éléments qui nous conduisent à la dérive. J'exècre notre hiérarchie incapable de reconnaître le travail et le mérite auxquels elle préfère le copinage et la servilité. J'exècre les ministres et leurs représentants qui n'ont pas de réelle compréhension de notre métier (si tant est qu'il en aient un réelle vision) et nous impriment leur marque comme on imprime du bétail (la réforme 2016 n'est toujours pas digérée).
Je suis donc une prof en perpétuelle révolte, et cette révolte rend l'exercice de ce métier, que j'apprécie au demeurant encore un peu, de plus en plus pénible.

_________________
"Il n'est pas une vérité qui ne porte avec elle son amertume." (A. Camus)
avatar
Persephoneia
Niveau 9

Re: Existe-t-il des profs heureux ?

par Persephoneia le Mer 18 Juil 2018 - 11:54
Je n'ai jamais eu envie de faire un autre métier, je suis donc heureuse d'être professeur. J'aime le challenge que représente chaque remplacement, chaque classe, chaque élève. Sur le plan pédagogique je rejoins @Jane.
J'ai pris le parti de ne pas râler en salle des profs et d'y avoir toujours le sourire. J'évite les personnes qui ne parlent que de l'actualité ou médisent des élèves. Par chance j'ai toujours rencontré quelques collègues dans mon cas. On me trouve au café ou au thé avec un gâteau au chocolat en train de faire rire ou de rire. Bon parfois je vais faire un point sur tel élève avec le PP mais bon la récré c'est sacré !
Les copies à corriger ne sont pas une partie de plaisir, je fais par paquets pour ne pas devenir chauve et verte de rage. Je m'organise et j'essaie de le faire durant mes "trous".

Par contre être heureux n'empêche pas de râler quand on nous prend pour des idiots : les aléas d'une administration, les compétences, et le dernier en date : le projet d'ajustement sur les fondamentaux.... Parce qu'évidemment avant on ne le faisait pas !

_________________
- Maman d'une fée celtique, d'un dieu solaire grec et d'un prince troyen. Razz
- Ma devise : malmaisbien
avatar
Ajonc35
Niveau 7

Re: Existe-t-il des profs heureux ?

par Ajonc35 le Mer 18 Juil 2018 - 12:40
@Jane a écrit:Sur le plan pédagogique, j'apprécie le rapport avec les élèves et j'aime préparer des cours. Je ressens un réel plaisir à transmettre tout autant qu'à continuer à m'instruire, à m'enrichir, à me cultiver. Par contre, les copies me tombent des mains et sont devenues, selon le type d'évaluation, de véritables chemins de croix. Elles renvoient trop souvent le non travail, le je-m'en-foutisme. En revanche...J'exècre un certain nombre de collègues qui acceptent comme des bénis-oui-oui tout ce que l'administration nous impose parce que (et je cite): "on est fonctionnaires, on doit fonctionner". Et j'ai souvent l'impression (mais peut-être est-ce spécifique à mon établissement) que la salle des profs est peuplée d'enfants immatures au même titre que l'est la cour de récréation. J'exècre l'administration, sa lourdeur, son absence d'humanité, l'absence de dialogue, sa couardise, son manque de lucidité (voire le déni) et son auto-satisfaction, le manque d'ambition, l'absence de rigueur, le laxisme qu'elle nous impose, tout autant d'éléments qui nous conduisent à la dérive. J'exècre notre hiérarchie incapable de reconnaître le travail et le mérite auxquels elle préfère le copinage et la servilité. J'exècre les ministres et leurs représentants qui n'ont pas de réelle compréhension de notre métier (si tant est qu'il en aient un réelle vision) et nous impriment leur marque comme on imprime du bétail (la réforme 2016 n'est toujours pas digérée).
Je suis donc une prof en perpétuelle révolte, et cette révolte rend l'exercice de ce métier, que j'apprécie au demeurant encore un peu, de plus en plus pénible.
D'accord sur tout, y compris sur la révolte (Cela gave mon conjoint qui me répète que cette révolte ne sert à rien et il a raison)
J'ajoute. J'aime aussi le travail en équipe quand je choisis mes équipier.es ou que je suis choisie par des collègues que j'aime bien, mais pas quand on nous impose les équipes. D'ailleurs cela marche moins bien ( et je suis gentille). Bizarrement depuis que l'on nous impose des projets cela fonctionne moins bien, aussi. J'aime donc la liberté que nous laisse notre métier, mais de moins en moins tant sur le fond que sur la forme.
J'aime aussi quand les programmes changent. J'ai connu un programme qui a duré 15 ans et je n'en pouvais plus. Certes je modifiais à la marge et j'ai, en 15 ans, modifié ma façon de travailler, mais le programme était toujours là.
Par contre il a changé il y a trois ans . J'ai fait un vrai travail de préparation car je n'aime pas le livre ( le seul) qui était proposé. Selon moi il était loin de répondre aux exigences du programme et des capacités des élèves. Cela m'a pris beaucoup de temps ( merci les vacances d'août) et je ne l'ai donné qu'une seule année ( donné à un autre collègue, sur quels critères?) ou quand la Direction méprise notre travail. Les élèves étaient contents, moi aussi. Depuis je procrastine davantage.
avatar
Jane
Guide spirituel

Re: Existe-t-il des profs heureux ?

par Jane le Mer 18 Juil 2018 - 13:17
@Ajonc35 a écrit:
@Jane a écrit:Sur le plan pédagogique, j'apprécie le rapport avec les élèves et j'aime préparer des cours. Je ressens un réel plaisir à transmettre tout autant qu'à continuer à m'instruire, à m'enrichir, à me cultiver. Par contre, les copies me tombent des mains et sont devenues, selon le type d'évaluation, de véritables chemins de croix. Elles renvoient trop souvent le non travail, le je-m'en-foutisme. En revanche...J'exècre un certain nombre de collègues qui acceptent comme des bénis-oui-oui tout ce que l'administration nous impose parce que (et je cite): "on est fonctionnaires, on doit fonctionner". Et j'ai souvent l'impression (mais peut-être est-ce spécifique à mon établissement) que la salle des profs est peuplée d'enfants immatures au même titre que l'est la cour de récréation. J'exècre l'administration, sa lourdeur, son absence d'humanité, l'absence de dialogue, sa couardise, son manque de lucidité (voire le déni) et son auto-satisfaction, le manque d'ambition, l'absence de rigueur, le laxisme qu'elle nous impose, tout autant d'éléments qui nous conduisent à la dérive. J'exècre notre hiérarchie incapable de reconnaître le travail et le mérite auxquels elle préfère le copinage et la servilité. J'exècre les ministres et leurs représentants qui n'ont pas de réelle compréhension de notre métier (si tant est qu'il en aient un réelle vision) et nous impriment leur marque comme on imprime du bétail (la réforme 2016 n'est toujours pas digérée).
Je suis donc une prof en perpétuelle révolte, et cette révolte rend l'exercice de ce métier, que j'apprécie au demeurant encore un peu, de plus en plus pénible.
D'accord sur tout, y compris sur la révolte (Cela gave mon conjoint qui me répète que cette révolte ne sert à rien et il a raison)
J'ajoute. J'aime aussi le travail en équipe quand je choisis mes équipier.es ou que je suis choisie par des collègues que j'aime bien, mais pas quand on nous impose les équipes. D'ailleurs cela marche moins bien ( et je suis gentille). Bizarrement depuis que l'on nous impose des projets cela fonctionne moins bien, aussi. J'aime donc la liberté que nous laisse notre métier, mais de moins en moins tant sur le fond que sur la forme.
J'aime aussi quand les programmes changent. J'ai connu un programme qui a duré 15 ans et je n'en pouvais plus. Certes je modifiais à la marge et j'ai, en 15 ans, modifié ma façon de travailler, mais le programme était toujours là.
Par contre il a changé il y a trois ans . J'ai fait un vrai travail de préparation car je n'aime pas le livre ( le seul) qui était proposé. Selon moi il était loin de répondre aux exigences du programme et des capacités des élèves. Cela m'a pris beaucoup de temps ( merci les vacances d'août) et je ne l'ai donné qu'une seule année ( donné à un autre collègue, sur quels critères?) ou quand la Direction méprise notre travail. Les élèves étaient contents, moi aussi. Depuis je procrastine davantage.

D'accord à 100% avec ce qui est gras. Comme je suis en lettres, et que j'aime varier mes supports, je n'ai pas besoin d'une réforme... j'ai adoré les programmes d'avant 2016, et là, j'avoue que je m'amuse beaucoup moins dans mon travail, en raison des contraintes insupportables que 2016 a apportées, et qui ont, selon moi, considérablement réduit ma liberté pédagogique.

_________________
"Il n'est pas une vérité qui ne porte avec elle son amertume." (A. Camus)
avatar
dita
Habitué du forum

Re: Existe-t-il des profs heureux ?

par dita le Mer 18 Juil 2018 - 13:44
Jane, oui, la liberté pédagogique en a pris un coup, c'est dommage.
Pour les projets, niet.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Existe-t-il des profs heureux ?

par Lefteris le Mer 18 Juil 2018 - 18:16
Un professeur peut être heureux, mais pas parce qu'il est professeur. Parce qu'il a une vie à côté, que son métier lui permet de vivre. Au contraire, un professeur qui vit trop par son métier ne peut qu'être déçu et mal le vivre. C'est d'ailleurs la même chose dans beaucoup de métiers et l'enseignement n'échappe pas à cette règle commune. L'énumération faite par Jane est extrêmement réaliste et je le reprends à mon compte. J'ajoute que quand on est en  plus on est dans certaines matières  qui ne se relèveront jamais de la réforme, c'est encore pire, il n'y a aucun avenir.Il vaut mieux carrément prendre de la distance,  tenter de se préserver en exerçant un travail alimentaire, passer le moins de temps possible sur son lieu de travail , éviter les collègues soumis , qui donnent de l"urticaire, faiseurs de compétences, de projets, de réunionite, et autres sornettes qui mènent le métier à sa ruine. On serre les dents, et on fait des choses intéressantes à côté.
Là j'ai passé près de deux semaines sans ordi, je commençais à oublier l'EN. C'est drôlement bien... Smile

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
nigousse
Niveau 10

Re: Existe-t-il des profs heureux ?

par nigousse le Mer 18 Juil 2018 - 19:09
Oui, un prof en vacances lol!
Contenu sponsorisé

Re: Existe-t-il des profs heureux ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum