Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant

Si prof était un métier comme les autres : 35h/sem, 5 semaines de congés,pas de mutation, entretien d'embauche,pas de sécurité emploi, pas de statut de fonctionnaire, l'auriez-vous fait ?

45 - 23%
152 - 77%
 
Total des votes: 197
Jenny
Modérateur

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Jenny le Sam 18 Aoû 2018 - 12:25
@korentine a écrit:Je trouve le métier plutôt routinier. Les cours ne changent pas dans les matières  scientifiques. Les échéances sont les mêmes:conseil de classe,bulletin,réunion de parents...Cela revient aux mêmes  périodes. De plus le bavardage  est devenu un fléau impossible à  éradiquer. C est très fatigant nerveusement de faire cours dans le "bruit.mais heureusement que les vacances sont là

@korentine ne pourra plus vous répondre.
A la modération aussi, certaines choses sont routinières.  Wink
avatar
Fesseur Pro
Grand Maître

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Fesseur Pro le Sam 18 Aoû 2018 - 12:45
@Ruby2015 a écrit: avec très peu de ressources sur Internet.

?!
Il y a largement de quoi faire, voire trop, et il fait savoir s'en détacher sinon on peaufine sans arrêt car on trouve toujours mieux et c'est très chronophage.
Pense que certains ici ont commencé à travailler sans internet et qu'on s'en sortait tout de même.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
avatar
Isis39
Bon génie

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Isis39 le Sam 18 Aoû 2018 - 12:59
@Fesseur Pro a écrit:
@Ruby2015 a écrit: avec très peu de ressources sur Internet.

?!
Il y a largement de quoi faire, voire trop, et il fait savoir s'en détacher sinon on peaufine sans arrêt car on trouve toujours mieux et c'est très chronophage.
Pense que certains ici ont commencé à travailler sans internet et qu'on s'en sortait tout de même.


À se demander comment on faisait sans internet ! On se posait bien moins de questions...
avatar
abricotedapi
Expert spécialisé

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par abricotedapi le Sam 18 Aoû 2018 - 13:46
Même aujourd'hui on peut préparer ses cours sans Internet, avec les manuels et nos propres compétences/connaissances. Personnellement, à part Neo que j'utilise ponctuellement, je me sers peu d'Internet.

_________________
Have a heart.
Hélas les hommes ont pris l'habitude de nous manger, au lieu de converser avec nous. Les barbares !
Ne devraient-ils pas être convaincus qu'ayant les mêmes organes qu'eux, les mêmes sentiments, besoins, désirs,
nous avons une âme tout comme eux ; que nous sommes leurs frères ? (Voltaire, La Princesse de Babylone)
Spoiler:
2018-2019 : 4 classes de 6e + AP
2017-2018 : 2 classes et demi de 4e, 2 classes de 6e + co-animation + PP 6e
2016-2017 : 1 classe de 4e, 1 classe de 5e, 2 classes de 6e + PP 6e
2015-2016 : 1 classe de 3e, 1 classe de 5e, 2 classes de 6e + PP 6e
2014-2015 : 1 classe de 3e, 1 classe de 5e, 2 classes de 6e + PP 6e
2013-2014 (stagiaire) : 2 classes de 5e, 1 classe de 6e + AP
avatar
Isis39
Bon génie

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Isis39 le Sam 18 Aoû 2018 - 13:52
@abricotedapi a écrit:Même aujourd'hui on peut préparer ses cours sans Internet, avec les manuels et nos propres compétences/connaissances. Personnellement, à part Neo que j'utilise ponctuellement, je me sers peu d'Internet.

Oui on peut préparer ses cours sans internet.
Par contre, dans ma matière, internet est irremplaçable pour avoir des données à jour, notamment en géographie. Ainsi que pour trouver des documents quand ceux des documents ne conviennent pas.
avatar
MG2104
Je viens de m'inscrire !

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par MG2104 le Sam 18 Aoû 2018 - 15:15
Bonjour ! Je suis néo-tit à la rentrée, en lettres. Je n'ai pas fait d'études de lettres, et je me suis battue pour l'avoir ce capes! Mais je ne savais pas que je voulais devenir professeur, alors même si je pouvais retourner en arrière pour refaire des études je ne prendrais pas cette voie.. plutôt histoire de l'art , quelque chose avec encore moi de débouchés que LLCE haha ^^

Mon année de stage m'a à la fois rassurée sur ma place dans cet univers, mon positionnement face aux élèves, le plaisir que j'ai à enseigner et à partager, mais aussi m'a un peu "effrayée" (le mot est fort quand même !) quant à la relation avec l'administration ( non mais je les ai quand mes fiches de paie ?!). Plus de considération ça serait sympa, merci.

Mon poste fixe je l'ai dans un patelin à 3h en transports de chez moi, et je vais être obligée de dormir 3 nuits sur place. C'est de l'appréhension, parce que toute seule une partie de la semaine, séparée de mon conjoint, ce sont des frais supplémentaires … Donc là à 2 semaines de la rentrée je stresse, et je me demande si je vais passer une bonne année sans craquer … MAIS le métier me plait, l'établissement aussi , alors bon… il y a bien des avantages et des gros inconvénients à ce métier, mais j'ai ce côté bisounours en moi qui me fait penser qu'il faut toujours voir les côtés positifs, sinon on ne s'en sort pas Wink


Si tu veux voyager et changer de structure pourquoi ne deviendrais tu pas professeur de FLE ? c'est ce que j'ai fait au début (master DLFE) qui m'a permis d'aller au Japon et à NY Smile oui je sais ça n'a aucun rapport avec ta formation, mais bon, comme tu passes des sciences à l'espagnol, un saut supplémentaire … !
avatar
klaus2
Niveau 10

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par klaus2 le Sam 18 Aoû 2018 - 15:45
Quand on aime ce métier de transmetteur et qu'on est curieux de cultures, de civilisations différentes, c'est très agréable. Les gens ignorent à quel point notre liberté est grande— et, malgré un certain stress, le plaisir qu'on peut avoir de ces relations avec des ados. S'ajoutent les possibilités d'autres activités, écrire des articles ou des manuels, participer à des jurys, rencontrer des groupes d'un autre pays... prof de langues, cela peut être vaste.

_________________
Unendlich ist der Raum, unbegreiflich die Wesen,
Die zu uns kommen still mit sanftem Flügleschlag
Und göttlichen Balsam, wunderbar für die Seelen
Auf die Wunde legen, die jeden schmerzen mag
(Eichendorff)
avatar
Jane
Guide spirituel

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Jane le Sam 18 Aoû 2018 - 16:51
Si j'aime transmettre ou encore préparer mes cours, je n'aime pas ce que les politiques (surtout les plus récentes) ont fait de mon métier. Je hais viscéralement la servilité qui en découle (et donc, outre mon CDE dont la nullité crasse n'a d'égale que le carriérisme, un certain nombre de mes collègues). Je hais le laxisme ambiant, la "bienveillance" qui éteint les bons élèves et maintient les autres dans leur médiocrité, j'abhorre la paresse et la faiblesse, le mépris (administration, élèves, parents, politicards, médias...).
Si c'était à refaire, je referais les mêmes études, mais je me dirigerais vers mes amours premières, à savoir la conservation muséale, au lieu de m'enterrer dans l'éducation nationale.

_________________
"Il n'est pas une vérité qui ne porte avec elle son amertume." (A. Camus)
avatar
Monsieur_Tesla
Niveau 6

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Monsieur_Tesla le Sam 18 Aoû 2018 - 17:07


Un choix, une bifurcation dans ma vie ... pourquoi revenir sur le passé ?

Un métier souvent difficile ....

... mais parfois, un ancien élève revient te voir et te dit : "j'ai un doctorat en physique, c'est un peu grâce à vous !"

Et là, le bonheur est indescriptible .... tu es sur un nuage ... pendant quelques heures.

Rien que pour ça, c'est bon ...

Bonne rentrée à tous.

_________________
Ce que j'entends je l'oublie.
Ce que le lis je le retiens.
Ce que je fais, je le comprends !

Tchuang Tseu
avatar
Jacq
Vénérable

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Jacq le Sam 18 Aoû 2018 - 19:15
Reprise du message d'Acsyle qui a isolé les réponses que je garde, en supprimant les siennes (sauf une) pour  insérer les miennes.

Regrettez-vous d'être devenu prof ?

Non, pas du tout.

Si c'était à refaire, quelles études auriez-vous fait ?

Les mêmes (histoire-géo)  puisque c'est ce que je voulais faire depuis la 5e au moins et ce qui  m'intéressait le plus avec le dessin (mais qui avait  moins de débouchés).

Pourquoi avoir fait ce métier ?

En premier parce que j'aimais l'histoire, que c'était le principal débouché et qu'enseigner ce que l'on aime me semblait intéressant.
En second, peut-être, pour la sécurité de  l'emploi mais ce n'était pas ce à quoi je  pensais le plus.
En  troisième pour les vacances, me disant que je pourrais me consacrer au dessin durant ce temps "libre".

Y'a t-il des profs qui ont choisi ce métier pour le nombre d'heures, les vacances, la sécurité de l'emploi ? Si oui, pensez-vous que ça en valait la peine ?

Oui mais je reprend ce qu'indiquait Acsylene : "je ne  suis pas optimiste sur le maintien dans l'avenir de ces avantages". Mais concernant  les vacances je préfère le terme de contrepartie plutôt de "d'avantage".

Et aussi la routine du métier ne vous dérange t-elle pas ?

Il n'y a pas de routine, avec les élèves, aucune routine.

Quels avantages y a t-il à tirer de ce métier ?

"Dans la classe je suis mon propre maître. Je n'ai personne sur le dos. Je gère le rythme de travail à ma façon." Je reprend là encore ce qu'indiquait "Acsyle".

J'ajoute un  point qui me  semble  essentiel. J'adore l'histoire, j'aime  la géo, j'aime lire (la littérature) et je suis prof de lettres histoire.  Cela veut dire que dans mon temps de travail je lis  (littérature ou écrits historiques, géographiques).  Je suis payé à lire ce que j'aime pour continuer à me former et ma  quotité horaire me permet de le faire. Je fréquente  toujours mes amis qui ont fait une fac d'histoire ou de lettres. En grande majorité  leur quantité  horaire leur  permet peu  de lire  ou  même ne leur permet pas du tout de lire (un peu le soir mais c'est tout). Mes amis qui bossent aux finances, en personnel administratif, dans une administration,  ne lisent plus d'histoire. Donc je continue à progresser (j'espère) en connaissances, je me fais plaisir durant mon travail de lecture (la géo, un peu moins  Wink ) et en plus j'enseigne et transmets cela  (même si le contenu disciplinaire tend à diminuer, à se réduire à peau de chagrin et que la réforme du LP va aggraver cela fortement).


N'est-il pas mieux d'avoir 5 semaines de congés mais des vraies vacances plutôt que de ces "pseudo-vacances" ?

Non. On peut regretter de ne pouvoir poser de jours de congés, mais faut pas abuser non plus.

Considérez-vous les vacances comme un avantage ?

Non, une contrepartie (indiqué plus haut). Et puis une nécessité physique et psychologique.  On  va me dire que d'autres métiers sont plus pénibles dans  les deux cas mais un, contrairement à ce que l'on pense notre métier est éreintant  parfois. Mais surtout on se tape les gamins toute la semaine et eux se tapent leurs prof toute la semaine aussi (fais-ci, fait-pas ça, machin au travail, bidule tais-toi) : on bout d'un moment  j'ai besoin de ne plus les voir (autant qu'ils ont besoin de ne plus nous voir). Et pour  cela il faut deux semaines sans se voir et pas une semaine ou une semaine et demi comme nous avions il y a peu à la Toussaint. Il faut une vraie coupure entre nous pour pouvoir bosser de nouveau ensemble ensuite.

Donc c'est mieux d'avoir plus de vacances que moins mais ce n'est pas un avantage ou un privilège c'est une conséquence de notre boulot. Les vacances n'ont pas été faites ainsi pour un avantage ou nous faire plaisir, elles sont logiques !

Et je poursuis dans les inconvénients avec les mutations

Avec un salaire peu élevé pour  une majorité parmi nous, la mutation nationale (sauf PE) est la contrepartie de  l'emploi à vie. Il y aura toujours une EN, nous  sommes mutés en  cas de suppression de poste  mais notre poste est conservé car il y a de la place ailleurs.  

la violence,

Jamais connue. Il y a d'autres emplois où la violence est présente. Mais on ne peut  la nier dans certains  lieux. Ce qu'il faut déplorer ce n'est pas tant la violence que le laxisme dans l'EN.

de moins en moins de reconnaissance

"Mais quand un élève ou un parent te dit "merci", ça n'a pas de prix", indiquait Acsyle.  Quand  une élève me dit "j'ai passé trois super années", ça touche.
Et puis les cons il y en aura toujours. D'autres fonctionnaires sont largement méprisés. Mais j'ai beaucoup de connaissances  qui indiquent  aussi qu'ils  ne pourraient pas faire ce métier  et se taper des gamins toute la journée.

Ce qui me gène le plus c'est le mépris de la classe politique et surtout de notre administration.

le salaire qui est très faible vu le niveau d'étude et la sélectivité du concours

Lorsque j'ai choisi ce métier je savais que ce n'était pas pour devenir millionnaire. Maintenant les coupes,  le blocages des salaires, le  blocage de l'avancement... ça porte un coup à la fin. Je n'ai pas l'impression d'avoir évolué financièrement depuis le début.

les copies

Ben c'est comme ça. C'est casse-pied mais bon...

cours à préparer, avec très peu de ressources sur Internet

On trouve beaucoup de choses sur le net. Je suis en histoire-géo, c'est tout de même pratique de trouver quasiment tous les documents sur le net  (je parle de documents, je n'utilise pas vraiment   les cours que  l'on trouve, c'est exceptionnel). Mais trouver directement le doc, sans avoir à le scanner, à faire ses petits  découpages (mise en forme directe sous un traitement  de texte) etc. c'est bien.  Et puis tu peux bosser chez toi, au bahut,  le soir, le midi, la nuit pour  le fous. Internet n'est pas essentiel mais c'est un bon outil.

Pensez-vous, qu'à l'heure actuelle, prof est devenu un métier à fuir ?

Je laisse ici le commentaire d'Acsyle

"Oui. Ou très prochainement. La garantie de l'emploi ça va dégager. Les vacances scolaires ça va dégager. Les effectifs vont continuer à grimper. La discipline et les exigences vont en s'affaiblissant. Les salaires vont continuer à rester les mêmes ou à diminuer. La question n'est pas "vont-ils le faire ?" mais "quand ?".  Perso je ne suis pas sûr d'avoir [b]l'énergie pour continuer à faire ce que je fais dans 20 ans, surtout si c'est pour avoir en plus tous les avantages qui auront disparus."
Mais pour toutes ces raisons il faut passer le concours MAINTENANT et pas ENSUITE.
Je partage les même inquiétudes, mais en  même temps, s'ils détruisent tout,  ils n'auront  plus de prof. Ce qui me désespère ce sont les réformes toutes les plus absurdes qui s'enchaînent et vont toutes dans le même sens, prétendant corriger ce qui a été fait avant et l'aggravant en réalité.
[/quote]
avatar
Jacq
Vénérable

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Jacq le Sam 18 Aoû 2018 - 19:31
@Ruby2015 a écrit:
@Manu7 a écrit:
Je ne connais pas bien le secteur du tourisme, mais je connais une personne qui a eu un BTS tourisme et elle travaille dans une agence spécialisée dans les voyages scolaires, et bien elle ne voyage pas tellement... D'ailleurs les profs voyagent souvent plus qu'elle et connaissent mieux les lieux sauf que les profs voyagent avec les élèves, il n'y a pas que des avantages... D'ailleurs les voyages sont assez éprouvants et un établissement est toujours content d'avoir des profs qui aiment voyager... Wink

Oui je sais qu'on ne voyage pas réellement dans le tourisme, mais les métiers sont à dimensions internationales, que ce soit réceptionniste dans un hôtel de luxe, travailler aux gares, aéroports, parcs d'attractions, campings, TO, croisières, on peut travailler dans n'importe quel pays du monde, on trouve facilement du travail dans ce milieu, et on peut changer facilement. Beaucoup après un BTS Tourisme ne restent pas en France (personnellement je trouve que ça serait du gâchis) c'est plus dans ce sens là que ça me plairait. Si prof il n'avait qu'a dire "A la rentrée, je veux enseigner au lycée français de Mexico " ça changerait la donne, mais malheureusement c'est utopique.

Voilà Wink

Réceptionniste ? Là tu as de la routine ! Même dans un office du tourisme, je peux te dire que ça bouge plus en classe que dans un office du tourisme. Et pour les débouchés, franchement, il y en a plus en tant qu'enseignant. J'ai un ami qui bosse dans le tourisme (après une fac d'histoire, d'histoire de l'art puis un BTS tourisme, ça a été la vraie galère pour trouver du boulot, ce sont aussi des emplois publics, donc aussi à la baisse). Les gares ? Supporter les clients (usagers ?) franchement je préfère supporter les élèves, à part quelque uns, ils ont plus de reconnaissance à notre encontre et leurs parents aussi que n'en ont les usagers de la SNCF (ou d'autres services publics) ou du transport aérien. Et puis pour bosser en gare il faut passer aussi un concours, avec donc là encore des postes en réduction. Pour ce qui est d'aller enseigner à "l'étranger" (entre guillemets) tu peux demander la Guyane, la mutation est assurée et durant les vacances tu auras tout le loisir d'aller visiter les îles et les pays voisins (un ami a passé dix ans en Guyane, dépaysement assuré même sur territoire français). Parcs d'attractions ? Faire le clown dans un parc d'attraction, supporter les beaufs et leurs gamins hurlants ? Il vaut mieux supporter des élèves dans une salle de classe. Les campings ? Pour passer ses vacances avec M. Chirac et tous les soirs se taper les animations débiles ? Dans le tourisme, avec une bonne maîtrise de langueS étrangèreS, le seul métier qui aurait pu me plaire est guide touristique.

Sinon, toutes ces horreurs me renforcent dans l'idée que j'ai bien fait de choisir le métier d'enseignant.
Mais, chacun ses goûts. Mais je crois que tu te leurres un peu concernant le tourisme à moins d'avoir un très bon niveau.
avatar
Jacq
Vénérable

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Jacq le Sam 18 Aoû 2018 - 19:33
@Leclochard a écrit:Juste pour rebondir sur la question en titre:
-les 35 heures ? on les fait quand on enseigne 18 heures ou on est un imposteur.


+1000
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Daphné le Sam 18 Aoû 2018 - 19:41
@Jacq a écrit:
@Leclochard a écrit:Juste pour rebondir sur la question en titre:
-les 35 heures ? on les fait quand on enseigne 18 heures ou on est un imposteur.


+1000

Absolument ! Et même largement plus par moments.
L'avantage c'est qu'on fait une bonne moitié de notre travail chez nous, quand on veut, en s'organisant comme on le souhaite et ça c'est un avantage incomparable.
J'appréciais de pouvoir aller chez le coiffeur une après-midi libre, aller chercher mes enfants à l'école, être en vacances en même temps qu'eux même si en contrepartie je travaillais entre midi deux, corrigeais le matin très tôt ou le week-end et travaillais pendant les vacances : mais ça personne ne le voit, personne ne s'en rend compte à part ceux qui vivent avec nous : on ne voit que nos heures dans l'établissement.
avatar
Zagara
Grand Maître

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Zagara le Sam 18 Aoû 2018 - 19:44
Même la cour des comptes le reconnaît : elle compte 1h de travail annexe pour 1h d'enseignement, soit 36h pour un certifié sans HS.
Ce comptage est certainement inexact pour, il me semble, une majorité d'enseignants, puisque les chiffres obtenus par sondages donnent du 39-40h par semaine en moyenne. Les enseignants sont donc dans la moyenne nationale du temps de travail hebdomadaire (qui est à 39h en France ; les 35h sont en effet moins un temps de travail réel qu'un seuil de déclenchement d'HS, dans la pratique ; c'était d'ailleurs un des enjeux de la loi travail 1 de réduire le paiement des HS pour vider de leur intérêt les 35h, mais je m'éloigne du sujet).
avatar
Jacq
Vénérable

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Jacq le Sam 18 Aoû 2018 - 20:46
@MG2104 a écrit: [...] néo-tit à la rentrée, en lettres. [...]

Mon année de stage m'a à la fois rassurée sur ma place dans cet univers, mon positionnement face aux élèves, le plaisir que j'ai à enseigner et à partager, mais aussi m'a un peu "effrayée" (le mot est fort quand même !) quant à la relation avec l'administration [....]. Plus de considération ça serait sympa, merci.

Mon poste fixe je l'ai dans un patelin à 3h en transports de chez moi, et je vais être obligée de dormir 3 nuits sur place. C'est de l'appréhension, parce que toute seule une partie de la semaine, séparée de mon conjoint, ce sont des frais supplémentaires … Donc là à 2 semaines de la rentrée je stresse, et je me demande si je vais passer une bonne année sans craquer … MAIS le métier me plait, l'établissement aussi , alors bon… il y a bien des avantages et des gros inconvénients à ce métier, mais j'ai ce côté bisounours en moi qui me fait penser qu'il faut toujours voir les côtés positifs, sinon on ne s'en sort pas Wink

[...] !

Pour la première partie, nous en sommes tous là. Pour les bulletins de paie, il faut deux mois pour qu'ils arrivent. C'est comme cela entre la mise en paiement et l'arrivée du document.

Pour le poste fixe, j'espère que cela va s'arranger au plus vite avec les rapprochements de conjoints. Certaines fois c'est rapide. Une collègue, dernièrement, envoyée au loin, une année à souffrir (avec enfants) et retour chez elle à la fin de l'année. J'espère que cela se passera aussi bien pour toi.

Mais pour répondre à l'une des questions du sondage : l'entretien d'embauche n'apporterait rien de plus. Si tu n'avais pas été embauchée près de chez toi, tu aurais dû t'exiler aussi si tu voulais faire le même travail. Sinon pour éviter les mutations nationales, il reste l'enseignement privé (le choix de certains de mes amis de fac) ou le concours de PE.

Bonne chance à toi.
avatar
Babel
Niveau 2

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Babel le Sam 18 Aoû 2018 - 20:57
Le métier est de moins en moins attractif et ton message en est une belle illustration.

Regrettez-vous d'être devenu prof ?

Au départ, je voulais être astrophysicien. Mais une bonne vieille dépression pendant mes études scientifiques ont eu raison de mes rêves.
Je suis donc devenu enseignant par défaut, parce que j'étais à l'aise en français et en littérature.
Cependant, je ne regrette pas mon statut actuel de prof en collège : les tâches sont variées, c'est un métier de conception et de création, rester en contact avec la jeunesse est enrichissant (pas tous les jours, mais globalement ) et je suis au service de quelque chose de plus grand que moi et mes petits désirs personnels.

Et pour peu que l'on s'intéresse aux questions de pédagogie, de didactique, de neuro-sciences, de linguistique, de recherche dans les domaines littéraires, etc., on retrouve l'orientation scientifique qui était la mienne.

Si c'était à refaire, quelles études auriez-vous fait ?

Du droit, de l'archéologie, de la linguistique, de l'histoire, de la minéralogie, des sciences politiques et les mille et autres choses qui m'intéressent. abi

Pourquoi avoir fait ce métier ?

Parce qu'avec des études littéraires, l'éventail des possibles n'est pas énorme.
Pour servir quelque chose de plus grand que moi : l'intérêt général.
Pour la sécurité de l'emploi et obtenir rapidement l'indépendance financière après de trop longues années d'études.
Pour ne pas avoir à me vendre et passer par un concours.
Parce que le savoir est une fête.
Pour apprendre toute ma vie.

Et aussi la routine du métier ne vous dérange t-elle pas ?

La routine ? J'avoue que je ne la sens pas trop : les élèves changent sans cesse, les collègues aussi, et les programmes sont tout le temps modifiés...

C'est un métier de conception : on crée ses cours, on les modifie sans cesse, on cherche de nouvelles idées, de nouvelles approches, de nouveaux textes, films, tableaux, documentaires, exercices, des situations problèmes, des approches, des stratégies...

Certes il y a aussi des éléments pénibles et routiniers : les copies, les conseils, les injonctions paradoxales de l'institution, les absurdités du système, les mêmes débats en conseil pédagogique, mais plus que dans une majorité de métiers ? J'ai peine à le croire.
Pour avoir travaillé un peu à la chaîne, je me considère comme chanceux du point de vue de la routine. Il y a de nombreux secteurs où les tâches sont bien plus standardisées, répétitives et vaines.

Quels avantages y a t-il à tirer de ce métier ?

Dans la classe, le poids de l'institution et de la hiérarchie n'est pas si terrible. On décide en partie du rythme, des activités, des angles d'attaque, des textes, des supports. Et je peux me laisser aller de temps en temps à une digression sur la théorie de l'évolution, les trous noirs, Gengis Khan, la phonétique historique et mille autres choses.

D'ailleurs, c'est un métier où il est encore possible de tenir tête dans une certaine mesure aux petits chefs, où on peut corriger un peu l'arbitraire.

Les élèves sont attachiants : pénibles régulièrement, mais aussi touchants, amusants, malins, fascinants. Surtout dans une discipline comme la mienne qui laisse de la place pour des moments de création : un poème magnifique, une scène de théâtre prodigieusement réalisée, une interprétation imprévue d'un texte...

La garantie de l'emploi, c'est tout de même confortable et cela facilite le rapport avec les banques. Je vis avec une intermittente du spectacle, ce qui me permet de bien goûter aux affres de l'incertitude quant à l'avenir.

De plus, les vacances et le taux horaire devant les élèves permet de se dégager régulièrement pour faire autre chose : militer, s'investir dans une association, faire du sport, écrire, créer, jardiner, retaper sa maison...

N'est-il pas mieux d'avoir 5 semaines de congés mais des vraies vacances plutôt que de ces "pseudo-vacances" ?

Je n'en suis pas certain.

L’Éducation Nationale n'est pas le seul endroit où les dates de vacances sont contraintes : de nombreuses entreprises ferment à un moment particulier de l'année ou imposent à leurs salariés des plages spécifiques de vacances au moins pour les vacances d'été.

De plus, lorsque l'on vit en couple, il faut aussi se caler sur son conjoint, parfois sur sa famille ou ses amis.

Alors, certes, la possibilité de placer des RTT ou quelques plages de vacances par an où on le souhaite doit être agréable, mais c'est en réalité en partie contraint.

De plus, nos longues vacances permettent de réellement déconnecter, alors que des plages plus restreintes ne le permettent pas forcément.

Quant à la problématique des enfants, les enseignants ne sont pas les seuls à se reproduire. Les autres également doivent placer leurs vacances en fonction de celles de leurs enfants, tant pour les voir que pour réduire les problèmes de garde.

Et je poursuis dans les inconvénients avec les mutations

C'est très variable en fonction de l'académie où on désire résider.

Les diasporas bretonnes et occitanes doivent le vivre assez mal. Pour ma part, comme je suis originaire de la région Centre, cela n'a pas été trop difficile.

C'est le pendant de la sécurité de l'emploi : l'état nous envoie là où il a besoin et pas selon nos désirs. Je trouve cela assez normal. Mais si c'est un élément trop difficile à vivre, il reste la possibilité de passer les concours de l'enseignement privé ou de se diriger vers une autre voie.

la violence,

En début de carrière, il y a le risque de se retrouver dans des endroits compliqués et c'est très difficile à vivre. C'est un peu l'ordalie : on craque ou on tient. C'est le gros point noir du métier.

Plus tard, dans la majeure partie des établissements, nous sommes assez peu confrontés à la violence. Même si elle surgit parfois.

Après la violence sociale qui s'exerce dans certaines entreprises est extrêmement destructrice aussi : harcèlement moral, burnt out, délocalisation, vexations, pression morale... D'autres professions ont aussi des accidents professionnels qui donnent à réfléchir ou des maladies professionnelles destructrices (comme chez les éboueurs/ripeurs).

de moins en moins de reconnaissance

C'est un peu une pente générale : pompiers, policiers, médecins, journalistes, fonctionnaires, employés, ouvriers... La reconnaissance me paraît en chute libre dans une grande majorité de métiers.

le salaire qui est très faible vu le niveau d'étude et la sélectivité du concours

Oui. Cela explique les difficultés croissantes de recrutement. Mais c'est là aussi, une pente assez générale. Les politiques économiques qui ont le vent en poupe sont des politiques de déflation salariale pour une majorité de la population. Seule une petite partie des cadres voit leur rémunération assurée ou augmentée.

les copies

Les copies, c'est le point noir. La tâche sans fin. Vive les exercices auto-corrective informatisés !

cours à préparer, avec très peu de ressources sur Internet

Non, préparer les cours, c'est le côté sympathique du métier. C'est créatif, c'est excitant, cela pousse à s'informer, découvrir, fouiller, créer, bidouiller. C'est vraiment chouette. dommage que le temps manque.

Quant à la question des ressources, on peut s'en sortir en combinant :
- les sites disciplinaires ;
- les sites académiques ;
- les bouquins de pédagogie ;
- les revues de pédagogie ;
- la coopération avec les collègues ;
- les manuels ;
- la documentation pédagogique en ligne sur les sites des éditeurs de manuels et de bouquins parascolaires ;
- les formations.

Pensez-vous, qu'à l'heure actuelle, prof est devenu un métier à fuir ?

Peut-être pas à fuir, mais il est certain que les gouvernements successifs ne cherchent que pas à améliorer les conditions de travail. Leur volonté de réduction des coûts aboutit au contraire à leur aggravation. Et la crise économique, politique et écologique rend les conditions d'exercice plus complexes (tensions sociales, rancœur, discrédit de l'état et des politiques collectives, etc.).

Le problème, c'est que l'enseignement n'est pas le seul secteur pris en étau par ces facteurs : l'hôpital public est au bord de la rupture, les autres compartiments de la fonction publique ne vont pas forcément super bien, l'industrie est sous tension, le secteur agricole aussi...
avatar
Elaïna
Empereur

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Elaïna le Sam 18 Aoû 2018 - 21:52
J'ajoute que l'argument du "ah mais dans le privé ils ont 5 VRAIES semaines de congé", ce n'est pas toujours vrai. Mon mari se connecte régulièrement pour son boulot pendant les vacances (ce n'est pas fréquent, mais régulier) car il doit assurer une forme de permanence "secours". En ce qui me concerne, je pose mon cartable début juillet et ne le reprends que début septembre. Rien que par rapport à lui, je pète tous les compteurs de vacances.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
gp20
Niveau 6

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par gp20 le Sam 18 Aoû 2018 - 23:04
@Jacq a écrit:
@MG2104 a écrit: [...] néo-tit à la rentrée, en lettres. [...]

Mon année de stage m'a à la fois rassurée sur ma place dans cet univers, mon positionnement face aux élèves, le plaisir que j'ai à enseigner et à partager, mais aussi m'a un peu "effrayée" (le mot est fort quand même !) quant à la relation avec l'administration [....]. Plus de considération ça serait sympa, merci.

Mon poste fixe je l'ai dans un patelin à 3h en transports de chez moi, et je vais être obligée de dormir 3 nuits sur place. C'est de l'appréhension, parce que toute seule une partie de la semaine, séparée de mon conjoint, ce sont des frais supplémentaires … Donc là à 2 semaines de la rentrée je stresse, et je me demande si je vais passer une bonne année sans craquer … MAIS le métier me plait, l'établissement aussi , alors bon… il y a bien des avantages et des gros inconvénients à ce métier, mais j'ai ce côté bisounours en moi qui me fait penser qu'il faut toujours voir les côtés positifs, sinon on ne s'en sort pas Wink

[...] !

Pour la première partie, nous en sommes tous là. Pour les bulletins de paie, il faut deux mois pour qu'ils arrivent. C'est comme cela entre la mise en paiement et l'arrivée du document.

.

Pour les bulletins, cela dépend vraiment des académies... Ici, c'est plutôt 4 mois après (mon dernier est celui de mars)
avatar
Jenny
Modérateur

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Jenny le Sam 18 Aoû 2018 - 23:40
@Elaïna a écrit:J'ajoute que l'argument du "ah mais dans le privé ils ont 5 VRAIES semaines de congé", ce n'est pas toujours vrai. Mon mari se connecte régulièrement pour son boulot pendant les vacances (ce n'est pas fréquent, mais régulier) car il doit assurer une forme de permanence "secours". En ce qui me concerne, je pose mon cartable début juillet et ne le reprends que début septembre. Rien que par rapport à lui, je pète tous les compteurs de vacances.

Pareil ici. Il est très rare que mon conjoint ait une journée ou deux sans appel intempestif. Encore tout à l’heure pour une soirée en amoureux planifiée depuis longtemps. Au final, une dizaine de coups de fil...
avatar
Mrs Hobie
Érudit

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Mrs Hobie le Sam 18 Aoû 2018 - 23:48
Ah ben le père de mon fils là, il vient d'annuler sa dernière semaine de congés pour retourner au boulot car il y a un souci, et a priori ils l'ont appelé tous les jours pendant ses 2 semaines de congés qui viennent de s'écouler. Et il est dans le privé, alors les "vraies" semaines de congés, on repassera ...

_________________
    Plus tu pédales moins vite, moins t'avances plus vite.
Et même que la marmotte, elle met les stylos-plumes dans les jolis rouleaux
avatar
JEMS
Modérateur

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par JEMS le Dim 19 Aoû 2018 - 7:04
Regrettez-vous d'être devenu prof ?
Parfois, au vu des péripéties et de certaines situations (établissements difficiles et dysfonctionnements multiples, violences, TZR…).

Si c'était à refaire, quelles études auriez-vous fait ?

Des études d’histoire de l’art.

Pourquoi avoir fait ce métier ?
Un peu au hasard, scolarité chaotique, le déclic est venu avec des enseignants du supérieur.

Y'a t-il des profs qui ont choisi ce métier pour le nombre d'heures, les vacances, la sécurité de l'emploi ? Si oui, pensez-vous que ça en valait la peine ?
Je ne suis pas beaucoup présent au lycée, je tente de fuir cette atmosphère bruyante et remuante dès que possible. C’est agréable (quand son emploi du temps le permet) de pouvoir souffler chez soi. Pour les vacances, c’est aussi agréable de pouvoir planifier de grandes plages de vacances (mon conjoint a 9 semaines).
La sécurité, tout est relatif.

Et aussi la routine du métier ne vous dérange t-elle pas ?
Il n’y a pas de routine en LP… chaque jour son lot de surprises… et de projets et de nouvelles matières… donc non.

Quels avantages y a-t-il à tirer de ce métier ?

De un, le salaire. Et oui, je surprends un peu, mais autour de moi, les salaires sont si bas que j’hallucine toujours.
Le temps libre.
Les vacances même s’il faut un temps pour décrocher vraiment.
De belles rencontres avec des gamins attachants (ou attachiants...).

Et je poursuis dans les inconvénients avec les mutations, la violence, de moins en moins de reconnaissance, le salaire qui est très faible vu le niveau d'étude et la sélectivité du concours, les copies, cours à préparer, avec très peu de ressources sur Internet.

Mutations… si tu es en couple, c’est devenu de pire en pire, tu peux bouger et ta moitié rester, tu veux bouger à deux mais impossible avec ce mouvement à deux tours.
La violence, j’ai donné. Elle a failli m’avoir. Donc il faut la prendre en compte et surtout être bien entouré car ne compte pas sur ta hiérarchie pour t’appuyer.

Pensez-vous, qu'à l'heure actuelle, prof est devenu un métier à fuir ?

Le salaire de début de carrière, les conditions de travail, la hiérarchie et des collègues de plus en plus individualistes… perso, si tu n’es pas ultra motivé, je dirais oui.
Pour les ressources, ce n’est pas vrai, franchement, avec une bonne connaissance pratique de didactique, tu devrais t’en sortir (mais là encore, faut-il avoir une formation de qualité). Il faut juste te donner un cadre de travail, ne rien entamer sans avoir une vue d’ensemble des séquences. L’impro, ça ne pardonne pas.

kyralina
Niveau 7

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par kyralina le Dim 19 Aoû 2018 - 10:43
J'aime beaucoup mon métier. Je ne regrette pas mon choix. Deux bémols: les copies et la baisse de notre pouvoir d'achat. Sinon aucun regret!
avatar
Leclochard
Empereur

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Leclochard le Dim 19 Aoû 2018 - 11:31
@kyralina a écrit:J'aime beaucoup mon métier. Je ne regrette pas mon choix. Deux bémols: les copies et la baisse de notre pouvoir d'achat. Sinon aucun regret!

Justement, lorsque le point d'indice ne compense pas l'inflation sur une longue période, cela finit par peser. On a beau faire des heures supp (à quel prix!) et passer des échelons, cela ne suffit pas toujours. Les jeunes qui pourraient postuler aux concours le savent et ils préfèrent choisir une autre voie.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
avatar
Anarore
Niveau 9

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Anarore le Lun 20 Aoû 2018 - 18:54
Regrettez-vous d'être devenu prof ?
Oui et non. Je voulais faire ce métier depuis toute petite, mais quand je vois les réformes, et les gamins d'aujourd'hui, je regrette de ne pas pouvoir être le "passeur" que je souhaitais être.

Si c'était à refaire, quelles études auriez-vous fait ?
J'aurais conservé mon cursus de lettres je pense. Sinon Pâtisserie.

Pourquoi avoir fait ce métier ?
Cf ci-dessus : l'envie de donner aux gens, de réduire l'ignorance, de permettre aux gamins de mieux comprendre le monde et eux-mêmes grâce aux livres.

Y'a t-il des profs qui ont choisi ce métier pour le nombre d'heures, les vacances, la sécurité de l'emploi ? Si oui, pensez-vous que ça en valait la peine ?
Non, même si ça a pesé dans la balance : forcément avoir un statut qui permet un emploi à vie, ça aide. Les vacances et les horaires pour gérer une vie de famille aussi. Mais ce n'était pas l'argument principal. Par contre cela rend service avec les loyers, crédits etc...

Et aussi la routine du métier ne vous dérange t-elle pas ?

Certes on répète des cours, mais les classes ne sont jamais les mêmes. Et si tu en as marre, il suffit de changer de support (texte, image, chanson etc...). Après tu apprendras toujours les mêmes fondamentaux aux élèves, mais le but du jeu c'est de trouver comment le passer au mieux. Or, ça, ça change vite.

Quels avantages y a t-il à tirer de ce métier ?
La sécurité de l'emploi, le partage humain. Mais il y a aussi des inconvénients que tu as cités : la paye est clairement insuffisante, le mépris des gens va grandissant et nos propres gouvernements nous coulent avec des réformes terribles, beaucoup de parents sont démissionnaires, les gamins n'ont plus le goût de l'effort, sans compter les copies qu'il faut corriger à la maison. Bref, ce n'est pas un boulot que tu laisses à ton bureau à 17h, les problèmes rentrent avec toi. Après je n'ai jamais été agressée, mais je me suis parfois retrouvée dans des situations tendues : les collègues m'ont soutenue, y compris face à la direction. ça aussi, c'est la loterie... Mais j'ai eu la grande chance d'éviter les zones très difficiles.  
Pour faire les cours, outre internet je consulte des tonnes de manuels, j'échange avec d'autres profs on partage nos idées, ça va plutôt vite.

Pensez-vous, qu'à l'heure actuelle, prof est devenu un métier à fuir ?

Honnêtement ? Oui ! Malgré ma vocation, je serais très étonnée de finir mes jours en tant que prof vu la façon dont ça dérape. Je réfléchis déjà à une reconversion. Pas à la minute, mais dans les 5 prochaines années la façon dont ça se passe sera décisive pour moi : comme beaucoup l'ont dit, les quelques avantages listés de notre profession vont très certainement disparaître (on rogne toujours nos vacances, on va augmenter nos heures mais pas nos points d'indice, on va briser le statut de fonctionnaire, nous obliger à muter tous les 10 ans dans notre "bassin d'affectation", et augmenter les pseudo-formation sur les jours libres) je trouverais donc un autre moyen de "nourrir" les gens et continuerai à me cultiver de mon côté dans ce cas.

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac
Contenu sponsorisé

Re: Regrettez-vous d'être devenu prof ? Y a-t-il réellement des avantages ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum