Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Ponocrates
Habitué du forum

Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Ponocrates le Ven 31 Aoû 2018 - 10:07
Quelques extraits d'un article du Monde
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/08/31/hors-contrat-comment-comprendre-le-succes-des-ecoles-alternatives_5348308_4355770.html

Mathilde Damgé dans le Monde a écrit:
La rentrée 2018 verra un renforcement inédit des conditions d’ouverture des écoles hors contrat[...]
les écoles publiques, dans le primaire, ont perdu 30 000 élèves en 2017 par rapport à la rentrée 2016. Les écoles privées en ont quant à elles gagné 7 000, dont 5 000 dans le privé hors contrat.
En maternelle, ce dernier a gagné 300 enfants de plus, quand le privé sous contrat en perdait 1 300 et le public 2 600.
[...]Hors contrat : le primaire a augmenté de 75 % en 6 ans
[...] Les académies d’Ile-de-France regroupent 34,6 % des élèves hors contrat, dont 16,5 % dans la seule académie de Versailles, établit le rapport sénatorial.
[...]Un rapport rédigé en 2016 par l’académie de Versailles à la suite de contrôles inopinés dans une trentaine d’écoles avait révélé qu’aucune des écoles inspectées n’enseignait le socle commun de connaissances.

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
yohm
Je viens de m'inscrire !

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par yohm le Lun 10 Sep 2018 - 21:27
Peut être que ce qui est enseigné en hors contrat correspond mieux aux valeurs et aux attendus de la société moderne ?
avatar
Ponocrates
Habitué du forum

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Ponocrates le Lun 10 Sep 2018 - 21:47
@yohm a écrit:Peut être que ce qui est enseigné en hors contrat correspond mieux aux valeurs et aux attendus de la société moderne ?
Pour le secondaire si par "valeur" vous entendez consumérisme et aveuglement, cela marche...
« choisir une école secondaire hors contrat relève souvent de l’ultime solution pour échapper à une réorientation professionnelle, à un redoublement non souhaité, pour remédier à un manque d’engagement dans le travail scolaire compromettant les chances de réussite au bac », résume Thomas Jallaud,

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
pseudo-intello
Fidèle du forum

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par pseudo-intello le Mar 11 Sep 2018 - 0:59
Il y a convergences de différentes philosophies derrière cette augmentation. D'un côté, il y a le clan bobo, féru de Montessori. Des écoles ouvrent parce que c'est la mode du moment chez ceux qui ont du pognon. Il y a également des écoles coraniques, encore très très minoritaires, mais qui ouvrent. Sans doute également des juives et des chrétiennes, mais j’avoue ne rien avoir lu/entendu à ce sujet, donc je préfère ne pas m'avancer.

Il y a sans doute aussi des écoles "à l'ancienne", pour les parents qui veulent que leur progéniture échappe à toutes les lubies des programmes de l'EN. Ni EPI, ni dilution des horaires de français dès le primaire au profit de l'informatique, l'environnement, l'anglais dès la maternelle et j'en passe, ni... avec mon mari, d'ailleurs, on se dit parfois que si on avait les sous pour, on ouvrirait une école hors contrat (avec latin et grec obligatoires). Very Happy
avatar
roxanne
Devin

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par roxanne le Mar 11 Sep 2018 - 1:28
Il y a aussi les écoles des riches qui se sont fait virer du privé sous contrat et qui ne veulent pas du public.
avatar
Verdurette
Modérateur

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Verdurette le Mar 11 Sep 2018 - 5:49
Je connaissais de réputation cette école de mon ancien lieu d'habitation : http://ecole-st-dominique.fr/home/la-charte/
Les gens se battaient pour y aller, le hors contrat permettant de s'affranchir des réformes successives et de donner un caractère réellement religieux à la vie de l'établissement.
Il faut reconnaitre qu'ils avaient d'excellents résultats.

J'ai lu récemment un article concernant cet autre type d'école : http://www.info-chalon.com/articles/sud-de-l-agglomeration/2017/08/21/31936/varennes-le-grand-l-autre-ecole-de-gaelle-montmaron-ouvrira-ses-portes-le-4-septembre-prochain/
Il y a aussi beaucoup d'écoles (laïques) qui surfent sur les dys et autres inadaptations scolaires, vraies ou fausses, (car il y a les deux !!), car une chose est sûre ; malgré ses grands discours sur l'inclusion et la diversification des parcours, l'école publique  ne sait clairement pas gérer ces difficultés : ou tout est fait (plus ou moins bien ) pour les dys, et les autres sont abandonnés, ou on s'occupe des autres et les dys sont laissés pour compte. je me compte dans les incapables : j'estime qu'il y a à la fois trop de "dys" en pourcentage, et trop de pathologies différentes. Une classe avec un tiers d'élèves dysfonctionnels, et parfois 3 ou 4 AVS pour 25/30 élèves, c'est juste ... impossible.
may68
Neoprof expérimenté

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par may68 le Mar 11 Sep 2018 - 9:41
A écouter :

https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/quand-des-fonds-d-investissement-americains-rachetent-des-ecoles-francaises

... un nouvel acteur a fait irruption dans ce qui est devenu un véritable marché de l’éducation : des fonds d’investissement américains. Ces fonds rachètent certaines écoles privées, dont les enseignants restent payés par l’Éducation nationale, dans le but de réaliser une plus-value en les revendant quelques années plus tard. Laura Raim a enquêté sur cette privatisation croissante du secteur de l’éducation.
Patience et raison
Niveau 8

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Patience et raison le Mar 11 Sep 2018 - 11:50
Je ne crois pas tellement dans le développement des écoles "coraniques" dans le sens où les élèves apprendraient le Coran et la tradition... Mais le développement d'écoles sous contrat sur le modèle des écoles juives type Ozar Hatorah (non mixité, alimentation conforme aux prescriptions religieuses, cours de religion (?), calendrier tenant compte des fêtes religieuses...) me semble lui, beaucoup plus réaliste (et ne parlons pas du cas où un "chèque-éducation" serait créé).

_________________
« Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit » — Henri Lacordaire
« Quand le droit bavarde, le citoyen ne lui prête plus qu'une oreille distraite » — Rapport du Conseil d'État de 1991, De la sécurité juridique.

"Alors n’oubliez pas : si vous voulez vraiment être productifs, apprenez à travailler avec des outils qui font gagner du temps au lieu de tout refaire à la main. Mais si votre passion, c’est de ne surtout pas utiliser de livres déjà complets, et de réécrire votre propre truc à chaque fois parce que « Je préfère utiliser mes propres outils et je n’arrive pas à utiliser ceux des autres« , alors félicitations :
Vous êtes bons pour rejoindre l’Éducation Nationale française." Odieux ***.
avatar
yohm
Je viens de m'inscrire !

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par yohm le Mar 11 Sep 2018 - 18:14
En fait, ce qui me surprend dans vos réactions par rapport au hors contrat, c'est que vous ne citez qu'un exemple précis pour établir une généralité, ou des condamnations à priori (en reconnaissant en plus l'ignorance de leurs pratiques)
Je vous invite vraiment à aller rencontrer des familles ou des enseignants dans des écoles hors contrats (en dehors des mauvais exemples). Ces écoles ne sont pas des havres fascistes, extrémistes ou totalement farfelues.
Il y en a (comme pour des écoles sous contrat d'ailleurs), mais la réforme sur les écoles hors contrat a pour but de les contraindre ou de les limiter (car il faut 5 ans d'expérience dans l'éducation nationale pour devenir directeur d'une école hors contrat, ce qui fait que si ce genre d'école ouvre, c'est bien parce qu'il y a d'anciens collègues qui veulent bien les porter).

La majorité des écoles hors contrat ont un vrai projet pédagogique, pensé et pas aussi farfelues que vous le dites. Elles ont l'obligation de mettre en place des outils pour valider le socle commun des compétences et des connaissances et c'est pour cela que les écoles citées dans ce rapport ont surement du mettre en place un outil d'évaluation du socle.

Puis, si vous pensez que ces écoles vous volent vos élèves, sachez que la plupart des enfants dans des écoles alternatives viennent de familles qui ne souhaitaient pas les scolariser dans le système classique de toute façon.

Bref, je vous prierai d'arrêter de condamner à priori ce que vous ne connaissez pas, vous auriez même des choses à apprendre d'eux.
Pierre-Henri
Habitué du forum

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Pierre-Henri le Mar 11 Sep 2018 - 18:40
Elles paient surtout leurs professeurs des clopinettes, ce qui suffit à démontrer le mépris inouï, scandaleux, qu'ont leurs responsables pour notre profession.


Dernière édition par Pierre-Henri le Mar 11 Sep 2018 - 19:00, édité 1 fois
avatar
Delia
Neoprof expérimenté

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Delia le Mar 11 Sep 2018 - 18:57
L'école Saint-Dominique, citée par Verdurette, est de son propre aveu un repaire d'intégristes : messe en latin et catéchèse traditionnelle. Bonjour l'ouverture au monde !

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
avatar
Elaïna
Empereur

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Elaïna le Mar 11 Sep 2018 - 19:30
@Delia a écrit:L'école Saint-Dominique, citée par Verdurette, est  de son propre aveu un repaire d'intégristes : messe en latin et catéchèse traditionnelle. Bonjour l'ouverture au monde !

J'ai un certain nombre d'élèves qui sont passés par ce bahut (j'enseigne dans le gros public du coin) et c'est très loin d'être le repaire d'intégristes, en fait. C'est catho, oui, mais très loin d'être fermé. On peut très bien y aller sans être baptisé/confirmé/tout le toutim. Et en effet, le niveau y est excellent, comme le souligne Verdurette.

Et à bien réfléchir, quand je vois certaines classes de seconde dans mon lycée (qui est pourtant réputé "d'élite", LOL), je crois que si j'avais un de mes gamins dedans et que ça d'autre comme bahut sous la main, je préférerais un peu de messe en latin et des cours qui peuvent se dérouler normalement, plutôt que le grand n'importe quoi général.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
Elaïna
Empereur

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Elaïna le Mar 11 Sep 2018 - 19:31
@Delia a écrit:L'école Saint-Dominique, citée par Verdurette, est  de son propre aveu un repaire d'intégristes : messe en latin et catéchèse traditionnelle. Bonjour l'ouverture au monde !

On pourrait aussi t'objecter "Bonjour le cliché" du catho forcément débile, mais bon.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
yohm
Je viens de m'inscrire !

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par yohm le Mar 11 Sep 2018 - 19:48
@Pierre-Henri a écrit:Elles paient surtout leurs professeurs des clopinettes, ce qui suffit à démontrer le mépris inouï, scandaleux, qu'ont leurs responsables pour notre profession.

Parce que tu trouves que tu es bien payé dans l'éducation nationale ?
Blague mise à part, ces écoles doivent tout payer, dont leurs profs et faudrait alors savoir, soit on leur reproche d'être trop chère, soit on leur reproche de ne pas payer assez leurs profs, au niveau financier, c'est forcément compliqué par rapport à des écoles sous contrat où les profs sont payés par l'état.
Mais pour ma part, ça ne me gênerait pas d'être payé moins pour pouvoir enseigner dans une école avec un vrai projet pédagogique moderne et je pense que des enseignants là bas sont de cet avis aussi.
D'ailleurs, pourquoi de nombreux enseignants quittent l'éducation nationale pour ouvrir une école hors contrat ?

Sinon, vous êtes toujours sur un exemple d'école pour attaquer une généralité, ça ne me convainc toujours pas.
avatar
Delia
Neoprof expérimenté

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Delia le Mar 11 Sep 2018 - 19:53
@Elaïna L'animation spirituelle est confiée à des prêtres de l'Institut du Christ Roi souverain prêtre. Renseignements pris sur wikipédia, ce sont les squatters de Port-Marly. Bref, des gens qui en sont restés à Vatican I, pour ne pas dire à Trente, et qui ne vont certainement pas aller vers les périphéries. C'est bien parce que je suis catholique moi-même, et engagée dans des mouvements d'Eglise, qu'ils me font peur.

Ceci posé, je ne doute pas un instant de la qualité de leur enseignement des maths ou de la physique, la question n'est pas là.

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
avatar
Elaïna
Empereur

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Elaïna le Mar 11 Sep 2018 - 20:49
Delia, en soi je suis d'accord avec toi, je n'ai guère de sympathie pour ce type de personnages. Après quand je vois les élèves qui sont passés par chez eux, on est quand même assez loin du monde totalement fermé. Par ailleurs les profs y font du bon travail (avec un bon matériau de départ, on est d'accord, ils sélectionnent évidemment). Mais en soi l'enseignement semble bon.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
XIII
Fidèle du forum

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par XIII le Mar 11 Sep 2018 - 21:11
Ecole maternelle : Montessori, neurosciences... ou comment le libéralisme tente ses « révolutions pédagogiques ?"

Christine Passerieux, du GFEN, décrypte dans le détail, ce qui se cache derrière les propositions à la mode telles les neuro-sciences, la référence à Montessori, les rythmes naturels d’Alvarez, la bienveillance, les intelligences multiples… Eclairant et indispensable à qui veut résister à la vague libérale ! a écrit:

http://epsetsociete.fr/Ecole-maternelle-Montessori
avatar
Carrie7
Niveau 8

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Carrie7 le Mar 11 Sep 2018 - 21:34
@Elaïna a écrit:Delia, en soi je suis d'accord avec toi, je n'ai guère de sympathie pour ce type de personnages. Après quand je vois les élèves qui sont passés par chez eux, on est quand même assez loin du monde totalement fermé. Par ailleurs les profs y font du bon travail (avec un bon matériau de départ, on est d'accord, ils sélectionnent évidemment). Mais en soi l'enseignement semble bon.

J'enseigne aussi dans le coin, dans un étb privé de très bon niveau, et nos quelques élèves arrivant de St Dominique sont vraiment bien formés. j'aimerais bien que mes enfants le soient aussi bien, si j'en avais les moyens !
avatar
Fesseur Pro
Grand Maître

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Fesseur Pro le Mar 11 Sep 2018 - 21:38
C'est un tel foutoir dans les établissements publics qu'il n'y a pas de quoi s'étonner.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
avatar
Elaïna
Empereur

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Elaïna le Mar 11 Sep 2018 - 21:58
@Fesseur Pro a écrit:C'est un tel foutoir dans les établissements publics qu'il n'y a pas de quoi s'étonner.

Exactement. Là où je suis, on n'a pas trop à se plaindre en général. Mais certaines secondes sont totalement nulles, et d'autres c'est carrément l'angoisse. On en a chaque année une (sur 13) horrible (l'an dernier, ça a donné une PP au bord du burn out dans une classe avec 4 conseils de de discipline), cinq ou six vraiment pas évidentes, une très bonne classe ou deux (là où on trouve ceux qui font latin, chinois, italien, euro etc) et le reste, c'est le pays des aveugles où les borgnes sont rois. Franchement, mes gamins auraient été dans la seconde de l'angoisse, je les aurais envoyés direct à la messe en latin.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
Delia
Neoprof expérimenté

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Delia le Mer 12 Sep 2018 - 0:01
@Carrie7 a écrit:
@Elaïna a écrit:Delia, en soi je suis d'accord avec toi, je n'ai guère de sympathie pour ce type de personnages. Après quand je vois les élèves qui sont passés par chez eux, on est quand même assez loin du monde totalement fermé. Par ailleurs les profs y font du bon travail (avec un bon matériau de départ, on est d'accord, ils sélectionnent évidemment). Mais en soi l'enseignement semble bon.

J'enseigne aussi dans le coin, dans un étb privé de très bon niveau, et nos quelques élèves arrivant de St Dominique sont vraiment bien formés. j'aimerais bien que mes enfants le soient aussi bien, si j'en avais les moyens !

Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés...
Je ne doute pas un instant de la qualité intellectuelle de la formation, je redoute le formatage spirituel.

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
avatar
Carrie7
Niveau 8

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Carrie7 le Mer 12 Sep 2018 - 6:18
@Delia a écrit:
@Carrie7 a écrit:
@Elaïna a écrit:Delia, en soi je suis d'accord avec toi, je n'ai guère de sympathie pour ce type de personnages. Après quand je vois les élèves qui sont passés par chez eux, on est quand même assez loin du monde totalement fermé. Par ailleurs les profs y font du bon travail (avec un bon matériau de départ, on est d'accord, ils sélectionnent évidemment). Mais en soi l'enseignement semble bon.

J'enseigne aussi dans le coin, dans un étb privé de très bon niveau, et nos quelques élèves arrivant de St Dominique sont vraiment bien formés. j'aimerais bien que mes enfants le soient aussi bien, si j'en avais les moyens !

Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés...

Je ne doute pas un instant de la qualité intellectuelle de la formation, je redoute le formatage spirituel.


Euh... en l'occurrence, la personne qui juge, ici, c'est vous non ?
Concernant le formatage spirituel, comme dit plus haut tout le monde n'a pas la même foi ni les mêmes opinions dans cette école, et ça n'a pas l'air de poser de problème.Les élèves que j'ai eus ne m'ont pas parus traumatisés par un quelconque formatage spirituel.
avatar
Verdurette
Modérateur

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Verdurette le Mer 12 Sep 2018 - 9:05
@yohm a écrit:En fait, ce qui me surprend dans vos réactions par rapport au hors contrat, c'est que vous ne citez qu'un exemple précis pour établir une généralité, ou des condamnations à priori (en reconnaissant en plus l'ignorance de leurs pratiques)
Je vous invite vraiment à aller rencontrer des familles ou des enseignants dans des écoles hors contrats (en dehors des mauvais exemples). Ces écoles ne sont pas des havres fascistes, extrémistes ou totalement farfelues.
Il y en a (comme pour des écoles sous contrat d'ailleurs), mais la réforme sur les écoles hors contrat a pour but de les contraindre ou de les limiter (car il faut 5 ans d'expérience dans l'éducation nationale pour devenir directeur d'une école hors contrat, ce qui fait que si ce genre d'école ouvre, c'est bien parce qu'il y a d'anciens collègues qui veulent bien les porter).

La majorité des écoles hors contrat ont un vrai projet pédagogique, pensé et pas aussi farfelues que vous le dites. Elles ont l'obligation de mettre en place des outils pour valider le socle commun des compétences et des connaissances et c'est pour cela que les écoles citées dans ce rapport ont surement du mettre en place un outil d'évaluation du socle.

Puis, si vous pensez que ces écoles vous volent vos élèves, sachez que la plupart des enfants dans des écoles alternatives viennent de familles qui ne souhaitaient pas les scolariser dans le système classique de toute façon.

Bref, je vous prierai d'arrêter de condamner à priori ce que vous ne connaissez pas, vous auriez même des choses à apprendre d'eux.

Je pense très sincèrement qu'il est impossible d'émettre un jugement général, compte tenu précisément de la diversité de ces écoles hors contrat, je ne vois pas comment on peut comparer des écoles qui se réclament d'une obédience religieuse (pas forcément intégriste) et celles qui sont totalement laïques et reposent sur un programme pédagogique (Montessori, Steiner , Hattemer, les Roches ou autre).

Compte tenu de l'étroitesse d'esprit et du formatage mental qu'on nous impose à l'EN, et surtout de l'impossibilité de proposer un environnement propice au travail dans bon nombre d'établissements, je me dis que les personnes qui ont les moyens de choisir ce qu'elles souhaitent pour leurs enfants ont bien de la chance. Je ne cautionne pas les établissements sectaires, mais je me demande jusqu'à quel point il n'y a pas une once de jalousie dans la rancœur qu'on manifeste envers le privé hors contrat.

Un bémol : je sais que ces établissements ne vivent qu'avec les frais de scolarité (assez considérables) versés par les parents, mais pour avoir consulté des annonces -je l'avoue, car j'en ai par dessus la tête des gamins et des parents insupportables que je dois affronter depuis quelques années - j'ai été choquée des salaires proposés aux professeurs. Je ne dis pas que nous sommes bien payés à l'EN, mais c'est Byzance à côté de leurs émoluments. (environ le SMIC et même moins quand il y a peu d'heures ... c'est tout de même maigrelet, surtout pour des profs qui doivent vivre leur métier comme un apostolat. )
avatar
Elaïna
Empereur

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Elaïna le Mer 12 Sep 2018 - 9:23
Après c'est un choix aussi d'aller bosser dans ces établissements. J'ai une amie qui a eu le CAPES d'anglais et a jeté l'éponge après plusieurs années d'enseignement dans un lycée-poubelle. Elle a démissionné et pris un job dans une boîte privée hors contrat où elle enseigne le français et l'anglais. Certes le salaire est maigre, elle n'a qu'un temps partiel, mais ses conditions d'enseignement sont idéales. Quand je vois les copies qu'elle me montre de ses élèves (argumentation au poil, orthographe et syntaxe parfaites), quand je vois qu'à la fin d'une journée elle est encore assez fraîche pour s'occuper de sa famille, ben, j'avoue avoir une pointe de jalousie en corrigeant mes copies torchon épuisée par une journée de cours à faire de la discipline dans mon "lycée d'élite".

Il se trouve que j'ai envie de pouvoir me payer un certain nombre de trucs (des voyages notamment), alors mon salaire d'agrégée me convient bien. Ma copine et son conjoint ont fait un autre choix de vie, avec des salaires moindres (ils ne vivent pas à Paris non plus...), une autre façon d'être en somme (lui ne gagne pas non plus des fortunes). Mais si on me proposait le même salaire dans une de ces boîtes, je ne dis pas que je ne serais pas tentée.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
Manu7
Niveau 7

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Manu7 le Mer 12 Sep 2018 - 12:09
Il est impossible de comparer les résultats du hors contrat, du sous contrat et du public, car par définition les échantillons ne sont pas comparables.

Après le hors contrat fait un peu peur car justement ils n'ont pas les mêmes obligations que les autres donc il peut y avoir parfois des déviances. On peut aussi avoir peur de recevoir des leçons mais ce n'est pas possible de reprendre leur méthode pour l'imposer à tous. Il y a du moderne ou bien du très traditionnel, mais les familles sont toutes volontaires et si elles ne veulent pas suivre le dogme et bien elles doivent partir. Dans le privé sous contrat (c'est le cas de mon établissement), nous avons aussi cette porte de sortie en dernier recours quand la famille s'oppose à notre projet d'établissement et bien on leur montre la porte de sortie en fin d'année, ce qui explique en partie nos meilleurs résultats aux examens, quand je dis que cela améliore nos résultats ce n'est pas à cause des départs mais à cause du principe, les élèves et les parents savent qu'ils ont des devoirs et notre but étant la réussite de tous, nous avons toujours le dernier mot.
Contenu sponsorisé

Re: Hors contrat : comment comprendre le succès des écoles alternatives ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum