Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
René Chiche
Niveau 4

Boycott des tests de positionnement en classe de seconde Empty Boycott des tests de positionnement en classe de seconde

par René Chiche le Mer 5 Sep 2018 - 10:43
La réforme du bac et celle du lycée sont mises en œuvre dès cette année, avec la même précipitation et dans la même obscurité que celles qui ont présidé à leur conception.

Les recteurs devront notamment mettre au point la carte des enseignements de spécialité par bassin d’ici à décembre.

(Cf. https://www.letudiant.fr/lycee/exclusif-reforme-du-lycee-toutes-les-specialites-ne-seront-pas-proposees-dans-votre-lycee.html )

Toutes les académies ne vont pas procéder de la même façon : certains recteurs consulteront les « équipes », d’autres s’arrangeront seulement avec les proviseurs.

Dans tous les cas, l’offre d’enseignement par rapport à l’existant va être réduite à peau de chagrin dans l’enseignement général. A la clef, des économies considérables, des suppressions de postes, des éclatements de service sur plusieurs établissements dans des disciplines jusqu’à présent moins touchées que d’autres par ce fléau.

Les votes quasi-unanimes au Conseil supérieur de l’éducation n’ont eu aucun effet sur la mise en œuvre de cette réforme, dont les décrets ont été publiés cet été.

La protestation des organisations syndicales et associatives, timides parce qu’elles ont accepté de se faire balader par Mathiot et sa soi-disant consultation, a eu à peu près le même effet que prêcher dans le désert.

C’est que les professeurs de lycée n’avaient jusqu’à présent qu’un regard abstrait sur cette réforme. En cette rentrée, beaucoup commencent à se rendre compte de ce qu’elle signifie et entraîne concrètement.

Dès l’automne, ils vont devoir faire le tour des classes de secondes pour « vendre » leur discipline et attirer l’élève devenu plus que jamais client et consommateur capricieux !

Ils vont enfin apprendre en janvier que leur établissement devra envoyer ses élèves dans tel ou tel autre établissement voisin pour aller suivre une spécialité dont l’ouverture ne leur sera pas accordée.

Nous allons vers une gabegie incroyable, et une désorganisation complète du lycée général sous prétexte de simplification du baccalauréat.

Il est temps de réagir.

Nous invitons les collègues à boycotter les évaluations mises en place en seconde appelées "tests de positionnement". Aucun texte légal ni réglementaire ne leur en fait obligation : ces évaluations sont une lubie du ministre qui ne peut constituer une obligation de service tant qu’un décret ou un arrêté – ce qui fait pour l’instant défaut – ne les traitent pas comme telles.

Les jours à venir seront décisifs : ou bien les chefs d'établissements répercutent auprès des recteurs le refus des professeurs de collaborer à une réforme qui n'a tenu aucun compte de leurs critiques et avis ; ou bien il ne se passe rien, et nous découvrirons en janvier une carte des spécialités qui entraînera pour les années suivantes une série de conséquences catastrophiques sur les services et l'attractivité des établissements.

René Chiche
Professeur de philosophie
Vice-président de AD
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum