Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Phanneh
Niveau 1

Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Phanneh le Sam 8 Sep 2018 - 22:23
Bonjour,
Je commence lundi mon master MEEF Arts Plastiques et je trainais ce soir sur internet afin d'en savoir un peu plus sur le métier de professeur d'arts plastiques. Mais tout ce que je vois, ce ne sont que des messages alarmants d'enseignants qui n'en peuvent plus...
Du coup je me questionne, et en viens à douter. Est-ce un métier si dur à vivre au quotidien ? Les élèves se croient-ils réellement en récréation ? N'y a-t-il rien de positif à part la sureté de l'emploi ?
Par ailleurs, je me demandais comment s'effectuent les premières affectations après le master. Le classement au concours joue-t-il un rôle ou est-on obligé de passer par la case "classe insupportable" ?
Je vous remercie pour vos réponse.
Fanny
avatar
Balthazaard
Esprit éclairé

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Balthazaard le Sam 8 Sep 2018 - 23:40
@Phanneh a écrit:Bonjour,
Je commence lundi mon master MEEF Arts Plastiques et je trainais ce soir sur internet afin d'en savoir un peu plus sur le métier de professeur d'arts plastiques. Mais tout ce que je vois, ce ne sont que des messages alarmants d'enseignants qui n'en peuvent plus...
Du coup je me questionne, et en viens à douter. Est-ce un métier si dur à vivre au quotidien ? Les élèves se croient-ils réellement en récréation ? N'y a-t-il rien de positif à part la sureté de l'emploi ?
Par ailleurs, je me demandais comment s'effectuent les premières affectations après le master. Le classement au concours joue-t-il un rôle ou est-on obligé de passer par la case "classe insupportable" ?
Je vous remercie pour vos réponse.
Fanny

Tant qu'elle existe encore..
pseudo-intello
Habitué du forum

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par pseudo-intello le Dim 9 Sep 2018 - 0:03
La case "bahut insupportable" n'est pas obligatoire, à condition, généralement, d'accepter d'être au vert. On trouve de charmants collèges bien planqués dans les cambrousses - et d'autres pourris, et parfois, impossible de comprendre pourquoiBledpaumé1 est choupi et Bledpaumé2, le voisin, est naze.

En arts plastiques, la difficulté est qu'effectivement, tu n'as pas le "prestige" de la matière "utile" pour la poursuite de études. Que les profs d'arts pla qui passent par là ne me jettent pas la pierre, ce n'est pas mon opinion, mais voyez-vous, je suis prof de lettres classiques, et je vois bien que quand je fais une réunion parents-profs sur un niveau que je n'ai qu'en français, les parents font le pied de grue toute la soirée devant ma prote, et si je dis "ça ne va pas du tout", ils sermonnent Jean-Téo. En revanche, le lendemain, quand je reviens à la réunion parents-profs sur un niveau que je n'ai qu'en latin, je vois deux tondues et trois pelées, et si j'ai le malheur de dire "ça ne va pas du tout", on me répond que c'est pas grave, Jean-Téo veut faire S. Voire que "ce n'est pas grave : dans ce cas, Jean-Téo va arrêter le latin l'an prochain".
avatar
Balthazaard
Esprit éclairé

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Balthazaard le Dim 9 Sep 2018 - 2:04
Ne te fais quand même pas trop d'illusion sur la réalité du métier. j'estime que c'est un métier dur au quotidien, tout n'est pas noir mais si tu as une seule classe délicate (et parfois seulement un ou deux élèves délicats) cela peut, suivant ton caractère, te pourrir une année entière. La satisfaction que tu auras peut-être avec les autres ne compensera pas cela. La relation avec les élèves est la seule chose que l'on ne peut comprendre qu'en la vivant, et reste le propre de ce métier.
avatar
Maju
Niveau 5

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Maju le Dim 9 Sep 2018 - 8:43
Je comprends ce que tu veux dire, on intervient souvent sur les forums pour chercher de l'aide face à une situation compliquée, ou exprimer son ras le bol (et c'est bien utile!), beaucoup moins pour parler de ce qui va bien. Je trouve que c'est un métier riche, et dense, qui apporte bien des satisfactions dans le travail en classe et la relation aux élèves, à condition de ne pas l'idéaliser, et de ne pas en attendre reconnaissance ou gratitude de la part de la société, ou des élèves. Cela arrive, parfois, et cela fait du bien, mais si on l'attend, on est déçu d'en recevoir si peu, alors que si on ne l'attend pas, c'est un bonus!
Je rejoins pseudo-intello sur la question du "prestige" de la matière dans l'esprit des élèves et de leurs parents, mais à l'inverse, l'art plastique est parfois vu par certains élèves comme une matière à part, qui leur permet de montrer d'autres qualités, et ils l'apprécient pour cela.
avatar
Oudemia
Empereur

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Oudemia le Dim 9 Sep 2018 - 8:57
@Phanneh a écrit:Bonjour,
Je commence lundi mon master MEEF Arts Plastiques et je trainais ce soir sur internet afin d'en savoir un peu plus sur le métier de professeur d'arts plastiques. Mais tout ce que je vois, ce ne sont que des messages alarmants d'enseignants qui n'en peuvent plus...
Du coup je me questionne, et en viens à douter. Est-ce un métier si dur à vivre au quotidien ? Les élèves se croient-ils réellement en récréation ? N'y a-t-il rien de positif à part la sureté de l'emploi ?
Par ailleurs, je me demandais comment s'effectuent les premières affectations après le master. Le classement au concours joue-t-il un rôle ou est-on obligé de passer par la case "classe insupportable" ?
Je vous remercie pour vos réponse.
Fanny
Arts plastiques, mathématiques, anglais etc. , quelle que soit la matière, pour l'année de stage après le concours comme pour l'affectation après titularisation, cela se fait aux points, et si le rang au concours en donne un peu ce n'est pas déterminant pour qu'on ait même l'académie souhaitée, alors ne parlons pas de l'établissement...
Des classes insupportables, il y en a malheureusement partout, et comme le dit Pseudo-intello c'est vrai que dans ta matière, où on ne voit que les élèves qu'une heure, et où on multiplie donc les classes et les risques, est mal lotie sur ce plan. Mais j'ai vu beaucoup de collègues pas plus malheureux que  ceux de maths, anglais etc.
Renseigne-toi bien sur les affectations/mutations.
avatar
Phanneh
Niveau 1

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Phanneh le Dim 9 Sep 2018 - 12:27
@pseudo-intello a écrit:La case "bahut insupportable" n'est pas obligatoire, à condition, généralement, d'accepter d'être au vert. On trouve de charmants collèges bien planqués dans les cambrousses - et d'autres pourris, et parfois, impossible de comprendre pourquoiBledpaumé1 est choupi et Bledpaumé2, le voisin, est naze.

J'ai en effet entendu parler de cette possibilité, et elle m'attire beaucoup. Mais comment faire pour avoir un collège à la campagne ? J'ai par exemple regardé le nombre de points pour cette année, avec 14 (ce qui est ce qu'on a quand on commence, à ce que j'ai compris ?) il y a Créteil, Versailles, Amiens ou Reims. Dans mon cas, il faudrait donc que je demande ces deux dernières académies ?
Aussi, je suis bretonne, l'académie de Rennes représente-elle la Bretagne entière ?

@Maju a écrit: Je trouve que c'est un métier riche, et dense, qui apporte bien des satisfactions dans le travail en classe et la relation aux élèves, à condition de ne pas l'idéaliser, et de ne pas en attendre reconnaissance ou gratitude de la part de la société, ou des élèves. Cela arrive, parfois, et cela fait du bien, mais si on l'attend, on est déçu d'en recevoir si peu, alors que si on ne l'attend pas, c'est un bonus!.

Je n'attend pas de reconnaissance dans mon travail... Du moins pas de la part de la hiérarchie ou des collègues. Ceux qui sont assez bêtes pour penser que l'art est inutile, ma foi, je ne peux pas grand chose pour eux... En revanche, il est vrai que si je veux être professeure, c'est pour apporter quelque chose aux élèves. Qu'ils ne deviennent pas ce genre d'adultes. Mais peut-être est-ce ça, idéaliser ce métier ?
Je suis consciente que certains (la majorité ?) des élèves ne seront pas intéressés, mais il y en a bien dans le lot qui doivent être attentifs...
Ce que j'espère surtout, c'est de ne pas devoir passer mes heures de cours à crier.

@Oudemia a écrit:Arts plastiques, mathématiques, anglais etc. , quelle que soit la matière, pour l'année de stage après le concours comme pour l'affectation après titularisation, cela se fait aux points, et si le rang au concours en donne un peu ce n'est pas déterminant pour qu'on ait même l'académie souhaitée, alors ne parlons pas de l'établissement...
Des classes insupportables, il y en a malheureusement partout, et comme le dit Pseudo-intello c'est vrai que dans ta matière, où on ne voit que les élèves qu'une heure, et où on multiplie donc les classes et les risques, est mal lotie sur ce plan. Mais j'ai vu beaucoup de collègues pas plus malheureux que  ceux de maths, anglais etc.
Renseigne-toi bien sur les affectations/mutations.

Je n'ai pas vraiment d'académie souhaitée, je sais surtout ce que je ne veux pas. Ça ne me dérange pas de changer de région, ou d'être en pleine campagne. En revanche, la région parisienne m'effraie vraiment. J'ai vécu un an à Paris, et j'ai détesté.
Je te remercie pour ta réponse ! D'ailleurs je vous remercie tous pour vos réponses Smile
pseudo-intello
Habitué du forum

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par pseudo-intello le Dim 9 Sep 2018 - 12:36
@Phanneh a écrit:
@pseudo-intello a écrit:La case "bahut insupportable" n'est pas obligatoire, à condition, généralement, d'accepter d'être au vert. On trouve de charmants collèges bien planqués dans les cambrousses - et d'autres pourris, et parfois, impossible de comprendre pourquoiBledpaumé1 est choupi et Bledpaumé2, le voisin, est naze.

J'ai en effet entendu parler de cette possibilité, et elle m'attire beaucoup. Mais comment faire pour avoir un collège à la campagne ? J'ai par exemple regardé le nombre de points pour cette année, avec 14 (ce qui est ce qu'on a quand on commence, à ce que j'ai compris ?) il y a Créteil, Versailles, Amiens ou Reims. Dans mon cas, il faudrait donc que je demande ces deux dernières académies ?
Aussi, je suis bretonne, l'académie de Rennes représente-elle la Bretagne entière ?

Alors la Bretagne, à moins d'avoir un PACS bien solide qui apporte beaucoup de points (genre séparation de conjoints), il ne faut pas trop compter dessus. Ceci dit, j'ai ouï dire qu'une fois qu'on y est, les collèges difficiles sont presque inexistants.

Sinon, comme les mutations se font en deux temps, on intègre d'abord une académie, puis un collège. Amiens ou Reims recèlent toutes les deux des coins bien paumés avec village mignonnets (et d’autres très durs). Certains ne coûtent pas cher en points.
avatar
Madame_Prof
Guide spirituel

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Madame_Prof le Dim 9 Sep 2018 - 12:52
Je ne vais pas développer, mais, j'aime mon métier, je l'exerce dans d'assez bonnes conditions (et j'ai été TZR plusieurs années, et maintenant en poste fixe dans le 93), j'aime mes élèves, ils s'intéressent à ce que je leur propose, ils progressent, et avec mes chefs actuels (oui j'ai connu des gros c*** aussi) et les parents ça va. Alors, oui, ça a pu être plus difficile dans certains établissements, oui parfois on est découragé / crevé / énervé / stressé ou je ne sais quoi d'autre, oui les conditions d'exercice se dégradent (salaires, horaires, pressions hiérarchiques, aberrations pédagogiques, effectifs, statut, réformes diverses), mais je n'ai aucune envie de faire autre chose. Comme tu l'as écrit plus haut, rien de plus merveilleux que lorsque que l'on constate que l'on apporte quelque chose à nos élèves, qu'ils apprennent, qu'ils comprennent, qu'ils sont heureux de cela. Et peut-être encore plus quand ce sont des élèves de milieu défavorisé.

Côté mutations... Ben, je préfère profiter de Paris et son offre d'activités culturelles (et autres) variées, de ses multiples rencontres, que de me retrouver paumée au fin fond de la compagne dans le Nord ou la grande banlieue de Reims, avec des conditions d'enseignement qui peuvent aussi être extrêmement difficiles. Donc, à toi de voir.

_________________
2017-2019 - Waouh, 10ème établissement, en POSTE FIXE Smile ! Et, militante plus que jamais I love you
2013-2017 - TZR en expérimentation au gré des établissements, et militante ! 
2012-2013 - Année de stage en collège
avatar
Phanneh
Niveau 1

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Phanneh le Dim 9 Sep 2018 - 13:29
@pseudo-intello a écrit:Alors la Bretagne, à moins d'avoir un PACS bien solide qui apporte beaucoup de points (genre séparation de conjoints), il ne faut pas trop compter dessus. Ceci dit, j'ai ouï dire qu'une fois qu'on y est, les collèges difficiles sont presque inexistants.

Sinon, comme les mutations se font en deux temps, on intègre d'abord une académie, puis un collège. Amiens ou Reims recèlent toutes les deux des coins bien paumés avec village mignonnets (et d’autres très durs). Certains ne coûtent pas cher en points.

Je crois que je préfère être dans une région "moyenne" (bien que je pense qu'on peut se construire une vie qui nous convienne à peu près partout en France) et avec mon copain que séparés pour pouvoir rentrer en Bretagne... Mais je changerai peut-être d'avis !

@Madame_Prof a écrit:Je ne vais pas développer, mais, j'aime mon métier, je l'exerce dans d'assez bonnes conditions (et j'ai été TZR plusieurs années, et maintenant en poste fixe dans le 93), j'aime mes élèves, ils s'intéressent à ce que je leur propose, ils progressent, et avec mes chefs actuels (oui j'ai connu des gros c*** aussi) et les parents ça va. Alors, oui, ça a pu être plus difficile dans certains établissements, oui parfois on est découragé / crevé / énervé / stressé ou je ne sais quoi d'autre, oui les conditions d'exercice se dégradent (salaires, horaires, pressions hiérarchiques, aberrations pédagogiques, effectifs, statut, réformes diverses), mais je n'ai aucune envie de faire autre chose. Comme tu l'as écrit plus haut, rien de plus merveilleux que lorsque que l'on constate que l'on apporte quelque chose à nos élèves, qu'ils apprennent, qu'ils comprennent, qu'ils sont heureux de cela. Et peut-être encore plus quand ce sont des élèves de milieu défavorisé.

Côté mutations... Ben, je préfère profiter de Paris et son offre d'activités culturelles (et autres) variées, de ses multiples rencontres, que de me retrouver paumée au fin fond de la compagne dans le Nord ou la grande banlieue de Reims, avec des conditions d'enseignement qui peuvent aussi être extrêmement difficiles. Donc, à toi de voir.

Existe-t-il un métier parfait dans lequel toutes les journées sont parfaites ? J'imagine que oui, mais ça doit concerner une très petite minorité de personnes... Ce qui m'intéresse, notamment, dans ce métier est la relation aux enfants. Je travaille avec des enfants depuis 8 ans et j'aime vraiment ça. Je ne sais pas s'ils peuvent être fondamentalement méchants, j'ai l'impression qu'ils sont toujours ouverts à ce qu'on leur propose. Et l'art est un moyen merveilleux d'apaisement. Je n'ai pas encore commencé mon métier, et j'espère que j'aurai mon Capes (!), mais j'ai vraiment confiance en cette vocation.

Je comprends ton point du vue sur Paris, mais comme dit plus haut, je n'ai pas du tout aimé à vivre à Paris. Trop citadin pour moi, j'ai grandi à Belle-île. La campagne ne me gênera vraiment pas. En plus, de nos jours, avec Internet, je ne trouve pas que l'argument de la centralité de Paris soit toujours aussi vivace... Plus besoin d'y vivre pour être au courant de ce qu'il s'y passe. J'aime la solitude Smile
avatar
Maju
Niveau 5

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Maju le Dim 9 Sep 2018 - 16:03
@Phanneh a écrit:En revanche, il est vrai que si je veux être professeure, c'est pour apporter quelque chose aux élèves. Qu'ils ne deviennent pas ce genre d'adultes. Mais peut-être est-ce ça, idéaliser ce métier ?

Ce n'est pas ce que je voulais dire. La relation aux élèves est ce qui rend ce métier passionnant, ce qui fait que je l'aime et que j'ai plaisir à l'exercer, et les moments où l'on se rend compte qu'on leur apporte quelque chose sont vraiment source de grandes satisfactions. Ce que je voulais dire, c'est qu'ils n'ont pas toujours conscience de ces moments-là et que même s'ils en ont conscience, la plupart ne le manifesteront pas. Idéaliser ce métier, c'est penser qu'on les fascinera tous les jours, qu'ils seront pendus à nos lèvres et penser qu'on sera pour eux ce prof du Cercle des poètes disparus, qui les révélera à eux-mêmes et changera à jamais leur vie.
avatar
Phanneh
Niveau 1

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Phanneh le Dim 9 Sep 2018 - 16:13
@Maju a écrit:Ce n'est pas ce que je voulais dire. La relation aux élèves est ce qui rend ce métier passionnant, ce qui fait que je l'aime et que j'ai plaisir à l'exercer, et les moments où l'on se rend compte qu'on leur apporte quelque chose sont vraiment source de grandes satisfactions. Ce que je voulais dire, c'est qu'ils n'ont pas toujours conscience de ces moments-là et que même s'ils en ont conscience, la plupart ne le manifesteront pas. Idéaliser ce métier, c'est penser qu'on les fascinera tous les jours, qu'ils seront pendus à nos lèvres et penser qu'on sera pour eux ce prof du Cercle des poètes disparus, qui les révélera à eux-mêmes et changera à jamais leur vie.

Fort heureusement pour moi, je n'ai pas ce genre d'ambition ! Et d'ailleurs je crois que les enfants que j'ai côtoyés, notamment dans le cadre d'ateliers TAP, m'ont apporté autant que j'ai pu, éventuellement, leur apporter.
Mais bien entendu, ils n'en ont pas forcément conscience sur le moment. Comme nous n'avons pas forcément conscience que nous sommes en train d'évoluer quand c'est le cas... Enfin je crois !
avatar
oxa
Niveau 9

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par oxa le Dim 9 Sep 2018 - 18:38
@Phanneh a écrit:Bonjour,
Est-ce un métier si dur à vivre au quotidien ? Les élèves se croient-ils réellement en récréation ? N'y a-t-il rien de positif à part la sureté de l'emploi ?
Fanny

Plus j'avance, moins ce sont les élèves qui posent problèmes, mais le pourtour... les trucs qu'on nous rajoute dans la brouette chaque année.

Ce qui est dur, c'est de gérer le nombre (570 élèves cette année encore). Les corrections, les notes, les bulletins...

Avec un peu d'expérience et de l'organisation, ça va... mais c'est jamais cool, et c'est jamais gagné.
On ne peut pas faire ce travail que pour les vacances, ni pour le salaire d'ailleurs...

Dernier conseil: ne jamais laisser tomber sa pratique perso, même si c'est difficile.
avatar
Phanneh
Niveau 1

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Phanneh le Dim 9 Sep 2018 - 19:03
@oxa a écrit:Dernier conseil: ne jamais laisser tomber sa pratique perso, même si c'est difficile.

À vrai dire, je n'ai pas vraiment de pratique perso... Enfin, j'en ai eu une ces 4 dernières années pour la fac mais quand je ne suis pas en cours, je ne ressens pas le besoin de créer. Je vois plutôt l'art comme quelque chose de quotidien, un écart que je produis tous les jours qui me permet de mieux vivre. Est-ce un problème pour réussir le Capes ? D'ailleurs, je ne suis pas sûre que ma "pratique" serve vraiment pour ce concours, je fais essentiellement de la photographie. C'est surtout l'histoire de l'art er la théorie de l'art qui m'intéressent beaucoup, les discours d'artistes etc... Mais je ne ressens pas le besoin vital d'y mettre mon grain de sel.
avatar
Himpy
Neoprof expérimenté

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Himpy le Dim 9 Sep 2018 - 21:28
D'accord aussi pour dire que ce qui est dur c'est les à côtés : nombres d'élèves, bulletins, service partagé sur 2 établissements...
En ce qui concerne la discipline, malheureusement, il faut en passer pas là. Plus que dans d'autres matières je n'en sais rien, mais il ne faut pas négliger cet aspect.
Personnellement certaines pratiques, comme la peinture, je ne la propose que lorsque je maîtrise mes classes et que je suis sûre qu'ilsqu'ils vont bosser sérieusement.
avatar
bazar_et_badine
Niveau 4

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par bazar_et_badine le Lun 10 Sep 2018 - 17:44
Je rejoins les réponses précédentes: des classes difficiles, des gosses insupportables, violents ou insolents, je pense qu'où que tu sois, tu en croiseras. Peut-être plus ou moins selon les coins... Mais je crois qu'il ne faut pas se faire d'illusions à ce propos.
Et comme cela a déjà été dit, la place au concours a peu avoir avec cette affaire.

Pour ma part, c'est dans les bahuts les plus compliqués que je me plais le plus. Je fatigue bien un peu à force mais je m'y sens très utile.

Ensuite je voulais rebondir sur cette histoire de "prestige de la matière". Pour ma part, j'y vois un avantage: je n'ai pas les parents sur le dos. Tout le monde s'en moque un peu et alors quelle source de liberté! Et si l'enjeu semble moindre, lorsque les élèves bossent en arts plastiques, c'est qu'ils en ont vraiment envie. A mon avis, c'est plutôt un bon moteur pour créer.

Sinon enseigner les arts plastiques, ce n'est pas tous les jours faciles - enseigner tout court n'est pas chose évidente. C'est vrai que c'est un cours bruyant, aussi bien créatif que récréatif, et c'est salissant (ça compte).
Nous avons beaucoup de classes et avec une ou deux heures supplémentaires, en arts pla, c'est tout de suite l'usine. Les bulletins à mes yeux sont l'équivalent du supplice de Sisyphe. Bref, pour ne pas s'y épuiser, il faut bien s'organiser, réserver du temps pour ces satanés bulletins, réfléchir aux règles de la classe, ne pas proposer de la peinture cinq fois par jour... Plein de petites astuces qui se mettent en place avec un peu d'expérience.

Et puis ce qui se passe avec les élèves est quand même très riche. Pour ma part, je n'attends pas de reconnaissance, c'est juste un boulot et j'essaie de le faire bien. Mais quand un gamin vient te trouver les étoiles dans les yeux pour te dire "merci" après une visite au musée, c'est quand même quelque chose.

Voilà, des sources de satisfaction, j'en ai plein. Des sources de fâcherie aussi. Les conditions de travail ne vont pas en s'améliorant mais malgré cela, après 10 rentrées, je reste enthousiaste face à l'année qui s'annonce.
Après au fil du temps, j'ai appris à me ménager et j'ai obtenu l'agrégation pour avoir des conditions de travail disons... "plus respectueuses". Je pense que ça m'aide à tenir la longueur.

Pour finir, je n'ai développé de pratique personnelle que pour les concours. Je fais bien un petit peu de dessin à côté mais comme toi, ce n'est pas une exigence vitale. Ce n'est peut-être pas à crier sur les toits au moment de l'oral d'admission mais ça ne m'a pas empêché de réussir.

Bon courage pour ta préparation au concours!
avatar
Himpy
Neoprof expérimenté

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Himpy le Lun 10 Sep 2018 - 21:35
@bazar_et_badine : tu as obtenu l'agrégation sans réelle pratique personnelle ? C'est pour moi l'obstacle majeur pour la tenter...

Sinon on pourrait se créer un fil trucs et astuces pour profs d'arts...on sait jamais on pourrait se filer des tuyaux...
avatar
bazar_et_badine
Niveau 4

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par bazar_et_badine le Lun 10 Sep 2018 - 22:54
@Himpy a écrit:@bazar_et_badine : tu as obtenu l'agrégation sans réelle pratique personnelle ? C'est pour moi l'obstacle majeur pour la tenter...

C'est tout à fait ça. Je viens d'une formation Illustration, donc je dessine. Et pour les concours, j'essayais de tendre vers le dessin contemporain. Ça a très bien marché pour le capes un peu moins pour l'agreg car évidemment le discours sur "ma pratique" était peu abouti. Les autres épreuves ont compensé.

@Himpy a écrit:Sinon on pourrait se créer un fil trucs et astuces pour profs d'arts...on sait jamais on pourrait se filer des tuyaux...
Pourquoi pas! Cela pourrait servir à tous.
avatar
Marcelle Duchamp
Neoprof expérimenté

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Marcelle Duchamp le Mar 11 Sep 2018 - 11:34
Je vais sûrement passer pour la bénie oui oui du sujet mais tant pis, j’ouvre les vannes!!!

Perso, ce métier c’est pour moi une joie absolue. Je suis passée dans 4 bahuts différents, je n’ai pas rencontré les mêmes publics et pourtant je suis quasiment toujours ravie de voir en fin d’annee le travail accompli.
Alors, certes, on a beaucoup de classes, beaucoup de niveaux, des fois plusieurs établissements mais une fois qu’on est rodé(e), ça finit par devenir de l’habitude.
Ce que j’aime, c’est le partage qu’offre notre discipline, j’aime montrer des œuvres que j’ai vues en vrai, expliquer mon ressenti. Des fois, ce sont les élèves qui échangent autour d’oeuvres qu’ils ont vu (bin ok, je t’avoue que voir des grands classiques du Louvre, je n’ai plus d’eleves qui viennent m’en parler depuis que je suis dans une campagne reculée).
J’adore également le fait de garder les élèves pendant plusieurs années d’affilee, voir leur progrès et les encourager sur le long terme.
J’aime aussi cette totale liberté qu’on a d’inventer nos séquences sans devoir s’appuyer sur un manuel quelconque.
Et j’adore plus que tout le travail en atelier, même s’il y a du bruit et que ça peut paraître le bazar vu de l’exterieur.
Ma petite satisfaction perso, c’est quand au milieu ou à la fin d’un travail, un élève est tellement fier qu’il veut le prendre en photo pour le montrer à ses parents ou ses copains.

Pour la question du prestige, clairement, un, moi je m’en fiche et je ne le recherche pas et deux, tu verras, tu seras sûrement un des seuls détenteurs de savoir précis en histoire de l’art et on saura bien venir te chercher au moment voulu (moi j’ai actuellement 6 ou 7 ÉPI sur le feu en maths, hg, sciences, français et espagnol!).

Mais c’est vrai qu’il y a aussi quelques moments difficiles (et je te parle en connaissance de cause car j’ai eu un accident de travail qui m’a causé un arrêt de 3 mois) mais tu vois, j’ai encore des papillons dans les yeux de savoir que je fais ce métier.
avatar
Phanneh
Niveau 1

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Phanneh le Dim 16 Sep 2018 - 9:44
Merci beaucoup bazar_et_badine et Marcelle, vos messages sont très encourageants pour moi ! J'espère que je vivrai mon métier aussi bien que vous.
Les premiers cours me donnent déjà très envie de bosser ce concours à fond, je sens que ça va me faire évoluer personnellement également.
Contenu sponsorisé

Re: Future prof d'arts plastiques : est-ce si horrible ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum