Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Tem-to
Vénérable

De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Tem-to le Jeu 13 Sep - 20:34
C'est un message qui s'adresse aux historiens, que je ne suis pas, et dont le thème ne me quitte pas depuis que j'ai appris la mort de l'amiral Flohic récemment.
Il était aide camp du général de Gaulle et l'a accompagné à Baden lors de la célèbre visite à Massu le 29 mai 1968. Il a assisté à une partie de l'entretien, tout comme mon beau-père qui, lui, était là au titre d'aide de camp de Massu. A un moment, les deux hommes les ont fait sortir pour pouvoir continuer leur discussion plus discrètement.

J'ai parlé de cette entrevue avec mon beau-père pour qui la chose est nette : de Gaulle était tout à fait déboussolé de ce qui se passait à Paris et en France, Mai 68 donc, et, très inquiet des menées du PC alors deuxième parti de France, n'était plus que l'ombre de lui-même.
Pour mon beau-père, Flohic qui a beaucoup écrit là-dessus, ne cherchait qu'à briller et qu'à vendre des livres et des articles écrivant et disant tout et son contraire un peu partout. Ayant eu maintes occasions de parler au père de mon épouse, je sais que dans le milieu militaire des états-majors, tout comme dans celui politique, beaucoup de choses dites ou écrites sur cette affaire comme dans d'autres, n'avaient en fait d'autres objectifs que de se faire valoir au yeux du grand homme, de se tirer dans les pattes entre gens de la droite gaulliste, ou de relayer des explications que de Gaulle, lui-même, voulait confuses. C'est sciemment qu'il aurait ainsi joué la comédie de son abattement depuis le début.

En effet, le journaliste Henri-Christian Giraud dans son livre "L'Accord secret de Baden-Baden" soutient que la visite rendue au général Massu fut en réalité l'occasion pour de Gaulle de s'assurer du soutien du Kremlin (dont Massu avait vu un représentant la veille à Baden), et des consignes données par Moscou au PCF, de freiner l'insurrection à Paris.
En échange de quoi, l'URSS aurait demandé à de Gaulle de fermer les yeux sur l'invasion militaire de la Tchécoslovaquie par le Pacte de Varsovie qui, place rouge, était alors en cours de gestation. De fait, lors de l'intervention des chars, de Gaulle n'a parlé que "d'un incident de parcours dans l'histoire", ce qui, à l'époque, en a tout de même étonné plus d'un.

Il y a deux versions officielles pour Giraud qui ne croit à aucune des deux. L'appel à Massu pour que ce dernier rentre en France mater les événements à la tête de la légion, et la défaillance d'un de Gaulle aux abois, version de mon beau-père qui pense que Massu a su trouver les mots pour remonter le moral du général. Ni l'une ni l'autre ne résistent à l'examen pour le journaliste : Massu a toujours nié catégoriquement que de Gaulle lui ait demandé quoi que ce soit et, comble du comble, le chef de l'Etat a même prétendu devant Alain Peyrefitte (qui le rapporte dans son livre C'était de Gaulle) qu'il s'était rendu à Baden pour empêcher Massu d'intervenir en France à la tête de ses troupes !

Quelqu'un aurait des certitudes ou d'autres éclairages sur la raison de la visite à Baden ?

_________________
Il nous faut donner des gages de vanité : la société n'accepte pas qu'on en soit dénué.
avatar
Condorcet
Oracle

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Condorcet le Jeu 13 Sep - 23:15
Le témoignage de Bernard Tricot semble étayer la thèse du désarroi : http://www.charles-de-gaulle.org/espace-pedagogie/dossiers-thematiques/mai-1968/documents/notes-sur-le-29-et-le-30-mai-1968-par-bernard-tricot/

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).
avatar
Tem-to
Vénérable

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Tem-to le Ven 14 Sep - 4:42
Merci pour cette perception du monde politique gaulliste. Elle rejoint en effet l'opinion de mon beau-père.

_________________
Il nous faut donner des gages de vanité : la société n'accepte pas qu'on en soit dénué.
avatar
Elaïna
Empereur

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Elaïna le Ven 14 Sep - 6:13
Dans mon souvenir, De Gaulle va en Allemagne pour vérifier l'état de l'armée "au cas où" et apparemment il ne faut pas chercher beaucoup plus loin.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
Delia
Neoprof expérimenté

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Delia le Ven 14 Sep - 8:46
Dans mon souvenir, personne ne savait où était passé le chef de l'État : grosse incertitude. Puis on a su qu'il était à Baden-Baden et on a craint qu'il ne revienne à la tête d'une colonne de chars. Et puis il est rentré. Les grèves ont pris fin et les Français ont pu partir en vacances. Puis les chars russes sont entrés à Prague.

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
demain est un autre jour
Niveau 6

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par demain est un autre jour le Ven 14 Sep - 10:11
Bonjour à tous

https://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu00114/dissolution-de-l-assemblee-nationale-du-30-mai-1968.html



Cela relate bien le "climat" de cette époque…que j'ai bien connu…… et entendu à la radio car la télévision était en grève…..


Bonne lecture
avatar
Tem-to
Vénérable

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Tem-to le Ven 14 Sep - 11:25
Merci à tous pour toutes ces informations. "Et vive Néoprofs libre !".


Dernière édition par Tem-to le Ven 14 Sep - 11:39, édité 1 fois

_________________
Il nous faut donner des gages de vanité : la société n'accepte pas qu'on en soit dénué.
avatar
Oudemia
Empereur

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Oudemia le Ven 14 Sep - 11:38
A propos des chars de Massu : mon mari dit que ce n'était pas la peine d'aller les chercher, il y avait ceux du 501e, basés à Rambouillet, dont un certain nombre étaient sortis pour se positionner, lui semble-t-il se souvenir, au nord de Paris.
avatar
DaphNenya
Niveau 7

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par DaphNenya le Ven 14 Sep - 16:53
@Tem-to Merci d'avoir posté à ce sujet auquel je ne connaissais pas grand chose.

@ Tous les intervenants, merci pour les souvenirs et documents partagés.

_________________
On her finger was Nenya, the ring wrought of mithril, that bore a single white stone flickering like a frosty star.

JRR Tolkien
avatar
Gilles B.
Niveau 6

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Gilles B. le Sam 15 Sep - 6:45
Tem-to, j'ai lu un article là-dessus cet été.
Jusqu'ici j'étais resté sur les cours de mon prof du lycée ( pour lui clairement De Gaulle avait fui ).

Moi non plus je ne suis pas historien mais le sujet m'interpelle.
Mais choisir UNE hypothèse n'est-ce pas un non sens historique ? Une fois les événements passés, tenter de trouver a priori ce qui deviendra LA direction de l'Histoire ?

Les 3 hypothèses ( fuite - soutien de Massu - rencontre russe ) ne s'excluent pas mutuellement et De Gaulle peut très bien avoir agi pour se garder le maximum d'options ouvertes ( comme tout bon joueur de stratégie qui se respecte ).

La fuite: c'est un peu déjà ce qu'il a fait  en 40 alors pourquoi pas un "Ici Baden-Baden, les Français parlent aux Français ...".
Le soutien de Massu: comme souligné plus haut, il devait pouvoir compter sur d'autres appuis militaires plus proches pour une intervention musclée ( cela reste à prouver ); cette hypothèse paraît bien fragile.
La rencontre russe: l'hypothèse paraît tout à fait raisonnable et même si les dirigeants du PCF de l'époque n'ont pas laissé de traces, un changement de directives doit laisser des traces dans l'activité militante ? Ces traces existe-t-elles ?  Y a des sources là-dessus ?

_________________
CV:
2017-2018: 2 2ndes + 1 1ère & TPE + 1 Term + Eco Approfondie
2016-2017: 3 2ndes + 2 1ère & TPE
2015-2016: 6 2ndes + 1 1ère &TPE + Sciences politiques
2014-2015: CM2
2007-2014: CP
2006-2007: CE1-CE2
2005-2006: CE1
2004-2005: CP-CE1
2002-2004: CM1-CM2
2000-2002: EREA
1999-2000: complément de 2 mi-temps: CE2 & CM2
1998-1999: IUFM tous les jours pendant 6 mois + 1 mois MS-CP et 1 mois CM2
avatar
Tem-to
Vénérable

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Tem-to le Sam 15 Sep - 7:54
Bien sûr; Gilles B., les trois hypothèses ne s'exciuent pas les unes des autres.
Je ne sais plus la source mais j'ai entendu (ou lu) que Benoît Frachon, qui venait de quitter le poste de secrétaire général de la CGT en 1967 pour en prendre la présidence, avait alors été remplacé au secrétariat général par Georges Séguy (1).
Dans l'hypothèse de la collusion russe, c'est Frachon qui,en 68, serait intervenu auprès de Séguy pour lui demander de calmer les troupes.

Pour établir le lien De Gaulle-Frachon celui URSS-Frachon-PCF-CGT.
Wikipedia dit : Dirigeant de la grande grève des métallurgistes de Saint-Étienne de 1924, Frachon s'affirme et devient secrétaire permanent de l'union départementale de la CGTU. À partir de 1928, Frachon accède à des responsabilités supérieures. En accord avec les orientations de la direction de l'Internationale communiste, il participe à des réunions à Moscou et entre au bureau politique du PCF : il est l'archétype de cette génération de dirigeants communistes qui connaît une promotion très rapide (trois ans en l'occurrence).
- Au début des années 1930, Frachon se trouve au cœur de la ligne qui triomphe dans le communisme français, faite du repli de la tendance sectaire et de recherches de l'unité à la base avec les ouvriers et non avec les dirigeants socialistes ou syndicalistes « confédérés » (appelés ainsi pour les différencier des unitaires de la CGTU). Alors que se développent en France les premiers effets de la crise de 1929, le communisme et le syndicalisme à volonté révolutionnaire voient leur audience se rétrécir. Frachon, comme beaucoup de militants, subit les conséquences de la répression gouvernementale et est interné à la prison de la Santé.
- Dès 1931, il est porteur d'analyses alors nouvelles sur le mouvement syndical, attirant l'attention sur la nécessité de s'attacher aux petites revendications des travailleurs. Il devient le porte-parole convaincu de la lutte pour l'unité syndicale, sous la bannière de la CGTU, sur la base de la défense des revendications et des intérêts de la classe ouvrière. Frachon veut gagner les masses ouvrières : pour cela il faut d'abord s'occuper de la réalité ouvrière, réaliser le front unique des exploités, refuser de «faire faire le tour du monde à des prolétaires dont la préoccupation dominante est l'augmentation de leurs salaires.»
- À partir de 1933, devenu secrétaire de la CGTU, Frachon se situe au cœur d'une stratégie unitaire qui recherche non seulement le rapprochement avec les ouvriers confédérés et socialistes, mais aussi avec leurs dirigeants. Membre du bureau politique du Parti communiste français, il va transformer la centrale syndicale en véritable «courroie de transmission» avec le PCF et en assurer la mainmise sur sa direction pour des dizaines d'années.
- Dirigeant de premier plan de la CGT après la réunification syndicale de 1935, Frachon participe à la rencontre CGT/CGPF (patronat) du 6 juin 1936 à l'hôtel Matignon. http://www.ina.fr/video/I04321447

- Au début de la Seconde Guerre mondiale, la signature du pacte germano-soviétique, le 23 août 1939, met définitivement fin à l'unité syndicale : les communistes de la CGT sont sommés de désavouer le pacte. Frachon, bien que s'étant prononcé dans La Vie ouvrière pour une défense nationale antifasciste, est déchu comme Racamond de son mandat de secrétaire de la CGT par Léon Jouhaux et ses collègues « anciens confédérés ».
- Pendant la Guerre, Frachon est avec Duclos et Tillon l'un des principaux dirigeants du PCF clandestin. Plus spécialement chargé de l'action syndicale, il devient membre de l'Assemblée consultative provisoire, délégué par le Conseil national de la Résistance (novembre 1944-août 1945).

-----

De ce fait, et aussi en raison de sa très efficace activité syndicale de premier plan avant la guerre, de son expérience de négociations avec le patronat, il est concevable qu'il ait fait le lien avec de Gaulle, sur consigne de l'URSS et ait vivement incité Séguy à calmer le jeu.
Mais nous ne sommes que dans l'hypothèse de la collusion avec l'URSS.

(1) Séguy témoigne de ces événements et répond à quelques interrogations qu'ils ont suscitées dans un livre, que je n'ai pas lu, Le Mai de la CGT, publié en 1972

_________________
Il nous faut donner des gages de vanité : la société n'accepte pas qu'on en soit dénué.
avatar
Delia
Neoprof expérimenté

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Delia le Sam 15 Sep - 8:55
En tous cas, le jeu s'est calmé. J'entends encore mon père dire : « Le PC s'est montré un grand parti d'ordre. »

Quant à la fuite...
Henri III se glisse hors du Paris insurgé, lors de la journée de barricades ; Anne d'Autriche quitte secrètement Paris où elle est retenue de force avec le roi mineur ; Louis XVI part pour Montmédy. Les deux premiers ont consolidé la couronne, le troisième a échoué. Le général de Gaulle en fait autant et réussit à sauver son autorité. Bref, si vous vous faites rattraper, c'est une fuite, si vous rentrez triomphalement c'est un acte salvateur.

_________________
Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Amadou Hampaté Ba
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Daphné le Sam 15 Sep - 9:43
@Elaïna a écrit:Dans mon souvenir, De Gaulle va en Allemagne pour vérifier l'état de l'armée "au cas où" et apparemment il ne faut pas chercher beaucoup plus loin.

On l'a ressenti comme cela.
Il "disparaît" une journée, les média en parlent et ne savent pas où il est.
Il revient, tient son discours dans lequel il annonce qu'il dissout l'Assemblée Nationale où il n'avait suite aux élections de 1967 qu'un seul siège de majorité et dès la fin du discours manifestation déferlante sur les Champs Elysées en soutien : la France est calmée et rassurée.
Les élections législatives qui suivront lui donneront une majorité écrasante.
Contenu sponsorisé

Re: De Gaulle à Baden-Baden fin mai 68 : quel état d'esprit ? Quel objectif ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum