Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Iphigénie
Enchanteur

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Sam 22 Déc - 10:50
 
Mâle
*Ombre*
*Ombre*
Niveau 10

Re: Vos questions de grammaire

par *Ombre* le Sam 22 Déc - 10:53
Ah ! merci. J'ai fini par trouver, grâce aux premières exceptions que vous avez relevées, une règle, utile à faire apprendre aux élèves :
les adjectifs en [al] s'écrivent sans e au masculin, sauf sale, pâle, mâle et ovale.
Merci à vous.
Iphigénie
Iphigénie
Enchanteur

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Sam 22 Déc - 12:45
@*Ombre* a écrit:Ah ! merci. J'ai fini par trouver, grâce aux premières exceptions que vous avez relevées, une règle, utile à faire apprendre aux élèves :
les adjectifs en [al] s'écrivent sans e au masculin, sauf sale, pâle, mâle et ovale.
Merci à vous.
Wink
Mon vieux dico orthographique signale aussi acéphale et autres composés sur- céphale ( bicéphale ) même si pas très frequent...😀
Oudemia
Oudemia
Empereur

Re: Vos questions de grammaire

par Oudemia le Sam 22 Déc - 12:59
Un élève qui utilise dans une phrase acéphale ou bicéphale, je ne lui tiens pas rigueur de l'absence de -e !

Cela fait des années que je rappelle cette liste (parce qu'à mon avis elle devrait être sue dès l'école) que j'avais concoctée toute seule, je n'ai jamais pensé à y mettre ces adjectifs, mais j'aurais dû, bonne occasion d'élargir le vocabulaire toussa.
slynop
slynop
Niveau 10

Re: Vos questions de grammaire

par slynop le Sam 22 Déc - 17:14
Râle, aussi.

_________________
"C'est pas moi qu'explique mal, c'est les autres qui sont cons !", Perceval dans Kaamelot.
scot69
scot69
Neoprof expérimenté

Re: Vos questions de grammaire

par scot69 le Sam 22 Déc - 18:34
J'ai une question: comment ça s'appelle si j'emploie un nom comme verbe?

Par exemple, en anglais, quand on utilise les mots monkey ou cow en tant que verbe.

On dit que le substantif est ... ????
avatar
JayKew
Niveau 6

Re: Vos questions de grammaire

par JayKew le Sam 22 Déc - 19:07
verbalisé?
scot69
scot69
Neoprof expérimenté

Re: Vos questions de grammaire

par scot69 le Sam 22 Déc - 19:19
Je pensais à un mot du genre, mais je voyais un autre sens pour le mot verbaliser... je me trompe peut être
avatar
JayKew
Niveau 6

Re: Vos questions de grammaire

par JayKew le Sam 22 Déc - 22:38
En linguistique, « verbaliser » a le sens de « transformer en verbe » (de même que « substantiver » veut dire « transformer en substantif », « adjectiver » en adjectif, etc.). Ce n’est pas incompatible avec le fait que « verbaliser » dans le langage courant a d’autres sens (1. exprimer par le langage 2. dresser un procès-verbal).
scot69
scot69
Neoprof expérimenté

Re: Vos questions de grammaire

par scot69 le Sam 22 Déc - 22:45
grand merci Jaykew! Smile Smile Smile

Je m'amuse à découvrir les noms d'animaux verbalisés en ce moment Smile
Iphigénie
Iphigénie
Enchanteur

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie le Dim 23 Déc - 10:30
Ce n’est qu’une fausse manip de ma part 
NLM76
NLM76
Esprit éclairé

Re: Vos questions de grammaire

par NLM76 le Lun 24 Déc - 4:31
@*Ombre* a écrit:Ah ! merci. J'ai fini par trouver, grâce aux premières exceptions que vous avez relevées, une règle, utile à faire apprendre aux élèves :
les adjectifs en [al] s'écrivent sans e au masculin, sauf sale, pâle, mâle et ovale.
Merci à vous.
Bien. J'utiliserai ça. Mais la règle que j'énonce en général, c'est "les adjectifs en -al/-el ne prennent pas d'-e au masculin." Il y a des exceptions pour les adjectifs en -el ?

  • bel, tel, industriel, manuel, ponctuel
  • grêle, frêle, fidèle, parallèle


Quelque chose aussi pour les adjectifs en -eil ? en -eul ?

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
Sylvain de Saint-Sylvain
Sylvain de Saint-Sylvain
Expert

Re: Vos questions de grammaire

par Sylvain de Saint-Sylvain le Lun 24 Déc - 8:48
Rebelle

_________________
Les moyens sont le contraire des procédés; se borner à obtenir une perfection formelle déjà créée, c’est se donner pour but le jeu de moyens déjà établis et connus. Ce n’est ni un noble effort à tenter ni un but élevé à atteindre. (Reverdy, "Certains avantages d'être seul")
Yazilikaya
Yazilikaya
Neoprof expérimenté

Re: Vos questions de grammaire

par Yazilikaya le Sam 12 Jan - 11:29
Bonjour, j'ai un doute.
La chaleur suffocante saisit Hermès à la gorge.
"à la gorge"= CCL ou COI?
NLM76
NLM76
Esprit éclairé

Re: Vos questions de grammaire

par NLM76 le Sam 12 Jan - 14:14
Peu importe. Mais ce qu'il faut repérer c'est que c'est le lieu où Hermès est saisi. Donc le CCL a l'immense avantage de la simplicité. Même si on peut aussi repérer l'équivalence avec "Elle lui saisit la gorge", et que d'une certaine façon, la gorge est aussi l'objet du saisissement. Surtout ne rejeter aucune des deux analyses !

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
slynop
slynop
Niveau 10

Re: Vos questions de grammaire

par slynop le Sam 12 Jan - 15:19
Bonjour,
Dans la phrase: "Mais dans le jour, comme on ne lui tenait pas compagnie du matin au soir, elle grognait, elle pleurait." Mon premier réflexe serait de dire que "comme on ne lui tenait pas compagnie du matin au soir" est une subordonnée conjonctive, et les deux dernières propositions des indépendantes, sauf que pour qu'il y ait subordonnée il faut qu'il y ait une principale, or je n'en vois pas ici. En ce cas, pourrait-on comprendre la phrase ainsi :Mais dans le jour elle grognait, elle pleurait comme on ne lui tenait pas compagnie du matin au soir ? Avec "elle pleurait" comme principale ?

Ou alors je suis dans les choux du début à la fin ?

Merci à vous pour votre aide Smile

_________________
"C'est pas moi qu'explique mal, c'est les autres qui sont cons !", Perceval dans Kaamelot.
avatar
chilie6
Niveau 2

Re: Vos questions de grammaire

par chilie6 le Sam 12 Jan - 17:29
salut,
a priori il y a un lien de cause a consequence, comme=parce que: elle grognait et pleurait parce qu'on ne lui tenait pas la main. donc elle grognait est bien principale et "comme" introduit une subordonnéé de conséquence.
avatar
chilie6
Niveau 2

Re: Vos questions de grammaire

par chilie6 le Sam 12 Jan - 17:31
ooops c'est l'inverse. de cause.
slynop
slynop
Niveau 10

Re: Vos questions de grammaire

par slynop le Sam 12 Jan - 20:15
"Elle grognait" principale, et pour "elle pleurait" ?

_________________
"C'est pas moi qu'explique mal, c'est les autres qui sont cons !", Perceval dans Kaamelot.
avatar
chilie6
Niveau 2

Re: Vos questions de grammaire

par chilie6 le Sam 12 Jan - 21:11
a priori je dirais qu 'il y a mise en commun de la subordonnée qui n'est pas répétée. Elle grognait et elle pleurait sont en soi deux énoncés qui peuvent être utilisés comme des indépendantes. Ici l' explicitation de la cause(tenait pas compagnie) au moyen de la subordonnée s'applique autant à l'une qu'à l'autre de ces propositions. Ainsi, la meme cause entraine en fait deux conséquences qui sont mises en valeur en ayant le statut de principales, me semble-t-il.

slynop
slynop
Niveau 10

Re: Vos questions de grammaire

par slynop le Sam 12 Jan - 23:07
D'accord, c'est bien ce qu'il me semblait.
Un grand merci à toi 😊

_________________
"C'est pas moi qu'explique mal, c'est les autres qui sont cons !", Perceval dans Kaamelot.
Oudemia
Oudemia
Empereur

Re: Vos questions de grammaire

par Oudemia le Dim 13 Jan - 8:10
@slynop a écrit:Bonjour,
Dans la phrase: "Mais dans le jour, comme on ne lui tenait pas compagnie du matin au soir, elle grognait, elle pleurait." Mon premier réflexe serait de dire que "comme on ne lui tenait pas compagnie du matin au soir" est une subordonnée conjonctive, et les deux dernières propositions des indépendantes, sauf que pour qu'il y ait subordonnée il faut qu'il y ait une principale, or je n'en vois pas ici. En ce cas, pourrait-on comprendre la phrase ainsi :Mais dans le jour elle grognait, elle pleurait  comme on ne lui tenait pas compagnie du matin au soir ? Avec "elle pleurait" comme principale ?

Ou alors je suis dans les choux du début à la fin ?

Merci à vous pour votre aide Smile
Bien sûr, c'est ce qu'on comprend, mais pas ce qui est écrit : il arrive souvent qu'une subordonnée précède la principale, ça ne doit pas troubler ; un bon moyen est de procéder comme tu as fait, à défaut de comprendre tout de suite.
"Elle grognait, elle pleurait" sont deux propositions juxtaposées, et principales de cette subordonnée (je crois que ce serait plus net si elles étaient coordonnées).
Thalia de G
Thalia de G
Médiateur

Re: Vos questions de grammaire

par Thalia de G le Dim 13 Jan - 9:10
J'analyse comme Oudemia.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
slynop
slynop
Niveau 10

Re: Vos questions de grammaire

par slynop le Dim 13 Jan - 18:12
Merci pour vos retours Smile
J'ai oublié de préciser que c'est une petite phrase de L'Assommoir.

_________________
"C'est pas moi qu'explique mal, c'est les autres qui sont cons !", Perceval dans Kaamelot.
sinan
sinan
Niveau 7

Re: Vos questions de grammaire

par sinan Hier à 14:05
Bonjour à tous
J'ai du mal à analyser la phrase suivante :
"C'était une ancienne tradition passée de l'Egypte en Grèce, qu'un dieu ennemi du repos des hommes était l'inventeur des sciences."
J'ai d'abord pensé à une phrase clivée par extraction, mais le "que" n'est pas un pronom relatif.
Ensuite, j'ai songé à une proposition complétive qui dépendrait de "c'est" mais, dès lors, quel rôle pour le groupe nominal "une ancienne tradition" ? (les exemples de la RPR : "C'est que Pierre est maintenant un grand garçon."
Qu'en pensez-vous ?
Iphigénie
Iphigénie
Enchanteur

Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie Hier à 14:42
Pour moi c'est une conjonctive complétive qui développe le nom tradition pris comme action verbale en quelque sorte : la tradition qu'un dieu ennemi des hommes avait inventé la science (on racontait traditionnellement que)
comme:
la croyance qu'un dieu avait inventé... On trouve cette construction assez fréquemment : par ex. avec: l'idée que....
Et ce n'est pas la même construction que l'exemple"c'est que Pierre est un grand garçon".


Dernière édition par Iphigénie le Lun 21 Jan - 14:45, édité 1 fois
Contenu sponsorisé

Re: Vos questions de grammaire

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum