Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
lene75
Esprit sacré

Re: Séries technologiques en philosophie

par lene75 le Lun 19 Nov 2018, 18:02
Oui et non, je trouve qu'à l'oral c'est difficile aussi, d'abord parce qu'ils ne s'écoutent pas entre eux, voire s'agressent, ensuite parce que je ne trouve pas qu'ils raisonnent à ce point mieux à l'oral qu'à l'écrit, à part quelques emm* qui ont atterri là simplement parce qu'ils n'en fichaient pas une (mais qui n'ont aucune envie de participer positivement au cours).
Pour reprendre mon exemple, ceux qui écrivent que la vérité peut être vraie ou fausse le disent aussi à l'oral, et même plus. Les théories du complot, etc., c'est essentiellement à l'oral qu'on les a. L'écrit ne fait que rajouter une difficulté supplémentaire, mais le défaut de maîtrise de la langue, des liens logiques, etc., se retrouve aussi à l'oral.
Ils sont souvent très contents quand ils "débattent" en classe. Mais il n'en ressort rien, chacun repart avec les mêmes préjugés que ceux avec lesquels il est venu.
Après on peut peut-être décider de faire des petits ateliers comme en maternelle (mais je ne suis pas sûre qu'ils soient coopératifs), mais donc ça veut dire qu'on renonce de facto à faire de la philo et que les quelques moments où on y arrive quand même, ou les quelques élèves avec qui ça fonctionne quand même un peu, bah c'est fini pour eux.
Tallulah23
Tallulah23
Niveau 6

Re: Séries technologiques en philosophie

par Tallulah23 le Lun 19 Nov 2018, 19:35
Je trouve qu'il y a des différences entre les filières techno. On n'est pas exactement face au même public avec une classe de ST2S, de STMG, de STI2D ou de STL. La principale différence étant l'attitude en classe.
En plus de tout ce que vous citez, je trouve qu'il est particulièrement délicat et éprouvant d'être confronté à autant de misère humaine et sociale. Certains ont des histoires sordides, et sont donc à fleur de peau: ils réagissent au quart de tour quand on aborde les sujets "qui fâchent", ou se mettent à pleurer.


Dernière édition par Tallulah23 le Lun 11 Fév 2019, 21:11, édité 1 fois
lene75
lene75
Esprit sacré

Re: Séries technologiques en philosophie

par lene75 le Lun 19 Nov 2018, 20:33
Ah oui, je précise que pour ma part, je n'ai jamais eu autre chose que des STMG. J'en ai tous les ans.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Tallulah23
Tallulah23
Niveau 6

Re: Séries technologiques en philosophie

par Tallulah23 le Lun 19 Nov 2018, 20:47
Il n'y a que la série STMG ou guise de série techno dans ton lycée Lene? Je trouve que c'est la série avec laquelle j'ai le plus de difficultés. Je préfère les STI2D malgré le côté "musclé".
Aspasie
Aspasie
Niveau 10

Re: Séries technologiques en philosophie

par Aspasie le Lun 19 Nov 2018, 21:16
Mince... voilà que j'apprends que je suis "en plein déni"...
lene75
lene75
Esprit sacré

Re: Séries technologiques en philosophie

par lene75 le Lun 19 Nov 2018, 22:38
@Tallulah23 a écrit:Il n'y a que la série STMG ou guise de série techno dans ton lycée Lene? Je trouve que c'est la série avec laquelle j'ai le plus de difficultés. Je préfère les STI2D malgré le côté "musclé".

Non, on a 2 STI2D et 2 STMG. Il se trouve, par hasard, que j'ai toujours récupéré les STMG. De ce que j'entends des STI2D, ça peut être le meilleur comme le pire. Certaines années ma collègue m'a dit que les STI2D étaient mieux que les S, d'autres années c'est l'horreur.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Robphilo
Robphilo
Niveau 3

Re: Séries technologiques en philosophie

par Robphilo le Jeu 22 Nov 2018, 16:50
@Meersch a écrit:
@Ananké a écrit:Oui, c'est aussi un peu la désillusion pour moi. J'ai fait en sorte d'être prof de philo pour être sûre que mon métier ait un sens (ne pas être employée d'une entreprise qui n'aurait que le chiffre d'affaire en tête ; ou je voulais bien faire n'importe quel métier au contact des gens (factrice, assistante sociale ou autre) mais à condition d'être payée suffisamment). Finalement ce métier n'a pas bcp plus de sens que les autres et il n'est même pas bien payé. Je me console pour l'instant car en étant en début de carrière tout est nouveau, je construis mes cours et y prends plaisir, quelques élèves sont quand même bons ou intéressés/intéressants et certains moments en classe sont vraiment très appréciables humainement et intellectuellement.
Je suis heureux que tu trouves quand même du bon dans le métier de professeur. Pour ma part, honnêtement, je trouve que c'est chiant de A à Z. Dans le pire des cas les élèves sont hostiles, dissipés, intenables ; dans le meilleur, ils sont à peu près calmes mais s'en foutent plus ou moins. Evidemment, ça dépend des classes et des établissements, mais je livre un témoignage conforme à ma courte expérience.
Être prof dans un lycée plus ou moins difficile, ce n'est objectivement pas un métier intellectuel et théorique, c'est avant tout un métier social : il faut aimer gérer en Don Quichotte les conséquences désastreuses de la misère.

Hélas, pour mon expérience aussi courte (stagiaire) pour l'instant je suis au même constat et dans le même sentiment. J'imaginais que ça n'aurait pas été facile, mais franchement je me sens un peu dans le non-sens...
Quant aux classes technologiques, je partage aussi l'interrogation sur le sens que l'enseignement de la philosophie peut avoir, dans ces conditions de niveau scolaire et surtout de maîtrise de langue. Hier une élève, par ailleurs gentille et attentive, m'a demandé ce que ça signifiait "remarques préliminaires" dans la fiche de méthodo que j'ai distribuée... Dans une copie, à côté de 3 phrases sur 4, j'ai noté "phrase incompréhensible".
Meersch
Meersch
Niveau 5

Re: Séries technologiques en philosophie

par Meersch le Jeu 22 Nov 2018, 18:37
@Robphilo a écrit:
@Meersch a écrit:
@Ananké a écrit:Oui, c'est aussi un peu la désillusion pour moi. J'ai fait en sorte d'être prof de philo pour être sûre que mon métier ait un sens (ne pas être employée d'une entreprise qui n'aurait que le chiffre d'affaire en tête ; ou je voulais bien faire n'importe quel métier au contact des gens (factrice, assistante sociale ou autre) mais à condition d'être payée suffisamment). Finalement ce métier n'a pas bcp plus de sens que les autres et il n'est même pas bien payé. Je me console pour l'instant car en étant en début de carrière tout est nouveau, je construis mes cours et y prends plaisir, quelques élèves sont quand même bons ou intéressés/intéressants et certains moments en classe sont vraiment très appréciables humainement et intellectuellement.
Je suis heureux que tu trouves quand même du bon dans le métier de professeur. Pour ma part, honnêtement, je trouve que c'est chiant de A à Z. Dans le pire des cas les élèves sont hostiles, dissipés, intenables ; dans le meilleur, ils sont à peu près calmes mais s'en foutent plus ou moins. Evidemment, ça dépend des classes et des établissements, mais je livre un témoignage conforme à ma courte expérience.
Être prof dans un lycée plus ou moins difficile, ce n'est objectivement pas un métier intellectuel et théorique, c'est avant tout un métier social : il faut aimer gérer en Don Quichotte les conséquences désastreuses de la misère.

Hélas, pour mon expérience aussi courte (stagiaire) pour l'instant je suis au même constat et dans le même sentiment. J'imaginais que ça n'aurait pas été facile, mais franchement je me sens un peu dans le non-sens...
Quant aux classes technologiques, je partage aussi l'interrogation sur le sens que l'enseignement de la philosophie peut avoir, dans ces conditions de niveau scolaire et surtout de maîtrise de langue. Hier une élève, par ailleurs gentille et attentive, m'a demandé ce que ça signifiait "remarques préliminaires" dans la fiche de méthodo que j'ai distribuée... Dans une copie, à côté de 3 phrases sur 4, j'ai noté "phrase incompréhensible".
Tu es encore bien trop exigeant si tu trouves que "préliminaires" est un terme dont le sens devrait être évident pour nos élèves ! J'ai eu des questions de vocabulaire bien plus ridicules Laughing . Sinon, je me retrouve également dans ton témoignage concernant les copies : je note partout "non-sens", "confus", "incompréhensible", parce qu'ils ne savent tout simplement pas s'exprimer à l'écrit... Et je leur répète pourtant souvent que le premier impératif en devoir de philosophie est d'expliquer les choses de façon très claire.
avatar
philospirit
Niveau 1

Re: Séries technologiques en philosophie

par philospirit le Lun 11 Fév 2019, 14:54
Je vois que la discussion a eu lieu il y a quelques mois, mais bon. Après quelques années sans classes technologiques, je n'ai cette année quasiment plus que ça. Il y a effectivement des différences entre STL, STI2D et ST2S (les STMG étant un cas encore à part, je n'ai jamais pu rien faire avec eux).
Je me pose encore la question de la notation : qu'évalue-t-on au final? En effet, à part pour quelques uns, le cours n'est pas révisé et la méthode oubliée. Le plus souvent, une accumulation d'exemples. Parfois un mot comme "équité" ou "légitime" surgit au détours d'une phrase, sans qu'on sache s'il est compris. Des devoirs de 2-3 pages. Comment on évalue? Moi ça ne me gêne pas de faire en sorte que la moyenne soit de 10, c'est une question de curseur, mais enfin à la fin, on ne sait plus ce qu'on peut exiger. Cela dit, par rapport aux messages précédents, il est vrai que je me dis que tant qu'ils réfléchissent un peu en cours, c'est déjà pas mal.
Ananké
Ananké
Niveau 5

Re: Séries technologiques en philosophie

par Ananké le Lun 11 Fév 2019, 19:56
Personnellement je ne courre plus après ceux qui ne rendent rien et j'encadre beaucoup les DM (on fait l'analyse ensemble, ils repartent donc avec tout le plan et n'ont plus qu'à rédiger ...). Je lis donc des copies plus intelligibles mais je me pose la question de la portée pédagogique de cette façon de faire. En tous cas ça ressemble plus à des copies, même si malgré l'analyse faite en classe j'ai encore des copies très étranges ... j'ai donc une moyenne de classe qui tourne autour de 9,5/10 sur 20 avec cinq ou six devoirs non rendus donc 0/20. Je note l'approfondissement des références imposées pour l'instant. On verra par la suite s'ils peuvent construire par eux mêmes. Le bac blanc de la semaine prochaine sera assez catastrophique je pense ...
avatar
philospirit
Niveau 1

Re: Séries technologiques en philosophie

par philospirit le Lun 11 Fév 2019, 20:17
Ahhh oui, encadrer les DM je fais ça aussi... avec les S! Very Happy Cela dit, avec eux, ça marche à peu près. Pour les technologiques, je divisais la difficulté (d'autant que je n'ai jamais 2h d'affilée avec eux, mais je ne m'en plains pas) : une introduction / une partie / cours, distinctions conceptuelles.. ou pour le texte question 1 / question 2 etc. Ça peut encore aller sur ces petits travaux préparatoires, mais là j'ai fait le bac blanc (oui on est déjà en vacances...), et pour beaucoup c'est comme si je n'avais rien fait..
Le pire c'est qu'ils ne se rendent pas compte et certains étaient tout content en sortant (au bout de 2h). Mais bon, j'en suis toujours aux mêmes interrogations : si je mets une moyenne de 7, c'est bon c'est fini ils n'essaieront même plus -car en classe ils participent. Si je mets une moyenne de 10, je peux y arriver sans problème, mais je ne vois plus trop quels sont les critères pour la majorité, car bien sûr il y a toujours les très bonnes et les très mauvaises copies qui ne posent jamais de problème..
Contenu sponsorisé

Re: Séries technologiques en philosophie

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum