Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Balthazaard
Grand sage

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Balthazaard le Sam 15 Déc 2018 - 10:50
@Leclochard a écrit:
Lisak35 a écrit:
@Leclochard a écrit:
@Niht a écrit:Pour répondre à la question posée par ce sujet :
- Professeur, mon salaire avant de quitter l'EN : 2200 €/mois
- Cadre A à indice équivalent dans ma nouvelle administration : 3500 €/mois
Voilà.

Le problème, c'est que les enseignants ne le savent pas. Ils se comparent entre eux: ainsi, l'agrégé se trouve pas trop mal payé et le certifié mal payé. La vérité, c'est que le premier est mal payé et le second terriblement sous-payé.
Exactement ! C'est pour cela qu'après avoir envisagé l'agrégation quelque temps (que je ne pense de toutes les façons être capable d'obtenir), je pense plutôt à me reconvertir dans une toute autre administration (je ne sais pas quel concours, ni si je suis également en mesure de l'obtenir -j'ai le temps d'y penser car je débute dans la profession), car financièrement, je ne vois aucun intérêt à l'agrégation, et même si on fait moins d'heures c'est quand même plus ou moins le même métier (on peut être agrégé et en collège rep +)...
Bref oui ce boulot vaut le coup si on le compare à équipier Mac Do, vendeur, caissier, manutentionnaire, etc. En aucun cas si on compare avec des personnes de notre âge à diplôme et expérience équivalents, voire dans la simple fonction publique.

En quelque sorte, l'agrégé est payé en temps libre. S'il fait trois, quatre ou cinq heures supp (selon le cas), il obtient -plus ou moins- le revenu qu'il aurait eu en travaillant dans une autre administration -inspecteur des finances par ex. C'est donc intéressant si c'est ce qu'on cherche en priorité et/ou si on peut se le permettre (grâce à un conjoint aisé, parce qu'on vit dans un endroit pas cher ou qu'on est peu dépensier..), car sinon mieux vaut viser directement le poste qui paye correctement et qui permet même parfois d'évoluer professionnellement, vu les efforts que réclame un concours de ce niveau.

C'est exactement comme cela que je vois les choses...et je dis aux "petits jeunes"(affectueusement) ici que jusqu'à 45 ans je préférais peut-être le salaire mais que maintenant, je ne dis pas que "j'apprécie" mais que le temps libre (de repos) est "vital" (au vrai sens du terme) pour moi.
liv198866
liv198866
Niveau 3

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par liv198866 le Sam 15 Déc 2018 - 11:01
Salut,
Je suis contractuelle depuis 1 an et demi. Je retente le capes cette année.

Durant ma première année de remplacement, j'étais en REP+, les premiers mois ont été très difficiles (j'ai même craqué une fois, seule, chez moi, j'étais à bout) puis grâce à la bienveillance de l'équipe pédagogique je me suis affirmée devant mes élèves et les derniers mois se sont bien déroulés.
Après cette année j'ai commencé des remplacements de deux mois. En ce moment je suis en lycée, j'ai 5 classes = 4 classes où ça se passe merveilleusement bien et une classe très très pénible et irrespectueuse (toute l'équipe enseignante en a marre). Hier par exemple un des élèves de la classe pénible (une classe de seconde générale) a volé ma clé usb à la fin du cours quand j'expliquais à des élèves des points de méthodologie. Je n'ai rien vu, j'ai prévenu le professeur principal (je ne pense pas qu'il pourra faire grand chose), mais voilà ça fâche.

Le problème dans l'enseignement c'est qu'on peut tomber sur de bonnes classes et des classes pénibles. J'ai vu pleins d'élèves différents et malheureusement les plus pénibles, ce sont ceux qui ont le soutien de leurs parents. J'ai un élève qui ne fait rien, qui est insolent, qui répond aux professeurs et pourtant son père le défend et considère que son fils se fait harceler par toute l'équipe enseignante.

Bref comme il a été dit plus haut, il n'y a que sur le terrain que tu verras qu'est ce qu'est l'enseignement.

Bon courage
Balthazaard
Balthazaard
Grand sage

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Balthazaard le Sam 15 Déc 2018 - 11:07
@liv198866 a écrit:Salut,
Je suis contractuelle depuis 1 an et demi. Je retente le capes cette année.

Durant ma première année de remplacement, j'étais en REP+, les premiers mois ont été très difficiles (j'ai même craqué une fois, seule, chez moi, j'étais à bout) puis grâce à la bienveillance de l'équipe pédagogique je me suis affirmée devant mes élèves et les derniers mois se sont bien déroulés.
Après cette année j'ai commencé des remplacements de deux mois. En ce moment je suis en lycée, j'ai 5 classes = 4 classes où ça se passe merveilleusement bien et une classe très très pénible et irrespectueuse (toute l'équipe enseignante en a marre). Hier par exemple un des élèves de la classe pénible (une classe de seconde générale) a volé ma clé usb à la fin du cours quand j'expliquais à des élèves des points de méthodologie. Je n'ai rien vu, j'ai prévenu le professeur principal (je ne pense pas qu'il pourra faire grand chose), mais voilà ça fâche.

Le problème dans l'enseignement c'est qu'on peut tomber sur de bonnes classes et des classes pénibles. J'ai vu pleins d'élèves différents et malheureusement les plus pénibles, ce sont ceux qui ont le soutien de leurs parents. J'ai un élève qui ne fait rien, qui est insolent, qui répond aux professeurs et pourtant son père le défend et considère que son fils se fait harceler par toute l'équipe enseignante.


Bref comme il a été dit plus haut, il n'y a que sur le terrain que tu verras qu'est ce qu'est l'enseignement.

Bon courage

Cela dépend du caractère mais moi, j'ai vécu cela, et je n'arrive pas m'en détacher suffisamment, cela me gâche une année. Je pense qu'hélas l'expérience n'ajoute rien à la chose, c'est toujours aussi pénible.
Rendash
Rendash
Enchanteur

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Rendash le Sam 15 Déc 2018 - 11:07
Hier par exemple un des élèves de la classe pénible (une classe de seconde générale) a volé ma clé usb à la fin du cours quand j'expliquais à des élèves des points de méthodologie. Je n'ai rien vu, j'ai prévenu le professeur principal (je ne pense pas qu'il pourra faire grand chose), mais voilà ça fâche.


Ce n'est pas du ressort du professeur principal, mais de la police et de la justice : porte plainte.

_________________
Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 1498064902



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
HORA
HORA
Niveau 9

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par HORA le Sam 15 Déc 2018 - 11:10
Lisak35 a écrit:
Bref oui ce boulot vaut le coup si on le compare à équipier Mac Do, vendeur, caissier, manutentionnaire, etc. En aucun cas si on compare avec des personnes de notre âge à diplôme et expérience équivalents, voire dans la simple fonction publique.

Voilà. Le comble, c'est qu'aux yeux de nos collègues fonctionnaires, nous passons pour des privilégiés des vacances, le dénigrement depuis Allègre ayant bien fait son oeuvre. Quand on leur donne un aperçu de notre paie réelle et des mesquineries systématiques de notre administration pour ne pas verser les indemnités de transport par exemple, ils tombent de l'armoire. Même plus besoin d'évoquer le fait que pendant une bonne partie des vacances, la plupart des profs corrigent des copies et préparent les cours, et qu'elles sont plutôt vitales au vu de la fatigue nerveuse accumulée.
liv198866
liv198866
Niveau 3

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par liv198866 le Sam 15 Déc 2018 - 11:15
@Rendash a écrit:
Hier par exemple un des élèves de la classe pénible (une classe de seconde générale) a volé ma clé usb à la fin du cours quand j'expliquais à des élèves des points de méthodologie. Je n'ai rien vu, j'ai prévenu le professeur principal (je ne pense pas qu'il pourra faire grand chose), mais voilà ça fâche.


Ce n'est pas du ressort du professeur principal, mais de la police et de la justice : porte plainte.

Cela ne servira à rien malheureusement, je me suis renseignée et je suis tombée sur cet article :
https://www.autonome-solidarite.fr/articles/vol-de-la-clef-usb-d-un-enseignant/

Sur ma clé usb je n'avais que des cours et pas de données personnelles (privées) ni de données pouvant avoir une incidence sur la vie de l'établissement. Je pense que même si je rédigeais un rapport pour la CPE rien ne sera fait, c'est un rapport d'incident qui sera classé sans suite, car pas de coupable et pas de suspect.
Rendash
Rendash
Enchanteur

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Rendash le Sam 15 Déc 2018 - 11:18
@liv198866 a écrit:
@Rendash a écrit:
Hier par exemple un des élèves de la classe pénible (une classe de seconde générale) a volé ma clé usb à la fin du cours quand j'expliquais à des élèves des points de méthodologie. Je n'ai rien vu, j'ai prévenu le professeur principal (je ne pense pas qu'il pourra faire grand chose), mais voilà ça fâche.


Ce n'est pas du ressort du professeur principal, mais de la police et de la justice : porte plainte.

Cela ne servira à rien malheureusement, je me suis renseignée et je suis tombée sur cet article :
https://www.autonome-solidarite.fr/articles/vol-de-la-clef-usb-d-un-enseignant/

Sur ma clé usb je n'avais que des cours et pas de données personnelles (privées) ni de données pouvant avoir une incidence sur la vie de l'établissement. Je pense que même si je rédigeais un rapport pour la CPE rien ne sera fait, c'est un rapport d'incident qui sera classé sans suite, car pas de coupable et pas de suspect.

L'article évoque le vol des données. Toi, tu parles du vol de la clef USB, de l'objet. Le rapport d'incident va de soi (et j'ose espérer que le chef d'établissement prendra les choses en main, ce n'est même plus du ressort du CPE), mais le dépôt de plainte également.

_________________
Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 1498064902



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
User26836
Niveau 10

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par User26836 le Sam 15 Déc 2018 - 11:33
Une de mes amies avec bac +5 a préféré être fonctionnaire cat C (parce qu'aussi les concours pour devenir enseignant étaient beaucoup plus difficiles et selectifs à "son époque") que de devenir prof. Elle pourrait je pense réussir sans trop de difficulté le concours aujourd'hui surtout qu'elle n'est qu'à 75%, que ses enfants commencent à être suffisamment autonomes et que vu le salaire de son conjoint ils peuvent sans peine payer femme de ménage and co. (pour la soulager des tâches domestiques). Alors oui bien sûr, elle peut se permettre de n'être qu'en cat. C, vu effectivement le salaire de son conjoint, mais elle connaît mon salaire (ses parents étaient profs, sa soeur l'est aussi) et m'a une fois dit que franchement c'était quasiment pareil et qu'avec les RTT et le reste, elle avait quasiment autant de vacances que nous ! D'aileurs c'est quand même symptomatique : ses deux parents étaient profs, dans un établissement privé de province (donc rien à voir avec le fait d'exercer dans un établissement difficile de la RP), et parmi sa fratrie, seule la petite soeur est dans l'EN alors que mon amie et donc son autre soeur (elles sont 3 filles, je devrais donc parler de sororité, non ?) ont aussi Bac+5 et sont tout à fait capable d'obtenir un concours d'enseignant...


Dernière édition par Lisak35 le Sam 15 Déc 2018 - 12:41, édité 1 fois
Lefteris
Lefteris
Empereur

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Lefteris le Sam 15 Déc 2018 - 11:58
Lisak35 a écrit:
Exactement ! C'est pour cela qu'après avoir envisagé l'agrégation quelque temps (que je ne pense de toutes les façons pas être capable d'obtenir), je pense plutôt à me reconvertir dans une toute autre administration (je ne sais pas quel concours, ni si je suis également en mesure de l'obtenir -j'ai le temps d'y penser car je débute dans la profession), car financièrement, je ne vois aucun intérêt à l'agrégation, et même si on fait moins d'heures c'est quand même plus ou moins le même métier (on peut être agrégé et en collège rep +)...
Bref oui ce boulot vaut le coup si on le compare à équipier Mac Do, vendeur, caissier, manutentionnaire, etc. En aucun cas si on compare avec des personnes de notre âge à diplôme et expérience équivalents, voire dans la simple fonction publique.
Exactement, je vois les choses comme toi : l'agrégation est un palliatif, qu'il faut avoir si l'on reste enseignant (quel intérêt à être certifié? ). Si l'on peut faire autre chose, ne pas hésiter, même si ça prend deux ou trois ans de remise à niveau comme des personnes que je connais Je me suis reconverti suite à de très graves difficultés professionnelles, et j'ai passé le premier concours que je savais pouvoir obtenir en raison de ma formation. Je savais que j'allais y perdre (je n'avais pas mesuré autant tout de même) mais je me consolais en me disant que par reclassement, j'aurais un poste à côté, une vie plus tranquille, que je serais plongé dans des choses intéressantes au quotidien. C'était un peu vrai au début, l'esprit occupé par la nouveauté, l'établissement était plus calme, j'étais en effet à proximité de chez moi, j'enseignais jusqu'à 2/3 de LA .  Mais d'une part je m'apercevais que je n'avais pas autant de temps que ça, avec les emplois du temps à trous, le travail permanent, les sollicitations , et mentalement j'ai  peu à peu  commencé à regretter d'avoir dégringolé pour ça.  Et encore je ne pouvais pas prévoir ce qui allait nous tomber dessus, avec le saccage de ma discipline. Je me suis dit que l'agreg était un bon moyen d'améliorer le quotidien , un palliatif. Quand je m'endormais sur les bouquins, je pensais aux 15 heures, aux affreux que je verrais trois heures de moins. Very Happy Au second échec, je me suis dit que si je ne l'avais pas, je demandais un détachement sans tarder : trop vieux pour traîner,  pas encore trop pour pouvoir bifurquer. Si j'avais su ce qui nous attendait, j'aurais pris cette seconde solution, d'autant que certifié il y a plus de chance d'obtenir un détachement, en raison des bornes indiciaires, la plupart des emplois proposés étant de la catégorie A type(voir BIEP). A l'annonce de la réforme, j'ai réessayé de partir, mais là plein de portes étaient fermées pour les raisons évoquées (ça ne m'aurais pas gêné de prendre un poste de caté A en gardant mon indice à titre personnel) , et j'avais aussi pris quelques années. J'ai trouvé quand un même un truc qui m'allait comme un gant, dans mon ancien ministère en plus,  mais évidemment  refusé. Tout ça pour te dire attention au piège qui se referme. Le jour où les enseignants seront territorialisés, ou qu'il leur arrivera ce qui est arrivé France Télécom, certains regretteront d'avoir tergiversé.

@Leclochard a écrit:

En quelque sorte, l'agrégé est payé en temps libre. S'il fait trois, quatre ou cinq heures supp (selon le cas), il obtient -plus ou moins- le revenu qu'il aurait eu en travaillant dans une autre administration -inspecteur des finances par ex. C'est donc intéressant si c'est ce qu'on cherche en priorité et/ou si on peut se le permettre (grâce à un conjoint aisé, parce qu'on vit dans un endroit pas cher ou qu'on est peu dépensier..), car sinon mieux vaut viser directement le poste qui paye correctement et qui permet même parfois d'évoluer professionnellement, vu les efforts que réclame un concours de ce niveau.
Plutôt moins : mes ex-collègues  ayant suivi un parcours normal,moyen  me mettent encore au moins 500 € dans la vue, même avec deux HS. Les plus chanceux , déjà au grade sommital c'est plutôt 1000€. Quant au temps, oui, j'en ai, parce que je travaille plus vite, que je ne fais pas de vent, de projets, que j'arrive à éviter de trop bosser en vacances (mais il y a quand même des impératifs inévitables) etc.  mais pas tant que certains l'imagineraient , avec un EDT pas mal découpé. Je ne peux faire moins sans couper une classe, vu les rigidités des horaires actuels, et je ne pourrais guère faire plus, ce que je ne souhaite d'ailleurs pas.  On n'est pas maître de ses revenus via les HS.
Pour l'effort, en effet, ta comparaison est bonne  : ça ma coûté trois ans  en bossant , et encore je suis dans la bonne moyenne. Ca pourrit un peu la vie car il faut l'avouer, le discours "on s'éclate en préparant", c'est un peu pour la galerie. Et dans les personnes reconverties  que je connais, c'est à peu près le temps que ça leur a pris pour apprendre quelque chose de très différent et décrocher un concours de cat A.

@Balthazaard a écrit:
C'est exactement comme cela que je vois les choses...et je dis aux "petits jeunes"(affectueusement)  ici que jusqu'à 45 ans je préférais peut-être le salaire mais que maintenant, je ne dis pas que "j'apprécie" mais que le temps libre (de repos) est "vital" (au vrai sens du terme) pour moi.
Voilà, une fois dedans, tant qu'à faire un métier usant, autant avoir un peu plus de temps.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
Stanislas R
Stanislas R
Niveau 5

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Stanislas R le Sam 15 Déc 2018 - 14:44
@Lefteris a écrit:Tout ça pour te dire attention au piège qui se referme. Le jour où les enseignants seront territorialisés, ou qu'il leur arrivera ce qui est arrivé France Télécom, certains regretteront d'avoir tergiversé.

J'ai beau en discuter, encore plus avec ce qui est arrivé à la SNCF mais je prêche dans le désert.
Ce qui s'est passé à France Télécom se résume à peu près à ceci: embauches uniquement de droit privé, ostracisation des salariés gardant le statut de fonctionnaires par l'absence d'évolution et de promotion. C'est ce qui arrivera très vite à la SNCF.
Et nous nous croyions à l'abri, l'ennui c'est que la structure est déjà en place, chaque académie possède un pôle des RH destiné à gérer l'afflux des contractuels au moment voulu.
Le contractuel, cette espèce d'enseignant qu'on côtoie à petite dose, de peur d'être contaminé sans doute. Leur grille indiciaire est à pleurer: la durée légale de cotisation pour la retraite ne suffirait pas pour en atteindre la fin (d'ailleurs ils doivent travailler deux fois plus longtemps qu'un certifié pour arriver au même indice) et ça si ils passent les échelons sans perdre de temps avec les CDD qui se succèdent, bref si les planètes sont alignées. Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 437980826
Le fait d'être seuls à bord pendant la classe doit nous rendre individualistes: on se bat pour des bouts de chandelles (à propos des budgets de coop par exemple), on est volontaire pour des projets vaseux en espérant que l'Ien/IPR/CDE appuiera notre demande d'accès à la liste d'aptitude, on accepte des effectifs hors-la-loi en section spécialisée pour l'accès à cette même liste et j'en passe. Sauf que tout ceci pourra s'évanouir à la vitesse de la lumière. C'est déjà en train d'arriver.
Mais bon, j'ai eu la meilleure des réponses à mes interrogations avec la participation aux élections professionnelles.
Lefteris
Lefteris
Empereur

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Lefteris le Sam 15 Déc 2018 - 14:58
@Stanislas R a écrit:
@Lefteris a écrit:Tout ça pour te dire attention au piège qui se referme. Le jour où les enseignants seront territorialisés, ou qu'il leur arrivera ce qui est arrivé France Télécom, certains regretteront d'avoir tergiversé.

J'ai beau en discuter, encore plus avec ce qui est arrivé à la SNCF mais je prêche dans le désert.
Ce qui s'est passé à France Télécom se résume à peu près à ceci: embauches uniquement de droit privé, ostracisation des salariés gardant le statut de fonctionnaires par l'absence d'évolution et de promotion. C'est ce qui arrivera très vite à la SNCF.
Et nous nous croyions à l'abri, l'ennui c'est que la structure est déjà en place, chaque académie possède un pôle des RH destiné à gérer l'afflux des contractuels au moment voulu.
Le contractuel, cette espèce d'enseignant qu'on côtoie à petite dose, de peur d'être contaminé sans doute. Leur grille indiciaire est à pleurer: la durée légale de cotisation pour la retraite ne suffirait pas pour en atteindre la fin (d'ailleurs ils doivent travailler deux fois plus longtemps qu'un certifié pour arriver au même indice) et ça si ils passent les échelons sans perdre de temps avec les CDD qui se succèdent, bref si les planètes sont alignées. Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 437980826
Le fait d'être seuls à bord pendant la classe doit nous rendre individualistes: on se bat pour des bouts de chandelles (à propos des budgets de coop par exemple), on est volontaire pour des projets vaseux en espérant que l'Ien/IPR/CDE appuiera notre demande d'accès à la liste d'aptitude, on accepte des effectifs hors-la-loi en section spécialisée pour l'accès à cette même liste et j'en passe. Sauf que tout ceci pourra s'évanouir à la vitesse de la lumière. C'est déjà en train d'arriver. Une anecdote qui n'a rien à voir (vraiment?) j'ai eu l'occasion de visiter ma fac de sciences il y a quelques mois, leur nouvelle bibliothèque est quatre fois plus petite que celle que j'ai connu, je sais que l'algèbre est passée de mode mais je n'ai trouvé aucun ouvrage s'y rapportant, même pas un du premier cycle.
Mais bon, j'ai eu la meilleure des réponses à mes interrogations avec la participation aux élections professionnelles.
France Télécom, je l'ai suivi en direct et de près. D'abord parce que j'étais dans une administration qui bossait en lien ave les P et T. Ensuite j'ai vu des proches, déplacés, harcelés parce qu'ils avaient le mauvais goût de rester fonctionnaires. C'st aussi l'époque où j'avais des reponsabilités syndicales. Dans l'EN, j'ai vu des anciens de FT devenus enseignants. En ce moment, on  termine le saccage de La Poste. Bientôt on démantèle la SNCF. On a désossé l'équipement dans le silence le plus assourdissant qui soit, et ainsi de suite. Je ne comprends pas comment , surtout avec les prémices déjà constatées, que certains s'imaginent que ça n'arrivera jamais. Avec ce qui se profile (territorialisation, retraites, changement de statut...) , certaines conversations sur un projet, sur la couleur  du photocopieur, sur le conseil e vie collégienne ou lycéenne, me semblent tout simplement surréalistes, tout comme le fait de ne pas être syndiqués ou ne pas voter. J'ai l'impression de voir des moutons broutant tranquillement à quelques minutes de l'abattoir. Deux tiers de la profession méritent finalement ce qui va lui tomber dessus. Dommage pour les autres et dommage que in fine, ce soit la population qui trinque,car le devenir de l'EN dépasse largement la question corporative.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
dandelion
dandelion
Grand sage

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par dandelion le Dim 16 Déc 2018 - 22:45
Oui, et croire que les Gilets Jaunes en ont quelque chose à faire des fonctionnaires, ça me fait doucement rigoler. Bien sûr, quand il n'y a plus de 'privilégiés' pour servir le public, le public s'en plaint, mais c'est un peu tard. La réalité, c'est que la division a réussi, et que l'on est parvenu à casser les structures qui protégeaient le plus grand nombre, en lui faisant croire qu'il en était la victime. Quand il n'y aura plus de fonctionnaires, il y aura toujours des immigrés.
Mathador
Mathador
Esprit éclairé

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Mathador le Lun 17 Déc 2018 - 0:19
@dandelion a écrit:Quand il n'y aura plus de fonctionnaires, il y aura toujours des immigrés.

Je ne vois pas le rapport…

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
Olympias
Olympias
Prophète

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Olympias le Lun 17 Déc 2018 - 0:36
@liv198866 a écrit:
@Rendash a écrit:
Hier par exemple un des élèves de la classe pénible (une classe de seconde générale) a volé ma clé usb à la fin du cours quand j'expliquais à des élèves des points de méthodologie. Je n'ai rien vu, j'ai prévenu le professeur principal (je ne pense pas qu'il pourra faire grand chose), mais voilà ça fâche.


Ce n'est pas du ressort du professeur principal, mais de la police et de la justice : porte plainte.

Cela ne servira à rien malheureusement, je me suis renseignée et je suis tombée sur cet article :
https://www.autonome-solidarite.fr/articles/vol-de-la-clef-usb-d-un-enseignant/

Sur ma clé usb je n'avais que des cours et pas de données personnelles (privées) ni de données pouvant avoir une incidence sur la vie de l'établissement. Je pense que même si je rédigeais un rapport pour la CPE rien ne sera fait, c'est un rapport d'incident qui sera classé sans suite, car pas de coupable et pas de suspect.
Sauf que l’article date de 2012 et qu’il y a maintenant le RGDP ...
dandelion
dandelion
Grand sage

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par dandelion le Lun 17 Déc 2018 - 1:04
@Mathador a écrit:
@dandelion a écrit:Quand il n'y aura plus de fonctionnaires, il y aura toujours des immigrés.

Je ne vois pas le rapport…
Le rapport c'est que les politiciens ont de tout temps utilisé des boucs émissaires pour faire passer leur politique, et que c'est encore plus vrai depuis la crise financière. La montée du racisme et de l'antisémitisme permettent efficacement de détourner l'attention des vrais problèmes,cf Trump, tout en continuant de taper sur les fonctionnaires. Quand il n'y aura plus de fonctionnaires, il restera toujours des immigrés, des métèques, ou des 'biracial' comme mes enfants.
Monter les gens les uns contre les autres, cela fonctionne très très bien. J'ai entendu un certain nombre de collègues faire des commentaires sur mes origines supposément privilégiées, alors que si j'ai obtenu l'agrégation, c'est uniquement grâce à l'école publique française et aux aides sociales.
Ce qui me fait le plus peur c'est que depuis que je vis aux Etats-Unis, je vois où la casse du service public mène, et qu'il y a de vraies raisons d'avoir peur: le système de santé est très coûteux (d'où une peur constante de tomber malade), mais on n'est pas bien soigné, les écoles ne sont bien que si tu as les moyens d'habiter un bon quartier, on te déconseille de boire de l'eau du robinet, ton propriétaire peut t'augmenter ton loyer comme il veut. Certes, il y a de l'emploi, donc tant que tu es en bonne santé, tu peux conduire un uber après le boulot, ou aller travailler dans un fast-food, ce que font d'ailleurs certains enseignants. Pourtant, avant l'arrivée de Reagan, ce n'était pas comme ça.
Mathador
Mathador
Esprit éclairé

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Mathador le Lun 17 Déc 2018 - 3:09
Oui je comprends. Il me semble légitime de se poser des questions sur le rôle des fonctionnaires ou de l'immigration dans les problèmes de société, mais il est rare que les politiciens traitent ce type de question avec ne serait-ce qu'un minimum d'honnêteté intellectuelle. Il est bien plus pratique pour eux d'utiliser ce type de problématique pour créer une division artificielle entre différents camps de la politique, pour pouvoir tranquillement écouter les lobbies en tout genre sur les autres sujets (et donc, d'une certaine façon, comme tu le dis, détourner l'attention des vrais problèmes).
Pour ce qui est des USA, il y a effectivement des aspects (dont ceux que tu mentionnes) qui font que je n'aimerais pas immigrer là-bas, même si je comparerais davantage le gouvernement français actuel à Thatcher qu'à Reagan (aux USA, il me semble que l'équivalent de l'Assurance maladie ou du NHS n'a jamais existé, ce n'est donc pas exactement une « casse »).

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
Stanislas R
Stanislas R
Niveau 5

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Stanislas R le Lun 17 Déc 2018 - 10:18
@Lefteris a écrit:France Télécom, je l'ai suivi en direct et de près. D'abord parce que j'étais dans une administration qui bossait en lien ave les P et T. Ensuite j'ai vu des proches, déplacés, harcelés parce qu'ils avaient le mauvais goût de rester fonctionnaires. C'st aussi l'époque où j'avais des reponsabilités syndicales. Dans l'EN, j'ai vu des anciens de FT devenus enseignants. En ce moment, on  termine le saccage de La Poste. Bientôt on démantèle la SNCF. On a désossé l'équipement dans le silence le plus assourdissant qui soit, et ainsi de suite. Je ne comprends pas comment , surtout avec les prémices déjà constatées, que certains s'imaginent que ça n'arrivera jamais. Avec ce qui se profile (territorialisation, retraites, changement de statut...) , certaines conversations sur un projet, sur la couleur  du photocopieur, sur le conseil e vie collégienne ou lycéenne, me semblent tout simplement surréalistes, tout comme le fait de ne pas être syndiqués ou ne pas voter. J'ai l'impression de voir des moutons broutant tranquillement à quelques minutes de l'abattoir. Deux tiers de la profession méritent finalement ce qui va lui tomber dessus. Dommage pour les autres et dommage  que in fine, ce soit la population qui trinque,car le devenir de l'EN dépasse largement la question corporative.

@dandelion a écrit:Le rapport c'est que les politiciens ont de tout temps utilisé des boucs émissaires pour faire passer leur politique, et que c'est encore plus vrai depuis la crise financière. La montée du racisme et de l'antisémitisme permettent efficacement de détourner l'attention des vrais problèmes,cf Trump, tout en continuant de taper sur les fonctionnaires. Quand il n'y aura plus de fonctionnaires, il restera toujours des immigrés, des métèques, ou des 'biracial' comme mes enfants.
Monter les gens les uns contre les autres, cela fonctionne très très bien. J'ai entendu un certain nombre de collègues faire des commentaires sur mes origines supposément privilégiées, alors que si j'ai obtenu l'agrégation, c'est uniquement grâce à l'école publique française et aux aides sociales.
Ce qui me fait le plus peur c'est que depuis que je vis aux Etats-Unis, je vois où la casse du service public mène, et qu'il y a de vraies raisons d'avoir peur: le système de santé est très coûteux (d'où une peur constante de tomber malade), mais on n'est pas bien soigné, les écoles ne sont bien que si tu as les moyens d'habiter un bon quartier, on te déconseille de boire de l'eau du robinet, ton propriétaire peut t'augmenter ton loyer comme il veut. Certes, il y a de l'emploi, donc tant que tu es en bonne santé, tu peux conduire un uber après le boulot, ou aller travailler dans un fast-food, ce que font d'ailleurs certains enseignants. Pourtant, avant l'arrivée de Reagan, ce n'était pas comme ça.

@Mathador a écrit:Oui je comprends. Il me semble légitime de se poser des questions sur le rôle des fonctionnaires ou de l'immigration dans les problèmes de société, mais il est rare que les politiciens traitent ce type de question avec ne serait-ce qu'un minimum d'honnêteté intellectuelle. Il est bien plus pratique pour eux d'utiliser ce type de problématique pour créer une division artificielle entre différents camps de la politique, pour pouvoir tranquillement écouter les lobbies en tout genre sur les autres sujets (et donc, d'une certaine façon, comme tu le dis, détourner l'attention des vrais problèmes).
Pour ce qui est des USA, il y a effectivement des aspects (dont ceux que tu mentionnes) qui font que je n'aimerais pas immigrer là-bas, même si je comparerais davantage le gouvernement français actuel à Thatcher qu'à Reagan (aux USA, il me semble que l'équivalent de l'Assurance maladie ou du NHS n'a jamais existé, ce n'est donc pas exactement une « casse »).

La Poste, je m'y prépare plusieurs jours à l'avance pour y aller et je n'ose pas imaginer ce que c'est dans les zones où c'est la seule banque.
Les hôpitaux, avec les les démissions non seulement du personnel soignant (les petites mains) mais aussi celles de chefs de service (comme celui du service gynécologie à Caen), ont depuis longtemps atteint leurs limites, prions pour ne pas s'y retrouver car on a de moins en moins la certitude d'en sortir en meilleur état qu'en y entrant ou d'en sortir tout court.
Quand à France Télécom peu de gens ont compris ce qui se passait et de ceux qui l'ont fait peu ont éprouvé de la solidarité. Nous étions tous trop obnubilés par la chasse du meilleur forfait.
Dans un système où la majeure partie de la croissance est mécaniquement accaparée par les très riches il est plus simple de trouver des boucs émissaires.
Enfin, pour la mobilisation nécessaire, depuis quinze ans que je fais ce métier je ne la vois que s'éloigner. J'ai compris tard les petits jeux égoïstes où on se fabrique son coin plus ou moins douillet sur le dos de ses collègues, des remplaçants et bien sûr des élèves. Je n'ai pas connu l'âge d'or où un instituteur pouvait manger au restaurant tous les midis: et oui ça a existé et ça en dit long sur l'évolution de notre pouvoir d'achat, même quand je suis devenu prof de math je n'ai pas pu me le permettre Twisted Evil . Et le pire c'est que chaque fois que j'en parle, il y a une bonne âme pour me dire que si je n'étais pas dans une grande ville ou dans telle région (pourquoi pas sur Mars) je pourrais me le permettre. Bien évidemment c'est le symbole qui m'importe mais bien rare est celui qui le relève. Je crois qu'on n'est même plus qu'à côté de abattoir, on est à la queue leu ... (en file indienne  Wink ) . Le peu d'intérêt soulevé par l'évocation des concours (à moins qu'on ait tous les avantages possibles avec le petit chat sur le toit) en est aussi un symptôme (je comprends bien sûr les situations de ceux qui sont coincés par leurs engagements). C'est déjà souvent difficile de faire ce métier mais il le sera de plus en plus (sauf pour ceux qui cultivent leurs relations par des moyens divers et variés). Je ne resterai pas à écouter jouer l'orchestre.
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Elaïna le Lun 17 Déc 2018 - 10:27
Euh je ne sais pas s'il y a tellement eu d'instituteurs qui mangeaient tous les jours au restaurant hein. Faudrait voir à pas raconter n'importe quoi non plus. Pourquoi pas toutes les vacances aux Seychelles aussi ?

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
Stanislas R
Stanislas R
Niveau 5

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Stanislas R le Lun 17 Déc 2018 - 10:40
Je le tiens d'anciens collègues du sud. Pourquoi t'énerves-tu? Je propose autre chose que la résignation à ceux qui ne sont pas bien loti.
celitian
celitian
Expert

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par celitian le Lun 17 Déc 2018 - 10:41
Si si le déclassement est très important.
Exemple : mes parents instituteurs, aucune aide familiale, nous partions à 5 au moins 6 semaines par an, 1 maison, 1 appartement à la mer, 1 appartement pour nos études.
Actuellement ils perçoivent une retraite que certains de mes collègues ne toucheront jamais en salaire. 

Même moi,ancienneté 25 ans, sans aide, j'ai pu acheter un appartement (44 m2 donc pas un studio) à 5 stations de Montparnasse au bout de 2 ans d'enseignement, je pense que pour une jeune professeur certifié aujourd'hui c'est beaucoup plus difficile.
Stanislas R
Stanislas R
Niveau 5

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Stanislas R le Lun 17 Déc 2018 - 10:43
Merci Celitian.
Une passante
Une passante
Érudit

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Une passante le Lun 17 Déc 2018 - 10:52
Sachant qu'avec le seul salaire d'un enseignant, une famille de 5 personnes (dont l'un des parents ne travaillait pas), parvenait à vivre confortablement (avec accession à la propriété rapide et vacances en location tous les ans, ski l'hiver et plage l'été), je pense qu'on peut parler en effet d'un déclassement certain de la profession.
Mathador
Mathador
Esprit éclairé

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Mathador le Lun 17 Déc 2018 - 10:57
Les cas ci-dessus ne révèlent pas qu'un déclassement de la profession mais aussi un immobilier qui dans beaucoup de villes coûte de plus en plus les yeux de la tête.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
Tamerlan
Tamerlan
Modérateur

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Tamerlan le Lun 17 Déc 2018 - 11:06
@Une passante a écrit:Sachant qu'avec le seul salaire d'un enseignant, une famille de 5 personnes (dont l'un des parents ne travaillait pas), parvenait à vivre confortablement (avec accession à la propriété rapide et vacances en location tous les ans, ski l'hiver et plage l'été), je pense qu'on peut parler en effet d'un déclassement certain de la profession.

Pour avoir eu des enseignants dans la famille actifs dans les années 70-80 cela ne me parait pas correspondre à la réalité. Ça c'était possible pour un couple d'enseignants, mais pas avec un seul salaire. Il y a eu perte très claire mais pas dans ces proportions. L'accession rapide à la propriété était rendue possible par des salaires en hausse mais également par une inflation sur laquelle les prêts n'étaient pas indexés. Aussi par un prix des terrains très bas.

_________________
“Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.”
celitian
celitian
Expert

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par celitian le Lun 17 Déc 2018 - 11:10
Même si l'immobilier, les vacances...sont plus chers, le déclassement est réel avant les enseignants vivaient comme des cadres, maintenant pour un célibataire ce n'est plus du tout le cas.
Tamerlan
Tamerlan
Modérateur

Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ? - Page 12 Empty Re: Est-ce que ça vaut toujours le coup d'être enseignant aujourd'hui ?

par Tamerlan le Lun 17 Déc 2018 - 11:13
Ben, pour un célibataire c'est dur. Pour un couple il faut faire des choix, mais accession à la propriété + vacances en location (même une seule saison) + études des enfants cela devient de moins en moins possible.

_________________
“Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.”
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum