Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
RogerMartin
Empereur

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par RogerMartin le Ven 7 Déc 2018 - 11:15
Idem, je préside un comité de sélection, lundi il faut signer la composition, et avec notre SPE qu'il faut pousser tirer... humhum
Le pire, c'est qu'avec leur ânerie de plateforme en ligne, il faut qu'ils aient eu accès au bidule (de leur bureau, bien sûr...) pour éditer la liste des membres, alors qu'elle est dûment votée depuis mercredi Rolling Eyes
avatar
roxanne
Devin

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par roxanne le Ven 7 Déc 2018 - 11:18
Et bien, nous, on a presque tout le monde, même mes STID aux abonnés absents la semaine dernière sont presque tous là et font leur contrôle tranquillous..
avatar
Albert Jarl
Habitué du forum

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Albert Jarl le Ven 7 Déc 2018 - 11:19
@Babarette a écrit:
@Cléopatra2 a écrit:Appel pour casser etc. ici aussi mais les élèves sont passés et il n'y a rien eu pour l'instant. C'était beaucoup moins violent que lundi où il y a eu des gazages et des tirs de flashball. Là les CRS n'étaient pas là du coup ils se sont retrouvés tout penauds avec personne à "casser".
Ils vont revenir, ils font le tour des lycées de la ville.
Je suis soulagée, après avoir vu des photos du matériel envisagé.

Je trouve personnellement un tir de flashball plus violent qu'une vitre brisée. Une vitre, ça se répare. Un œil, non.

Surtout à l'heure où "en même temps" on légifère sur l'interdiction de la fessée. Cherchez l'erreur...

_________________
Si vis pacem, para bellum
avatar
RogerMartin
Empereur

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par RogerMartin le Ven 7 Déc 2018 - 11:52
Le conservatoire de Paris 14 a écrit:

Mesdames, Messieurs,

Compte tenu des événements susceptibles de se dérouler demain et des incertitudes quant à leur nature, leur ampleur et leur localisation précise, les établissements municipaux se trouvant dans des secteurs désignés comme à risque par la Préfecture de police seront fermés.
C'est le cas du Conservatoire Darius Milhaud
dont les cours se tenant ce 8 décembre sont donc annulés.

Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée.

Le Conservatoire Darius Milhaud



Je précise pour ceux qui n'auraient pas la topographie de Paris en tête : le XIVe arrondissement est relativement distant des Champs-Élysées (pour lequel le correcteur automatique me propose "psychanalysées")...

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
e-Wanderer
Expert spécialisé

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par e-Wanderer le Ven 7 Déc 2018 - 12:19
Oui, mais les gilets jaunes, après avoir investi l'Elysée, seraient capables d'organiser un bœuf sur le toit.

_________________
« Profitons du temps qui nous reste avant la définitive invasion de la grande muflerie du Nouveau Monde » (Huysmans)
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Celadon le Ven 7 Déc 2018 - 12:21
Et de le bouffer !
avatar
Ponocrates
Habitué du forum

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Ponocrates le Ven 7 Déc 2018 - 12:23
@Docteur OX a écrit:http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/noisy-le-sec-les-dealers-font-le-maintien-de-l-ordre-pendant-le-blocus-06-12-2018-7962474.php

Deux cents à trois cents élèves ont de nouveau bloqué, dans le calme, le lycée Olympe-de-Gouges ce jeudi. Mardi, des dealers de la cité voisine du Londeau étaient intervenus alors que la mobilisation semblait gêner le trafic.

Et les clients ne pouvaient plus aller dans la cité faire leur marché. » Les dealers ont donc débarqué. « Ils nous ont dit : « Arrêtez vos conneries et dégagez »

Merveilleux. Les dealers entrent dans la danse... Si le trafic s'arrête, où ira le pays ? On se le demande.
De bons citoyens, voilà tout. Ils savent que le trafic de drogue est pris en compte dans le calcul du PIB et veulent participer au redressement de la France...
Sinon pour RM, j'imagine qu'après samedi dernier c'est tout Paris qui est considéré comme une zone à risque.

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
Lowpow29
Niveau 10

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Lowpow29 le Ven 7 Déc 2018 - 12:38
@RogerMartin a écrit:
Le conservatoire de Paris 14 a écrit:

Mesdames, Messieurs,

Compte tenu des événements susceptibles de se dérouler demain et des incertitudes quant à leur nature, leur ampleur et leur localisation précise, les établissements municipaux se trouvant dans des secteurs désignés comme à risque par la Préfecture de police seront fermés.
C'est le cas du Conservatoire Darius Milhaud
dont les cours se tenant ce 8 décembre sont donc annulés.

Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée.

Le Conservatoire Darius Milhaud



Je précise pour ceux qui n'auraient pas la topographie de Paris en tête : le XIVe arrondissement est relativement distant des Champs-Élysées (pour lequel le correcteur automatique me propose "psychanalysées")...

Il faut dire qu'ils accueillent aussi des petits enfants.

_________________
La vie est courte, l'art est long, l'occasion fugitive, l'expérience trompeuse, le jugement difficile. Hippocrate
avatar
GastonLagaffe
Niveau 3

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par GastonLagaffe le Ven 7 Déc 2018 - 12:48
Ma fille a réussi à rentrer dans son lycée à la 2ème tentative (à 8heures, c'était fermé pour les élèves), mais tous les cours sont annulés. D'après elle, les manifestants ont essayé de mettre le feu à l'établissement...
avatar
Honchamp
Expert

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Honchamp le Ven 7 Déc 2018 - 12:58
Dans ma ville, un lycéen de seconde interpellé et garde à vue avec une bombe incendiaire. De son propre aveu, pour rire, fabriqué avec un tutoriel vu sur internet.

_________________
"Tu verras bien qu'il n'y aura pas que moi, assise par terre comme ça.."
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par GaliNéo le Ven 7 Déc 2018 - 13:09
On a eu un gamin blessé à l’œil jeudi par un tir de flashball. Le gamin n'était pas un casseur, mais il s'est posé comme un épouvantail devant les CRS. On vient d'apprendre que, malgré une intervention immédiate et une opération d'urgence, il a définitivement perdu son œil. On craint des débordements pour lundi dès 8h.

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
RogerMartin
Empereur

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par RogerMartin le Ven 7 Déc 2018 - 13:24
Où l'on comprend que faire le mariole devant quelqu'un d'armé, c'est plus dangereux que devant les enseignants que l'on peut insulter et faire tourner en bourrique avec la bénédiction du monde entier ou presque. C'est très triste pour ce gamin, qu'il n'ait pas appris à temps pour lui à être raisonnable, et que la sanction pour lui soit si horrible. S'il avait été en classe ou chez lui, aurait-il pris ce tir en pleine figure ? Je ne justifie en rien le tireur, qu'on ne vienne pas me faire le numéro de la mini jupe et du violeur, la situation n'est pas comparable, mais il me paraît paradoxal de hurler à longueur de post que les flics assoiffés de sang, derniers remparts d'un pouvoir corrompu, ont ordre de tirer à vue et de se dire que c'est tout à fait OK pour des mineurs de jouer à la révolution à la petite semaine en dégradant le service public dont ils bénéficient encore.

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
Babarette
Doyen

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Babarette le Ven 7 Déc 2018 - 13:33
Qu'est-ce qui justifie un tir de flash-ball au visage? Rien.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
avatar
e-Wanderer
Expert spécialisé

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par e-Wanderer le Ven 7 Déc 2018 - 13:37
Je ne peux pas m'empêcher de penser qu'à leur âge, en seconde, j'étais dans la rue pour protester contre la loi Devaquet. Par chance, l'environnement était moins tendu et violent dans ma petite ville de province, mais quand je lis qu'une jeune fille de 16 ans s'est pris un projectile de flashball dans la mâchoire et qu'elle est défigurée, je me demande quand même si un policier exercé aux techniques de lutte n'a pas d'autres moyens pour maîtriser une lycéenne, fût-elle virulente, que d'utiliser une telle arme à 4 ou 5 m. de distance (selon les dires du Dauphiné).

_________________
« Profitons du temps qui nous reste avant la définitive invasion de la grande muflerie du Nouveau Monde » (Huysmans)
avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par GaliNéo le Ven 7 Déc 2018 - 13:41
@Babarette a écrit:Qu'est-ce qui justifie un tir de flash-ball au visage? Rien.

Je n'ai pas tous les détails, je me cantonne aux faits, aussi tragiques soient-ils.

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
Prezbo
Habitué du forum

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Prezbo le Ven 7 Déc 2018 - 13:45
@RogerMartin a écrit:Où l'on comprend que faire le mariole devant quelqu'un d'armé, c'est plus dangereux que devant les enseignants que l'on peut insulter et faire tourner en bourrique avec la bénédiction du monde entier ou presque. C'est très triste pour ce gamin, qu'il n'ait pas appris à temps pour lui à être raisonnable, et que la sanction pour lui soit si horrible. S'il avait été en classe ou chez lui, aurait-il pris ce tir en pleine figure ? Je ne justifie en rien le tireur, qu'on ne vienne pas me faire le numéro de la mini jupe et du violeur, la situation n'est pas comparable, mais il me paraît paradoxal de hurler à longueur de post que les flics assoiffés de sang, derniers remparts d'un pouvoir corrompu, ont ordre de tirer à vue et de se dire que c'est tout à fait OK pour des mineurs de jouer à la révolution à la petite semaine en dégradant le service public dont ils bénéficient encore.

je crois que pas grand monde, ici, ne dit que ce que font ces mineurs sont OK. Mais il me semble que quand les forces de l’ordre ont été équipées de flashball, le discours officiel, rassurant, était qu'il s'agissait d'une arme réservée aux situations de légitime défense, et que le tir au visage était interdit.

(Roger, je viens de relire ton âge et je me demande : où étais-tu en 1986 ?)
superheterodyne
Niveau 10

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par superheterodyne le Ven 7 Déc 2018 - 13:50
@RogerMartin a écrit:Où l'on comprend que faire le mariole devant quelqu'un d'armé, c'est plus dangereux que devant les enseignants que l'on peut insulter et faire tourner en bourrique avec la bénédiction du monde entier ou presque. C'est très triste pour ce gamin, qu'il n'ait pas appris à temps pour lui à être raisonnable, et que la sanction pour lui soit si horrible. S'il avait été en classe ou chez lui, aurait-il pris ce tir en pleine figure ? Je ne justifie en rien le tireur, qu'on ne vienne pas me faire le numéro de la mini jupe et du violeur, la situation n'est pas comparable, mais il me paraît paradoxal de hurler à longueur de post que les flics assoiffés de sang, derniers remparts d'un pouvoir corrompu, ont ordre de tirer à vue et de se dire que c'est tout à fait OK pour des mineurs de jouer à la révolution à la petite semaine en dégradant le service public dont ils bénéficient encore.

Le "quelqu'un d'armé" est censé respecter des règles de droit et des règles d'engagement des armes. Si l'on en croit Galineo, ce jeune homme "jouait à l'épouvantail" devant les CRS.

Et je crois que vous justifiez quand même un peu l'action du tireur. Sinon, pourquoi avoir inclus cette fausse question (S'il avait été en classe ou chez lui, aurait-il pris ce tir en pleine figure ?) dont la réponse est bien évidemment non ? Ca s'appelle un épouvantail, justement, ça

_________________
« Tout agent, quelle que soit sa fonction, doit obéissance passive et immédiate aux signaux le concernant. »
avatar
RogerMartin
Empereur

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par RogerMartin le Ven 7 Déc 2018 - 14:08
@superheterodyne a écrit:
@RogerMartin a écrit:Où l'on comprend que faire le mariole devant quelqu'un d'armé, c'est plus dangereux que devant les enseignants que l'on peut insulter et faire tourner en bourrique avec la bénédiction du monde entier ou presque. C'est très triste pour ce gamin, qu'il n'ait pas appris à temps pour lui à être raisonnable, et que la sanction pour lui soit si horrible. S'il avait été en classe ou chez lui, aurait-il pris ce tir en pleine figure ? Je ne justifie en rien le tireur, qu'on ne vienne pas me faire le numéro de la mini jupe et du violeur, la situation n'est pas comparable, mais il me paraît paradoxal de hurler à longueur de post que les flics assoiffés de sang, derniers remparts d'un pouvoir corrompu, ont ordre de tirer à vue et de se dire que c'est tout à fait OK pour des mineurs de jouer à la révolution à la petite semaine en dégradant le service public dont ils bénéficient encore.

Le "quelqu'un d'armé" est censé respecter des règles de droit et des règles d'engagement des armes. Si l'on en croit Galineo, ce jeune homme "jouait à l'épouvantail" devant les CRS.

Et je crois que vous justifiez quand même un peu l'action du tireur. Sinon, pourquoi avoir inclus cette fausse question (S'il avait été en classe ou chez lui, aurait-il pris ce tir en pleine figure ?) dont la réponse est bien évidemment non ? Ca s'appelle un épouvantail, justement, ça

Très certes, il est du devoir le plus strict du CRS de ne pas tirer (encore que les sommations, ça existe), et du droit le plus strict d'un adolescent de faire le mariole, mais pas nécessairement à un endroit d'où des forces de l'ordre lui demandent explicitement de dégager.
Si on considère qu'il n'y a jamais à obéir aux forces de l'ordre, évidemment, cela change un peu la donne, mais je n'ai pas envie de vivre dans le far west, et je ne suis pas certaine que beaucoup d'entre nous y survivraient.

Je ne justifie pas plus l'action du tireur que la conduite débile et dangereuse des automobilistes qui m'empêchent régulièrement d'emprunter des passages piétons en roulant à toute blinde sans ralentir. Je ne conseille pas à mon fils ado de faire respecter son droit élémentaire à la circulation (conforté par une loi récente sur le respect des piétons qui souhaitent traverser) en se lançant dans le trafic armé de son sac de classe.

@e-Wanderer a écrit:Je ne peux pas m'empêcher de penser qu'à leur âge, en seconde, j'étais dans la rue pour protester contre la loi Devaquet. Par chance, l'environnement était moins tendu et violent dans ma petite ville de province, mais quand je lis qu'une jeune fille de 16 ans s'est pris un projectile de flashball dans la mâchoire et qu'elle est défigurée, je me demande quand même si un policier exercé aux techniques de lutte n'a pas d'autres moyens pour maîtriser une lycéenne, fût-elle virulente, que d'utiliser une telle arme à 4 ou 5 m. de distance (selon les dires du Dauphiné).

J'étais en L3 pendant Devaquet, dans un comité de grève assez actif (qui pourtant était contre les blocages : les temps changent) et je ne décrirais pas la situation à Paris dans les jours précédant le décès de Malik Oussekine comme détendue, mais la nuit même de son décès, c'est certain qu'il y avait des voitures en feu en haut du Bd Saint Michel, ce qui à l'époque ne s'était pas vu depuis assez longtemps.
Cela faisait quelques manifestations qu'on mangeait notre content de gaz lacrymogène alors que les services d'ordre se démenaient et qu'il n'y avait pas de casse. Les tirs tendus de grenade lacrymogène, la première fois où je les ai vus, c'est ce soir-là en effet, en fait dès la fin de la manifestation de l'après-midi.

La différence que je vois avec le maintien de l'ordre aujourd'hui, si je peux me permettre de l'appeler ainsi, c'est que les voltigeurs étaient des unités ad hoc, formées exclusivement pour procéder à des tabassages systématiques même de gens qui ne faisaient rien que rentrer chez eux et qui étaient en train de s'éloigner des zones de désordre (cf. les témoignages de la nuit en question à la LDH), à la différence des procédures utilisées aujourd'hui pour les gens qui se contentent de circuler, et qui me paraissent en général plus bardées.

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
RogerMartin
Empereur

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par RogerMartin le Ven 7 Déc 2018 - 14:10
@Prezbo a écrit:
@RogerMartin a écrit:Où l'on comprend que faire le mariole devant quelqu'un d'armé, c'est plus dangereux que devant les enseignants que l'on peut insulter et faire tourner en bourrique avec la bénédiction du monde entier ou presque. C'est très triste pour ce gamin, qu'il n'ait pas appris à temps pour lui à être raisonnable, et que la sanction pour lui soit si horrible. S'il avait été en classe ou chez lui, aurait-il pris ce tir en pleine figure ? Je ne justifie en rien le tireur, qu'on ne vienne pas me faire le numéro de la mini jupe et du violeur, la situation n'est pas comparable, mais il me paraît paradoxal de hurler à longueur de post que les flics assoiffés de sang, derniers remparts d'un pouvoir corrompu, ont ordre de tirer à vue et de se dire que c'est tout à fait OK pour des mineurs de jouer à la révolution à la petite semaine en dégradant le service public dont ils bénéficient encore.

je crois que pas grand monde, ici, ne dit que ce que font ces mineurs sont OK. Mais il me semble que quand les forces de l’ordre ont été équipées de flashball, le discours officiel, rassurant, était qu'il s'agissait d'une arme réservée aux situations de légitime défense, et que le tir au visage était interdit.

(Roger, je viens de relire ton âge et je me demande : où étais-tu en 1986 ?)

Souvent en manif et devant les CRS et même les voltigeurs (un peu par hasard pour ces derniers), si c'est la question. Cf. mon message précédent.
Mais je ne faisais pas le mariole, et je ne trouvais pas non plus nécessaire de péter des vitrines ou de dégoutancer ma fac. Ni de taper sur un flic fût-il un CRS, rien de tout ça ne m'est jamais vraiment apparu comme un moyen efficace d'obtenir quoi que ce soit.



EDIT Pour ceux que 1986 intéresse, je conseille la lecture (à venir) d'une thèse en cours de bouclage sur le sujet, pour laquelle le chercheur a interrogé plusieurs centaines de témoins de l'époque :
http://www.theses.fr/s122561

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
Prezbo
Habitué du forum

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Prezbo le Ven 7 Déc 2018 - 15:03
@RogerMartin a écrit:
La différence que je vois avec le maintien de l'ordre aujourd'hui, si je peux me permettre de l'appeler ainsi, c'est que les voltigeurs étaient des unités ad hoc, formées exclusivement pour procéder à des tabassages systématiques même de gens qui ne faisaient rien que rentrer chez eux et qui étaient en train de s'éloigner des zones de désordre (cf. les témoignages de la nuit en question à la LDH), à la différence des procédures utilisées aujourd'hui pour les gens qui se contentent de circuler, et qui me paraissent en général plus bardées.

Je ne suis pas sûr de bien comprendre le sens de ce dernier paragraphe. Si tu veux dire qu'aujourd'hui il est devenu rare de se faire tabasser ou gazer alors qu'on s'est surtout trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, je crains pouvoir trouver beaucoup de témoignages allant en sens contraire.

Sinon, les dégradations commises dans les facs et les lycées pendant les blocages et les mouvements sociaux sont consternantes, je ne dis pas le contraire, et je n’exonère pas de leur responsabilité ni les collectifs qui appellent à ce genre d'actions sans pouvoir les gérer, ni les gugusses décérébrés qui participent au grand défouloir général.

avatar
GaliNéo
Habitué du forum

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par GaliNéo le Ven 7 Déc 2018 - 15:14
Toujours à Vénissieux, une fausse information circule : un proviseur a été aspergé à l'essence. Le proviseur va bien et n'a reçu que quelques gouttes durant un chute accidentelle. L'apergeur n'est pas un élève du lycée et a tout de suite pris la fuite.

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
Babarette
Doyen

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Babarette le Ven 7 Déc 2018 - 15:41
@e-Wanderer a écrit:Je ne peux pas m'empêcher de penser qu'à leur âge, en seconde, j'étais dans la rue pour protester contre la loi Devaquet. Par chance, l'environnement était moins tendu et violent dans ma petite ville de province, mais quand je lis qu'une jeune fille de 16 ans s'est pris un projectile de flashball dans la mâchoire et qu'elle est défigurée, je me demande quand même si un policier exercé aux techniques de lutte n'a pas d'autres moyens pour maîtriser une lycéenne, fût-elle virulente, que d'utiliser une telle arme à 4 ou 5 m. de distance (selon les dires du Dauphiné).

Oui, c'est quand même assez étonnant qu'un policier qui a quand même dû montrer ses aptitudes physiques, ait besoin de tirer sur un civil sans armes, qui plus est, au visage.
Être défiguré, c'est cher payé pour avoir "fait le mariolle". Pour faire réfléchir quelqu'un qui déconne, il existe un système, ça s'appelle la garde à vue. C'est quand même déjà une belle punition.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
avatar
Slinky
Niveau 10

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Slinky le Ven 7 Déc 2018 - 15:46
@Babarette a écrit:
@e-Wanderer a écrit:Je ne peux pas m'empêcher de penser qu'à leur âge, en seconde, j'étais dans la rue pour protester contre la loi Devaquet. Par chance, l'environnement était moins tendu et violent dans ma petite ville de province, mais quand je lis qu'une jeune fille de 16 ans s'est pris un projectile de flashball dans la mâchoire et qu'elle est défigurée, je me demande quand même si un policier exercé aux techniques de lutte n'a pas d'autres moyens pour maîtriser une lycéenne, fût-elle virulente, que d'utiliser une telle arme à 4 ou 5 m. de distance (selon les dires du Dauphiné).

Oui, c'est quand même assez étonnant qu'un policier qui a quand même dû montrer ses aptitudes physiques, ait besoin de tirer sur un civil sans armes, qui plus est, au visage.
Être défiguré, c'est cher payé pour avoir  "fait le mariolle". Pour faire réfléchir quelqu'un qui déconne, il existe un système, ça s'appelle la garde à vue. C'est quand même déjà une belle punition.

Surtout qu'il est interdit de viser au niveau du visage ou de la tête. Le CRS qui a crevé l’œil de l'étudiant ne sait visiblement pas manier cette arme. Ahurissant.

_________________
Her steps--slow, deliberate, and challenging, the set of her sleek head and her slender shoulders, the swing of her straight body, the slight swaying of her hips, are more deadly than all the leopard skins and languors of the old-time vampire. Here is Slinky!
avatar
RogerMartin
Empereur

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par RogerMartin le Ven 7 Déc 2018 - 16:31
Je vois qu'on a ici plein de gens experts en maintien de l'ordre et qui peuvent donner des leçons sur comment contenir une foule sans aucun risque d'erreur ou de bavure. Doctissimi cum claviero. Personnellement, je ne pense pas que ce soit possible, quel que soit le professionnalisme des forces de l'ordre, mais pour autant je ne vois pas comment on pourrait laisser toute foule constituée agir à sa guise lorsqu'elle commet des dégradations et des violences.

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
Petit pois
Niveau 9

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Petit pois le Ven 7 Déc 2018 - 16:39
Pas plus tard que hier matin, les néo gendarmes qui casernent en face de mon collège "s'entrainaient" à devenir gardes mobiles ! Une dizaine avaient revêtu la panoplie du parfais professionnel du maintien de l'ordre et une autre dizaine "jouaient" les méchants manifestants ! Ici , ce sont des spécialistes de l’éthylotest, pas de la matraque ! Ça en était presque risible !
Et bien,si l'un d'entre deux se voyait confier un flash ball, je préfèrerais être loin ... Visiblement, ces jeunes recrues risquent d'être demain sur un point chaud et devront obéir aux ordres.
Si les renforts annoncés dans l'encadrement des manifestations de demain sont constitués de ce genre de personnels, il y a de quoi s'inquiéter !
avatar
Babarette
Doyen

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Babarette le Ven 7 Déc 2018 - 17:22
@RogerMartin a écrit:Je vois qu'on a ici plein de gens experts en maintien de l'ordre et qui peuvent donner des leçons sur comment contenir une foule sans aucun risque d'erreur ou de bavure. Doctissimi cum claviero. Personnellement, je ne pense pas que ce soit possible, quel que soit le professionnalisme des forces de l'ordre, mais pour autant je ne vois pas comment on pourrait laisser toute foule constituée agir à sa guise lorsqu'elle commet des dégradations et des violences.


Juste des gens qui connaissent la loi et qui demandent aux forces de l'ordre de l'appliquer.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
Contenu sponsorisé

Re: Appels sur les réseaux sociaux à "casser" des établissements scolaires

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum