Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
surfaquitaine
Niveau 3

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par surfaquitaine le Lun 17 Déc 2018 - 9:41
De nombreux signaux démontrent la paupérisation du corps enseignant. Il devient très urgent de mettre en place une réelle revalorisation du métier pour ne pas conduire notre très chère Education Nationale dans le mur. La base d'un enseignement solide est la qualité de ceux qui le conduisent, mais pour attirer des gens de qualité, il est indispensable de les payer à hauteur de leur qualification.
De nombreux articles sur le rémunération des fonctionnaires (INSEE, rapports) démontrent qu'en moyenne les enseignants sont nettement moins bien payés que les autres catégories A de la fonction publique.
A travers de nombreux messages de ces forums est discutée de la solution la plus adaptée pour obtenir une réelle revalorisation qui nous permettrait déjà de rattraper notre retard sur les autres A: point d'indice, grille, primes. Ces messages étant éparpillés, il me semble intéressant d'ouvrir une file dédiée qui pourrait être facilement retrouvée.

Je suis de l'avis de certains membres de forum de tout faire pour faire pression sur les syndicats pour enfin changer les mentalités (pétitions, remontées massives de la base, ...). Je suis prêt à m'engager personnellement.

Pour débuter cette file, je me permets de rappeler ma réponse à une question et donc de donner mon point de vue :

@Tristana a écrit:Mais pourquoi ne pas réclamer une augmentation du traitement plutôt que des primes ? Parce que les primes, ce n'est jamais automatique, et c'est prendre le risque que certains se voient amputés d'une partie de la prime parce que leur tête ne revient pas au chef ou à l'inspecteur. C'est ce qui se passe déjà pour les administratifs dans le supérieur, et c'est mettre le doigt dans un truc immonde car il y a forcément des gagnants et des perdants, et pour obtenir l'unité après sur cette question, c'est impossible.

Ma réponse :
Cela a été expliqué plusieurs fois :
- tout d'abord les primes à réclamer sont des primes qui seraient versées chaque mois et de façon identique à tous les enseignants comme l'ISOE par exemple. Elles seraient donc automatiques et identiques pour tous les enseignants d'un même échelon. On pourrait envisager une prime identique dans tous les échelons ou une prime à trois niveaux N1, N2 et N3, N1 pour les échelons 1 à 4, N2 pour les échelons 5 à 8 et N3 pour les échelons supérieurs. Cela se fait dans de nombreuses administrations.
Il faut arrêter de penser que les primes sont synonymes de disparité. Une prime peut être versée de façon identique à tous les enseignants. Je le répète, l'ISOE en est un bon exemple.
- c'est un fait (voir le rapport sur la rémunération des fonctionnaires ou encore le site de l'INSEE), les enseignants qui sont des fonctionnaires de catégorie A (A pour prof des écoles, prof LP et prof certifiés, A+ pour les agrégés), sont rémunérés à hauteur des catégories B. Ils ont pourtant la même grille indiciaire que les autres A mais ont beaucoup moins de primes (je le répète, nous parlons de primes automatiques et identiques à tous les agents).
Ainsi à niveau de qualification égal, les enseignants sont beaucoup moins payés.
Ce constat étant fait, il est facile de comprendre que la seule voie non utopique pour rattraper notre retard face aux autres fonctionnaires catégorie A est la création d'une prime propre aux enseignants. Une augmentation du point d'indice ou une modification de la grille ne peut être envisageable car elle concernerait alors tous les fonctionnaires de catégories A, vous comprendrez alors que notre retard sur les autres A ne serait pas comblé.

- L'argument qui consiste à dire que les primes ne comptent pas pour la retraite et donc qu'il ne faut pas en réclamer est d'une débilité sans nom. En effet, les primes ne comptent pas pour le moment dans le calcul des pensions mais je vous rappelle que les autres A ont la même grille indiciaire. Ils cumulent donc les deux avantages, retraite identique aux enseignants et primes conséquentes en carrière ce que n'ont pas les enseignants.
De plus, je vous rappelle que statistiquement vous allez travailler 42 ans et être en retraite une vingtaine d'années. Il vaut donc mieux toucher une prime durant 40 ans qui fera fructifier de façon tout à fait non négligeable votre patrimoine que de ne rien avoir ou de toucher la même chose seulement pendant la durée de votre retraite (20 ans).
Pour illustrer mon propos, une prime mensuelle de 500 euros net qui serait placée à 1,5% (je suis raisonnable en terme de rendement) pendant 40 ans permettrait du cumuler environ 325 000 euros (merci Excel). Ce patrimoine créé tout au long de la carrière et toujours placé à 1,5% pendant la retraite permettrait de dégager un complément de retraite de 1500 euros par mois pendant 20 ans ou de 1000 euros par mois pendant 34 ans (merci encore Excel). De quoi envisager la retraite plus sereinement. Pour atteindre ce résultat, je vous garantis qu'il en faudrait des points d'indice en plus !!!!
L'argument de nombreux syndicats qui ne veulent pas des primes pour une question de retraite est donc un non sens mathématique et économique.
Je ne parle même pas de ce qui risque de se passer avec la réforme des retraites et l'intégration des primes dans le calcul de la pension. Que diront alors les syndicats ? Et bien, moi je vous le dis, à cause de leurs positions désastreuses, ils nous l'auront bien fait à l'envers !

- Dans de nombreuses administrations les primes sont conséquentes et permettent aux agents d'obtenir un complément de revenu non négligeable (primes de technicité, primes de rendement, ....). Or ces primes sont toutes versées aux agents d'un même échelon de façon automatique et identique.
Elles ont été acquises par des luttes syndicales, syndicats qui ne souciaient pas des autres administrations. Alors pourquoi le SNES et autres syndicats EN ne peuvent s'empêcher de prôner une lutte inter-fonctionnaires ? Tout simplement car ils sont composés d'égalitaristes, je dis bien égalitaristes au mauvais sens du terme. C'est à se demander si leur rôle est de défendre les intérêts des enseignants ou défendre leurs propres intérêts.
Iphigénie
Iphigénie
Enchanteur

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Iphigénie le Lun 17 Déc 2018 - 9:47
juste une question: la prime pour tous, ce serait une prime sur quoi au juste?
sur rien? vraiment?
Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. 437980826
Spoiler:
Ce qui est bien, c'est quand on arrive, ce qui visiblement est le cas, à faire penser les gens comme on veut qu'ils pensent. Ils sont très forts à l'EN, en fait, faut reconnaître.
Sinon,
Pour illustrer mon propos, une prime mensuelle de 500 euros net qui serait placée à 1,5% (je suis raisonnable en terme de rendement) pendant 40 ans permettrait du cumuler environ 325 000 euros (merci Excel). Ce patrimoine créé tout au long de la carrière et toujours placé à 1,5% pendant la retraite permettrait de dégager un complément de retraite de 1500 euros par mois pendant 20 ans ou de 1000 euros par mois pendant 34 ans (merci encore Excel). De quoi envisager la retraite plus sereinement.
ça me rappelle terriblement une certaine fable de La Fontaine Laughing


Dernière édition par Iphigénie le Lun 17 Déc 2018 - 9:49, édité 1 fois
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Habitué du forum

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Pourquoi 3,14159 le Lun 17 Déc 2018 - 9:47
Je ne suis pas bon en revendications bien formulées, mais la rédaction d'un tract avec comme revendication cette prime pour que chacun de nous l'envoie au ministère serait pas mal ?

_________________
"Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. " (Albert Einstein).
Mon fichier pour évaluer sa pension : evalpension.xls
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Habitué du forum

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Pourquoi 3,14159 le Lun 17 Déc 2018 - 9:49
@Iphigénie a écrit:juste une question: la prime pour tous, ce serait une prime sur quoi au juste?
sur rien? vraiment?
Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. 437980826
Spoiler:
Ce qui est bien, c'est quand on arrive, ce qui visiblement est le cas, à faire penser les gens comme on veut qu'ils pensent. Ils sont très forts à l'EN, en fait, faut reconnaître.
Quelles sont les primes dans les autres corps de catégorie A ?


Dernière édition par Pourquoi 3,14159 le Lun 17 Déc 2018 - 10:03, édité 1 fois
Iphigénie
Iphigénie
Enchanteur

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Iphigénie le Lun 17 Déc 2018 - 9:50
dis-moi!
Illiane
Illiane
Fidèle du forum

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Illiane le Lun 17 Déc 2018 - 9:53
Il me semble que Surfaquitaine ne défend pas le principe d'une prime pour "rien" mais la revalorisation conséquente d'une prime existante.
avatar
Cath
Bon génie

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Cath le Lun 17 Déc 2018 - 9:56
Bon écoute Iphigénie, je ne sais pas si tu t'es levée de mauvaise humeur, mais ce serait bien de ne pas ricaner par principe, plutôt de proposer autre chose si tu as une meilleure idée, ou de ne rien dire sinon...
Iphigénie
Iphigénie
Enchanteur

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Iphigénie le Lun 17 Déc 2018 - 10:01
Je vous laisse donc à la magie de Noël .
Et quand même: remarquer que la piste HS et la piste prime sont justement ce vers quoi on veut vous faire aller, ce n’est pas que du sarcasme, mais bon passons...après tout....


Dernière édition par Iphigénie le Lun 17 Déc 2018 - 10:13, édité 1 fois
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Habitué du forum

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Pourquoi 3,14159 le Lun 17 Déc 2018 - 10:06
@Illiane a écrit:Il me semble que Surfaquitaine ne défend pas le principe d'une prime pour "rien" mais la revalorisation conséquente d'une prime existante.
Donc l'ISOE part fixe. Je ne suis vraiment pas pour car ce sera la porte ouverte à toutes les fenêtres : "Vous ne pouvez pas ne pas venir à cette énième réunion (inutile), souvenez-vous que l'ISOE a été revalorisée pour cela."

Ne pas oublier que quand tous les autres sont passés à 35H, il ne s'est rien passé pour nous !


Dernière édition par Pourquoi 3,14159 le Lun 17 Déc 2018 - 10:13, édité 1 fois

_________________
"Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. " (Albert Einstein).
Mon fichier pour évaluer sa pension : evalpension.xls
avatar
Cath
Bon génie

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Cath le Lun 17 Déc 2018 - 10:13
Un exemple de prime : l'IFSE

"Le montant de l'IFSE est déterminé selon le niveau de responsabilité et d'expertise requis dans l'exercice des fonctions.
Les fonctions exercées par les agents d'un même corps ou emploi sont réparties au sein de différents groupes au regard des critères ci-après :


1° Fonctions d'encadrement, de coordination, de pilotage ou de conception ;

2° Technicité, expertise, expérience ou qualification nécessaire à l'exercice des fonctions ;

3° Sujétions particulières ou degré d'exposition du poste au regard de son environnement professionnel.

Les groupes fonctionnels doivent être présentés par chaque Ministère suivant ce schéma :

4 groupes pour les catégories A

3 groupes pour les catégories B

2 groupes pour les catégories C

Les groupes seront hiérarchisés en fonctions des responsabilités et des missions, et mis en œuvre après présentation en comité technique paritaire.

Le montant de l'IFSE se composera :

- Un montant de base minimal par grade

- Un montant maximal pour chaque groupe

- Un montant maximal pour les agents logés par nécessités de service

Les montants afférents aux groupes de fonctions sont fixés ainsi qu'il suit :


GROUPE DE FONCTIONS



PLAFOND DE L'INDEMNITÉ
de fonctions, de sujétions
et d'expertise (en euros)


Groupe 1 49 980


Groupe 2 46 920


Groupe 3 42 330"

https://www.fonction-publique.gouv.fr/indemnite-de-fonctions-de-sujetions-et-dexpertise-ifse

Bon, je ne sais pas exactement ce que c'est, mais c'est un exemple.
avatar
Cath
Bon génie

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Cath le Lun 17 Déc 2018 - 10:16
S'ajoute à cela le "Complément indemnitaire", facultatif celui là, c'est à dire selon le "mérite" de l'agent :

https://www.fonction-publique.gouv.fr/Remuneration/Primes-et-indemnites/faq/RIFSEEP/faq-regime-indemnitaire-tenant-compte-des-fonctions-des-sujetions-de-lexpertise--16

"La détermination du montant de ce complément indemnitaire est très simple : les attributions individuelles sont comprises entre 0 et 100% d’un montant maximal fixé par groupe de fonctions."

Edit : avec un peu de recherches, le montant de cette indemnité : https://www.sapacmi.fr/wp-content/uploads/2018/09/CIA-2018.pdf
avatar
Ramanujan974
Habitué du forum

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Ramanujan974 le Lun 17 Déc 2018 - 10:26
Peu importe le nom, que ça soit ISOE, IFSE, technicité, rendement, on s'en fiche.
Ce qui compte, c'est ke taux et qu'il y ait une ligne sur la fiche de paie.
20 % du salaire brut me semble un bon point de départ.
avatar
surfaquitaine
Niveau 3

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par surfaquitaine le Lun 17 Déc 2018 - 10:33
Un triplement ou un quadruplement de l'ISOE serait déjà un premier pas pour acter l'évolution déjà présente des activités liés à l'extra disciplinaire.
Ensuite la mise en place d'une prime de technicité comme l'indique Cath serait une autre piste.
A mon humble avis, il n'y aura de toute façon pas de réelle revalorisation sans compensation, c'est une évidence. Les syndicats ont trop trainé, le dernier exemple est la parution de la nouvelle circulaire sur le rôle du professeur principal. Il aurait fallu sur le champ demander une revalorisation de l'ISOE part modulable mais à la place de ça, rien du tout, on laisse sortir des décrets sans demander la moindre compensation.
Au fond les choses changent mais les revendications portées par les syndicats ne permettent pas de suivre ces changements en terme de rémunération.
Le première action est de convaincre l'ensemble de la profession qu'il y a un problème. De nombreux collègues comparent encore et toujours ce qui n'est pas comparable.
Il est tout à fait anormal qu'un enseignant (cadre A) gagne en moyenne entre 500 et 1000 euros net mensuel de moins que les autres A.
Mathador
Mathador
Esprit éclairé

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Mathador le Lun 17 Déc 2018 - 10:39
@Iphigénie a écrit:juste une question: la prime pour tous, ce serait une prime sur quoi au juste?
sur rien? vraiment?
Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. 437980826
ISOE part fixe augmentée
Indemnité de participation aux conseils de classe
Indemnité de préparation des séances de cours
Indemnité de correction de copies
Indemnité de technicité

@Iphigénie a écrit:Sinon,
Pour illustrer mon propos, une prime mensuelle de 500 euros net qui serait placée à 1,5% (je suis raisonnable en terme de rendement) pendant 40 ans permettrait du cumuler environ 325 000 euros (merci Excel). Ce patrimoine créé tout au long de la carrière et toujours placé à 1,5% pendant la retraite permettrait de dégager un complément de retraite de 1500 euros par mois pendant 20 ans ou de 1000 euros par mois pendant 34 ans (merci encore Excel). De quoi envisager la retraite plus sereinement.
ça me rappelle terriblement une certaine fable de La Fontaine Laughing
Les réserves que j'émettrais sur cet argument viennent surtout du fait que peu de gens affecteraient leur 500 EUR mensuels supplémentaires sur la paye à l'accumulation d'un capital. Ceci étant dit, tant que le système de retraites reste un minimum protecteur, il ne me semble pas déraisonnable de laisser aux gens la gestion du reste de leur patrimoine financier.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
Balthazaard
Balthazaard
Grand sage

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Balthazaard le Lun 17 Déc 2018 - 10:53
C'est pour cela que l'argument "une prime pour quoi"? n'est pas si fort, il faut non pas pointer la paupérisation mais le différentiel avec les autres catégories. Le contexte de la réforme des retraites et ses pré-conclusions n'est pas si mauvais. On a alourdi nos taches mais l'isoe n'a pas changé je vois pas mal de collègues marcher dans l'entourloupe (silence syndical) "c'est compris dans l'iose"...ben non, l'isoe existe depuis et couvre ce qui existait à l'époque, il est très discutable sur le plan du droit (voire franchement illégal) de coller une indemnité qui couvrira des taches futures indéterminées (comme le coup des heures de vie de classe ou personne ne sait à quoi s'en tenir). IL fallait négocier son augmentation ou une nouvelle prime. Il n'y a pas que les syndicats qui doivent changer de mentalité. Pas de miracles à espérer mais un changement d'approche de tout lem onde serait déjà bien. Un des problèmes majeur est que certains syndicats trouvent que l'on en fait déjà pas assez...
Balthazaard
Balthazaard
Grand sage

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Balthazaard le Lun 17 Déc 2018 - 10:56
@Mathador a écrit:
@Iphigénie a écrit:juste une question: la prime pour tous, ce serait une prime sur quoi au juste?
sur rien? vraiment?
Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. 437980826
ISOE part fixe augmentée
Indemnité de participation aux conseils de classe
Indemnité de préparation des séances de cours
Indemnité de correction de copies
Indemnité de technicité

@Iphigénie a écrit:Sinon,
Pour illustrer mon propos, une prime mensuelle de 500 euros net qui serait placée à 1,5% (je suis raisonnable en terme de rendement) pendant 40 ans permettrait du cumuler environ 325 000 euros (merci Excel). Ce patrimoine créé tout au long de la carrière et toujours placé à 1,5% pendant la retraite permettrait de dégager un complément de retraite de 1500 euros par mois pendant 20 ans ou de 1000 euros par mois pendant 34 ans (merci encore Excel). De quoi envisager la retraite plus sereinement.
ça me rappelle terriblement une certaine fable de La Fontaine Laughing
Les réserves que j'émettrais sur cet argument viennent surtout du fait que peu de gens affecteraient leur 500 EUR mensuels supplémentaires sur la paye à l'accumulation d'un capital. Ceci étant dit, tant que le système de retraites reste un minimum protecteur, il ne me semble pas déraisonnable de laisser aux gens la gestion du reste de leur patrimoine financier.

Même si ces 500 euros étaient affectés à un plan de retraite forcé par capitalisation, ce ne serait déjà pas si mal (et pas idiot car ça couterait moins cher au gouvernement) ...mais ce serait créer un nouveau régime de retraite...sacré saint égalitarisme par le bas!!!
Balthazaard
Balthazaard
Grand sage

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Balthazaard le Lun 17 Déc 2018 - 11:01
Pour ma part je pense que la seule voie d'action est politique, les riches (isf) , les chasseurs, ne se privent pas de faire du lobbying avec quelque succès. Compte tenu de l'abstention, nous représentons quand même une part non négligeable et pour 500 euros quelques-uns feraient peut-être l'effort de voter. Sans compter que les prochaines élections ne sont gagnées pour personne. Mais là aussi c'est mal vu. Chaque fois qu'une faction perd une élection on dit souvent c'est à cause des profs (cf Belkacem..parachutage imperdable!!) et quand on doit voter nous répliquons...on est peu face à la population!!
Mathador
Mathador
Esprit éclairé

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Mathador le Lun 17 Déc 2018 - 11:03
@Balthazaard a écrit:Même si ces 500 euros étaient affectés à un plan de retraite forcé par capitalisation, ce ne serait déjà pas si mal (et pas idiot car ça couterait  moins cher au gouvernement) ...mais ce serait créer un nouveau régime de retraite...sacré saint égalitarisme par le bas!!!

Je défends justement que tant que l'on a un système de retraites convenable la comparaison entre plus de retraite et plus de primes via des calculs actuariaux (tels que ceux de @surfaquitaine) est valable. Il faut simplement garder en tête que pour la majorité des agents le pognon supplémentaire sera claqué immédiatement plutôt que d'être attribué au capital.
Je ne défends pas la retraite forcée par capitalisation: même si je fais ce choix je préfère pouvoir décider de mes modalités de placement, pour pouvoir profiter de tous les régimes fiscaux disponibles (livrets réglementés, PEL, PEA, etc.).

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
avatar
surfaquitaine
Niveau 3

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par surfaquitaine le Lun 17 Déc 2018 - 11:05
Attention, mon petit calcul était juste là pour montrer que l’argument qui consiste à dire que les primes c’est pas bien pour la retraite était à côté de la plaque.
Bien entendu, l’idée serait de verser ces 500€, libre à chacun de les capitaliser ou de les dépenser.
Mathador
Mathador
Esprit éclairé

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Mathador le Lun 17 Déc 2018 - 11:10
Et ce choix rend d'ailleurs cette modalité préférable à valeur actuelle équivalente.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
Balthazaard
Balthazaard
Grand sage

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Balthazaard le Lun 17 Déc 2018 - 11:14
@Mathador a écrit:
@Balthazaard a écrit:Même si ces 500 euros étaient affectés à un plan de retraite forcé par capitalisation, ce ne serait déjà pas si mal (et pas idiot car ça couterait  moins cher au gouvernement) ...mais ce serait créer un nouveau régime de retraite...sacré saint égalitarisme par le bas!!!

Je défends justement que tant que l'on a un système de retraites convenable la comparaison entre plus de retraite et plus de primes via des calculs actuariaux (tels que ceux de @surfaquitaine) est valable. Il faut simplement garder en tête que pour la majorité des agents le pognon supplémentaire sera claqué immédiatement plutôt que d'être attribué au capital.
Je ne défends pas la retraite forcée par capitalisation: même si je fais ce choix je préfère pouvoir décider de mes modalités de placement, pour pouvoir profiter de tous les régimes fiscaux disponibles (livrets réglementés, PEL, PEA, etc.).

Tout le monde préfère!!! mais je dis que ce ne serait pas si absurde , surtout moins douloureux pour le budget, tout en étant quand même une bonne avancée.
HORA
HORA
Niveau 9

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par HORA le Lun 17 Déc 2018 - 13:16
@surfaquitaine a écrit:De nombreux signaux démontrent la paupérisation du corps enseignant. Il devient très urgent de mettre en place une réelle revalorisation du métier pour ne pas conduire notre très chère Education Nationale dans le mur. La base d'un enseignement solide est la qualité de ceux qui le conduisent, mais pour attirer des gens de qualité, il est indispensable de les payer à hauteur de leur qualification.
De nombreux articles sur le rémunération des fonctionnaires (INSEE, rapports) démontrent qu'en moyenne les enseignants sont nettement moins bien payés que les autres catégories A de la fonction publique.
A travers de nombreux messages de ces forums est discutée de la solution la plus adaptée pour obtenir une réelle revalorisation qui nous permettrait déjà de rattraper notre retard sur les autres A: point d'indice, grille, primes. Ces messages étant éparpillés, il me semble intéressant d'ouvrir une file dédiée qui pourrait être facilement retrouvée.

Je suis de l'avis de certains membres de forum de tout faire pour faire pression sur les syndicats pour enfin changer les mentalités (pétitions, remontées massives de la base, ...). Je suis prêt à m'engager personnellement.

Un grand merci, Surfaquitaine, pour cette initiative. Je suis d'accord avec Balthazaard, le projet de réforme des retraites est peut-être le moment ou jamais de mettre cette question sur la table : au nom de quoi la catégorie A des enseignants reçoit-elle un traitement inférieur en moyenne de 30 % à celui de toutes les autres catégories A de la FP, autrement dit pourquoi la catégorie A des enseignants est-elle sous payée ?


Dernière édition par HORA le Lun 17 Déc 2018 - 13:17, édité 1 fois
lene75
lene75
Esprit sacré

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par lene75 le Lun 17 Déc 2018 - 13:17
@Pourquoi 3,14159 a écrit:
@Illiane a écrit:Il me semble que Surfaquitaine ne défend pas le principe d'une prime pour "rien" mais la revalorisation conséquente d'une prime existante.
Donc l'ISOE part fixe. Je ne suis vraiment pas pour car ce sera la porte ouverte à toutes les fenêtres : "Vous ne pouvez pas ne pas venir à cette énième réunion (inutile), souvenez-vous que l'ISOE a été revalorisée pour cela."

Entièrement d'accord avec ça. Raison pour laquelle, en optant pour la prime, il faudrait une prime dont le nom ne dise rien. Par exemple mon conjoint, chercheur CNRS a une prime... de recherche. On pourrait donc très bien avoir une prime d'enseignement, tout simplement.

Après, sur le fond, compte-tenu du projet de réforme des retraites, je vois mal pourquoi un prime passerait mieux qu'une revalorisation pure et simple, puisqu'il est prévu que les primes soient intégrées au salaire et comptabilisées pour la retraite.

@surfaquitaine a écrit:A mon humble avis, il n'y aura de toute façon pas de réelle revalorisation sans compensation, c'est une évidence.

C'est très ennuyeux de penser comme ça. D'abord parce que c'est partir perdant. Et ensuite parce que de nombreux profs sont déjà au bord de l'asphyxie tant notre charge de travail a augmenté ces derniers temps et doit encore augmenter avec la réforme du lycée... tandis que, dans le même temps, dans le privé, les gens sont passés aux 35h. Si pour gagner plus de sous, il faut faire des heures sup (quelle qu'en soit la forme), je préfère encore aller donner des cours particuliers ou faire des ménages que d'être à la merci de mon employeur qui va encore plus me considérer comme corvéable à merci pour m'accorder 3 cacahuètes.

Les profs sont très mal payés, c'est un scandale en soi et une profonde injustice par rapport aux autres fonctionnaires, qui sont déjà bien mal payés par rapport aux cadres du privé. Il faut donc mieux les payer sans contrepartie ou la crise du recrutement ne fera que s'aggraver. Maintenant, si les gens sont contents que les recteurs envoient des courriers aux universités pour réussir à embaucher des L2 (donc des étudiants titulaires d'un bac+1) comme vacataires, grand bien leur fasse, mais il ne faudra pas qu'ils viennent pleurer quand ils récolteront la monnaie de leur pièce.

Peut-être faudrait-il aussi une communication vers le grand public : ce sont parfois les mêmes qui se plaignent des classes surchargées de leurs enfants, des classes sans prof ou de l'incompétence du vacataire qui est devant leurs enfants et qui de l'autre côté crachent sur ces milliers de fonctionnaires inutiles et nantis qui coûtent un pognon de dingue.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Balthazaard
Balthazaard
Grand sage

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par Balthazaard le Lun 17 Déc 2018 - 13:21
@lene75 a écrit:
@Pourquoi 3,14159 a écrit:
@Illiane a écrit:Il me semble que Surfaquitaine ne défend pas le principe d'une prime pour "rien" mais la revalorisation conséquente d'une prime existante.
Donc l'ISOE part fixe. Je ne suis vraiment pas pour car ce sera la porte ouverte à toutes les fenêtres : "Vous ne pouvez pas ne pas venir à cette énième réunion (inutile), souvenez-vous que l'ISOE a été revalorisée pour cela."

1) Entièrement d'accord avec ça. Raison pour laquelle, en optant pour la prime, il faudrait une prime dont le nom ne dise rien. Par exemple mon conjoint, chercheur CNRS a une prime... de recherche. On pourrait donc très bien avoir une prime d'enseignement, tout simplement.

Après, sur le fond, compte-tenu du projet de réforme des retraites, je vois mal pourquoi un prime 2) passerait mieux qu'une revalorisation pure et simple, puisqu'il est prévu que les primes soient intégrées au salaire et comptabilisées pour la retraite.

@surfaquitaine a écrit:A mon humble avis, il n'y aura de toute façon pas de réelle revalorisation sans compensation, c'est une évidence.

C'est très ennuyeux de penser comme ça. D'abord parce que c'est partir perdant. Et ensuite parce que de nombreux profs sont déjà au bord de l'asphyxie tant notre charge de travail a augmenté ces derniers temps et doit encore augmenter avec la réforme du lycée... tandis que, dans le même temps, dans le privé, les gens sont passés aux 35h. Si pour gagner plus de sous, il faut faire des heures sup (quelle qu'en soit la forme), je préfère encore aller donner des cours particuliers ou faire des ménages que d'être à la merci de mon employeur qui va encore plus me considérer comme corvéable à merci pour m'accorder 3 cacahuètes.

Les profs sont très mal payés, c'est un scandale en soi et une profonde injustice par rapport aux autres fonctionnaires, qui sont déjà bien mal payés par rapport aux cadres du privé. Il faut donc mieux les payer sans contrepartie ou la crise du recrutement ne fera que s'aggraver. Maintenant, si les gens sont contents que les recteurs envoient des courriers aux universités pour réussir à embaucher des L2 (donc des étudiants titulaires d'un bac+1) comme vacataires, grand bien leur fasse, mais il ne faudra pas qu'ils viennent pleurer quand ils récolteront la monnaie de leur pièce.

3) Peut-être faudrait-il aussi une communication vers le grand public : ce sont parfois les mêmes qui se plaignent des classes surchargées de leurs enfants, des classes sans prof ou de l'incompétence du vacataire qui est devant leurs enfants et qui de l'autre côté crachent sur ces milliers de fonctionnaires inutiles et nantis qui coûtent un pognon de dingue.

1) Pas entièrement d'accord, le concept de prime "fourre tout" n'en est pas un, même si il est acquis psychologiquement par les profs, une prime couvre un ensemble de choses définies ou reconnues au moment de sa mise en place et ne peut sans discussions inclure des taches non existantes à ce moment.

2) Parce qu'une augmentation par voie indiciaire ou par modification d'échelle concernera TOUTE la fonction publique et détruira notre seul argument valable (sinon audible) qui est le différentiel de nos rémunérations globales à qualification (cat A) égale avec les autres branches de la FP....est-ce si difficile qu'il faille le répéter à chaque fois?

3) N'y comptez pas...voyez comme on considère ici les gilets jaunes...c'est chacun sa m...on ne cherche jamais les points de convergence mais on pointe immédiatement les points de différence.
HORA
HORA
Niveau 9

Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique. Empty Re: Revalorisation conséquente des enseignants : primes, la seule solution non utopique.

par HORA le Lun 17 Déc 2018 - 13:35
@Balthazaard a écrit:C'est pour cela que l'argument "une prime pour quoi"? n'est pas si fort, il faut non pas pointer la paupérisation mais le différentiel avec les autres catégories. Le contexte de la réforme des retraites et ses pré-conclusions n'est pas si mauvais. On a alourdi nos taches mais l'isoe n'a pas changé je vois pas mal de collègues marcher dans l'entourloupe (silence syndical) "c'est compris dans l'iose"...ben non, l'isoe existe depuis et couvre ce qui existait à l'époque, il est très discutable sur le plan du droit (voire franchement illégal) de coller une indemnité qui couvrira des taches futures indéterminées (comme le coup des heures de vie de classe ou personne ne sait à quoi s'en tenir). IL fallait négocier son augmentation ou une nouvelle prime. Il n'y a pas que les syndicats qui doivent changer de mentalité. Pas de miracles à espérer mais un changement d'approche de tout lem onde serait déjà bien. Un des problèmes majeur est que certains syndicats trouvent que l'on en fait déjà pas assez...

Voilà, commencer par nous convaincre nous-mêmes que nous sommes la catégorie pécuniairement lésée de la FP, ce serait un grand pas. Quant aux syndicats en question, ce serait peut-être l'occasion de les laisser clamer leur pédagogisme où il doit être, ie dans le désert, et faire passer l'info qu'on attend d'eux une véritable défense de nos intérêts matériels. Sur la question de l'argent qu'on mérite pour notre travail, je pense que la majorité des enseignants peuvent s'entendre dès lors que les informations sur le différentiel de traitement d'avec les autres catégories A sont largement diffusées, ce que ne font pas ou très peu les syndicats enseignants. A nous, la base, de relayer inlassablement ces informations.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum