Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
PurpleBanner
Niveau 7

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par PurpleBanner le Mer 2 Jan 2019 - 19:36
Pas tous, c'est sûr mais ce problème est plutôt dû à la massification de l'offre de livres pour enfants il me semble (+ il y en a, + il y a du bon ET du mauvais...)
Il est probable que les parents qui "liront de l'indigence crasse à leurs marmots avec la meilleure volonté du monde et en ayant le sentiment de devoir accompli" n'auraient rien acheté ou rien lu du tout à leurs enfants il y a 30 ans.
Du coup, il n'est peut-être pas si grave de leur laisser lire, dans le texte, le fond du panier de la littérature de jeunesse: je ne peux pas attendre d'un parent au français hésitant qu'il lise du Claude Ponti ou de la Comtesse de Ségur à son enfant ;-)
Enfin, Perrault puis Madame d'Aulnoye puis Leprince de Beaumont puis Enid Blyton puis Astrid Lindgren puis Tove Jansson puis... Qu'on le veuille ou non, la langue se simplifie, les histoires évoluent...

Pour sortir du HS, la force de ces récits mythologiques est que par leur violence, leur magie et les transgressions constantes des personnages, ils accrochent des élèves qu'un mignon-gentil-troll ou un oiseau bleu n'interesseraient pas (Fifi Brindacier, icône punk, marche assez bien en revanche Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 1482308650)
avatar
pseudo-intello
Érudit

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par pseudo-intello le Mer 2 Jan 2019 - 20:22
@PurpleBanner a écrit:Pas tous, c'est sûr mais ce problème est plutôt dû à la massification de l'offre de livres pour enfants il me semble (+ il y en a, + il y a du bon ET du mauvais...)
Il est probable que les parents qui "liront de l'indigence crasse à leurs marmots avec la meilleure volonté du monde et en ayant le sentiment de devoir accompli" n'auraient rien acheté ou rien lu du tout à leurs enfants il y a 30 ans.

Non, je parle en connaissance de cause.
Mes parents avaient un CAP. Ce qu'ils entendaient dire de la part de personnes ayant fait des études était parole d'évangile. Partant de là, ils ne se posaient pas la question, ils prenaient, ingénument, ce qu'il y avait à disposition, partant du principe que si c'était fait pour les enfants, c'était soigné, distrayant et éducatif. Aujourd’hui, la part du commercial a encore crû, et la part du culturel encore décru, dans l'offre pour enfant.
Un ami qui frise la cinquantaine, issu d'une famille très prolo, lisait les Jules Verne à 8-9 ans, à un âge où on dépend encore pas mal des choix parentaux. Ses parents lui achetaient ce qui leur tombait sous la main dans le magasin, ils ne cherchaient pas midi à quatorze heures.
D'où ma comparaison entre produits supposés équivalents (les dessins animés grands public qui touchent toutes les strates de la société comme Disney le magasine Babar). Un des derniers dessins animés pour enfants que j'ai vu au cinéma, ce n'était pas un Disney, c'était Dragons, et j'ai été frappée par la pauvreté et la vacuité des dialogues, ainsi que par leur manque de contextualisation (la Viking se contente "waaah, trop cool !", là ou Robin de Disney émaillait ses propos de vocabulaire médiéval).
maikreeeesse
maikreeeesse
Érudit

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par maikreeeesse le Mer 2 Jan 2019 - 20:27
J'ai lu également le feuilleton Hermès mais à des cycles 3. Franchement, question style, il n'y a pas de quoi se pâmer !
Je n'ai que rarement censuré des lectures de contes pour les enfants quand j'étais en maternelle puisque justement les contes permettent d'aborder les questions de la vie: naissance/ mort, filiation, mère/marâtre, ambition et morales...Bien sûr, il y a tout de même une progression, un conte en randonnée sera plus facile en PS et MS et l'abandon des parents de Hansel et Gretel ou les bottes de sept lieux sera plus adéquat en MS/GS.
dita
dita
Habitué du forum

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par dita le Mer 2 Jan 2019 - 20:28
Au lycée, n'est-il pas trop tard ?
PurpleBanner
PurpleBanner
Niveau 7

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par PurpleBanner le Mer 2 Jan 2019 - 21:18
@pseudo-intello a écrit:...
Non, je parle en connaissance de cause.
Mes parents avaient un CAP. Ce qu'ils entendaient dire de la part de personnes ayant fait des études était parole d'évangile. Partant de là, ils ne se posaient pas la question, ils prenaient, ingénument, ce qu'il y avait à disposition, partant du principe que si c'était fait pour les enfants, c'était soigné, distrayant et éducatif...

CQFD: + d'offre, + de m....

@pseudo-intello a écrit: ...Aujourd’hui, la part du commercial a encore crû, et la part du culturel encore décru, dans l'offre pour enfant...

Bon, j'entends bien ce que tu dis mais c'est un avis que je ne partage pas. La vraie différence pour moi, vu l'offre pléthorique en litté jeunesse, c'est qu'il faut maintenant trier et choisir (120 éditeurs français et 16500 titres en 2016, source ici)

@maikreeeesse a écrit:J'ai lu également le feuilleton Hermès mais à des cycles 3. Franchement, question style, il n'y a pas de quoi se pâmer !
Ben oui, c'est écrit en français très courant et c'est pour ça aussi que je trouve très agréable de travailler avec ce texte.

@maikreeeesse a écrit: Je n'ai que rarement censuré des lectures de contes pour les enfants quand j'étais en maternelle puisque justement les contes permettent d'aborder les questions de la vie: naissance/ mort, filiation, mère/marâtre, ambition et morales...Bien sûr, il y a tout de même une progression, un conte en randonnée sera plus facile en PS et MS et l'abandon des parents de Hansel et Gretel ou les bottes de sept lieux sera plus adéquat en MS/GS.

C'est quoi un "conte en randonnée"?
Pour ma part, je censure allègrement et sans retenue toutes les bondieuseries contenues dans les contes (d'Andersen en général)...
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Elaïna le Mer 2 Jan 2019 - 21:22
@PurpleBanner a écrit:


Pour ma part, je censure allègrement et sans retenue toutes les bondieuseries contenues dans les contes (d'Andersen en général)...

C'est vrai que ça serait dommage quand même de donner aux gosses les clefs de compréhension du texte. Cela dit, je comprends mieux pourquoi mes élèves (et certains jeunes collègues) me transforment Rabelais et l'abbaye de Thélème en machin soixante-huitard façon "jouissez sans entrave".

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
maikreeeesse
maikreeeesse
Érudit

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par maikreeeesse le Mer 2 Jan 2019 - 21:39
De randonnée: lorsque tu répètes plusieurs fois le même schéma narratif comme Roule Galette, Les trois petits cochons, La grosse faim de p'tit bonhomme, La chasse à l'ours...
PurpleBanner
PurpleBanner
Niveau 7

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par PurpleBanner le Mer 2 Jan 2019 - 23:06
@Elaïna a écrit:
@PurpleBanner a écrit:


Pour ma part, je censure allègrement et sans retenue toutes les bondieuseries contenues dans les contes (d'Andersen en général)...

C'est vrai que ça serait dommage quand même de donner aux gosses les clefs de compréhension du texte...

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 267639959 C'est aussi pour ça que j'adore ce forum, depuis le temps, je ne saurais me vexer ... en revanche, j'apprécie toujours une autre vision que la mienne Elaïna...merci pour cette remarque cependant, caviarder ces minuscules mais parfois récurrentes références chrétiennes n'entrave en rien la compréhension.

Pour bien me faire comprendre, quand la petite fille aux allumettes est portée "bien haut, en un lieu où il n’y avait plus ni de froid, ni de faim, ni de chagrin : c’était devant le trône de Dieu" j'estime que c'est mon rôle de me demander, ce que je dois faire ou pas en le lisant, ou pas. J'adapte, selon l'age de mes élèves, selon l'esprit de la classe: sont-ils ou non en mesure de questionner ce "trône de Dieu"? Un débat peut-il être pertinent? etc... mais c'est sûr que je ne pourrais pas lire ces derniers mots et refermer le livre. Impossible. Pour moi.

C'est aussi un des intérêts de travailler avec la mythologie grecque, ces questionnements sont écartés: plus personne ne croit en ces Dieux pourtant, ils ont été adorés, priés, vénérés, des sacrifices ont été effectués en leur nom, des temples érigés...  Avec des CM1 et CM2 revient régulièrement la question: "Mais ils ont existé ces dieux?", c'est très interessant pédagogiquement.

@maikreeeesse a écrit:De randonnée: lorsque tu répètes plusieurs fois le même schéma narratif comme Roule Galette, Les trois petits cochons, La grosse faim de p'tit bonhomme, La chasse à l'ours...
Merci Wink
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Elaïna le Mer 2 Jan 2019 - 23:36
Eh bien, pardon, mais je crois qu'on passe complètement à côté d'Andersen si on caviarde les références chrétiennes. Le conte de la petite fille aux allumettes perd tout son sens, en fait.
Et je trouve triste voire grave qu'on veuille couper les enfants de ce type de références, c'est comme ça qu'on produit des gens totalement incapables de comprendre une bonne partie du patrimoine (quel qu'il soit : visuel, littéraire, musical, etc) qu'ils ont sous les yeux. ça fait partie d'une culture que 95 % des familles n'ont plus, si l'école n'est pas là pour donner ce type de clef (toutes religions confondues hein), eh bien, c'est dommage.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
PurpleBanner
PurpleBanner
Niveau 7

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par PurpleBanner le Mer 2 Jan 2019 - 23:50
Il ne s'agit pas de vouloir les "couper de ce type de références" mais de leur permettre de comprendre un texte.

Les références religieuses sont relatives au contexte dans lequel l'oeuvre a été écrite.

Parfois, souvent, en classe élémentaire et lorsqu'on travaille le français (et non l'histoire), il peut ne pas être pertinent de s'étaler sur le contexte. Au lycée, en revanche...

Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Elaïna le Mer 2 Jan 2019 - 23:52
Ben je n'en suis pas certaine. Encore une fois j'ai plein de collègues de français qui s'arrachent les cheveux de l'inculture des élèves en ce domaine, incapables de comprendre l'écrasante majorité des textes jusque dans les années 1900 au moins... (rien que Victor Hugo !)

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
Elyas
Elyas
Empereur

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Elyas le Jeu 3 Jan 2019 - 0:00
Le souci, en coupant ainsi les textes, c'est de ne travailler que la compréhension littérale (même si, j'admets, on travaille légèrement les inférences mais seulement sur le vocabulaire). Or, en gardant ces éléments, on peut travailler la compréhension inférentielle et critique… les trucs qui sont les carences de nos élèves selon toutes les études. C'est presque rien… juste la base pour réussir à comprendre la complexité des textes pour, plus tard, réussir en lettres, en philosophie, en SES, en HG, en SVT etc. C'est dommage.
PurpleBanner
PurpleBanner
Niveau 7

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par PurpleBanner le Jeu 3 Jan 2019 - 0:21
Eh bien, je n'aurais pas imaginé qu'encore aujourd'hui, le "Trône de Dieu" était si puissant... Rolling Eyes
Rendash
Rendash
Enchanteur

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Rendash le Jeu 3 Jan 2019 - 1:15
@PurpleBanner a écrit:
@Elaïna a écrit:
@PurpleBanner a écrit:


Pour ma part, je censure allègrement et sans retenue toutes les bondieuseries contenues dans les contes (d'Andersen en général)...

C'est vrai que ça serait dommage quand même de donner aux gosses les clefs de compréhension du texte...

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 267639959 C'est aussi pour ça que j'adore ce forum, depuis le temps, je ne saurais me vexer ... en revanche, j'apprécie toujours une autre vision que la mienne Elaïna...merci pour cette remarque cependant, caviarder ces minuscules mais parfois récurrentes références chrétiennes n'entrave en rien la compréhension.

Pour bien me faire comprendre, quand la petite fille aux allumettes est portée "bien haut, en un lieu où il n’y avait plus ni de froid, ni de faim, ni de chagrin : c’était devant le trône de Dieu" j'estime que c'est mon rôle de me demander, ce que je dois faire ou pas en le lisant, ou pas. J'adapte, selon l'age de mes élèves, selon l'esprit de la classe: sont-ils ou non en mesure de questionner ce "trône de Dieu"? Un débat peut-il être pertinent? etc... mais c'est sûr que je ne pourrais pas lire ces derniers mots et refermer le livre. Impossible. Pour moi.

C'est aussi un des intérêts de travailler avec la mythologie grecque, ces questionnements sont écartés: plus personne ne croit en ces Dieux pourtant, ils ont été adorés, priés, vénérés, des sacrifices ont été effectués en leur nom, des temples érigés...  Avec des CM1 et CM2 revient régulièrement la question: "Mais ils ont existé ces dieux?", c'est très interessant pédagogiquement.


Si tu ôtes de La Petite Fille aux allumettes toutes les références chrétiennes, il ne va plus rester grand-chose Laughing  Exeunt les visions, la grand-mère, l'étoile filante ("une âme qui monte au Paradis", quelque chose comme ça ? ) ...

Devanssay a raison, en fin de compte : autant leur faire lire des boîtes de pizza Rolling Eyes

Et ça n'a évidemment rien à voir avec une supposée "puissance du "Trône de Dieu"" à notre époque, évidemment. Elaïna et Elyas causent en historiens de formation, voilà tout. Censurer un texte plutôt que de l'expliquer, ça fait tiquer un professeur d'histoire, c'est juste une question de rigueur disciplinaire, pas de je ne sais trop quelle hypothétique conviction religieuse.

Indépendamment de ça, en CM, sauf erreur de ma part, on fait un peu d'histoire, et on cause un tout petit peu de fait religieux. Je me demande du coup quel est l'intérêt de cloisonner : de toute façon, ces bondieuseries, faudra bien que tu en dises deux ou trois mots à un moment ou un autre.

_________________
Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 1498064902



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
pseudo-intello
Érudit

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par pseudo-intello le Jeu 3 Jan 2019 - 1:30
Disons que la petite fille aux allumettes, selon qu'on le comprend comme un conte chrétien ou pas, on obtient deux histoires radicalement opposées.

Version chrétienne : la fillette monte au paradis, où elle est bien mieux que sur terre, parce qu'elle y menait une vie pourrie. Elle retrouve sa grand-mère, elle est heureuse, d'où le sourire qui reste sur le visage de son corps sans vie.

Version athée : ben elle est morte, c'est triste.
Fires of Pompeii
Fires of Pompeii
Monarque

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Fires of Pompeii le Jeu 3 Jan 2019 - 8:11
D'accord avec Elaina, Elyas et Rendash.

Purplebanner, tu peux quand même en lisant ces contes expliquer aux élèves la croyance qu'il y a derrière (et sur le faitqu'elle soit là il n'y  a pas à débattre, elle est là et constitue un pan important du texte). Ce n'est pas leur demander d'y adhérer, c'est leur donner les clefs d'un pan énorme de notre culture littéraire que de parler de cela. Je ne comprends pas qu'on fasse l'économie de ça en fait.

On dira que c'est un travers de prof de lettres mais changer un texte, et enlever une partie de ce qui fait son sens, ça me choque pas mal. En fait ce n'est plus de la lecture, tout simplement.

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
Stered
Stered
Doyen

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Stered le Jeu 3 Jan 2019 - 8:50
Pareil : je ne censure pas les textes étudiés en classe. Si l'un me gêne vraiment et bien je ne l'étudie pas.

En collège, 5e, la Chanson de Roland ou tout autre roman de chevalerie est truffé de références religieuses. Idem avec les Misérables en 4e et malheureusement le travail sur la Bible, forcément biaisé par un angle d'approche choisi, en 6e, ne comble pas le déficit culturel.
Il est dommage que la mythologie chrétienne ne soit pas plus étudiée ou lue avant (et je parle bien de mythologie, en farouche athée que je suis) au même titre que la mythologie gréco-romaine.

Je viens d'acheter le Boimare, je vais le lire sous peu : la question de l'ouverture à la culture par la lecture me parle.

_________________
"Il nous faut arracher la joie aux jours qui filent." Maïakovski
Cléopatra2
Cléopatra2
Expert

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Cléopatra2 le Jeu 3 Jan 2019 - 9:00
Il y a plusieurs années, je prenais le temps, en 6e, de lire pendant 1 ou 2 heures des récits mythologiques grecs, ou de les raconter. Tout le monde adorait ça! J'ai le souvenir d'un élève qui ne faisait vraiment pas grand-chose, assez intelligent avec quelques difficultés mais n'aimant pas trop l'effort et plutôt perturbateur, qui m'avait apporté un livre de mythologie grecques en me disant que c'était son père qui le lui avait donné.
Mais il est vrai que je n'aurais pas pu raconter de la même façon des récits de "mythologie chrétienne". J'avais essayé d'avoir un débat à ce sujet avec les élèves de 6e. Certains ne voulaient pas étudier les Hébreux ou la Bible en français. Et quand je leur disais qu'on avait travaillé sur la religion grecque (Olympie ou Delphes par exemple), ils me disaient toujours "mais c'est pas grave, c'est pas des vrais dieux". En fait, dès qu'on est dans le polythéisme ce n'est plus de la religion pour eux, mais des mythes, des légendes, pas de souci. Ils n'arrivaient pas du tout à croire que ces dieux grecs avaient été priés, qu'on croyait en eux etc. C'était pour eux du domaine de l'inconcevable.
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Elaïna le Jeu 3 Jan 2019 - 9:08
ça c'est vrai Cléopatra : d'ailleurs les secondes adooooorent qu'on leur raconte la mythologie grecque et romaine... Mais dès qu'on entame la chrétienté médiévale, ils posent la question "mais madame c'est pas interdit de parler de ça à l'école puisqu'on est dans la laïcité ?" (formulé comme ça ou à peu près, dans tous les cas ça me fait péter une durite).

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
Isidoria
Isidoria
Vénérable

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Isidoria le Jeu 3 Jan 2019 - 9:11
Merci Elyas!
Votre discussion est très intéressante. En lycée un des problèmes est que l’on est poussé par l’examen final qui approche à grands pas. Autant en 2de on peut encore prendre un peu le temps, autant en 1ere malheureusement il faut avancer.
Les stratégies d’évitement de la lecture ne sont pas forcément faciles à expliquer. Je reviens beaucoup sur les élèves qui n’ont pas aimé, ont trouve le roman long et trop compliqué, les descriptions trop longues pour essayer de faire étoffer la critique, mais avec ceux qui vont chercher le film ou à défaut un blog, une page ou que sais-je pour ne pas lire, à part leur mettre une mauvaise note ou leur faire remarquer, que faire?
Stered
Stered
Doyen

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Stered le Jeu 3 Jan 2019 - 9:13
J'ai la remarque aussi en 6e, 5e et 4e. Bon. J'explique la différence entre cours de religion et étudier un texte. Je leur rappelle le programme d'HG de 6e-5e (avec mythologie égyptienne, gréco-romaine, judaïsme, christianisme, islam).
Et ce après avoir râlé comme un putois sur la qualification de "fausse" religion en parlant des Romains Very Happy Et je leur conseille fourbement de prendre l'option latin ou grec pour qu'on en discute plus en détails Very Happy

_________________
"Il nous faut arracher la joie aux jours qui filent." Maïakovski
Cléopatra2
Cléopatra2
Expert

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Cléopatra2 le Jeu 3 Jan 2019 - 9:20
@pseudo-intello a écrit:

Or, une des préconisations qui leur est faite dès le plus jeune âge, c'est de lire des histoires aux enfants, même aux tout petits. Ils font. Or, là où des bobos comme toi ou moi iront modifier les textes quand la syntaxe est branlante (ou inexistante, j'en ai vu) ou feront attention en choisissant les livres à la librairie, d'autres parents, consciencieusement, liront de l'indigence crasse à leurs marmots avec la meilleure volonté du monde et en ayant le sentiment de devoir accompli. Il est fort à parier que ces enfants-là, habitués à entendre toujours les mêmes 60 mots de vocabulaire dans les histoire, seront plus facilement déroutés que les autres (et découragés) face à un texte qui contient des mots inconnus.

La nounou de ma fille lui a offert un livre... comment dire.... Cela s'intitule Amélie la petite fourmi.
L'objet est moche (mais solide certes), des paillettes, des couleurs criardes... Il s'agit d'insectes qui ont 4 pattes (déjà ça nous agace, pourquoi prendre des insectes?). Amélie la fourmi ne retrouve pas ses provisions et les cherche. Elle demande à ses amis de l'aider. Page d'après : elle trébuche sur une racine et tombe, révélant ses provisions. Les autres fourmis (qui n'étaient pas là avant) lui disent qu'elles ont changé ses provisions de place car elles étaient mal cachées au départ. Elles étaient donc mieux cachées sous la racine il faut croire... Amélie remercie ses amis de l'avoir aidée (de quoi???? Elle n'a jamais commencé la recherche avec eux) et là, tout le monde mange les provisions prévues pour l'hiver.
Il n'y a donc ni intérêt pour le dessin, ni pour le dialogue, l'histoire n'est pas cohérente, et il n'y a même pas de morale finale qui aurait éventuellement pu apprendre un truc à l'enfant. Non. Tout est stupide du début à la fin. Comme le livre doit coûter 1 euro, je suppose que certains parents trouvent ça bien de l'offrir. En plus les gosses adorent cette daube. Pour vous dire, il n'y a même pas de nom d'auteur ou d'illustrateur.
tchanq'
tchanq'
Fidèle du forum

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par tchanq' le Jeu 3 Jan 2019 - 9:21
@Fires of Pompeii a écrit:D'accord avec Elaina, Elyas et Rendash.

Purplebanner, tu peux quand même en lisant ces contes expliquer aux élèves la croyance qu'il y a derrière (et sur le fait qu'elle soit là il n'y  a pas à débattre, elle est là et constitue un pan important du texte). Ce n'est pas leur demander d'y adhérer, c'est leur donner les clefs d'un pan énorme de notre culture littéraire que de parler de cela. Je ne comprends pas qu'on fasse l'économie de ça en fait.

On dira que c'est un travers de prof de lettres mais changer un texte, et enlever une partie de ce qui fait son sens, ça me choque pas mal. En fait ce n'est plus de la lecture, tout simplement.

Il y a fort fort longtemps, lorsque je n'étais qu'une jeune étudiante en fac d'anglais préparant un CAPES, une de nos enseignantes nous avait prodigué un conseil que j'avais trouvé bien judicieux: "Vous vous destinez à enseigner l'anglais, potentiellement donc des extraits d’œuvres littéraires. Vous ne les enseignerez bien que lorsque vous les comprendrez véritablement, avec l'intégralité de leurs références culturelles et religieuses. Avant de passer votre CAPES, lisez a minima la Bible et le Coran en anglais. Je ne vous demande pas de croire en d'autres croyances que les vôtres. Je vous demande de comprendre."

J'ai donc chez moi "the bible to be read as literature" et "the quran to be read as literature".

Je pense désormais que c'est vital dans la compréhension des textes.

_________________
Failure is not an option
Verdurette
Verdurette
Modérateur

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Verdurette le Jeu 3 Jan 2019 - 9:38
Etant dans des quartiers où mes élèves et leurs familles ont, n'ayons pas peur des mots, l'Islam chatouilleux, j'ai aisément contourné le problème en expliquant que l'histoire du fait religieux était indissociable de l'histoire tout court, et de la culture. Je m'en explique même en réunion de parents, au début de l'année : la construction d'une église marque l'accession d'un hameau au statut de village, qui souvent portera le nom de l'église en question (j'ai longtemps habité une ville qui s'appelait Saint..., ben oui, qui sont ces saints du calendrier omniprésents, et que signifient nombre de jours fériés de notre calendrier ? Et les dates avant et après Jésus-Christ ? Respecter la laïcité ne signifie pas gommer tout un pan de notre civilisation judéo-chrétienne. J'explique que les hommes partout et dès qu'ils ont eu le temps de penser à autre chose qu'à survivre, ont enterré leurs morts au lieu de les abandonner comme de simples charognes, en pensant donc qu'ils avaient un statut différent des cadavres animaux, en se demandant d'où ils venaient et où ils allaient après la mort, en cherchant des réponses que la science ne pouvait pas encore leur donner dans la cosmogonie, les mythes, et cherchant à se rassembler grâce à une religion (religare)... J'ai ajouté que voir une cathédrale, des vitraux, ce n'était pas aller à la messe, et que si on retirait des musées tout ce qui avait un rapport avec la Bible, il ne resterait pas grand-chose au Louvre.

De plus, j'essaie d'évoquer de façon assez équitable les trois grandes religions monothéistes, ce qui est facile, et quand je peux, d'autres, mais j'avoue mal les connaître (les religions extrême-orientales, par exemple). Très rapidement, les élèves comprennent la différence entre culture religieuse et enseignement religieux, et lorsqu'une question de croyance surgit, je réponds qu'on change de registre et que je ne peux justement pas répondre. Honnêtement, ça passe très bien, je n'ai pas eu le moindre problème depuis des années, à part une maman Témoin de Jéhovah qui n voulait pas que son fils chante à la chorale "il faut croire à Noël", refrain du "Noël des enfants du monde" de Jean Naty-Boyer, et donc pas une prière ou un texte sacré ...
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Elaïna le Jeu 3 Jan 2019 - 9:40
@Cléopatra2 a écrit:
@pseudo-intello a écrit:

Or, une des préconisations qui leur est faite dès le plus jeune âge, c'est de lire des histoires aux enfants, même aux tout petits. Ils font. Or, là où des bobos comme toi ou moi iront modifier les textes quand la syntaxe est branlante (ou inexistante, j'en ai vu) ou feront attention en choisissant les livres à la librairie, d'autres parents, consciencieusement, liront de l'indigence crasse à leurs marmots avec la meilleure volonté du monde et en ayant le sentiment de devoir accompli. Il est fort à parier que ces enfants-là, habitués à entendre toujours les mêmes 60 mots de vocabulaire dans les histoire, seront plus facilement déroutés que les autres (et découragés) face à un texte qui contient des mots inconnus.

La nounou de ma fille lui a offert un livre... comment dire.... Cela s'intitule Amélie la petite fourmi.
L'objet est moche (mais solide certes), des paillettes, des couleurs criardes... Il s'agit d'insectes qui ont 4 pattes (déjà ça nous agace, pourquoi prendre des insectes?). Amélie la fourmi ne retrouve pas ses provisions et les cherche. Elle demande à ses amis de l'aider. Page d'après : elle trébuche sur une racine et tombe, révélant ses provisions. Les autres fourmis (qui n'étaient pas là avant) lui disent qu'elles ont changé ses provisions de place car elles étaient mal cachées au départ. Elles étaient donc mieux cachées sous la racine il faut croire... Amélie remercie ses amis de l'avoir aidée (de quoi???? Elle n'a jamais commencé la recherche avec eux) et là, tout le monde mange les provisions prévues pour l'hiver.
Il n'y a donc ni intérêt pour le dessin, ni pour le dialogue, l'histoire n'est pas cohérente, et il n'y a même pas de morale finale qui aurait éventuellement pu apprendre un truc à l'enfant. Non. Tout est stupide du début à la fin. Comme le livre doit coûter 1 euro, je suppose que certains parents trouvent ça bien de l'offrir. En plus les gosses adorent cette daube. Pour vous dire, il n'y a même pas de nom d'auteur ou d'illustrateur.

Sur ce point, une anecdote.
Il y a quelques temps (quelques semaines ?), sur un groupe Facebook, quelqu'un publie une photo d'une devanture Macdo affichant qu'il n'y a plus de livres pour les enfants, que seuls des jouets sont disponibles avec le menu enfant, et que la direction est désolée pour le dérangement. Evidemment tout le monde y va de son petit commentaire en disant que c'est honteux, la mort de la culture etc.
Moi je fais remarquer que le livre Macdo, c'est quand même l'antithèse de la culture, que les dessins sont hideux, les histoires débiles et la langue pitoyable. Et que le présupposé est répugnant : les fables de La Fontaine réécrites (fort mal) parce que les enfants du 9-3 sont probablement trop débiles pour les comrpendre, les "grands hommes" présentés sous un jour totalement à l'ouest (le truc sur Gustave Eiffel qui est en fait une histoire nulle d'un groupe d'enfants bien Benetton-compatible qui recherche Gustave dans un Paris même pas représenté comme à son époque). Bref que parfois, un jouet en plastique Macdo vaut mieux qu'une nullité pareille.
Je me suis fait traiter de tous les noms, de snob, de méprisante, de fasciste, j'ai reçu des messages privés d'insultes qui m'expliquaient qu'à cause de moi les enfants ne liraient plus jamais et que c'était à cause de gens comme moi.


_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser" - Page 2 Empty Re: Serge Boimare : comment aider les élèves "empêchés de penser"

par Elaïna le Jeu 3 Jan 2019 - 9:47
Verdurette, dans la plupart des bahuts ça se passe bien, si on prend le temps d'expliquer, comme tu le fais. Alors évidemment il y aura toujours des idiots de mauvaise foi qui vont refuser de comprendre mais je pense qu'ils sont plutôt rares. L'an dernier par exemple j'ai un élève qui a été relou pendant tout le mois de janvier en seconde, parce qu'à chaque cours il trouvait malin de faire remarquer que, quand même, les gens du Moyen-âge, ils étaient bien c*ns de croire en Dieu. Je lui ai volé dans les plumes plusieurs fois, et c'est un petit groupe d'élèves qui n'en pouvait plus de lui (parce qu'en plus d'être de mauvaise foi, il était insupportable, agité, arrogant et très bête en plus) qui a fini par lui dire ses quatre vérités... J'ai enfin pu terminer mon cours tranquille. J'enseigne dans un coin lambda où 95 % des élèves sont athées donc on ne peut pas tellement les soupçonner d'avoir fait ça par bondieuserie... mais ils ont assez vite compris l'enjeu du cours, contrairement à lui qui a préféré se confire dans sa bêtise.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum