Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Bouboule
Sage

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Bouboule le Mer 9 Jan 2019 - 21:26
@Will.T a écrit:
@Bouboule a écrit:Je crois que ce serait la seule chance pour les jeunes collègues.

Pour les jeunes collègues, comme je l'ai déjà dit, il suffirait de les affecter en fonction du rang au concours. ça laisse une chance à tous de partir dès le départ dans une académie choisie.

Mais tu leur permettrais de passer devant des plus anciens pour le même poste ? Ou tu ferais deux listes de postes séparées ?
Clecle78
Clecle78
Niveau 5

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Clecle78 le Mer 9 Jan 2019 - 21:39
Je rappelle tout de même que lorsque j'ai passé le concours en 1986 nous étions tous, célibataires ou pas, déracinés, dans le nord en ce qui me concerne, et pour un temps parfois très long , 15 ans pour ma part, mouvement à un tour ou pas.Nous avons pour la plupart survécu et construit notre vie . Certains collègues mariés que j'ai connus à l'époque attendaient parfois des années un rapprochement faut de postes,.Donc nihil novi sub sole. Pas de solution miracle malheureusement, juste essayer de corriger les injustices flagrantes.
Aiôn
Aiôn
Niveau 6

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Aiôn le Mer 9 Jan 2019 - 22:02
On pourrait éventuellement envisager de mettre davantage d'argent dans la recherche sur la téléportation. Il semble qu'en 2009 des chercheurs américains aient transféré de manière instantanée l'état quantique d'un atome d'ytterbium vers un autre situé à 1 m de lui. On n'est plus très loin du but visiblement.

avatar
jésus
Habitué du forum

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par jésus le Jeu 10 Jan 2019 - 9:49
Oui,
Je ne suis pas pour que les familles soient séparées, ni que les couples légitimes le soient non plus.
Les célibataires ne sont pas des monstres.

Toujours est-il que le mariage lui-même n'a plus le vent en poupe :
en 2004 : 278 439 mariages
en 2017 : 221 000 mariages.
7000 mariages homosexuels en France en 2017 alors que 10 % de la population majeure en France n'est pas hétéro. Le nombre de Pacs signés chaque année entre deux personnes du même sexe a pratiquement été multiplié par trois en dix ans (3 323 en 2001, plus de 9 000 en 2010).
Pendant ce temps-là, le pacs est passé de 40000 à 190000 entre 2004 et 2017.
6 enfants sur 10 naissent hors mariage en France en 2018

Pour le redire, valoriser le mariage alors qu'il est en perte de vitesse ( pour bien des raisons) soulève des questions.

Bref, dire à l'administration où j'en suis de ma vie personnelles, fréquentation et si c'est sérieux ou pas est un peu lourd.
Vous seriez surpris des vies amoureuses compliquées et absolument pas dans des cases des jeunes d'aujourd'hui.

Confronté à cela, je suis à peu près persuadé , ( que cette valorisation d'une vie rangée combinée à un système de mutation) fait partie du package repoussoir du métier de prof pour les étudiants . Les jeunes génération a horreur de voir une intrusion dans sa vie privée, amoureuse, et valorise la liberté, le plaisir, etc. Bref, cela convient à moins en moins de monde. ( Si vous connaissez réellement des lycéens ou étudiant du supérieur, vous vous en rendez compte, cf la remarque d'Elaïna sur le profil des jeunes stagiaires) Si l'EN ne s'adapte pas a minima à certaines évolutions, on va voir encore des problèmes de recrutement.

avatar
jésus
Habitué du forum

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par jésus le Jeu 10 Jan 2019 - 10:04
Après, beaucoup acceptent mal ces contraintes liés aux mutations si derrière, on a le sentiment qu'aucune facilité n'est faite pour se former, avoir un congé de formation facilement pour passer l'agrégation, faire une thèse, partir , se reconvertir.
Tout cela lié à des rémunérations jugées peu élevées.
Encore une fois, les nouvelles génération ont du mal avec l'idée de faire que des sacrifices sans contre-parties.
On veut bien aller à un endroit X tant de temps si après on me fait des facilités pour avoir un congé formation, si derrière je suis sûr d'avoir des facilités pour faire une thèse. Honnêtement, le donnant-donnant n'y est pas.
Le vrai intérêt d'être prof, pour moi, ce n'est pas tant de vivre absolument où on veut mais d'avoir la possibilité de se former, progresser dans le métier et les connaissances. Si cet aspect est galère ou ne se fait pas. Pas étonnant , que des gens brillants ne se positionnent plus sur ce métier et ne viennent plus au concours. Et qu'on a des reconvertis avec des familles qui viennent au concours. Et que le néo-prof, étudiant, pas marié et sans enfant se dise que ce métier n'est pas pour lui.

Je ne dis que c'est une pure vérité du métier mais ce que se disent les étudiants aspirants prof à un moment donné.
Will.T
Will.T
Prophète

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Will.T le Jeu 10 Jan 2019 - 10:59
@Bouboule a écrit:
@Will.T a écrit:
@Bouboule a écrit:Je crois que ce serait la seule chance pour les jeunes collègues.

Pour les jeunes collègues, comme je l'ai déjà dit, il suffirait de les affecter en fonction du rang au concours. ça laisse une chance à tous de partir dès le départ dans une académie choisie.

Mais tu leur permettrais de passer devant des plus anciens pour le même poste ? Ou tu ferais deux listes de postes séparées ?
J'imagine plutot 2 mouvements : celui que l'on connait et un pour les sortants du concours qui pourraient choisir leur académie de stage en fonctiondu rang au concours et qui serait titularisés dans cette académie.

Les mieux classés pourraient donc obtenir une académie voulue dès le départ.
Untitled
Untitled
Niveau 4

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Untitled le Jeu 10 Jan 2019 - 11:42
Wahou ! Merci à tous pour vos réponses Smile

@Caspar a écrit:Sans vouloir te faire peur Untitled, se faire de nouveaux amis devient un peu plus dur en vieillissant, quelle que soit la région : les gens ont déjà leur cercle d'amis, leur vie, les couples avec enfants ont tendance à fréquenter d'autres couples avec enfants...

Je ne le sais que trop ! C'est précisément pour cette raison que je souhaite rejoindre une région plus dynamique (nouveaux arrivants réguliers).

@Bouboule a écrit:L’Éducation Nationale, c'est aussi un truc pour les ours, capables de rester seuls dans leur tannière.

Pas franchement d'accord avec ça. Il y a surement des profs qui restent cloitrés chez eux le nez dans leurs bouquins poussiéreux et qui en sont très heureux (bonjour le cliché Very Happy ). Mais moi je vois surtout beaucoup de collègues ayant besoin d'un environnement culturel stimulant pour être heureux (voire performant) et qui répondent toujours présents quand on leur propose une sortie en dehors du boulot... Dans les périodes les plus difficiles, c'est même essentiel pour tenir dans le métier.

@Scot69 a écrit:En fait, je pense qu'un autre aspect du soucis (peut être déjà évoqué) est que les gens ne sont pas forcément célibataires par choix. C'est déjà une vraie souffrance pour certains, on peut très mal le vivre. Donc je peux concevoir que ça puisse les agacer de devoir en plus de leur solitude, passer après les autres dans le cas d'une mutation.

C'est ce que j'essaie de dire depuis le début. D'autant que ces situations peuvent engendrer des conséquences réellement dramatiques, et être néfastes pour le système lui-même. Un prof malheureux est un prof qui ne sera pas disponible pour ses élèves, voire un prof qui finira par se mettre en arrêt longue durée parce qu'il n'y arrive plus du tout. Je pense qu'on à tous au moins un cas en tête.

@pseudo-intello a écrit:Une de nos amies a un poste à responsabilités, avec des horaires très lourds. Elle a toujours habité avec sa famille, mais rien que ça, ça l'a empêchée de tisser les liens de la même manière que son mari (les enfants appellent toujours leur père en premier s'ils ont un problème ou une question).

Mes deux parents ont toujours été à la maison et pourtant mon père est incapable de me parler. Je reste en moyenne 2 heures avec ma mère au téléphone. Quand c'est mon père qui décroche (ce qui est rare), on peine à tenir 5 minutes. Je ne remets pas en cause ce que tu dis, je précise juste que d'autres facteurs peuvent entrer en jeu.

_________________
« Kindness is the new punk. » — Moi-même
Untitled
Untitled
Niveau 4

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Untitled le Jeu 10 Jan 2019 - 11:47
@pseudo-intello a écrit:Ce que tu appelles avantage est à double tranchant, puisque si on a des points pour rejoindre son conjoint, une mutation conjointe est plus compliqué (il faut que ce soit bon pour les deux disciplines en même temps, ça réduit les chances).

C'est vrai, je te remercie pour cette remarque. Malgré tout, il me semble que c'est toujours plus supportable d'être dans un coin peu reluisant en couple que seul... M'enfin là je retombe dans une guéguerre stérile, je te l'accorde !

@Verdurette a écrit:Untitled, je pense qu'Elaïna t'a donné de bonnes idées. Je pense que demander ta mutation chaque année ne peut pas nuire, et en attendant mieux pourquoi ne pas essayer de rejoindre une zone plus urbaine où il y aura plus de monde, donc plus de personnes diverses à fréquenter ?

Le mouvement à 2 tours (largement décrié sur ce fil) est ce qui m'a arrêté. Peur d'obtenir une académie qui me tente (!) pour finalement être hyper déçue à l'intra. Je ne sais pas si je suis claire... En fait, j'ignorais même qu'un mouvement à un tour avait existé ! Je n'arrive pas à comprendre comment on a pu lui préférer le système actuel, qui n'engrange clairement que des blocages généralisés, par appréhension des uns et des autres... +1 pour la "région plus urbaine", même si de toute évidence, pour moi ça sera la RP...

@Danska a écrit:et je fais partie de ces enseignants qui ont un barème élevé grâce au RC, mais ne peuvent obtenir de mutations faute de postes disponibles dans la discipline - et pourtant, je suis loin de viser les académies les plus demandées ! En attendant, je roule, et je consomme, et je pollue...

Ouais alors en fait, ce problème concerne AUSSI les célibataires, en plus de tout le reste Very Happy

@Rabelais a écrit:Pour la dernière fois, le RC permet de se rapprocher (parfois) de son conjoint, pas de l’endroit où l’on a des attaches ou de celui où l’on veut vivre. Point final, arrêt de la discussion et des jalousies inutiles.

Bah pardon mais c'est (partiellement) faux. Cela a été dit à plusieurs reprises ici, le RC permet (parfois) à des stagiaires de rejoindre leur académie favorite en 1 an ou 2. Là ou un célibataire peut poireauter 15 ans. Point final, arrêt de la discussion (ouais moi aussi je peux le faire !). Par ailleurs personne ne parle de faire sauter le RC, là c'est vous qui fantasmez.

On se demande juste si d'autres possibilités pourraient être envisagées, en plus de l'ancienneté et du RC, et plusieurs ont déjà émergé : point accordés en fonction du rang de classement au concours, de la région d'origine (de naissance), des régions où l'on a déjà une expérience (études, emplois antérieurs ?), tirage au sort, mouvement obligatoire régulier pour tous. J'ajoute que ces deux dernières propositions doivent beaucoup plaire aux collègues qui invoquent sans cesse le "sens du devoir" pour réduire au silence les célibataires mécontents ! Célibataires ou en couple, avec ou sans enfants, nous sommes tous au service de l’État me semble-t-il ? Ou alors le sens du devoir est à géométrie variable ?


Dernière édition par Untitled le Jeu 10 Jan 2019 - 12:07, édité 3 fois

_________________
« Kindness is the new punk. » — Moi-même
Untitled
Untitled
Niveau 4

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Untitled le Jeu 10 Jan 2019 - 11:49
@Maju a écrit:Je crois surtout que si chacun prenait davantage le temps de se renseigner sur le fonctionnement du système de mutation, les barèmes et le fonctionnement des commissions, alors les résultats sembleraient moins opaques. C'est hallucinant le nombre de collègues qui ne connaissent absolument pas le fonctionnement des mutations.

D'un autre côté, quand on débarque dans le métier, il faut admettre que ce système est extrêmement compliqué à appréhender ! D'autant plus qu'en début de carrière, on est déjà noyé sous le boulot donc on n'a pas forcément le temps de se bouffer 50 pages de brochure pour espérer y comprendre quelque chose. Par ailleurs, je ne comprends pas qu'il faille être syndiqué pour accéder à certaines informations (exemple : cela fait plusieurs heures que j'essaie de me procurer les dernières barres intra pour l'académie de Rennes dans ma discipline, sans succès...). Je trouve que tout cela devrait être facilement accessible à tous gratuitement !

_________________
« Kindness is the new punk. » — Moi-même
avatar
jésus
Habitué du forum

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par jésus le Jeu 10 Jan 2019 - 12:01
@untititled, on en revient toujours au même, mettre sur le dos de certaines , par pétition de principe, un sacrifice qui serait plus facile à supporter parce qu'on serait célibataire est une grosse erreur, car justement, étant seul , on a moins de réconfort pour supporter ce sacrifice.

Aller seul dans une région où on ne connaît personne, si les conditions de vie extra-pro ou pro ne sont pas réunies , est un facteur de déprime ou d'abandon du métier connu de tous. L'argument de mettre un prof devant chaque élèves, certes, mais visiblement quitte à mettre le prof au tapis ou en arrêt-maladie, et certaines se plaindront du non-remplacement du turn-over.
Croire qu'à 25 ans, on peut tout endurer sous prétexte qu'on a 25 ans est une grosse erreur aussi. Il n'y a pas d'âge pour le burn-out ou la dépression.
Untitled
Untitled
Niveau 4

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Untitled le Jeu 10 Jan 2019 - 12:21
@jésus a écrit:L'argument de mettre un prof devant chaque élèves, certes, mais visiblement quitte à mettre le prof au tapis ou en arrêt-maladie, et certaines se plaindront du non-remplacement du turn-over.

Malgré tout il faut un prof devant chaque élève, c'est un fait... Certains ici ont évoqué des mesures qui permettraient de redonner un peu d'attractivité à certaines régions... Cela dit c'est un problème global de répartition sur le territoire national, qui ne touche pas seulement l'enseignement (quelqu'un a entendu parler des gilets jaunes Wink ?!).

_________________
« Kindness is the new punk. » — Moi-même
Jacq
Jacq
Vénérable

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Jacq le Jeu 10 Jan 2019 - 12:52
@Untitled a écrit:
@Maju a écrit:Je crois surtout que si chacun prenait davantage le temps de se renseigner sur le fonctionnement du système de mutation, les barèmes et le fonctionnement des commissions, alors les résultats sembleraient moins opaques. C'est hallucinant le nombre de collègues qui ne connaissent absolument pas le fonctionnement des mutations.

D'un autre côté, quand on débarque dans le métier, il faut admettre que ce système est extrêmement compliqué à appréhender ! D'autant plus qu'en début de carrière, on est déjà noyé sous le boulot donc on n'a pas forcément le temps de se bouffer 50 pages de brochure pour espérer y comprendre quelque chose. Par ailleurs, je ne comprends pas qu'il faille être syndiqué pour accéder à certaines informations (exemple : cela fait plusieurs heures que j'essaie de me procurer les dernières barres intra pour l'académie de Rennes dans ma discipline, sans succès...). Je trouve que tout cela devrait être facilement accessible à tous gratuitement !

Tu as raison, ce n'est pas simple à appréhender dès le départ.
Les syndicats, si tu es syndiqué, t'envoie leur "littérature" et donc t'informent. S'ils ne te connaissent pas ils ne vont rien t'envoyer. Cette littérature syndicale arrive dans les casiers aussi, puisqu'ils font leur pub (propagande dans le vrai sens du terme qui est de propager une idée ou une info). Donc les info nous les avons.
Enfin, je ne sais pas si c'est le cas de tous les syndicats, mais en général ils te répondent si tu prends contact avec eux, même si tu n'es pas syndiqué. Après cela peut dépendre du syndicat que tu contactes, peut-être.
Pour les barres on les trouve assez facilement sur le net. Si ce n'est que cela qu'il te faut, je peux te les trouver facilement à condition de connaître ta discipline et ton statut (certifié, agrégé, PLP ?).
Untitled
Untitled
Niveau 4

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Untitled le Jeu 10 Jan 2019 - 12:57
@Jacq a écrit:Pour les barres on les trouve assez facilement sur le net. Si ce n'est que cela qu'il te faut, je peux te les trouver facilement à condition de connaître ta discipline et ton statut (certifié, agrégé, PLP ?).

Merci, je t'envoie un message privé Smile

_________________
« Kindness is the new punk. » — Moi-même
JEMS
JEMS
Modérateur

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par JEMS le Jeu 10 Jan 2019 - 12:58
Entre les régions dépeuplées, les régions surpeuplées, les régions frontalières où le prix du mètre carré dépasse l'entendement, les régions ensoleillées avec un micro climat... les régions sinistrées de l'emploi, tout le monde à des intérêts particuliers. Personne ne désire venir par chez moi, trop éloigné de la civilisation, trop cher car frontalier.
avatar
jésus
Habitué du forum

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par jésus le Dim 13 Jan 2019 - 11:02
https://pbs.twimg.com/media/DwvFnNPWsAAKwj5.jpg:large
Babarette
Babarette
Vénérable

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Babarette le Dim 13 Jan 2019 - 11:12
@Untitled a écrit:
@Maju a écrit:Je crois surtout que si chacun prenait davantage le temps de se renseigner sur le fonctionnement du système de mutation, les barèmes et le fonctionnement des commissions, alors les résultats sembleraient moins opaques. C'est hallucinant le nombre de collègues qui ne connaissent absolument pas le fonctionnement des mutations.

D'un autre côté, quand on débarque dans le métier, il faut admettre que ce système est extrêmement compliqué à appréhender ! D'autant plus qu'en début de carrière, on est déjà noyé sous le boulot donc on n'a pas forcément le temps de se bouffer 50 pages de brochure pour espérer y comprendre quelque chose. Par ailleurs, je ne comprends pas qu'il faille être syndiqué pour accéder à certaines informations (exemple : cela fait plusieurs heures que j'essaie de me procurer les dernières barres intra pour l'académie de Rennes dans ma discipline, sans succès...). Je trouve que tout cela devrait être facilement accessible à tous gratuitement !

Effectivement, il n'est pas normal que l'employeur ne prenne pas en charge l'explication de ce que sont les barèmes. Voilà une chose que l'ESPE devrait expliquer.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
avatar
isgloo
Je viens de m'inscrire !

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par isgloo le Dim 10 Mar 2019 - 23:29
On ne peut pas blâmer les profs qui jouent selon les règles mais plutôt le jeu de l'EN en lui même.
Il me reste plus qu'à jouer moi aussi

_________________
Ton excuse pour ne pas élever des poules ?
lene75
lene75
Esprit sacré

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par lene75 le Lun 11 Mar 2019 - 11:01
Je crois surtout que l'EN fonctionne selon un système ancien qu'elle n'a plus les moyens de perpétuer. La mobilité géographique forcée (assortie en principe de l'obligation de résider à proximité de son lieu de travail), ça va bien dans un système où le "chef de famille" subvient, par son salaire suffisant, aux besoins de toute la famille, ce qui permet au conjoint de le suivre en restant à la maison ou en se contentant de revenus d'appoint. À la limite même pour un instituteur avec un salaire pas exorbitant mais un logement de fonction, ça peut encore être jouable. En RP, avec 3 enfants, mon salaire couvre EXCLUSIVEMENT les frais afférents au logement - loyer, eau, gaz, électricité, impôts. Donc si mon conjoint, lui aussi fonctionnaire, avait un logement de fonction et moi la garantie d'une pension de réversion, je pourrais arrêter de travailler. Mais en l'état actuel des choses nous ne pourrions pas vivre avec son seul salaire.

Comme Elaïna, j'ai des tas de copains sortis de grandes écoles qui sont allés bosser là où on leur proposait du boulot, et qui ont bougé plusieurs fois, enfin, plus exactement, là où on leur proposait un bon salaire, en France ou à l'étranger, parce qu'ils auraient pu trouver du travail ailleurs (et n'hésitent pas un instant à "claquer leur dem" quand ils trouvent mieux ailleurs), mais quand c'est pour un salaire à 6 voire 10k€ pour certains, on peut se permettre un peu d'insécurité professionnelle pour le conjoint.

Avec un salaire de prof et sans logement de fonction, ce schéma ne peut pas fonctionner. Pour entretenir une famille, il faut que le conjoint travaille, et là la mobilité devient beaucoup plus compliquée, sauf à accepter d'éclater durablement les familles. Elle devient d'autant plus ridicule quand on est un couple de deux fonctionnaires, sachant qu'il n'y a aucune mutation simultanée possible entre un prof et un autre fonctionnaire non prof. Chaque administration envoie son fonctionnaire là où bon lui semble à l'aveugle (hormis les points de rapprochement de conjoint) et enjoint ce dernier à faire sa vie sur place comme un curé de campagne, injonction contradictoire, donc, quand les deux conjoints sont fonctionnaires. Bref, quand mon conjoint a postulé, il y avait deux postes correspondant à son profil, un à Paris et un à Toulouse. Il avait une préférence pour Toulouse, il a eu Paris, et moi j'ai réussi à avoir le 78 avec mon rapprochement de conjoint (Paris et le 92 étant totalement inaccessibles avec mon barème), d'abord TZR puis en poste fixe sur un voeu "tout poste fixe dans le département" avec mes points de stabilisation de TZR, de rapprochement de conjoint et d'enfant (la RP est très demandée dans ma discipline). Il y a par ailleurs beaucoup de fantasmes sur les postes que des points familiaux pourraient permettre d'avoir : je suis mariée, j'ai 3 enfants dont un reconnu handicapé à plus de 80%, il y a un lycée à 5 min à pieds de chez moi, et non, ma situation familiale et les nombreuses contraintes liées au handicap ne me suffisent pas du tout pour prétendre à ce poste.

Bref, le problème n'est pas de donner priorité aux familles ou aux célibataires, mais de commencer par payer les gens à la mesure de leur niveau de qualification et des contraintes qu'on leur impose, ce qui permettrait de donner un peu de souplesse aux mutations. Pour ma part, si nous en avions les moyens, je me ferais une joie de libérer mon poste pour m'occuper de mes enfants.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
jésus
Habitué du forum

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par jésus le Lun 11 Mar 2019 - 14:02
Je ne sais pas si ce lien fonctionne :

[url=https://www.liberation.fr/france/2019/02/26/famille-pacs-enfants-mariage-le-chamboule-tout_1711797]https://www.liberation.fr/france/2019/02/26/famille-pacs-enfants-mariage-le-chamboule-tout_1711797[/url]

Mais cela reprend ce que je disais plus haut dans le thread.
La famille traditionnelle n'a plus la côte.
Famille traditionnelle que je trouve, in fine, valorisée par l'EN par le système de mutation à point.
Système, qui selon moi, n'est plus dans l'air du temps et pénalise ceux qui ne rentrent pas dans des cases prédéfinies.

Je retiens surtout, que pendant mes années étudiant, puis contractuel, c'était difficile de finir le mois, de manger correctement, de vivre a minima. Je ne me voyais pas décemment construire une famille dans ce contexte, au sens attendu de l'EN, mariage en route, enfant aussi pour avoir les points qu'il faut au moment des voeux d'après concours.
Il s'agira peut être aussi de faire en sorte d'en finir avec la précarité totale des étudiants aspirants professeur, ou des remplaçants, contractuel.  Avant d'attendre à ce que l'on se comporte comme des bons pères de famille bourgeois alors qu'on a à peine de quoi se payer une boîte de conserve pour manger ( et je n'exagère pas)
Danska
Danska
Modérateur

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Danska le Lun 11 Mar 2019 - 14:53
Faudrait redescendre sur Terre, à un moment... Personne ne te demande d'être un "bon père de famille bourgeois". Au passage, un scoop : autant l'argument des revenus peut s'entendre pour décider de faire un enfant, autant je ne vois pas le rapport avec le fait d'être en couple. À ma connaissance, ta potentielle compagne a un salaire, elle aussi, et ne vivra pas à tes crochets.

Autre scoop : comme plusieurs l'ont déjà signalé ici, les points de RC ne garantissent certainement pas d'avoir l'académie ou la région demandée, a fortiori l'établissement demandé.

Le RC, comme son nom l'indique, permet de se rapprocher de son conjoint (et encore, pas toujours). Au-delà de ça, l'État se fiche de savoir si vous formez une famille "traditionnelle" ou recomposée, si vous êtes un couple hétérosexuel ou homosexuel, si vous êtes mariés ou pacsés, etc. Tout comme il se fiche de savoir si vous préféreriez un collège ou un lycée, telle ville plutôt que telle autre, et j'en passe. Si les points de RC étaient une baguette magique pour obtenir à tous les coups exactement ce qu'on veut, ça se saurait !
avatar
jésus
Habitué du forum

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par jésus le Lun 11 Mar 2019 - 15:04
Oui, ça ne change rien à l'argument financier que j'utilise, comment fonder une famille dans la précarité étudiante ou dans la précarité des contractuels, alors même qu'il faut des points " familiaux" pour participer correctement à la mutation ( à mon sens) et avoir a minima ce choix? Si certains y arrivent, tant mieux pour eux. Pendant ces années, le but était de réussir le concours, finir le mois, se changer les idées au mieux.
Encore une fois, que l'état " bonifie" la famille traditionnelle, et pas l'union libre est lourd de sens pour moi. Et que, in fine, des choix de vie ( pas toujours pensés comme tels) soient sanctionnés, me pose la question de l'ingérence de l'employeur dans la vie privée.
Et encore une fois, je ne suis pas pour séparer les familles!!
Danska
Danska
Modérateur

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Danska le Lun 11 Mar 2019 - 15:13
Comme la réponse à tes remarques a déjà été apportée maintes et maintes fois, je n'y reviens pas (suffit de remonter le topic, y compris pour la question de l'union libre). En revanche, j'aimerais bien savoir quelle est ta proposition, au final ! Parce que bon, c'est bien les grands discours, mais concrètement, donner la priorité à tout le monde revient à ne la donner à personne.

Et je rectifie quand même une sacrée confusion : ce fil porte sur les inégalités supposées entre couples et célibataires, pas sur celles entre familles et célibataires. À ma connaissance, couple n'implique pas automatiquement enfants ; ta remarque sur l'aspect financier, encore une fois, ne tient pas la route.
lene75
lene75
Esprit sacré

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par lene75 le Lun 11 Mar 2019 - 15:28
La discussion tourne en rond : l'État ne sanctionne personne, il ne permet à personne d'aller où il veut, il permet juste à un conjoint d'avoir un peu plus de chances de se rapprocher de son conjoint, qui n'a pas forcément non plus choisi son lieu de travail. Si tu te mets en couple, quel que soit ce couple, tu y auras le droit comme tout le monde. Maintenant évidemment si tu refuses de faire connaître à l'administration l'existence de ce couple, il lui devient impossible de le reconnaître, par définition. Un mariage, et a fortiori un pacs, ne sont que des contrats qui permettent de bénéficier des avantages (et des inconvénients) d'un couple. Si tu romps ton pacs et que tu te mets avec un autre partenaire qui travaille ailleurs, tu pourras à nouveau bénéficier de RC pour te rapprocher de ce nouveau partenaire, ce qui rendra plus facile d'avoir des enfants avec lui si c'est ton souhait. Et si tu décides de te séparer de ce conjoint tu pourras encore avoir des points de rapprochement de la résidence de l'enfant ou d'un 3e conjoint si c'est ton choix.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Caspar
Caspar
Bon génie

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Caspar le Lun 11 Mar 2019 - 15:45
@lene75 a écrit:La discussion tourne en rond : l'État ne sanctionne personne, il ne permet à personne d'aller où il veut, il permet juste à un conjoint d'avoir un peu plus de chances de se rapprocher de son conjoint, qui n'a pas forcément non plus choisi son lieu de travail. Si tu te mets en couple, quel que soit ce couple, tu y auras le droit comme tout le monde. Maintenant évidemment si tu refuses de faire connaître à l'administration l'existence de ce couple, il lui devient impossible de le reconnaître, par définition. Un mariage, et a fortiori un pacs, ne sont que des contrats qui permettent de bénéficier des avantages (et des inconvénients) d'un couple. Si tu romps ton pacs et que tu te mets avec un autre partenaire qui travaille ailleurs, tu pourras à nouveau bénéficier de RC pour te rapprocher de ce nouveau partenaire, ce qui rendra plus facile d'avoir des enfants avec lui si c'est ton souhait. Et si tu décides de te séparer de ce conjoint tu pourras encore avoir des points de rapprochement de la résidence de l'enfant ou d'un 3e conjoint si c'est ton choix.

Cet aspect-là est relativement récent tout de même.
doubledecker
doubledecker
Esprit éclairé

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par doubledecker le Lun 11 Mar 2019 - 16:13
oui enfin ça fait près de 20 ans quand même...

_________________
If you're not failing every now and again it's a sign you're not doing anything very innovative (Woody Allen)


La boutique de LolaDragibus : des petites choses futiles et inutiles pour embellir la vie (p'tites bricoles en tissu, papier, crochet....) : venez y jeter un oeil 😊
Caspar
Caspar
Bon génie

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Caspar le Lun 11 Mar 2019 - 17:21
@doubledecker a écrit:oui enfin ça fait près de 20 ans quand même...

Tout est relatif. Wink
Contenu sponsorisé

Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum