Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
totoro
totoro
Guide spirituel

Novecento, Baricco : 3 premières pages  Empty Novecento, Baricco : 3 premières pages

par totoro le Dim 6 Jan 2019 - 17:51
Y aurait-il une bonne âme qui aurait le livre à sa disposition et qui pourrait m’en scanner / photographier les trois premières pages ?
Merci par avance.

_________________
Novecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rs
cannelle21
cannelle21
Grand Maître

Novecento, Baricco : 3 premières pages  Empty Re: Novecento, Baricco : 3 premières pages

par cannelle21 le Dim 6 Jan 2019 - 19:43
Ça arrivait toujours, à un moment ou à un autre, il y en avait un qui levait la tête... et qui la voyait. C’est difficile à expliquer. Je veux dire... on y était plus d’un millier, sur ce bateau, entre les rupins en voyagé, et les émigrants, et d’autres gens bizarres, et nous... Et pourtant, il y en avait toujours un, un seul sur tous ceux-là, un seul qui, le premier... la voyait. Un qui était peut-être là en train de manger, ou de se promener, simplement, sur le pont... ou de remonter son pantalon... il levait la tête un instant, il jetait un coup d’œil sur l’Océan... et il la voyait. Alors il s’immobilisait, là, sur place, et son cœur battait à en exploser, et chaque fois, chaque maudite fois, je le jure, il se tournait vers nous, vers le bateau, vers tous les autres, et il criait (adagio et lentissimo) : l’Amérique. Et puis il restait là, sans bouger, comme s’il devait rentrer dans la photo, avec la tête du type qui se l’est fabriquée tout seul, l’Amérique. Le soir après le boulot, et des fois aussi le dimanche, son beau-frère l’a peut-être un peu aidé, celui qui est maçon, un type bien... au départ il voulait faire juste un truc en contreplaqué, et puis... il s’est laissé entraîner et il a fait l’Amérique...
Celui qui est le premier à voir l’Amérique. Sur chaque bateau il y en a un. Et il ne faut pas croire que c’est le hasard, non... ni même une question de bonne vue, c’est le destin, ça. Ces types-là, depuis toujours, dans leur vie, ils avaient cet instant-là d’écrit. Même tout petits, si tu les regardais dans les yeux, en regardant bien, tu la voyais déjà, l’Amérique, elle était là, prête à bondir, à remonter le long des nerfs ou du sang ou je ne sais quoi, et puis de là au cerveau, puis sur la langue, et puis dans ce cri {il crie), l’amérique, elle était déjà là, dans ces yeux, ces yeux d’enfant, déjà là tout entière, l’Amérique.
Là, qui attendait.
Celui qui m’a appris ça, c’est Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento, le plus grand pianiste qui ait jamais joué sur l’Océan. Dans les yeux des gens, on voit ce qu’ils verront, pas ce qu’ils ont vu. Il disait ça : ce qu’ils verront.
J’en ai vu, moi, des Amériques... Sept ans sur ce bateau,cinq ou six traversées par an, d’Europe jusqu’en Amérique et retour, toujours à tremper dans l’Océan, quand tu redescendais à terre tu n’arrivais même plus à pisser droit dans les chiottes. Les chiottes, ils ne bougeaient pas, mais toi, tu continuais à te balancer. Parce qu’un bateau, tu peux toujours en descendre : mais de l’Océan, non... J’y suis monté, moi, j’avais dix-sept ans. Et dans la vie, il n’y avait qu’une seule chose qui comptait, pour moi : jouer de la trompette. Alors quand le bruit a couru qu’ils cherchaient des gars pour le paquebot, le Virginian, là-bas sur le port, je me suis mis sur les rangs. Avec ma trompette. Janvier 1927. Des musiciens, on en a déjà, me dit le type de la Compagnie. Je sais. Et je me suis mis à jouer. Lui, il est resté là à me fixer, pas un muscle de son visage qui bougeait. Il a attendu que j’aie fini, sans dire un seul mot. Et puis il m’a demandé :
« C’était quoi ?
— Je sais pas. »
Ses yeux se sont mis à briller.
« Quand tu ne sais pas ce que c’est, alors c’est du jazz. »
Puis il a fait un truc bizarre avec la bouche, peut-être un sourire, il avait une dent en or juste là, tellement au milieu qu’on aurait dit qu’il l’avait mise en vitrine pour la vendre.
« Ils en raffolent, de cette musique, là-haut. »
Là-haut, ça voulait dire sur le bateau. Et cette espèce de sourire, ça voulait dire que j’étais engagé.
On jouait trois, quatre fois par jour. D’abord pour les rupinsen classe de luxe, ensuite pour ceux des secondes, et de temps en temps on allait voir ces miséreux d’émigrants et on leur jouait quelque chose, mais sans l’uniforme, comme ça nous venait, et quelquefois eux aussi ils jouaient, avec nous. On jouait parce que l’Océan est grand, et qu’il fait peur, on jouait pour que les gens ne sentent pas le temps passer, et qu’ils oublient où ils étaient, et qui ils étaient. On jouait pour les faire danser, parce que si tu danses tu ne meurs pas, et tu te sens Dieu. Et on jouait du ragtime, parce que c’est la musique sur laquelle Dieu danse quand personne ne le regarde.
Sur laquelle Dieu danserait, s’il était nègre.

(Le comédien sort de scène. Commence alors une musique dixie, très gaie et absolument idiote. Le comédien revient sur scène, vêtu d’un élégant uniforme de jazzman de paquebot. À partir de ce moment, il se comporte comme si l’orchestre était, physiquement, sur la scène.)

Ladies and Gentlemen, meine Damen und Herren, Signore e Signori, Mesdames et Messieurs, bienvenue sur ce navire, bienvenue sur cette ville flottante, copie conforme en tous points du Titanic, on se calme, on reste assis, le monsieur là-haut touche du bois, je le vois, bienvenue sur l’Océan, donc, et d’ailleurs qu’est-ce que vous faites là ?, c’était un pari, vous aviez les créanciers aux fesses, vous êtes en retard de trente ans sur la ruée vers l’or, vous vouliez visiter le bateau et vous ne vous êtes pas aperçus qu’il était parti, vous étiez justesortis pour acheter des allumettes, en ce moment votre femme est chez les flics, elle dit pourtant c’était un type bien, tout à fait normal, trente ans de mariage et pas une dispute... Bref, qu’est-ce que vous pouvez bien fiche ici, à trois cents milles de n’importe quel bon dieu de monde et à deux minutes du prochain dégueulis ? Pardonnez-moi, Madame, je plaisantais, ne vous inquiétez pas, ce navire file telle une boule sur le billard de l’Océan, tchac, plus que six jours, deux heures et quarante-sept minutes, et blop, dans le trou, New Yoooooork !

(Orchestre au premier plan.)

Je ne crois pas qu’il soit nécessaire de vous expliquer que ce navire est, à bien des égards, un bateau extraordinaire, et tout compte fait unique en son genre. Sous le commandement du capitaine Smith, claustrophobe notoire et homme d’une grande sagesse (vous avez sans doute remarqué qu’il dort dans un canot de sauvetage), travaille pour vous une équipe pratiquement unique de professionnels qui, tous, sortent de l’ordinaire : Paul Siezinsky, notre pilote, ancien prêtre polonais, sensitif, pranothérapeute, hélas aveugle... Bill Joung, notre radio, grand joueur d’échecs, manchot, et affligé de bégaiement... notre médecin du bord, le docteur Klausermanspitzwegensdorfentag, pas très pratique en cas d’urgence..., mais surtout : Monsieur Pardin, notre chef-cuisinier,arrivé directement de Paris où il est cependant aussitôt reparti, après avoir constaté de visu que ce navire, par une curieuse circonstance, est totalement dépourvu de cuisines, comme l’avait d’ailleurs finement remarqué monsieur Camembert, cabine 12, qui s’est plaint aujourd’hui d’avoir trouvé son lavabo rempli de mayonnaise, ce qui est surprenant car en général dans les lavabos nous rangeons les tranches de fromage, ceci en raison de la non-existence des cuisines, à laquelle il faut d’ailleurs attribuer l’absence sur ce navire de véritable cuisinier, ce qu’était, sans aucun doute possible, monsieur Pardin, aussitôt reparti pour Paris, d’où il arrivait directement, persuadé de trouver ici des cuisines qui, reconnaissons-le, si l’on s’en tient aux faits, n’y sont pas, et cela en raison d’un amusant oubli de l’homme qui a conçu ce navire, l’éminent ingénieur Camilleri, anorexique de réputation mondiale, auquel je vous demanderai de bien vouloir adresser vos applaudissements les plus chaaaaaaaa-leu-reux...

_________________
Il y a des gens si bêtes que si une idée apparaissait à la surface de leur cerveau, elle se suiciderait, terrifiée de solitude.
totoro
totoro
Guide spirituel

Novecento, Baricco : 3 premières pages  Empty Re: Novecento, Baricco : 3 premières pages

par totoro le Dim 6 Jan 2019 - 20:07
C’est plus que je n’espérais puisque je n’aurai même pas à le retaper grâce à toi ! veneration veneration veneration
Merci infiniment !

_________________
Novecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rsNovecento, Baricco : 3 premières pages  Totoro_walking_by_vivvien-d86m7rs
cannelle21
cannelle21
Grand Maître

Novecento, Baricco : 3 premières pages  Empty Re: Novecento, Baricco : 3 premières pages

par cannelle21 le Dim 6 Jan 2019 - 20:40
@totoro a écrit:C’est plus que je n’espérais puisque je n’aurai même pas à le retaper grâce à toi ! veneration veneration veneration
Merci infiniment !

De rien, avec Calibre ça a été facile. Je ne garantis pas la mise en page et les petites fautes de frappe.
J'adore ce bouquin. J'ai aussi beaucoup aimé Soie.

_________________
Il y a des gens si bêtes que si une idée apparaissait à la surface de leur cerveau, elle se suiciderait, terrifiée de solitude.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum